Vaccins et autisme : les faits s'imposent…

 
Que certains vaccins favorisent l’autisme fait l’objet d’une controverse interminable et douloureuse.
L’épidémie d’autisme progresse partout, malgré les dénégations de certains, et de façon parallèle à l’inflation vaccinaliste.
Tout est fait pour masquer la réalité des faits ; ce serait une réalité tragique et presque impossible à accepter. Certes, c’est difficile à étudier et beaucoup se découragent, faute d’un accès libre aux données disponibles et aussi faute d’une réelle volonté d’éclaircir cette question cruciale en médecine.
Mais parfois le rideau se déchire et nous apercevons l’envers du décor : ce qui est caché et aussi ceux qui nous cachent les choses !
Une étude récente publiée dans un grand journal américain nous révèle des faits troublants mais très révélateurs. Avec les limites de la science moderne !
Le titre : “Association Between Influenza Infection and Vaccination During Pregnancy and Risk of Autism Spectrum Disorder” ; et c’est publié dans JAMA Pediatr 2017;171(1):e163609 pour ceux qui veulent aller vérifier.
Les auteurs : Ousseny Zerbo; Yinge Qian; Cathleen Yoshida; Bruce H. Fireman; Nicola P. Klein ; Lisa A. Croen.
Un seul est médecin diplômé (Klein) et universitaire ; c’est le boss ; ce sont ses conflits d’intérêt à lui qu’il faudra vérifier. Les autres sont des simples exécutants.
Pour les non anglophones, je traduis ce titre : Association pendant la grossesse entre survenue de grippe ou vaccination contre la grippe et le risque d’autisme.
Autism Spectrum Disorder (ou ASD) est un équivalent d’autisme en simplifiant.
C’est une étude cruciale pour deux raisons principales :
1- vaut-il mieux avoir la grippe (avec le vrai virus sauvage) ou est-il préférable de se vacciner contre  la grippe ? Certes, le contexte est particulier (la grossesse) et le résultat (un diagnostic d’autisme à 5 ou 10 ans) ne concerne pas la victime de la grippe mais son bébé.
Au-delà de la grippe, de la grossesse et de l’autisme, cette étude enveloppe une multitude de questions sans réponse à propos des causes de l’autisme,  des agents pathogènes et d’autres contextes cliniques.
2- vaccins et autisme est une question très difficile parce que presque tous les vaccins sont suspects.  Si on a beaucoup parlé du rôle possible des vaccins contre la rougeole (ROR), les vaccins contenant du mercure et ceux contenant de l’aluminium sont aussi suspects.
Ce qui veut simplement dire qu’il est presque impossible de trouver des enfants qui n’aient pas été vaccinés par un quelconque de ces vaccins suspects au cours des 40 dernières années. Cette situation est catastrophique pour un épidémiologiste car il n’a pas de groupe témoin (sans aucun des vaccins suspects) pour évaluer l’impact de ces mêmes vaccins sur le risque d’autisme.
Cette étude américaine sur vaccins, autisme et grossesse est donc très originale et très bienvenue pour nous éclairer puisque nous n’avons pas ou peu de facteurs de confusion : il y a celles qui ont la grippe, celles qu’on a vaccinées et celles qui n’ont eu aucun des deux pendant la grossesse, un vrai groupe témoin. J’espère être clair.
Je ne vais pas détailler l’étude, ce serait trop long, mais au moins signaler que ça concerne presque 200,000 enfants américains nés entre 2000 et 2010.
Les conclusions concernant le rôle de la grippe sauvage sur l’autisme sont limpides : pas de signal audible ou visible. Le virus de la grippe chez la maman n’augmente pas le risque d’autisme chez son bébé.
Par contre, les données sur les effets du vaccin contre la grippe pendant la grossesse sont catastrophiques ; mais les investigateurs ne veulent pas le voir : si la maman est vaccinée pendant le 1er trimestre, il y a une augmentation (autour de 25%) du risque d’autisme. Pendant les deux autres trimestres, les données sont moins claires mais vont dans le même sens.
Quand on met les trois trimestres ensemble, l’augmentation du risque persiste et quand on ajuste dans des modèles mathématiques pour tenir compte d’autres facteurs, le risque persiste.
Pour ceux qui aiment les graphiques, je reproduis ci-dessous les courbes montrant l’évolution des diagnostics d’autisme avec le temps. On voit nettement que 5 ans après l’accouchement, les courbes sont très proches, c’est après que ça se dégrade. Attention, ce qui est montré ce n’est pas la maladie réelle telle que vécue par les familles, c’est le diagnostic médical enregistré par l’Administration.
jama ped 4
 
Pour ceux qui préfèrent les chiffres, je reproduis la Table 3 de l’article qui résume assez bien les résultats des analyses (ci-dessous).
Ceux qui comprennent les statistiques médicales constatent que (c’est la dernière ligne du tableau) après des ajustements multiples (dont la légitimité peut être discutée), les intervalles de confiance restent supérieurs à l’unité : l’augmentation du risque d’autisme chez les enfants de mamans vaccinées au 1er trimestre atteint 20%.
jama ped 5
 
Je résume : il vaut mieux avoir la grippe que le vaccin.
Sur un échantillon aussi grand et aussi peu sélectionné, ces faits sont hautement significatifs sur le plan clinique et encore plus sur le plan sociétal.
Comment se fait-il que personne ne réagisse ?
Les experts vaccinalistes ne veulent pas voir. Explication alternative, ils ne comprennent rien à ces données et “achètent” naïvement les conclusions des auteurs et notamment celles du boss.
Que dit notre universitaire en chef (le Pr Klein) ?
Il conclue que ces données sont probablement dues au hasard et qu’il ne faut surtout rien changer au programme de vaccination actuel ; mais tout de même (pour ne pas trop se ridiculiser) que de nouvelles études semblent nécessaires (ci-dessous copie de la conclusion de l’article).
jama ped 3
 
Pourquoi le Pr Klein refuse d’entendre ce signal fort que le vaccin contre la grippe semble augmenter le risque d’autisme ?
Parce que ses liens d’intérêt le rendent sourd et aveugle ; ci-dessous ses liens d’intérêt.
jama ped 6
Le Pr Klein a donc de bonnes raisons d’essayer d’enterrer ses propres découvertes. Mais les autres ? Les experts vaccinalistes ? Les lanceurs d’alerte antivaccinalistes ?
Pourquoi ce silence tonitruant ?
Je conclus : nous avons ici évidence forte, mais non définitive (comme toujours dans les sciences de la vie), qu’un vaccin parait augmenter le risque d’autisme.
Ces données doivent être prises avec prudence, bien sûr, mais doivent alerter la communauté médicale.
Ce n’est pas une bonne idée – il est très imprudentde vacciner une femme enceinte sauf cas très particuliers que je ne vais pas discuter ici.
Plus personne ne pourra clamer l’innocuité des vaccins de façon générale ; plus personne ne pourra prétendre que les vaccins ne pourraient pas augmenter le risque d’autisme ; plus personne ne pourra clamer que le cerveau des bébés n’est pas fragile et ne doit pas être protégé ; plus personne ne pourra décréter que vacciner une femme enceinte est sans danger !
La parole est désormais aux Tribunaux : il faut écouter les familles qui s’estiment victimes !
 
 
 
 
 

297 Replies to “Vaccins et autisme : les faits s'imposent…”

  1. “dans la mesure où plus on fait de tests plus on a de chance de trouver un résultat significatif …) .”
    Oh là, faut pas me chatouiller comme ça ! C’est un des gros problèmes pas compris par l’expertise : il ne faut pas confondre “exploration des données ” avec “risque de première espèce”. Un exemple pour comprendre cette différence essentielle :
    je lance un dé 120 fois puis j’explore les données en testant si le dé est équilibré par rapport à l’as, le 2, le 3, le 2 ou le 3, les jets de rangs pairs, impairs, entre le jet 32 et le jet 103 etc … Je multiplie ainsi les tests.
    Le risque de première espèce apparaît dans une toute autre situation : on renouvelle les données. Je fais une seconde série de 120, une troisième … j’en fait 100 comme ça, soit 12000 jets si j’ai le temps ! Puis je teste à chaque fois la MÊME chose, le dé est-il équilibré par rapport à l’as, l’as, l’as …. Si c’est vrai et si je teste au seuil 5% j’obtiendrai en moyenne 5 expériences sur 100 donnant un résultat significatif d’un déséquilibre. Mais encore faut-il renouveler les données et suffisamment pour évoquer ce risque, c’est à dire avoir une bonne probabilité pour son apparition. Il faut 20 renouvellements pour avoir en moyenne une expérience significative quand le dé est équilibré.
    C’est réalisable avec un dé mais pratiquement impossible avec des données médicales humaines.
    J’avais exposé cela au congrès Adelf-Sfsp d’Amiens des 4-6 octobre 2017 avec résumé et diaporama en lignes sur le site http://www.adelf-sfsp.fr/?p=15493
    Cette confusion avait été utilisée pour neutraliser le résultat significatif obtenu par M Tardieu et ses équipiers sur les “observants au calendrier vaccinal”. Il fut affirmé dans les hautes sphères de la science dédiée à l’évaluation de campagnes de vaccination qu’ils ‘agissait d’un résultat aléatoire, donc risque de première espèce alors que les auteurs n’ont évidemment fait que de l’exploration de données sans renouveler celles-ci bien sûr ! Les experts présents dans la salle faisaient de drôles de têtes !

    1. Ben voilà !
      Même si on n’a pas compris, on a au moins compris qu’il fallait prendre des précautions avec les statistiques médicales…
      Précaution 1 : bien poser son hypothèse primaire a priori et ne jamais bricoler a posteriori ; sauf pour s’amuser…
      Précaution 2 : ne pas s’amuser avec les statistiques médicales ; sauf pour des raisons commerciales… Ce qui revient à “amuser” les académiciens et autres experts ministériels…
      Je vais bientôt passer la main pour la gestion de ce blog ; ça devient vraiment “académique” à faire rougir de honte un vrai académicien, comme Aristote mon cousin dégénéré…

      1. Dans une étude épidémiologique par exemple il y a 2 grandes phases très distinctes, comme pour une élection.
        Phase 1 : on collecte les données ; c’est la phase du vote où les électeurs vont mettre leur bulletin dans l’urne.
        Phase 2 : c’est la phase du dépouillement ; on étudie l’échantillon obtenu pour savoir ce qu’il contient. Cela se fait indépendamment de la question : est-ce que ce qui se trouve dans l’échantillon sera applicable à toute la population d’où l’échantillon a été extrait ? Pour les élections cela signifie : est-ce que mon village a voté comme la France ? On parle alors de biais de sélection de l’échantillon.
        Cette question, importante certes, est totalement différente de l’étude de l’échantillon qui est limitée à ce dernier et est indépendante d’éventuels biais de sélection. On ne s’occupe pas de savoir si mon village vote ou non comme la France pour comparer les non et les oui dans l’urne. La différence avec une étude épidémiologique est qu’on ne se demande pas si l’écart entre les oui et les non est significatif. Pour ce faire on fait des tests statistiques qui supposent implicitement qu’on a modéliser par une loi de probabilités. C’est là où ça se complique car la modélisation n’est pas toujours très adéquate, c’est une première cause d’erreurs pas toujours facile à mettre en évidence.
        Mais il y en a une seconde qui est de faire carrément n’importe quoi comme de brandir le risque de première espèce alors qu’il s’agit d’une exploration de données.
        Il y en a une autre assez énorme qui correspond analogiquement à introduire dans les calculs des souris non fécondées pour étudier une durée de gestation !!!
        Oui, oui, c’est très courant ! Sous la forme garder dans les calculs des cas non vaccinés pour étudier l’existence et la durée d’incubation d’une maladie à partir de cette vaccination qui n’existe pas pour une partie des cas et témoins retenus dans l’échantillon !!!
        Aussi incroyable que cela puisse paraître, il en va ainsi dans l’étude américaine Langer Gould et aussi chez Tardieu. Ils travaillent avec un logiciel auquel on donne le facteur d’exposition. Pour les non exposés il prend le complémentaire des exposés. Mais ce complémentaire contient les non vaccinés. Pour cette seule raison, tous les tests sur des délais sont douteux et Langer Gould a fait ses 72 tests sur des délais …
        Le plus spectaculaire est celui des “observants au calendrier vaccinal” qui fit un bruit énorme en 2008 alors que le signal a été obtenu grâce aux non vaccinés pour lesquels le délai n’existe pas !!! Tous les détails sur
        questionvaccins.canalblog.com/archives/2018/02/07/36121962.html

        1. Les études épidémiologiques sont scientifiquement faibles, je l’ai déjà écrit ! Jamais de causalité démontrée.
          Mais elles permettent d’identifier des signaux qu’il faut prendre très au sérieux.
          Pour les effets secondaires des médicaments (et des vaccins) ou la toxicité de l’amiante et du tabac on n’a pas mieux ; mais ça peut faire beaucoup… au bout de 40 ans de controverse !

          1. Je ne critique pas le principe des études épidémiologiques. Malheureusement il y a une carence catastrophique au niveau du traitement de l’échantillon obtenu, indépendamment de sa représentativité et ce en raison de lacunes théoriques qu’il faudrait combler.
            Il faudrait aussi un simulateur épidémiologique, comme les simulateurs de vol pour les pilotes, afin que les épidémiologistes puissent analyser des données le cas échéant “fabriquées” et dont les vraies réponses seraientt connues du logiciel, afin que les épidémiologistes puissent comparer leurs propres analyses avec LA VERITE.
            C’est ce qui se passe pour les élections où les instituts de sondage testent leurs méthodes avec le VRAI résultat qui tombe à minuit. En épidémiologie on n’a jamais la vraie réponse, ce qui fait que la discipline ne peut progresser.
            De ce point de vue, les publications Tardieu et Langer Gould sont des trésors pour montrer ce qu’il ne faut pas faire. Il y en a sûrement beaucoup d’autres.
            Les enfants par exemple n’ont pas tous été vaccinés HB dans les mêmes proportions : chez les témoins, 27% pour les moins de 10 ans, 75-80% pour ceux vaccinés au collège en sixième et 45-50% pour ceux vaccinés adolescents. Les auteurs les ont traités ensemble, ce n’est pas valable.
            Tester sur des délais en cas-témoins est une aberration mathématique car les délais sont par eux-mêmes un système de référence : il faut 2 fois plus de cas sur 2 ans que sur un an pour la neutralité. Langer Gould en a 195 sur un an et 106 sur 2 ans cumulés pour conclure à l’absence de signal sur les cas !!!!! Faut le faire, ils l’ont fait !!! En cas-témoins il n’y a pas de signal car les témoins et les cas se comportent de la même façon par rapport aux délais et ce en raison même de leur construction. La conclusion universellement déduite est que les vaccins utilisés sont inoffensifs sur ces délais ….

  2. Bonjour Mr de Lorgeril,
    Je rebondis sur 2 de vos articles (1 Autisme et vaccination / 2 Baisse de la longévité).
    J’aimerais savoir s’il existe des études statistiques disponibles sur le potentiel lien entre:
    Les maladies auto-immunes TOUTES confondues (trouble de l’immunité désorienté vers les protéines du SOI) et les campagnes de vaccinations (sollicitation artificielle du système immunitaire).
    Après une “rapide” bibliographie, j’ai pris conscience que 8% de la population des pays développés était atteinte de maladies auto-immunes. Ces 8% sont à 78% des femmes, ce qui nous fait 6% des femmes atteintes de maladies auto-immunes !
    Je trouve ce chiffre effarant, non pas seulement par sa valeur numérique mais parce qu’il représente.
    Est-on à l’aube de définir les “Perturbateurs immunitaires”?
    D’ores et déjà on trouve dans la littérature scientifique des données sur les facteurs provoquant la précipitation des protéines et la non reconnaissance ultérieure par l’organisme de ces protéines dégradées.
    Je vous joins un lien parmi tant d’autres, l’intérêt de ce lien c’est qu’il est issu de l’industrie pharmaceutique.
    https://www.pharmaceuticalonline.com/doc/is-your-biologic-at-risk-for-protein-aggregation-part-0001?
    Merci par avance pour votre retour à ce sujet.
    Cordialement

    1. Merci de vos informations et commentaires.
      Vous avez certainement raison : nous avons depuis la 2ème moitié du 20ème siècle une explosion des maladies autoimmunes, déjà observée dans les années 1980s par un académicien français du nom de JF Bach [depuis le “pôvre” a mal vieilli et est devenu vaccinaliste effréné…] et qui a été sagement rangée dans l’armoire à linge avec torchons et serviettes sous le nom de théorie hygiéniste. J’ai mis un message sur ce blog à ce propos il y a environ une année.
      Il y a un parallélisme troublant entre la diminution des maladies infectieuses [bien avant la folie vaccinaliste et les antibiotiques] et cette explosion auto-immunitaire ; mais il semble que le processus se soit accéléré depuis qu’on vaccine à tort et à travers contre des maladies “éteintes” depuis des décennies et avant les vaccins…
      URGENT que des vrais experts [pas les imbéciles de l’OMS et autres perroquets des institutions nationales] se penchent sur ces questions…
      Pas pour demain, ne vous inquiétez pas : trop d’enjeux commerciaux et politiques !
      Ce qui n’oblige personne à faire l’autruche idiote plutôt que le perroquet savant ! Chacun son rôle !

      1. Mr de Lorgeril rebonjour,
        Je n’ai pas compris votre conclusion: “Ce qui n’oblige personne à faire l’autruche idiote plutôt que le perroquet savant ! Chacun son rôle !” .
        Dans quelle catégorie me rangez-vous ? Je travaille dans l’industrie de la seringue. Oui, je suis le petit technicien qui exécute. Non, je ne cautionne pas la stratégie de l’entreprise qui est de vendre aux grands de l’industrie de la vaccination ce qu’ils attendent : la seringue préremplie “bas de gamme”, avec les interactions connues avec les protéines. Pour les clients “biotech”, il a été développé des seringues “haut de gamme”. Il n’est pas question d’étendre ce type de seringues aux vaccins temps que les clients pharmaceutiques ne le demandent pas (trop cher de changer de conditionnement et de refaire des stabilités) ou temps que les autorités de santé ne légifèrent pas à ce sujet.
        Donc je dois trouver ça normal et laisser aux blouses blanches, aux experts la bataille des enjeux commerciaux ? Qui s’intéresse à l’aspect sanitaire ?
        La hauteur du débat pro et anti vaccination est révélatrice. Le schéma est beaucoup trop manichéen (les gentils qui savent et qui prônent la vaccination à tour de bras, les méchants qui recommandent la prudence qui sont traités d”inconscients), les médecins qui tremblent d’être rayés de l’ordre ou de se retrouver assigné devant les tribunaux pour un cas de rougeole.
        Aucune petite voix n’a le droit de s’exprimer, de réclamer l’application des “ICH Q3D Elemental Impurities” et la publication des résultats ? Quand va-t-on laisser aux citoyens le droit de choisir sa protection vaccinale ?
        Cordialement
        Erin

        1. Vu la qualité de l’information que vous nous faites partager (au nom de tous, MERCI), vous n’êtes ni une autruche ni un canard boiteux…
          Adhérez à l’AIMSIB si vous ne voulez pas être seule !

          1. Je n’exclue pas d’adhèrer à l’association AIMSIB que je découvre.
            J’ai à coeur de “travailler” soit :
            – sur la prévalence des maladies autoimmunes ( groupées et non pas individuelles)
            – sur les limites des tests toxicologiques ISO 10993-20 (2006).
            – sur l’application des ICH Q3D (ma focale est, vous l’avez compris, les injectables) et ces premiers résultats, publiés ?
            Comment contribuer à rendre nos autorités de santé plus pertinentes ? Abandon des tests colorimétriques de paillasse (exemple métaux lourds longtemps cités dans nos pharmacopées pour des méthodes types ICPMS.)
            La liste est longue des tests inutiles que je pratique ou fait pratiquer tout les jours parce qu’il faut satisfaire “aux requis”.
            Ces sujets intéressent-ils d’autres membres ?

  3. Désolé encore moi, je suis têtu, comme vous sans doute, j’aime aller au fond des choses. C’est donc ce passage de l’article ( que j’ai un peu épluché) que vous contestez :
    “After adjustment for covariates, first trimester influenza vaccination was associated with an increased risk of ASD (AHR, 1.20 [95% CI, 1.04-1.39], P = .01); however, adjusting for the multiplicity of hypotheses tested (n = 8) using the Bonferroni correction suggests that this association could be due to chance (P = .10).”
    Je ne suis pas expert en statistique, mais en cherchant sur internet un article à peu près compréhensible, je ne vois pas en effet pourquoi les auteurs ont fait ce test puisque il n’y a pas eu répétition de tests, au cours du suivi, mais une analyse globale à la fin de l’étude ( il me semble avoir compris que la méthode de Bonferroni se justifiait si l’on fait plusieurs tests, dans la mesure où plus on fait de tests plus on a de chance de trouver un résultat significatif …) . Vous pourrez certainement m’en dire beaucoup plus.

    1. Vous avez tout dit.
      On peut utiliser un des test de Bonferroni à condition d’avoir de bonnes raisons de le faire, autres que de vouloir minimiser ses propres résultats…
      Nous faisons tous des tests multiples lors de nos expériences, évidemment.
      Mais, non moins évidemment, nous ne divisons pas systématiquement le p<0.05 par le nombre de tests réalisés.
      Imaginez une seconde que les investigateurs de l'essai ODISSEY divisent leur p par le nombre de tests statistiques...
      Cela dit, lors d'analyses exploratoires (on dit "aller à la pêche"), il est légitime de se dire que parmi tous les testes réalisés certains ont peut-être été significatifs par le simple effet du hasard... Dans ce cas, appliquer un ajustement type Bonferroni permet de justifier ou pas la mise ne place d'une nouvelle expérience.
      On fait dire ce que l’on veut à des tests statistiques, c’est bien connu.
      Impératif de bien poser son hypothèse primaire a priori et de confronter son hypothèse et ses résultats avec la plausibilité biologique et physiologique.
      J’ai simplifié car je n’ai pas le temps de développer. Il y faudrait un livre !

      1. Oh, je ne me fais pas trop d’illusions. mais je pensais qu’au moins sur ce plan là, la prise en charge scolaires des enfants autistes, ce gouvernement pouvait faire un effort . Mais c’est vrai que la population des parents de ces enfants ne représentent finalement que pu d’électeurs par rapport à l’ensemble de votants.

  4. Bonsoir à toutes et tous,
    et merci pour vos éclairages sur la question.
    Je n’ai pas compris la remarque sur la signature, je n’ai pas l’habitude de me cacher derrière des pseudonymes! VB sont mes initiales et mon nom est en clair dans l’entête!
    Remarque pour Phil : Je crois qu’aliéné veut dire dépendant d’un autre “alienus” d’un “étranger” et pas sans lien.
    Je crois que le problème des biais statistiques doit être en général compliqué à régler pour les épidémiologistes, mais l’argument de la date du vaccin pendant la grossesse est effectivement fort.
    Bien cordialement
    VB
    Personnellement, je suis sous Linux 🙂

    1. C’est un principe sur les blogs où on peut se “lâcher” un peu, on ne signe pas (sauf pour le modérateur et le webmaster) car il y a des mauvais plaisants qui pourraient se fâcher et chercher à vous nuire…

  5. Toutefois, pardonnez-moi de vous titiller encore. Et loin de moi de penser que vous faites des vaccins la seule cause possible de l’autisme. On parle beaucoup aussi des causes génétique et de l’intrication des causes génétiques, ou épigénétiques et environnementales : Ainsi cet article :
    Elevated polygenic burden for autism is associated with differential DNA methylation at birth.
    Hannon E1, Schendel D2, Ladd-Acosta C3,4, ….
    RESULTS:
    We identified robust epigenetic signatures of gestational age and prenatal tobacco exposure, confirming the utility of DNA methylation data generated from neonatal blood spots. Although we did not identify specific loci showing robust differences in neonatal DNA methylation associated with later ASD, there was a significant association between increased polygenic burden for autism and methylomic variation at specific loci. Each unit of elevated ASD polygenic risk score was associated with a mean increase in DNA methylation of – 0.14% at two CpG sites located proximal to a robust GWAS signal for ASD on chromosome 8.
    CONCLUSIONS:
    This study is the largest analysis of DNA methylation in ASD undertaken and the first to integrate genetic and epigenetic variation at birth. We demonstrate the utility of using a polygenic risk score to identify molecular variation associated with disease, and of using mQTL to refine the functional and regulatory variation associated with ASD risk variants.

    1. Merci de votre commentaire. C’est très intéressant.
      Mais c’est un peu comme “enfoncer des porte ouvertes” cet article.
      Sans donner l’impression de tordre le nez devant toute avancée biologique pour aider à comprendre des situations complexes, ce que nous propose ces investigateurs danois a peu d’intérêt pratique.
      Qu’il y ait des dysrégulations épigénétiques dans certaines formes d’autisme (comme dans d’autres pathologies neuropsychologiques) n’apporte rien sinon la vague impression qu’il y a quelque chose qui cloche chez ces enfants…

  6. étant mathématicien et n’ayant fort heureusement pas de cas dans ma famille, je ne suis pas vraiment spécialiste de l’autisme. J’ai cependant eu l’occasion d’en parler avec une médecin qui a écrit au moins un ouvrage sur la question. Pour elle il y a autisme et autisme. L’autisme avec maladie intestinale et celui sans cette maladie sont très différents.
    Pour elle ce ne sont pas les mêmes maladies. D’après les témoignages visionnés ou entendus, l’autisme avec maladie intestinale peut se manifester par des crises violentes qui pourraient être provoquées par l’arrivée dans le cerveau de toxines venues de l’intestin. C’est ce qu’on peut voir dans VAXXED mais j’ai eu aussi l’occasion d’en voir directement après la manif du 9 septembre à Paris et d’avoir des témoignages écrits de 2 mamans. On peut alors comprendre pourquoi, en soignant l’intestin, on améliore le comportement de l’enfant. Wakefield-le-banni était gastro-entérologue. Il avait découvert cela il y a 20 ans. La “science” ne s’y intéresse que depuis quelques années. La flambée de l’autisme y contraint.
    Il existe des autistes qui n’ont pas de maladies intestinales. La genèse de la maladie est sans doute tout autre. Si dans les études épidémiologiques on mélange ces 2 formes très différentes, on peut obtenir n’importe quoi.
    Tous les enfants vaccinés ROR tout particulièrement ne font pas de telles maladies intestinales. De plus ce phénomène touche 4 fois plus souvent les garçons que les filles. Il y a donc d’autres causes agissantes mais il y a celles qui seraient évitables (la vaccination combinée ROR ou autres) et celles qui ne le sont pas comme d’être un garçon. Sans doute faudrait-il aussi éviter de vacciner quand l’intestin est dérangé. Il faudrait aussi, comme le préconise Wakefield-le-banni, faire seulement des vaccins simples comme la rougeole seule. Mais les industriels ont imposé leur loi.
    Si je fais un parallèle avec vaccin hépatite B et sclérose en plaques, on constate que dans un cas comme dans l’autre ils ont nié le lien à un point tel que toute indemnité pouvait être refusée comme pour 2 cas en Cassation en novembre 2017 (définitif). Il y a peu, Le 12 janvier 2016 François Bourdillon directeur de Sannté Publique France soutenait que les études avaient démontré l’absence de lien. Roger Salamon affirmait sur une radio “il y a eu des cas, je suis sûr qu’il y en a eu !” (youtube).
    Dans les années 70 il était affirmé que le vaccin antivariolique provoquait un cas grave pour 1 million de vaccinations. Alain Fisher reconnaitra une encéphalite pour 1000 !
    La règle est connue et appliquée depuis qu’il y a des vaccins : tant qu’on vaccine il faut nier les accidents graves pour ne pas dissuader les populations de s’en détourner.

    1. Ce que “reconnait” Alain Fischer un jour (et un autre jour autre chose), au gré des vents dominants, est sans intérêt… Il ne comprend pas la démarche scientifique ; vous ne devriez pas le citer et encore moins le lire ; désolé de vous contrarier !

  7. Bonjour à vous,
    un papier intéressant en effet. Je précise que je suis scientifique (physico-chimiste) et donc non compétent en matière biologique, physiologique et médicale, cependant je m’interroge (de façon neutre, je n’ai pas de réponse, ni d’arrière pensée) sur les biais possibles de cette étude. En effet j’ai eu connaissance récemment d’une étude qui attribuerait l’explosion de l’épidémie d’autisme à un fait social : l’usage massif des écrans par les enfants, écrans qui se substituent à l’interaction réelle avec d’autres humains. Ne peut-on pas imaginer un lien entre le fait de se faire docilement vacciner sans se poser de question et le fait de se laisser docilement intoxiquer par l’usage massif des écrans, l’absorption massive de message publicitaire, la participation tout aussi massive au système consumériste… sans se poser de questions sur le sens de la condition humaine et du développement humain. Pour dire les choses simplement les personnes qui se feraient le plus massivement vacciner contre des maladies normalement sans gravité seraient aussi celles qui s’inscrivent sans souci dans la trajectoire de l’homme “unidimensionnel” comme défini par H. Marcuse et dans la jouissance de la “société du spectacle” ainsi que la nommait G. Debord . Aujourd’hui ces Homos dont on peut douter du qualificatif Sapiens et surtout de son doublement sont aussi ceux qui abandonnent plusieurs heures par jour leur progéniture devant des écrans pour aller courir après de l’argent et des produits de consommation comme fin ultime à leur existence conforme.
    C’est un vrai questionnement, des avis sur la question m’intéressent.
    Bien cordialement,
    VB

    1. Merci de ne pas signer avec votre nom complet.
      Les premiers signes, selon les familles, apparaissent le plus souvent à un âge où les bébés ont peu de chances d’avoir été exposés à des écrans…
      Voyons les réactions des visiteurs. Nous avons des experts. Écoutons les humblement

    2. Une remarque de simple bon sens. J’ignore si l’autisme est diagnostiqué chez les bébés (ici j’exprime clairement mon ignorance), mais il est grand temps de mettre l’accent sur l’appauvrissement du lien social provoqué par les “écrans”, engins auxquels les petits sont accros dès le départ, puis les ados et adultes pas mieux…
      A ce sujet il n’est pas inutile de revenir sur l’étymologie du mot “aliéné”. Aliéné signifie privé de lien, les petits écrans fabriquent des enfants fous

    3. Merci de votre message qui met en lumière le fait qu’on ne devrait certainement pas parler d’AUTISME au singulier…
      Les signes qualifiés d’autistiques en lien avec une surexposition aux écrans sont réversibles… ce qui n’est pas le cas de l’Autisme !

      Car même si cette médecin précise en effet que les troubles qu’elle décrit ressemblent à de l’autisme mais ne sont pas de l’autisme, il en faut assez à certains téléspectateurs pour faire l’amalgame « Ecran » = « Autisme » surtout en surfant sur le nouveau concept qu’elle a inventée « Autisme Virtuel »

      https://blog.francetvinfo.fr/lesbaobabs/2018/01/25/autisme-virtuel-et-idees-recus-et-si-on-se-posait-un-peu.html
      De même il serait bien utile de distinguer ce que l’on nomme « autisme régressif » (qui en réalité sera plutôt un problème d’encéphalopathie/b>) du développement autistique continu…
      Déjà le Pr Laurent Mottron distingue
      Autisme Prototypique et Autisme Syndromique (lié à une condition génétique particulière tel que le syndrome de l’X fragile )
      http://blogs.lexpress.fr/the-autist/2016/06/22/livre-sur-lautisme-par-l-mottron-un-autre-regard-sur-lintervention-precoce/
      http://www.colloque-tv.com/uploads/files/PPT%20EN%20LIGNE/Lille/Lille-1-forces-cognitives-au-long-de-la-vie-version-francaise.pdf
      http://www.colloque-tv.com/colloques/salon-aspie-days/conf%C3%A9rence-des-int%C3%A9r%C3%AAts-particuliers-%C3%A0-lexpertise-forces-cognitives-autistiques-de-lenfance-%C3%A0-l%C3%A2ge-adulte
      C’est un peu comme parler DU traitement des AVC sans distinguer cause ischémique et cause hémorragique… ou encore de LA prévention des calculs rénaux (là encore je me souviens avoir été frappée durant mes études de voir que selon la nature du calcul, les conseils alimentaires était plutôt radicalement opposés…).
      Et en ce 2 avril, journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, je rappellerai que l’autisme n’est pas une maladie (pas plus que d’être gaucher ou d’être homosexuel) :
      « L’autisme n’est pas un bug, c’est juste qu’ils sont sous mac et vous sous windows »
      https://www.huffingtonpost.fr/peter-patfawl/lautisme-nest-pas-un-bug-cest-juste-quils-sont-sous-mac-et-vous-sous-windows_a_23398294/

      1. ERREUR ! Erreur dramatique qui vous disqualifie : ils sont sous Windows et vous sous mac !
        Non mais !
        En plus, le huffpost dont vous vous réclamez est de la m…
        Si vous réparez votre erreur, je vous donne ma bénédiction “urbi et orbe”, comme dit l’autre pingouin (sympa aussi ; mais un peu “autistique” ; moins que moi mais un peu quand même…) et vous remercie de votre super-contribution.
        Pourquoi ne développez-vous pas ces messages aussi intelligents sur un site plus approprié, par exemple celui de l’AIMSIB ?

        1. Merci Sevdiet et aussi de tes excellents articles sur l’Aimsib :-))
          Notamment en février dernier et quand on fouille bien le site il y a plein de pépites à trouver sous Mac Windows ou Linus :-))

    4. On a trop souvent affirmé des liens de causalité à tort. Je pense évidemment au cholestérol qui tend à augmenter lorsqu’on a une mauvaise hygiène de vie et que l’on a ciblé comme le principal responsable des maladies cardiovasculaires. J’ai lu également une hypothèse sur les plaques amyloïdes qui pourraient être une conséquence de la maladie d’Alzheimer et non une cause. Ce qui ne va pas empêcher de chercher des anti-corps pour aller détruire cette plaque sans connaitre les raisons de leur présence.
      Dans le cas de la vaccination des futures mamans, il y a une différence importante lorsque la vaccination a eu lieu au premier trimestre/ au second et troisième trimestre. A priori, elles sont aussi dociles , mais pas enceintes à la même période.Mais vous avez raison, il y a tellement de biais possibles.
      Sans certitudes, il vaut tout de même mieux s’abstenir.

  8. J’ai été regardé sur Medline l’article en question. Je suis un peu surpris, car les conclusions de l’article sont beaucoup moins catégoriques que les vôtres : “There was a suggestion of increased ASD risk among children whose mothers received an influenza vaccination in their first trimester, but the association was not statistically significant after adjusting for multiple comparisons, indicating that the finding could be due to chance. These findings do not call for changes in vaccine policy or practice, but do suggest the need for additional studies on maternal influenza vaccination and autism.”Peut-être avez-vous une autre approche statistique.

    1. Bravo, mon ami.
      Cette question des statistiques utilisées par ces auteurs a été discutée sur ce blog ; je vous laisse consulter les messages échangés témoignant de la haute tenue des visiteurs ; je vous laisse également relire attentivement le message que j’ai mis en ligne. Chaque mot compte, chaque mot est pesé, c’est mon style.
      Il y a des règles primordiales en recherche scientifique :
      1) lire minutieusement les méthodes et les résultats des études ;
      2) ne jamais lire les interprétations (et la discussion) des auteurs ; jamais. Sauf pour se distraire !
      Faire soi-même ce travail. Si vous l’aviez fait (et si vous avez quelque expérience de la recherche clinique), vous auriez immédiatement compris qu’ils se moquaient de vous.
      C’est ça le “grand métier” disent les marins de haute mer !

      1. Oui, il suffit de relire les propos de Roger Salamon sur une radio (mon commentaire du 30 mars 21h39) pour réaliser qu’il ne faut pas trop s’occuper des commentaires faits sur les résultats obtenus par les auteurs mais qu’il faut, dans toute la mesure du possible, travailler directement sur les données publiées.
        C’est ce que j’ai fait avec les données “Tardieu” pour retrouver ainsi (facilement) le signal des 52%/32% qui était donc connu non seulement des auteurs mais aussi du HCSP (Salamon, Floret …) et des experts du ministère qui avaient aussi étudié ces données avant leur publication.
        Salamon va affirmer qu’en fait il y avait un biais de sélection de certains cas, ce qui supprimait le signal et que c’était donc pour cette raison que les auteurs n’en avaient point parlé. Sauf que ce biais de sélection affectant l’ensemble des données, affecte donc tous les tests effectués.
        Les auteurs affirment pourtant que la force de leur étude réside en particulier dans le fait qu’il y a eu peu de pertes en ligne.
        De plus, ils ont publié le fameux résultat sur les “observants au calendrier vaccinal” après l’avoir tenu secret presque jusqu’à la publication du 8 octobre 2008 : Floret et autres n’étaient pas au courant alors que les auteurs avaient montré leurs données pour le 52%/32%. La SEULE explication possible à toute cette affaire pour le moins alambiquée est que le ministère aurait interdit aux auteurs de le publier. Ceux-ci auraient réagi en cherchant un autre signal qu’ils voulurent garder secret jusqu’à la publication. Mais la revue annonça en septembre 2008 qu’elle avançait la publication de 2 mois en raison d’un résultat très important pour la France . Ce qui déclencha l’affaire que l’on sait…
        Mon article http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2018/02/07/36121962.html

      2. Quelque chose m’interpelle, c’est le choix du mot “chance”…
        Ils n’ont pas choisi le mot par hasard… j’imagine…

      3. Merci pour votre réponse qui me rassure pleinement ! Je n’ai pas assez de connaissance statistique pour refaire les calculs.

  9. On a constaté que beaucoup d’autistes avaient des troubles intestinaux très sévères sur lesquels seule la transplantation fécale a une action. On peut penser que les toxines libérées par les bactéries pathogènes de l’intestin franchissent les barrières intestinales et hémato-encéphaliques. Cette guérison de l’infection intestinale a une action sur les comportements autistiques.
    Extraits d’une publication (Medscape) :
    « Autisme : la transplantation fécale améliore les symptômes intestinaux et comportementaux
    “Les preuves s’accumulent de l’influence du microbiote intestinal* sur le fonctionnement cérébral. Dans une nouvelle petite étude, des chercheurs américains montrent que rééquilibrer le microbiote intestinal d’enfants autistes par la transplantation fécale améliore non seulement les troubles gastro-intestinaux, fréquents dans cette population, mais aussi les symptômes comportementaux [3].
    * Flore intestinale
    Un enfant sur 160 présente un trouble du spectre autistique (TSA), selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Or, l’origine de ces troubles reste encore mal comprise.
    En raison de la forte prévalence des problèmes gastro-intestinaux chez ces enfants et de la corrélation entre ces symptômes et la sévérité de la maladie autistique, depuis quelques années la communauté scientifique est allée investiguer du côté du microbiote des jeunes autistes.
    nous espérions aussi voir les symptômes autistiques s’améliorer et nous avons été agréablement surpris de constater une amélioration de près de 25 % dans les 10 semaines qui ont suivi le traitement ».
    L’étude a été publiée dans l’édition en ligne du 23 janvier du journal Microbiome [3].
    D’après une méta-analyse publiée en 2014 dans la revue Pediatrics [4], les enfants autistes souffrent au moins quatre fois plus souvent de troubles gastro-intestinaux que les enfants témoins. Ils ont trois fois plus de diarrhées et de constipation et 2,5 fois plus de douleurs abdominales.”
    [3] Kang DW et coll. Microbiota Transfer Therapy alters gut ecosystem and improves gastrointestinal and autism symptoms: an open-label study. Publié en ligne le 23 janvier 2017. Microbiome.
    [4] McElhanon BO et coll.Gastrointestinal symptoms in autism spectrum disorder: a meta-analysis. Pediatrics. 2014 May;133(5):872-83. doi: 10.1542/peds.2013-3995
    Mais c’est quoi la cause ou les causes de cette infection intestinale ? Dans un certain nombre de témoignages elle apparaît très peu de temps (quelques heures ou jours) après une vaccination, tout particulièrement ROR. En tout cas je doute fort que l’éducation puisse provoquer des maladies intestinales d’un tel niveau. par contre, que la vaccination de la future mère contre la grippe ait pu préparer le terrain du futur enfant et qu’il puisse y avoir une sorte d’excitation, de relance d’un processus enclenché pendant la gestation puis relancer par des vaccinations reçues plus tard par l’enfant, pourquoi pas ? Il ne faut pas être obsédé par la cause unique.
    Un autre auteur (Exley Londres) a trouvé des quantités énormes d’alu dans le cerveau d’enfants autistes morts à 15 ans. Le ROR ne contient pas d’alu mais quand les enfants reçoivent ce vaccin à 1 an, ils en ont déjà reçu d’autres contenant de l’alu. L’équipe de Gherardi a montré que les macrophages, confondant sans doute l’alu avec des bactéries, le transportent dans le système lymphatique. Mais à condition que les particules d’alu aient la bonne taille. Il n’a jamais été montré que les particules d’alu utilisée dans les vaccins n’avaient jamais changé de taille depuis 80 ans.
    On pourrait avoir un enchaînement de causes. On peut a priori tout à fait envisager que le ROR à virus vivants stimule les macrophages qui vont transporter dans le système lymphatique de l’alu apporté par les vaccins précédents, le processus ayant pu être lui-même préparé par la vaccination de la mère contre la grippe au début de la gestation.

    1. J’ai rencontré un jeune couple de chercheur dont l’enfant est devenu autiste suite à une vaccination avec l’hexavalent (pas le ROR)).
      Leur bébé avait un développement parfaitement normal et était allaité. Il a été vacciné vers l’âge de 10 mois en Allemagne. Dans les jours qui ont suivi, il a présenté de gros troubles digestifs et de l’alimentation, n’a plus jamais tété et a présenté des signes de régression (perte nette du sourire et du contact oculaire).
      Pour ses parents, il est évident que le vaccin en a été la cause car il s’agissait bien d’une régression suite à l’injection.
      La seule chose qui a amélioré leur enfant est le régime Seignalet: nette amélioration alors que la nutrition avec sonde et tout ce qui avait été tenté ne marchait pas.
      Evidemment, un cas clinique isolé ne prouve rien mais il semble aller dans le sens d’un certain nombre de témoignages.

      1. il serait bon de connaître le protocole suivi, les symptômes sont-ils apparus après la première injection ou après des rappels ?

  10. Do you mind if I quote a few of yoiur posts as long as
    I provide credit and soujrces back to your webpage? My blog site is in the exact same niche as
    yokurs and my visitors would definitely benefit from a lot of the information you present here.
    Pleaxe let me know if this alright with you. Appreciate it!

      1. Aha! Bientôt de la publicité pour faire grandir son machin sur le site? Vous avez vu le lien?

        1. Ce site est depuis quelques temps envahi de publicités.
          La permission ne m’a pas été demandée ; je ne suis pas rémunéré pour …
          Selon mon webmaster, c’est la conséquence des tweets ; on ne sait pas comment s’en débarrasser ; ce sont des robots qui s’incrustent… Pour le moment, pas de porno !

          1. je ne suis pas 1 grand Internaute, mais je croyais que tout le monde utilisait adblock plus, je vois que non. Ce petit logiciel s’installe facilement, une icône rouge en haut marque “20”, ce qui signifie que 20 pubs sont bloquées sur ce site, rien que ça, je n’ai aucune pub !
            https://adblockplus.org/fr/

  11. Je crois qu’il faudrait définir “environnemental”.Vous n’êtes pas très clair. Une part de génétique certainement, mais rejeter la faute sur l’éducation est très injuste pour les parents. On sait que le manque d’ interaction dans les premiers jours de vie peut avoir de terribles répercussions sur le développement de l’enfant, mais cela n’a rien à voir avec l’autisme régressif.
    Pourquoi exclure les vaccins des facteurs environnementaux. Vous avez des infos qu’on ignore?
    Vous connaissez l’histoire sordide des bébés secoués? Délire? Pas sûr.
    C’est la quadruple peine : pas de reconnaissance, pas d’indemnisation, accusé de mauvais traitements et enfin être un dangereux anti-vaccin.
    Je crois au contraire qu’il serait temps de faire peur aux médecins avec leur manie de vouloir vacciner les femmes enceintes et de supprimer les primes pour les inciter à injecter des produits pas encore obligatoires. La Dépakine a vite été oubliée.
    C’est inquiétant pour les futures mères, bien que le risque soit faible (même pour les garçons), mais cela justifie-t-il de se taire? Il faut bien tenter de mettre fin à ces pratiques inutiles et dangereuses.Merci Phil de vous expliquer, avant que Diététicienne n’intervienne.

    1. “Avant que Diététicienne n’intervienne” ? oh là j’ai peur, et à quand la mise en examen ? (c’est à la mode en ce moment)
      Souris 7 vous êtes confusionnelle, vous mélangez, amalgamez… Qui a dit que les vaccins étaient inoffensifs ? Qui a dit qu’il fallait “rejeter la faute sur les parents” ? 1 peu de rigueur dans la critique serait nécessaire

      1. @ Phil : “environnemental (par ce mot il faut entendre éducationnel et non vaccinal).”. Comme disait Jésus ; “C’est vous qui l’avez dit”.
        Vous n’arrivez pas à vous débarrasser de cette vision freudienne ou bettelheimienne sur les troubles de l’autisme . Après ç vous vous étonnez que la plupart de médecins cardiologue on non soient réfractaires aux idées et travaux du dr Mdl à propos du désastre médical de statines et du “mauvais” cholestérol. C’est pas gagné pour nous et pour ceux qui veulent soigner ou prévenir différemment en empruntant des chemins de traverse même fortement balisés.

      2. Ma dernière remarque était une plaisanterie bien sûr. Diététicienne a toujours des paroles mesurées, ce qui n’est pas forcément mon cas.
        Alors je repose ma question. Quand vous dites :”en ce qui concerne l’autisme en particulier, majoritairement génétique et environnemental (par ce mot il faut entendre éducationnel et non vaccinal), que veut dire éducationnel? Car dans les premières années, c’est quand même les parents qui jouent le plus grand rôle?

        1. Je n’en peu plus d’entendre toujours les même choses.
          L’autisme qui serait génétique et/ou environnemental. Cela veut dire scientifiquement ‘je ne sais pas’. Que ceux qui affirment cela nous montre le gène en question. Si on affirme que c’est génétique, il suffit de faire une étude sur 10 000 bébés et de montrer que dans les 5 000 bébés autistes le gène est bien présent et qu’il est absent dans les 5 000 bébés non autistes. Et nous aurions un point de départ pour la discussion.
          La réponse à cette demande sera “ce n’est pas possible car il y a une part d’environnement”. Ainsi les gènes ne suffisent pas donc on ne peut pas pointer un/des gènes. Quand à l’environnement, on ne peut rien montrer car il y a trop de variable. C’est la réponse classique du multi-factoriel lorsque le signal statistique est présent.
          Pour effacer le signal, il suffit de déconsidérer quelques cas dans un groupe (ce que fait cmt) pour que le signal disparaisse (ou de changer les bornes du groupe comme dans le scandale cdc et autisme). Parce que personne n’a l’argent pour faire une étude avec une population suffisamment importante pour que quelques cas de différence ne fasse pas une différence. Mais combien de cas pour un étude des vaccins sur un bébé, avant de l’injecter à tout le monde ?
          C’est le travail de la pharmacovigilance d’escamoter les cas, à chaque fois, ils décident que certains cas ne relèvent pas de… et hop on fait disparaître. (il y a sur le blog de girard une pièce jointe montrant le cas d’un patient dont il est écrit textuellement démyélinisation dans le diag et que la pharmaco a rejeté car pas de démyélinisation). Je disais dans un post sur mon blog qu’on devrait délocaliser notre pharmacovigilance (c’est la mode les délocalisations) en Cote d’ivoire, parce qu’à chaque fois, y voient rien. Ils commencent à voir lorsque les morts arrivent en première page des journaux et se comptent en milliers. Et même là il y a toujours un doute. Parce qu’il n’y a pas de ‘preuve’ irréfutable. Comme si il y en avait dans les bénéfices d’un médicament.
          La mécanique est simple : on CROIT que cela n’a aucun effets négatifs et donc tous les effets négatifs sont examinés avec la loupe et déconsidérés le plus possible car on ne VEUT pas admettre que l’on se trompe. Et on ne VEUT pas regarder les effets positifs avec la même attention pour les même raisons.
          LA seule solution est de prendre une population non vacciné et une vacciné dans une même zone géographique et montrer la différence de taux d’autisme. Ce fut le cas avec les mormons ou les quackers ou une ‘tribut’ 🙂 du genre qui n’était pas vaccinés. Il y a une différence énorme de taux. Mais c’était à cause… d’une prédisposition génétique lol non ? Quel gène ? mystère ! pas besoin de montrer le gène il suffit de le dire. La piste génétique est le trou noir de la science, il suffit de le dire pour ne plus rien avoir à montrer. On fait une étude entre vaccinés et non vaccinées en terme de santé général… c’est du déclaratif et donc pas probant scientifiquement. Euh, ils ont fait comment avec doliprane et mal de tête ? de la dissection de la cervelle ?
          Le truc c’est que l’autisme explose aux us (ne comptons pas le nombre de vaccins pour éviter de faire des cauchemars) et donc que les gènes ça marche pô comme défausse. Qu’à cela ne tienne… l’environnement, ou l’alimentation, ou la pollution… cela va bien tenir encore 50 ans. (bon aux us, à un moment, il n’y aura plus assez de personnes non autistes pour faire tourner le pays et gérer les autistes… ça va être marrant à voir ou pas… sont capable de faire des asiles à la mode roumaines avec 500 autistes laissés à eux même). Et dans 50 ans, il auront un nouvel adjuvant (exit mercure, exit squalène, exit aluminium) testé sur 5 souris pendant 3 jours contre de l’aluminium et hop… rien d’inférieur et c’est reparti pour 100 ans de pathologies génétique ou environnementale. Les mêmes personnes, aux même postes qui scandales après scandales continuent à faire les même choses.
          Enfin à chaque p*tain de fois, on mélange autisme et autisme _régressif_ pour noyer le signal. Lorsque votre bébé va bien, interagit avec vous et APRÈS UN VACCIN n’a plus ce comportement et régresse vers l’autisme, il faut être un peu crétin pour affirmer que c’est génétique ou environnemental. Et il faut être con pour croire que c’est parce que c’est mieux diagnostiqué ou que cela se dépiste seulement pile à l’age des vaccins. Cela n’éveille pas un signal en vous que l’on veuille passer le dépistage de l’autisme à 18 mois ? (fin du calendrier vaccinal ?)
          Le film vaxxxed qui a fait scandale MONTRE des cas comme cela. Mais ce doit être la faute à un truc qu’on ne connaît pas, parce que cela ne peut pas être les vaccins puisque c’est un dogme. (personne pour rappeler la liste des vaccins retirés car dangereux).
          Toujours les mêmes mécaniques de défense et de défausse… sans preuves.

          1. Ne vous énervez pas !
            Vous êtes au coeur d’un problème passionnant. Il faut y participer comme un sociologue, en observant…
            Vous êtes au-dessus d’un nid de fourmis ; prenez-le avec humour ou bien suicidez vous tout de suite. Faut pas souffrir ; Jésus l’a dit : “seules comptent la naissance et la mort ; entre les deux c’est une aventure à vivre !”
            Deux commentaires :
            1) en science, il n’y a pas de preuve ; seule la police…
            2) une prédisposition génétique ne veut pas dire qu’un gène est responsable de…
            C’est plus compliqué…

          2. oh là là, mais désolé, je n’avais pas vu ces questions auxquelles sinon j’aurais répondu (Diététicienne, charmante souris7, Inox le menhir du Midi), et maintenant RV, le scientifique de chez scientifique.
            @RV : du haut de ma gde modestie (feinte), si vous n’en pouvez plus d’entendre les mêmes choses, moi je n’en peux plus de les répéter…
            Si la philosophie ou la psychologie ne viennent pas au secours de la science, on ne va nulle part. Ainsi, si vous ne comprenez pas qu’une maladie peur avoir PLUSIEURS causes, le cas échéant de même importance, jusqu’où comptez-vous aller ?
            Pour l’autisme les (vrais) spécialistes s’accordent à dire qu’un phénomène aussi grave n’a pas une seule cause, et si la génétique entre en ligne de compte, nier que l’environnement parental peut avoir 1 rôle majeur est… de l’autisme.

          3. Extrait
            [ … Or une étude qui vient de paraître dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) et qui est menée sur un échantillon de (2 millions de personnes en Suède nés entre 1982 et 2006 (et dont 14 000 étaient autistes), bouleverse ces certitudes en relativisant les causes génétiques de l’autisme. Selon ses conclusions, l’environnement est aussi important que les gènes pour expliquer l’autisme. ]
            Reste maintenant à définir la notion d’environnement, comme le dit souris7.
            [ Ainsi, les auteurs de l’étude suggèrent des facteurs, sans les disséquer, pouvant être inclus dans les facteurs environnementaux : le statut socio-économique du foyer, des complications à la naissance, des infections maternelles et les médicaments pris avant et pendant la grossesse.]
            Pour + de détails :
            https://www.sciencesetavenir.fr/sante/autisme-l-environnement-aussi-important-que-la-genetique_19075

          4. @phil
            Ce qui est super étonnant, c’est que lorsque l’on parle des effets néfastes des médicaments et vaccins, on trouve toujours des causes multi factorielles ce qui permet de ne rien dire et de ne rien changer.
            Que l’autisme ait des causes multiples, je veux bien le dire. Maintenant la question est :
            est-ce que vaccin + causes multiples donne plus de cas d’autisme que juste causes multiples ? Là est la question. Qu’il faille des gènes ou pas pour faire un autisme est-ce que le fait de vacciner accroît la prévalence ?
            Mais en même temps (c’est à la mode le ‘en même temps’) lorsque vous prenez un médicament ou un vaccin, le fait que vous soyez guéri est JUSTE grâce à la molécule, là plus de cause multiple et là le déclaratif suffit. 65% des patients ont DIT ne plus avoir mal à la tête avec la molécule alors qu’ils étaient que 35% dans le groupe témoin. C’est le déclaratif que l’on ne peut pas accepter car non scientifique qui sert de base à la mise sur le marché du médoc. Mais si pendant la commercialisation les gens disent qu’ils attrapent la diarrhée, c’est du déclaratif et donc pas pertinent. ??? une forme particulière de science, en défense de l’industrie.
            Les vaccins sauvent des vies, mono factoriel. L’autisme apparaît APRÈS un vaccin, paffff multi-factoriel.
            Qu’il y ait une piste génétique, n’empêche pas de dire que la piste génétique + le vaccin => autisme plus fréquent que juste la piste génétique.

          5. Il faudrait pour faire lumière (un peu) une réelle volonté. Vous pouvez appeler ça “Intelligence artificielle” ou “Bigdata analyses” ; nous avons les moyens de faire parler les suspects…
            Seulement voilà, ils ont trop peur de lever le rideau, même pas un peu…
            Mieux vaut des Lois coercitives !
            Mais Machiavel (ou un autre) l’a dit avant moi : “plus un état est corrompu est plus il produit des lois”…
            Je laisse à chacun le soin d’extrapoler. Moi, avec prudence et humilité, je ne sais pas quoi dire devant ça…

          6. @RV : il y a 1 biais dans votre raisonnement, vous dîtes “Quand l’autisme apparait après 1 vaccin” etc… Mais comment savez-vous qu’il est apparu “après 1 vaccin” (donc que le vaccin l’a provoqué ? ). L’autisme est apparu, c’est tout, mais comment établissez-vous, scientifiquement, le rapport avec le vaccin ? D’autre part l’autisme est une maladie à développement (et diagnostic) lent, ce n’est pas une crise d’eczéma, et le rapport de cause à effet est + que difficile à établir.
            Avoir 1 peu de prudence est tout ce qu’il faut demander, et surtout ne pas partir du résultat qu’on souhaite (comme big pharma avec les statines), sans s’assurer de preuves probantes…

          7. En matière d’effets adverses des produits de santé, il n’y a jamais de preuves probantes !
            En matière d’efficacité vaccinale, il n’y a jamais de preuves probantes !
            Pour l’efficacité, les couillons parlent de concordance significative et pour les effets adverses, il n’y a plus que des coïncidences non significatives…
            Auriez-vous subi un lavage de cerveau ?

  12. Comment dire…
    Je suis enceinte de 7 mois et pour la première fois de ma vie je me suis faite vacciner pour a grippe au 1er trimestre forcément…
    Alors quoi maintenant ? Je prie, je croise le doigts pour que mon enfant à naître ne soit pas autiste ? A la lecture de l’article le mal est fait autrement dit la culpabilité est déjà là et si ma fille se révèle être autiste cette culpabilité me rongera jusqu’à la fin de ma vie.
    Je suis vraiment pour l’information et j’essaie de faire attention à ce qu’on mange, ce qu’on fait, mais avouez que prendre des décisions sur des sujets que l’on ne maîtrise pas est tout de même délicat. On essaie de faire au mieux, on pèse le pour, le contre, on lit, on s’informe, on voit tout et son contraire et au final on ne détient aucune vérité, aucune certitude, seule reste un sentiment d’impuissance, de culpabilité latente qui dit, cette fois je me suis peut-être trompée, je n’avais pas l’info, j’ai cru bien faire et finalement peut être que non…
    Maintenant je suis bien avancée…

    1. Ceci n’est pas une consultation.
      Dans le cas exemplaire que vous citez, le risque est faible. D’après les données statistiques fournies par le groupe américain ; et ce sont surtout les garçons qui sont à risque…
      A priori, le risque est dont encore plus faible pour une bébé fille ; surtout si la maman prend les précautions nécessaires après la naissance car, comme noté par certains visiteurs, on ne sait rien du suivi post-accouchement des victimes de l’étude américaine.
      Faudra savoir résister et faire savoir au prochain vaccinaliste que dans le cas que vous citez, il vaut mieux être adepte de la prudence ; comme je le fais maintenant en vous répondant ; mais ce n’est pas une consultation, seulement une information générale !

      1. Merci pour cette information générale…
        Enfin comme vous le dites si bien, une des prochaines étapes sera de se confronter aux 11 vaccins obligatoires…

    2. Vous êtes victime d’une intox, en voulant bien faire mais en allant trop loin, les “anti-vax” (va falloir assumer ce mot) ont créé chez certains une terreur sans doute disproportionnée, en ce qui concerne l’autisme en particulier, majoritairement génétique et environnemental (par ce mot il faut entendre éducationnel et non vaccinal).
      Je sais ne pas être scientifique mais j’ai mon opinion, s’il y a des “dérives vaccinales” (on a compris qu’il y en a), il ne faut pas non plus qu’il y ait des dérives en sens inverse…

    1. Voilà on commercialise un nouveau vaccin sans la moindre étude scientifique sérieuse démontrant son utilité clinique.
      Le Professeur Jean-Louis Koeck qui signe le rapport de mesvaccins.net que vous mentionnez oublie de préciser que chaque seringue de 0,5ml susceptible d’être injectée à un bébé de 6 semaines contient 600µg d’aluminium. Personne ne peut, sauf un manque d’humilité et de prudence tragique à ce niveau universitaire, prétendre que c’est anodin. Les médecins et les familles doivent être informés…
      Au risque de susciter de la méfiance. Pas de confiance sans transparence dans les sociétés modernes !
      Par ailleurs, dans son rapport de synthèse la HAS écrit : “Il existe deux autres vaccins hexavalents en France pour la primo-vaccination et le rappel chez le nourrisson : INFANRIX HEXA et HEXYON. L’immunogénicité de VAXELIS n’est pas inférieure à celle d’INFANRIX HEXA et son profil de tolérance est comparable malgré une fréquence plus importante de réactions locales et de fièvre.”
      Dans la série “naufrage de la médecine scientifique”, chaque visiteur de ce blog peut constater que je suis loin d’exagérer : la notion “n’est pas inférieur” est de la novlangue pseudo scientifique dépourvue de toute signification sauf commerciale et la notion “est comparable malgré…” fait immédiatement penser à un film muet de Laurel et Hardy livreurs de pianos…

      1. J’ai relevé ça dans la présentation de ce Vaxxelis :
        “Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés avec Vaxelis sont, pour les effets généraux, une diminution de l’appétit, une somnolence, des cris, une irritabilité, de la fièvre ou des vomissements (ces signes sont très fréquents, c’est-dire qu’ils surviennent dans 10 % des cas ou davantage) ou une diarrhée (signe fréquent, c’est-dire ≥ 1/100 à < 1/10). Au site d'injection, érythème (rougeur), douleur et gonflement sont très fréquents, tandis que la survenue d'une ecchymose, d'une induration ou d'un nodule est fréquente."
        Ceci c'est dans l'immédiat de cette vaccination mais après, dans quelques mois, dans quelques années ? Quelque part ce professeur a dû avoir un vaccin de trop, ça lui a atteint l'entendement je crois !

      2. Il peut être également intéressant de relire les documents qui évoquaient l’évaluation de Hexyon sur le site mesvaccins.net. Ce texte renvoie vers une liste de documents ayant trait à la commercialisation de ce vaccin :
        https://www.mesvaccins.net/web/news/8749-le-vaccin-hexyon-dtp-coqueluche-hib-et-hepatite-b-destine-aux-nourrissons-est-disponible-en-pharmacie-d-officine
        La manière dont le développement de ces médicaments (puisque les vaccins sont des médicaments !) a été réalisé est une confirmation de ce qui est expliqué à la fois chez Georget / Girard, à savoir que l’effacité des nouveaux vaccins est réalisé à partir d’un critère intermédiaire (la production d’anticorps que l’on suppose protecteur …).
        Je vous avoue que les articles les plus choquant que j’ai lu récemment sont ceux consacrés au développement, à la commercialisation et à la surveillance (pharmacovigilance) des vaccins hépatite B (articles relatifs aux “eunuques du vaccin hépatite B”)
        Ce que Marc explique ici n’est PAS discutable, c’est vraiment une caractéristique forte de ces articles qui font qu’ils sont potentiellement des bombes pour une ministre qui a osé rendre le vaccin hépatite B obligatoire. Une question qui revient régulièrement :
        => “Pourquoi la justice ne s’est jamais intéressée aux auteurs de falsifications aussi grossières ???”.
        Finalement, il a rédigé plus tard un article, à la suite d’une intervention lors d’un colloque à Chambéry, qui répond de manière précise à cette question …
        http://www.rolandsimion.org/spip.php?article403
        Ces articles sont importants parce qu’ils sous-entendent que l’absence d’intérêt de la justice pour des gens ayant grossièrement méprisé les alertes et la réglementation pharmaceutique était l’élément le plus significatif qui servirait plus tard comme alibi pour élargir les obligations vaccinales… jusqu’à rendre obligatoire la valence hépatite B.

  13. Je propose à votre réflexion ce qu’à dit Roger Salamon 10 ans président du HCSP sur le lien entre vaccination hépatite B et sclérose en plaques. C’était sur une radio bordelaise et j’ai recopié à peu près ce qu’il a dit :
    C’est sur youtube en audio:
    https://www.youtube.com/watch?v=Ga_EPBp7ubk
    Vers 40’-43′.
    Je venais d’exposer le signal sur les enfants avec 52% de conversion en sclérose en plaques pour les 154 vaccinés hépatite B contre 32% pour les 195 non vaccinés hépatite B, ce qui donne un signal très significatif (moins d’une chance sur 10000 d’avoir un tel écart par le fait du hasard). Il répond :
    “Je connais bien le problème, c’est nous qui à l’Isped à Bordeaux (qu’il a créé) et au Conseil (le HCSP qu’il présidait) avons étudié les données que Marc Tardieu nous avait transmises. Avec étonnement comme vous, on a vu les résultats que vous dites alors qu’on nous disait que les myélines de l’enfant, des bébés, n’existaient pratiquement pas et qu’il n’y avait aucun risque d’atteintes ou quoi que ce soit*. Mais il y avait des cas biaisés, disons entre guillemets, dans son échantillonnage et ça n’était pas significatif du tout contrairement à ce qu’on avait pensé en première lecture.”
    {* dans la publication de M.Tardieu il y a 5 cas apparus avant l’âge de 5 ans}
    “Mais jamais, jamais ni le ministère, ni le Conseil (HCSP) ni lui surtout (Marc Tardieu) auraient accepté de ne pas publier un résultat si c’était complètement avéré”
    “Mais vous avez raison de soulever le problème de la sclérose en plaques et du vaccin hépatite B. Pourquoi ? Parce que ça été l’un des plus gros scandale qui s’est passé au niveau de la communication, en particulier pour l’adulte.
    Il faut savoir qu’il y a eu, pour des raisons que je ne trouve pas normales, un excès de vaccinations, avec un certain ministre qui a lancé ça larga manu chez tout le monde.
    On a eu l’impression qu’il y avait un certain nombre de scléroses en plaques chez l’adulte, là on ne parle plus de l’enfant, chez l’adulte, et qui étaient en excès. En fait le nombre de scléroses en plaques n’a pas bougé depuis cette vaccination massive. { depuis, mais avant ?}
    Si presque tout le monde se vaccine il est évident que le neurologue quand il interroge un patient va trouver une vaccination. Quand on compare, quand on prend des gens du même âge, il n’y a pas de différences de taux entre vaccinés et non vaccinés. Sur le plan de la population il n’y a pas eu un excès de scléroses en plaques. Je le sais pour avoir été l’expert qui a regardé çà avec une grande dame très connue qui était juge et qui était extrêmement favorable à ce qu’il y ait un lien.
    Mais , et c’est là qu’il faut bien comprendre, ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des cas. Il n’y a pas de différences de taux sur le plan de la population mais il est tout à fait possible qu’il y ait eu des cas, et je suis sûr qu’il y en a eu, je suis sûr qu’il y en a eu” (il le répète 2 fois et il le répètera encore plus loin)
    “Que certaines personnes qui avaient des myélines un petit peu abimées ont pu avoir, à cause de cette vaccination, une sclérose en plaques qui se développe et qui apparaisse”
    En clair il a dit : il y a eu des cas mais pas assez nombreux pour créer un signal statistique. Du moins c’est ce qu’il affirme. Voilà une déclaration qui pourrait être très importante pour l’indemnisation des victimes
    En novembre 2017, 2 cas ont été définitivement déboutés en Cassation au motif que les études épidémiologiques n’avaient pas montré l’existence d’un lien …
    Il ajoutera “C’est dur à dire mais je vais le dire, ces cas pèsent peu par rapport à l’épidémie de cancers du foie que nous aurons dans 20 ou 30 ans en France parce qu’il y a moins de vaccinations anti hépatite B”

  14. @MDL, Herve_02
    C’est vrai qu’on parle beaucoup (trop?) de CMT mais c’est l’un des rares médecins avec lesquels on peut discuter des vaccins (sujet tabou) et de la médecine en général.
    Quoiqu’on en pense, elle a une certaine culture médicale, a le mérite de remettre en question un certain nombre de choses, de s’exprimer et d’interagir ce qui n’est pas le cas de la grande majorité des médecins mais je suis grosso modo d’accord avec Herve_02 dont les arguments sont très pertinents je trouve!
    Personnellement, ces discussions me permettent d’évoluer, d’affiner ma position, de réfléchir.
    Car finalement, on part des propos de CMT pour élargir le débat.
    Je discuterais bien avec Marc Girard mais malheureusement, c’est impossible!
    Ce que dit Herve_02 par rapport à l’EBM et cette croyance de ce qu’est la bonne médecine scientifique m’interpelle+++
    Marc Girard, vous-même et nous tous d’ailleurs nous basons sur l’EBM pour valider ou non l’efficacité d’un traitement. C’est ce que l’on a trouvé de mieux pour évaluer et valider nos pratiques.
    Ainsi, pour Marc Girard, exit le chlorure de magnésium qui n’a été validé par rien du tout alors que d’autres pensent que ce traitement mériterait d’être reconsidéré.
    L’homéopathie fait toujours autant débat et je ne m’engage jamais sur ce sujet car je n’arrive pas à prendre position.
    Marc Girard exècre l’homéopathie il me semble et les médecines “douces” en général mais pour lui, c’est ce besoin de se traiter absolument pour un oui ou pour un non qui l’insupporte. Et le fait que ces médecines ne soient pas validées scientifiquement (ou alors j’ai mal compris sa position)
    Je réalise de plus en plus que cette foi dans l’EBM est contestable mais comment faire en pratique?
    Je modèrerais quand même les propos de Herve_02 quant à son jugement des médecins en général car être médecin aujourd’hui est un métier extrêmement difficile.
    En tant qu’anesthésiste, je ne suis pas prescripteur sur le long cours ce qui me décharge d’un grand nombre de problèmes métaphysiques.
    Mais même au bloc opératoire, on utilise de nombreux produits et parfois, je me demande s’ils sont vraiment justifiés même s’ils sont recommandés par les sociétés savantes.
    Après nous avoir martelé qu’il fallait faire beaucoup de morphiniques de synthèse en peropératoire pour éviter les douleurs post-opératoires, on nous dit maintenant qu’en fait c’est le contraire, de trop fortes doses de morphiniques induisent de l’hyperalgésie!
    On commence à faire de l’anesthésie sans morphiniques que l’on remplace par un cocktail “lidocaine intraveineuse, kétamine, clonidine”.
    Est-ce qu’on ne va pas se rendre compte un jour qu’en fait c’est délétère pour les patients pour des raisons encore ignorées à ce jour?
    J’endors régulièrement des patients pour des chirurgie dont l’indication est très discutable, devrais-je refuser sachant que ça n’est pas moi qui pose les indications chirurgicales et que si je refusais, on me demanderait gentiment d’aller travailler ailleurs et que dans bien d’autres cas, j’estime les indications tout à fait justifiées?

    1. @MT : Je ne comprends pas pourquoi ça serait impossible de discuter avec Marc Girard.
      Un des articles qui explique le mieux sa critique des médecines douces est dans la partie 9 de cet article :
      http://www.rolandsimion.org/spip.php?article359
      Il y a également une explication assez précise de sa position dans son second article consacré à l’elargissement des obligations vaccinales :
      => “Avec sa focalisation sur le corps réduit à ses fonctions physiologiques élémentaires, la médicalisation apparaît comme un outil essentiel pour l’extinction des dernières solidarités interhumaines. Je ne compte pas le nombre de gens qui m’écrivent pour me dire peu ou prou : « Dr Girard, vous dites des choses très intéressantes et très belles sur le narcissisme contemporain. Mais dans tout ça, vous oubliez l’essentiel : ET MOI ? Et qu’est-ce que vous avez à me proposer pour mon cholestérol ? Qu’est-ce que vous pensez de cette méthode allemande qui permet de remplacer la mammographie par l’analyse d’une racine de cheveux ? Et est-ce que je peux fractionner en deux prises mon antihypertenseur qui me donne des aigreurs d’estomac ? Et quid de la vaccination contre la fièvre jaune qu’on prétend m’imposer avant mon prochain voyage organisé ? »”
      Je n’ai pas souvenir qu’il accuse ouvertement dans un article les homéopathes d’être des charlatans … sa position sur les médecines douces me semble limpide.
      Il y a du second degré chez Marc Girard (que ne comprends d’ailleurs pas CMT visiblement), avec les “antivaccinalistes” qu’il appelle ainsi pour se moquer (il se moque de gens qui ne veulent SURTOUT PAS passer pour des “antivaccinalistes”).
      J’imagine que l’article dans lequel il démolit la “bienveillance” de L’AIMSIB n’a pas le droit d’être cité… il y a malgré tout une citation que je trouve tellement magnifique que je la cite quand même :
      => “A ce sujet, j’ai déjà eu l’occasion de citer la belle analyse de Martin Luther King.
      « J’en suis presque arrivé à la conclusion regrettable que le grand obstacle opposé aux Noirs en lutte pour leur liberté, ce n’est pas le membre du Conseil des citoyens blancs ni celui du Ku Klux Klan, mais le Blanc modéré qui est plus attaché à l’« ordre » qu’à la justice ; qui préfère une paix négative issue d’une absence de tensions à une paix positive issue d’une victoire de la justice ; qui répète constamment : ‘Je suis d’accord avec vous sur les objectifs, mais je ne peux approuver vos méthodes d’action directe’ [19] (…) En réalité, ce n’est pas nous qui créons la tension en nous lançant dans l’action directe non-violente de désobéissance civique. Nous nous contentons de rendre visible une tension cachée qui existe déjà. Nous l’étalons au grand jour, là où elle peut être observée et traitée (…) Aussi la question n’est-elle pas de savoir si nous voulons être des extrémistes, mais de savoir quelle sorte d’extrémistes nous voulons être. Serons-nous des extrémistes pour l’amour ou pour la haine ? Serons-nous des extrémistes pour la préservation de l’injustice ou pour la cause de la justice ? »
      En quelques lignes seulement, l’essentiel est dit – et, sur la base de mon expérience, il me fait venir les larmes aux yeux. Surtout par rapport à une problématique aussi aliénante que la médicalisation [20] (qui ne souscrirait au noble projet de promouvoir « LA santé » ?), la priorité des vrais critiques du système, c’est une mission de dévoilement – de dévoilement des « tensions », justement, que ledit système s’efforce de dissimuler par tous les moyens : montrer les enjeux iatrogènes et financiers des bons apôtres tellement obsédés par notre « santé » qu’ils sont prêts à nous ruiner, à nous mutiler ou à nous envoyer en prison en l’honneur d’elle.”
      Marc Girard me bouleverse … pour de nombreuses raison. Les gens sont nombreux à le citer, je ne sais pas combien de personnes ont réellement compris le fond de son propos.

  15. Si vous ne savez pas quoi faire ce we, je vous recommande les films Bienvenue à Gattaca, Minority Report, Terminator (surtout le premier), Equilibrium, V pour Vendetta.
    Ces films posent des questions fondamentales sur la nature de la “révolution culturelle” désormais à l’oeuvre dans l’esprit qui inspire la politique macronniste (dont les caractéristiques sont détaillées dans le dernier article de Marc Girard).
    https://mobile.francetvinfo.fr/sciences/high-tech/l-intelligence-artificielle-un-tsunami-technologique_2679790.html#xtref=https://www.google.fr/
    “Révolution de la prévention” disait l’autre….

    1. Attention, contrairement au sujet “vaccins” je ne dis pas que tout ce dit Laurent Alexandre est faux.
      Lorsqu’il affirme que la France sera l’équivalent du Burkina Faso en 2050 (ou sais plus quand) si elle ne décide pas d’investir dans l’IA dès maintenant, je pense que son avertissement doit être pris au sérieux.
      Notre pays va perdre sa douceur de vivre et ses caractéristiques méditerranéenne… à cause de la technologie, c’est ça qui me fait mal.
      Peut-être qu’on était un pays bordélique, mais où était le mal ?

      1. c’est quand on commence à détester ce qu’on est en train de devenir, ou qu’on va devenir, qu’on est vieux. C’est pour ça qu’on nous fait mourir. Pour la sociologie, ça veut dire + de mosquées que d’églises, si t’aimes pas t’es mort

    2. J’ajouterais les livres “1984” d’Orwell et le “Meilleur des Mondes” d’Huxley, et le film de Lucas “THX1138”, ou encore le livre de Brunner “Tous à Zanzibar”.
      L’IA n’est pas un mal en soi, c’est sa finalité qui m’inquiète et au service de qui ? Toujours des mêmes ? Pour mieux nous contrôler ? Ce qu’on nous propose encore, c’est la course à l’escalade.
      C’est comme le feu ou l’énergie nucléaire, c’est ce qu’on en fait qui le rend utile pour l’humanité ou le contraire. Et si c’est dans les mains de quelque uns, cela commence mal, leur pouvoir ne fera que croître…
      Tous les soit-disant progrès pour l’humanité ont toujours fini par contribuer à la domination des uns sur les autres. Toute civilisation finit par s’éteindre “d’elle-même”, ce serait la clé du paradoxe de Fermi ?

      1. @Joss y Wales
        Si ce n’est fait la lecture de Lewis Mumford et de son « Technique et Civilisation » devrait aussi vous satisfaire. Pour ma part, c’est plus le pouvoir qui me parait poser question. Lewis nous raconte comment découvertes et inventions sont concomitantes dans l’histoire de l’humanité. Et c’est souvent par l’appropriation privative du pouvoir d’en jouir que s’organisent les puissants. Le pouvoir comme spécialisation devient impuissance pour le commun, toute quête d’un nouveau pouvoir séparé pour en venir à bout est alors vaine. Conquérir le pouvoir sur nos vies ne semble plus alors que la seule option raisonnable.

      2. Un autre sujet auquel je m’intéresse beaucoup (notamment le we dernier !) est le logiciel libre. Ce n’est pas un hasard si j’ai communiqué avec le Parti Pirate peu avant (avec les résultats qu’on sait). Comme le dit l’amiral, j’apprends …
        L’obligation vaccinale élargie aurait dû mobiliser tout le monde contre elle, y compris les vaccinalistes les plus farouches … parce que la menace qu’elle fait peser n’a (presque) aucun rapport avec les maladies infectieuses. Je continue à apprendre …
        Le monde de 2018 est un monde de science-fiction, c’est désormais mon point de vue. Les films que je cite, les livres que vous citez appartiennent désormais au champs des situations POSSIBLES.
        Donald Trump est le président américain, les smartphones existent, internet existe… le monde de 2018 est de la science-fiction.

        1. Absolument! J’ai regarde le vieux film catastrophe le opnt de cassandra avec burt lancaster et sophia loren ava gardner et j’ai trouve le scenario plausible!!!

  16. Pour les scientifiques:
    Le site Vaccine papers a édité une brochure sur le mécanisme de l’induction de l’autisme par l’adjuvant aluminique
    http://vaccinepapers.org/wp-content/uploads/Autism-brochure-Color-8.5×11.pdf
    Vaccine Papers Is Anonymous
    This blog is anonymous for these reasons:
    1) To avoid nasty “ad hominem” personal attacks and internet harassment.
    2) To focus attention where it belongs: the science. Our goal is to encourage people to look at the scientific evidence for themselves, and anonymity furthers that goal.
    3) “Argument by authority” is not respected here. What matters is the science, and nothing else.

  17. Le soucis n’est même pas de savoir si il y a un pouillième de plus de cas d’autisme (à ce propos CMT doit avoir un trouble su spectre), mais si il y a 10 cas d’autisme en plus sur les 800 000 personnes (un signal qu’ils ne pourront jamais voir, sur aucune étude) est-ce que cela vaut le coup mis en balance avec la vaccination contre la grippe ?
    La question de base est quel intérêt de vacciner les femmes enceintes ? Personne pour répondre à cela, pas même cmt enfermée dans sa pensée magique de la médecine qui sauve le monde et de sa place de médecin, supérieure aux autres.
    Dans un de ses derniers messages, elle poste une citation d’un livre..
    ““As I have elsewhere confessed, I have myself been responsible for ridiculous incantations with burning sulphur, experimentally proved to be quite useless, because poor people are convinced, by the mystical air of the burning and the horrible smell, that it exorcises the demons of smallpox and scarlet fever and makes it safe for them to return to their houses. To assure them that the real secret is sunshine and soap is only to convince them that you do not care whether they live or die, and wish to save money at their expense. So you perform the incantation; and back they go to their houses, satisfied.”
    La morgue de classe dans toute sa splendeur, et elle ne le voit même pas. C’est là son vrai visage.

    1. @Hervé_02, plus remonté que jamais… il semble avoir activement lu Marc Girard depuis la dernière fois. Ça annonce de la confrontation, de la désillusion et un peu d’espoir.

    2. Un petit bemol quand même.
      Elle a dit, je cite:
      “Cela n’empêche pas que je sois contre la vaccination des femmes enceinte pour des raisons approximatives et futiles. Je trouve qu’on est dans une logique de recul de la limite des risques acceptables chez les individus bien portants et qu’on devrait éviter, pour des raisons évidentes, d’exposer les femmes enceinte à des risques inutiles. »
      Elle dit simplement que d’après cette étude, on ne peut rien dire sur le lien entre autisme et vaccin contre la grippe chez la femme enceinte.
      Après, sa vision de la médecine est très occidentale et la place de l’intuition y est totalement absente.
      Il y a effectivement un certain mépris vis-à-vis des gens qui n’ont pas un raisonnement “scientifique” au sens où elle l’entend (l’EBM et uniquement l’EBM).
      Elle m’avait dit à un moment: “l’allaitement maternel, c’est bien mais ça n’est pas la panacée”.
      C’était pour enfoncer le clou face à ma vision “naturaliste” de la santé.
      Je sais intimement que l’allaitement, quoiqu’elle en dise, c’est la panacée puisque c’est ce qui est prévu pour le nourrisson, c’est quand même pas compliqué, pas besoin d’avoir fait 11 ans d’études.
      Ce qui ne veut pas dire qu’il suffit à lui seul à la bonne santé des bébés et des enfants plus tard, on est d’accord. Et effectivement, des bébés non allaités sont en bonne santé alors que d’autres qui l’ont été pas forcément.
      On en revient au mode de vie global, c’est pour moi une évidence. La santé est un tout.

      1. Que cela fait du bien de vous lire ! l’intelligence liée à l’ouverture d’esprit et l’honnêteté qui est indispensable. Merci MT cela fait du bien et cela fait longtemps que je voulais vous le dire !

        1. Merci Pascale! Vous êtes bien aimable!
          Merci à Inox aussi avec qui je me sens si souvent en résonance même si je ne le dis pas toujours…
          Heureusement qu’on n’est pas seuls…

      2. Elle n’est pas pour aucun vaccin, mais celui qui ose poser la question de quel vaccin il faut faire est un anti vaccinaliste. avec qui elle ne veut pas discuter. Elle rabâche à chacune de ses interventions que les médecins non mainstream sont des charlatans et que seul la science EBM est valable, mais elle n’est capable de produire AUCUNE étude montrant l’intérêt réel d’un seul produit.
        Son EBM est basé sur sa pratique et englobe les trucs qui n’ont pas encore été désavouée par une étude qui n’a pas pu être réfutée.
        Elle se pose comme dans la citation qu’elle nous livre, comme celle qui sait parce qu’elle est médecin. et que elle, fait de la science. Lorsqu’on lui met sous le nez les scandales qui se suivent et se ressemble, soit elle élude en expliquant que cela n’est pas une preuve pour les charlatans, soit elle admet que certaines études de médicaments sont fausses mais qu’on ne jette pas le bébé avec l’eau du bain. C’est cela la science, des études qui deviennent fausses. Comment croire que celle qui ne sont pas fausses aujourd’hui ne le seront pas demain ? et donc que le produit est dangereux sans qu’on le sache vraiment ?
        À aucun moment elle n’est capable de donner une seule étude prouvant le bénéfice d’un seul vaccin. Elle a du en chier pendant ses études, elle doit probablement en chier si elle est toujours en pmi avec un chef qui … est un chef. et elle se venge en extérieur en se posant sur son piedestal de médecin qui pique tous les bébés qui lui passent sous la main, parce qu’aucune étude ne prouve avec certitude que c’est mauvais. Le fait qu’aucune étude ne prouve avec certitude que c’est bon ne la dérange aucunement. Parce que c’est la science, celle qui tue les gens.
        ps : je connaissais marc girard bien avant ce blog, lorsque je commençais à montrer un dossier pour le défendre devant un tribunal le jour ou je devrais y passer.

        1. Je préfèrerais qu’on commente les textes de tonton Marco plutôt que ceux de tatie CMT ; vous lui donnez trop d’importance !
          Pourquoi ne pas discuter les profondes pensées ministérielles pendant qu’on y est ?

      3. Sur la santé des bébés allaités ou pas. Ce que l’on sait c’est que l’allaitement n’est pas que de la nourriture.
        Pour prendre un exemple pas politiquement correcte, c’est comme faire l’amour avec une femme ou avec une poupée gonflable… ce n’est pas parce qu’on fait l’amour avec une poupée gonflable qu’on est en mauvaise santé.
        … seins .. plastique… toussa… patapé

        1. Ah bon ?
          Tiens, tiens…
          Et si j’essayais ?
          Je n’y avais pas pensé. Je vais proposer cette expérience à la Princesse ; à trois, c’est mieux dit-on …

        2. @ Herve_02, Inox
          Bien sûr que l’allaitement n’est pas que de la nourriture, m’enfin!
          Sinon, pour herve_02, si vous êtes en forme, vous pouvez aller sur ce site d’un jeune confrère anesthésiste (un type plutôt sympathique et mesuré par ailleurs mais qui a signé cette fameuse lettre des fake médecine, mon Dieu!!)
          Vos arguments sont très intéressants je trouve, peut-être que vous pourriez lui en faire part?
          http://www.nfkb0.com/2018/03/28/fakemed/#comments

      4. @ MT :Effectivement, la nature a prévu de multiples et curieuses façons pour protéger par l’ allaitement les “petits” de certaines espèces , voyez plutôt :
        https://www.francetvinfo.fr/sante/decouverte-scientifique/un-espoir-pour-la-recherche-et-si-le-lait-d-ornithorynque-devenait-un-nouvel-antibiotique_2678174.html
        et son lien scientifique :
        http://journals.iucr.org/f/issues/2018/01/00/cb5104/index.html
        donc, l’allaitement ne sert pas seulement à nourrir mais aussi à protéger, certains on tendance à l’oublier.
        Espérons pouvoir profiter de cette découverte … sans exterminer ce pauvre petit mammifère.

  18. MAis si on regarde les chiffres bruts, table 3, l’incidence de maladies faisant partie du spectre de l’autisme (c’est plus large que l’autisme comme définition !) :
    – d’une part parait énorme : 1,54% des naissances SANS vaccin vs 1,69% si VACCIN pendant la grossesse
    et 1,91% si VACCIN au 1er trimestre.
    – d’autre part l’augmentation liée statistiquement à la vaccination est peanuts: +0,15% Donc un si petit ∆ c’est minuscule et peut on réellement croire que ce soit mesurable. En plus dans une étude non contrôlée !
    Après comment interpréter le chiffre T1 ; là on a un ∆de 0,37% c’est vraiment difficile avec de si petites différences de croire à une causalité.
    SI ces chiffres dénotaient une efficacité allez au hasard… des statines contre la myxomatose verte, je n’y croirait pas et même en essai controlé. Comme disent les anglos, what’s good for the goose is good for the gander, ou ce qui vaut pour l’un vaut pour l’autre mais l’oie et le jars c’est plus ecolo.
    La statine diminue le risque de myxomatose (verte) de 0,37% : vous en pensez quoi ? Moi je pense que parler de causalité avec une telle différence c’est pas crédible.
    On va me dire “oui mais sur 1 million de naissance un petit pourcentage ça fait un grand nombre.
    Mais on ne sait pas si on représente 1 million de naissances.
    Il y a des sceptiques qui tiquent sur des différences de moins de 2% sur les pourcentages absolus .
    ET regardez les mini chiffres d’incidence chez les enfants de vaccinées : 22 tiens il faudrait faire un test d’indice de fragilité si on a le droit.
    Et en plus ce ne sont pas des enfants autiste (pas tous) mais ayant un “ASD”.

    1. Vos observations sont à la fois très intelligentes et très naïves ; c’est avec ça qu’on fait les bons chercheurs…
      C’est en cherchant des aiguilles dans les bottes de foin qu’on trouve des trésors !
      Les chiffres d’incidence exprimés de façon relative (en %) ne veulent pas dire grand chose ; mais c’est une façon pratique en épidémiologie…
      On corrige avec des calculs de probabilité pour vérifier si ça a du sens.
      Sachant que 800,000 bébés environ naissent en France chaque année et qu’on veut les vacciner sous obligation, les rares complications peuvent faire des tragédies familiales impliquant 12 ou 20 personnes chacune.
      Il faut donc identifier des signaux qui ne sont que des signaux et pas la réalité du risque !
      Comme repérer un sous-marin lance-torpille dans l’Atlantique… Même un seul peut faire de gros dommages, quoique son volume rapporté au volume de l’Atlantique !
      Comparer les statines et les vaccins pendant la grossesse ma parait incongru…
      Mais vous êtes un sceptique, ce qui vous honore, mais les Ministres détestent les sceptiques ; soyez prudent en sortant de chez vous ; un accident est si vite arrivé !

      1. Je ne comprends pas votre réponse, mais j’ai un repas (méditerranéen, quoique sans vin) à digérer.
        Je vais réfléchir … Et j’y reviens éventuellement.
        Ceci dit comparer les vaccins pergravidiques et les sous -marins nucléaires…. est-ce mieux que les statines et les vaccins pergravidiques ? Non mais alors hein ! Je crois qu’il y a des de Lorgeril dans la Marine d’ailleurs ça doit être ça, l’ADN, mitochondrial ou pas ….
        Bon on se marre.
        Je me mets en immersion digestive.

  19. L’article précédent s’intitulait :
    ” L’intelligence artificielle en santé : un risque pour la liberté individuelle ???”

    1. l’intelligence c’est une réflexion, qui prend en particulier en compte des éléments nouveaux, par définition non répertoriés. C’est la définition qu’on pourrait en donner.
      Un exemple volontairement caricatural entre “algorithmes” (je ne sais pas ce que c’est mais ça sonne bien) et intelligence :
      Avant la guerre et prenant en compte les données depuis 5000 ans, 1 algorithme a décidé de construire la ligne Maginot. Au même moment 1 être doté d’intelligence (de Gaulle) écrivait 1 livre pour expliquer pourquoi ça ne servirait à rien. La différence entre lui et le calculateur ? : il a pris en compte de nlles données subtiles que personne n’avait pensé à faire rentrer dans la machine…
      Voilà pourquoi il n’existe pas d’intelligence artificielle, contrairement à ce que dit Bill Gates, mais pas notre mathématicien à l’araignée. Les ordinateurs seront toujours des cons

      1. Mon Filon,
        Les ordinateurs sont des machines et pas « L’origine du monde » et c’est bien comme ça ! Un outil est l’extension de la main et pas la main, l’artifice consistant, comme toujours, à faire de l’objet le sujet et des sujets à un ordre divin, fut-il matérialiste. Le spectacle marche la tête à l’envers, ce que nous comprenons en le remettant à l’endroit. Pour l’origine du monde, j’ai d’autres options plus avenantes…

          1. C’est vrai que du “u” au “n” y’a pas loin ! A force de regarder le monde la tête en bas je les confonds. Mon Filou, donc, tu votes comme tu veux et l’origine du monde c’est sûrement ce que l’on peut faire de plus sexy.

          2. Comme dit le proverbe chinois : « ne te laisse pas tromper par la forêt qui cache l’arbre » , comprenne qui pourra !

      2. Mais il nous mettent deja une pilee au Go …
        Pour travailler assez souvent avec des reseaux d’apprentissage profond, ce postulat theorique pourrait bien etre remis en cause a moyen terme …

    2. La France dévoile son plan pour devenir un leader de l’intelligence artificielle
      Par AFP le 29 mars 2018
      Pour que la France “ne rate pas le train de l’intelligence artificielle” (IA), Emmanuel Macron présente jeudi un plan ambitieux pour développer cette nouvelle technologie en passe de révolutionner l’économie et la société, actuellement dominée par les Etats-Unis et la Chine.
      Attirer les meilleurs chercheurs, créer un centre français de niveau international, développer une politique des données, faire émerger des champions français et engager une réflexion sur l’éthique et la régulation de ces innovations qui inquiètent : voici les grands axes que doit annoncer le chef de l’Etat, accompagnés d’une enveloppe financière conséquente.
      Son programme s’inspire du rapport commandé en septembre au mathématicien et député (LREM) Cédric Villani, qui a piloté plus de 300 auditions auprès d’experts du monde entier.
      L’objectif est de propulser la France parmi les champions de ce domaine où elle dispose d’un savoir théorique indéniable et de cerveaux recherchés, mais manque encore de groupes leaders.
      Coup d’envoi de cette initiative, plusieurs géants internationaux ont annoncé mercredi soir l’implantation en France de grands centres de recherche en intelligence artificielle.
      Le coréen Samsung va installer à Paris son troisième plus grand centre de recherche, fort à terme de plus de cent chercheurs, et le japonais Fujitsu y ouvrira son premier centre de dimension européenne. D’autres grands groupes devraient faire des annonces dans la journée.
      Des décisions liées non pas à des subventions mais à l’attractivité retrouvée de la France, qui profite aussi du Brexit et d’un “effet Trump”, explique l’Elysée. L’image améliorée de la France avait déjà été illustrée par le succès du sommet de Versailles “Choose France”, opération de séduction organisée cet hiver par Emmanuel Macron pour convaincre les grands groupes d’investir en France, y compris ces Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple) que la France veut taxer davantage.
      Le président a aussi reçu à dîner mercredi à l’Elysée une quinzaine de sommités mondiales du secteur, dont le Français Yann Le Cun (chef de l’IA chez Facebook), la Japonaise Noriko Araï, qui a conçu un robot capable de réussir un examen d’entrée à l’université ou le Britannique Demis Hassabis, fondateur de DeepMind, père du logiciel AlphaGo qui a battu en 2016 le plus grand maître mondial de go.
      – Ethique –
      Jeudi, un sommet de l’intelligence artificielle organisé au Collège de France rassemble les grands noms du secteur avant d’accueillir vers 15H00 le chef de l’Etat.
      L’enjeu est aussi de faire revenir en France ces chercheurs français devenus des stars à l’étranger, comme Luc Julia, l’inventeur de Siri chez Apple passé chez Samsung, qui dirigera le futur centre de recherche parisien du groupe coréen.
      Le chef de l’Etat devrait également annoncer des mesures pour encourager l’utilisation de l’IA par les services publics et soutenir les projets de recherche et les start-ups du secteur, afin de développer un “écosystème français de l’IA”.
      La stratégie française veut s’inscrire dans un cadre européen, pour que l’UE devienne un grand acteur mondial du secteur, explique l’Elysée, d’où la participation au sommet de jeudi de représentants de l’Allemagne et de la Commission européenne.
      L’intelligence artificielle, qui rend possibles des technologies comme la voiture autonome, les commandes vocales, la traduction automatique, la reconnaissance faciale, l’anticipation des comportements ou les robots capables de tâches encore inimaginables, suscite aussi de fortes craintes.
      Beaucoup craignent des atteintes à la vie privée ou une destruction massive d’emplois que des machines intelligentes pourraient occuper.
      Si 70% des managers et dirigeants sont prêts à travailler avec une intelligence artificielle, seuls 44% des salariés y sont favorables, selon un sondage paru mercredi.
      La France a en tout cas beaucoup à faire pour rattraper le peloton de tête. “Les pays les plus en avance sur l’intelligence artificielle, ce sont les Etats-Unis, la Chine, l’Angleterre, le Canada et Israël, et nous n’y sommes pas”, a expliqué mercredi Cédric Villani sur France Inter.
      Le rapport préparé par le mathématicien met donc l’accent sur les efforts à faire pour garder en France les cerveaux, avec un doublement des salaires des chercheurs en début de carrière et un environnement de travail favorable.
      Il identifie quatre domaines où la France doit concentrer ses effort: santé, transports, environnement, défense.
      Côté éthique, il recommande la création d’une instance indépendante, “qui puisse être saisie par le gouvernement comme par les citoyens, et qui nous dise +voilà ce qui est acceptable ou non acceptable+”, estime Cédric Villani.

      1. On peut dire que les médecins qui prescrivent des statines ont une intelligence très artificielle dans le sens défini par le Larousse: “qui n’est pas conforme à la réalité”…

      2. Voiture sans conducteur: ici Jermy clarkson,presentateur veteran d’une emission de tv, a essaye un prototype d’auto entierement dirigee par un robot sur les voies expresses a l’heure de pointe il a declare n’avoir jamais eu aussi peur de sa vie car il a par 3 fois fleure un accident grave.
        Il dement la pub et le tapage opsitifs qui sont faits autour de ces engins.
        Quand a fesseboucque, avec le scandale de cambridge analytica qui vient d’exploser, on verifie bien que les donnees recoltees et analysees vont servir en premier chef a manipuler les populaces, dans ce cas influencer leur vote.
        La reconnaissance faciale….bah une intrusion de plus dans la vie privee a des fins pas forcement d’utilite publique…
        j’ai moi meme servi de cobaye en 2004/5 pour un test de rf qui se tenait a l’institut de neurologie a queens square,ostensiblement pour aider certains malades du cerveau.. ” jeunes americains conduisant les tests..apres le test, j’ai demande tout a trac si la recherche n’allait pas plutot servir a creer un software de reconnaissance faciale a des fins autres que d’aider des malades.
        Il y a eu un long silence,ils se sont regardes.
        Bah 13 ans plus tard la police ici essayait leur logiciel tout neuf sur les spectateurs du carnaval de notting hill.Ils n’ont repere aucun criminel recherche parmi des milliers de fetards,mais c’est peut etre parce qu’ils avaient au prealable apprehende a leur domicile des dizaqines de suspects (qui n’avaient encore rien fait) pour les empecher d’assister au carnaval.
        autrement dit une sorte de prevention du crime assez arbitraire.(Ils les relachent apres)
        Le carnaval attire de nombreux touristes du monde entier.

    3. Bah vous pouvez laisser tomber le point d’interrogation je pense.
      article de journal sur (publicite pour?) Oxford Nanopore dirige par le dr Sanghera.
      Createur d’un lecteur de dna super rapide, qu’il projette de commercialiser tout public, avec les donnees transferables sur un tel portable.
      ensuite, connection avec un programme d’IA qui traduira en resultats diagnostiques et suggestion de traitement.
      Un simple echantillon de salive suffira.
      On voit bien les abus posssibles que l’article ne souleve pas du tout.
      Les emplois devoyes par les assureurs, employeurs ,etats, concurrents, ennemis personnels etc.
      L’obligation a des traitements douteux, alors meme pour le gene du cancer du sein, il n’est pas automatique que la femme souffrira du cancer, d’autres facteurs primant.
      C’est deja la, et lwes investisseurs et actionnaires se lechhent les babines car c’est du gros profit.
      de l’arnaque ausssi, je connais une personne qui a paye cher un test d’adn pour tenter de resoudre ses problemes d’allergies, ellle a recu tout une liasse d’infos sans rapport et aucune solution.

  20. Une machine qui apprend toute seule ou encore un ordinateur capable de se faire passer pour un humain* ? L’intelligence artificielle (IA) est partout mais sa définition semble encore bien floue. Toutefois, les enjeux éthiques qu’elle soulève doivent être interrogés. Aurélien Dutier, philosophe et chargé d’étude à l’espace Ethique des Pays de la Loire, en évoque les contours, en particulier en matière de médecine et de santé.
    « Il est difficile de définir le terme d’intelligence artificielle, dans la mesure où la définition même de l’intelligence fait l’objet de débats », explique Aurélien Dutier. S’agit-il d’une simple somme de connaissances ? De la capacité à prendre une décision en fonction de plusieurs critères ? Ou encore celle d’interagir avec un environnement ? Comment déterminer qu’une machine possède une forme d’intelligence, qu’elle est davantage qu’une machine surpuissante ?
    Malgré ces questions toujours en suspens, l’intelligence artificielle va entrer de plain-pied dans plusieurs domaines en France. C’est ce qu’a annoncé Cédric Villani, mathématicien et député pour le mouvement La République en marche, sur France Inter ce matin du 28 mars 2018. Avant de rendre public un rapport qu’il a lui-même rédigé sur le sujet. Il a notamment révélé que l’IA avait vocation à être développée dans 4 secteurs : la santé, le transport, la défense et l’environnement.
    La médecine, un secteur sensible ?
    Dans le secteur de la santé donc, l’IA recouvre actuellement de manière concrète plusieurs compétences. Les algorithmes concernés ont notamment pour but de simuler les facultés cognitives humaines afin d’aider à la décision médicale. Exemple, le logiciel informatique Watson, développé par la firme IBM, est capable d’analyser toutes les données d’un patient (ses symptômes, les consultations médicales, ses antécédents familiaux, ses résultats d’examen…) afin de lui appliquer un savoir scientifique pour déterminer le meilleur traitement.
    Selon Aurélien Dutier, la machine dotée d’une forme d’intelligence peut en effet aider à la décision. « Sur des éléments d’arbitrage, la machine peut aider à raisonner de façon plus objective », note Aurélien Dutier. Certains algorithmes pourraient ainsi améliorer la prise de décision, par exemple pour une greffe. En matière de prise en charge du diabète, des scores sont en outre actuellement élaborés pour déterminer quels patients bénéficieraient d’une opération de chirurgie bariatrique en fonction de nombreux facteurs de risque et critères de bénéfices.
    Mais peut-on pour autant envisager de déléguer tous les choix et les diagnostics médicaux à l’IA ?
    Prévention en santé contre liberté ?
    Autre problématique, celle de la liberté individuelle. Dans le but de développer la médecine personnalisée, de nombreuses données de santé vont être et sont déjà compilées par des ordinateurs puissants mais exposés au risque de piratage ou de détournement d’usage. « Si on détient une foule d’infos sur une personne, on a un pouvoir, une toute puissance sur elle », souligne Aurélien Dutier. « La protection du secret médical, le risque d’intrusion dans vie privée, dans l’intimité sont autant de problématiques soulevées par ces big data en santé. » Ainsi la sécurité des données est-elle un enjeu majeur, dans le contexte d’expansion des dispositifs associés à l’intelligence artificielle.
    A ce sujet, Cédric Villani estime la France et l’Europe plus protectrices et plus conscientes des risques que les États-Unis sur le sujet. Pays où ont éclaté des scandales concernant l’exploitation des données personnelles par les géants du web comme Facebook avec la société de communication stratégique Cambridge Analytica. Ce qui n’écarte pour autant pas tout risque à ce sujet.
    Enfin, le totalitarisme guette peut-être là où on ne l’attend pas. Avec à l’esprit un but louable, celui de protéger les personnes âgées des chutes par exemple, la santé connectée pénètre de plus en plus dans leurs maisons. Objectif, le maintien à domicile. Mais « n’est-ce pas aller trop loin dans la surveillance au quotidien, risquant ainsi de remettre en question liberté de la personne de vivre en dehors de normes médicales imposées » ?
    *Le test de Türing (Alan Turing) a pour but de déterminer si une machine est capable d’imiter suffisamment l’intelligence humaine pour se faire passer pour un humain. Ce fut le cas d’ELIZA, un algorithme mis au point dans les années 1960.
    Tiré de “Destination Santé”
    Pardon pour ce énième hors série ! …

    1. Detournement d’usage est entrain de se faire ici.Depuis longtemps deja la nhs signale benevolement les etrangers suspectes d’etre sans papier au ministere de l’interieur.
      recemmnet l’accord a ete systematise et rendu public.Pour les noms et adresse, les coordonnees.
      Maintenent le gouvernement veut aller plus loin: s’introduire dans les dossiers confidentiels meme des etrangers, une mesure en preparation qui est contestee au tribunal par l’association Liberty Human rights.
      Cela en plus de la creation d’une enorme banque de donnees sur tout le monde reunissant pour chaque individu tous les registres gouvernementaux y compris photos, videos.
      En parallele, l’etablissement systematique des programmes de reconnaissance faciale qui vont etre generalises par les polices.
      le droit a la vie privee, a l’anonymat sont deja bien loin et brexit qui n’est meme pas encore acheve!

  21. Un article disparu a relire avec intérêt et qui place certaines pièces du puzzle :
    “Four clear, replicable, and related discoveries explaining how autism is triggered are forming an undeniably clear picture of autism’s causation, and possibly ways to alleviate the symptoms, too.”
    “What you’re about to read is the product of more than two dozen very recent peer-reviewed published scientific studies” (AoA)
    https://web.archive.org/web/20180313132231/https://healthcareinamerica.us/did-chinese-scientists-find-autisms-missing-puzzle-piece-2d50be5b9122
    On peut se poser la question des raisons de sa disparition.

    1. Merci beaucoup.
      Les articles cités et le principal soulèvent beaucoup de questions ; mais, curieusement, rien ne va à l’encontre de l’étude montrant le rôle important de la vaccination pendant le 1er trimestre ; à moins que ça m’ait échappé ; ce qui n’est pas impossible !

      1. Dr. Patterson : “I think that universal vaccination of pregnant women could get us into a whole new set of problems”

      2. L’argument de CMT est: comme on ne peut pas comparer les femmes vaccinées avec les femmes ayant eu la grippe au premier trimestre en raison de l’échantillon trop faible dans le second cas on ne peut rien dire.On peut tout de même comparer les femmes vaccinées au premier trimestre par rapport aux non vaccinées. Le risque est faible d’avoir la grippe sur 3 mois par contre c’est 100% de chance de recevoir les virus et ce qui va avec en étant vacciné. J’espère que vous me suivez. Si l’on compare vaccinées au 1er trimestre/ non vaccinées, c’est encore plus effrayant.
        Je repense aux courbes des SEP et autres maladies apparentées avec une explosion des cas après la campagne du vaccin contre la hépatite B. Là encore c’était un coup du hasard.
        J enrage!.Quand je pense que j’ai acheté ce vaccin durant plusieurs années ! En 2019 il ne sera plus utile d’aller voir son médecin pour recevoir le vaccin anti grippe. Merci beaucoup pour cet article.

        1. Évidemment !
          Merci !
          Un peu cucul, la CMT ; je n’ai pas eu le courage de répondre ; parfois je désespère de tant de bêtises…
          Mais en fait j’ai tort, depuis jésus Christ, la bêtise a toujours fini par perdre mais il faut du temps…
          Ça fait 40 ans que je vis ça en médecine et je ne suis toujours pas habitué…
          Alors je relis la Bhagavad-Gîtâ et je me remets dans l’esprit que je ne suis qu’une fourmi et que c’est le Grant Tout qui finalement fera le ménage…
          Mais je conclue toujours en me disant qu’à ce moment-là j’aimerais bien tenir la balayette ou la petite pelle…
          “Vilaine” pensée à chasser très vite car (40 ans d’expérience), au moment du “petit” ménage, les idiots d’hier ont depuis longtemps déserté…
          Les désertions se multiplient dans le monde du cholestérol ; voyez le pitoyable “flop” du dernier essai avec un anti-PCSK9 (ODISSEY) !

    1. Dans les réunions publiques organisées pour “informer” [c’est-à-dire “désinformer” de façon organisée] le public, si vous émettez un doute, vous êtes vite privé de microphone…
      Dans le monde hypervaccinaliste, le doute et l’humilité n’existent pas. C’est la grosse caisse !
      N’oubliez pas les slogans qui ont stigmatisé deux Ministres :
      – l’une nous a dit : “la vaccination, ça ne se discute pas !” Boum !
      – l’autre nous a dit : “la récréation est finie !” Re-Boum !
      Depuis la période insalubre qui précéda Mai 68, je n’ai jamais vécu une telle arrogance stupide abuser de son pouvoir de façon aussi sinistre !

      1. Pour ma part je suis ENTIÈREMENT en accord avec les 2 ministres : pour la première la vaccination ça ne se discute pas, ça s’étudie, alors étudions ! Que disent les vraies études ?
        Pour la seconde, il serait temps en effet que les “experts” arrêtent de faire n’importe quoi avec les statistiques. C’est ce que me disait un collègue statisticien vers l’an 2000 “On devrait interdire aux médecins d’utiliser la statistique, ils font n’importe quoi avec !” Comme par exemple d’utiliser des souris non fécondées pour étudier une durée de gestation !!!
        Oui, oui, sous forme analogique c’est à dire en fait, conserver dans les calculs des cas non vaccinés pour étudier l’éventuelle incubation entre cette vaccination qui n’existe pas et l’apparition de la maladie. Et ce avec des conséquences impressionnantes car c’est ainsi qu’a été obtenu en 2008 un signal statistique qui fit grand bruit, celui sur les “observants au calendrier vaccinal” et qui en réalité n’existe pas ! Voir les détails dans mon article
        http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2018/02/07/36121962.html
        Sur ce coup là tous sont ridicules : les auteurs bien sûr mais aussi les commentateurs “autorisés” qui n’ont pas vu que le signal n’existait pas pour chercher à le neutraliser en allant chercher le risque de première espèce pour classer le signal comme de nature aléatoire. Pourtant, on ne peut évoquer cette possibilité que si on a renouveler suffisamment les données. 20 renouvellement donnent en moyenne un résultat significatif alors que tout va bien. En médecine il est pratiquement IMPOSSIBLE de renouveler autant de fois les données. Les “experts” confondent avec une exploration des données qui consiste à faire varier l’objet du test parmi les mêmes données. Ce n’est pas du tout la même chose !!!
        J’ai expliqué cela et d’autres choses au congrès Adelf-Sfsp d’Amiens en octobre 2017 devant plus de 100 épidémiologistes, ils étaient sciés à la base. Résumé et diaporama sur adelf-sfsp.fr/?p=15493 Il serait temps de siffler la fin de la récrée, en effet !!!
        A écouter aussi, Roger Salamon (10 ans président du HCSP) qui, il y a une semaine, affirmait sur une radio bordelaise qu’il y a eu des cas de sclérose en plaques liés à la vaccination hépatite B https://www.youtube.com/watch?v=Ga_EPBp7ubk (vers 40′)

  22. Cher Dr de Lorgeril, j’aimerais vous poser une question.
    Dans votre billet vous dites : « Cette situation est catastrophique pour un épidémiologiste car il n’a pas de groupe témoin (sans aucun des vaccins suspects) pour évaluer l’impact de ces mêmes vaccins sur le risque d’autisme. »
    Des populations telles que les Amish ne peuvent-elles pas servir de groupes témoins?

    1. Bravo !
      Vous avez tout compris : les Amish pourraient servir de groupe contrôle ! Ils sont contre tous les vaccins : pas de mercure, pas d’aluminium, pas de ROR !
      Et, comme par hasard, l’autisme chez les Amish c’est inconnu ou très rare…
      Sauf que les Amish, descendants de migrants helvètes, ont des modes de vie particuliers et aussi peut-être une génétique particulière. Comment tenir compte (ajuster) pour ces facteurs de confusion ?
      Le premier pseudo-statisticien cucul-la-praline du Ministère va venir vous dire que les Amish sont protégés de l’autisme parce qu’ils n’utilisent pas l’électricité ou le moteur à explosion…

        1. Les Amish “intéressants” [comme groupe témoin] sont ceux qui sont étudiés et répertoriés… Et chez ceux-là, non seulement on connait la prévalence de l’autisme (pas en 1984) mais aussi le taux de couverture vaccinale : presque nulle !
          Les “autres” Amish (mal répertoriés et non étudiés) sont sans intérêt, certes !

          1. Dr. Eisenstein had over 40,000 un-vaccinated, healthy children in his practice – most delivered at home. The children in his practice had little or no asthma, allergies or any of the chronic illnesses seen in countless children today.
            And they had NO autism!
            Dr. Mayer Eisenstein, célèbre medecin americain
            “We have about 30,000 or 35,000 children that we’ve taken care of over the years, and I don’t think we have a single case of autism in children delivered by us who never received vaccines.

          2. Merci ; mais, comme pour les Amish, on pourra dire qu’il y a d’autres facteurs qui expliquent l’absence supposée d’autisme dans sa patientèle…

          3. hé oui. Il faudrait faire des comparatifs à grande échelle entre des populations très vaccinées (disons plus de 10 / 15 injections) avec des populations peu ou pas vaccinées du tout, mais qui ont le même cadre de vie (globalement).

          4. Merci pour la prudence, et de ne pas se jeter sur les Amish comme la misère sur le pauvre monde (c’est une image)

    2. incomparable en terme d’effectifs. (moins de 400 000 personnes), et leur mode de vie ne permettrait pas d’exclure d’autres facteurs.

  23. Je déclare que j’ai été vaccinné contre la grippe au premier trimestre de ma grossesse, et mon enfant est autiste. Tous les médecins le disent de faire attention à ce que l’ont consomme enceinte, surtout des medicaments. Je ne verrais pas pourquoi ça serait différent pour les vaccins. Ça fait beaucoup de sens pour moi.

    1. Les vaccins auxquels a été soumis votre enfant ont peut-être aidé également. Je ne pense pas qu’on naisse autiste.

  24. Quelle bouffonnerie cette histoire de fièvre autistisante depuis le temps on s’en serait pas aperçu? Dans les années 70 quand le taux d’autiste était de 1/5000 naissances les américaines vivaient sous bulles et plus aujourd’hui? Et la fièvre post vaccinale serait comparable à un train d’hyperthermie lié à la vraie grippe, vraiment?
    Dans un cas rien ou un fébricule isolé, dans l’autre rien ou des fébricules ou un train de fortes hyperthermies sur sept jours, laquelle de ces fièvres seraient vraiment suceptibles de produire le plus de dégâts si ce phénomène était en cause?
    Oh! MT, au fait, tu sais qu’on a une interview exclusive d’Andrew Wakefield à l’aimsib et qu’on sait pas quoi en faire? Que tous les co-redacteurs de son article ont été blanchi du soupçon de fraude sauf lui car s’étant installé au Texas il a été le seul à ne pas faire appel?
    On ne va pas annoncer tout ça à CMT on risquerait de la déstabiliser dans ses psychorigides certitudes! (mais on le fera un jour, sois-en sûr)

  25. Ce qui est extrêmement révélateur, c’est que dans la plupart des domaines, médecins et chercheurs s’échinent à rendre leurs résultats plus spectaculaires, mais que sur certains sujets de santé publique très sensibles, comme les vaccins par exemple, il font tout pour atténuer leurs conclusions. C’est vraisemblablement le prix à payer pour être publié.

    1. Publiés et surtout recontractualisés : dans une économie marchande et spectaculaire, la seule valeur est marchande ; si tu n’es pas achetable, tu ne vaux rien car tu n’as pas de “valeur”…

  26. En cherchant une énième fois des informations sur la diphtérie, je suis tombé sur cette page de santépublique france d’octobre 2017
    https://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Vaccination-des-jeunes-enfants-des-donnees-pour-mieux-comprendre-l-action-publique
    ou on trouve un PDF (tout en bas)
    “Dossier pédagogique n°2, Vaccination : la protection collective”
    https://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Vaccination-des-jeunes-enfants-des-donnees-pour-mieux-comprendre-l-action-publique/Dossier-pedagogique-n-2-Vaccination-la-protection-collective
    ou l’on apprends que le vaccin diphtérie provoque, bien inattendue, une immunité de groupe ! en effet si les nourrissons sont hautement vacciné la population serait protégée !
    selon eux, vacciner quelques centaines de milliers d’enfant protegerait des dizaines de millions d’adultes… (derniere estimation couverture vaccinale diphtérie, selon l’INVS, 34%)
    bien sur, aucune source ni étude pour corroborer leurs assertions.
    les adeptes de la pensée magique gobent ca tout cru…

    1. C’est tragique une telle bêtise : le vaccin antidiphtérique n’est pas un vaccin altruiste qui empêcherait la circulation de l’agent pathogène ; c’est du storytelling de basse-cour.
      Ce qui est raconté à propos de la résurgence de la diphtérie dans l’ex-URSS est en contradiction avec les solide données produites par les épidémiologistes sur place et aisément disponibles…

  27. Bonjour,
    Les conclusions de l’étude ne m’étonnent guère, mais je serais curieux de connaitre le statut vaccinal des 200000 nourrissons également.

  28. Ah!
    “Finally, we conducted a POST HOC analysis to adjust for multiple comparisons using the Bonferroni correction and a sensitivity analysis to determine the effect of potential unmeasured confounders.”
    Donc c’est une fois le résultat connu qu’on ajuste ?
    Et je n’ai pas trouvé le protocole publié avant résultat sur
    https://clinicaltrials.gov/
    C’est vrai que ça fait louche même pour un vaccinofavorable relatif comme moi.
    Vous l’avez vu, vous ?

  29. @ MDL
    Je n’ai absolument pas les compétences pour analyser les biais de ce type d’études et m’en réfère aveuglément à vous (ben oui, que voulez-vous! Il faut bien admettre ses limites, hein!).
    J’essaie quand même de rester lucide, l’autisme c’est compliqué…
    Mais de toutes façons, je sais que les vaccins sont potentiellement nocifs et que leur utilité est plus que contestable, autisme ou pas (je prends sur moi pour ne pas dire ce que j’en pense vraiment car après tout, mon intuition vis-à-vis de ce type de médicaments ne regarde que moi; d’ailleurs qui a encore conscience que les vaccins sont des médicaments?).
    Bref, je relaie ici une intervention de CMT sur le site de docteur du 16 concernant cette étude:
    “ce que laisse entendre cette étude sur association entre vaccin contre la grippe et autisme pendant le premier trimestre de la grossesse, étude que je n’ai pas lue en détail http://vaccinepapers.org/wp-content/uploads/Association-Between-Influenza-Infection-and-Vaccination-During-Pregnancy-and-Risk-of-Autism.pdf , c’est que l’association pourrait être due à la fièvre,qui serait elle-même un facteur possible d’autisme pendant la grossesse, ou bien être due au hasard. En effet, il est probable que la fièvre étant un effet indésirable relativement fréquent de beaucoup de vaccins, et la grippe ne touchant en moyenne que 2 à 4% de la population, vacciner toutes les femmes enceinte pourrait provoquer de la fièvre et donc l’autisme de manière plus fréquente que l’infection par le virus de la grippe. Mais les facteurs de confusion sont multiples, entre autres parce que le diagnostic de troubles du spectre autistique est à la fois vague et aléatoire. “

    1. Le moins que l’on puisse dire c’est que CMT et “docteur du 16” livrent ici leurs terribles limites : “ce que laisse entendre cette étude sur...” ou bien “étude que je n’ai pas lue en détail” !
      Voilà des gens pas très sérieux ; y a des fois où il vaut mieux la fermer, comme disait le Pr Tournesol.
      Cela dit, la question posée par CMT n’est pas sans intérêt au-delà des bricolages statistiques de ces malheureux investigateurs : c’est la plausibilité biologique.
      Ne jamais perdre de vue cet aspect, que je résume par : “Pas d’épidémiologie sérieuse sans physiologie compatible !”
      Son histoire de fièvre est intéressante ; car la fièvre traduit une réaction immunitaire systémique en relation avec le cerveau.
      Il y a un système immunitaire spécifique dans le cerveau. Et chez les bébés aussi ! idem pour le fœtus.
      Comment est-il au cours du 1er trimestre ? Qui le sait ?
      Injecter des protéines virales à la maman est bien autre chose qu’être exposée au virus de la grippe par voie respiratoire… Pas impossible, ou fort probable, que ces petites protéines passent à travers le placenta.
      Comment peut réagir un cerveau en formation quand il est exposé à des protéines virales ?
      Bon j’arrête et je résume : il est très imprudent d’injecter des petites protéines virales à une femme enceinte. Il faut d’urgence alerter la communauté médicale et aussi les sage-femmes !

      Ceux qui diraient très imprudemment le contraire pourraient être poursuivis pour violation de l’article 13… bla bla !

    2. Mais l’article regarde bien aussi les cas où la mère a eue la grippe . Et une grippe sans fièvre , connais pas . Donc, peut-être que CMT pourrait bien lire l’article , et après seulement le commenter ?

      1. CMT a fait preuve de légèreté.
        Elle qui est pourtant si exigeante envers ceux qui viennent s’expriment sur le blog de docteur du 16!…
        Comme le dit MDL, elle aurait mieux fait de se taire.
        Comme elle a écrit un long et fastidieux article sur les vaccins recommandés (et maintenant obligatoires, sic) et qu’elle a quand même je le reconnais une certaine expertise sur le sujet, je trouvais intéressant de relayer son intervention.
        La question que je me pose: serait-elle capable de voir ce signal dont parle MDL?
        Car elle a passé une énergie folle à sabrer définitivement Wakefield auquel elle voue une haine incommensurable et qu’elle exclue formellement le lien entre vaccin et autisme (je précise que je ne sais absolument pas si Wakefield a triché et que je ne tiens pas à relancer la polémique à ce sujet car c’est interminable…)

        1. Les travaux de Wakefield ont été confirmés ou sont en accord avec 28 articles
          The Journal of Pediatrics November 1999; 135(5):559-63
          The Journal of Pediatrics 2000; 138(3): 366-372
          Journal of Clinical Immunology November 2003; 23(6): 504-517
          Journal of Neuroimmunology 2005
          Brain, Behavior and Immunity 1993; 7: 97-103
          Pediatric Neurology 2003; 28(4): 1-3
          Neuropsychobiology 2005; 51:77-85
          The Journal of Pediatrics May 2005;146(5):605-10
          Autism Insights 2009; 1: 1-11
          Canadian Journal of Gastroenterology February 2009; 23(2): 95-98
          Annals of Clinical Psychiatry 2009:21(3): 148-161
          Journal of Child Neurology June 29, 2009; 000:1-6
          Journal of Autism and Developmental Disorders March 2009;39(3):405-13
          Medical Hypotheses August 1998;51:133-144.
          Journal of Child Neurology July 2000; ;15(7):429-35
          Lancet. 1972;2:883–884.
          Journal of Autism and Childhood Schizophrenia January-March 1971;1:48-62
          Journal of Pediatrics March 2001;138:366-372.
          Molecular Psychiatry 2002;7:375-382.
          American Journal of Gastroenterolgy April 2004;598-605.
          Journal of Clinical Immunology November 2003;23:504-517.
          Neuroimmunology April 2006;173(1-2):126-34.
          Prog. Neuropsychopharmacol Biol. Psychiatry December 30 2006;30:1472-1477.
          Clinical Infectious Diseases September 1 2002;35(Suppl 1):S6-S16
          Applied and Environmental Microbiology, 2004;70(11):6459-6465
          Journal of Medical Microbiology October 2005;54:987-991
          Archivos venezolanos de puericultura y pediatría 2006; Vol 69 (1): 19-25.
          Gastroenterology. 2005:128 (Suppl 2);Abstract-303—————————————————–

          1. Le vrai problème de Wakefield ce n’est pas ses articles ou ses hypothèses, finalement très conventionnelles, c’est tout ce qu’il y a autour… et ce qu’on lui a fait dire ; et qu’il a peut-être dit ; je n’étais pas là avec un micro.
            Et aussi beaucoup de maladresses de sa part…
            Mais il n’est pas sûr qu’aujourd’hui, appeler à la prudence à propos des vaccins pendant la grossesse ne soit pas vu par quelques fanatiques décérébrés comme un manque de prudence.

        2. Suivre CMT , mais quel interêt a-t-il pour vous ? Pourquoi relayer ses appreciations qu’ elle fait ; elle a même pas lu le papier qu’elle commente avec imbecilité et prétention .

          1. @ F.Rocher et MDL
            D’abord, CMT est une femme, Claudina SVP.
            L’intérêt, c’est que CMT a une certaine expertise puisque c’est elle qui a écrit le pavet sur le bénéfice-risque des vaccins recommandés (et maintenant obligatoires) que presque tout le monde cite quand on veut avoir des informations scientifiques sur les vaccins. Elle a quand même fait un gros travail d’information.
            Donc son opinion et ses arguments ont pour moi de l’importance.
            Je lui ai notifié qu’elle aurait pu lire l’article dans les détails avant de s’exprimer, elle m’a répondu, je cite:
            “vous avez raison, sans doute. Donc je regarde plus en détail et je vois que cette étude est très mal faite depuis sa conception.
            On compare, parmi un peu moins de 200 000 femmes suivies entre 2001 et 2010, 1400 femmes qui DISENT avoir eu la grippe à qqs 43000 femmes vaccinées et on fait un test statistique pour savoir si on peut estimer qu’il existerait une différence significative dans les diagnostics de troubles du spectre autistique.
            Mais la grippe est très mal définie et les troubles du spectre autistique également, avec une définition variable et évolutive dans le temps pour ces derniers. On peut très bien passer à côté d’un diagnostic ou surdiagnostiquer de même que les critères diagnostiques peuvent varier d’un praticien à l’autre.
            Comme il y a assez peu d’enfants diagnostiqués avec un trouble du spectre autistique on a 8 cas au premier trimestre pour 443 femmes qui ont eu la grippe (et 458 pour 13477 qui ont été vaccinées pour ce trimestre). Comme c’est des rapports que l’on compare (nombre d’enfants avec TSA sur nombre de femmes) on s’aperçoit qu’il suffit qu’il y ait un ou deux enfants de plus dans le groupe femmes avec grippe pour que la différence disparaisse.
            Conclusion: cette étude est très mal conçue et ne peut rien démontrer.
            Cela n’empêche pas que je sois contre la vaccination des femmes enceinte pour des raisons approximatives et futiles. Je trouve qu’on est dans une logique de recul de la limite des risques acceptables chez les individus bien portants et qu’on devrait éviter, pour des raisons évidentes, d’exposer les femmes enceinte à des risques inutiles. ”
            J’aimerais bien l’avis de MDL car ce sujet est quand même crucial et je n’ai pas les compétences pour l’analyse d’articles (biais, statistiques), je fais de la médecine clinique uniquement…

          2. Toutes les études épidémiologiques sont mal faites et, d’une certaine façon, malfaisantes dans de mauvaises mains : on leur fait dire ce qu’on veut…
            Mais on a que ça ; faut faire avec !
            Et donc, prendre les informations comme des signaux (ou des alertes) et appliquer en médecine strictement le principe de précaution : faute d’évidence scientifique forte, on est prudent et on s’abstient…
            Dit autrement, on applique la loi d’airain et millénaire : “dans le doute, abstiens toi !”
            Il y a plusieurs conditions (rarement rencontrées chez une même personne ; d’où l’importance de se réunir) pour analyser correctement les études épidémiologiques ; elles se résument dans AIMSIB : adhérez plutôt que disputez !

        3. @ MDL
          Concernant votre dernière réponse, j’entends bien ce que vous dites mais finalement, toutes ces discussions ne mènent à rien hormis au fait que l’on devrait s’abstenir en l’absence de données probantes.
          Car quand on lit votre post, on entend qu’il y a un signal fort entre vaccin contre la grippe chez la femme enceinte et autisme chez l’enfant.
          Et quand on lit CMT, on entend qu’il n’y a strictement rien puisque les données sont sujettes à trop de biais. Manifestement, le signal dont vous parlez ne l’a même pas effleurée et pourtant, elle lit les études, a l’esprit critique…
          On n’arrivera jamais à rien prouver avec nos études car d’une part, il y a une volonté de dissimuler et d’autres parts, il y a trop de facteurs intriqués dans le mode de vie (pollution environnementale).
          Faut-il continuer à lire toutes ces études?
          Même pour les Amish qui pourraient servir de groupe contrôle, on se rend compte qu’il y a énormément de facteurs confondants.
          De mon point de vue, les choses sont de plus en plus simples et limpides.
          Je ne vois absolument aucune raison de vacciner qui que ce soit dans notre pays et je suis intimement persuadée qu’on est en train de faire de gros dégâts.
          Je pense aux vaccins mais aussi à tous ces médicaments inutiles et toxiques.
          Je ne pourrai probablement jamais prouver quoique ce soit.
          J’ai bcp de peine pour tous ces enfants, ces femmes enceintes, tous ces gens qui subissent les dérives de notre système sans réaliser qu’on se fout de leur gueule en faisant du fric sur leur dos et qu’ils vont en payer les pots cassés.
          Je suis comme Emilio et bien d’autres très inquiète car tout est fait pour nous faire plier, shunter l’autorité parentale, un jour nous n’aurons plus le choix de rien.
          Je repense à cette gamine vaccinée au Québec il me semble avec Gardasil et qui en est morte alors que ses parents n’étaient même pas au courant!
          Comment est-ce possible?
          Désolée, j’ai un coup de mou!…

          1. @ MT : Je suis d’accord avec votre post, et encore plus avec cette phrase :
            “Je suis comme Emilio et bien d’autres très inquiète car tout est fait pour nous faire plier, shunter l’autorité parentale, un jour nous n’aurons plus le choix de rien.”
            Tout ça est en voie d’exécution , plus le choix de rien, des droits exorbitants donnés à des exploitants privés ( voir le problème des compteurs électriques Linky ou encore la privatisation de l’exploitation du chemin de fer – encore plus de privé alors que le déclin de la SNCF a commencé avec les premières privatisations : ça ne marche pas alors on continue encore plus… etc…) . Merci aux gouvernements successifs que nous avons eu et encore plus avec celui du “Deus ex machina” actuel.
            Quant au coup de mou … haut les cœurs ! Vous êtes une femme que diable, et vous avez souvent plus de résistance que nous autres “mâles” , je le vois et m’en rend de plus en plus compte en regardant ma bien-aimée qui fait tout à la maison, même passer la tondeuse qui pourtant et lourde – bon, je peux me servir un peu plus de ma jambe opérée du tendon d’Achille – et ça s’arrangera. En attendant, “respect” comme disent les “djeunes” avec leur vocabulaire restreint.

  30. Il faudrait déjà , mais pas simple avec mon seul téléphone, voir quels ajustements étaient prévus dans le protocole doit avant de connaître les résultats bruts. Le protocole de l’étude avait il été publié avant ?

    1. Moi pas savoir !
      Mais il est bien rare que les épidémiologistes aillent chercher de ennuis, surtout s’ils ont des liens étroits avec l’industrie des vaccins…
      Le plus probable est que le signal était inattendu (unexpected) : dur !

  31. J’avais loupé ce doc incroyable de l’OMS !
    http://www.who.int/immunization/programmes_systems/policies_strategies/GRISP_FR_final_2016.pdf
    STRATÉGIES ET PRATIQUES MONDIALES DE VACCINATION SYSTÉMATIQUE (SPMVS)
    (notez bien le “systématique”)
    pages 29-30
    Section 6
    Dans tous les établissements de soins, l’administration d’une dose de vaccin anti-hépatite B, de vaccin BCG (bacille Calmette-Guérin) et, tout particulièrement dans les pays où la poliomyélite est endémique, d’une dose de vaccin antipoliomyélitique oral – une fois que le nouveau-né est stabilisé – doit faire partie de l’arsenal de prestations de services sanitaires prévues pour la période qui fait immédiatement suite à la naissance. Au besoin, des dispositions seront prises pour que la vaccination des nouveau-nés puisse être pratiquée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans les établissements de soins qui disposent d’une maternité.
    Et on vous traquera jusque chez vous si vous ne faites pas vos rappels (section 8) :
    “Rechercher les personnes qui ont manqué les séances de vaccination prévues (recherche des
    défaillants)”
    [j’omets le texte idoine]
    vacciner les femmes enceintes c’est très important (page 46 – entre autres)
    La propagande c’est très important (section 4.3) Il faut “susciter la demande”, utiliser les “réunions éducatives” sur le temps scolaire (p 61)
    Lisez bien la section 3 page 66 sur les effets secondaires. (la section 4 est dédiée à Marc Girard)
    La partie 4.4.1 correspond au fichage heu pardon, suivi informatique des patients.

  32. Vacciner les femmes enceintes,très bonne idée!
    Fi de cette information!
    Augmentation de 4 250 % des cas de mortalité fœtale signalés au VAERS (*)
    après le vaccin contre la grippe administré aux femmes enceintes.
    Christina England, 23 novembre 2012

      1. Petite recherche et voilà ! Merci Google!
        thttp://www.wikistrike.com/article-augmentation-de-4-250-des-cas-de-mortalite-foetale-apres-la-vaccination-des-femmes-enceintes-113040561.html
        VAERS – Vaccine Adverse Event Reporting System (Système officiel américain d’enregistrement des effets secondaires des vaccins)
        Communication de Madame Eileen Dannemann à propos du calcul de pourcentage et des NOTICES de différents vaccins contre la grippe (26/11/2012) :
        “Quand on lit l’étude de Goldman et que l’on regarde les tableaux, on peut s’apercevoir que, pour la saison 2008/2009, 4 rapports de mort fœtale ont été publiés par le VAERS, tandis que pour 2009/2010, il y en a eu 179, soit une augmentation de 4.475%.” (la diapositive du médecin du Centre de Contrôle des Maladies (CDC) indiquant quant à elle 170 au lieu des 179, c’est ce chiffre inférieur, connu et admis des officiels, qui a donc été retenu pour la rédaction de cet article ( 170/4= 42, 5 fois plus soit 4250%) )”

        1. On regardera aussi avec interet ce qu’est VARES. En gros un forum declaratif des potentiels effets secondaires des vaccins. En gros, on y raconte tout et son contraire sans aucune rigueur scientifique.
          Ca peut servir parfois de signaux d’alerte mais ca peut aussi raconter n’importe quoi. En tout cas, c est tres tres loin d’une enquete epidemiologique …
          A manier avec precaution … ce que ne fait certainement pas Goldman (qui mixe aussi dans son papier avec une autre source de donnees sans franchement expliquer comment il combine ces donnees).

          1. Juste pour preciser : je trouve le papier cite par l’Amiral plus robuste et plus inquietant que le Goldman … surtout qu’il emane d’un gars sponsorise par les labos pharma … dont peu prompt a gonfler les stats dans ce sens la !!

          2. C’ est surtout le site de vactruth qui est très sujet à caution .
            une reference sans fiabilité !
            Ca explique beaucoup de choses , pour ce qui concerne les interventions radicales du Président , merci google !
            Vactruth , c’ est du spectacle à l’ americaine , du sensationnel , de la verité on s’ en fout , mais on demande aux internautes après leur avoir raconté une histoire dramatique , de financer …. c’ est une calamité ! Allez voir un peu le site vactruth.com , il est réellement edifiant .

        2. Ces chiffres ne sont pas exacts car l’échantillon n’est pas le même chaque année ; mais ça fait néanmoins une énorme augmentation expliquée (selon l’auteur) par l’addition du vaccin H1N1 au vaccin antigrippal habituel ; dit autrement, ça innocente le vaccin antigrippal…

  33. Bonsoir,
    Des éléments de réponse dans cette étude a une question qui me taraude depuis fin 2009, date de ma vaccination H1N1 lors de ma troisième grossesse. J’ai reçue le vaccin de la grippe pendant la fameuse pandémie en France après avoir mis au monde déjà 2 enfants en bonne santé.
    Ma fille est née en avril 2010 et très vite nous avons constate ses troubles autistiques qui ont augmenté a chaque nouvelle vaccination. Avec le recul, nous avons vite compris le lien de cause a effet de tous ces vaccins.
    Il est évident que si j’avais su m’opposer aux recommandations pressantes des : médecins qui me suivaient pendant ma grossesse, nous en serions pas la a inverser la tendance depuis plus de 3 ans.
    Quelle honte!!

    1. @ Ternant
      Je ne sais pas si la vaccination H1N1 est responsable de l’autisme de votre enfant mais je compatis.
      C’est honteux de faire prendre un risque non mesuré et non maitrisable à des femmes enceintes.

  34. JOURNEE DU SIDA
    Ce site étant antiescroquerie, je me permets la relation des faits ci dessous,résumant l’histoire du SIDA:
    Le virus du SIDA n’existe pas. C’est la déclaration de 2000 virologistes,dont le prix Nobel Kary Mullis ,inventeur de la PCR
    2000 conspirationistes????????
    The HIV Hoax: 2000 Virologists cannot be wrong – December 9, 2014
    Dr. Kary Mullis, Biochemist, 1993 Nobel Prize for Chemistry: Dr. Kary Mullis « If there is evidence that HIV causes AIDS, there should be scientific documents which either singly or collectively demonstrate that fact, at least with a high probability. There is no such document. » (Sunday Times (London) 28 nov. 1993) Dr. Heinz Ludwig Sänger, Emeritus Professor of Molecular Biology and Virology, Max-Planck-Institutes for Biochemy, München. Robert Koch Award 1978: « Up to today there is actually no single scientifically really convincing evidence for the existence of HIV. Not even once such a retrovirus has been isolated and purified by the methods of classical virology. » (Letter to Süddeutsche Zeitung 2000) Dr. Serge Lang, Professor of Mathematics, Yale University: « I do not regard the causal relationship between HIV and any disease as settled. I have seen considerable evidence that highly improper statistics concerning HIV and AIDS have been passed off as science, and that top members of the scientific establishment have carelessly, if not irresponsible, joined the media in spreading misinformation about the nature of AIDS. » (Yale Scientific, Fall 1994) Dr. Harry Rubin, Professor of Molecular and Cell Biology, University of California at Berkeley: Prof. Harry Rubin « It is not proven that AIDS is caused by HIV infection, nor is it proven that it plays no role whatever in the syndrome. » (Sunday Times (London) 3 April 1994) Dr. Richard Strohman, Emeritus Professor of Cell Biology at the University of California at Berkeley: « In the old days it was required that a scientist address the possibilities of proving his hypothesis wrong as well as right. Now there’s none of that in standard HIV-AIDS program with all its billions of dollars. » (Penthouse April 1994) Dr. Harvey Bialy, Molecular Biologist, former editor of Bio/Technology and Nature Biotechnology: Harvey Bialy « HIV is an ordinary retrovirus. There is nothing about this virus that is unique. Everything that is discovered about HIV has an analogue in other retroviruses that don’t cause AIDS. HIV only contains a very small piece of genetic information. There’s no way it can do all these elaborate things they say it does. » (Spin June 1992) Dr. Roger Cunningham, Immunologist, Microbiologist and Director of the Centre for Immunology at the State University of New York at Buffalo: « Unfortunately, an AIDS ‘establishment’ seems to have formed that intends to discourage challenges to the dogma on one side and often insists on following discredited ideas on the other. » (Sunday Times (London) 3 April 1994) Dr. Gordon Stewart, Emeritus Professor of Public Health, University of Glasgow: Prof. Gordon Stwart « AIDS is a behavioural disease. It is multifactorial, brought on by several simultaneous strains on the immune system – drugs, pharmaceutical and recreational, sexually transmitted diseases, multiple viral infections. » (Spin June 1992) Dr. Alfred Hässig, (1921-1999), former Professor of Immunology at the University of Bern, and former director Swiss Red Cross blood banks:Prof. Alfred Hassig « The sentence of death accompanying the medical diagnosis of AIDS should be abolished. » (Sunday Times (London) 3 April 1994) Dr. Charles Thomas, former Professor of Biochemistry, Harvard and John Hopkins Universities: « The HIV-causes-AIDS dogma represents the grandest and perhaps the most morally destructive fraud that has ever been perpetrated on young men and women of the Western world. » (Sunday Times (London) 3 April 1994) Dr. Joseph Sonnabend, New York Physician, founder of the American Foundation for AIDS Research (AmFAR):Joe Sonnabend « The marketing of HIV, through press releases and statements, as a killer virus causing AIDS without the need for any other factors, has so distorted research and treatment that it may have caused thousands of people to suffer and die. » (Sunday times (London) 17 May 1992) Read the book. You are about to find out how sick the CDC and Government are…………………………..
    Explications :
    -Quand Gallo déclare avoir découvert le virus du SIDA, aucune publication n’atteste sa découverte!
    -Les electromicroscopistes de Gallo et de Montagnier disent qu’il ne sont pas parvenu à visualiser le dit virus
    -Le virus n’a jamais été isolé ,ni purifié ni photographié depuis 1983
    -Les tests HIV Elisa et Western blot n’ont aucune spécificité
    Ils sont positifs dans 80 maladies ou états différents, tels la grippe, la vaccination ou la grossesse
    La positivité est variable selon le pays
    Le serum est dilué 50 fois pour Elisa et 400 fois pour le WB ,sinon tout le monde est sero+!!!
    En GB, le WB est déclaré sans intéret, non spécifique
    -Le SIDA en Afrique n’est qu’ un ensemble de maladies ,qui ont toujours existé et étiquetées SIDA ,si le test est positif
    30% de séro+ en Ouganda dans les années 90 ,mais pas d’épidémie actuelle
    Les chiffres de l’OMS sont volontairement surévalués,ne correspondant pas aux cas recensés
    Les Africains demandent de l’eau propre et non des antiHIV
    -CAUSE DU SIDA
    -Chez les homosexuels :
    .les drogues
    .les poppers contenant des nitrites, se transformant en oxyde nitrique dans l’oganisme,responsables du Sarcome de Kaposi et de la peumonie à Peumocystis
    . l’insémination rectale:le sperme est une puissant oxydant ,absorbé par la muqueuse anale (mais pas par la muqueuse vaginale )
    -Chez les transfusés:
    .le Facteur VIII,pour le hemophiles,contenant à l’époque 99 à 99.9% de protéines étrangères ( 1 à 0.1% de F.VIII) et injecté tous les mois depuis des annés 70
    Ce produit provenait de milliers de sangs différents,d’où une énorme surcharge antigénique
    Quand le produit a été purifié, le SIDA a disparu et les malades se sont améliorés ou ont guéri
    -En Afrique ,la dénutrition qui affaiblit le système immunitaire
    -Le SIDA n’est pas transmissible par le sang ,ni par voie sexuelle
    Des études ches les prostituées non droguées n’ont montré aucun cas de transmission
    Un grande étude ,durant 1O ans, chez les partenaires chez lequels 1 membre est sero+ ,n’a pas montré de transmission
    -Les test de charge virale n’a aucune valeur: il détecte ,par la PCR ,de l’ADN sanguin quelconque
    On sait que les chimiothérapies diminuent l’ADN serique ,d’où la baisse de charge virale
    Kary Mullis,inventeur de la PCR et prix Nobel, confirme la non validité du test
    -Un sero+ ,sans facteur de risque ,n’a aucune maladie
    C’est pourquoi des sero+ vont très bien ,20 ans ou plus après cette découverte de Positivité,s’il n’ont pas pris de traitement toxique
    -Les patients sero+ des années 80 , sont morts de la prise d’AZT à doses fortes,un anticancéreux
    qui n’avait pas eu d’AMM en raison de sa toxicité et remis sur le marché de manière frauduleuse(Lab.Welcomme)
    Les patients sains mais sero+, ayant refusé ce traitement sont restés en vie
    -Les traitemets actuels n’ont aucune légitimité;il sont donnés à vie,à des patients sains,coutent 1000 euros par mois
    Ce sont des chimiothérapies ,avec tous les effets secondaires connues, en particulier hépatiques
    Ils traitent des paramètres biologiques,non des malades
    -Cout du SIDA depuis 1983 ,environ 400 millards
    Des milliers ou dizaines de milliers de gens sains morts de chimiothérapie,dont des enfants et des femmes enceintes
    Pour Stéphan Lanka le SIDA ne serait même pas une immunodéficience , comme on en voit au cours des chimiothérapie intensives ,qui provoquent des tableaux d’ infection multiples différents,
    mais une modification du potentiel REDOX de l’organisme ,propice à la prolifération de microbes spécifiques
    Le plus grand scandale et la plus grande escroquerie médicale de tous les temps
    Une des raisons de cette escroquerie est à rechercher dans la politique de recherche des années 60:
    -des milliards étaient consacrés à la recherche d’un cause virale des cancers
    -après 2o ans d’echecs , les credits devaient être supprimés
    -d’où l’opportunié de la découverte “virus HIV”,pour relancer la machine à $
    Texte écrit de mémoire ,pouvant contenir des imprécisions ou quelques erreurs

      1. Bonjour,
        j’ai vu un document sur le sujet il y a longtemps et un fait m’avait particulièrement interpelé : selon le pays dans lequel le test est fait on peut être diagnostiqué positif ou négatif avec un résultat de test, car le seuil de positivité varie selon les pays. Incroyable !
        Mais c’est peut-être une information qui pourrait être vérifiable (j’aimerais bien le faire, mais je ne sais pas comment, car je n’ai pas de relations internationales dans les milieux médicaux) :
        « Le test de type « Western Blot » est utilisé pour confirmer une séropositivité lorsque celle-ci a été détectée par un ou deux tests de type « Elisa ». C’est donc un test considéré comme plus fiable. Un test Western Blot comprend dix bandes alignées correspondant aux dix protéines que l’on a définies comme étant typiquement et exclusivement relatives au « VIH ». L’harmonisation internationale des diagnostics étant inexistante, on peut être déclaré séropositif dans certains pays lorsque seulement deux bandes ont réagi. Dans certaines contrées, il en faut trois. Dans d’autres, quatre bandes sont nécessaires. On voit donc que selon le pays où l’on réside, le même sérum, analysé dans des conditions identiques, peut fabriquer un séropositif ou un séronégatif, au gré de la législation en vigueur. (…)
        Cela dit, il faut signaler que ces tests inspirent si peu confiance qu’aux États-Unis, la FDA (Food and drug administration) n’a apportée sa caution à aucun d’entre eux. […] Il est important de rappeler que, faute de standard internationale, on peut être classé séropositif ou séronégatif selon le pays où l’on réside. Sur les dix bandes de test que compte le Western Blot, il suffit d’en avoir deux qui soient jugées « positives » pour être déclaré infecté en Afrique. Il en faudra trois en Grande-Bretagne et quatre en Australie. »
        Quelqu’un aurait-il un moyen de vérifier ces affirmations sur le nombre requis de bandes positives pour le seuil diagnostic ?

        1. De ce que j’en comprends :
          En fait il y a dans ces tests des “zones indeterminees”. Comme dans toutes les mesures physiques, on a une marge d’erreur. Certains resultats se situent dans une zone ou la marge d’erreur empeche de poser un diagnostic clair.
          On revient encore au cofounders … Il y a des causes autres que le HIV qui peut influencer le resultat des tests Western-Blot. Dans ce cas la, on se place dans une perspective Bayesienne des statistiques. La probabilite finale est le produit des probabilite a priori (specificites d’une population) par la vraisemblance (le test).
          Par exemple, dans une population qui a peu de facteurs qui risques de produire des faux positifs, on considere qu’une detection meme faible peut etre positive.
          Dans une population qui a des facteurs importants et nombreux qui risquent de produire des faux positifs, on requiert que le test soit plus fortement positif (vraisemblance plus grande) pour poser un diagnostic.
          Le principe ne me parait pas incoherent. Dans la pratique, c’est peut etre moins reluisant.

          1. On serait bien content de connaitre les raisons de ces differences . oui qui sont, sans doute , explicables , mais …. comment savoir ?
            Et surtout comment se fait la discrimination entre populations ?
            Si c’ est juste le lieu d’habitation , c’ est limitant !

      2. Bonjour,
        Le post de “Président de la ligue antivaccinale” ci-dessus est admirablement résumé et complété dans le livre “Les 10 plus gros mensonges sur le SIDA” co-écrit par le Pr. Étienne DE HARVEN (notamment professeur émérite d’anatomopathologie à l’Université de Toronto, et membre du Comité consultatif sur le SIDA du Président de la République Sud Africaine), et par Jean-Claude ROUSSEZ, journaliste et auteur scientifique et technique (notamment auteur de nombreuses études relatives aux applications médicales des hautes technologies, et l’ouvrage “Sida: Supercherie scientifique et arnaque humanitaire” (Ed. Marco Pietteur, 2004)).
        Ce livre est entre autres disponible sur PriceMinister :
        https://www.priceminister.com/offer/buy/8139542/Harven-Etienne-De-Les-10-Plus-Gros-Mensonges-Sur-Le-Sida-Livre.html
        Voir aussi, pour ceux qui sont intéressés, les 2 liens youTube fournis dans le post de Joss, qui sont 2 interviews du Pr. Etienne de Harven.
        Bien à vous .

        1. Il est surtout admirablement copier/coller de site WEB qu’il aurait ete preferable de citer, non ?
          http://www.virusmyth.com/aids/
          Il faut quand meme etre sacrement imaginatif pour affirmer que le SIDA est prevalent chez les homos a cause du caractere oxydatif du sperme absorbe par la muqueuse anale. A un moment, le rasoi d’occam est un outil qui merite d’etre utilise, non ?

      3. Là désolé Amiral je ne pourrais pas être poli !!!
        Simple question c’est quoi alors le SIDA?
        Président de la ligue antivaccinale ou ????
        Pitoyable !!!

    1. Il est probable qu’ il y est en effet quelques erreurs dans votre texte .

    2. L’accumulation de doute n’est pas une preuve. Ce serait comme prétendre que de ne pas savoir qui a mis les cadeaux au pied du sapin.
      Au fait que pensez vous de l’antigénémie p24 qui est spécifique du VIH quelle que soit le sérotype?
      Le sarcome de Kaposi lié au poppers. Avez vous une preuve parce que c’est plutôt une infection à Herpes simplex 8 (HSV8) non ?
      bonne journée

  35. Bonjour,
    J’ai lu avec intérêt votre billet ainsi que l’étude que vous commentez
    Je me posais la question suivante car non familier des statistiques.
    Les auteurs disent clairement qu’il y a un surisque de trouble du spectre autistique lors de vaccination au premier trimestre mais vous suggérez qu’ils concluent sans analyse intermédiaire que ceci serait du au hasard.
    Or ils parlent d’ajustement de bonferroni et d’un analyse de sensibilité (données disponible dans les suppléments de l’étude) qui démontrerait que la le Hazard ratio observé ne serait pas significatif.
    Quelle critique de cette méthode d’analyse pourriez vous faire?
    Merci de votre réponse

    1. Il ne faut jamais écouter les tambours et les cymbales de auteurs d’une étude “sous contrat”… Ils ne vous disent pas tout ce qu’ils ont en réalité. Ils sélectionnent ; mais pas trop…
      Il y a d’autres professionnels qui veillent ; moi par exemple !
      Une méthode simple : savoir se contenter des analyses brutes et de chiffres (HR and 95% CI) ! Ils ont déjà fait beaucoup trop d’ajustements à ce stade ; alors, pourquoi pas “ajuster” les ajustements ?
      Donc se contenter des tableaux qui sont dans le corps de l’article. Bonferroni n’a rien à voir là-dedans !

      1. Ce que vous ne voulez pas entendre (de l’intendere latin), c’est que les toutes critiques possibles de ce marqueur étant acceptables, il reste qu’il reflète des données (des influences) lourdes et pour de longues périodes ; presque sûr qu’il faudra 10 ou 15 ans pour inverser les courbes…
        Nos jeunes ingénieurs de l’INSEE ne connaissent pas l’histoire !
        Ce qui est vrai pour le RU et les USA l’est aussi pour la France (pas d’illusion) et c’était vrai pour l’URSS… Vous connaissez la suite !

      2. Ah bon ? Pourtant il n’y a pas si longtemps, tu parlais de biais conjoints et de manieres de corriger des covariances. Si tu ne tiens compte que des HR et 95% de CI, tu renonces justement a la correction de ces covariances.
        Ce qui est vrai dans un sens ne l’est plus dans l’autre ?
        En plus, soit les chiffres sont bidonnes car l’auteur est sous contrat avec l’industrie, alors il faut tout balancer, soit les chiffres sont utilisables. C’est tout de meme complique de retenir ce qui va dans le sens qu’on souhaite et jeter le reste, non ? Ca commence pas comme ca les biais de cherry picking ?

        1. Lis l’article et mon commentaire minutieusement, s’il-te-plait, chaque mot compte quand j’écris ; et donc je répète : ils font des ajustements, ils donnent des “adjusted HR” ; ce qui devient problématique c’est de continuer à faire des tests puis de dire qu’on a fait tellement de tests que les tests sont trop nombreux et qu’il faut corriger pour le nombre de tests (Bonferroni)…
          Si l’analyse avait débuté avec un plan précis et des hypothèses précises, ils n’auraient pas besoin de “corriger” par des tests de sensibilité.
          Seulement voilà, ils ont probablement identifié un signal qu’ils n’attendaient pas, merde alors : comment s’en débarrasser ?
          Comme ils n’osent pas dire, ils noient les “petits chats” dans une analyse interminable mais conclue quand même que…

          1. Et oui on multiplie les tests et les facteurs et on finit par trouver ce qu’on cherche .
            En statistique plus il y a d’items et plus on a de chance de trouver
            C’est comme ça que quand on fait une prise de sang plus on demande d’examens et plus on risque de trouver des anomalies qui conduiront à d’autres examens d’autres bilans radio scanner etc pour une “anomalie normale”.
            On estime que si on demande 10 examens le risque d’anomalie non pathologique est de 15%, Alors vous pensez dans les urgences des hopitaux on fait à la machine un SMAC 24 24 examnes!!!
            Roule ma poule.

      1. Déjà cité par moi-même le 8 mars et par MT le 12 mars dans : POURQUOI LA ROUGEOLE FAIT LA « UNE » DE L’ACTUALITÉ ?
        C’est gentil de suivre…..ouaf! ouaf !

        1. Je m’adresse a une personne en particulier, qui est peut être nouveau sur le blog et/ou ne lit pas tous les commentaires de tous les articles.
          Pardon, mais faut comprendre que tout a déjà été dit, si on ne doit rien répéter, on ne dit donc plus rien.
          Sauf que tout le monde n’a pas entendu la première fois !

          1. Ne soyez pas froissé Benoit, mon propos n’était pas dans ce sens, il relevait simplement la “répétition” !
            Rien de sérieux dans cela macarèl !

  36. Bonjour,
    Je suis un ancien professionnel de la santé de 81 ans qui a été démoli par 30-40 vaccins subis dans sa vie, enfance, guerre d’Algérie dont personne en sait ce que l’on nous a injecté !! et domaine de la santé ou la vaccination était obligatoire.
    Je ne crache pas dans la soupe étant de formation classique mais la médecine classique et la vaccination devrait être réservés en seconde intention sauf en cas d’urgences. Avec les 11 vaccins obligatoires le pire est à venir par les prochaines générations. Situation dramatique et inadmissible dans un pays qui prône la liberté.
    Richard.

  37. L’aimsib possède un énorme compte Facebook… Un Gold!
    On sait bien que ce n’est pas très reluisant pour les puristes mais si on relève les compteurs hebdomadaires de vues sur ce média quand on fait paraître du contenu un peu polémique alors le vertige nous prend. Nous sommes déjà très, très lus.
    Majoritairement sur téléphones, misère de nos superbes mises en pages!
    Pour vous dire que cet article “vaccin et autisme, les faits s’imposent” relayé un Samedi à midi sur notre canal nous permet de comprendre parfaitement comment fonctionne “la contre-culture” française anti-anti-vaccinobéate…
    D’un coup à 18h ce jour samedi 24 Mars 2018 (pour les historiens) s’est déclenché une sorte de pare-feu manifestement déclenché en urgence, sans prudence ni aucune intelligence souhaitant noyer notre compte FB sous un amas de liens très cons visant à déconsidérer l’analyse de MdL , issu d’ un groupe tout-à-fait nébuleux intitulé “Les Vaxxeuses”.
    Au point que je me demande vraiment qui a largué cette débâcle nettement diarrhéique de contre-attaques sans fondement (!) , un(e) employé(e) d’astreinte déjà complètement prise de boisson ou un robot anti-attaque de week-end encore mal paramétré?
    C’est Dimanche, donc détente. On rigole un bon coup ce soir et on réévalue Lundi? J’ai déjà dit que j’ai parfaitement adoré ce billet?
    https://www.facebook.com/aimsib.org/posts/1968539763461212?comment_id=1968771063438082&reply_comment_id=1968845823430606&notif_id=1521924345509996&notif_t=feed_comment&ref=notif

  38. Très intéressant d’avoir ce vrai groupe témoin mais qu’en est-il des vaccins reçus dans les années suivantes par les enfants ? Est ce qu’au départ les groupes ont été randomisés (ce qui n’est pas possible ethniquement pour le groupe ayant eu la grippe) ou est ce les mères qui ont choisi de se faire vacciner ou non et dans ce cas on pourrait également penser que leurs enfants auront également reçus plus de vaccins par la suite
    En tout cas cela montre bien qu’il y a un lien et le hasard à bon dos surtout avec 200 000 patients ! À ce niveau là les chiffres ne mentent pas !

    1. Chaque étude ne peut répondre qu’à une question à la fois…
      Ils en savent bien plus que ce qu’ils veulent bien “libérer”, ces margoulins…
      Mais voilà, ils ont ont fait un petit pet de trop… probablement parce que les exécutants (et pas le boss) ont besoin de publications pour faire avancer leur petite carrière.
      Dans le monde du Spectacle, ils se mordent la queue…

  39. Au risque de plomber l’ambiance n’oublions pas comment, aux USA des années 1970, un seul homme Clair C. Patterson a eu tant de mal à tenir tête aux plus puissants décideurs de l’époque :
    1925 : addition dans l’essence du tétraéthyl de plomb (TEL) comme agent antidétonant (voir chanson de Trenet ‘Quand votre moteur fait Boum’ reprise dans le Crabes au pinces d’or par Hergé)
    1965 publication de ‘Contaminated and Natural Lead Environments of Man’ par Patterson qui met en évidence l’augmentation du plomb dans l’environnement depuis que les voitures roulent au plomb.
    1970-1980. opposition frontale avec Robert A. Kehoe (chief medical advisor of the Ethyl Corporation), ce médecin niait la toxicité du plomb malgré les décès de salariés manipulant le TEL. Son argument « vous n’avez pas de preuves » rappelle quelqu’un, mais surtout reposait sur le délai que prendrait nécessairement le rassemblement de toute les preuves (Paralysis by analysis).
    1995 Interdiction de rouler à l’essence au plomb aux USA. Après 70 années d’utilisation !
    Le médecin qui a osé innocenter le plomb, avait déjà été commissionné par l’industrie DuPont pour produire une étude innocentant la naphtylamine qui donnait le cancer à 9 salariés exposés sur 10 (Wiki).
    Le lanceur d’alerte qui a fini par triompher, était quand même un sacré scientifique : c’est lui qui a donné le premier l’âge de la terre et du système solaire par la méthode Uranium-plomb.
    Bref (si l’on peut dire…) : 40 années de victimes non reconnues, suivies de 30 années de victimes alors qu’on savait… Et çà continue encore et encore.

  40. Cette étude montre que vaccination de la mère contre la grippe augmente le risque des enfants à l’ASD qui sont bein entendu par la suite vaccinés; peut-on en conclure que toute vaccination de la mère pendant la grossesse augmente ce risque? Je pense à la coqueluche que le Pr Didier Raout conseille fortement…
    Pour info, en Italie un rapport officiel d’une Commission d’enquête parlementaire a été rendu public le 7 février 2018 : comprendre les raisons de milliers de décès et de maladies graves chez les personnels militaires italiens affectés à des missions à l’étranger.
    http://www.wikistrike.com/2018/03/vaccins-un-rapport-parlementaire-italien-explosif.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail
    Cordialement

    1. Concernant les vaccinations à l’armée…….au cours de mon service militaire en 1965, 1 mois après la 3eme injection du vaccin TABDT 1 je souffre de douleurs à l’œil gauche, hospitalisation et là on me diagnostique une uvéite quelques semaines après,douleurs vertébrales ( premiers symptômes d’une spondylarthrite ankylosante )l’armée n’a jamais voulu reconnaitre la responsabilité des vaccins par contre elle s’est empressée de me réformer. Bizarre ….vous avez dit bizarre !
      par la suite j’ai appris que j’étais HLA B27 positif…..

      1. Marc Girard parle de la survenue des symptômes graves souvent après des rappels et non la primo injection (le cas du mari de Mme Foucras est caractéristique).
        J’en suis arrivé à la conclusion qu’il ne faut jamais faire de rappels sans sérologie avant.

    2. L’étude dont vous parlez ne conclue rien du tout, il ne suffit pas le lire le titre, le rapport fait 258 pages et la conclusion n’aboutit à rien et comme toutes les conclusions dit que d’autres études sont nécessaires, parce qu’on ne peut pas dire autre chose quand aucune donnée n’est mise en exergue.

    3. C’est vrai, mais on note aussi une différence lorsque les mères sont vaccinées au premier trimestre par rapport à celles qui sont vaccinées au second et troisième trimestre. A priori, il n’y a pas de raison qu’il y ait des différences pour la vaccination des enfants. Ce qui est aberrant et scandaleux, c’est qu’en présence d’un signal, on ne remette pas en question la vaccination des mères, du moins au premier trimestre.
      Que fait-on du principe de précaution?
      @Nardon et @Inoxydable
      Je ne crois pas que Nardon soit un adversaire, mais un lecteur pressé qui a mal interprété mes propos.
      Il n’a pas vu les guillemets.
      Je ne suis pas en colère contre lui, mais contre ceux qui inoculent des matières dangereuses sans trop se soucier des conséquences .
      Bon c’est vrai, le sourire était un peu grinçant.

  41. Anecdote: vous avez surement entendu parler de l’espion russe empoisonne avec dit on un gas toxique on ne sait comment ni par qui a salisbury, angleterre.
    Eh bien , au lendemain de la tragedie qui se montre en conference, nul autre que le ministre de la defence qui derechef prend illico 2 decisions:1/ balancer une petite augmentation de £45 millions au centre d’etudes des poisons gaseux situe quelle drole de coincidence a salisbury.Bien sur le centre ne fait qu’etudier les poisons.
    2/ promettre un vaccin contre l’anthrax a toutes les troupes !!! totalement non sequitur mais voyez, je repete les 2 industries qui maintiennemt l’economie britanniques hors de la catastrophe sont les ventes d’armes (bientot chimiques?) et les ventes pharma.
    ” industries mortiferes bientot interchangeables a mon avis.
    au fait qui a fait le coup nul ne le sait malgre les accusations de theresa may.j’ai personnellemnt pense que l’espion et sa fille avaient ete attaques par drone car c’est la methode d’assassinat a la mode ces jours ci.
    alors j’ai recherche ces mots cle et bingo!il existe une compagnie de drones a salisbury meme qu’un journaliste decrit comme peu communicante (secretive), dirigee par un ex flic, qui vient de decrocher un important contrat public (prisons).
    Encore une drole de coincidence, mais la fortuite n’est pas une preuve, ce qui est une preuve c’est que le gas toxique a ete cree en urss (confondu aujourd’hui avec la Russie) donc les coupables c’est des russes!
    Laissons de cote le fait que la molecule du gas mortel a ete publiee dans un livre il y a une decennie et qu’un petit malin l’a mise en ligne!
    A part ca c’est forcement les russes les assassins, et l’union europeene se doit d’organiser des sanctions.
    J’espere que tout le monde est d’accord.
    Quand aux victimes, elles sont maintenues ds un coma artificiel et lourdement anesthesiees.Avec des produits surement qui effacent la memoire.
    Donc si on les laisse se rev,pardon si elles se reveillent un jour, elles n’auront rien a dire!!!!
    Bah je suis peut etre mauvaise langue et parano!
    P.S. pardon pour le hors sujet.
    Mais au moins vous pourrez rajouter un chapitre sur les bienfaits du vaccin anti-anthrax ds la 2eme edition.

    1. Vous, vous êtes en train de lire le “PUKHTU” de Doa et ça vous rend fou ; moi-aussi !
      J’ai téléphoné à Napoléon IV (pour avoir des explications) mais, cette fois-ci, il m’a été dit qu’il était sur une “autre ligne” ; je ne pensais pas qu’il sniffait ; je suis déçu…

      1. Non non pas ce genre de ligne, il est sur la ligne du parti, c’est ca qu’on a voulu dire!
        le parti de l’Otan.
        depuis mon message j’ai rencontre fortuitement une personne qui travaille au centre d’observation epidemiologique.
        elle m’a dit 2 choses:
        Que le vaccin anti anthrax etait deja donne aux bidasses.
        que le centre qui auparavant faisait partie du NHS a ete transfere sous le controle du “Civil service” qui lui travaille directement pour le compte du gouvernement , tout en etant cense rester neutre.
        Apparemment le gouvernement fait les choses a l’envers quand il s’agit de prendre des decisions en matiere d’epidemies: au lieu de demander les chiffres et analyses au centre afin de creer une ligne politique ou un projet, il vient vers les fonctionnaires avec en main une decision deja prete et leur demande de lui degotter des chiffres et stats lui permettant de justifier cette decision prealable!!!
        On se sent bien protege avec ce systeme.
        Heureusement que les fonctionnaires ne sont pas toujours dociles.

        1. bon officiellement on ne sait toujours pas comment ca a ete fait ni par quel individu.Pas de nom,ni de suspects apprehendes.Mais on ne va pas chipoter la dessus parce que c’est les russes et pis c’est tout.
          Ils ont attaque non pas 2 compatriotes mais le R-Uni dans son ensemble et maintenent d’apres le journal la Civilisation Occidentale!!! Bah ca alors.
          Pour ecrire ca il doit bien y avoir des infos secretes dnas les mains de T.May.
          le portugais qui vient d’assassiner sa femme et ses 2 enfants il n’a pas attaque la civilisation lui? Ou sont les diplomates portugais qu’on les expulse?
          et on a fait enlever le banc ou on a trouve les victimes.Faudrait pas laisser des indices hein.

  42. L’étude minore les cas puisqu’elle étudie 200,000 enfants américains nés entre 2000 et 2010.
    Le Mercure a officiellement été interdit vers 2000 dans les vaccins aux US
    Le vaccin Pasteur 2015 2016 Fluzone (multidose) contient 25 µg de Mercure par dose!
    Seulement 12.5 µg avant 36 mois
    Petite video sur l’effet in vivo du mercure sur le neurone
    https://www.youtube.com/watch?v=XU8nSn5Ezd8
    How Mercury Causes Brain Neuron Damage – Uni. of Calgary

      1. Petite info pour ceux qui seraient inquiets vis-à-vis des conséquences potentielles de la future loi sur les “fakes news” sur l’accessibilité de leur vidéo (presque exclusivement référencée sur YouTube et Dailymotion).
        Des gens travaillent sur un projet de mise en ligne de vidéos qui reprend le même principe de DÉCENTRALISATION de Diaspora* et Mastodon.
        https://framablog.org/tag/peertube/
        A quand une instance AIMSIB sur ces réseaux ?

    1. Exact !
      Mais maintenant vous savez que même au 1er trimestre de la grossesse, l’exposition du cerveau de bébé à un vaccin (seul Dieu sait quelles saletés on a pu injecter à ces pauvres mamans innocentes) peut avoir des conséquences néfastes

      1. Dans ma vie d’étudiant en médecine j’avais appris que la grossesse était une contre-indication à toute vaccination et d’ailleurs c’était noir sur blanc dan le code de la santé.
        Mais c’était il y a très longtemps et les choses changent et ecvoluent .
        Mais car il y a un mais pendant la grossesse le système immunitaire est forment déprimé pour éviter le rejet systématique d’un corps étranger greffé dans l’utérus bin oui c’est comme ça.
        Donc stimuler le système immunitaire est potentiellement dangereux.
        Je suis de plus en train de m’interroger pour savoir quel vaccin est utile en 2018 dans notre douce France??? J’avoue que je ne trouve pas un seul qui me paraisse indispensable pour tous les enfants de manière systématique. Il faut surement évaluer au cas par cas en fonction du mode de vie de la précarité etc…Mais bon on n’est pas rendu!
        Au fait je vois “débarquer à ma consultation des gens qui viennent parfois de très loin avec leur bébé qu’ils se refusent à matraquer. J’informe et je dois tout de suite que je ne fais pas de faux certificat de vaccination.
        Mais j’interroge sur les antécédents familiaux pour voir s’il n’y a pas de maladies autoimmunes dans la famille. Et lmà BINGO c’est fou comme c’est fréquent thyroïdites polyarthrite insuffisance rénale maladie de Crohn ou rectocolite ou accidents post vaccins.
        Et là je fais un certificat de contre-indication temporaire de deux ans à réévaluer !!
        En espérant que dans les deux ans la loi aura sauté mais après quelques drames je le crains.

        1. Salut Jean-Marc.
          Deux maladies auto-immunes chez les parents, ca compte ? C’est quoi ton adresse ?

          1. Ce n’est pas prévu par la crétinerie internationale sur le sujet ; mais ça demande réflexion et non précipitation ; donc délai donc consultation d’expert ; donc examen complémentaires chez le bébé : a-t-il une rate ce bébé ?
            Tout ça nécessite une contrindication temporaire !

        2. Gherardi dans la vidéo parlait du danger d’une sur-stimulation immunitaire pendant la période pré natale, mais sans en donner la raison sous jacente, merci pour les explications !
          Si seulement plus de médecins faisaient le lien entre risque à vacciner et terrain favorable aux maladies auto immunes. Souffrant de psoriasis depuis des années, je me demande si (parmi d’autres facteurs) ma liste de vaccination (longue comme le bras) n’y serait pas pour quelque chose…

          1. Comme ca, sans consultation ?
            Toutes les maladies auto-immunes seraient donc a ranger parmis les effets des vaccins ? C’est un peu rapide, non ?

          2. Vous aurez remarqué que M. De Lorgeril ne pose pas de diagnostic mais ne fait qu’émettre une hypothèse.
            Bon, déjà j’ai échappé à Genhevac, je n’ai eu qu’Engerix…

        3. Pourquoi temporaire ?
          Dans 2 ans les antécedents n’auront pas disparu!
          Par prudence , pour ménager les instances vaccinales?

          1. pour attendre que le système immunitaire comme le système nerveux central soient finis je suppose (avec une barrière hémato encéphalique à peu près étanche)

      2. 1 in 36: ASD Rate Set a New Record High in 2016
        The National Health Center for Health Statistics (NCHS)
        En raison de meilleurs diagnostics de la maladie!
        Les medecins ont fait de grands progrès en sémiologie!

  43. “Les vaccins contre la grippe peuvent être utilisés à tous les stades de la grossesse. Les données de sécurité disponibles sont plus importantes pour le deuxième et troisième trimestre que pour le premier trimestre ; cependant, les données d’utilisation des vaccins grippaux inactivés dans le monde n’indiquent pas d’issues anormales pour le fœtus et la mère attribuables au vaccin.
    VAXIGRIP peut être utilisé pendant l’allaitement.
    Votre médecin ou votre pharmacien sera en mesure de décider si vous devez recevoir VAXIGRIP.”
    Voici ce qu’on peut lire sur la notice de Vaxigrip. Je ne trouve pas cela très rassurant surtout concernant le premier trimestre. Une collègue enceinte nous racontait comment son médecin la harcelait pour qu’elle reçoive le vaccin. Il lui avait pourtant interdit tous les aliments qu’il jugeait dangereux (vin, saucisson, fromage etc…
    Je lui ai montré la notice et après avoir lu les risques neurologiques dont Guillain Barré
    ( fréquence indéterminée ,ne peut être estimée sur la base des données disponibles), elle a choisi de résister.
    Qu’en est-il des séniors atteints de démence, avec un cerveau plus perméable, dont on ne demande ni leur avis, ni celui de la famille? Facteur aggravant sans doute, voire déclenchant.

      1. Et de l’Ordre!
        Ma convocation de Septembre eu lieu parce que j’avais déposé ce lien sur un réseau social;
        http://initiativecitoyenne.be/article-vaccins-autisme-l-enorme-scandale-un-officiel-americain-avoue-que-le-cdc-a-dissimule-des-donnees-124522354.html
        Convoqué pour ça, sur plainte d’un dénonciateur dont je n’ai pas eu le droit de connaître l’identité. On m’avait dit à l’époque qu’il y avait deux choses qu’on avait pas le droit de dire sur les vaccins, c’était “vaccin et autisme” ainsi que “vaccin et mort subite”.
        Sur la chaîne Youtube de l’AIMSIB en fin de semaine un témoignage difficile à visionner. Mais soigner et tricher, moi je trouve que c’est difficile à réaliser pour pouvoir dormir sereinement ensuite, alors…

        1. Et voilà maintenant que c’est écrit “noir sur blanc”, on ne pourra plus attaquer le Dr Reliquet qui s’avère être (comme ses collègues de l’AIMSIB) un précurseur paranoïaque à d’urgence enfermer dans une Clinique soviétique de désintoxication ; pas oublier la camisole, ça mord ces clébards…
          Bravo cowboy !

          1. Renate Sommer est une parfaite idiote, probablement commissionnée par les industriels, et le parti auquel elle appartient est un nid d’idiots…
            Faudra prendre ses responsabilités au moment des prochaine élections Européennes ; tout se jouera là pour le prochain épisode ; il faut le préparer dès maintenant !
            Merci de laisser de côté les querelles droite/gauche et autres conneries ; on votera pour ceux qui s’engageront sur des objectifs citoyens précis !

    1. Pourquoi vous cacher derrière un pseudonyme pour faire votre déclaration sur les vaccins “non dangereux” durant la grossesse ? qui êtes vous pour tenir pareil propos ?

      1. Je pense que vous n’avez pas lu jusqu’au bout. Au contraire , on a moins de données au premier trimestre et cela n’est pas rassurant. Quant aux effets indésirables , c’est bien pire.
        Je ne suis pas médecin, mais très en colère contre certains produits et leur soi-disant innocuité.
        Faites un petit tour sur le site de l’AIMSIB, vous saurez qui je suis si ça vous amuse.

          1. Si je ne me trompe pas, il est demandé d’utiliser un pseudo sur ce site qui pour commenter car cela se justifie en raison du grand nombre de patients qui exposent leurs problèmes de santé. nul n’est besoin d’étaler le nom car il y a suffisamment de moyens pour “pomper ” les identités et les étaler avec leur pathologies sur les réseaux dits” sociaux” et alimenter par ex. les profiteurs de ces renseignements comme les Cie d’assurances.
            Et d’ailleurs “nardon” sans identité complète est également anonyme, alors souris7, sourions à l’adversaire avant de lui donner l’estocade.

Comments are closed.

Merci d'avance, pour le 297 +1 eme commentaire.