L'horrible vérité sur les médicaments anticholestérol

Debriefing après l’émission de France Culture sur le cholestérol

 

Pour ré-écouter l’émission de France Culture : https://www.franceculture.fr/recherche/articles-et-diffusions?q=Lorgeril

Certes le présentateur est un peu « horrifié » de ce qu’il entend et j’ai dû le freiner sous peine de me voir à nouveau accusé d’horrifier les populations.

Quelle est la limite entre « information objective et douloureuse » et « ne pas horrifier la population » ?

Le présentateur m’a reproché d’avoir décliné son invitation d’échanger avec un représentant de la Société Française de Cardiologie.

C’est inexact.

J’ai seulement demandé que mon interlocuteur soit un vrai expert du sujet « cholestérol » et que cet expert soit vraiment indépendant, c’est-à-dire libre de tout grossier conflit d’intérêt.

Ce n’était pas une exigence irrationnelle si on veut délivrer un message scientifique !

France Culture n’en a pas trouvé ! D’où l’absence de représentant de cette honorable corporation.

Ce n’est pas ma faute si…

Mais c’est une information majeure !

 

 

 

 

 

32 réflexions au sujet de « Debriefing après l’émission de France Culture sur le cholestérol »

  1. marianne

    Un expert vraiment indépendant , libre de tout conflit d’ intérêt ?
    Pas un seul dans la SFC ? Eh bien !
    Ceci dit l’ émission était très très bien .

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : marianne

      Voilà : z’ont pas trouvé un seul ; ou l’unique (s’il en est) s’est débiné… Sais pas. Révélateur d’un certain état de décomposition de notre société ; ce que la controverse vaccinale révèle aussi…
      Même chose chez les allemands pour ARTE ! Pas un seul vrai expert vraiment indépendant à la Société de Cardiologie Allemande…
      J’aurais pu faire l’affaire sur ARTE comme sur France Q, comme membre de la Société Européenne de Cardiologie, mais voilà z’ont pas voulu que, comme Lucky Luke, je tire sur mon ombre…

      1. papynou34
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Cela veut quand même bien dire ce que cela veut dire, il y a beaucoup d’experts en conflits d’intérets (à quand un prochain DU?), une majorité qui ne prend partie, et quelques troublions qui dénoncent tout ça. Et oui, je vous rejoins sur l’état de notre société, ou l’individualisme et le petit billet vert dominent.

  2. Charles

    Sur un autre sujet… J’ai lu avec le plus grand intérêt  » Médicaments dangereux à qui la faute… » de M. Girard.

    L’enjeu me parait de grande importance, pour nous mêmes, nos proches, etc. La problématique du pot de fer (lobbies fortement financés) contre le pot de terre s’étend bien au-delà. Que pouvons nous faire ? Je ne sais pas, et je veux bien explorer avec des gens de bonne compagnie.

    J’ai adhéré à l’AIMSIB dès sa création. J’observe que quelque chose de consistant, intéressant est en construction (en partant de zéro…): je renouvelle donc mon adhésion à ce projet sans me torturer l’esprit outre mesure.

    Compte tenu des enjeux henaurmes, de nos moyens (et réussites) modestes, les escarmouches picrocholines ne sont pas de mise. On pourra donc vouloir consacrer son énergie à des choses plus engageantes que de lire le dernier billet de Marc Girard.

    Je ne mets même pas le lien, à dessein

  3. Minoque

    Busyness pense que pour être un bon expert il faut aller voir de plus près les labos ! Mais que font les journalistes dignes de ce nom de laisser filer une telle réponse ?

  4. MT

    Petite question pour MDL sur les statines.

    J’ai vu un patient en consultation qui a été mis sous forte dose de statine suite à un IDM (40 ans le monsieur).
    Il a fait par la suite une pancréatite aigue qui est malheureusement en train de se transformer en pancréatite chronique.
    Je recherche l’étiologie de sa pancréatite et je trouve dans les courriers: probablement d’origine éthylique (il a depuis stoppé toute consommation d’alcool).
    Le patient me confirme que c’est la cause que l’on a retenue.
    Il buvait 2 verres de vin rouge par jour + apéros festifs les WE (un ou 2 pastis pas plus). (c’est pas énorme quand même?!)
    Il ne se sentait pas vraiment « alcoolique » mais bon…
    Il me dit que quand même, ils ont décidé d’arrêter sa statine car on lui a dit qu’il y avait très peu de chance que ça soit la cause de la pancréatite mais que bon…?

    Il me semble que les statines augmentent le risque de pancréatite de 30% mais je ne sais plus d’où je tiens ce chiffre; vous confirmez?
    Je ne sais pas quelle est la cause exacte de sa pancréatite mais je suis presque étonnée qu’ils aient décidé d’arrêter la statine du patient! Ils progressent non?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MT

      Bonnes questions.

      Que l’alcool puisse provoquer une pancréatite aiguë n’est pas évident du tout [ma thèse de médecine en 1976 portait sur la pancréatite aigüe ; je suis rentré ainsi dans l'épidémiologie il y a plus de 40 ans avec un essai clinique en double aveugle...] mais avec des doses si faibles c’est très improbable.

      La statine est certainement responsable ; des études l’ont décrit ; merci de lire mes ouvrages pour les références ; par exemple à la page 158 de « L’horrible vérité sur… ».

      Ceci n’est pas une consultation mais un conseil théorique : il serait urgent d’arrêter la statine chez ce malheureux ! D’autant qu’elle ne protège pas son coeur !

      Encore un effet adverse des statines qui ne sera jamais déclaré à la Pharmacovigilance. Merci de le faire !

      Ceci n’était pas une consultation mais une information !

      1. MT
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Les gastro qui le prennent en charge les lui ont déjà arrêté « dans le doute » même s’ils ont dit que la pancréatite était d’origine « probablement éthylique ».
        Ils lui ont dit explicitement: dans le doute, on vous arrête les statines.
        C’est pour ça que je me dis: dans l’horreur (car pauvre homme si sa pancréatite a été déclenchée par les statines), les médecins ont quand même réagi sagement, ce qui est très rare! Souvent, ils s’acharnent, restent aveugles envers et contre tout!
        Par contre, je doute qu’ils aient fait une déclaration à la pharmacovigilance…

      2. MARCEL
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Il y a deux semaines j’ai été pris d’une douleur importante au niveau du bas du sternum. Cela m’était déjà arrivé à plusieurs reprises.La douleur était toujours là au bout d’une demi-heure. Le médecin de garde cette nuit là est venu rapidement à mon chevet. Quand mon épouse lui a appris que je suis porteur d’un stent il a jugé préférable, avec mon accord, de me diriger vers l’hôpital.
        Evidemment mes antécédents ont immédiatement conduit les urgences à me faire un ECG et un bilan sanguin. Au bout de 2 heures on m’appris que je n’avais pas fait d’infarctus. Je leur ai dit que j’en était certain en arrivant, mais qu’ils avaient eu raison de vérifier. On m’expliqua que c’était le protocole. Mais, car il y a un mais, on m’informa qu’il y avait un léger doute sur mon pancréas, les examens montrant un taux anormal de je ne sais plus quoi.
        Alors rebelote, on me préleva un autre échantillon de sang. Au bout de deux nouvelles heures on me donna le résultat. Il y avait toujours une très légère suspicion . Mon état n’inspirant pas d’inquiétude excessive, on.me renvoya dans mes foyers avec une diète très stricte pendant 48 heures.

        Entre temps la douleur qui avait motivé mon admission aux urgences avait complètement disparu, suite aux antalgiques énergiques qui m’ avaient été administrés.

        Comme vous le rappelez j’avais effectivement lu dans l’Horrible Vérité, avec des majuscules, que les statines pouvaient endommager le pancréas. J’ ai quand même pris cette saloperie de rosuvastative du printemps 2008 au printemps 2012. Cela fait 5 quand que j’ai arrêté.
        J’observe que je n’ai pas encore fait de crise cardiaque, au grand dam de mon cardiologue qui m’avait prédit les pires ennuis et qui, chaque fois que je vais le consulter, me regarde comme si c’était la dernière fois que l’on se voit. Je me fais d’ailleurs du souci à son sujet car il est gros, gras et dodu, marche à pas lents et parait essoufflé. Mauvais tout ça, n’est-ce.pas ?

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : MARCEL

          Cinq (5) ans après l’arrêt de la statine, je ne pense pas qu’on puisse l’accuser d’une poussée de pancréatite si c’est bien de cela qu’il s’agit.

  5. PM

    Pour en revenir à l’interview, c’ était une très bonne idée d’expliquer la différence entre transporteurs et « transporté » car c’était surement la même chose pour une majorité d’auditeurs avant l’émission. Après ?

  6. Corentin

    Belle émission, très instructive… Bravo et merci.

    Dommage effectivement qu’ils n’aient pas trouvé de personne d’indépendant de la SFC. Ou peut-être juste que cette ou ces personnes ont pu avoir peur de s’exprimer pleinement et clairement en pleine lumière… Manque juste de courage si ce fut le cas.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Corentin

      Que certains aient compris depuis longtemps dans quelle nasse ils étaient pris est quasi certain -selon le principe basique que « quand une idée est dans une tête, elle l’est dan beaucoup d’autres » – et que ces mêmes manquent de courage est une autre évidence. Ainsi est notre humanité…

  7. MichL

    Sourir du jour … ou devrais-je plutôt dire « rire jaune » …
    Moi, c’est plutôt lui qui me fait peur … Le Grand Professeur Jean-Michel Cohen …
    M’enfin, Dr deLorgeril, feriez bien de mieux vous documenter car vous avez tout faux !
    Écoutez plutôt ce grand expert en la matière qui va tout vous expliquer … LOL !!
    Sais pas trop s’il faut en rire ou en pleurer … (ça date de 2014)

    « Faut Pas Raconter N’importe Quoi Sur Le Cholestérol – Le Grain De Sel de Jean-Michel Cohen »

    https://www.youtube.com/watch?v=THpGnjGedsA

    « … Il y a 2 natures dans le cholestérol : il y a un premier cholestérol qui est porté par une protéine, qui n’est pas trop dangereux, même au contraire, car elle décroche le cholestérol qui se fixe sur les artères et une autre protéine qui porte le cholestérol, qui est très mauvaise, qui accroche le cholestérol sur les artères. On est donc bien d’accord, le cholestérol, pas de problème, sauf que s’il se fixe sur une protéine qui elle-même vient s’accrocher sur une artères, alors il va y avoir le long de l’artère un dépôt de graisse qui, avec les années, va augmenter et finir par boucher l’artère …
    … on a pas découvert çà par accident, c’est qu’en fait il y a eu d’énoooormes études scientifiques sur des quaaantités d’individus qui ont clairement montré, non pas que le cholestérol est dangereux, mais que quand on a trop de mauvais cholestérol dans le sang, alors on ajoute un facteur de risque supplémentaires aux autres facteurs de risques et que ce facteur de risque est responsable de boucher les artères …

    https://www.youtube.com/watch?v=tuS4R021ZiY

    « … Quand vous mangez trop de sucre, au bout d’un moment il se transforme en graisse et a partir de ce moment là, il peut lui-même se transformer en cholestérol …
    … Il n’y a pas de cholestérol dans l’huile, mais si on en mange trop, on finira quand-même par fabriquer du cholestérol … »

  8. MARCEL

    Vu dans le Figaro un article sur une plateforme nommée Cardiosens, sensée proposer aux populations ébahies une application permettant de définir son profil cardiovasculaire, avec détermination individuelle des facteurs de risque et proposition de stratégies visant à les réduire.
    C’est beau comme tout.
    A part Bichat qui semble en être à l’origine, sait t’on ce qu’il y a derrière ?

  9. Erwann Quéré

    Bonjour à toutes et tous,
    et tout le meilleur pour cette nouvelle « petite » année !

    J’ai juste une petite question après l’écoute de l’émission : avez-vous demandé à Michel Alberganti (je crois qu’il s’agit du monsieur qui dirigeait les débats…) si, lui-même, ne prenait pas des statines ? … parce qu’on avait le sentiment qu’il était « catastrophé » et qu’il cherchait presque à se rassurer.

    merci à vous

    Kenavo
    et et encore une fois bloavezh mad d’an holl* !

    (*) en Breton dans le texte

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Erwann Quéré

      Merci de votre message.
      Il était effectivement catastrophé ; et à mon avis il y a de quoi l’être…
      L’étonnant c’est que si peu le soient…
      Comme vous j’ai pensé que…
      Il m’a dit que non…

Commentaires : page 1 sur 212»

Les commentaires sont fermés.