Onze vaccins obligatoires plutôt que 3 ?

 

Madame la Ministre,

Avec tout le respect que nous devons à votre titre ministériel et à votre expérience professionnelle, je me permets par la présente de vous alerter sur la gravité de la décision que vous êtes susceptible de prendre à propos de l’obligation vaccinale : onze plutôt que trois !

Nous apprenons par les médias que  vous seriez personnellement favorable à ces nouvelles obligations.

Question évidente pour un médecin praticien : pourquoi onze ? Pourquoi pas 10 ou 9 ou 6 ?

Quelles sont les justifications médicales, acceptables pour un scientifique, de décider onze plutôt que 9 ou 6 ?

Nous savons que vous êtes sous la pression de la décision du Conseil d’État (Février 2017) qui enjoignait à votre Administration, dans un délai de six mois, [et sauf à ce que la législation évolue en élargissant le champ des vaccinations obligatoires] « de prendre des mesures ou de saisir les autorités compétentes pour permettre de rendre disponibles des vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination prévues par le code de la santé publique » c’est-à-dire les 3 vaccins contenus dans le DTP.

Il semblerait que ce délai de 6 mois n’ait pas suffi pour résoudre ces questions très matérielles de production industrielle des vaccins et que, en conséquence, vous soyez contrainte de modifier la législation en faveur d’un élargissement (à onze ?) des obligations vaccinales.

Ce serait modifier la législation (avec des conséquences sanitaires majeures) sans autre raison que de se conformer à des impératifs juridiques et administratifs ?

Pensez-vous que les citoyens de notre beau pays soient prêts à laisser injecter à leurs proches (et à eux-mêmes) des substances douteuses sans autre justification qu’administrative ?

Madame la Ministre, nous savons (et si les citoyens français ne le savent pas encore, ils le sauront rapidement) qu’il n’y a pas de justifications médicales et scientifiques  à cet élargissement des obligations vaccinales.

Il existe une controverse médicale et scientifique de longue date [et qui s'exacerbe ces dernières années] sur les vaccins, sur le rapport bénéfice/risque pour dire les choses simplement.

Madame la Ministre, contrairement aux allégations de certains supposés experts (dont l’indépendance doit être vérifiée conformément à la nouvelle Loi de moralisation), la concertation citoyenne sur les vaccinations mise en place par la Ministre précédente n’a pas permis un examen objectif et approfondi de la question vaccinale, tel que l’exige la communauté scientifique indépendante ; et la question du rapport bénéfice/risque reste en suspens.

Dans ces conditions, il est humainement (et éthiquement) impossible de vouloir imposer à des familles l’obligation de laisser injecter à leurs bébés des substances qu’elles estiment suspectes ; impossible aussi de vouloir imposer à des médecins l’obligation d’injecter des substances supposées suspectes aux bébés de leur patientèle.

Que ces substances soient réellement suspectes (voire toxiques pour certains d’entre nous que nous ne savons pas identifier) n’est pas la question actuellement quoiqu’elle mérite d’être posée et discutée par de vrais experts vraiment indépendants ; en prenant le temps d’examiner l’ensemble du dossier y compris dans ses aspects historiques.

Que des scientifiques, des médecins et des familles les estiment « suspectes » devrait suffire à immédiatement suspendre tout élargissement de l’obligation vaccinale. D’abord ne pas nuire et donc prudence et attentisme.

Qu’il y ait eu en France au cours de la dernière décennie un décès par an environ supposément de rougeole ne peut servir de prétexte à rendre obligatoire la vaccination (entre autres) contre l’hépatite B (chez le nourrisson) dont la transmission est (presque) exclusivement liée à des rapports sexuels contagieux ou à des contacts périlleux avec des produits sanguins, par exemple chez les toxicomanes utilisant des aiguilles…

Un décès (supposé) dû à la rougeole par an (probablement dans un contexte d’immuno-supression) d’un côté et un peu moins d’un million de bébés vaccinés (avec 11 substances douteuses) chaque année de l’autre côté…

Que certains (médecins et familles) acceptent ces injections massives et répétées à des bébés les yeux fermés n’est pas non plus le meilleur argument en faveur de l’élargissement.

La seule et vraie question, Madame la Ministre, c’est l’acceptation par les citoyens de ces injections. Beaucoup d’entre eux n’en veulent pas et exigent que leurs enfants en soient protégés.

Vous ne pouvez le faire sous la contrainte, évidemment, et par conséquent les nouvelles obligations vont être à l’origine de graves troubles sociaux.

J’en appelle à votre intelligence et votre bienveillante humanité : si vous devez [c'est inéluctable] choisir entre « abolir les obligations existantes » ou « élargir les obligations à onze », vous devez choisir courageusement la première option !

Certes, vous allez ainsi vous attirer l’hostilité de quelques académiciens, des quelques énarques de votre Ministère (qui ont de façon calamiteuse géré la question des vaccins et depuis longtemps) et de l’industrie des vaccins. Il faudra résister, et nous vous soutiendrons, car le résultat final est déjà connu : l’élargissement vaccinal ne passera pas !

Car ceux qui n’en veulent pas n’en veulent vraiment pas ; et aucune police ni aucun chantage abject (en termes de scolarité et de socialisation de leurs progénitures) ne les fera plier !

Madame la Ministre, nous vous le demandons solennellement, renoncez à votre projet, préservez les Libertés !

 

 

 

 

 

133 réflexions au sujet de « Onze vaccins obligatoires plutôt que 3 ? »

  1. Poilagratter

    Oui le spectacle des médias cache l’ice-Berg, on est sacrément manipulés :
    Voir le film long mais extremement édifiant THRIVE  » mais que faut-il donc faire pour prospérer ? »,
    YouTube Claire Severac, Fioril balance, jP Joseph avocat ( livre : on nous aurait menti ? ), mado » la crétinisation scolaire » , Giulietto Chiesa ex ministre et journaliste Italien, Paul Hellyer ex ministre de La Défense du Canada,
    Voir livre « la fabrique du cretin  »
    Chercher chemtrails ( admit par sénat américain) , Haarp, blue beam, bohemian club, Bilderberg, c’est le haut de l’iceberg….car il ne faut surtout pas qu’on utilise les 80% de notre cerveau mystérieusement en jachère…..

    Répondre
  2. Ricomart

    Pauvres médias !
    Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, le spectacle c’est les rapports sociaux médiatisés par des images et ici lorsque l’on parle d’images, on ne parle pas uniquement des images que nous servent les médias, on parle d’images comme ce que sont toutes les images, c’est-à-dire des représentations de la réalité ; autrement dit, les médias ne sont pas le spectacle, c’est le spectacle qui commande aux médias leur soumission à la réalité qu’il met en représentation. Cela peut paraitre tordu, mais si seuls les médias étaient la nature profonde du spectacle, ce qui serait leurs accorder beaucoup d’importance, il serait alors aisé d’en finir, or cette injonction à une réalité comme représentation est beaucoup plus le fait d’une époque, d’hommes et de femmes soumis à une économie spécifique, celle de la marchandise, du fétichisme de la marchandise. Les vieilles religions promettent le bonheur dans les cieux, le spectacle promet le bonheur dans l’accumulation et la jouissance de la marchandise. Ainsi, vous-même, en accumulant des images de votre personne par votre mode de vie, par des goûts industrialisés, par la collection de voyages à l’étranger ou par la sculpture de votre silhouette affinée, par l’adoption d’un prêt à penser, par l’adhésion aux vieux mensonges idéologiques… vous inscrivez-vous dans le spectacle. Le spectacle est totalitaire en ce qu’il prétend absorber la totalité de ce qui est, il ne laisse rien en dehors de lui, mais aussi porte-t-il sa propre contradiction, sa propre négation, par la critique radicale que l’on peut en faire.
    Les médias sont pitoyables, ils sont soumis aux discours de leurs maîtres et sont prêts à toujours les flatter pour en obtenir la reconnaissance. Les médias ne disent rien, mais il est possible parfois de les détourner et c’est bien là le seul intérêt qu’ils puissent représenter. Ne leur accordez que peu d’importance et cherchez ailleurs l’expression d’une pensée critique, d’une critique de cette société spectaculaire et marchande, comme vous le faites ici à lire les lignes de notre MdL.

    Santé et subversion méditerranéennes

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Ricomart

      Merci, c’est gentil, je me sens compris parfois…
      Mais parfois pas, ou pas beaucoup : j’ai posé un bâton de dynamite dans mon dernier message…
      Et personne ne réagit. Probable que le message est trop long et que le lecteur fatigué ne va pas « au bout » !

      Répondre
      1. Akira
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Oui ca devait etre une reponse au message sur Chomsky mais il y a eu maldonne.
        Manufacturing consent (ou la fabrication de l opinion publique) est un livre de Noam Chomsky. Ca a ete ecrit il y a pas mal d annees mais c est toujours une reference sur le traitement de l information et la fabrique consciente ou non d une opinion publique dominante.

        Répondre
  3. Lakisic

    Bonjour Monsieur,

    En cette période actuelle très mouvante niveau vaccins, j’aurais aimé avoir votre avis sur le syndrome des cris persistants … en effet, dans mon entourage composé d’enfants en bas âge qui ont été vaccinés , plusieurs ont eu cet effet secondaire … pouvez – vous m’éclairer quant à cela? Quelle en serait l’origine? Quelles peuvent en être les conséquences ?
    Cordialement

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Lakisic

      Il y a deux visions (peut-être complémentaires) de ce syndrome :
      1) un ensemble de symptômes classiques (cris et agitation persistants) qui autrefois étaient mis sur le compte de banales « douleurs coliques » du nourrisson et qui devaient être traités par la patience ou le mépris suivant la mentalité (patriarcale ou matriarcale) du docteur ; en insistant plus sur la tolérance des parents que sur la souffrance (supposée) du bébé… Bref, c’était un problème de relations familiales… Hum ! Çà rappelle un peu la « responsabilité maternelle dans l’autisme »… Je préfère terminer avec des guillemets.
      2) plus récemment, certains ont commencé à réfléchir un peu plus et on parle maintenant (in English) de « Pseudobulbar affect (PBA), or emotional incontinence » et ça change tout ! Évidemment ! Car l’émotionnel a aussi ses bases biologiques robustes ! Car si ça survient dans le cadre d’un syndrome dit post-vaccinal… Et si, en plus, on rapproche ça des signes gastro-entériques souvent associés aux premiers signes annonçant un trouble de type autistique (Autism Spectrum Disorder), ça devient beaucoup moins drôle…
      Pour un cours de médecine intégrative, désolé, je n’ai pas de temps…

      J’espère que des visiteurs de ce blog vont vous aider !

      Merci d’avance à tous ! J’ai donné les premières pistes ! Au travail !

      Répondre
Commentaires : page 6 sur 6« Plus anciens...«23456

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.