Nouveau livre sur le cholestérol et les statines

CHOLESTEROL, MENSONGES ET PROPAGANDE est le titre de mon nouveau livre à paraître en septembre.

C’est la suite de l’ouvrage Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent publié en 2007 et dans lequel j’exposais la question du cholestérol dans la médecine moderne. Je l’ai voulu plus accessible et moins spécialisé que le précédent, en l’élargissant au plan sociétal. Alors que « Dites à votre médecin… » s’adressait à des patients et à leurs médecins, ce nouveau livre s’adresse au public en général et aux citoyens. En effet, la problématique du cholestérol n’est pas seulement médicale et scientifique, ou biologique, elle a aussi des racines et des prolongements sociaux et économiques majeurs, en particulier des aspects éthiques qui transcendent tous les autres aspects. Au sens large du mot, avec 7 millions de consommateurs de médicaments anti-cholestérol et un coût annuel de 1 milliard d’Euros pour Les Caisses d’Assurance Maladie, c’est devenu un problème politique.

L’ouvrage précédent, fondé sur mon expérience de médecin et de chercheur, décrivait ma lente démarche vers la prise de conscience que nous faisons fausse route en faisant la guerre au cholestérol. Il a donné lieu à une multitude de réactions contradictoires. Elles n’étaient pas toutes du domaine de la médecine et de la science, le plus souvent positives, parfois négatives bien sûr !

Si je laisse de côté les rares réactions épidermiques et affectives – car pour certains médecins et patients, la nocivité du cholestérol et la nécessité de le diminuer par des médicaments sont devenues des sortes de dogmes sacrés –, j’ai été frappé par la qualité des témoignages et par l’importance des nouvelles questions soulevées par mes lecteurs. Ainsi je n’étais point seul ! Beaucoup de lecteurs s’interrogeaient spécifiquement sur la validité scientifique et la pertinence des recherches dans ce domaine, en particulier les conditions techniques et éthiques des études épidémiologiques et des essais cliniques.

J’en ai conclu que bien d’autres aspects de la question du cholestérol devaient, presque dans l’urgence, être traités dans un nouveau livre destiné cette fois au grand public. De plus, au cours des deux années qui se sont écoulées entre la rédaction du livre, sa publication et aujourd’hui (juillet 2008), beaucoup de choses se sont passées, qui ont considérablement modifié le paysage médical, scientifique et socio-économique dans lequel la question du cholestérol s’inscrit désormais.

Remettre en question la dangerosité du cholestérol et la nécessité de le diminuer avec des médicaments, n’est plus une question taboue, notamment aux Etats-Unis. Il suffit d’ouvrir les oreilles, ou de visiter les sites Internet américains consacrés à la santé, pour s’en apercevoir. Malheureusement, c’est loin d’être le cas en France où seuls quelques rares médias généralistes ont pris, avec beaucoup d’intelligence, le relais de mon argumentaire.

Ainsi, il m’est apparu rapidement qu’une nouvelle analyse, une nouvelle mise au point, était devenue indispensable. Il fallait notamment, en plus de la description panoramique que j’avais réalisée dans le livre précédent, une version chronologique et historique de la question du cholestérol.

Comment le cholestérol delirium a commencé ? Comment une à une les perles du collier ont été enfilées ? Comment un à un les nœuds de la corde ont été noués, jusqu’à devenir une sorte de garrot qui nous asphyxie et nous empêche de prendre conscience de la réalité des faits ? C’est à ces questions que ce livre tente de répondre.

Y répondre est primordiale pour la recherche médicale car il n’y aura pas de progrès dans la prévention des maladies cardiovasculaires tant que le chemin sera encombré par des idées et théories fausses ou absurdes qui obscurcissent les cerveaux et capturent l’essentiel des efforts de recherche non publique.

Ma conclusion, c’est que la question du cholestérol et des statines a toutes les apparences d’une des plus extraordinaires arnaques médicales et scientifiques jamais perpétrées dans les sociétés modernes et post modernes.

Les techniques les plus sophistiquées de la propagande et de la désinformation ont été utilisées pour faire admettre des aberrations à la grande majorité des professionnels et au public.

Certains romans commencent par la fin. L’intrigue s’ouvre sur un drame puis le romancier remonte dans le temps pour expliquer comment les protagonistes en sont arrivés là. L’histoire du cholestérol que je me propose de vous raconter est du même genre. A la manière d’un roman policier, je commencerai par évoquer les événements les plus récents. Je reconstituerai ensuite le puzzle de cette sombre histoire dans les chapitres suivants mais en l’éclairant de la lumière de nos nouvelles connaissances et surtout, de notre prise de conscience progressive de la réalité des faits.

Livre publié aux Editions Thierry Souccar

314 réflexions au sujet de « Nouveau livre sur le cholestérol et les statines »

  1. jacques

    Comme Joël aussi bien sur le plan prof. que l’environnement sur lequel j’ai exercé pendant 20 ans (coeur poumons artificiels, calculateur débit cardiaque…) c’est fort … non de se voir de l’autre coté de la barrière par mon quadruple pontage avec déplacement des artères mammères….mais bon !
    Pour vous, quel est l’examen dont le résultat vous fera dire qu’il n’y a pas d’inflammation des artères coronaires, pas d’épaississement, et que le patient peut continuer son alimentation sans risque (à l’instant T de ce résultat)? (en dehors de la coro).

  2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    Cher jacques,

    Vous posez mal le problème, désolé, et de façon ni médicale ni scientifique ! Ce serait trop long sur ce blog d’analyser la façon dont vous abordez le problème. Puis-je vous suggérer de lire mes livres, les deux sur le cholestérol, en urgence ? Vous y comprendrez que l’inflammation, et l’épaississement intimal, sont des faux problèmes ! Vous éviterez de vous faire du souci inutilement et vous affronterez la réalité de façon efficace, et salvatrice ! Amicalement

  3. carmen

    Bonjour à toute l’équipe médical,

    Je fabrique du cholestérol et j’ai fait un A.I.T depuis une année et aprés une consultation mon neurologue vient de me supprimer le tahor, il y en a plus besoin qu’elle me dit alors que j’ai une caotide bouchée et une autre légérement que dois-je faire continuer quand même malgré tout ou pas, mon généraliste a été bien surprise !!!!! pour moi je ne suis pas en sécurité et j’ai trés peur depuis merci de me répondre

    Votre neurologue a raison, le tahor ne sert à rien sauf à vous empoisonner. Ce n’est pas lui (le tahor) qui va déboucher la carotide !

    Vous avez un bon neurologue, gardez-le

    Amicalement

  4. Antoine

    Cher docteur,
    je vous dois une fière chandelle. Mon médecin, lors de ma dernière visite, m’a suggéré de « corriger » certains paramètres de mon analyse sanguine.
    Devant mon manque d’enthousiasme pour prendre un traitement à durée indéterminée, alors que je suis en bonne santé apparente, il m’a proposé le « deal » suivant :
    Je fais un régime pendant deux mois, et il reconsidèrera son point de vue à l’aune des nouveaux résultats de la prise de sang.
    Je profite donc de ce délai de grâce avant ma « session de rattrapage » pour lire votre livre, et je vous suis infiniment reconnaissant de m’avoir donné de quoi me défendre. Sans remettre en question la confiance que j’accorde à mon toubib, je suis maintenant armé et prêt pour la prochaine visite.
    Encore merci.

  5. jeremiah

    Bonjour Dr de Lorgeril,
    Sur le conseil de mon medecin généraliste, j’ai pris de la simvastatine 40 mg suite à une analyse de sang révélant des taux de cholesterol « catastrophiques » selon ses termes.
    Au bout de seulement 1 mois, j’ai senti une fatigue importante au niveau des jambes. Je courrais régulièrement et tout à coup, il m’était impossible de courir, trop de fatigue dans les jambes. Je me suis renseignée et j’ai lu votre livre « dites à votre medecin… ». Convaincue par vos propos, j’ai arrêté de prendre la simvastatine.
    Cependant, au bout de 3 mois d’arrêt maintenant, je n’ai toujours pas constaté d’amélioration au niveau de cette fatigue dans les jambes. Dans votre livre, vous indiquez que les effets secondaires disparaissent à « court à moyen terme », quel est selon vous le « moyen terme » ? plusieurs semaines? plusieurs mois ? plusieurs années?. Je désespère et finis par me demander si ce sont bien les statines qui ont provoqué ces problèmes.

  6. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    Cher jeremiah,
    Trois mois sans amélioration c’est long en effet. Deux hypothèses : la première vous n’avez pas encore corrigé vos manques ; solution : allez voir votre pharmacien et demandez lui des capsules de coenzyme Q10 et traitez-vous pendant un mois. vous devriez voir une amélioration. Deuxième hypothèse : vous avez autre chose et la simvastatine a été le « révélateur » de cette autre chose, et l’arrêt du médicament ne permet pas de revenir à l’état antérieur car il vous a fait passer « de l’autre côté ». Dans ce cas, il faut examiner la situation avec votre médecin … Amicalement

  7. Bernard

    Bonjour Dr de Lorgeril,
    Je n’ignore rien de ce que vous avancez. Traité depuis 1974 pour une hypercholestérolémie familiale suite à enquête génétique des services du Pr Dejennes (clinique endocrilogique de l’Hôpital de la Pitié-Salpetrière à Paris) Suivi à l’époque par le Dr Turpin aujourd’hui professeur. J’ai été diagnostiqué jusqu’à 4,20 G/l. J’ai par conséquent "avalé" tous les fibrates et toutes les statines du marché Cholstat Bayer y compris. Cela n’a jamais eu aucune incidence sur le rapport HDL/LDL Apo a Apo b sauf de diminuer globalement le taux.
    Cette "asphyxie circulatoire" progressive qui m’a valu un triple pontage (il y a 12 ans de cela) plus une artérite des membres inférieurs (stents)
    Le problème dans ce type de pathologie héréditaire avec antécédents familiaux (décès jeune. 32 ans 49 ans) c’est qu’il n’y a guerre de choix dans le traitement. Vous savez bien que le régime Crétois ne change pas grand chose à la donne dans ce cas précis.
    L’infiltration des parois artérielles et générales, aortes comprises.
    Effectivement les Statines génèrent des effets secondaires plus ou moins marqués suivant les individus, le groupe sanguin. (Douleurs musculaires particulièrement dans les cuisses à l’effort, tendinites aux coudes aux chevilles) par crises.
    Personnellement j’ai souffert de cette pathologie sans en avoir réellement conscience et ce, depuis mon plus jeune âge. Incapable de faire le moindre sport d’endurance.

    Le chirg. qui m’a opéré a constaté que j’étais totalement asphyxié, Coronaire droite totalement fermée, la gauche sclérosé à 80%. Je vivais sur les circuits veineux parallèle bien développé et pour cause! . Ils se passent la même chose pour les jambes. Je vais en cure thermale spécialisée depuis douze ans (Bains les Bains dans les Vosges puis Royat -Chamalières dans le Puy de Dômes) Il n’y a pas de miracle mais je peu marcher sur 10km sans m’arrêter!
    Le test d’effort avec scintigraphie myocardique subi récemment (120w) n’indique pas de souffrance du myocarde. Je suis sous Crestor 10mg. Cholestérol total 1,75g/l HDL 0,32 LDL 1,24. Trigly 0,93 Glycémie 1,1.
    Âgé maintenant de 62 ans Je tenais à apporter ce témoignage.

    Souhaitant avoir retenu toute votre attention.
    Bien Cordialement
    Bernard

  8. Bernard

    Le problème des patients atteints d’artériosclérose précoce et de savoir quelles sont les causes physiologiques de leur état. Qu’est ce qui fait que les artères s’encrassent comme une vulgaire tuyauterie d’eau et les rigidifies ?
    En médecine force est de constater que l’on est plus souvent préoccupé par les conséquences que part les causes.
    Quel est le support de la maladie ? Défaut constitutif, agression parasitaire, oxydatif ?
    A priori, plusieurs théories s’affrontent, chacun y allant de son remède miracle.
    Certains affirment même pouvoir dès à présent mettre fin à cette mortalité massive.
    Les patients sont quelque part pris en otage ! A quel « gourou » se vouer ?
    J’ai lu avec attention l’ouvrage du Dr Matthias Rath dont le titre est : Pourquoi les animaux n’ont pas d’attaque cardiaque… mais les Hommes, si !

    Il s’agit là encore de propos sur les nutriments cellulaires de carences vitaminiques etc…La vitamine C  absorbée en masse serait le remède miracle !

    J’ai toujours vécu sainement et mangé de tout. Par contre j’ai des antécédents familiaux d’hypercholestérolémie et d’infarctus du myocarde avant 50 ans.
    C’est cela la réalité! Et jusqu’à preuve du contraire l’on n’a jamais apporté de réponse concrète de ce lien avec l’hérédité génétique.

    Je suis ni médecin, ni scientifique. La seule question qui se pose pour moi comme tous les patients atteints de cette maladie est : La cause réelle de cette affection et comment escompte t’on y remédier en dehors de la médication et des remèdes miracles de tout poil.

    La chirurgie n’apportant dans la plupart des cas qu’un sursis.
    Bien sur l’on peu assimiler les statines à un mauvais « calgon » d’une efficacité toute relative agrémenté de nombreux effets pervers dit secondaire. Les examens sanguins le prouvent. Je suis bien d’accord. En tant que patient, avons-nous réellement le choix entre le risque et le bénéfice. J’ai 36 ans de traitement derrière moi et je suis toujours en vie !
    Une glande salivaire peu se calcifier dans sa totalité faire un énorme calcul et pas l’autre. Cela m’est aussi arrivé.
    Réponse que j’ai obtenue du Stoma : Le support qui a permis cette formation calcique est d’origine microbienne (angine mal soignée dans l’enfance)
    Vous pouvez comprendre le désarroi des patients face à la multitudes d’affirmations toutes contradictoires. A quel saint puissent-ils vraiment se vouer?
    Souhaitant que mon discours ait retenu votre attention.
    Cordialement

  9. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @Bernard :Merci Bernard de votre témoignage. 
    Je ne saurais sur un blog discuter d’un cas particulier, surtout sans avoir le moindre dossier vous concernant sous les yeux.
    Sachez toutefois que nous (cardiologues) voyons tous les jours des patients plus jeunes et beaucoup plus atteints que vous avec des cholestérol sanguins bas voire très bas.
    Sachez que la principale cause de décès cardiaque est la mort subite et que les autopsies pratiquées chez ces sujets montrent souvent des lésions minimes sans infiltration lipidique, parfois aucune lésion.
    Sachez que nous pratiquons quotidiennement des bilans cardiaques et vasculaires à des patients qui nous sont envoyés parce qu’ils ont des taux de cholestérol très élevés, comparables aux vôtres, et que nous devons nous arracher les yeux pour essayer de justifier ces examens couteux, bref ils n’ont rien sur leurs artères malgré des taux de cholestérol qui affolaient "à tort" leur médecin traitant. Lisez quelques témoignages de la sorte sur ce blog !  Lisez aussi mes livres, ça vous aidera ! Amicalement

  10. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @Bernard :Cher Bernard, Je ne sais pas très bien comment répondre à vos questions, et je comprends très bien votre anxiété.
    L’idée que vous vous faites de votre maladie est totalement fausse (artères "encrassées", les statines comme Calgon des artères, etc …) m’indiquant soit que vous regardez trop la TV (et les idioties des publicités pour les margarines), soit (ou les deux ensemble) que vos médecins vous ont fait croire des balivernes …  Comment remonter la pente après tant d’années de désinformation ?
    Sachez toutefois (vous qui vous moquez du régime crétois) que les régimes (à base d’oméga-6 et/ou de phytostérols) recommandés par quelques sommités parisiennes de l’hypercholestérolémie semblent augmenter le risque d’infarctus.
    Sachez que les vraies hypercholestérolémies familiales (génétiquement déterminées) répondent très mal aux statines et qu’en conséquence …
    Sachez que dans toutes les populations, il y a des hypercholestérolémies familiales et que pourtant le risque d’infarctus ne s’exprime que lorsque le mode de vie de ces populations évoluent dans un sens négatif. Le sud de l’Italie et la Grèce par exemple ignoraient les maladies cardiovasculaires jusque dans les années 1960s, puis ont vu apparaître ces maladies et aussi les hypercholestérolémies familiales quand le niveau de vie s’est élevé (à la mode USA)  …
    Pas difficile de décrypter tout ça une fois qu’on s’est débarrassé des idéologies !
    S’il vous plaît, oubliez Rath et les autres, essayez de lire mes livres, ça vous aidera plus !
    Amicalement

Commentaires : page 30 sur 32« Plus anciens...«2829303132»

Les commentaires sont fermés.