Les programmes télévisuels sont-ils utiles à l’émergence des évidences en médecine ?

 

C’est une question compliquée car la « télé » a des impératifs : l’audience, certes ; donc plaire au plus grand nombre ; mais aussi se faire comprendre du plus grand nombre ; le contraire de l’élitisme ; distraire et faire du spectacle pour des spectateurs passablement abrutis par des conditions d’existence [travail, famille, patrie, ...] qui ne contribuent pas à l’ouverture des esprits.

J’ai souvent été « aspiré » (depuis mes premiers exploits médico-scientifiques du milieu des années 1990s) par cette enivrante spirale spectaculaire. J’en ai toujours  (j’ai bien écrit « toujours » ; donc sans exception) gardé un goût amère en me disant à chaque fois qu’on ne m’y reprendrait pas…

Et pourtant, de façon répétitive, je suis retombé dans cette ornière désastreuse ; et à chaque fois pour toutes sortes de bonnes raisons.

Et aujourd’hui encore. Et donc encore une fois, je me dis que je n’aurais pas dû, que je ne devrais pas ; et je le fais pourtant !

Je demande pardon !

Question : pourquoi malgré cette frustration répétitive (et attendue), je recommence ?

Réponse : ce n’est pas une question d’égo, je sais que je serai toujours un peu ridiculisé, associé à d’autres déclarants dont je ne partage pas les idées ; et surtout que jamais mes idées seront correctement présentées. Alors pourquoi ?

Parce que j’ai toujours un peu l’espoir que ça pourrait rendre service à quelques uns, éveiller quelques consciences, provoquer quelques réactions favorables aux idées et théories que je défends et surtout éviter à quelques uns les malheurs que la médecine moderne leur réserve…

Bilan : concernant la seule question du cholestérol et des médicaments anticholestérol, la bagarre dure depuis 12 ans. Ai-je gagné quelque chose ? Ai-je fait avancer les choses grâce à des participations à des télés ou des radios ?

Pas sûr ! Peut-être serait-il préférable de « cultiver son jardin » comme disait Voltaire…

Avis des visiteurs souhaités ; avec comme question principale : avons-nous quelques bonnes raisons de « participer » à ces tristes spectacles ?

Exemple à prendre : la dernière émission « Cash investigation » de la 2 visible désormais sur le web.

 

 

 

 

 

152 réflexions au sujet de « Les programmes télévisuels sont-ils utiles à l’émergence des évidences en médecine ? »

  1. duchemin

    « avons-nous quelques bonnes raisons de « participer » à ces tristes spectacles ? »
    Je croyais que c’était le sujet, apparemment on parle plus de vaccin ici que de « télévisuel » !
    En tout cas, les passages à la télé auront au moins eu le bénéfice de « secouer les cocotiers », d’autant qu’on aime bien côté téléspectateur les débats remuants. Je n’ai vu que le 1er je suppose, où la « spécialiste de médecine d’antenne » avait été odieuse à mon sens, quel malaise j’ai ressenti, comment peut-on traiter son  » client  » de la sorte ? Mais cela aura aussi provoqué des réactions peut-être chez les cerveaux pas trop statinés ! Voire déjà bien statinés ! C’était pas gagné, c’est sûr .
    Ce que je voulais dire, c’est que je viens de lire ce matin (mais j’ai lu vos livres déjà du cholestérol à l’AVC, donc mon info ne se fait pas par la télé… ) dans Alternative ABE , 3 pages de vous et Even, et que ces messages circulent, et que ça fait son chemin, beaucoup ne liront jamais vos livres, alors ces biais télé /revues/internet, je pense que ça participe à faire avancer un peu.
    Le spectacle de la télé à l’avantage de toucher beaucoup de monde et d’en déranger pas mal également, puisque c’est le média n°1 ! La littérature aura toujours moins d’impact dans des domaines comme le vôtre sur la population non initiée au langage médicale, tandis que « le reportage » peut sensibiliser.
    Je participe à mon échelle à faire passer le message et je peux « me vanter » d’avoir fait envoyer des boites de statines à la poubelle !
    Dur combat que le vôtre !
    Maintenez le cap, Bonnes fêtes Capitaine !
    Françoise

  2. yeam

    J’ai fait une petite constatation: on dirait qu’en France, vous êtes la seule personne qui « passe » à la télévision (ou qui est interviewé dans la presse) qui puisse alerter sur les problèmes liés aux statines.
    Ca peut donner l’impression (pas aux lecteurs de ce blog) mais à ceux qui survolent la question, que vous êtes un » cas » , peut-être un illuminé?

  3. phil

    l’article danois avec commentaire du très honorable Nicols D. (je plaisante) mérite un développement. Attention même si vous êtes de mauvais poil, vous allez rire :

     » Nous avons cherché à estimer la proportion de patients susceptibles d’arrêter leur traitement à la suite de la polémique du début d’année 2013 puis à modéliser les conséquences en fonction du nombre de patients traités par statines en France en séparant prévention primaire et secondaire. Le but était simple : tirer la sonnette d’alarme sur l’impact de santé que cela pourrait avoir. Nous lançons d’importants messages de santé publique à travers les médias, et il faut se rendre compte qu’il y a un impact potentiel. Le but n’était pas de comptabiliser les décès attribuables aux possibles arrêts de traitement associés à cette polémique au mort près. Mais, si on lance des messages sans réfléchir, il peut y avoir des conséquences y compris dramatiques »

    désolé j’arrête, j’en peux plus

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : phil

      C’est vrai que « plus c… » tu meurs…
      Et c’est ça qu’on m’oppose…
      J’ai dit dans un interview récent que nous assistions à un « arrêt de la pensée » chez mes opposants… A t-on mieux ?

Commentaires : page 5 sur 5«12345

Les commentaires sont fermés.