Protocole compassionnel (suite) et conflits d'intérêt

 
Le sujet compassionnel reste l’objet de discussion, notamment en oncologie et en particulier pour l’évaluation (rapport bénéfice/risque) des nouvelles chimiothérapies présentées parfois comme miraculeuses…
C’est pourquoi j’en rajoute une petite couche, comme disent les jeunes.
La dernière livraison d’un grand journal américain (JAMA Internal Medicine) revient sur les conflits d’intérêt chez les experts autorisant  l’évaluation (et/ou la commercialisation) de nouveaux médicaments anticancer. On voit que la question agite quelques neurones dans divers milieux…
Bon, qu’y lit-on ?
C’est là (désolé, c’est en anglais, faut vous y mettre, bientôt tout sera en Chinois) :
http://archinte.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2484904
D’autre part, un site web américain (sponsorisé par l’industrie), appelé MEDPAGE TODAY reprend l’information et, curieusement, fait quelques commentaires disgracieux.
Encore en anglais : http://www.medpagetoday.com/PublicHealthPolicy/FDAGeneral/55951?xid=nl_mpt_DHE_2016-02-02&eun=g362928d0r
Je résume, pour ceux qui ne parlent ni l’anglais, ni le chinois.
Les conflits d’intérêts sont omniprésents [ce n’est pas 100% des votants, certes ; mais l’impression laissée c’est que ceux qui seraient indépendants (vraiment ?) servent uniquement de “caution” aux autres…] dans les comités d’expert pour introduire de nouveaux traitements anticancéreux sans respecter les règles basiques de l’évaluation (efficacité et toxicité). Sans parler du rapport coût/utilité.
Le sous-titre du deuxième article (sans entrer dans les détails) est éclairant : l’industrie se serait appropriée le micro… Oups !
Bref, on est loin de l’indépendance et de l’objectivité indispensables pour prendre des décisions difficiles et courageuses face à des pathologies et des souffrances majeures.
Ce ne serait pas un problème insoluble cette question des conflits d’intérêt si les données scientifiques produites dans ces conditions étaient de qualité.
Malheureusement, c’est le contraire : les sacrifices consentis en termes de rigueur scientifique ne sont pas payés en retour ; les patients n’en profitent apparemment pas beaucoup et généralement on n’apprend rien !
Pour ceux qui souhaiteraient mieux comprendre pourquoi les conflits d’intérêt sont finalement un problème secondaire dans les sciences médicales, je recommande de m’écouter attentivement lors d’une récente audition (en français) au Sénat où j’avais été (curieusement) convoqué au mois de Janvier. Erreur de casting (comme y disent au cinéma) ?
C’est là ; ça s’écoute, ça ne se lit pas, mais faut garder les yeux ouverts, ça vaut la peine, et pas pour ma belle chemise :
http://www.senat.fr/les_actus_en_detail/article/conflits-dinterets-en-expertise-sanitaire.html
Une fois qu’on a bien écouté et réfléchi, on me dit gentiment ce qu’on en pense !
Merci d’avance pour votre indulgence !
 
 
 
 
 

43 Replies to “Protocole compassionnel (suite) et conflits d'intérêt”

  1. Ah, oui ! Bravo pour votre sens oratoire certain qui a fait trembler l’auditoire. Je constate que certains semblaient douter de l’horreur de la situation. Autant je peux comprendre qu’un citoyen lambda ne se soit pas au courant des pratiques de ce que j’appelle Médicland, mais je doute qu’un politique n’en ai jamais entendu parler. Si c’est le cas, alors la situation est grave et cache une volonté de ne rien faire…
    En tout cas, savez-vous ce que sera la suite de ces discussions ? Sur quoi elles devraient déboucher ? Ou ne sont-ce que des symptomes de “réunionites blablatantes” habituelles à la française ? Avez-vous été approché par certains politiques désireux d’en savoir plus et d’agir ? Pensez-vous que votre expertise sera prise en compte ? Savez-vous pourquoi vous avez été invité à parler : vos livres, vos interventions médiatiques, la pétition, etc. ont-ils eu une influence dans leur choix ? Pardon pour toutes ces questions mais mon envie d’en savoir plus est énorme. Surtout que vous êtes le mieux à même de ressentir, de l’intérieur, si on assiste à une avancée réelle ou juste fictive. Merci.

    1. Voyez ma réponse à Minoque35.
      Cela dit, je pense qu’ils savent (voyez mon dernier billet sur les vaccins et allez lire l’article-débat signé par des députés dans LE MONDE) ; mais ces gens doivent aboutir à une sorte de consensus avant de bouger une oreille.
      Ce sont des politiques ; on ne prend aucun risque d’être minoritaire en période de paix relative (absence de scandale) ; et puis viennent les scandales ; et chacun de se scandaliser le plus que les autres alors qu’ils auraient dû bouger avant bien sûr…

  2. Bravo Docteur pour votre intervention devant les Sénateurs qui sont loin, très loin d’ être des gamins. Ce sont des professionnels parfaitement rodés qui, si l ‘ occasion le requiert, peuvent adopter un ton bonasse qui ne trompe personne.
    Et puis cette préoccupation pour les liens d’ intérêt de la part de politiques aguerris prête à sourire.
    Mais au bénéfice du doute accordons leur un vote de confiance. On peut toujours rêver-.
    Je me demande si l’ annonce de la création imminente d’ une association qui va poser un problème au ………..monstre……. n’ est pas pour quelque chose dans le désir de vous entendre, ainsi que Formindep , les deux autres faisant de la figuration intelligente. Les ramifications n ‘ ont pas fini de faire jaser.
    Heureusement vous avez le soutien de tous ceux que vous avez convaincu de la pertinence de vos analyses et aussi de tous ceux, ils sont légion, qui ont vu leur vie transformée et redynamisée par l ‘ application de vos conseils.
    Que dire de plus que n’ ont pas dit les autres intervenants. Rien. Ils ont tout dit.
    Merci encore Docteur

  3. Bonjour,
    Pour l’association , je serais intéressée. que faut-il faire?
    Docteur en réalité c’est 4 de vos livres que j’ai lus; j’ai “zappé” sur le dernier: “l’horrible vérité…” car j’en ai peu parlé avec mon mari pour ne pas lui “casser le moral”. Cela fait 25 ans qu’il prend des statines souffre de plus en plus au cours des années de douleurs musculaires :nuque, lombaires, mollets et tendons des chevilles.
    Il a vu un nouveau cardiologue à l’automne ,espérant la suppression des statines parce qu’un de nos amis nous avait qu’il ne lui en prescrivait pas . Mais il a ajouté: mon médecin généraliste m’en donne , alors je les prends. Chacun voit midi …où il veut.
    Ce cardiologue, après un rapide examen a lu l’ordonnance en cours que mon mari avait apportée et il lui a dit: “ne changez rien, c’est ce qu’il faut pour vous”: statines et olmetec.
    Alors , nouvelle tentative dans 15 jour chez une cardiologue qui suit une de nos amies (âgée aussi) depuis son AVC et qui ne lui prescrit pas de statines; elle lui a simplement dit de supprimer les viandes grasses et la charcuterie.
    Alors on espère. Je précise que mon mari n’a jamais eu de problème cardiaque ni autre problème de santé. Mais il n’ose pas arrêter de lui-même.
    C’est dingue ce parcours du combattant. Je ne peux m’empêcher de penser aux recherches cachées pour les avortements avant leur légalisation!

    1. Pour vos démêlés médico-pédagogiques, je ne ferais aucun commentaire ; sauf à vous encourager à lire et faire lire “L’Horrible vérité sur les …” ; comme disent certains philosophes, “c’est quand on cesse de penser que le mal arrive…” ; c’est vrai pour le patient comme pour le médecin…
      Pour l’Association, je vous le dis à vous mais c’est confidentiel, nous sommes proches du moment de lancer le navire : le 29 Février prochain, nous nous réunissons sous la présidence du Président pour approuver les statuts…
      Avouez qu’avec une date pareille…
      Bon vent, matelote, les vents sont favorables à la cause du peuple

      1. Pas mal la date du 29 février 2016; on s’en souviendra, c’est mieux que les “calendes grecques” ( je plaisante… lol )

    2. Bonjour Liane
      pourquoi ne pas tout simplement arrêter les statines sans en informer qui que ce soit. Le médecin / cardiologue vous les prescrit, vous ne dites rien, et une fois chez le pharmacien vous refusez les statines…tout simplement ! C’est ainsi que j’ai conseillé ma mère de faire por mon père de 86 ans. Au début, il y a trois-quatre ans, elle hésitait (question de génération : respect, loyauté, voire soumission à l’autorité) car ce que dit le médecin doit être suivi, mais après nombre de discussions elle a accepté l’idée. Les résultats sur la santé de mon père furent quasi immédiat : disparition de ses douleurs musculaires, un meilleur sommeil, et une transformation de son comportement : disparition complète de son agressivité !!! En un mot : foncez !

    3. Réponse à Liane
      Faite confiances au docteur Michel de Lorgeril suivez ses recommandation et arrêter ce grand poison.
      C’est aussi ce que j’ai fait, j’avais les mêmes douleurs, mal au cœur, perte de mémoire. Et ce qui peut arriver plus tard. (foie, cancer, reins, maladies dégénérative exct.) sans que l’on aperçoive.

  4. Ne pas se prendre trop au sérieux, mais faire les choses avec sérieux.
    (Inspiré de la lecture d’un article dans une revue, il y a longtemps déjà.)
    Pour beaucoup, être adulte, c’est ne plus rêver. C’est regarder les enfants qui jouent au ballon dans le pré sans avoir envie d’aller jouer avec eux, et c’est les trouver marrants et dire qu’ils sont mignons ces enfants qui jouent au ballon. Leur ballon est rond ; l’adulte pense que la terre est ronde.
    Et les enfants rêvent sérieusement de devenir champions de foot quand l’adulte se souvient, “en riant”, du temps où il voulait ressembler aux oiseaux. Il se prend à se souvenir, et il se dit que c’est mal, et qu’il ne recommencera plus parce que sinon il va pleurer et tacher le beau costume neuf taille adulte qu’il s’est acheté la veille. Il ne va pas se mettre à pleurer en se souvenant de ses souvenirs.
    Le soir même, il va dire à son fils qui ne veut pas manger sa soupe : “Il faut manger sa soupe pour devenir grand.” Il va lire son journal sérieux, tandis que son fils lira des bandes dessinées. Et pendant que son fils rira, lui, s’apitoiera sur toutes les misères du monde. Il ira se coucher et essaiera de trouver le sommeil tandis que son fils, le pouce dans la bouche, serrera son nounours en pensant à demain où il jouera au foot encore.
    Quand tout le monde dormira, l’adulte se lèvera, ouvrira la fenêtre et regardera les étoiles. Et, à la lumière de la plus belle étoile, l’adulte rêveur redeviendra un enfant et, regardant la lune avec ses yeux d’antan, il reverra les montagnes, les mers et les châteaux, les petits nains bleus et les Père Noël qui feront une ronde autour du bonheur retrouvé.
    Etre un adulte bien, c’est surtout… ne jamais oublier que l’on a été un enfant.
    Même que… “la plupart des adultes, il faudrait les secouer pour faire tomber l’enfant qui est en eux”…
    Tout en restant conscient, comme le disait si bien Marc Aurèle, qu’il faut “supporter ce qui ne peut être changé, et avoir le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre”… Toute la différence avec le “sénior gamin” ; “une vision basique des problématiques”) dont parlent MdL et Jeff dans un commentaire précédent. Les “séniors un peu gamins” : des gens (volontairement ?) naïfs, ou dans l’air du temps…
    Bien sûr, tout n’est pas à prendre au pied de la lettre dans cette petite histoire, mais ce fut juste une parenthèse de liberté dans la pesanteur du temps…
    Bon dimanche à tous. Ça tempête par ici… bbbrrrr…

    1. J’aime bien Nicole. Un peu de poésie et de douceur d’âme dans ce monde de brutes, ça ne peut que faire du bien.

  5. Bonjour,
    Je viens juste donner mon avis de Mme Toulemonde.
    C’est drôle , Nicole, que vous parliez de “gamins” parce que c’est exactement ce que j’ai ressenti quand le président a dit, tout sourire, qu’il était content de voir un spécialiste des abeilles parce qu’il avait lui-même des abeilles! j’ai “bloqué” un quart de seconde ,et me suis dit: “oulàlà, classe de CM2. Mais bon…
    Monsieur De Lorgeril, vous arrivez à faire comprendre des choses un peu compliquées à des gens comme moi, avec des illustrations à base d’exemples concrets, simples; c’est bien agréable.
    Ce n’est pas une non plus une surprise pour moi: j’ai lu 3 de vos livres.
    Mon avis c’est que depuis très longtemps nos gouvernants veillent à faire fonctionner le système capitaliste en étant “aux petits soins” pour les grands groupes financiers en les laissant polluer nos aliments avec des pesticides et autres produits nocifs pour notre santé; il me semble que ce serait plus logique de favoriser la santé des gens avant d’être obligé de les soigner.
    Comme ils “rêvent” aussi de se débarrasser de la Sécurité sociale il suffit de la ruiner en demandant aux experts à qui ils ont confié ce travail, d’accepter les prix scandaleux des “nouveaux” médicaments et autres médicaments inutiles (vous en connaissez bien!).
    Alors quelle que soit l’intégrité et les compétences de l’expert ,s’il doit être aux ordres……
    D’habitude j’aime plutôt rigoler, mais là…

    1. Ouais, moi aussi, j’ai mal, je me rapproche de plus en plus du Comte de Maldoror (ou peut-être Marquis de… sais plus, peu importe) qui pour nous apprendre à rire recommanderait le poignard ; du coin des lèvres à l’oreille ; je ne me souviens plus des mots exacts ; bon, nous sommes deux à avoir mal ; ou peut-être deux “à voir le mal” partout…

      1. Cette phrase se rapproche de celle que disait mon beau-père, homme simple et sage à propos des “va t’en guerre” en voyant les actualités télévisées montrant les conflits armés : “Ils vont les tuer pour leur apprendre à vivre!” . cela peut s’appliquer à beaucoup de situations de force : les médicaments dangereux qu’on nous convainc d’ avaler , les pesticides utilisés malgré les interdictions ou dont on nous cache la nocivité…
        Tout ça c’est du “business” comme disent les amerloques dont une de leurs expressions favorites est ” Ça n’a rien de personnel …” (c’est repris un peu par tout le monde pour fuir ses responsabilités.)

      2. Et de trois à avoir mal sans voir le mal partout !
        Désespérant de ne plus être dans un monde qui devrait être beaucoup plus protecteur, ce qui n’empêche pas le profit s’il est utilisé à bon escient. Ils ne savent ou ne se rendent même plus compte de ce qu’ils sont, de ce qu’ils font…
        Sauf que, ils vous ont invité à débattre !
        Quand vont-ils enfin avoir peur ?

        1. Je pense qu’ils ont peur ; terrifiés qu’ils sont ; mais ne le savent pas encore…
          la terrification (c’est du Wellbeck) est un processus sociétal où chaque fourmi ne comprend rien mais la fourmilière comprend tout. Les fourmis s’agitent dans savoir pourquoi, l’observateur astucieux les voit s’agiter et comprend que, collectivement, elles ont senti le danger…
          C’est probablement ce à quoi nous assistons ; le problème c’est que la terrification entraîne un arrêt de la pensée ; et le pire du mal arrive justement quand on arrête de penser ; c’est du Hannah Arendt ; j’y vais pas avec le dos de la fourchette aujourd’hui…

    2. Je crois que c’est MdL qui a parlé de “gamins” dans son commentaire, mais ce n’est pas grave.
      Je n’ai pas encore écouté sur le site du Sénat, mais j’ai enregistré les deux séances (on peut le faire en MP3 depuis le site).
      C’est vrai ce que dit Phil : il faut garder un certain sens de l’humour (pardon si je l’avais un peu perdu avec le “a jeun”, mais ce fut une période si difficile après la chute), et surtout savoir rire de soi.
      Donc, non, je ne pense pas du tout que ces qualités desservent la cause que l’on peut défendre.
      Ne pas se prendre au sérieux, mais faire les choses avec sérieux.
      Bonne soirée à tous.

      1. la voilà la bonne nouvelle ! Nicole est a nouveau dans nos rangs !
        et comme je n’ai ni pertinence ni politesse et que MdL a déjà usé son joker, je me permets de vous demander affectueusement : voulez-vous adhérez à “notre” association ?
        et n’oubliez pas que quand on adhère on ne tombe plus
        Dixit MdL: “nous” avons besoin d’esprits critiques et bienveillants, de tuyaux et suggestions, chacun a son génie (ça c’est démago mais ça marche bien en général), donnez le votre…

  6. Bonjour,
    Si j’ai pris le risque de poster un témoignage personnel et douloureux (et le risque, peut-être, de passer pour ce que je ne suis pas), c’est parce que j’ai voulu partager au moins trois points intéressants :
    1. – Il est utile de rester acteur de sa santé, quelles que soient les circonstances ; sans pour autant, mettre systématiquement en doute ce que l’on nous dit, mais en vérifiant.
    Un échange humain entre le médecin et le patient ; une information honnête et claire, exposant les avantages réels, et les risques réels.
    La Compassion (associée au Bon Sens), me semble être une qualité requise, des deux côtés d’ailleurs.
    2. – Rester conscient que l’argent que “nous” dépensons dans le cadre de la santé, n’est pas notre argent. “J’ai payé, donc j’ai droit” n’est pas exact. C’est l’argent DE TOUT LE MONDE.
    3. – L’importance d’une hygiène de vie saine, ce qui est l’un des raisons d’être de ce site également, il me semble.
    Prenant soin de membres malades de ma famille proche (qui fait que j’ai mis ma carrière en milieu médical entre parenthèses), je suis confrontée à tout ça, et bien occupée.
    Voilà, bonne journée à tous.
    Nicole
    P.S. personnel et hors-sujet pour MdL :
    J’ai fait pas mal de sommets du Massif des Écrins, entre autres. Mais depuis une vingtaine d’années, je me cantonne à la rando. Et pour l’instant, à la petite balade… Une montagnarde peut tomber dans un escalier raide, eh oui. Les accidents arrivent souvent chez soi, parce que l’on ne prête plus attention aux gestes que l’on fait machinalement chaque jour, hélas.

    1. Votre témoignage st édifiant. Merci.
      Ma chère épouse me dirait qu’il faut vivre “en pleine conscience”…
      Je ne cesse de rétorquer que ça n’est pas toujours facile ; il importe toutefois d’être bienveillant avec soi-même ; quel que soit les aléas de le vie ; comme ils disent dans les avions : commencez par vous pour le masque à oxygène avant de vous occuper du voisin… Évident !

  7. Bonsoir Docteur. Je viens de visionner ces vidéos du Sénat. On va encore dire que je suis un vil flatteur. Mais je ne peux que dire que vos intervenions m’ont laissé admiratif : Si les membres de la commission des affaires sanitaires du sénat n’ont pas compris le problèmes des conflits d’intérêts et qu’il était grand temps de de revoir les études scientifiques comme le demande votre pétition, faire de nouvelles études qui devront être faites par des experts indépendants.
    Vous avez très bien exposé la problématique des expertises. Vous avez été un “aigle” dans vos démonstrations et explications. Votre voisin, le Directeur adjoint du FORMINDEP, Mr Borde Jean-Sébastien, s’il paraissait un peu moins à l’aise, il a su enfoncer le clou de manière percutante , donner des exemples ne souffrant aucune réplique.
    Bravo messieurs. Je conseille à tout le monde de visionner ces vidéos. C’est sans appel. Mais bon je suis peut-être un public trop conquis…
    Vous avez parlé du “monstre” et du danger que vous courrez pour révéler et parler de ces problèmes : Je suis en train de voir en replay, un “cash investigation” parlant des pesticides comme l’Atrazine, pour lequel un des chercheurs américain Hayes, qui travaillant pour SYNGENTA à Berkeley et ayant dénoncé le danger de ce pesticide, est victime d’une véritable campagne de diffamation, de pression, la firme voulant même selon certains documents, acheter son nom sur Google pour qu’en cliquant sur son nom on tombe sur le site de la firme et pas sur lui!!! Alors, lorsque je vois çà, je me dis que le “monstre” est prêt à tout pour vous museler.
    Je ne sais pas si les membres de la commission comprennent ceal car quand je vois la réaction d’une des Sénatrices (?) qui avait l’air de ne pas avoir saisi tous le problème des experts indépendants et des conflits d’intérêts mettant en avant “le cardiologue qui a soigné et prescrit des médicaments et implanté un Pacemaker lui-même ” ; Elle semblait offusquée qu’on puisse mettre en doute la double casquette de ce dernier ; Diagnostiqueur- prescripteur puis opérateur, sans se poser par ailleurs la question de savoir si la décision prise par ce dernier était justifiée… Je pense que son état d’ entendement était peut – être altérée par un abus de statines ( mon médecin l’a dit, il a forcément raison , c’est parole d’évangile…)
    M. ARNOLD Gérard ( du CNES) « l’apiculteur » qui trouvait un public ravi avec Mr MILLON, Président de la commission, (moi aussi j’aime les abeilles et compte produire du miel … mais pour l’instant je n’ai qu’une abeille ! Hi hi hi…) trouvait qu’il y avait de bonnes avancées dans sa partie, les abeilles étaient mieux protégées grâce à l’action de experts … Il y a moins de pesticides . Je lui conseille vivement de regarder Cash Investigation cité plus haut. Y a encore du boulot !
    Quant aux interventions de M.MORET-BAILLY Joël ( l’expert juriste) si je suis assez d’accord ( mais on ne me demande pas mon avis..;)avec ses fines analyses je suis en désaccord avec lui sur au moins un point : Lorsqu’il dit que la prescription en matière pénale est de 3 ans pour les délits commis et qu’il est inéquitable que pour les déclarations de conflits d’intérêts ce soit de 5 ans . Mais si on considère que cacher ses conflits d’intérêts pour faire passer des médocs qui altéreront gravement la santé et même tueront des malades cela constitue donc un crime ( par empoisonnement) ces experts se trouvent complices voir co-auteurs de crimes et là, la prescription est de 10 ans ce qui, comme on dit dans les tribunaux, « n’est que bonne Justice !
    Les autres intervenants ( ANSM ; Inca etc..) i étaient profondément ennuyeux, sur la défensive, voire hypocrites , je n’ai pas pu visionner jusqu’à la fin, perte de temps.
    Quoi qu’il en soit, je ne trouve pas qu’il y ait eu une erreur de « casting », je pense que quelque part, la pétition en cours, la création d’une association, quelques docus chocs de ces derniers mois, ont du réveiller au moins la curiosité de quelqu’un ou quelques uns sinon leur consciences ( j’ai mis un S car ils en ont peut-être plusieurs…) La réaction et les réflexions et questions de certains Sénateurs semblent le montrer.
    Courage, continuez, continuons , gardez le cap Amiral. ( et la santé méditerranéenne)

      1. Ma foi, j’ai fait plusieurs tentatives en changeant même quelques termes, ça disparaissait dès que j’envoyais, j’ai même essayé sans succès de le scinder en deux?! Mais bof, finalement il apparaît…
        L’essentiel est que mon analyse ne soit pas trop mauvaise.
        J’essaie de diffuser à qui je peux les vidéos de vos interventions et de vos collègues.

  8. Les conflits d’intérêts, ce n’est pas seulement de l’argent.
    On peut aussi être dépendant intellectuellement.
    (Pour “ours des neiges” ou je ne sais plus qui, je ne suis pas en convalo. J’ai coûté à la Sécu et à la Mutuelle une soirée et une journée aux Urgences, un scanner, une écho, et le matériel et la personne – une toute jeune médecin très habile – pour recoudre le crâne.)

  9. Bonjour, j’ai pu voir et écouter. J’ai trouvé très intéressant. Surtout les réponses aux questions car les questionneurs, je ne les ai pas trouvé très performants sur l’expression et la sémantique. (enfin, pas tous) J’ai eu l’impression qu’ils avaient une vision assez basique des problématiques. (un peu des gamins quoi!) Les répondants avaient chacun leur style. J’ai trouvé que vous vous adaptiez à ces “gamins”. Réponses un peu longues et détaillées, exemples simples, problématique recentrée. Et puis une expression ayant l’air décontractée, tranquille, amusante même. Vous avez dit l’essentiel avec mesure, à eux d’entendre.
    J’aime bien la façon de s’exprimer de M Moret Bailly, un homme de droit, droit, clair et précis. M Arnold me semblerait avoir beaucoup plus de choses à dire (c’est un taiseux). M borde complétait bien vos propos dans un style plus académique.
    C’est intéressant de voir comment ça se passe en “haut” lieu. Merci pour ce partage.
    NB. La dame en noir aurait mieux fait de se taire. Je ne sais toujours pas le sens de sa question et je crois qu’elle n’a pas le sens de votre réponse. (Nous les payons ces gens?) (un peu méchant là, mais elle ne me lit pas, alors ça va, je peux…)

    1. Merci de votre commentaire.
      Des séniors un peu “gamins”, c’est assez bien vu ; et c’est ce que nous avons de mieux dans notre beau pays ; et ailleurs…
      Dans la discussion d’après-match (dans les vestiaires), une Sénatrice au grand bec est venue me dire que “ma façon d’exprimer les choses desservait la cause que je prétendais défendre…”
      Étonnez vous, dés lors que nous en soyons là où nous en sommes, pôvres de nous…

      1. le sens de l’humour est un signe d’intelligence + celui qu’on ne se prend pas au sérieux
        et comme ça fait 2 qualités rares, faut pas s’étonner que ça ne plaise pas à tout le monde
        j’ai connu des personnes, parfaitement respectables, cultivées et tout ce qu’il faut, mais incapables du moindre sens de l’humour ou de se moquer d’elles-mêmes.
        n’essayez pas de les faire rire, elles vous rentreront dans le lard:))

      2. Je vous ai trouvé convaincant et lumineux dans votre chemise blanche. Je n’ai pas regardé les autres vidéos, mais en dehors de cette femme qui s’enlisait dans de faux problèmes, il n’y avait aucune hostilité et un consensus concernant l’importance d’une expertise indépendante. Est-ce que cela est possible? il me semble que oui, si on arrêtait de confier notre santé aux industriels et si l’état finançait des pôles de recherches innovants et non assujettis au profit .Où trouver l’argent ? Il suffirait de ne plus rembourser les 96,6% de nouveaux médicaments qui n’apportent rien de plus.
        J’ai conscience que mon raisonnement est très simpliste, mais on a le droit de rêver.
        J’espère que dans le sud, il y a d’autres docteurs Jabeau qui sont sensibles au désarroi des séniors. De nombreux médicaments ne servent qu’à traiter les effets secondaires. C’est une spirale infernale.
        Je suis intéressée par votre association. Merci beaucoup et à très bientôt.

        1. Le financement est le dernier des problèmes pour fabriquer des données scientifiques solides indépendamment des industriels.
          Il suffit que ces derniers paient le travail.
          Comme il n’y aura pas de pot-de-vins, les essais cliniques couteront beaucoup moins chers que lorsqu’ils les font par eux-mêmes… Pas belle, la vie, quand on ne triche pas ?

          1. J’ai peut-être mal compris, mais si ce sont les industriels qui paient le travail, n’y a-t-il pas un risque de dérive ? Quoi qu’il en soit, le coût resterait infime par rapport à ces 96,6% de dépenses inutiles.
            Je suis tombée par hasard sur un article de 2013 concernant la maladie d’Alzheimer. On y parle du rôle majeur de l’environnement dont la pollution. Très bien, puis je découvre que l’hypercholestérolémie est un facteur aggravant. Oui sans doute pour ceux qui se sont vu prescrire des statines ! Alors au lieu de traiter avec encore plus de médicaments, il serait plus judicieux de s’attaquer directement aux causes qui sont parfois évidentes (anti cholestérols,antihypertenseurs, anxiolytiques,sans parler des interactions entre ces médicaments).
            Oui je sais, je radote un peu. Ce n’est pas mon grand âge, ni les traitements, mais un sentiment d’impuissance.
            Je cherche toujours un médecin pour mes parents dans le sud.
            Par ailleurs, je ne trouve plus de fruits bio dans les supermarchés. Il y a quelques boutiques spécialisées, mais on n’en trouve pas partout. Avez-vous constaté la même chose ? Est-ce que ces produits vendus plus chers ne trouvent plus acquéreurs ou c’est juste dans le 93 ?

          2. Si les industriels paient le travail ?
            Pas de dérive possible si ce sont des fonctionnaires qui se tapent le boulot sur le terrain…
            Je l’ai dit lors de mon audition au Sénat sans expliquer pourquoi ; des sénateurs sont en principe supposés comprendre ce que je voulais dire.
            On dit beaucoup de choses des fonctionnaires ; pour ridiculiser ce qui est pourtant un beau métier ; en effet, on oublie généralement que ce sont des militaires en civils [les anglophones disent “civil servants”] payés par l’État pour rendre un service qui soit totalement indépendant des idéologies, des religions, de la politique et évidemment du business…
            Contrairement aux dires des comiques, ce ne sont pas des ronds-de-cuir qui passent la journée à regarder la pendule ; c’est vrai des gendarmes, des militaires, des juges, des infirmières, et même de nombreux enseignants…
            Bref, l’industriel veut commercialiser un nouveau médicament, un centre d’investigation de l’INSERM le teste sous toutes les coutures (idem pour un vaccin) après avoir passé contrat avec l’industriel qui évidemment paient tous les frais induits.
            Si un fonctionnaire manque à son devoir d’intégrité, c’est une faute gravissime : conseil de guerre ; faut dissuader, l’humanité est ce qu’elle est…

          3. Des produits bio dans le 93 ?
            Vous rêvez ou quoi ?
            Pourquoi pas aussi dans la jungle de Calais ?
            Dans la Drôme, on a tout ce qu’on veut, on s’en fout des animaux sauvages qui rôdent dans le 93…

      1. Non , frenchie pur jus , habitant ” en bas à gauche ” …..

  10. Si quelqu’un en convalo et à jeûn ( Nicole ? ) pouvait farfouiller dans le site du Sénat pour donner un lien plus précis ……
    Merci d’avance .

    1. Vous tapez : http://www.senat.fr/les_actus_en_detail/article/conflits-dinterets-en-expertise-sanitaire.html
      Vous tombez sur une page de présentation avec, à la dernière ligne de la page : “en vidéo à la demande sur le site du Sénat”
      Vous tapez là-dessus ! Gentiment bien sûr car certains ordinateurs sont susceptibles…
      Là vous tombez sur es images de vidéo. Sur la 4ème en commençant par le haut, vous voyez 4 personnes dont un avec une belle chemise blanche (c’est moi) et une autre en-dessous. Ce sont les deux qui concernent la question des conflits d’intérêt.
      N’oubliez pas de mettre le son !

  11. Tout sera bientot en chinois…
    Erreur… Ceux qui le lisent savent, eux, que tout est déja en chinois
    Quand aux experts qui resistent a la tentation, chapeau !
    Mais les autres ne sont pas jaloux: moins il y en a a nourrir, plus il y en a pour soi … Il faut comprendre le (double) language de ces gens-la…
    Tant qu’on ne le comprend pas, c’est du chinois. Et on ne se rend pas compte de ce qu’il est tres répendu.

  12. Bonsoir, je voudrais bien vous entendre, mais le site (du Sénat?) est fichtrement mal fait (ou alors c’est moi).
    Dès que je “réussis, je donne un commentaire.
    Je viens d’apprendre (comme nous tous) qu’on “guérit” de mieux en mieux les cancers. Le critère de “guérison” c’est la survie à 5 ans. (Si on a déjà 85 ans, c’est pas mal) On apprend aussi que ça ne concerne pas tous les cancers, surtout ceux que l’on détecte tôt. (sein, prostate, intestins…) Pour les autres pas de progrès. (C’est encourageant!) Et là, tordu comme je suis, je me dits: Si je comprends bien, on détecte plus tôt les cancers pour lesquels les traitements assurent une survie meilleure à 5 ans. Si ça se trouve, en fait on détecte des cancers 5 ans plus tôt qu’auparavant, non? Mais au moins si c’est le cas, ça veut dire que les traitements ne sont pas nocifs. (ce qui m’étonnerait fortement)
    Suis-je ignare, inculte, imbécile, soupçonneux ou logique?

    1. Vous n’êtes rien de tout ça !
      Bravo pour vos raisonnements !
      J’y ajouterais une pincée de sel, ça donne du goût : cette sorte de statistiques “fumeuses” ne sont validées qu’après avoir été “confirmées” de façon répétitive…
      Voyez, à titre d’exemple, ce qui nous est dit sur l’espérance de vie dans les médias…
      Ça cause, ça cause, mais ça n’a aucune idée de quoi ça cause…

Comments are closed.