Exultate jubilate : FOURIER est un flop !

 

Le weekend du 18 mars 2017 s’annonce chaud pour les amoureux du cholestérol…

Des visiteurs du blog pourraient être dans l’attente d’un commentaire approprié car…

… les médias ne vont probablement parler que du nouvel essai miraculeux testant un nouveau médicament anticholestérol injectable (un anti-PCSK9 pour les connaisseurs) ; et donc je donne quelques mots rapides maintenant ; en attendant une critique plus approfondie plus tard.

L’essai est appelé FOURIER et le nom du médicament est « Evolocumab » [c'est un anticorps monoclonal humanisé, comme ils disent].

Je ne rentre pas dans les détails mais il faut savoir que près de 28000 patients (un énorme essai) ont été recrutés et tirés au sort (pour recevoir l’Evolocumab ou un placebo) et qu’ils ont observé une réduction de 60% du vilain cholestérol LDL.

Après 2 ans de suivi, ils proclament que le médicament (et donc la diminution du cholestérol) a eu de formidables effets bénéfiques.

C’est juste pas vrai ; pour plusieurs raisons ; mais je ne suis pas sûr que les commentateurs habituels (et habituellement rémunérés) sauront discerner les quelques astuces qui…

1) ceux qui ont lu la saison 5 des essais cliniques sur ce blog savent qu’un essai ne doit jamais être interrompu prématurément ; il faut respecter les termes de l’hypothèse primaire ! Dans leur hypothèse primaire, les investigateurs de FOURIER avaient calculé qu’il leur faudrait 4 ans de suivi pour tester leur hypothèse. Pourquoi ont-ils arrêté après seulement  2 ans ?

Très vilain ! Impardonnable !

2) tout individu sain d’esprit et victime d’une maladie cardiovasculaire demande à un médicament (toujours toxique) de lui prolonger son espérance de vie. C’est le minimum exigible.

Dans FOURIER, il y a 444 décès dans le groupe Evolocumab contre 426 dans le groupe Placebo. De plus, on compte 251 décès de cause cardiovasculaire dans le groupe Evolocumab contre 240 dans le groupe Placebo.

Bref, aucun effet sur l’espérance de vie.

Quel intérêt peut-on avoir à se faire injecter ces trucs ?

Conclusions : n’écoutez pas toutes les idioties qu’une cohorte d’imbéciles va déverser dans les médias ; pas de jubilation ni d’exaltation !

Pour ceux qui savent encore « exulter », un petit coup de Kiri Te Kanawa dans Mozart :

https://www.youtube.com/watch?v=BV0opTtWS6g

 

 

 

 

70 réflexions au sujet de « Exultate jubilate : FOURIER est un flop ! »

  1. Francoise

    @ Bon_Dr_MdL

    J’ai relu tous vos écrits sur l’essai clinique. J’ai même tenté de lire les 42 pages, mais mon accès INIST est limité à mon domaine, donc pas pu avoir le document de base, que vous aviez recommandé en saison 1 (suis preneuse, si on peut le trouver en accès libre ailleurs qu’à l’INIST…?).
    Je fais donc une ultime tentative pour comprendre toutes ces affaires-là qui me semblent absolument cruciales (mais difficiles à comprendre)… Après, j’arrête de vous ennuyer, je renonce -la mort dans l’âme- et je mourrai sans avoir tout à fait compris (Grrr!!!) – car si je reste non comprenante malgré vos qualités pédagogiques hors-pair et vos inlassables explications (merci, merci, merci), c’est sûr : inutile de tenter ailleurs ! (Vous avez cependant parfaitement droit d’ailleurs de dire ici que votre patience a atteint ses limites et que ça suffit comme ça, hein!?!!).

    Je ne comprends pas ici pourquoi vous criez au scandale sur le fait que l’essai ait été interrompu en cours de route…. Vous nous avez expliqué qu’un (et un seul) cas pouvait justifier l’arrêt de l’essai : c’est que l’expérience tourne à la cata et que le médicament testé soit, de manière patente, délétère à la santé du groupe qui le reçoit.
    N’est-ce pas ce que vous nous démontrez dans l’essai FOURIER ? Bien davantage de décès dans le groupe prenant le médicament que dans le groupe placebo (aussi bien en général que décès par cause cardiovasculaire, en plus!). En pareil cas, et avant que mon médicament ne finisse par faire courir un risque trop élevé aux patients du groupe qui consomme ma m…, j’arrête mon essai prématurément ; mon hypothèse primaire n’est pas validée. J’ai perdu plein de sous, mais c’est le risque de tout essai clinique ; je repars donc continuer ma recherche pour mettre au point un produit moins dévastateur et avec un ratio bénéfice/risque plus prometteur.

    Où est l’erreur, dans ce que j’ai mal compris (de toute évidence, vu votre indignation à tous, vis-à-vis de l’arrêt de cet essai) ?
    ??? … ??? …

    Est-ce que votre indignation vient du fait que vous PREVOYEZ qu’ils feront comme si leur hypothèse primaire avait déclaré deux ans d’analyse au début ?
    Mais MEME dans ce cas-là,…. à supposer que je parvienne à faire oublier le fait que j’ai arrêté mon essai clinique à la moitié (carrément !) du temps initialement déclaré… la mortalité du groupe traité avec le médicament est SUPERIEURE à la mortalité du groupe placebo… !!!!
    Qui va pouvoir crier victoire, sur cet essai clinique-là ? A part quelques journaux peu regardant ?
    Qui va acheter mon médicament ? Qui va le rembourser ? Et qui va le prescrire ?
    TOUS les paramètres me forcent à reconnaître l’inefficacité et la probable dangerosité de mon médicament… Comment est-ce que je fais pour -quand même- le vendre, ici ???!!!???

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Francoise

      Vous écrivez : « Je ne comprends pas ici pourquoi vous criez au scandale sur le fait que l’essai ait été interrompu en cours de route« …

      Relisez la saison 5, c’est assez bien expliqué ; mais il faut avoir compris le principe de l’Hypothèse primaire » ; sinon on ne comprend pas…

      Répondre
      1. Francoise
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Mais dans ce cas-là précis, Fourier… est-ce que la mortalité supérieure dans le groupe traité (le seul cas dérogatoire…) ne suffit pas à justifier l’arrêt de l’essai? C’est pas assez significatif???
        A condition d’abandonner le médicament, du coup, après?

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Francoise

          Vous dites : « C’est pas assez significatif??? »
          Désolé, en sciences médicales, le « assez significatif » ne veut rien dire…
          Une signification statistique n’a de sens qu’en fonction d’une hypothèse primaire qui ne laisse pas de chance au hasard pour interférer… « Assez » ne veut rien dire. C’est oui ou c’est non, c’est jamais « un peu » et encore « pas assez »
          Relisez la saison 5 !

          Répondre
          1. Francoise
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            @Dr MdL

            Rhooo, je me suis pas fait comprendre…. et du coup, je vous énerve, pardon….

            Quand je disais ‘pas assez significatif???’, je ne parlais pas de valider l’hypothèse primaire (bien sûr), mais de justifier l’arrêt de l’essai POUR CAUSE DE mortalité trop élevée dans le cas du groupe prenant le médicament (ET LA MISE A LA POUBELLE DU MEDICAMENT, qui en serait un corollaire, évidemment).
            Non, non, ne répondez pas : j’ai compris qu’on n’est pas dans ce cas de figure là … et qu »ils » ne veulent pas pour autant renoncer à commercialiser leur médicament… (c’est ce dernier point qui m’avait échappé, merci Akira et Phil pour vos partages et liens). Bref,…

            Je comprends à présent… qu’ils ont arrêté l’essai pour éviter l’hécatombe, mais ils n’entendent pas lâcher leur médicament pour autant (c’est ce dernier point qui est très vilain, en fait!)
            Et qu’ils vont tenter de falsifier tout ça et essayer de nous vendre leur m… malgré l’essai interrompu qui implique/indique des résultats pipés??? Pas cool !!!

            Ils veulent nous tuer, en fait, sans consentement…

            Je tente encore un (dernier) motif d’espoir : on peut se réjouir du fait qu’ils sont en froid avec la concurrence, alors, peut-être? Ou est-ce que ladite concurrence ne dénonce jamais, parce qu’elle fait pareil?

  2. tremblay

    bonjour je me permets de vous poser une question qui n’est pas en rapport avec ce post mais j’ignore ou la « caser »

    Je me suis un peu documenté sur le régime pauvre en fodmap qui pourrait à priori etre une piste à suivre en cas de troubles digestifs chroniques non expliqués et imputés parfois à tort au gluten

    Or j’aimerais savoir si d ‘après vos connaissances (meme si il ne s’agit pas de votre spécialité je sais que vous etes très curieux (o)) , une intolérance à cette catégorie d ‘aliments pourrait induire les memes effets qu’une sensibilité au gluten ( amaigrissement, malabsorption des graisses,stéatorrhée etc)?

    Merci d ‘avance pour votre avis

    Répondre
  3. Arrias

    Cher Michel,
    Comment expliquez-vous que:
    - la mortalité cv global soit la même alors qu’…
    - il existe un excès d’IDM et de revascularisation (groupe pcb)…
    Peut-on inférer que les patients sous placebo font plus d’évènements mais que, étant dans une étude, ils sont pris en charge de manière plus attentive (hot line sans doute) avec circuit de prise en charge plus rapide… et donc mortalité pas si élevée au final… (bizarre comme argument)
    Cela en fait pourrait dire que si les patients placebo font des IDM, ils sont cependant « moins grave » puisque en proportion les patients statines en meurent plus… intéressant. Y aurait-il 2 catégories d’IDM (cela me rappelle le sktech des inconnus avec le « Bon chasseur »… mais bon)
    J’aimerais votre avis.
    Allez, une bonne réponse et e vous envoie une caisse de crémant de Luxembourg… Collector
    MR

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Arrias

      Réponse : je pense qu’il ne faut pas trop spéculer sur ces données (certes peu rationnelles) car ils ne disent que ce qu’ils veulent bien dire ; autrement dit, nous n’avons pas toute les données en mains…
      Sauf pour la mortalité totale !
      Même pour la mortalité cardiovasculaire, il faut être prudent car il y a déjà un autre élément que « vivant » ou « mort », il y a la cause du décès…
      Et même pour la mortalité totale, on aimerait bien avoir les courbes de survie car elles pourraient expliquer l’arrêt prématuré de l’essai…

      Je n’accepte aucun cadeau… Oups ! Même pas un costard à 6000€ ; et mon chauffeur n’est pas mon « attaché parlementaire » ; pas payé par la CE… Oups !
      Pour l’expédition, mon adresse est celle de la Faculté de Médecine de Grenoble ; mais, je le répète, je n’ai rien demandé…

      Répondre
  4. Charles

    En reponse a Francoise qui ecrit:

    Je ne comprends pas ici pourquoi vous criez au scandale sur le fait que l’essai ait été interrompu en cours de route…

    Une des formidables emission de tele, inspirée de MdL avait fait un parallele saisissant avec les courses hippiques.

    Un ´bras’ peut prendre la tête, par hasard, et meme dominer la bonne premiere partie de la course. Pourquoi donc ne pas l’arreter? Puisque les jeux sont faits? Las, dame Nature est contrariante, et le meneur peut s’essoufler…

    Oh, certes , a l’issue de la première primaire, les jeux etaient faits…A qoui bon allez voter ?

    Eh bien, c’est que c’est le resultat final, tel que testé dans l’hypothèse initiale qui compte.

    En abandonnant l’essai, vous otez au bras unpeu en retard la chance de se refaire…Il faut laisser du temps au temps pour que la statistique aie un sens

    Point trop non plus, car, comme chacun sait, sur une echelle de temps suffisemment longue, l’esperance de survie… tend vers…zero…

    Répondre
    1. Francoise
      En réponse à : Charles

      @Charles

      Merci Charles, pour vos explications, que je comprends parfaitement….

      En fait, je me suis fait mal comprendre au début et le malentendu perdure !!!… parce que je suis pas dans le domaine médical et (sans doute) très-très-très naïve.
      Ainsi, je pensais que la SUR-mortalité du groupe traité avec le PCK-machin (par rapport au placebo) justifiait pleinement l’arrêt de l’expérience (seul cas où on peut arrêter = quand ça tourne à l’hécatombe), mais qu’évidemment, le corollaire indispensable, c’est que le labo allait déclarer honnêtement que son remède ne fonctionnait pas, qu’il tuait plus qu’il ne soignait et qu’on renonçait à sa commercialisation!!!

      C’est cela qui me manquait (qu’ils n’entendaient pas renoncer à commercialiser leur m…) et c’est pour ça que je ma faisais comprendre de travers. Quand j’ai compris qu’ils avaient arrêté leur essai, mais entendaient bien quand même faire valoir les effets prétendument bénéfiques de leur evolocu…., j’ai bien sûr compris que l’arrêt prématuré de l’essai était parfaitement scandaleux! Car oui, bien sûr, je comprends bien le hasard, les courses hippiques et le vote aux primaires, tout ça, sûr que je comprends cela :-)

      Cette méprise vient du fait que je n’ai pas du tout l’habitude des limites qu’on peut se fixer raisonnablement pour arrêter une expérience (avant de décimer tout le groupe qui prend le produit testé) et déclarer que le produit est dangereux et que l’essai clinique est un fiasco et qu’on abandonne le médicament.
      Je comprends aussi ici, que vous tous, médecins et pros de santé, n’envisagez même pas cette option “arrêt de l’essai avant terme, pour cause avérée et AVOUEE par le labo de la dangerosité du médicament testé” ??? (Cas de figure qui, dans mon esprit, devrait réellement exister!!!!).

      Répondre
      1. Minoque
        En réponse à : Francoise

        Ah Françoise ! Dangerosité ou pas … Un essai stoppé avant terme ne signifiera pas dans l’un ou l’autre de ces cas l’arrêt définitif d’une mise sur le marché ! Ils trouveront la parade, les biais nécessaires pour nous refiler, comme vous dites, leurs m… Et nos experts indépendants seront encore et encore à user de leur énergie pour nous prouver leurs mensonges afin de tenter de nous protéger… Si on le veut bien !

        Répondre
  5. Charles

    Dans le lien youtube de l’exultate , il manque le H de http, ce qui rend le lien inoperant

    Les moins patients apprécieront peut etre cette version plus courte et plus raffraichissante, d’autant que les paroles sont des plus simples…

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Akira

      Avec ces deux-là, c’est sûr que la caricature atteint une sorte d’acmé…
      J’ai ajouté un petit commentaire au vôtre ; ça m’étonnerait qu’ils y restent longtemps…
      On va voir. tenez-nous au courant ! C’est amusant…

      Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : akira

          A 15:41, le vôtre a été amputé des questions sur les liens d’intérêt. remettez-les !
          Et le mien est « pending » ; je comprends que c’est le chef qui va décider…
          Continuons le combat !

          Répondre
          1. Francoise
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Le votre est peut-être ‘pending’, mais je ne le vois plus ! (pas plus que celui d’Akira, en effet). Incroyable !!!!!!!!!!!!!!!!!!

          2. akira
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            C’est proprement incroyable. J’ai l impression que la censure est meme plus importante sur le site francais que sur son concurent anglophone !!

          3. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : akira

            Je vous suggère d’y retourner et écrire un message du genre : « pourquoi avoir censuré les informations que je donnais sur les deux professeurs ET enseignants ? En effet, le commentaire du Dr de Lorgeril concernait cette question des conflits d’intérêt et perd son sens si le mien est amputé. Merci de rétablir mon texte dans son intégralité ! »

            Je propose que quelqu’un d’autre écrive : « Sur un site destiné en principe à une information supposée objective des médecins, des professionnels de santé et des familles, il serait judicieux que les rédacteurs soient indépendants des intérêts commerciaux et industriels. De même qu’il est exigé des politiciens qu’ils soient transparents et au-dessus de tout soupçon, il est exigible que des sites d’information sur la santé soient également au-dessus de tout soupçon. Ce n’est apparemment pas le cas de deux rédacteurs de l’article sur les anti-PCSK9 envoyés aux USA (aux frais de qui ?) pour rapporter des informations supposées crédibles. Pour être crédibles, il faut être indépendant !« 

        2. Francoise
          En réponse à : akira

          Oh, le mien est passé en Mode ‘pending’ ? Ca veut dire qu’il va être effacé à court terme… j’imagine?!
          Mais c’est très vilain, ça aussi !!!

          Répondre
          1. Francoise
            En réponse à : Francoise

            @Akira
            On rigole… c’est beaucoup dire ! Mais c’est une expérience extrême que nous partageons là, ça, oui, de voir la censure en direct :-( sous nos yeux si étonnés de voir ça :-)
            Incroyable… in-cro-ya-ble !!!

  6. phil

    ouah c’est rigolo, à 17H22 j’ai demandé très exactement : « Mais où donc est passé le message du bon Dr MdL », y a rien du tout… reste juste Reliquet et Françoise, mais rien de dangereux, si mon petit message a foutu le camp, c’est que MdL est persona non grata, et conclusion alors : c’est 1 torchon:)

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : phil

      En disant « torchon » vous êtes à côté de la vérité ; ce site est financé par l’industrie pour faire de la promotion ; qu’est-ce que vous croyez ?
      Ils ne vont pas se tirer « une balle dans le pied » quand même…

      Plus grave à mon avis, ce sont les enseignants qui, bien que « rémunéré service public » se compromettent dans de la promotion ; et ce n’est pas gratuit : combien le costard ? Combien pour mon chauffeur ?
      La classe politique tant critiquée n’est que l’image de notre société spectaculaire et marchande.
      Vous ne pouvez pas imaginer ma douleur le jour où j’ai compris que des médecins, des chercheurs, des universitaires [pas TOUS, il y a des saints…) étaient aussi « compromis » que des vulgaires marchands de bagnoles d’occasion ; et racontent n’importe quoi pour le prix de quelques cacahouètes…

      Répondre
      1. phil
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        voilà mon dernier rajout, faut y aller mollo sinon… mais si ça reste, ça fait du bien quand même

        [ À l'instant
        J'aurais aimé pouvoir discuter des raisons de l'arrêt prématuré de l'essai FOURIER, apparemment sans justification valable, arrêt critiqué par 2 chercheurs réputés : Michel de Lorgeril (France) et Uffe Ravnskov (Suède) ]

        mais où est donc passé le commentaire du bon Dr de Lorgeril ?

        Répondre
    2. Minoque
      En réponse à : phil

      Reste Pascal dans les commentaires…

      @ MdL Je veux bien m’y coller sur le texte que vous proposez … mais il ne faudrait pas être plusieurs à écrire les mêmes mots …

      Répondre
Commentaires : page 2 sur 2«12

Répondre à Francoise Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.