Epidémie d’autisme aux USA : ça ne s’arrange pas !

 

Hélas, les chiffres officiels le confirment chaque fois un peu plus : le nombre (et les proportions) d’enfants autistes continuent d’augmenter aux USA.

Les données publiées par le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) sont terribles : plus 20% entre 2012 et 2014 !

Autism USA 1

Ça ne s’invente pas ; et les explications alambiquées de certains (ce ne serait pas la prévalence de l’autisme qui augmenterait mais l’enthousiasme des diagnostiqueurs ou les changements de critères diagnostics) ne tiennent plus car entre 2012 et 2014, aucune modification de ces paramètres ne peut être évoquée.autism usa 2

Un enfant de 8 ans sur 59 en 2014 (contre 1 sur 68 en 2012) serait autiste aux USA. Combien en 2018 ?

On pourrait penser que ces données sont un peu aléatoires et donc suspectes.

Malheureusement, la précision des données rapportées par les collègues américains est impressionnante à la fois pour le type de problème rencontré et l’âge auquel le diagnostic est posé (ci-dessous).

autism usa 3

Tout cela donne beaucoup de crédibilité à ces données. C’est à la fois désolant et très inquiétant.

Car ces enfants vont devenir des adultes. Quelles sortes d’adultes allons-nous avoir aux USA ?

Seront-ils heureux ? Que peuvent faire les familles ? Que pouvons-nous faire pour aider ces familles ?

Au-delà de cet aspect humanitaire, que nous dit cette épidémie sur l’évolution de nos sociétés ?

« Toutes les civilisations sont mortelles » disait un pirate des Caraïbes du 18ème siècle…

Le déclin de l’espérance de vie (aux USA comme en Europe) est un autre témoin de la tragédie civilisationnelle que nous vivons, en toute innocence…

Nous sommes nous aussi de cette civilisation, il n’y a aucune illusion ; et nous suivons allègrement (et comme d’habitude) l’exemple américain, avec un peu de retard mais inéluctablement.

Quand un grand peuple est représenté par des clowns (au Sénat comme à la Maison Blanche), nous avons la traduction concrète de la catastrophe en cours.

Et il n’y a donc pas que la biodiversité que nous sommes en train d’éteindre.

La question suivante est immédiate pour un médecin et un scientifique : pourquoi ? Comment ?

Que se passe-t-il dans le cerveau de ces enfants ? C’est multifactoriel bien sûr.

Mais le plus évident (quoique encore mal décrit), c’est une modification très précoce du système immunitaire des embryons, des fœtus et ensuite des bébés. C’est l’explication la plus évidente, outre des prédispositions génétiques, avec deux mécanismes possibles :

1) les agressions des toxiques environnementaux ; le cerveau est une des cibles préférées des métaux lourds et des pesticides, par exemple ;

2) les agressions vaccinales multiples et répétées. La majorité des vaccins sont neurotoxiques, selon les rapports des industriels eux-mêmes !

Urgent d’investiguer, de corriger et d’appliquer le Principe de Précaution !

De telles évidences sont inaudibles pour le moment du côté des Académies et des Ministères.

Seul le peuple de fourmis, dans sa grande sagesse, peut faire bouger les choses !

Faute de réagir, les fourmis ne pourront s’en prendre qu’à elles-mêmes si elles s’obstinent dans leur actuel aveuglement.

Amen !

 

 

 

 

60 réflexions au sujet de « Epidémie d’autisme aux USA : ça ne s’arrange pas ! »

  1. Jean-Marc REHBY

    Augmentation vertigineuse de l’autisme, des maladies neuro-dégénréatives, des maladies auto-immunes, des cancers, des diabètes et tutti quanti ce serait-y pas Lazard lié à notre environnement !!
    Nous avalons, inhalons, absorbons depuis quelques décennies des DIZAINES DE MILLIERS de saloperies chimiques qui tuent les abeilles, les insectes, les oiseaux, les poissons dans nos mers poubelles. La biodiversité ne sera plus bientôt qu’un souvenir car nous assistons à la plus grande extinction des espèces depuis qlq millions d’années.
    Homo sapiens mais pas sapiens du tout, est en train de creuser sa tombe et notre disparition est probablement pour bientôt!!
    Mais que fait la police???
    Bon week-end quand même!

    Répondre
    1. Inoxydable
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      La Police ? Mais elle y est en plein dans les perturbateurs, pas seulement dans ceux qui résultent des la pollution au gaz des villes mais tous les autres (Stress – horaires décalés -pression ministérielle ou Préfectorale etc…) sans compter les gaz lacrymogènes qu’elle se reprend ans la gueule quand le vent tourne et pour couronner le tout les repas très sains comme les sandwichs aux frites et autres merveilles culinaires bien assaisonnés de perturbateurs ( aujourd’hui on ne dit plus casse-croûte, le classique jambon beurre pas si mauvais que ça…) parce qu’il faut bien caler l’estomac, on ne sait jamais à quelle heure on va manger et quel brouet on va servir… C’est pas drôle et c’est réel .

      Répondre
  2. mireilles

    Bonjour
    pardonnez-moi si je suis hors sujet, mais l’automne prochain va arriver rapidement et on va de nouveau nous bassiner pour nous faire vacciner contre la grippe, chaque année cela va crescendo.
    Je sais que vous êtes particulièrement occupé, mais pourriez-vous svp prendre le temps de nous commenter et expliquer les conclusions des dernières revues Cochrane de février 2018 (même si vous n’appréciez pas toujours cet organisme j’ai cru comprendre) concernant cette vaccination, en particulier si possible celle concernant les personnes de plus de 65 ans. Je m’explique : dans le grand public nous manquons cruellement d’éducation médicale, de culture médicale. C’est à dire quand nous lisons un article nous n’avons pas toujours les moyens de vérifier que nous avons bien compris ce que nous avons lu. Pour vous donner un exemple il y est écrit : « Older adults receiving the influenza vaccine may experience less influenza over a single season, from 6% to 2.4%, meaning that 30 people would need to be vaccinated with inactivated influenza vaccines to avoid one case of influenza. »
    Dois-je comprendre que cela revient à dire que 29 personnes se sont fait vacciner pour rien, elles ne l’auraient pas fait elles n’auraient de toute manière pas attrapé la grippe ? Ou encore dit autrement cela signifie t-il que statistiquement j’ai eu 1chance/30 d’attraper la grippe en ne me vaccinant pas ? Ou qu’il faudrait vacciner chaque année trente fois plus de personnes pour obtenir zéro cas de grippe ? Ou aucune bonne réponse :-) ? Vous comprenez mon incompréhension ? Que faut-il comprendre exactement ou quelles données utiles à sa pratique dite EBM le médecin en tire t-il ? (Par ailleurs comment peut-on calculer de telles choses ??)
    Enfin la conclusion dit : « The impact of influenza vaccines in older people is modest, irrespective of setting, outcome, population, and study design. » Cette fois-ci pas de statistique, mais y a t’il autre chose à comprendre que ce qui paraît évident pour moi (à savoir ça ne sert pas à grand chose) ? Car je suis étonné que les media n’en aient pas parlé en France ? (je n’ai pas fait de recherche poussée cela dit)
    C’est dans la démarche explicative quee je trouve votre site très utile : il nous éduque intelligemment.
    Avec tous mes remerciements par avance si jamais vous vous piquez au jeu (:-))
    Mireille, plus de 65 ans

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : mireilles

      Ce sont des bonnes questions. Bravo !
      La Cochrane a publié récemment plusieurs articles qui sont supposés « mettre à jour » les données existantes et analyses anciennes.
      Pour les plus de 65 ans (population la plus à risque de complications grippales et celle qui devrait le plus profiter de la vaccination), les auteurs nous disent surtout que les données existantes sont faibles.
      Concernant votre citation (6% to 2.4%), cela signifie que la diminution du risque varie de moins 2.4% à moins 6% en risque relatif. Dit autrement et en simplifiant, pour 100 non vaccinés qui ont la grippe, il y aurait seulement 94 ou 97,6 vaccinés qui l’auraient. Mais les auteurs (que je n’apprécie pas, contrairement à d’autres auteurs de la Cochrane) confessent immédiatement que ces données sont très fragiles…
      Vous pouvez mettre tout ça à la poubelle !
      Il n’y a pas d’évidence solide que la vaccination antigrippale est utile chez les plus de 65 ans. Cela dit, je ne peux pas non plus affirmer que ce vaccin ne sert à rien. L’absence de données solides ne permet de conclure ni dans un sens ni dans l’autre.
      Ce à quoi vous pouvez rétorquer que quand un médicament est utile (par exemple la pénicilline dans les atteintes par les streptocoques), les données solides sautent aux yeux et qu’en conséquence, l’absence de données solides peut se traduire par : 1) « absence de données positives » (en faveur du vaccin) ; 2) le marché étant garanti par l’état, l’industriel n’a pas besoin de dépenser de l’argent pour documenter ce qu’il craint être « négatif ». Ne prenons pas de risque : laissons filtrer seulement des données ambiguës ; ça occupera les imbéciles de la Cochrane et pendant ce temps, « business first! »

      Répondre
  3. Inoxydable

    Un article de l’INSERM sur l’implication du microbiote intestinal :  » Microbiote intestinal (flore intestinale)
    Une piste sérieuse pour comprendre l’origine de nombreuses maladies  »
    https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale
    Un article bien écrit dans lequel on y parle de l’autisme, mais pas un mot sur l’impact des vaccins sur le microbiote et par conséquent sur cette maladie , extrait :  » Le rôle du microbiote est évoqué dans de nombreuses maladies neuropsychiatriques : l’autisme, la schizophrénie, l’anxiété et la dépression ou les troubles bipolaires. Les arguments scientifiques sont encore insuffisants dans la plupart des cas, mais des éléments de preuve préliminaires ont été récemment publiés.  »
    Bon, ils emploie aussi des termes comme « plaque d’athérome », au lieu de « artériosclérose ». Mais l’ensemble me semble clair et bien illustré.

    Répondre
      1. souris7
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Dans ce dossier INSERM, on y parle de stratégie personnalisée. Je suis en train de lire « La fin d’Alzheimer par le Dr Dale Bredesen, édité par Thierry Souccar. Son protocole Recode donne des résultats très prometteurs pour des stades précoces de la maladie. Il s’agit là aussi d’un traitement personnalisé et non d’une pilule miracle qui pourrait constituer un marché juteux.
        Donc pas de financement . Il rappelle que les statines sont neurotoxiques et la liste des produits dangereux est effrayante. Il parle également de l’aspirine qui en agissant sur la perméabilité de l’intestin augmente le risque d’inflammation et de démence. Que penser de doses pédiatriques (180 mg/jour) d’Aspégic données à vie après pontage coronarien sur une personne âgée atteinte d’une dégénérescence sévère? Je sais qu’il est délicat de répondre, mais en réduisant le risque de thrombose, on augmente aussi le risque hémorragique. Une ratio oméga3/oméga6 optimal sera bénéfique et certainement moins délétère.Le plus absurde, c’est qu’il y a beaucoup de réticences(ce que je comprends) à interrompre un traitement , mais beaucoup moins à donner des neuroleptiques dont on connaît les risques pour les personnes démentes (3 x plus d’AVC et 2X plus de problèmes cardiaques). Je sais, je me répète, mais il me semble nécessaire d’insister car de nombreux symptômes qu’on attribue à la maladie d’Alzheimer résultent en fait des traitements. Lorsque j’ai vu gonfler mon père en quelques semaines, je suis intervenue avec virulence. Mon père a repris son poids normal et n’a plus ses fringales nocturnes.Il est possible que je me trompe et j’ai bien conscience que les médecins coordinateurs doivent aussi préserver la santé des soignants, c’est pourquoi il est indispensable d’agir avant les premiers signes et le régime méditerranéen est la meilleure prévention.Vivement l’ouverture de votre clinique!

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : souris7

          Vous écrivez : « 180 mg/jour d’Aspegic donnés à vie après pontage coronarien« .
          Sans vouloir m’immiscer, ça me parait bizarre…
          Peut-être que des caractéristiques du patient le justifient… A savoir…
          Il est temps que j’ouvre ma consultation à Grenoble…

          Répondre
          1. souris7
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Cela fait 25 ans qu’il en prend, mais avant il avait aussi de la Pravastatine, et du Ramipril . L’Eliquis a été donné, il y a 2 ans à cause d’un flutter avec Aspégic 100 mg . L’ ablation par radiofréquence a réussi du premier coup. Il a arrêté la statine il y a deux ans, puis son médecin traitant a supprimé le Ramipril (rythme cardiaque trop lent) puis remplacé l’Eliquis par de l’Aspégic plus dosé.
            Il n’a donc plus que ce médicament et semble bien le supporter, mais en l’absence de langage compréhensible et une faible sensibilité à la douleur, on ne peut pas trop savoir. Je pense qu’il est courant de reconduire les ordonnances effectuées à l’hôpital.
            Beaucoup sont prêts à faire des centaines de km.

          2. Inoxydable
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            A propos de traitement personnalisé, une citation de Sénèque je crois :
            « Avoir envie de guérir, c’est déjà la moitié de la guérison. » donc il faut prendre sa santé en main et là, une autre citation du même philosophe :  » Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles »

  4. reliquet

    Au passage je vous signale que Dreamer, c’est pas le genre de gars à essayer de prendre au mot sur un pari stupide.

    Si on lui demande gentiment sur le ton de la plaisanterie un article traitant du retour sur investissement des firmes prétendant vendre des vaccins presque à perte, ben en trois petits jours, voilà.

    On pourrait essayer de lui réclamer une traduc’ en français de « la société du spectacle » de Guy Debord mais en 35 volumes, pour qu’on saisisse bien tout? Il pourrait nous la rédiger en une quinzaine?

    https://aimsib.org/2018/05/06/les-vaccins-ca-ne-rapporte-rien-aux-laboratoires/

    Répondre
    1. Ricom’Art
      En réponse à : reliquet

      Reliquet mon mignon,

      Il est curieux qu’un garçon aussi intelligent que toi ait du mal à lire, au point de demander à Dreamer le savant – que je salue au passage pour sa grande modestie et l’excellence de son papier édité aujourd’hui sur l’Aimesiblog – quelque version pour les nuls d’un auteur contemporain.
      Lire étant une aventure au long court, tu pourrais peut-être commencer, sur les pas de tonton Guy, par lire ce bon Raoul, qu’une autre Minoque serait bien inspirer de lire avec boulimie pour en finir avec le pessimisme, dont le goût pour la vie et la détestation du spectacle permettront de te familiariser avec quelques concepts. Ne m’as-tu pas fait lire Lagacé ? Ne m’as-tu pas abonné à Medscape ? Ne me fais-tu pas assister à des conférences animées par des savants, moi qui sais tout juste écrire ? Bon ! Et est-ce que je te demande des résumés filmés pour essayer de comprendre toute cette science ? Tonton Guy c’est beaucoup plus facile, même les blousons noirs le comprenaient, venant en masse à la première de société du spectacle, qui existe aussi en film.
      Allez pour commencer une brève de canard boiteux !
      https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180426.OBS5820/ce-qui-est-utile-et-agreable-est-systematiquement-mis-a-mal.html

      Santé et rêveurs méditerranéens

      Répondre
      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : Ricom’Art

        Merci Rico de nous mettre »à jour ».
        Bon ce n’est qu’un interview…
        Avec une belle citation : « De ceux qui, en leur désespérance intime, professent publiquement ou secrètement le culte de la mort, je me félicite de n’être ni lu ni compris. »
        Et aussi : « Trop de morts-vivants dans les rues! »

        Répondre
  5. aubepine

    L’homéopathie, ses principes et la question de son efficacité, sont au coeur cette semaine de notre programme hebdomadaire « Les Idées claires ». Au moins le tiers des Français a recours à l’homéopathie pour se soigner. Pourtant, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a déclaré le 12 avril que homéopathie avait « sûrement un effet placebo ». Le débat sur l’efficacité de l’homéopathie est aussi vieux que cette médecine alternative.

    Les Français, gros consommateurs d’homéopathie
    En 1790, son inventeur le médecin allemand Samuel Hahnemann affrontait déjà la justice de son pays, pour exercice illégal de la médecine. Il s’installa alors à Paris où il reçut la permission d’exercer l’homéopathie.

    Aujourd’hui, les Français font partie des plus grands consommateurs de gélules homéopathiques au monde. Mais les études remettant en cause leurs effets se multiplient. En 2004, l’Académie de médecine française dénonçait « une méthode obsolète, imaginée il y a deux siècles à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique ». En 2015, le National Health and Medical Research Council (NHMRC) en Australie, l’équivalent de notre Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), déduisait que les granules d’homéopathie n’étaient « pas plus efficaces qu’une pilule de sucre ».

    Un principe actif très dilué
    Cette médecine douce est toujours reconnue par l’Assurance maladie. Si Agnès Buzyn souligne l’effet placebo de l’homéopathie, elle ajoute qu’elle est favorable au maintien de son remboursement. Les petits tubes remplis de granulés coûtent en moyenne deux euros et sont remboursés à hauteur de 30 %.

    Cette semaine dans « Les idées claires », Jean-Paul Krivine, rédacteur en chef de la revue Science & pseudo-sciences, nous explique comment la fabrication des gélules homéopathiques est fondée sur la très forte dilution d’un principe actif.

    Toutes les études sont convergentes, aucun produit n’a montré un effet spécifique de l’homéopathie, c’est-à-dire un effet qui soit supérieur à l’effet placebo.

    Jean-Paul Krivine
    à franceinfo

    Grâce à lui, nous comprenons pourquoi les scientifiques ont de sérieux doutes sur l’efficacité de l’homéopathie.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : aubepine

      Nous ne devriez pas lire « Science et pseudoscience » et surtout pas des articles sur la médecine écrits par des non-médecins…
      Selon Internet, Jean-Paul Krivine, rédacteur en chef de la revue (né en 1958) est ingénieur informaticien, et salarié d’une entreprise de l’énergie…
      Que cet individu parle de médecine devrait juste vous faire rire…
      Quand à son indépendance de l’industrie…
      Poubelle, tout ça !
      Vous ne le saviez pas ?

      Répondre
      1. Francoise
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Ooooh, et la bienveillance, dans toussa, bon Dr MdeL ?
        Aubépine fête les ’50 ans’ en écoutant Krivine, vous n’allez pas le lui déconseiller, quand même., si ? Nooon! Quand même… Science et Pseudo-sciences s’allie des compétences dans tous les domaines… et vu le niveau de vulgarisation… beaucoup de médecins parleraient comme Krivine au micro de France Info, n’est-ce-pas ?
        J’aime voir aubépine comme ça ! Et vous lire, tous aussi : vous me manquez ! Et oui, ça va continuer. Car je ne reçois plus les notifications du blog et ça facilite pas le suivi, hein…. Un vrai labyrinthe, ce blog ;-) … et pour suivre les fils de discussion sans fil d’Ariane… une gageure !

        Répondre
  6. aubepine

    D’accord avec vous Docteur. Ce qui retient l’attention c’est que notre Ministre de la santé souligne l’effet placebo de l’homéopathie, mais qu’elle est tout de même favorable au maintien de son remboursement (il faut savoir! certains médicaments utiles sont déremboursés!) Autrement dit, elle commence à mettre le doute dans les esprits, une stratégie comme une autre … puis : « la suite au prochain numéro » !!??

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : aubepine

      Je pense plutôt que cette malheureuse (et aussi son PDG de mari) commence à sérieusement énerver certains milieux « autorisés » (comme disait Coluche) qui ne valent pas mieux…
      Elle a reculé sur l’alcool et le vin (dès le 1er verre…) ; elle aurait bien voulu « avancer » sur l’homéopathie ; son époux voudrait rester où il est…
      Je pense que la voiture-balaie approche ; mais hélas je crains le remplaçant…ça peut être encore pire !

      Répondre
      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Pour @ aubepine à propos de de cette polémique mainte fois évoquée et discutée ici à propos de l’homéopathie et de l’effet placebo, le Brésiliens sont un peu plus tolérants que nos ministres et autres pourfendeurs de l’homéopathie, voir ceci :
        https://www.ejog.org/article/S0301-2115(17)30060-X/fulltext
        Bien sûr, on pourra toujours dire que c’est sur du ressenti, mais le ressenti c’est comme le froid en hiver, si on se met à l’abri du vent par moins 10 on aura toujours moins froid qu’en plein vent. l’homéopathie, c’est un peu ça, mais ça peut se mesurer.
        Maintenant, vous avez quelques belles études sur le sujet , souvent du « Brazil » :
        http://europepmc.org/search;jsessionid=97B9DF615D7965FEEE292A879B52842A?query=JOURNAL:%22Homeopathy%22&page=1
        Ils ne sont pas que bon au foot, la Buzyn ne le sait pas.

        Répondre
  7. aubepine

    Merci pour votre attention,Françoise! je suis heureuse de vous lire!
    L’insertion de l’article france info, ci-dessus, vous aurait-il entraînée à tirer de mauvaises conclusions me concernant ?
    Soyez rassurée, mon MT me donne une part d’homéopathie et je crois « dur comme fer »que, même après de nombreuses dilutions et dynamisations, ces petites granules gardent leurs principes actifs qui appartiennent au domaine du vibratoire.
    Cette force vitale toujours présente est évidemment immatérielle, invisible et non mesurable. Ce qui rend la chose difficilement acceptable pour certains, je le conçois!
    Simuler l’incrédulité peut être un calcul aussi !!…

    Répondre
Commentaires : page 2 sur 2«12

Répondre à Michel de Lorgeril Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.