Cholestérol, statines et économie politique

 
Une nouvelle génération arrive enfin qui semble vouloir développer un esprit critique plus acéré que celui de la précédente.
Nous l’avons vu à propos de la relecture-révision-correction des grandes études épidémiologiques célébrant la culpabilité du cholestérol, les effets miraculeux des statines ou l’intérêt des régimes alimentaires anticholestérol.
J’ai du boulot pour mon prochain livre, seulement en rapportant et expliquant cette masse de nouvelles informations dégagées du carcan du marketing industriel.
Les professeurs de cardiologie, d’ici et d’ailleurs (peuchère !), vont adorer !
Un autre aspect critique de cette façon de revisiter les affirmations péremptoires d’un passé récent concerne les relations entre le métabolisme du cholestérol, l’usage de médicaments qui l’altère (en particulier dans le cerveau),  nos activités cérébrales, nos propres comportements économiques et les répercussions possibles sur la sphère économique et financière générale.
Je vais prendre deux exemples simples pour cette petite enquête ; ce n’est pas de moi ; je ne fais que rapporter ; je sais le rapportage, c’est vilain ; mais ici c’est plutôt du reportage…
1er exemple : le cas Pfizer en Irlande
Vous pouvez vous informer directement si vous êtes anglophone ici :
http://www.rte.ie/news/2016/1126/834609-pfizer-cancels/
Si vous ne l’êtes, sachez que le verbe “cancel” veut dire “annuler” et que le mot anglais “plant” n’ a rien à voir ici avec les végétaux, c’est une usine.
Je résume : Pfizer, suite à l’échec de son nouveau médicament anticholestérol anti-PCSK9 – on ne sait pas de quel échec il s’agit exactement (secret industriel !) – renonce à son développement et à ses investissements (400 millions d’€) sur son site industriel Irlandais.
Ce n’est pas rien pour l’économie Irlandaise ; désolé ; mais c’est bien pour le cholestérol de tout un chacun… Sauf que, faute de Pfizer, y en aura d’autres…
Autre question : que fait cet américain mastodonte en Irlande ? Pas bien chez lui ?
Vous n’y êtes pas, Watson, il est là pour payer moins d’impôts qu’en Europe continentale ou aux USA. Complicité des gouvernements !
Pourquoi ? Comment ? Connivence des politiciens. Ce n’est pas de la politique de gauche ou de droite, c’est de l’économie politique. Dans d’autres branches professionnelles que le politique, ça s’appelle “faire des ménages”.
Pas propre tout ça !
2ème exemple : la crise (le krach, dit-on quand on est du système) financière de 2007-2008
On est dans l’hypothèse, certes, mais notre jeune psychologue américain (dont je vais parler) n’y va pas par 4 chemins.
C’est ça : The potential behavioral and economic impacts of widespread HMG-CoA reductase inhibitor (statin) use. Par Mathew Gendle, Department of Psychology, Elon University, NC, USA.
Je traduis en simplifiant : “L’impact potentiel de la prescription immodérée des statines sur le comportement (aberrant) des milieux financiers“.
Nous savions qu’avoir un cholestérol bas n’est pas l’idéal pour les neurones et que les statines entraînent des troubles cognitifs et comportementaux.
Certes, certains niais s’obstinent encore à espérer qu’en abaissant le cholestérol dans le sang avec des statines on pourrait retarder le déclin cognitif lié à l’âge [voir la récente Étude HOPE-3 : pas que l’aspect cognitif qui fasse honte ; même à tout scientifique bien disposé à l’égard de l’industrie…] ; mais c’est peut-être une manifestation de la dégradation accélérée des capacités cognitives de ceux qui sont rémunérés pour faire les perroquets savants ; va savoir…
L’observation des comportements fous des milieux financiers dans les années qui précédèrent la crise de 2007-2008 a conduit des gens sérieux à se demander si la prescription massive  de statines à cette époque dans les milieux “favorisés” travaillant en milieux financiers ne pouvait pas expliquer, au moins en partie, la crise financière de 2007-2008.
Parmi les dizaines de millions d’américains victimes des statines, il est en effet certain que beaucoup travaillaient dans ces sphères “privilégiées”.
Bon, je vous passe les détails de l’argumentaire ; le plus intéressant se trouve sans doute dans les tests psychométriques faits chez des jeunes américains (à l’université) en les séparant en deux groupes en fonction de leurs niveaux de cholestérol.
Le test s’appelle Iowa Gambling Task (ou IGT) et  mesure l’impulsivité et la capacité à prendre des décisions rapides (c’est du ressort du cortex préfrontal, disent les artistes en la matière ; dont je ne fais pas parti) ; ceux qui aiment vérifier trouveront sur Internet de quoi occuper leurs longues soirées d’hiver.
Le test est considéré comme une bonne façon d’évaluer les capacités de jugement des individus face à des défis financiers (gagner ou perdre beaucoup, en peu de temps, suite à des décisions individuelles).
Bon, ce n’est pas mon truc ; mais je relève que selon ces experts du truc (visiblement indépendants du business de BigPharma) : les jeunes gens qui avaient un cholestérol bas avaient plus de comportements aberrants que ceux qui avaient un cholestérol élevé.
Ah, Bon Dieu, voilà qui expliquerait beaucoup de choses : Madoff était-il sous statine ?
Pas sûr ! C’est un peu plus compliqué car Madoff est un “malin” ; et un grand escroc est souvent très “neuronal”… Donc, surtout pas de statine !
Cela dit, ces résultats ne sont pas étonnants : avoir un cholestérol bas est connu pour augmenter le risque de suicide et autres comportements associés à une impulsivité non maitrisée.
Ce qui est intéressant avec le Iowa Gambling Task dans l’étude de nos psychologues américains, c’est qu’il testait un comportement économique et financier ; et que c’est assez catastrophique. Certes, il faudrait confirmer, affiner, etc…
Mais en attendant (c’est le résumé de mon 2ème point), si j’étais DRH dans une banque, je ne recruterais plus aucun collaborateur sous statine et je privilégierais les candidats avec un cholestérol élevé. Plus de sang-froid ! Plus de jugeote !
Je me demande si l’état actuel de nos milieux intellectuels (il suffit d’ouvrir le poste pendant 5 minutes) ne pourrait pas aussi s’expliquer ainsi. Si je devais recruter un chroniqueur politique, économique ou sportif pour une télé ou une radio, je me (et lui) poserais des questions sur son cholestérol.
Idem dans les milieux universitaires !
Pour le monde de la recherche, pas besoin de se questionner, je sais !
Et voilà pourquoi, selon certains, les statines pourraient avoir contribué au krach de 2007-2008.
Au moment où, comme électeurs, nous allons devoir faire des choix décisifs, il n’est pas inutile à mon avis d’exiger de nos hommes et femmes politiques qu’ils nous disent :
1) leur niveau de cholestérol sanguin ;
2) s’ils sont sous statines ou autres médicaments anticholestérol.
Les premiers qui lancent la pétition en ce sens gagnent un sucre d’orge… bio !
 
 
 
 
 
 
 
 
 

148 Replies to “Cholestérol, statines et économie politique”

  1. Bonjour Docteur,
    Après lecture de vos livres, j’avais réussi il y a quelques mois, à convaincre mon père de 74 ans d’arrêter les statines qu’on lui avait prescris après la pose de son stent il y a 4 ans. Il ne prenait plus que du Plavix et des Omega 3. Voilà que cette semaine, après une visite de routine chez son médecin généraliste, il lui fait faire une analyse de sang et s’alarme de voir le niveau de son cholestérol total alors qu’il n’est que de 2.6 g/l (il était < 2 g/l avec les statines).
    Ne voulant plus prendre de Statine, mon père se fait prescrire de l'Ezetrol, soi-disant une nouvelle molécule sans effets secondaires pour laquelle il faudrait faire une demande spéciale auprès de l'assurance maladie pour se faire rembourser ?? Avez-vous connaissance de ce médicament, est-ce une nouvelle stratégie des laboratoires pour vendre alors que la mauvaise réputation des statines semble prendre de l'ampleur ?

    1. Vous pouvez trouver des informations sur cet inhibiteur de l’absorption intestinale du cholestérol sur Internet… Pas à prendre comme “argent comptant” évidemment. Marketing !
      Aucune étude (commerciale ou pas) n’a jamais montré que ce médicament ait une quelconque utilité ; d’où la “demande préalable” de l’assurance maladie pour obtenir le remboursement…
      “Demande préalable” ?
      Késako ?
      Cela signifie qu’après avoir autorisé la commercialisation (indue) de ce médicament inutile (et potentiellement toxique), l’assurance-maladie essaie de dissuader les médecins de le prescrire sans pour autant reconnaitre qu’elle a fait une bêtise en l’autorisant en l’absence d’études montrant son inutilité…
      Plus intéressant encore, l’absence d’effet clinique significatif (réduction de la mortalité cardiovasculaire par exemple) avec ce médicament malgré un effet très significatif sur le cholestérol mesuré dans le sang constitue une magnifique démonstration que le cholestérol est innocent et qu’il ne sert à rien de le diminuer avec des médicaments sauf à “récupérer” à plus ou moins long terme les effets toxiques de ces médicaments…

    2. Ben il y a des publications bon , que des études d’observations , donc les conclusions sur un lien de causalité seraient osées autant qu’induës et injustifiées, qui décrivent un fait irréfragable. N’ayons pas peur de l’excès de mots. Les “vieux” avec un cholesterol eleve ont une esperance de vie plus elevée que ceusses qui l’ont bas.
      Les croyants avec une grand croix statinienne sur la poitrine vous diront Puïïï, tout çaaaa, c’est des c.ies, c’est parce que les cancéreux et dénutris ils ont un cholesterol bas tout çaaaa circulez- y – a – rien-a – voir.
      Mais mettez lui les études soue le nez probable que son médecin ne sait pas critiquer une étude observationelle …. (pas beau ce que je dis hein ? Mais réaliste. )
      Achille Talon
      Erudit.

  2. @Lorgeril
    Concernant le régime alimentaire méditerranéen, je demande à voir comment procéder pour faire adopter toutes vos recommandations à une personne âgée qui a de mauvaises habitudes ou alors à une personne qui est obligée de suivre des recommandations officielles en raison d’une pathologie précise. Je procède par petites étapes en m’appuyant sur vos ouvrages et autres sources documentaires. Et je cherche à convaincre des modifications alimentaires sur les aspects les plus urgents, d’où ma recherche et questionnement.
    J’ai bien noté votre choix de ne pas explorer plus activement la piste du sucre. Je n’y reviendrais donc pas sur ce sujet avec vous.

  3. @Lorgeril
    Je m’explique. Que vient faire votre phrase : “on peut même vivre dans des camps de concentration…” alors que j’essaye simplement d’argumenter sur votre propos concernant le sucre.
    Je note que vous vérifiez la loi de Godwin.

    1. Hum !
      La Loi de Godwin concerne des controverses arrivées à leur terme ; je en controverse pas avec vous ; donc pas de controverse ici et la Loi de Godwin n’a rien à y faire…
      En prenant les camps de concentration en exemple de situation extrême où les gens survivent quand même, je ne vous accusais pas d’être “kapo”…
      J’expliquais donc.
      En le comprenant comme ça, vous êtes “irritante”…
      Vous avez le droit de vous excuser.

      1. Définition :
        [ Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1 ]
        Ainsi il n’est pas facile de déterminer qui a “atteint le point Godwin” (ou gagné 1 point Godwin)
        Mais dans l’esprit, cela équivaut, grosso modo, à comparer son interlocuteur à un nazi.
        Aussi, dans le cas Mdl, et sans parti pris aucun (bien au contraire), rien à voir avec Mr Godwin…

      2. @Lorgeril
        S’excuser de quoi ? D’avoir fait part de ma surprise d’utiliser un tel propos pour clore une discussion ?
        Je sollicite votre avis sur un point particulier de l’alimentation en donnant un exemple d’une population qui a réussi à s’adapter à des conditions de vie extrêmes. Je m’attendais à une argumentation scientifique comme vous le faites sur les statines, des références biblio ou que sais-je… mais pas à cela ! D’où ma phrase en réponse qui a déclenché votre demande d’explication.
        Vous me parlez d’idiotie sur les esquimaux et utilisez une comparaison hors-sujet. Je ne crois pas que dans les camps de concentration les gens survivaient “quand même” comme vous dites. Les images de cadavres squelettiques en témoignent.
        Sur ce, nous nous éloignons beaucoup du sujet que je préfère, la nutrition.

        1. Petite leçon d’histoire : il y a des “camps de concentration” où l’on concentre les gens (avant autre chose…) et il y a des camps d’extermination (type nazi) ; ce sont des choses différentes.
          Les américains ont concentré des japonais californiens notamment après Pearl Harbour ; les français ont concentré des réfugiés espagnols en 1936 puis des des harkis en 1961-62…
          Les conditions étaient difficiles et les gens survivaient…
          Un de mes beau-pères a fait 4 ans de camp (1940-1945) : il est parti curé il est revenu vivant et… “défroqué”.
          Assez sur ce sujet !

  4. @ Akira
    Je suis curieuse de connaître votre glycémie après ce dîner de fructose.

      1. Je devais commander des capteurs en continu de glycemie ces prochains jours. Je ferai l experience a ce moment la. On aura un courbe avec un point toutes les 5mn. A moins de modifier les donnees du capteurs, ca va etre dur de tricher sur la mesure. Par contre, il faut que je verifie plusieurs jours de suite que ma glycemie reste stable en l absence de repas (ajustement de mon insuline basale).
        Pas si evident mais ca doit se faire. Je vais essayer.
        Je sens que ca va bien etre degeulasse ce repas ……… du fructose pur, beurk !!
        Je vous previens que si je passe les 2.50g deux heures apres le repas, j arrete de jouer et je me fait une correction d insuline.

  5. Pourquoi dites-vous que le sucre est un faux problème ? Si le régime méditerranéen contient du sucre, ce n’est tout de même comparable à un régime alimentaire de type “Western diet” !
    Des études montrent l’implication du sucre dans la naissance des pathologies.
    Le première implication est dans le mode de cuisson qui aboutit avec la réaction de Maillard à des liaisons glycosidiques des protéines et lipides. Ces fameux AGE ingérés en excès provoquent une augmentation de leur taux dans le sang.
    Par ailleurs, lors des hyperglycémies, le glucose libre forme également des AGEs, en se liant avec les protéines, lipides…
    Que pensez-vous de cette étude : http://www.aulamedica.es/nh/pdf/8936.pdf

    1. Concernant l’étude que vous citez, je m’arrête à leur propre conclusion : ils ne peuvent pas vraiment conclure…
      Le sucre, de façon générale, est un faux problème ; de même que le gras, de façon générale, est un autre faux problème.
      Nous mangeons des repas avec des plats plus ou moins bien préparés contenant de aliments de plus ou moins bonne qualité.
      Nous ne mangeons pas du sucre !
      Vous comprenez ? Nous mangeons des repas !
      Bref, il y a obligatoirement des sucres dans tous les régimes et il en faut car le glucose est l’aliment préféré des muscles et du cerveau.
      “Mens sana in corpore sano” : les muscles et les neurones !
      Il est bien plus rentable (métaboliquement parlant) de manger du glucose plutôt que d’en fabriquer soi-même à partir d’autres sources lipidiques ou protéiques. Gardons notre énergie pour fabriquer des nutriments vraiment indispensables.

      1. Pourtant le régime traditionnel des esquimaux ne contient pas de sucre ! Il était basé uniquement sur de la graisse (riche en omega 3) et des protéines animales.
        On peut donc vivre sans avoir du sucre dans nos repas !
        La production d’énergie à partir d’acides gras est plus rentable (production d’ATP) qu’avec le métabolisme du glucose.
        De plus, le glucose peut être produit à partir du glycérol issu des acides gras.

        1. uniquement sur de la graisse” ?
          On peut donc vivre sans…
          On peut même vivre dans des camps de concentration…
          Ne vous laisser pas désinformer avec des idioties pareilles, ayez pitié de moi !
          D’autre part, nous ne vivons pas (moi au moins) sur la banquise et dans un igloo…

        2. Béa,
          je vous invite à chercher de combien était l’espérance de vie des Inuits avec leur régime traditionnel… et surtout de quoi mouraient-ils (…si jeunes) ?
          “Vivre”… mais pas si longtemps que ça en fait (leur corps n’appréciant guère le manque de fibres et de vitamine C par exemple)
          Bonnes recherches !

          1. Mon propos n’était pas de faire l’apologie du régime des inuits mais juste de montrer qu’on peut se passer de sucres. Les inuits du fait d’un excès d’oméga 3 par rapport aux Omega 6 avaient des risques d’hémorragies.
            Mon objectif est de comprendre ce qui est vraiment mauvais pour l’organisme. Dans mon entourage il y a des personnes à qui je n’arriverai jamais à imposer un régime méditerranéen alors je cherche ce qu’il faudrait modifier en priorité dans l’alimentation pour prévenir les pathologies

          2. Lisez vite “Le nouveau régime Méditerranéen” ; il a été écrit pour vous aider à répondre précisément à ce type de question.
            Cela dit, quand on me dit qu’on “n’arrive pas à imposer un régime méditerranéen…”, je me questionne sur la façon dont la personne qui parle communique.
            Les mots trahissent les comportements !
            Psychologie élémentaire : on n’impose pas un régime nouveau à quiconque ! On modifie, on adapte, on montre les avantages avec douceur et conviction…

          3. MdL dit a Béa ”on vous aime”
            après qu’elle se soit excusée je suppose (faute d’être scientifique j’essaie au moins d’être cohérent)
            Bien sûr qu’on peut parler technique, tant que ce n’est pas absconse, pas le temps de développerr le mot, regardez-le au dictionnaire, bref le langage doit êtes simple et accessible à tous…
            @Akira, enterrons la hache de guerre, je crois qu’on a bien communiqué maintenant, et cela sans dommage
            c’est les fêtes, je sens qu’on va bientôt tous s’aimer doux Jésus
            Profitons-en !

        3. j’ai l’impression avec les Low carb de tomber sur des religieux…
          Dès qu’on touche à leur “dogme” le ton monte
          Pas signe de confiance tout ça
          croyez-en 1 psychiatre !
          Françoise et Rico mis à part, mais eux y en a bien élevés

          1. Salut Phil,
            Je crois que la responsabilite de la montee du ton est assez largement partagee entre les intervenants. Quand on s entend repondre qu on est que des imbeciles d essayer ces regimes et cela sans grande argumentation autre que celle de l’autorite, il me parait assez sain de chercher a en savoir un peu plus.
            Quand a affubler du qualificatif de religieux les personnes qui tentent (assez desesperement) de depasser ces arguments d autorite pour tenter d’extraire une information leur permettant de se forger un point de vue autonome, je ne suis pas certain que cela contribue a rendre la discussion plus cordiale.
            Est ce d’un ton suffisamment bas ? ;-))
            Pour ma petite personne, la problematique est un peu differente que celle des “bien portant” qui s essayent au low carb puisque mon metabolisme de diabetique de type 1 a un probleme serieux (c’est le moins qu on puisse dire) avec le sucre sous toutes ces formes. D’ou mon interet pour ce regime plutot que la gavage de glucide preconise par les societes savantes de diabetologie.

          2. “sans grande argumentation autre que celle de l’autorité” ?
            Holà, jeune homme, comme vous y allez ?
            D’autre part, même si je n’ai aucune confiance dans la “diabétologie officielle” [qui a réussi à dire tout et son contraire ; et s’est perdue dans les sables mouvants de la statinomanie…] qui me fait bien rire depuis 40 ans, je n’ai pas lu qu’elle conseille un gavage en glucides…

          3. Je ne pense avoir dit être une adepte de low Carb je préfère manger des fruits légumes viandes plutôt maigre poissons etc et j’aime beaucoup les pasta le fromage et vin rouge

          4. Hola vieil homme, comment vous y allez ! 😉
            Ne vous fachez pas comme ca ! C’est simplement que je suis toujours a la recherche de reference plus scientifique, mais je comprends bien qu’un blog n’est pas vraiment le lieu pour cela. N’etant pas dans ce domaine de recherche, c’est pas si evident de s’y retrouver en plongeant directement dans les revues. Il y a un gap entre les documents de “vulgarisation” (sans denigrement aucun) et les papiers scientifiques.
            Sur les regimes preconises ,tous mes diabetos m’ont continuellement saoule avec le fait de manger pain et feculents a chaque repas. Si c’est pas du gavage de glucide !! Ca commence a changer mais c’est long. La medecine est presque aussi lente a bouger que l’education nationale.
            Sinon je me mets a boire du rouge grace a vous, vous voyez, tout arrive !

          5. @akira : vous êtes péremptoire et cassant
            c’est ça qui m’énerve
            On a le droit d’être énervé ?
            @Béa : j’apprécie tant le ton aimable et humoristique de ce site, j’aimerais que ça ne change pas. Ici on s’adresse au “public”, aux ignares, aux foules incultes (à moi), aussi il est important de “vulgariser” (1 terme bien idiot par ailleurs), disons qu’il ne faut pas parler technique
            Vous y en avoir bien compris moi ?
            Ou pas ?

          6. Quand l Amiral est ironique et un peu cassant (j ai eu du mal au début, mais je comprends mieux à présent), vous trouvez ca sympathiquement humoristique. Mais quand c est une personne qui s interroge sur les thèses défendues ici, ca vous irrite. On peut se demander qui est plus proche de la religion que les autres non ?
            En quoi ai je été péremptoire ? J essaie de sourcer mes propos et je pense avoir pas mal évolué à la lecture des propos des uns et des autres ici. Est ce péremptoire que de chercher à se faire une opinion en ne croyant pas tout ce qui est dit mais en recoupant des informations. Est ce péremptoire que d avoir un avis différent ?
            Je ne vous conteste pas du tout le droit d être irrité, mais traiter les autres de religieux parce qu’ ils ont un regard critique (mais ouvert) sur des thèses différentes me semble assez peu respectueux.

          7. @phil
            “il ne faut pas parler technique” !
            Je pensais être sur un blog d’échange d’infos y compris un peu “technique”.
            Ma foi, ce n’est donc pas la peine que je fasse part de mes interrogations.
            Dommage !

          8. Personne ne vous empêche de quoique ce soit ; mais faites-le avec pondération ; et même sans modération, c’est plaisant ! Faites, par pitié, on vous aime !

  6. @Ricomart
    Petit cadeau pour une douce journée lesscarb… pour patienter, en attendant que je dise ici pourquoi j’aime autant ma BioCoop ? Mais j’ai besoin d’un peu de temps, parce que je ne voudrais vous oublier aucun argument…
    Sans doute connaissez-vous cette merveilleuse chroniqueuse et humoristique. Et comme elle parle de science ici (pas médicale, mais c’est plus universel…), je partage avec vous. Vous allez l’aimer, elle est définitivement et délicieusement folle ! Prêt pour 4 minutes de doux délire ? Clic !
    https://www.youtube.com/watch?v=NMtjMPHtV5o
    A tous ceux qui savent que rire ou même sourire, c’est drôlement bon pour la santé.
    Et à tous les fans inconditionnels de Nicole Ferroni, aussi.
    Et aussi à tous les gens qui croient (malgré les bonnes lectures de Dr MdL et la diète méd.) qu’en effet, le sucre, c’est plutôt ‘beurk’… ! (piqûre de rappel).

    1. Je suis un super fan de cette déjantée de Nicole Ferroni et je suis scotché à mon poste le mercredi à 9h-5 pour ce pur moment de délice et aussi le vendredi même heure pour François Morel. Je en raterai ça pour rien au monde.
      Maintenant au sujet du sucre le chuc comme on dit par chez moi . Je suis une boukachuc (c’est du ch’ti) et si on veut m’en priver je devient très méchant!!
      Mais je ne suis pas diabétique et comme les études ont montré qu’avoir des réserves est bon pour la santé je garde mon petit matelas naa !!!

      1. @Jean-Marc R.
        Oui, trop bien, d’accord avec vous, TOUS ces chroniqueurs, bien que Elle ait ma préférence pour cette énergie incroyablement positive et cet humour si décalé et si joyeux.
        Pour le sucre, je crois qu’on va en reparler, mais on n’a que 24 h. dans la journée hélas.
        Les symptômes que vous décrivez sont bien normaux : il en va ainsi pour toutes les addictions: quand on prive un drogué de sa ‘dose’… il devient agressif 😉 ?
        Non, non, je plaisante… enfin, pas vraiment, mais comme LE Dr chez qui on écrit ici a l’air d’être pro-sucre(s) … on en r’parle plus tard, hein ?
        Aaaaaaah, l’industrie du sucre…, elle est trooooop forte, quand même, d’avoir réussi à corrompre…. jusqu’à notre merveilleux Dr Michel de L. 😉 !!!!
        Pour tous celles-ceux qui ont parfaitement compris que ce post n’est que PURE PLAISANTERIE (sauf les éloges à Nicole Ferroni et al., ça, on le pense !).

    1. @ Yeam : La page n’existe pas apparemment même si on copie le lien pour l’ourir dans un autre onglet. Y a pas un autre moyen ?.

  7. Bonsoir Docteur. Je me suis amusé à aller voir sur un Blog Allemand (je comprend un peu la langue) celui du Dr FEIL “Cholesterin auf Wolke 7) et j’ai noté un véritable changement dans ses réponses et celle de ses collaborateurs au questions de patients à propos du Cholestérol et des Statines : Subitement il est devenu complètement innocent et les statines très dangereuses ( on croirait vous entendre) A mon avis cela fait suite à post que je lui avais adressé en 2013 en lui indiquant des liens vers vos travaux. Si en plus lui et son équipe on regardé “Cholestérol, le grand bluff) cela a dû les secouer. Travail de “colibris” . Bon, Phil pourra peut-être mieux décortiquer son article et les réponses à ses interlocuteurs que moi, je suis un peu obligé, comme pour l’anglais de m’ aider de Google.

    1. Par ailleurs ; dans le dernier S&V de Novembre en « presque dernière page » un article intitulé « Enquête sur un phénomène en expansion . Les Chercheurs fraudeurs » La rédactrice de l’article s’est basée sur le livre de Nicolas CHEVASSUS-AU-LOUIS, Journaliste indépendant à propos de son dernier livre « Malscience, de la fraude dans les labos ».
      En fait il dit exactement ce que dénoncez depuis des lustres. Petit extrait de son interwiew : « On enlève un point de mesure « parce qu’il sort de la courbe »,on ne rapporte que les expériences qui marchent, on change de test statistique pour faire émerger un résultat significatif.. ; ». Selon l’article cela représente un incroyable gâchis d’argent qui représente des milliards d’Euros investis dans des recherches frauduleuses. Et c’est particulièrement marqué en matière biomédicale, pouvant avoir des conséquences très graves sur la santé, un chercheur au USA ayant par ex. fait donner à 6500 patients des traitements expérimentaux pour des essais cliniques par la suite rétractés pour fraude !
      Bon ne cite pas particulièrement le problème des statines et du cholestérol ( je n’ai pas lu son ouvrage) mais tout cela se rejoint.

      1. @Inoxydable
        … Et on continue avec les perturbateurs endocriniens versus science manipulée !!!
        Tout se rejoint, oui….
        http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/11/29/halte-a-la-manipulation-de-la-science_5039860_3232.html
        A tous ceux qui se réjouissent que tous ces scandales soient dénoncés, et à tous ceux qui sont un peu las, quand même… aussi ! Et à tous ceux qui se demandent si ces dénonciations vont être suivies d’effets ou des faits,… aussi ?

        1. Les dénonciations suscitent le doute ; le doute suscite la prudence chez les banquiers ; la prudence des banquiers vis-à-vis d’un titre (en bourse) douteux entraîne sa chute ; et la compagnie devient une proie… Voyez Monsanto !
          Mais trop de dénonciations tuent le principe de dénonciation ; et BigPharma a inclus dans ses comptes et de façon anticipée les méfaits du doute et de la prudence ; avec BigPharma, il faut plus que de la dénonciation ; un peu comme avec l’Apartheid autrefois, il faut dénoncer sans relâche et aussi autre chose…

    1. Nous avons déjà parlé de ça ; et c’est très bien décrit dans l’émission d’ARTE…
      Attention, l’auteur (Legrand) en profite pour faire un peu de pub pour son livre…
      Ses idées sont, en général, très influencées par des liens d’intérêt variés…
      Je vous laisse faire votre petite enquête…

    2. Très intéressant
      Moi je suis en surpoids et gros consommateur de sucre (mon addiction c’est les bonbons, remplacent la cigarette depuis 20 ans, y a 1 sketch de Fernand Raynaud sur le sujet.)
      Mais d’1 autre côté on dit que le Régime “Low Carb” c’est pas bon
      Alors j”en perds mon latin, bien que ne l’ayant pas étudié

      1. Je serais interesse par les articles qui disent que le “low carb” est pas bon. Comme j ai commence ce regime pout tester, je suis preneur des avis contraires.

        1. Ce site n’est pas un lieu de formation post-universitaire.
          Pour obtenir une information exhaustive, je vous recommande la lecture de mes livres ; pour commencer…
          Cela dit, vous pourriez vous poser la question différemment : quelle étude ou quel essai clinique bien conduit a montré que le “low carb” ou une de ses variantes avait des bénéfices pour la santé ?
          Si vous persistez sur cette ligne, vous pouvez poser une autre question : quel modèle alimentaire a fait la preuve de son utilité ?

          1. Pour les diabetiques il y a pas mal d’etudes medicales (suede et norvege principalement) qui montrent que les low carb a tendance a diminuer l insulino resistance … ce qui est plutot interessant. Il y a aussi les publication du Dr Bernstein.
            Apres, je doute que le recul soit suffisant pour tester des parametres de morbidite par exemple.

          2. Je ne sais pas si vous avez pris ma demande d information comme une mise en cause de vos affirmations. Ca n’etait pas le cas. Je cherche juste a comprendre plutot que de me fier a des arguments d autorite, d ou qu ils viennent 🙂

        2. Merci à l’auteur de ce blog qui a répondu pour moi, en ce qui me concerne (et bien qu’étant pour tout ce qui est contre et contre tout ce qui est pour), j’ai tendance à faire confiance à “certains” spécialistes de la nutrition.
          Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, demandez à MdL:)

          1. Philosophons (nul n’est parfait) : régulièrement on est envahi par des prophètes géniaux venant “renverser la table” ou “faire du passé table rase”, et ça marche !
            Sauf qu’après 4 ou 5 décennies de ce régime, si je puis dire, on commence à se demander qui se fout de la gu… de qui ?
            Dans mon enfance on “désalcoolisait” la France, pays de soulographes graves (“Les parents boivent, les enfants trinquent”) et de cirrhose du foi, maintenant on nous vante les polyphénols et le french paradox…
            La vérité n’est-elle pas en fait dans l’excès ?
            Le gras pas bon? Si le gras très bon. Mais trop de gras nuit…
            Le sucre pas bon? Si le sucre très bon (les carences en sucre, c’est quand même grave), mais avec excès ça nuit…
            Pareil : trop de sommeil, nuit

      2. Ami Phil, pour ce que ça vaut: J’ai remplacé mon addiction de la cigarette ( cessée depuis plus de 30 ans…) par le chocolat noir à au moins 85%. J’en avale l’équivalent d’une tablette par jour depuis une dizaine d’années, et il existe en Bio, notamment depuis peu chez LIDL et pas cher du tout.
        Je précise et reconnais que c’est un peu trop mais je n’en ai jamais eu de conséquences … Bon pour les ceuss qui son constipés en permanence ça posera problème sans doute, il faudra de la mesure.
        Bon appétit.

      3. Une fois n’est pas coutume, mais, peut-être, à titre indicatif, sous forme de retour d’expérience, je peux vous raconter mon “less carbon” . L’époque est aux “low”, “ligth”, “sans trucmuche”, “ni additif”… le Spectacle n’est jamais avare d’étiquettes pour nourrir le chaland. Histoire d’un “less carbon” raisonné – c’est bien aussi raisonné, ça fait pas ultra, c’est bien pensant et ça dit aussi qu’avant on ne réfléchissait pas – So, my own less carbon experience :
        Un matin, lendemain de quelques bonnes longueurs de piscine, je me lève avec un mal de tête digne d’une des plus belles soirées de beuverie de ma vie, sauf que je n’avais rien bu ! Paracétamol, boulot, dodo et re-piscine. Damned ! Même état de crâne qu’après un litre de whisky, sauf que… y’a longtemps que je bois plus de whisky, ni au verre, ni au litre ! Paracétamol, téléphone :
        – Allo Doc, je me défonce à l’eau de piscine et je ne supporte plus !
        – Ah ! Ah ! Rico ! Tu vieillis, tu dois faire de l’arthrose cervicale. Faut qu’on se voit !
        On se voit :
        – Ouais ! Ouais ! Tu fais de l’arthrose cervicale. T’es bon pour le sans gluten et le sans laitage.
        – Merde, plus de pain et plus de fromage !
        Je bouquine Jacqueline Lagacé – bon, faut aimer, mais c’est terriblement bien documenté – et je m’y mets. J’arrête, à regret, mon bio complet – ainsi que tous les céréales – mon picodon local – quand t’en manges tu pleurs – et mon quelque(s) verre(s) de rouge – que même Séralini, il l’aime – Je remplace le tout par mon sarrasin bio et l’eau qui pique – c’est temporaire MdL, Diet’Met oblige –
        Put… déjà que je suis pas gros, j’ai fondu de 4 kilos ! Et encore, je ne fais que du “less” pas low, tchoulé !
        Résultat, le matin au réveil, je n’ai plus mal au dos, l’arthrose qui me taquine le genou, mais je le traite déjà, me fait beaucoup moins souffrir, sauf lorsque je porte de lourdes charges, et je n’ai pas encore repris la piscine… je perds le maillot !
        Autre chose, j’avais une tendance récurrente à l’insomnie, j’ai cru comprendre, en lisant différents auteurs, que les variations importantes de glycémie pouvaient l’expliquer. Et bien la réduction des sucres lents – céréales – et leur remplacement par le sans gluten – à indice glycémique plus bas – a amélioré très franchement mon sommeil, je n’ai plus besoin de me lever la nuit pour manger le yaourt dont j’avais l’habitude. Donc le “less carbon” ça marche !
        J’ai repris, depuis quelques jours, mon quelque(s) verre(s) de rouge, mais sans mon picodon je me sens orphelin, et puis j’ai acheté un nouveau maillot de bain.
        Santé et natation méditerranéennes

        1. heureux de lire le choeur hétéroclite et si enrichissant des aimsibiens… Avant de vous lire je n’étais sûr de rien, maintenant je que je vous ai lu je danse le Ska (one step beyond… )
          Inox connait Fernand Raynaud (on est de la même cuvée), Akira ne sait pas ce qu’est une carence en sucre (sais pas qu’on continue de crever de faim partout), et Rico (au fait tu en es où avec Françoise? ) a une expérience Low carb qui déchire, comme ils disent.
          De tout cela je prends bonne note et ferai bon usage, en tant que (faux) psychiatre je traque tjrs l’effet placebo, et personne mieux que Rico ne connait la puissance de la force obscure cachée de l’inconscient.
          Bon c’est les fêtes, j’ai décidé (pour fêter ça) de m’empiffrer. Avec des trucs rares et chers… C’est la trêve des confiseurs, pas des confiseries.
          Et tu (ou vous) savez quoi ? Durant les fêtes je maigris, à force de manger des bonnes choses… Du fait que c’est bon on en mange moins.
          Toute une philosophie…

          1. PS Rico : quelle différence entre l’effet placebo et la vraie amélioration ? Réponse : la durée.
            L’effet placebo c’est du 3 à 6 mois dans le meilleur des cas (je n’ai pas fait de test scientifique), c’est puissant mais instable, le cerveau se lassant de ttes les drogues
            J’ai guéri grâce à un gourou de mon arthrose du cou, mais quel était donc son nom ? Ah oui, c’était le binôme MdL/Salen.
            ça fait pratiquement 10 ans de ça, et le mal était récurrent. Faut dire que ces deux-là (c’est amical) m’ont vanté “Le + puissant effet anti inflammatoire naturel qui puisse exister” : l’Oméga3 EPA.
            Et je les ai cru.
            Et bien m’en a pris !
            A noter aussi (amis de la poésie c’est la vie) que ces huiles m’ont définitivement soigné de la tendance à la constipation du chocolat noir d’Inox.
            Je continue – religieusement – de me supplémenter en huiles ALA / EPA, et continuerai tant que Dieu existera

          2. Bon si dieu est dans le “cou” , je m’incline.
            je m’huile aussi, depuis la même rencontre que toi avec la lumière, et placebo j’aurai sa peau par la durée comme tu me l’as recommandée.
            Françoise a dit qu’elle m’aimait, comme elle aime Reliquet et MdL, va y’avoir du grabuge… chez Michel !
            Bonnes fêtes amaigrissantes à toi

          3. Cher Phil,
            Dans un regime LCHF, il y a low carb et high fat. L’energie des cellules peut etre apportee soit par les glucides, soit par le gras. Et si on reste a calorie constante, on peut diminuer fortement les glucides en les compensant par le gras. C’est dans ce sens que je demande ce qu’est une carence en glucide.
            Pourquoi employer ce ton condescendant avec vos interlocuteurs (sais pas qu’on continue de crever de faim partout) ?

        2. @Ricomart
          Ahaha, est-ce qu’on ne pourrait pas installer sur ce blog des boutons ‘j’aime’ voire ‘j’adore’ ? J’en ferais grand usage !!! J’aime tellement le ton, et ces messages si drôles et efficaces ! J’adore aussi le contenu de celui-ci !
          On tourne autour du sucre depuis quelques posts (je m’en souviens parfaitement, c’est Akira qui a lancé les hostilités), et je crains de me joindre aux gens qui témoignent sur le sucre… c’est bof (peut-être même ‘beurk’ ?… c’est à l’étude….).
          Mais comme c’est mon seul bon sens qui parle (associant X lectures et pistes, et peut-être questions à Dr MdL) pour élucider la question du(des) sucre(s)… j’ai besoin de récapituler (oui, c’est ça, sur 10 pages… environ ?).
          A tous ceux qui aimeraient bien une diète méditerranéenne less-carb ou qui cherchent une solution pour retrouver la cohérence ‘diète-med.’ versus ‘sucre beurk’.
          Et à tous ceux qui se sentent orphelin sans picodon, mais qui s’emploient à en faire le deuil.

          1. Le sucre, ça ne veut rien dire, ou plutôt il faut dire ce que on veut dire quand on dit “sucre”…
            Mais là je démarre un cours de nutrition ou de biochimie de la nutrition…
            Pas envie ce matin.

          2. Pour moi le sucre, c’est tout ce qui fait monter ma glycemie … donc les glucides. Je fais bien la difference entre les glucides d’index glycemiques differents (c’est sur qu’un muesli de graines completes fait pas exploser ma gly comme une baguette bien blanche).
            Je trouve le terme de sucre tres ambigue. Il est utilise a toutes le sauces. Y a meme des salop*** pour faire des biscuits soit disant sans sucres pour diabetiques (avec 80% de glucides) !!

          3. Pour certains, même le fructose fait partie des sucres… alors qu’il n’a pas d’incidence sur la glycémie mais favorise l’insulinorésistance et donc le diabète de type 2…

          4. Yes, super !!!
            On va pouvoir commencer à distinguer, à affiner, à détailler… J’aim’ mieux ça!….
            Car certains sucres ou glucides stupides, j’espère qu’on va les virer du régime méditerranéen et de vos recommandations, … quand même ?
            Mais j’ose à peine parler de tout ça ni vous questionner plus avant,… avant la lecture rigoureuse et exigeante de votre livre ad hoc. (Et ouiiii, je suis nouvelle, à “brainstormer” ici, moi !?).
            Belle journée à ceux qui ont un contentieux avec ce qu’à l’épicerie, on appelle le “sucre”, quand il est raffiné “à mort”.

          5. J’imagine que le régime idéal est celui qui :
            – d’une part, évite de se retrouver avec des hexoses (glucose, fructose, lactose…) en trop grande quantité et trop longtemps dans le sang, ceci afin de limiter la formation de liaison osidique avec les protéines et lipides ;
            – d’autre part, soit riche en fibres, micronutriments, omega 3, antioxydants…

          6. Le régime idéal est le régime méditerranéen adapté à notre époque ; voir le livre d’un célèbre auteur…
            Le régime méditerranéen n’est ni pauvre en gras ni pauvre en sucre (ce sont des faux problèmes), il est méditerranéen ;
            suivez le guide !

          7. @Michel : Le fructose ne fait pas augmenter la glycemie ??
            Je vous garantis que je suis oblige de m injecter pas mal d insuline a chaque fois que je mange un fruit (ou du fructose pur).
            Alors peut etre qu implicitement, il etait question de la glycemie d une personne non diabetique de type 1 et qu on considerait que le pancreas parvient mieux a maintenir une normogly qu avec du glucose. Mais meme dans ce cas, meme avec un index glycemique bas, il fait quand meme monter la glycemie.

          8. Le fructose a un index glycemique (defini comme une fonction de l’elevation de la glycemie, ou plutot de sa cinetique) de 20. C’est nettement moins que le glucose mais c’est non negligeable.
            Il est metabolise a 50% par le foie pour en faire du glucose qui est relache dans la circulation sanguine. J’ai un gros sachet de fructose a la maison. Je ne manquerai pas ce soir de m’en envoyer un bonne dose sans insuline pour verifier la montee de ma glycemie.

          9. @Dr MdL @Akira
            Je ne suis pas diabétique; j’ai une famille de diabétiques en revanche et j’observe, beaucoup même et depuis de nombreuses années.
            Moi, je ne sais pas dans quoi classer le fructose, si ce n’est dans les sucres ? Mais vous avez raison, Dr MdL, si on ne définit pas le terme.. il est vain de parler de sucre(s).
            J’observe bien aussi, de même qu’Akira que les fruits, tout autant que le fructose, font monter la glycémie dans mon petit entourage.
            J’ai l’impression que sur le diabète et le(s) sucre(s), on dit une chose et son contraire et les patients observent encore d’autres choses inattendues, qui ne correspondent pas = jamais décrites ou pas prévues…. et aussi, que cela varie beaucoup-beaucoup d’un individu à l’autre… ??…
            Peut-être qu’il y a des choses qui ne sont pas comprises dans les mécanismes en jeu ?
            J’ose à peine ouvrir la bible sur la Diet.Med. Trop peur qu’elle recommande d’inclure un peu de sucre (au sens de mon épicier, cet affreux extrait concentré de canne à sucre ou betteraves…)… Beurk !
            A tous les gens qui testent le régime LCHF et qui trouvent que c’est pas mal du tout…

          10. Vous êtes libre de faire ce qui vous plaît bien entendu ; mais pour nous médecins, il importe avant tout de protéger nos patients à risque et d’aider les autres à ne pas devenir “à risque”.
            Nous ne pouvons pas nous payer de “mots” ou de “phrases” ; les régimes lowfat, lowcarb, Atkins, cétogène, hyperprot et d’autres passent dans notre ciel un peu comme des comètes dont la grande lueur disparait vite mais avec une longue queue qui n’en finit pas de briller à l’horizon…
            Vous verrez quand vous aurez mon “grand âge” et que vous ferez le compte des régimes qu’on vous aura proposés pour tel ou tel autre problème de santé ou de bien-être.
            Ces régimes n’ont jamais sauvé une vie et il est loin d’être démontré qu’ils améliorent la qualité de vie chez le bien-portant “normal”…
            Ce qui n’empêche pas de faire et refaire des articles, des livres, des recettes ; c’en est plein les magazines des “Jean-Michel” et autres rigolos…

        3. @ akira : si j’ai eu l’air condescendant je vous prie de bien vouloir m’en excuser, je ne voulais pas blesser
          M… mon chien est en train de se foutre de ma gueule, j’ai piqué ça à jean marc ayrault…

  8. @ Diététicienne et Rico lire Janssen et relire ou voir au moins celui-la “la maladie de Sachs” !
    @ Françoise qui ne se ménage pas pour nous donner des idées de lecture également !
    Belles idées merci !
    Il reste le temps à stopper 🙂

  9. Aïe ! L’imputation causale prématurée a frappé une fois de plus !
    Si l’économie américaine a effectivement souffert d’une diabolisations hâtive du cholestérol, c’est à la fin du 20ème siècle lors de la baisse drastique de la production agricole d’oeufs à cause du pourcentage élevé du cholestérol dans le jaune d’oeuf (car comme on avait déjà remarqué, le pourcentage a plus d’impact sur le preneur de décision que la valeur absolue).
    A propos d’oeufs, savez-vous pourquoi les médias battent régulièrement la mayonnaise de la grippe aviaire, sans parler autant de la grippe porcine ? Parce qu’on ne sait pas fabriquer les vaccins anti-grippe sans oeufs. La poule aux oeufs d’or ne doit pas tomber malade…

      1. Savez vous que la doyenne de l’humanité ( 117 ans) se nourrit depuis très longtemps en avalant deux œufs crus par jour!!! Même pas peur du Cholestérol…

        1. Certes … mais les cas anecdotiques renseignent finalement assez peu. On pourra aussi trouver un fumeur de Havanes qui ca vivre jusqu’a 90 ans 🙂

          1. Oui mais pas jusqu’à 117 ans ! Et trouvez m’en un qui vit ou a vécu jusqu’à 90 ans en se gavant de havanes…J’en connais un, Churchil, mais il a vécu dans un état de délabrement physique plus que certains dans ses dernières décennies de vie. Comment aurait-il été s’il n’avait pas tant fumé ? Jusqu’à quand aurait il vécu en assez bon état ?
            Pour en revenir à l’ homéopathie, vous devriez en découdre avec les Dr Edouard Broussalian (Conf. le site de Déborah Donnié).
            En outre, montrez nous des études que l’effet placébo est meilleur que l’homéopathie … Dans les pseudo études comparatives, les résultats sont équivalents : Il convient donc des les additionner au lieu d’écarter l’un sous prétexte d’effets qu’on ne peut expliquer.
            Ce n’est que mon avis. Bonne journée.

          2. @ Akira : Castro par exemple ! Quelle santé ! Non ? Pourtant ils ont dû en dépenser des Pesos depuis plus de dix ans pour le maintenir pour ne pas qu’il se délite…

        2. est-ce qu’on a fait des expériences scientifiques sur la bonne humeur (et ses conséquences) ?
          Et avez-vous remarqué que dans ‘se faire du mouron’, il y a mourons ?

          1. …et que dans ‘atrabilaire’ il y a ‘mélancolie’…
            du grec au latin la bile reste sombre, mais en français ça touche le sang :
            soit on se fait de la bile sans en préciser la couleur,
            soit on se fait un sang d’encre.
            Ceci dit, maintenant qu’on a découvert dans notre colon l’organe de la bonne humeur, microbiote qu’ils l’appellent, nous n’aurons plus les pétoches !

          2. @ Phil. Le “mouron” est une plante dont les oiseaux se nourrissent des graines : “Cela n’est pas du mouron pour ton serin” et on peut nous aussi en manger en salade.
            Le “mouron” désigne aussi la chevelure. L’expression est donc identique à “se faire des cheveux” au se faire du souci ou encore de la bile.
            Je cite :”Ces expressions renvoient à des substances créées inconsciemment par le corps humain, et que l’on ne contrôle pas. Ainsi, “se faire du mouron” correspond à se faire du souci involontairement.”
            Rien à voir avec la mort… Quoique la maison Borniol (ou une autre) avait pour devise :”Mourrez, nous faisons le reste”. Pas souci donc…

  10. Merci Dr Michel de L. !
    Depuis votre conférence au Thor, et depuis que je suis un peu ce blog… je m’interdisais de vous poser cette question… car je ” redoutais ” une réponse de cet ordre là (je l’aurais pariée, en fait).
    Tout cela est très cohérent…. mais on est très conditionnés à comparer les valeurs de chacun à des valeurs de référence.
    On va apprendre à vivre sans (trop de) chiffres, d’accord 🙂
    Belle semaine à tous ceux qui ne font des analyses de sang que pour leurs assurances de prêts !
    Et à tous les Dr sérieux qui ne s’enferment pas dans des chiffres, aussi !

  11. Et ces traders de crises, ont-ils arrêté les statines depuis 2008 ? Nos politiciens, non 😉

  12. Un leurre pour dédouaner Goldam Sachs et Morgan Stanley ;
    Vu un bon film – The Big Short – avec Ryan Gosling , il y a peu sur C+ , qui décortique les ressorts et l’explosion de la crise des subprimes en 2008

    1. Excellent !
      Dans la même veine, margin call avec le très bon kevin spacey.

      1. je vous conseille Rapace, de l’excellente (et trop peu connue) Claire Devers, Margin Call c’est du haut de gamme, enfin quelqu’un qui connaît

        1. Merci pour le conseil. Je vais essayer de trouver ca.
          Sinon j’en avais vu un autre mais en Allemand (pas sur qu il soit sorti en francais) :
          Maitre de l’Univers (le banquier)
          http://www.imdb.com/title/tt3129484/
          Par contre ca devient parfois tres technique …

      2. Di Caprio sniffait donc de la poudre de statines dans ” Le Loup de Wall street ” , ouais …..!

  13. Il y a un probleme de traduction :
    ” l’impact potentiel de la prescription immodérée des statines sur le comportement (aberrant) des milieux financiers” .
    En fait, “The potential behavioral and economic impacts of widespread HMG-CoA reductase inhibitor (statin) use.” signifie, dans la contexte de l’article :
    “Les conséquences potentielles de l’usage généralisé des … statines sur le comportement des patients et l’économie”
    Pour le restant de l’article l’auteur le publie comme une hypothèse. Pour aller plus loin il faudrait plus . Il y a une tonalité “APril fool” dans cet article.
    De plus la validité faible des études en science psychologique a été mise à la lumère récemment .
    Et je me demande combien des hypothèses publiées dans ce journal des hypothèses sont ultimement vérifiees. Un peu comme il y a longtemps les articles (assez rares) de la série “medical hypotheses” dans The Lancet.

    1. C’est là que la science (y compris la psy) est comme la médecine un art !
      Y faut des artistes ! Ah !
      Et des bienveillants pour élaborer avec…

      1. Bonjoir hips
        Et vous Monsieur De Lorgeril quel est votre votre taux de cholesterol,, hips ?

        1. Oups ! Ze sé pas !
          Pas mesuré récemment.
          Mais quand je servais de cobaye dans ma jeunesse dans divers manip de labo, je me souviens que je tournais banalement entre 5 et 6 mmol/l…

          1. Ooooh, pauvre Dr Michel de L. …
            Et on ne vous a pas fait baisser vos chiffres accablants de cholestérol de 5-6 ??? Aaah… pas de médicaments à l’époque ???
            Aaah… c’est pour ça que vous avez investigué le cholestérol ???
            Aaah… c’est pour ça que vous avez gardé toute votre lucidité ???
            Belle semaine à tous les gens qui pensent avoir trop de cholestérol et à tous ceux qui n’en ont pas assez ! Et à tous les autres aussi !

          2. Une question quand même, concernant les valeurs….
            Je vous entends souvent dire, Dr MdL que des valeurs basses de cholestérol constituent un facteur de risque pour bla bla bla….
            J’imagine que c’est difficile de préciser, compte tenu de la variabilité du vivant, donc des valeurs de paramètres biologiques qui diffèrent d’un individu à l’autre, mais… en gros (en très gros, même)… vous avanceriez-vous à donner une valeur minimale recommandée ?
            Et d’autre part, en ce cas d’une valeur totale de cholestérol très-trop basse, quelles proportions entre LDL et HDL sont les “moins peu” protectrices OU à l’inverse quelle proportion est moindre mal ?
            Et en cas de basse valeur de cholestérol, y a-t-il des recommandations en termes de mode de vie (spécifiques) ?
            Peut-être avez-vous déjà répondu à cette question, mais le propre d’un blog, c’est d’être labyrinthique… alors, merci pour tout élément de réponse que vous pourriez (re)donner.
            Bonne semaine à tous ceux qui manquent de cholestérol 🙂 !

          3. Je n’oserais, contrairement aux zélotes des statines et autres crétins qui donnent des “seuils”, donner des valeurs précises ; ce sont des courbes en U ou en J très plates (comme pour la pression artérielle) et du côté gauche, les données épidémiologiques sont faibles au-delà des données de mortalité.
            Les Intervalles de confiance (95%) sont larges ; car les facteurs de confusion sont tellement nombreux…
            Donc, on peut être longtemps en excellente santé avec un cholestérol total <2g/L. Mais avec des "petits" inconvénients qu'il vaut mieux oublier...
            Bref, mieux vaut éviter de donner des chiffres précis ; en particulier de HDL...

      2. Je vais faire mon pédant.
        L'”art” dans la médecine est un art, n’est pas, à mon avis l’art des artistes, mais celui de l’artisan.
        Celui de “dans les règles de l’art”.
        Quand Hippocrate dit ““La vie est courte, l’art est long, l’occasion fugitive, l’expérience trompeuse, le jugement difficile.” il parle aussi d’un art qui n’est pas celui des artistes.
        On note qu’il a compris beaucoup de choses notamment le caractère trompeur de l’expérience (de nos jours beaucoup se basent sur une expérience nourrie de hasards et de biais de mémorisation et biais de renforcement) même s’il n’a pas prédit l’étude contrôlée avec tirage au sort, l’inconséquent, dirait Achille.
        Littré défini “art” ainsi pour une de ses acceptions:
        “1- Manière de faire une chose selon certaine méthode, selon certains procédés. Les arts de la paix. L’art oratoire, l’art de la parole. L’art musical. L’art militaire, l’art de la guerre. Les principes de l’art grec. La logique est l’art de raisonner. Posséder un art. Selon les règles de l’art. Les hommes de l’art. Parler avec art, sans art. Cet ouvrier est très habile dans son art. ”
        Les artistes, ce sont ceux qui s’émancipent (oui je parle bobo, mais j’ai dit que je faisais mon pédant) des règles de la logique et de la pensée rigoureuse pour nous donner une larme à l’oeil à l’écoute d’une série de notes, phénomènes physiques pourtant intrinsèquement sans âme, à la vision d’une ombre dans la chair, d’un regard de transverbération Berninienne:
        https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Santa_Maria_della_Vittoria_-_6.jpg?uselang=fr
        Par extension ceux qui agissent de façon irréfléchie on peut y mettre les statinistes maoïstes qui se refusent à lire les analyses terribles des études sur les statines. Comme l’intégriste crétinisé se détourne à l’entrevue fugace (forcément fugace) et satanique du visage d’une femme. Na !
        Et puis il y a aussi Art: Art Garfunkel
        https://www.youtube.com/watch?v=MXIBB0QjkQU
        PAs la meilleure version mais on nous y donne le texte.
        Qui rejoint Hippocrate “still a man hears what he wants to hear and disregards the rest” (l’expérience trompeuse).

          1. @ AL. Pedrinha ; Ah çà, c’est de la bonne réflexion, c’est vraiment pas “con”, le commentaire est “d’or”.
            Je rappelle simplement que si l”Art est difficile, la critique est aisée”; ( ne prenez pas ça pour vous, c’est valable pour tout) mais elle n’est pas toujours facile, il faut de bons arguments. Bon j’arrête là, je vais me faire péter un “glaxybulle” comme le dirait Achille talon…

          2. @Victor Inox
            “El Condor pasa” de Simon et Garfunkel, un vieux tube de la jeunesse de notre MdL, l’autre lecture, la votre, je ne l’avais pas faite.

    2. Fichtre, les “sciences psychologiques” !
      Je n’étais pas au courant (c’est l’âge) et viens de voir qu’il y a un “Master en sciences psychologiques” !
      C’est con et prétentieux, mais dans le fond ça ne m’étonne pas, il y en a tant qui ont besoin de se pousser du col et s’octroyer des titres ronflants. Donc, comme pour les statines, consensus général pour valider la notion…
      ça fait quand même bien rire mon chien à qui on ne la fait plus, les sciences c’est ce qui se prouve (jusqu’à ce qu’on ait prouvé le contraire de ce qui a été prouvé).
      Mais alors en psychologie on prouve quoi et comment ?
      Comme c’est mon truc ça me laisse sur le c… ul. En psychologie on ne pourra jamais rien prouver et cela en fait toute la grandeur, on suppute, on imagine, on pense que, on a observé sur tant d’individus que… mais on comprend quedal
      C’est beau la science

      1. Nous sommes des bienveillants et toutes les formes de savoir nous interpellent, y compris (par exemple) les médecines complémentaires et les sciences humaines qui n’ont rien à voir avec la physique quantique…
        Donc la psychologie, la sociologie et même la philosophie.
        Tout est relatif ou, en d’autres termes, on est toujours le couillon d’un autre
        Je m’explique : ce qui définit (et fait la supériorité) de la science moderne [ce pour quoi je suis rémunéré avec vos impôts], c’est à mon humble avis sa prédisposition à accepter ses erreurs et même à calculer la probabilité d’en faire ; ce n’est pas rien ça quoique la grande majorité des pratiquants de ce sport délicat ne l’ait pas compris !
        Sauf que !
        Sauf que, si un physicien accepte une probabilité de se tromper de 1/100.000 par exemple quand il veut faire sérieux (ils ont identifié le boson quand même), un biologiste accepte un ridicule 5/100…
        Vous comprenez qu’un biologiste, un physiologiste ou un médecin fait rigoler un mathématicien ?
        Alors, nous, devons-nous rire du psychologue ?
        Et certains font un travail très rigoureux !
        Pour ajouter du sel au raisonnement, notons que le mathématicien qui rigolait dans son bureau acceptera un beau jour et sans sourciller de subir une chimiothérapie dont la “preuve” moyenne d’utilité reposera sur un minable <5%...

        1. D’autant plus que le chercheur en question travaille dans un labo de science cognitives et de neurosciences. Et dans ce domaine, on peut tres bien y appliquer les protocoles scientifiques les plus rigoureux : il y a de quoi faire, de quoi prouver et meme de quoi refuter (vive Popper). En bref, dans ces domaines, on a des recherches qui satisfont tres bien a tous les criteres classiques (et peu bienveillants) de la “scientificite”.

        2. rire du psychologue, oui sans hésiter (et c’est même 1 devoir)
          … à partir du moment où il s’intitule scientifique
          Un psy peut “aider” comme 1 confident que personne ne trouve (il est payé pour ça), mais a t-on jamais guéri personne ? (là je vois déjà Inox qui se bidonne)
          Non bien sûr.
          “ça fait 50 ans que je ne suis une psychanalyse et je n’ai pas fait le moindre progrès” (Woody Allen)
          Scientifique

          1. Phil : Vous avez répondu à ma place. La psychanalyse n’a jamais guéri quiconque et elle n’est reproductive pour être classée comme “science” : Ou alors comme science du “Trompe couillon” comme pourrait le dire MdL.

        3. Ooooh, ben, personne ici n’a rien non plus contre la physique quantique, non plus, … j’espère ?
          Belle semaine à tous ceux qui aimaient profondément Jacques Benveniste et qui aiment aussi le Pr Luc Montagnier !

          1. Houla, si on part dans cette direction, je ne vous suis plus du tout. Les expérimentations de benveniste et montagnier n ont pas grand chose a voir avec la mécanique quantique.
            Personnellement, on dépasse ici de très loin la bienveillance pour tomber dans … Une crédulité malsaine. A un moment il faut fixer des limites aux délires pseudo médicaux … Chacun fixe les siens avec ses critères (j ai basé les miens sur une lecture assez large de la littérature et mes études de physique, on peut toujours en discuter). Je sais qu’ on est pas d accord avec l amiral mais pour moi, ces criteres sont totalement dépassés avec l homéopathie.
            Je n ai pas la moindre bienveillance pour des boîtes comme boiron qui se font des millions en vendant du sucre pour des médocs. Et que les autres boites pharmaceutiques fassent pire ne les dédouanent pas pour autant.

          2. @Akira
            “Houla, si on part dans cette direction, je ne vous suis plus du tout”
            Mais Akira … nous n’avons été d’accord sur rien depuis le début 😉 … Alors:
            – Il y a Boiron et il y a l’homéopathie.
            Ce n’est pas parce que Boiron empoche des fortunes sur le dos des malades que l’homéopathie ne fonctionne pas (peut-être même, en dehors de l’effet placebo 😉 , vas savoir ? ) ;
            tout comme :
            – Il y a les sensibilités au gluten, et ce n’est pas parce que l’industrie du sans-gluten est scandaleusement lucrative, que le problème des sensibilités est moindre…
            Bon vent à tous ceux qui ne savent pas trop-exactement ce que recouvre la physique quantique, mais qui perçoivent qu’il y a encore plein de choses passionnantes à investiguer !

          3. Pour ce qui est de la connaissance de la mecaQ, elle a occupee une bonne partie de mes etudes et une partie de mon travail de recherche. Pas de soucis de ce cote, la.
            Vous caricaturez ma critique de l’homeopathie en l’assimilant a la critique de Boiron, je pensais pourtant avoir ete clair en disant que celle ci se basait plutot sur la physique et les publications medicales sur le sujet.
            Il me semble cependant que les conflits d’interet sont un point assez important de la lutte contre les mefaits de statines. Pourquoi en serait il autrement pour les autres secteurs lucratifs de la medecine ou de l’agro-alimentaire. Si on a une positions de principe sur les problemes de connivence, il est essentiel de l’assumer jusqu’au bout.
            Finalement je regrette un peu que vous caricaturiez mon propos plutot que de discuter sur le fond … Comme je l’ecrivait sur un autre post du blog, je ne suis ferme a aucune discussion mais j’apprecie d’autant plus si elle est argumentee au dela de “va savoir …”

          4. Ah, désolée… Akira.. Sincèrement….
            Mon “va savoir” était destiné à moquer (gentiment) tous les “sceptiques”.
            Car je suis mal placée pour discuter sur le fond de l’efficacité “scientifiquement prouvée” de l’homéopathie… évidemment, mais je suis très convaincue qu’elle apporte des réponses utiles,… évidemment aussi !
            Ce que j’essayais de dire (maladroitement, pardon…), c’est que ce n’est pas parce qu’il y a de l’argent empoché, que c’est quand même forcément => efficacité 0 ? Cela peut , et il convient d’être vigilant, mais considérer ce point comme a priori acquis est ennuyeux, aussi, non ?
            Aussi bien dans le gluten-free que dans l’homéopathie.
            Bon vent à tous ceux qui croient que l’homéopathie, c’est du vent ! Et à tous les utilisateurs de l’homéopathie, aussi !

          5. @Akira
            Et pour terminer…. (je vous ‘harcèle’ un petit peu, c’est sûr, mais c’est avec de bonnes intentions, parce que c’est si confortable d’avoir accès à ces médecines qu’on appellera ici “complémentaires”, pour faire plaisir au Dr Michel de L., que cela vaut le coup d’être partagé et comme vous l’avez vu pour le gluten, je partage beaucoup-beaucoup… trop sans doute, oui ! le modérateur peut zapper mes posts, je l’y ai invité plusieurs fois, si besoin…) …
            … Finalement, ce n’est pas tant que les techniques ne sont pas “TESTABLES scientifiquement”, c’est qu’elles n’ont pas été testées et ne le seront peut-être (sans doute pour la plupart) jamais… Nuance….
            Alors, allons-nous nous priver de toutes ces techniques, en attendant que la “Science” vienne nous quantifier que cela fonctionne, et avec marges d’erreurs s’il vous plait. J’aimerais bien, moi aussi avoir des études scientifiques sur tout, mais…
            Que faites-vous des retours d’expériences ? Certes subjectifs, non chiffrés, malaisés à interpréter…, mais n’ont-ils aucune valeur pour autant ???
            Vous-mêmes, n’avez-vous pas ‘testé’ le régime sans gluten ? Ce n’est pas médical vraiment, c’est de la prévention, certes… mais tout de même, vous faites vos propres essais, sans l’aide de la science…. Forcément ! … puisque les retours d’expériences, nombreux, sont démonstratifs et que la science reste muette (et que parfois même le scientifique, tout gonflé de dogmes imbéciles, tente de nier le problème qu’il ne comprend pas, mais c’est là une autre histoire). Mais heureusement, le Dr Reliquet veille ici, avec bon sens et expérience, qui vient vous faire part de quelques observations “complémentaires” qui semblent fort utiles sur les interactions entre gluten et autres intolérances alimentaires…. Toujours pas de science là, mais si j’étais vous, je prendrais quand même son commentaire si précieux très au sérieux….
            Vous savez certainement qu’il y a même des scientifiques qui croient en Dieu ? Je ne dis rien ici de mes propres croyances (strictement confidentielles), et je ne parle pas de moi, dans ces lignes (évidemment)…. mais il existe un pourcentage non négligeable de scientifiques croyants !!! Certains expliquent qu’ “Un peu de science éloigne de Dieu… bla bla bla”.
            Et de plus, la nature humaine est très paradoxale…. qui est souvent ultra-rigoureuse d’un coté et ultra-laxiste d’un autre…
            Bon, je vous laisse tranquille, mais c’était pour “partager” avec vous (et pour la X° fois, mais avec d’autres mots) et avec bienveillance (j’espère que c’est bien entendu ainsi) que c’est un pur bonheur de se laisser AUSSI dorloter par du Yoga, du Qi Gong, des pilules homéopathiques et autres naturopathes …. au moins quand les médecins sont à court d’idées ou proposent des solutions manifestement toxiques ?.
            (Dans la vraie vie, c’est comme ça aussi, je ‘harcèle’ un peu les gens, mais certains ne le regrettent pas,… quand ils ont ‘franchi le pas’ et lâché un peu leur “science-sinon-rien”… au moins en médecine 😉 !
            Bon vent à tous les gens qui sont des paradoxes vivants !

      2. Il est aprfaitement possible de faire de la science en psychologie. Psychologie des comportements par exemple avec la condition de bien construire son expérience .
        Mettre par exemple un échantilon de sujets dans des circonstances calibrées reproductibles d’un échantillon à l’autre , faire varier un élément , et mesurer un critère ou plusieurs bien choisis. En aveuglant celui qui mesure à ce que qui différencie le traitement de l’échantillon.
        Vous avez des exemples amusants là
        https://youarenotsosmart.com/all-posts/
        Un exemple, pas forcément rigoureux ‘est une vulgarisation, je ne sais pas les conditions de l”expérience et il est facile de démontrer ce que l’on veut si l’on ne conduit pas righoureusement l’expérience. MAis ça donne une idée.
        “One of many studies that have revealed how much influence your subconscious mind has over the rest of your thinking and behavior and how easily it can be influenced by priming
        was conducted in 2003 by Aaron Kay, Christian Wheeler, John Barghand, and Lee Ross. People were separated into two groups and asked to draw lines between photos and text
        descriptions. One group looked at neutral photos. They drew lines to connect kites, whales, turkeys, and other objects to descriptions on the other side of the paper. The second group
        connected lines to descriptions for photos of briefcases, fountain pens, and other items associated with the world of business. Participants were then moved into isolated rooms and
        told they had been paired off with another subject. The other person was actually in on the experiment. Each person was then told they were now going to play a game in which they
        could earn up to $10. The researchers presented the subject with a cup and explained two strips of paper waited inside, one with the word “offer” written on it and another with the
        word “decision.” The subject was then given a choice—blindly pluck a slip of paper from the cup, or allow the other person to blindly select. The catch? Whoever pulled out the “offer”
        slip would get the $10 and choose how it was divided between both parties. The partner would then choose to accept or reject the offer. If the partner rejected, both received nothing.
        This is called the ultimatum game, and its predictability has made it a favorite tool of psychologists and economists. Offers below 20 percent of the total amount are usually turned
        down.
        Most people chose to do the picking. They didn’t know both slips had “offer” written on them. If they instead let the other person do the picking, the actor pretended to get the
        “decision” slip. So everyone in the study was put in the position of making a reasonable offer, knowing if they did not, they would miss out on some free cash. The results were bizarre,
        but confirmed the scientists’ suspicions about priming.
        So how did the two groups differ? In the group who connected neutral photos to their descriptions before the ultimatum game, 91 percent chose to split the money evenly—$5 each.
        In the group who connected the business photos, only 33 percent offered to split the money evenly; the rest tried to keep a little more for themselves.
        The researchers ran the experiment again with real objects instead of photos. They had participants play the ultimatum game in a room with a briefcase and leather portfolio on the
        far end of a table along with a fountain pen in front of the participant’s chair. Another group sat in a room with neutral items—a backpack, a cardboard box, and a wooden pencil. This
        time, 100 percent of the neutral group chose to split the money evenly, but only 50 percent of those in the group sitting in a room with business-related items did the same. Half of the
        business-primed group tried to stiff the other party.
        All of the subjects were debriefed afterward as to why they behaved as they did, but not one person mentioned the objects in the room. Instead, they confabulated and told the
        researchers about their own feelings on what is and is not fair. Some described their impressions of the people they were playing the game with and said those feelings influenced them.
        Mere exposure to briefcases and fancy pens had altered the behavior of normal, rational people. They became more competitive, greedier, and had no idea why. Faced with having to
        explain themselves, they rationalized their behavior with erroneous tales they believed were true.

        1. On peut en effet faire de belles expériences en psychologie.
          Les réactions de nos visiteurs témoignent d’une vision étroite des sciences médicales ; il n’y a que l’essai clinique testant un médicament comme si la seule médecine serait de donner des médicaments…
          Sans parler d’une compréhension “limitée” de l’essai clinique ; et c’est pourquoi j’ai commencé à publier quelques éléments à propos de l’essai clinique ; je vais continuer !

          1. Bonjour,
            tiens cette discussion sur l’idée que seuls les médicaments soigneraient me rappelle la lecture de l’ouvrage du Dr Thierry Janssen (chirurgien devenu psychothérapeute !) : « La solution intérieure – Vers une nouvelle médecine du corps et de l’esprit » (2006)
            Bonne journée à toutes et tous, et bonne lecture !

          2. Yes, ultra-utile, la suite de la série annoncée sur la compréhension de l’essai clinique. Bravo d’ailleurs et merci pour la clarté du 1° épisode.
            Bon vent à tous ceux qui attendent le N°2 !

          3. @Diététicienne
            Oui, curieux et intéressant personnage que le docteur Janssen, qui m’avait saisi par la franchise avec laquelle il nous raconte comment la chirurgie – puis plus tard un boulot dans la mode, je crois me souvenir – l’avait rendu détestable dans sa relation aux autres ! Comment l’acharnement au travail, le stress, le chiffre à atteindre pouvaient annihiler toute humanité dans le rapport à l’autre, cet autre moi, pour ne plus en faire qu’un rapport de pouvoir, de domination et de soumission. Sur le même sujet, différemment abordé, à lire aussi le docteur Martin Winckler.
            Nous en reparlerons bientôt.

  14. “la crise (le crash, dit-on quand on est du système) financière de 2007-2008”
    Vous allez dire que je pinaille, mais crise se traduit en anglais par…crisis ! Mais si vous voulez parler de la chute de la bourse alors c’est krack ou krach qu’on utilise en français, crash étant le mot utilisé par les anglais.

    1. Moi plus savoir très bien quelle langue je parle et à qui je parle ou avec qui je parle…
      C’est la nouvelle époque !
      Allez-y délirez là-dessus, j’adore ; on pourrait aussi demander son avis à Wellbeck…

      1. Ne me dites pas que vous ne savez plus où vous habitez, on a encore besoin de vous !
        Quant à Wellbeck il serait heureux de voir comment vous arrangez son nom, il pourrait même s’en servir pour un de ses prochains romans, ça parlerait de cholestérol, du mauvais bien sûr, et le héros serait chargé de le supprimer par tous les moyens à sa disposition, je vous dis pas ce que ça donnerait…

        1. …. ce s’rait pas une fiction, en fait ?
          Belle semaine à tous les gens qui pensent aussi que, OUI, on a encore grand besoin de Dr Michel de L. (et tous ses collègues avec les mêmes philosophie et bienveillance) !

      2. euh..; et si on arrêtait de sodomiser les mouches en plein vol à propos de ” crash ou de “Krak” – je rappelle que le Krak est une drogue très dure comme le “pognon à tout prix” dont se droguent les “génies” de la finance, le Krak..en est aussi un monstre légendaire qui vous avalait tout cru ( n’est ce pas amiral ,) dans une mer démontée comme le font les statines dans un océan de médicaments.
        Blague à part, j’ai toujours pensé qu’effectivement ce monde sans pitié de la finance était dirigé par des cerveaux pourris de statines, les donneurs d’ordres, âgés, n’avaient plus le sens des réalités et les jeunes loups ( les “traders”) avançaient le nez dans le guidon se gavant d’ excitants qui leur ramollissaient aussi la cervelle et le bon sens ( conf. J. Kerviel)
        L’époque veut sans doute cela, mais quelle triste époque.

        1. Je ne voudrais pas donner l’impression de vouloir vous sodomiser mais le krak est le nom donné à une forteresse en Syrie (le krak des chevaliers) alors que le monstre qui vous avale tout cru est le kraken qui pouvait œuvrer dans une mer d’huile (vous avez dû être influencé par le film de Walt Disney tiré de Jules Verne avec Krak, pardon, Kirk Douglas dans le rôle principal)

          1. Petite erreur de guidage, c’est “Ged que mon post à “Ricomart” était destiné.

        2. @Victor Inox
          S’agissant de la jeune génération, ceux que vous appelez “les jeunes loups”, ils foncent plutôt le nez dans la chnouf que dans le guidon ! La finance est un sport de haut niveau qui, à l’image de notre temps, demande de décupler nos capacités, de devenir, d’être au-delà de nos possibles naturels. Superman doit devenir le commun et devinez ce que nous ferons des autres ?

          1. Fait 17.0000 € de + values en 4 jours en achetant du Essilor à la casse…
            Mon ami c’est la finance (et les neurones à fond la caisse)
            Pas moral ? Mon aspect politiquement pas correct dirait que ça redouble mon plaisir, mais c’est + complexe, en investissant :
            1) Je donne des fonds de roulement à la boîte qui peut investir
            2) Je crée des emplois chez mon Trader qui sen met plein la fouille
            3) L’Etat se goinfre à 35% mini sur mon risque pour payer la CMU
            Alors pas moral ?

          2. @Phil
            Mais c’est parce que tu es joueur, mon Filou, et au joueur peu importe l’argent, seul compte l’effet produit par la perte ou le gain massif ; une addiction comme une autre !
            Il n’est pas ici question de morale, mais bien plutôt de paradigme. Personnellement – et tout le monde s’en fout – je n’ai rien contre l’argent, c’est un moyen d’échange comme un autre. Mais, quand le moyen devient le but, l’argent s’accumule, comme le sucre, le sel, les graisses et autres, dans des corps et des âmes qui finissent par tomber malades. J’ai fait le choix – et en s’en tamponne – de l’art comme résistance aux maux de notre monde, il ne m’étonne donc pas que la médecine puisse être aussi un art du même ordre ; ce qui n’empêche pas que, pour d’autres, l’art ne soit qu’une marchandise dont l’importance est l’accumulation massive.
            Vois-tu “tout est dans tout et réciproquement” et comme dit le poète “il faut de tout pour faire un monde, et pour le défaire”.
            Santé et paradigme méditerranéens

          3. recherche d’adrénaline pour coeur qui bat encore… Addiction pas forcément mais ça peut se faire, dans le fond si on réflechit bien (ou mal), la vie est une addiction…

          4. Passionné d’histoire médiévale, je sais exactement ce qu’est le Krak des chevaliers que d’ailleurs, là bas, ils laissent tomber en ruine …
            Quant au Kraken, vous ne m’avez pas bien lu, c’est juste un jeu de mots que j’ai fais en scindant en deux “Krak … et …en” pour faire une liaison avec les statines.
            Pour ce qui est de me “sodomiser” , je parlais des “mouches en pleine vol” et toute action en ce sens envers moi serait extrêmement préjudiciable à l’intégrité physique de l’auteur!

          5. #Victor Inox
            Je vous le jure Inox, je n’ai jamais eu ce genre d’intention, vous devez vous tromper de correspondant ! C’est Ged, je crois, qui se propose de martyriser les mouches en plein vol. Je vous le jure commissaire, c’est pas moi. Non pas avec le bottin !

          6. @Inox
            Effectivement je n’avais pas vu la subtilité du krak…en, il faut dire que comme vous semblez donner un sens personnel aux mots que vous utilisez il y a de quoi s’égarer…
            Par exemple la drogue dure c’est le crack, pas le krak…

  15. Waouhhh, Merci Dr MdL pour ce nouvel article affligeant !
    Je ne prends pas pour argent comptant, mais j’entends ce que vous reportez…
    Ca fait peueueueur !!!
    Et Edward Snowden, vous le classeriez déjà dans cette nouvelle génération plus ‘pure’ qui n’a peur de rien et qui dénonce sans sourciller ?
    Et en France aussi, vous observez que les nouvelles générations sont plus intègres qu’avant ? (en dehors des politiques, je veux dire ?) .
    Et tant qu’on y est, on n’a qu”à leur demander à nos futurs “”””responsables”””” (non, non, ce n’est pas une erreur, 3 paires de guillemets, c’est bien un minimum 😉 ) s’ils dérembourseraient les statines ?
    ( Tu m’diras, si les riches (dont eux) continuent à s’en gaver, on n’a pas beaucoup avancé :-/ ).
    Belle semaine à tous les gens qui utilisent leurs neurones à autre chose que de la spéculation financière !

  16. J’ai bien ri … je pense que cette etude devrait postuler aux prochains IgNobel.
    De mon point de vue, la crise de 2008 n’est absolument pas la consequence de comportements fous. Elle est au contraire la suite tout a fait rationnelle d’une economie politique neolibrale plannifiee. Et je ne vois vraiment pas pourquoi certains comportements deviants y auraient change quoi que ce soit. En gros, je ne suis pas du tout d’accord avec ce postulat (tout a fait non demontre) : the greed, impulsiveness, and lack of foresight that lead to the worldwide economic collapse in 2007–2008.
    Croire cela, c est se mettre la tete dans le sable de l’economie neo-liberale bien profondement et oublier que la crise et la consequence directe des Friedman, Hayek et compagnie.
    Qui plus est, ils testent de reactions rapides … Qui pourrait croire que la crise de 2008 est le resultat de reactions rapides inconsequentes ? Elle est le resultat d une planification a long terme de titrisation des emprunts immobiliers pourris aux US et aux CDS associes. Le test n’a absolument rien a voir avec la crise de 2008 (toujours de mon point de vue).
    Cette etude me parait d’autant plus dangereuse qu’elle cache la realite des consequences structurellement deleteres du liberalisme financier en les faisant passer pour des inconsequences de personnes sous statines.
    C’etait un test pour debusquer les etudes medicales de qualite discutable suite a l’article d’hier ?
    (Je sens que je vais bien me faire allumer :-)))

    1. Pour preciser un peu, je ne conteste absolument pas la lien entre la prise de statines et les biais cognitifs. D’ailleurs je reconnais bien volontiers la validite des experiences presentees dans cet articles. MAIS je pense que l’extrapolation a la crise de 2008 est tout a fait deraisonnable. Elle colle parfaitement avec la doxa neoliberale qui ne remet pas en cause le systeme responsable du probleme mais quelques comportements incoherents.
      En gros, je conteste fortement le postulat economique derriere cette etude (mais pas la partie medicale).
      J’ajouterais que faire peser la responsabilite de la crise de 2008 sur des comportements individuels irrationnels n’est pas forcement surprenant pour un labo … de psycho et de sciences cognitives 😉

    2. Bon !
      A mon avis c’est un peu de tout ; ce qui est sûr, c’est que certains qui auraient dû s’enrichir selon votre vision des choses y ont laissé des plumes (voyez la Société générale) et que des comportements aberrants semblent avoir contribué à cette Bérézina collective…
      Mais je sors de mon domaine d’expertise ; on pourrait téléphoner à Wellbeck, parait qu’il connait ça…

      1. Mais à mon avis, vu ce dont les politiciens et autres gars de la finance doivent prendre comme substances licites ET illicites, il doit y avoir DES choix de molécules délétères à incriminer dans le déraillement de leurs neurones et de notre système …
        (et encore, si tout cela n’est pas orchestré par des plus puissants encore qui tirent des ficelles encore plus haut et moins visible).
        Belle semaine à tous les gens qui luttent pour changer ce système-là (parce qu’il manque de bienveillance) !

    3. Entièrement d’accord, la crise économique récente a des origines profondément ancrées dans l’idéologie néolibérale que nous devons à des Friedman ou Hayek ainsi qu’à leurs fidèles serviteurs Reagan et Thatcher, cependant il faut relativiser l’étude en question qui parle de “comportement potentiel” et ne semble pas en faire un déterminant de la survenue de la crise. Il faut noter le « could have been caused (in part) » qui relativise fortement la responsabilité des statines dans le comportement des acteurs financiers de l’époque ; à mon avis cette étude est à prendre avec de très grandes pincettes mais ne doit pas être rejetée pour autant.

      1. “Le système néolibérale” comme vous dites tient par ce que des gens y adhèrent de façon frénétique et c’est précisément cela qui est déraisonnable (de même que l’adhésion aux oukases de la Société Française de Cardiologie) ; je ne pense pas que ces gens planifient ; ils complotent, ils font des “coups”. Il s’agit plutôt d’une fuite en avant. Madoff est en quelque sorte l’incarnation la plus déinhibée de l’idéale capitaliste.
        Autre chose, dans l’affaire des anti PCSK9 il y a des “décideurs” qui y ont cru et qui ont investi beaucoup d’argent. Cela rappelle toutes ces start-up qui se sont vendues à l’industrie pharmaceutique et qui étaient en fait “des coquilles vides”.
        Certes ces milieux n’ont aucune morale mais ils ne comprennent pas si bien que cela le monde ; uniquement leur entre soi de classe dirigeante ; parfois le peuple doit se rappeler à eux violemment ; ce qui ne devrait pas trop tarder si on en juge par ce qui s’est passé lors de ces dernières élections américaines entre autre…

  17. “le mot anglais « plant » n’ a rien à voir avec les végétaux, c’est une usine.”
    Eh non, le premier sens du mot anglais plant c’est…plante ! Usine n’arrive qu’en deuxième, mais cela ne remet pas en cause le reste de l’article 🙂

    1. J’étais dans le contexte ; merci quand même, j’aurais dû “affiner” comme un fromage ; ça vous a donné l’occasion de me dire “bonjour” avec amabilité…
      Ah ! La jeunesse ! Vont nous en faire voir !
      Vivement la retraite !

Comments are closed.

Merci d'avance, pour le 148 +1 eme commentaire.