Y a-t-il une « fausse » et une « vraie » science ?

 

Toujours à l’affut de quelque sujet qui pourrait augmenter leurs ventes, les médias conventionnels « en papier » se sont jetés sur ce « business florissant » que serait la « fausse » science ; évidemment pour la condamner fermement ! Oups ! Qui ne le ferait ? C’est très vilain de propager des « fake news » comme disent les perroquets commandités.

Et notre média conventionnel « en papier » préféré n’a pas voulu être en reste (ci-dessous) et bien sûr comme toujours en finesse : « gangrène », « business »… fausse science1

Nos judicieux, et très justiciers, rédacteurs pleurnichent à propos de cette supposée « fausse » science qui fleurirait sur les réseaux sociaux ou réseaux parallèles tandis qu’une « vraie » science serait malmenée et plus ou moins abandonnée sur les réseaux conventionnels, ceux gérés par les sociétés savantes, les académies, les corporations, les Ministères (parfois) et surtout l’industrie, notamment celle des médicaments et… des vaccins !

Car, parmi les cibles de nos Zorros de la « vraie » science, il y aurait les célèbres anti-vaccinalistes des réseaux parallèles, prototypes selon eux de la « fausse » science

Si nos Zorros pratiquaient eux-mêmes un peu la science et la recherche, la vraie ou la fausse peu importe au lieu de pondre leurs idioties, ils sauraient qu’il y a autant de science bidonnée (plutôt que « fausse », ce qui ne veut rien dire) sur les réseaux conventionnels que sur les réseaux parallèles.

Y a-t-il plus vulgaire désinformation que celle diffusée dans les congrès médicaux conventionnels sponsorisés par l’industrie pharmaceutique ?

Y a-t-il plus grossière déformation des réalités que celle propagée par les administrations sanitaires et les académies à propos de la médecine des vaccins ?

Mais il y autre chose sur les réseaux conventionnels qui n’existe pas sur les réseaux parallèles, quel que soit leur mode de financement, ce que certains qualifieront de « business » florissant comme si l’activité économique et financière des médias conventionnels n’était pas aussi du « business florissant ».

C’est quoi cette « autre chose » ?

C’est, pour reprendre le vocabulaire de nos Zorros, la gangrène de la censure.

Si nos Zorros avaient essayé une seule fois de publier des news peu favorables à un « business florissant » (académique ou industriel), ils sauraient qu’on se heurte immédiatement à un barrage organisé par les sponsors des médias conventionnels.

Via les médias conventionnels, les seules vies scientifiques admissibles sont celles qui ne peuvent porter préjudice au « business florissant » : soit vous apportez des informations, voire des découvertes, qui ne portent ombrage à personne ou qui peuvent générer un « business florissant » nouveau, soit vos « découvertes » sont des fake news

Et ainsi prospèrent inéluctablement des réseaux parallèles avec le meilleur et le pire : beaucoup de fake news mais aussi des perles et des trésors !

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas quelques trésors sur les médias conventionnels : la différence avec ceux des réseaux parallèles, c’est qu’ils ne gênent personne. Bref, il y a encore quelques trésors ; et le problème des vrais chercheurs en sciences, c’est de les identifier dans un raz de marée de fake news sur les réseaux sociaux (dits parallèles) et sur les réseaux conventionnels.

Je résume : contrairement à ce que pensent nos justiciers Zorros, il n’y a pas de « vraie » ou « fausse » science, il y a des théories scientifiques. Certaines sont intéressantes et résistantes à la critique, au moins temporairement. Les supports de diffusion de ces théories, réseaux officiels (type PubMed) ou réseaux parallèles (type Google) ont peu (ou pas) d’importance.

Parce que les professionnels (les vrais chercheurs et scientifiques, pas les Zorros) savent reconnaître les théories intéressantes et résistantes (c’est leur métier) indépendamment des réseaux de diffusion.

Dans ce contexte, il n’est pas inutile de bénéficier de son propre réseau d’information où chacun (par exemple chaque visiteur de ce Blog) peut venir s’informer et aussi informer les autres : « avez-vous vu ça ? » « Savez-vous que ? »

Personnellement, j’ai ainsi plusieurs réseaux d’amis et confrères qui m’informent bénévolement. Certes, je dois trier mais les petits trésors et les perles ne sont pas rares. Merci à tous.

Tous ces réseaux parallèles (qui rendent fous de jalousie les Zorros des médias conventionnels) constituent un progrès majeur de l’époque. Il devient difficile de « faire croire » n’importe quoi à des citoyens alphabétisés. Certes, certains comprennent vite ; alors que d’autres sont plus lents. Nous avons tous nos soucis ; mais « avec le temps va tout s’en va… » disait le grand Jacques [pardon, c'était le petit Léo... encore une fake news...].

Ainsi explosera la vulgaire bulle vaccinaliste, suffit d’attendre un peu et de laisser derrière soi, à chaque passage, quelques tiques amicales (merci Grande Dame Nature) qui propageront le scepticisme !

Ainsi va la Société Spectaculaire et Marchande décrite par Debord et ses petits amis il y a 70 ans. Comme le temps passe !

D’ailleurs, comme bien décrit par nos Zorros commandités, ces dérives spectaculaires qu’ils découvrent aujourd’hui (choupette !) ne concernent pas que la publication.

Les réseaux conventionnels et parallèles sont bord à bord dans cette débauche hilarante et « juteuse » (ci-dessous).

Fausse science 2

Heureusement, de même qu’il y a des réseaux parallèles où la parole est libre et non censurée, il y a aussi des réunions et congrès qui permettent à ceux qui savent nager  dans les eaux troubles de trouver des informations utiles et intéressantes.

Adhérez à l’AIMSIB ; on vous guidera vers quelques oasis de liberté !

 

 

 

 

 

 

 

n

114 réflexions au sujet de « Y a-t-il une « fausse » et une « vraie » science ? »

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : joss

      Il est heureux que nous ayons une forte industrie du médicament (quel que soit sa nationalité) et autres produits de santé susceptible de rendre service aux « malades qui s’ignorent » que tous nous sommes.
      Il faut donc saluer les efforts de nos politiques (à tous les niveaux) pour entretenir, renforcer et développer cette industrie.

      Il n’est pas absurde non plus de penser qu’il est préférable d’avoir une industrie nationale (voire patriote) pour le service de nos compatriotes… Dit autrement, il vaut mieux ne pas trop dépendre des foucades de quelques présidents avec des pouvoirs tonitruants des deux côtés du Pacifique… Je parle de l’Océan, et pas du Baobab du grand Marquis de Sade…

      Je tiens donc, contrairement à vous, à saluer les entreprises de Napoléon le 4ème pour rassurer nos fragiles industriels, ici et ailleurs car il est préférable que AstraZeneca, Pfizer et les autres installent leurs usines chez nous ; on pourra toujours se les approprier le jour où on en aura besoin…

      Doit-on pour autant livrer en pâture chaque année nos 800,000 nouveaux-nés aux vaccinologues rétribués par cette même industrie patriote ?

      « Do it or not do it? That’s the question » disait le Grand marquis avant d’être libéré de la Bastille par un peuple en furie…

      Répondre
      1. el cosi
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        J’ai du mal à suivre. Des foucades de quel président d’un côté du pacifique dépendrait notre santé ? Si des produits fabriqués à l’étranger à l’initiative d’une foucade sont considérés comme défectueux, qui nous oblige à les acheter ?
        Est-ce que le coeur du problème n’est pas justement ce patriotisme économique mal placé ? Autrefois nous sacrifions nos jeunes hommes pour la patrie. Pour les 800 000 nouveaux-nés, signalons quand même que très peu en meurent.

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : el cosi

          Un président américain ou chinois peut très bien décider de privilégier un marché plutôt qu’un autre en cas de crise sanitaire ou, plus simplement, en cas de pénurie de tel ou tel autre médicament…
          Facile à comprendre !
          Si très peu des 800,000 nouveaux-nés meurent (Merci Mon Dieu !), ce n’est pas parce qu’on les vaccine…
          Le problème des vaccins c’est quelles séquelles ils laissent (chez certains) et à quoi ils servent chez tous ?
          J’ai l’impression, à vous lire, de répondre au PDG de l’INSERM…
          Vous êtes son porte-parole ?
          oups !

          Répondre
          1. el cosi
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Je ne sais pas si cela sera considéré comme la parole du PDG de l’INSERM, mais, en affrontant les piqûres des vaccins français, avec bravoure et à leurs risques et périls, nos 800 000 nouveaux nés pourront être fiers d’avoir soutenu l’effort économique national.
            Quant au Président américain, s’il décide de privilégier un marché, ce ne sera pas sur une foucade, mais bien à cause de l’influence d’un lobby. Ce n’est pas forcément plus probable avec Trump, qui aurait, paraît-il, comme foucade, d’être anti-vaccin.

          2. dreamer
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            C’est magique : ils soutiennent l’effort économique national en prenant des piquouzes de vaccins, et ensuite ils continuent de soutenir l’effort économique national bien plus tard en tournant au métothrexate ou n’importe quel autre immunosuppresseur associé à des antiinflammatoire en bonus.

          3. el cosi
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            @ Dreamer
            « n’importe quel immunosuppresseur »
            Pas n’importe lequel, j’espère. Un immunosuppresseur Qualité France bien de chez nous, mis en boîte par nos petits gars.

        2. Dreamer
          En réponse à : el cosi

          Je dois vous avouer que pendant certaines poussées de psoriasis parfois je préfèrerais être mort. Vivre avec une maladie auto-immune inflammatoire c’est pas particulièrement marrant voyez vous…

          Sous prétexte que les MSN post vaccinales c’est très rare c’est socialement acceptable ?

          Répondre
          1. Ricom'Art
            En réponse à : Dreamer

            Quoi ! Le rêveur n’est pas à la diète-med ? Savant comme il est, il n’a pas encore lu « The New Diet Med 4 Health & Earth » I can’t believe it !!!
            Mon très cher génie, il parait impensable que votre immense connaissance puisse buter sur un tel écueil. De toute urgence il vous faut lire en javanais, en http//, en madarin, en short ou comme vous voudrez ce document indispensable. J’ai même contraint – par mon regard torride – ma MT de le lire, qui depuis chante des Alléluias à Saint Michel – non pas le quartier parisien, mais bien à notre hôte – lequel l’a frappée – de tendresse érudite – d’une sainte révélation.

          2. dreamer
            En réponse à : Dreamer

            @Ricom’Art : la diète méditerranéenne je dois pas en être très loin (si vous saviez la quantité de bouteilles d’huile d’olive de 2L que j’ai en stock…), en plus j’ai fait mes dosages d’IgG et tout et tout (j’ai viré en quasi totalité tout ce qui provoque les réponses immunitaires), je suis même suivi par une toubib spécialisée en micronutrition. Mes poussées de pso me semblent peu corrélé à l’alimentation mais énormément au stress (ça malheureusement je n’ai aucun doute).

          3. Ricom’Art
            En réponse à : Dreamer

            Mon cher Blade Dreamer, vous me soulagez d’un terrible doute.
            J’eus aussi à me confronter à Stress l’opportuniste. Celui-ci me faisait gonfler telle une baudruche et je prie le parti, alors, de le vaincre par la sagesse. Non que je sois particulièrement un sage, mais comme j’avais constaté que les effets de celui-ci avaient à voir avec l’intensité de mon activité, je décidais de le priver d’activité ! Quelques dérives dans le vaste monde, conjuguées à une temporisation de mes nombreuses et délirantes activités eurent raison de son emprise sur mon si faible corps. Ce n’est bien entendu pas une recette, juste un conseil à un nouvel ami embarrassé par les effets désagréables d’un embarassant urticant.
            Mes sincères amitiés

          4. Inoxydable
            En réponse à : Dreamer

            Si je peux me permettre : Un de mes fils, sans travail pendant des années et en situation de stress permanent s’est débarrassé de son psoriasis du cuir chevelu, de la peau du cou en faisant un jeûne total ( boire que de l’eau) pendant 5 jours. Par la suite, ayant retrouvé un emploi son stress n’est plu revenu et son psoriasis non plus. (et en plus il a perdu du poids ce qui lui a fait du bien).

          5. Dreamer
            En réponse à : Dreamer

            Inoxydable -> j’ai tenté le jeûne hydrique, j’ai tenu 4 jours et j’ai préféré arrêter car étant d’un naturel mince, mes côtes sont devenues apparentes, je suis tombé à 51/52 kilos…

      2. Minoque
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Comme pour le Dolder ci-dessus puissiez-vous, Amiral, me réconforter de la même manière avec Bilderberg parce que à l’époque vous m’aviez renvoyée aussi un peu dans les cordes sur ce groupe… Je ne demande qu’à être convaincue de me tromper bien que nous ayons déjà quelques avancées dans ce sens si on lit et réfléchit bien !

        « Je vais vous parler de la nouvelle coqueluche de ces médiahrées, Emmanuel Macron. Gueule de premier de la classe, propre sur lui, formaté chez Rothschild – tout comme Pompidou, le très nuisible « inventeur » en 1973 de la loi bancaire dite « loi Rothschild » qui a livré l’économie française aux banksters. Ce brillant jeune homme a été élevé chez les jésuites, ces maîtres es-hypocrisie. L’éducation des « bons pères » dirige vers le conservatisme le plus étroit. C’est le système de l’obéissance absolue qui supprime toute liberté de penser, toute spontanéité, toute originalité. Chez les « jèzes » il est inconcevable d’ouvrir des voies nouvelles. Macron, c’est l’allégeance absolue au Medef et pire, aux mafias de la finance internationale, du groupe Rothschild à Goldman & Sachs. Voilà déjà un solide brevet de républicanisme ! Bonjour les dégâts…

        Remarquez il n’est pas le seul : son patron, Valls, sort du même moule jésuitique. Macron, c’est aussi l’ENA, cette machine à fabriquer des parasites incompétents. Et puis, tiens, tiens ! Que trouve-t-on en regardant la liste des participants français de l’édition 2014 du groupe Bilderberg qui s’est tenue au Danemark en mai ? Et bien on trouve « Macron Emmanuel – Deputy Secretary General of the Presidency » et, un peu plus loin, on trouve « Pellerin Fleur – State Secretary for Foreign Trade ». Eh ! Ça promotionne sérieux d’être adoubé par la mafia de Bilderberg ! Tu parles : Bill Clinton, Lionel Jospin, José Manuel Barroso ont été systématiquement invités l’année précédente de leur élection ou de leur nomination.

        Au fait, Bilderberg, quésaco ? Le Groupe de Bilderberg est un groupe discret, presque secret, qui a été fondé en 1954 à l’Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l’invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, ancien Nazi, co-fondateur du Groupe avec David Rockefeller. Ce « club » est sans doute le plus puissant des réseaux d’influence. Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l’économie, de la finance, des médias, des responsables de l’armée ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires. C’est un véritable gouvernement mondial occulte. Ses orientations stratégiques peuvent concerner l’initiation d’une crise économique ou d’une phase de croissance, les fluctuations monétaires et boursières, les alternances politiques, les politiques sociales, la gestion démographique du globe et même le déclenchement d’une guerre.

        Les « Maîtres du Monde » — c’est ainsi qu’ils se nomment entre eux ! — considèrent qu’une majorité de la population est inutile ou non-rentable. La plupart des « citoyens ordinaires » ont une valeur négative pour le système économique. Par ailleurs, sur le plan écologique, la population consomme actuellement trop de ressources et génère trop de pollution.

        Une solution serait que l’humanité renonce à la société de surconsommation et aux profits qu’elle permet de générer. Pour les « Maîtres du Monde », cette solution est inacceptable.

        Une seconde solution serait que l’humanité investisse massivement dans des nouvelles énergies et des nouvelles technologies qui dégraderaient moins l’environnement. Mais cela coûterait cher, sans réduire le danger d’instabilité sociale. Pour les « Maîtres du Monde », cette solution est aussi inacceptable.

        Les « Maîtres du Monde » ont donc choisi une troisième solution : permettre aux plus favorisés de conserver les avantages d’une société industrielle hautement polluante, mais réduire la pression globale sur l’environnement et les risques d’instabilité sociale en ramenant la population mondiale à moins d’un tiers de ce qu’elle est actuellement avant la fin du 21ème siècle.

        Grâce à la robotisation, à l’informatique, et à l’intelligence artificielle, la production et le transport de l’énergie et des marchandises pourront bientôt être effectués presque entièrement par des systèmes automatiques. Le nombre de personnes réellement nécessaires au bon fonctionnement du système productif est largement inférieur au nombre de salariés actuels. Surtout si la demande globale en ressources est réduite par l’élimination de la population inutile.

        Une guerre d’élimination contre la population mondiale a donc commencé. Les humains devenus inutiles ne sont pas éliminés dans des camps de concentration, mais en leur supprimant progressivement l’accès à l’espace vital, à la nourriture, à la santé, à l’éducation, à l’information et à l’énergie. L’accaparement des terres agricoles du monde, la fluctuation à la hausse des prix alimentaires, la suppression ou la réduction des allocations-chômage, la baisse des retraites, le démantèlement des systèmes d’éducation et de santé publique et la privatisation du marché de l’électricité sont autant de mesures récentes qui vont dans ce sens.

        Les pauvres, les précaires et les exclus sont condamnés à une mort lente et discrète, par la misère, la malnutrition, la maladie ou le suicide.

        La population en excès pourra aussi être éliminée par des épidémies (dissémination délibérée de virus dans l’air, l’eau ou l’alimentation industrielle) et par des guerres.

        Ça ne vous rappelle pas des événements très actuels ? Ebola, H1N1… Gaza, Ukraine, Syrie, Irak… »

        Extrait du Blog de Victorayoli le 28 août 2014 sur Médiapart

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Minoque

          « Les pauvres, les précaires et les exclus sont condamnés à une mort lente et discrète, par la misère, la malnutrition, la maladie ou le suicide » dites vous ?
          Où est la nouveauté, Madame la Présidente ?

          Répondre
      3. joss
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Suis pas d’accord avec vous pour une fois, c’est très rare ;)
        -Justement, le Monsieur Ruffin nous annonce que Sanofi ferme l’usine de Mourenx (où la Dépakine était fabriquée), donc pour les emplois, c’est raté.
        -Il nous dit aussi que « Ces huit dernières années, quelque 2000 postes de chercheurs ont été supprimés par le groupe Sanofi dans notre pays, malgré 130 millions d’euros perçus annuellement en Crédit impôt recherche. » Là aussi les emplois c’est pas ça…
        -Une « industrie forte du médicament » qui décide du financement de la recherche ne rendra pas service aux « malades qui s’ignorent » mais à ses actionnaires qui ont des intérêts antagonistes. Par contre une « industrie forte du médicament » qui ne s’occupe que de produire les médicaments et une recherche contrôlée par une assemblée d’experts et de citoyens permettrait de servir l’intérêt général et donc les malades avant les actionnaires. Sans véritable contrôle en direction de l’intérêt général, le système part à la dérive vers l’intérêt particulier, c’est la science au service de la finance.
        -Et sur le DOLDER ou le club privé « big pharma » qui existe donc véritablement, ce n’est pas juste un nom (c’est valable pour tous les lobbies mais certains sont plus puissants que d’autres), où est le libéralisme là-dedans, la concurrence libre et non faussée ? S’il n’y en a pas, alors les dés sont pipés, la « main invisible » est alors télé-guidée. Comme pour des essais cliniques dont les résultats seraient biaisés.
        -Les 800,000 nouveaux nés livrés en pâture, le scandale du Vioxx, les statines (et j’en passe) sont la conséquence de ce système qui marche sur sa tête (tonton Guy a même montré qu’il s’auto-alimente).
        La question à se poser est « qui décide ? », « qui a le pouvoir ? » et « qui devrait l’avoir et comment le répartir ? ».

        Bossuet nous disait : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : joss

          Bon, vous n’êtes pas d’accord !
          Mais moi je suis d’accord avec vous quand vous dites : « une recherche contrôlée par une assemblée d’experts et de citoyens permettrait de servir l’intérêt général et donc les malades avant les actionnaires » !
          Bon !
          On commence quand ?

          Répondre
          1. Minoque
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Qu’ai-je donc bien ou mal fait pour mériter un titre si honorifique ?

            Certes ce n’est pas nouveau, certaines périodes de l’histoire ont été bien malmenées mais à notre époque et depuis la fin des 30 glorieuses, la dégringolade générale est gigantesque… Les propos de Joss le démontrent bien… Et ce n’est même plus en rêve de penser que demain on pourrait laisser une assemblée d’experts et de citoyens servir l’intérêt général parce que c’est loin d’être encore à l’ordre du jour aujourd’hui… Enfin très humblement c’est ce qu’ il me semble !

  1. Julien Roux

    Oui, tout à fait d’accord avec vous.

    D’ailleurs, la fausse science se glisse partout. La science de la propagande, pas la science des chercheurs indépendants. La science de propagande dispose d’énormes moyens pour que sa bonne parole soit entendue partout. La vraie science dispose de très peu de moyens, puisque ses découvertes pourraient ruiner les monopoles. Alors, elle est pratiquée par des indépendants, des rentiers, des retraités, des personnes qui disposent d’un peu de temps pour la communauté des humains, qui veulent essayer de transmettre quelque chose qui puisse servir la civilisation. Une santé gratuite, de l’électricité gratuite, des caresses partout, des fruits, du rire, un peu de soleil et de la poésie… Tout ceci n’intéresse pas les marchands de savons… qui veulent des chiffres, des billets, du pouvoir pour leur grand ego malmené…

    Et si tous les scientifiques indépendants parlaient ensemble, ils réaliseraient que quasiment toute les sciences officiels (santé, énergie, alimentation, histoire, économie, architecture, religion) sont fausses parce qu’orientées par l’argent…

    http://www.julienroux.com/information/ViveLeTabac.pdf

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Julien Roux

      Merci de vos encouragements.

      Par contre votre petit laïus sur les bienfaits du tabac témoigne d’une totale incompréhension de la problématique…

      Auriez-vous été salarié de l’industrie du tabac ?

      Êtes-vous fumeur ?

      Répondre
      1. MT
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Faut que je me (re)mette à fumer? Du tabac bio, où est-ce qu’on peut en trouver?
        C’est mon homme qui va être content! (ancien très gros fumeur stenté il y a 10 ans sur une iliaque et sevré depuis car pensant bêtement qu’il y avait un lien!)

        Répondre
      2. Jean-Marc REHBY
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        J’ai lu toute la prose que nous envoie ce Monsieur Julien ROUX (sans Combaluzier dommage!) et c’est édifiant un gloubi boulga de mélange détonnant de choses vraies et de pures inepties.
        Oui le tabac a plein d’effet bénéfiques stimulation de l’attention de la mémoire action antistress et pour cause puisque la nicotine est un analogue de l’acetyl choline le médiateur chimique numéro un dans notre organisme. Mais A TOUTE PETITE DOSE !!!!
        Et c’est aussi pour ça qu’on devient dépendant et l’industrie du tabac a largement trafiqué les cigarettes pour entraîner une dépendance rapide et encore plus forte.
        Belle courbe avant 45 Mais comme dit le proverbe chinois « quand le sage montre la lune l’imbécile regarde le doigt »
        Avant 45 surtout du tabac naturel roulé et cigarettes peu trafiquées après explosion du tabac blond manipulé chimiquement et traité avec plein de saloperies et bon marché explosion des maladies cardio vasculaires et des cancers.
        Alors bien sûr il y a des co-facteurs tous les fumeurs ne font pas de cancer du poumon ou d’infarctus et heureusement !!
        Mais l’atteinte de l’endothelium vasculaire par le tabac est patente et documentée.
        Et un simple chiffre pour terminer en passant mais je pourrais en tartiner des kilos l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs est liée au tabac avec une relation simple un malade qui arrête de fumer voit son risque d’amputation ( se faire couper les jambes ) être de 15% dans les 15 ans et de 85% oui quatre vingt cinq pour cent s’il continue à pétuner .
        No comment.!!

        Répondre
      3. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Ca me rappelle un roman de SF que j’ai lu dans les années 60, écrit par un médecin et qui expliquait dans sa fiction que le cancer en général et du poumon en particulier était une adaptation de l’organisme humain aux changements dus à la pollution atmosphérique.
        Ben il ne s’est pas trompé sur la dangerosité de la pollution mais sur le cancer, ça rejoint ce que dit l’auteur de l’ article :
        « En effet,
        le cancer est une solution, temporaire, que le corps utilise afin de faire face à
        une agression, à un stress. Le corps se met à créer des cellules beaucoup plus
        performantes, des sortes de super cellules afin de faire face à ce stress. »
        Le reste de sa « démonstration » est de la même facture, complètement idiot, à mon sens.

        Répondre
    2. el cosi
      En réponse à : Julien Roux

      @ Julien Roux
      Votre courbe n’est pas la même que sur le site :
      http://invs.santepubliquefrance.fr/publications/2009/evolution_mortalite_cancer_france_1950_2006/rapp_sci_cancer_mortalite_web.pdf
      L’augmentation forte de l’incidence du cancer du poumon avant 1960 est totalement incompatible avec un effet du nucléaire civil. Si vous voulez montrer que les explosions nucléaires dans le pacifique sont à l’origine de l’augmentation de la mortalité par cancer chez le fumeur en France, vous allez avoir du boulot !

      Répondre
  2. Pierre

    Bonjour à tous, juste pour rappeler ce moment historique, autour des années 2004, où TOUS les journalistes sans exception nous avait relayés l’info Coca Cola sur le mauvais CO2 qui avait rendu malade des dizaines ou des centaines de personnes, j’étais en médecine a l’époque…
    Je crois que c’est ce jour là que la Science est morte et que l’on a eu la démonstration que les journalistes avaient tout oublié de leur période pré BAC et qu’il ne fallait surtout pas réfléchir aux communiqués de presse des grands groupes, juste se contenter de recopier (putain de merde du mauvais CO2 WTF??!!)
    On le verra plus tard avec chaque « Grande découverte ou avancée » de la médecine à la une du 20h.

    Répondre
          1. dreamer
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            http://www.liberation.fr/evenement/1999/06/17/cinquante-millions-de-boites-restent-interdites-a-la-vente-coca-cola-grande-peur-pour-des-petites-ca_276060

            « Mardi soir, la direction de Coca-Cola Belgium identifiait avec «certitude» l’origine du problème: l’injection «pendant une durée très courte» à son usine d’Anvers de «mauvais CO2» (gaz carbonique) dans des bouteilles en verre de 20 cl de Coca et de Coca Light pour les gazéifier; »

          2. Pierre
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Zut j’allais mettre l’article en l’occurence.
            En tout cas, je me souviens surtout des infos TV pas tellement des articles papiers où les perroquets journalistes reprenaient en coeur le communiqué de presse sur le fameux mauvais CO2 car il est bien connu que comme le cholesterol t’as du bon CO2 (formule C-O2) et un mauvais CO2 (formule C-O2 mais il est mauvais quoi)
            et j’étais pas encore en médecine mais dans mes années lycéennes, mea culpa.

        1. Inoxydable
          En réponse à : M. Barahj

          ha ha ! Mais à propos du co2, je me souviens de la journée d’inauguration de l’AIMSIB en 2016 durant la quelle le Dr Laurent Schwartz, cancérologue et chercheur, avait expliqué qu’il avait eu mission par l’industrie pharmaceutique de trouver quels étaient les additifs de la cigarette qui pouvaient donner le cancer. Il avait démontré que c’était en fait le co2 inhalé avec la fumée qui était en réalité la cause…Son étude est partie à la poubelle, pas bon du tout ça pour la vente du tabac sous toutes ses formes;
          Et pour ceux qui s’y intéressent , très bon article sur Wikipédia à son propos ou il est bien expliqué que le co2 est utile seulement pour les plantes ( photosynthèse) et très mauvais aussi pour l’atmosphère terrestre à une certaine concentration;
          Moi ce que j’en dis en tant que béotien…

          Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : dreamer

      Depuis que la Cochrane est en faillite et en négociations pour être rachetée, c’est plus que suspect…
      Faut pas déplaire !
      C’est la « bonne » science vue par les crétins conventionnels habituels…

      Répondre
        1. dreamer
          En réponse à : dreamer

          il semble d’après les slides 2017 (le rapport financier complet n’est pas encore publié) qu’ils ont gagné un peu d’argent l’année dernière. Par contre la fameuse revue cochrane sur l’efficacité du gardasil a carrément l’air frauduleuse…

          Répondre
      1. dreamer
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Je ne sais pas si vous avez lu l’article du BMJ mais c’est un énorme missile envers leurs confrères… Quand on lit entre les lignes on est à 2 doigts de l’accusation de fraude…

        Répondre
  3. Bj

    Bonjour,

    J’ai une question concernant une de vos publications à venir.
    Il y a quelques mois, vous avez mentionné un article concernant les hypercholesterolemies familiales à paraître. Je suis intéressé par celui ci, car ma cardiologue , à l’occasion d’une consultation pour un test d’effort (je pratique le vélo), a découvert que j’avais arrêté le tahor il y presque deux ans.
    Comme elle me soupconne d’avoir une HF, plus par mes bilans et le fait que dans ma famille c’est très courant, que par un impact evident sur ma santé et celle de mes parents proches ou éloignés.
    Elle a bien sûr tenté (gentillement) de m’expliquer que c’était une mauvaise idée.
    S’en est suivi une discussion ou elle m’a suggéré d’aller faire un bilan à la pitié non sans m’avoir prévenu qu’ils seraient très probablement d’accord avec elle.
    Je me dit qu’il n’est peut être pas inintéressant de faire un bilan, mais j’aimerais bien préparer mon argumentaire sur ce sujet, d’où ma demande.

    Ps: je ne fume pas, je pratique le vélo de façon assidue et la marche à pied quotidienne. En même temps que j’ai arrêté le tahor, j’ai basculé sur un régime plus excusivement méditerranéen bien qu’il l’ait été assez largement auparavant.

    Répondre
      1. Bj
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Vous avez raison mon post n’était pas suffisamment clair donc dans l’ordre les questions sont:
        date de parution de l’article sur les hf.
        L’utilité de faire le bilan à la pitié ou ailleurs.

        Pour les hf et les menaces il me semble que vos livres explicitent les choses et surtout que dans beaucoup de cas, hf n’est pas différent du cas ‘normal’ pour ce qui est du cholesterol.

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Bj

          L’article est « in press » mais je peux vous en donner le contenu oralement si vous venez me voir.
          Aucun intérêt à faire un bilan dans un centre de lipidologie (y compris la Pitié) sauf si vous voulez vous amuser et ensuite venir me raconter ; nous échangerons nos expériences respectives…
          Attention, certaines HF peuvent être dangereuses indépendamment du cholestérol ; quand la mutation concerne aussi certains facteurs de la coagulation…
          Je vous expliquerai quand on se verra…
          En attendant, ne changez rien…

          Répondre
          1. Bj
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Merci pour l’invitation je ne me serait pas permis de venir vous embêter de moi même, habitant près de paris, j’attendrais un de vos passages en région parisienne.
            Pour le reste je ne compte rien changer à mes habitudes, mon seul soucis est de résister à la pression pro-statines qui domine une bonne partie du corps médical et c’est pour cela que je me tient informé, ce faisant on s’aperçoit que beaucoup de médecins ont une vision superficielle du problème, probablement par manque de temps.

          2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Bj

            « Résister » est plus difficile que « collaborer » ; les maquisards du Vercors vous le confirmeront…
            Mais sur le long terme, ce sont toujours les résistants qui gagnent… en principe …

          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Primevère

            C’est pas faux, mais…
            Mais tout dépend qui le fait et sur quelles bases cliniques et biologiques.
            Dit autrement : à quoi sert de dépister puis traiter un cholestérol considéré élevé ?
            Vous me suivez ?
            Par contre, si un médecin intelligent pose quelques simples questions (tabac ? Nutrition ? Exercice ?) et sans insistance donne quelques explications, quelques idées simples peuvent faire leur chemin dans le cerveau embrouillé de nos contemporains…

  4. Emilio

    Revue de presse pour ceux qui sont intéressés par la polémique sur les Fakes Med.

    Je suis absolument convaincu que les objectifs réels de la tribune adressée contre les « Fake Med » n’ont aucun rapport avec l’homéopathie ou les médecines douces …

    J’ai l’impression que l’on veut, dans la droite ligne de la rhétorique faisant la promotion de l’obligation vaccinale (qui traite de complotiste non plus ceux qui se méfient DES vaccins, mais ceux qui sont anti-obligationnistes), sacraliser une nouvelle fois la SCIENCE DES EXPERTS OFFICIELS et décrédibiliser tous les autres ramenés au vulgaire rang de complotistes… Ceux que l’on veut décrédibiliser sont des adeptes des médecines « douces, alternatives, complementaires » mais aussi des simples médecins de base qui se foutent des médecines douces et se contentent simplement de critiquer la parole officielle…

    - Tribune : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/03/18/31003-20180318ARTFIG00183-l-appel-de-124-professionnels-de-la-sante-contre-les-medecines-alternatives.php

    - Les sceptiques :

    http://hippocrate-et-pindare.fr/2018/08/04/quel-est-le-probleme-avec-lhomeopathie/

    http://docteurdu16.blogspot.com/2018/04/un-collectif-de-medecin-demande.html?m=1

    http://docteurdu16.blogspot.com/2018/03/lhomeopathie-la-medecine-sans-les.html?m=1

    http://docteurdu16.blogspot.com/2018/07/homeopathie-et-sante-publique-single.html?m=1

    - Les « Pour » :

    https://ecoledessoignants.blogspot.com/2018/07/le-syndicat-des-homeopathes-en-plein.html?m=1

    https://jeanyvesnau.com/2018/07/31/homeopathie-et-confraternite-tous-les-couteaux-sont-tires-la-guerre-est-desormais-declaree/

    - 3 articles de Marc Girard résument son point de vue sur les médecines douces. Ce point de vue peut être résumé dans cette phrase :

    Voir partie « Narcissisme et dépolitisation » :

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article385

    Voir partie 9 de cet article. Voir aussi le renvoi numéro 49 … Marc ne s’est pas encore exprimé sur cette pétition contre les « Fakes Med », je suis convaincu qu’il ne la soutien pas.

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article359

    La vie ou la survie (article court et majeur) :

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article293

    .

    Répondre
  5. Emilio

    Un article avec des réponses très intéressantes a été publié sur le blog de Hippocrate et Pindare. Bah, l’auteur du blog n’est pas réceptif à ce que des internautes publient des articles de Marc Girard sur son blog. Il n’empêche qu’il a une vision que je préfèrerais rencontrer plus souvent en ce bas monde.

    http://hippocrate-et-pindare.fr/2018/08/10/quel-est-le-probleme-avec-lhomeopathie-suite/

    La seule et unique question que je me pose au sujet de cette résurgence médiatique sur les « fakes med » concerne l’objectif concret des 124 ?

    Pourquoi se scandaliser MAINTENANT sur le fait que l’homéopathie (et autre médecines dite « douces ») ait pignon sur rue et ne soit pas étayé par la fameuse « science » derrière laquelle se planque ceux qui ont promu l’obligation vaccinale, la vaccination, les statines …etc.

    Pourquoi une pétition et donc une polémique MAINTENANT ?

    Mon médecin traitant est un homéopathe. Je l’aime bien il n’est pas arrogant et lorsque je lui ai expliqué mon opinion sur les vaccins, il n’a pas insisté. Il n’y a pas de pub de Big Pharma ou de calendrier vaccinal affiché dans sa salle d’attente. Les médecins homéopathes sont peut-être bien les premiers ennemis à la politique vaccinale…

    Ça fait bien longtemps que les débats existent sur la légitimité de l’homéopathie en tant que « science médicale » … mais pourquoi ce débat renaît aussi durement MAINTENANT ?

    Je ne crois pas dans l’homéopathie. Mais ça ne m’empêche pas de trouver que cette pétition pue dans un contexte autour des obligations vaccinales qui est plus que préoccupant, et qui ne cesse de se référer à la « science » que les 124 considère comme malmenée par les opposants aux projets fous du ministère.

    Répondre
      1. Akira
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Ce qui est cependant amusant, c’est que les medecins homeopathes sont probablement parmi ceux qui sont le plus sous le lobby pharma puisque leur fournisseur principal a une position de quasi monopole.
        Ce billet m’a fait aussi bien rire :
        https://ecoledessoignants.blogspot.com/2018/08/comment-appelle-t-on-une-ecole-qui.html

        La question des conflits d interet existe tout autant dans les medecines dites « douces » que dans les autres …

        Répondre
        1. Ricom’Art
          En réponse à : Akira

          Il est bien notre ami Sach, tu le connais Sach ? Je me demande si les recruteurs de l’Aimsib on fait le nécessaire pour l’approcher, car il est canadien maintenant me semble-t-il ? En plus d’avoir une longue expérience médicale, il est écrivain et comme tu le sais les écrivains cela me parle bien souvent plus que les autres. L’homéopathie, comme toutes les spécialités, n’échappe évidemment pas aux sirènes marchandes et d’ailleurs qu’est-il en dehors du spectacle si ce ńest sa critique radicale ?
          Mes amitiés à celui qui fit un beau voyage.

          Répondre
          1. Akira
            En réponse à : Dreamer

            Quel rapport avec mon intervention ?
            Parce que personne ne m’oblige a y aller m’oterait le droit de critiquer ?

          2. dreamer
            En réponse à : Dreamer

            pas du tout.

            Les conflits d’intérêts existent aussi bien dans la médecine « officielle » qu’ailleurs (homéopathie, domaine des compléments alimentaires, méthode X, Y ou Z pour se « détoxifier »/perdre du poids ou que sais-je encore)

            C’est juste que l’homéopathie est un truc à la marge et qui n’a rien à voir en terme de puissance financière, et donc en capacités de lobbying (et n’hésitons pas sur les mots : corruption) avec les MSD, Pfizer, Saonfi ou GSK.

            Il faut savoir hiérarchiser les problèmes. Le lobbying de MSD à la fin ça aboutit à la « future » obligation du Gardasil qu’on injectera à des millions de gamines et gamins, comme on a eut les 11 vaccins obligatoires au 1er janvier.

            Le lobbying de Boiron heu…

            ça ne veut pas dire que la pratique est plus acceptable, mais le risque pour la société n’est pas du même ordre de grandeur.

      2. Primevère
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Tous ces docteurs qui « se réfèrent à la science » comme dit Emilio, ne savent pas comment se soignent leurs patients, derrière leur dos si on peut dire.

        Je connais nombre de personnes qui vont voir des homéopathes, des ostéopathes, des naturopathes… et même des magnétiseurs, sans leur dire évidemment.
        Effet placebo me diraient-ils probablement, en tout cas les malades en sont satisfaits puisque ils y retournent et que ce n’est évidemment pas remboursé.
        Et ce n’est pas parce qu’on n’explique pas que ça ne marche pas.

        Je vous cite mon cas vous pourrez le supprimer si vous voulez :
        J’avais des difficultés pour avoir des enfants, j’ai d’abord fait 2 fausses-couches, puis mon cycle est devenu complètement plat, plus de règles rien.
        Je vais voir mon gynéco, il me dit : « prenez votre température tous les matins pendant 3 mois puis revenez me voir ».
        J’en suis sortie révoltée et ai décidé d’aller voir une naturopathe que ma belle-mère voyait…

        Une naturopathe (elle avait ses examens mais pas de France) martiniquaise très réputée dans notre région et qui suivait ma belle-mère. Elle m’a donné à boire des préparations qu’elle faisait elle-même qui avaient goût d’oignon cru, de vin rouge et d’épices, pas bon donc, et m’a dit : « revenez dès que vous êtes enceinte. »
        Au bout d’un mois 1/2 j’ai eu quelques règles et au bout de 3 mois j’étais enceinte.
        J’ai eu mon premier enfant, le gynéco n’y comprenait rien, et pour le deuxième j’ai pensé que je n’avais pas besoin d’y retourner, et bien si, re fausse-couche donc j’y suis retournée, et j’ai eu mon deuxième enfant.

        On peut me dire effet placebo etc mais j’ai pu avoir des enfants sinon je ne sais pas.
        Et j’ai d’autres exemples de médecines « alternatives » qui ont beaucoup aidé pour d’autres problèmes de santé, dans mes relations.

        Alors tous ces grands professeurs, ils font tout ce qu’ils pensent bien pour leurs patients je n’en doute pas, mais s’ils savaient tout celà, cela leur apporterait peut-être un peu d’humilité.
        Ce qui compte c’est que les gens guérissent, en faisant attention à discerner les charlatans qui existent forcément.

        Répondre
        1. M. Barahj
          En réponse à : Primevère

          Mais enfin il le savent, les « grands professeurs » et les gynéco-obstétriciens que pour beaucoup de couples chez qui l’enfant ne vient pas, un beau jour il vient , potion ou simulation ovarienne ou rien. on disait autrefois qu’il était important de rassurer et (difficile ça) d’obtenir que le couple se détendent et fassent l’amour sans penser sans arrêt à cet enfant qui ne vient pas. On m’a appris ça il y a des décennies.

          Répondre
      1. Emilio
        En réponse à : Benoit

        Ce que j’aimerais bien savoir, c’est l’avis du neurologue sur l’article « La Fortune des Eunuques » le plus passionnant de la série, qui inclut plus particulièrement ce texte (voir « Qualité pharmaceutique ») :

        => « L’expérience (cette fois dûment acquise sur le terrain) du scandale « hormone de croissance » atteste que ces compétences n’étaient clairement pas celles que l’on cultivait à l’Institut Pasteur dans les années où GenHevac B a été mis au point : dès lors, les constats d’E. Faure [8] sur l’impressionnante ressemblance entre certaines séquences nucléotidiques du virus de l’hépatite B et celles de la myéline humaine suffisent largement pour crédibiliser encore plus les mises en garde éminentes et précoces de Zuckerman et légitimer d’alarmantes conjectures sur le potentiel neurotoxique d’un vaccin concocté dans les conditions d’un tel amateurisme pharmaceutique. Il faut regretter qu’avant de traîner dans la fange de leur opprobre ceux qui réfléchissent pourtant mieux qu’eux, les grands savants de l’INSERM n’aient pas jugé bon de consacrer à cette alerte quelques-uns de leurs moyens d’investigation pourtant considérables. »

        Question identique pour ceux qui ont expliqué que le risque neurologique était inexistant si l’on vaccinait avant l’âge de 2 ans (voir article sur un nourrisson vacciné à 6 mois « Pharmacovigilance : la falsification à l’oeuvre » + propos de Pascal Melin dans cette vidéo : https://youtu.be/YZU1q8UaPcc ).

        Assurément, tout ceux qui font la promotion du vaccin hépatite B sont dans la SCIENCE la plus sérieuse…

        Autre info (pour des parents soumis à l’ancienne obligation vaccinale et qui veulent à tout prix éviter la valence hépatite B) le site de GSK suisse (GSK CH) qui publie la liste des vaccins disponibles, précise dans un pdf mis a jour le 16 août que la version unitaire de Infanrix Penta (sans la valence hépatite B) et même Infanrix Tetra sont disponibles.

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Emilio

          Quelle est votre référence, chivouplé, pour l’idée que « des séquences nucléotidiques du virus de l’hépatite B et celles de la myéline humaine sont ressemblantes… »
          Vite !

          Répondre
          1. Emilio
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Et pour E.Faure :

            Faure E. Multiple sclerosis and hepatitis B vaccination : Could minute contamination of the vaccine by partial Hepatitis B virus polymerase play a role through molecular mimicry ? Med Hypotheses 2005 ;65:509-20

            Les liens sont sourcés dans les articles

          2. M. Barahj
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            J’ai occasionnellement lu « Med Hypotheses », plus souvent parcouru les titres et mon impression c’est que ce journal devrait s’appeler « Med Hypotheses that will not be confirmed »
            Mais j’ai la langue fourchue…
            Et il faut peut être attendre plus !

  6. Emilio

    Celle de Marc est celle-ci (article au bonheur des Eunuques renvoi n°3)

    Zuckerman A. Hepatitis vaccine : a note of caution. Nature. 1975 ;255:104-5

    Répondre
Commentaires : page 2 sur 2«12

Répondre à Michel de Lorgeril Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.