VACCINS et Figaro : contamination, expertise, indépendance, autorités sanitaires et réseaux sociaux !

 

La question des vaccins [utilité, efficacité, innocuité en soi ; mais aussi obligation, règlementation, recommandation, information...] agite notre société de façon chronique ; notamment au niveau des médias qui ne cessent de jacasser comme des pies qui craindraient pour leurs nids.

Les arguments développés sont rarement pertinents. Prenons un exemple récent ci-dessous : selon le quotidien du matin Le Figaro, une prestigieuse revue médicale, les antivaccins seraient des méchants « contaminateurs » et les réseaux sociaux une arme de désinformation massive !

figaro vaccins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi cette brillante rédactrice du Figaro, hautement « compétente » sur le sujet des vaccins (si on la juge sur ses terrifiantes écritures), se fait accusatrice plutôt qu’informatrice ?

Se contenter d’informer la ferait respectueuse de la déontologie de sa profession… Trop demander sans doute !

C’est étonnant car ce problème essentiellement médical et scientifique devrait faire l’objet d’un consensus ou au moins donner lieu à un débat  entre experts indépendants.

En effet, la chose la plus étonnante de ce débat qui n’a pas lieu, c’est l’absence.

Qui est absent ?

L’expertise indépendante tout d’abord.

En effet pour chaque vaccin et chaque maladie que chaque vaccin veut empêcher, nous avons des experts dans nos laboratoires de recherche et services hospitaliers. Pourquoi sont-ils absents ?

Nous avons des experts de la coqueluche au CNRS et à l’INSERM, des experts des méningocoques à l’Institut Pasteur, etcétéra. On ne les entend pas. Pourquoi ?

Pour une raison principale : un expert, par définition, n’est expert que d’un domaine particulier. Celui qui connait bien la rougeole et son virus n’est généralement pas aussi compétent en tuberculose et son bacille ou en diphtérie et sa bactérie.

Or ce qui domine actuellement c’est la confusion. Chacun (sauf les experts) parle de tout ; tout en ne connaissant rien ou pas grand chose sur chaque vaccin. Un vrai expert de la coqueluche s’exprimera sur la coqueluche et sa bactérie mais humblement s’abstiendra sur la tuberculose. Car l’expertise c’est justement de savoir les limites de sa propre expertise et donc de ses propres limites vis-à-vis de l’expertise des autres.

Il est assez amusant d’entendre des ministres successifs, des députés et des médias variés (y compris les docteurs rikiki de la télévision) donner leur avis sur chaque vaccin et chaque maladie comme s’ils étaient eux-mêmes les experts de tout à la fois.

Dans un tel brouhaha, un vrai expert est inéluctablement condamné au silence.

Autre chose peut l’inciter au silence : s’il est vraiment expert, il est hautement probable que des industriels aient fait appel à son expertise pour aider à développer de nouveaux produits commerciaux. Ce n’est pas anormal mais suscite quelques obligations éthiques et juridiques.

Dit autrement, nos vrais experts ont souvent des liens d’intérêt, possiblement conflictuels, et leur silence devient une contrainte car s’ils faisaient une recommandation ou un commentaire en faveur d’un produit commercialisé (éventuellement grâce à eux), ils seraient accusés d’une forme ou l’autre de corruption. Ce ne serait pas anormal.

Quelques vrais experts généralistes toutefois sont indemnes de ces douloureux dilemmes.

Par exemple, des vrais physiologistes expérimentés (ayant un certain vécu et du bon sens), des vrais infectiologues confrontés régulièrement à des cas cliniques divers et variés (et auteurs de quelques publications scientifiques) ou encore des épidémiologistes experts dans les méthodologies modernes de l’investigation scientifique et médicale.

La majorité de ces experts généralistes ne dit rien ou, quand certains osent s’exprimer courageusement (Pr Raoult, Pr Montagnier, par exemple), c’est pour dire leur opposition à la politique vaccinaliste actuelle.

Évidemment, les archéo-bureaucrates vaccinalistes travaillant pour les Ministères ou l’OMS depuis de décennies ont rarement l’indépendance et les compétences requises pour être qualifiés d‘expert indépendant. Ce sont pourtant les interlocuteurs préférés des médias.

On ne peut pas avoir milité toute sa carrière en faveur des vaccinations obligatoires et tout soudain se prévaloir d’une vision objective de ces questions. De même (autre exemple), les avis et opinions de ceux travaillant avec et pour la Fondation Bill et Melinda Gates – fondation qui a fait de la question des vaccins et de l’extinction de quelques maladies infectieuses la pierre angulaire de son marketing supposé désintéressé – ne sont pas les mieux placés pour délivrer des expertises indépendantes.

Il y a, et ce n’est pas surprenant, une autre remarquable absence.

Cette absence de la HAS est remarquable car elle n’est pas totale.

Dit autrement, sa présence est minimale ; le minimum syndical diraient certains mauvais esprits (dont je m’exclus) pour ne pas déplaire aux Ministres successifs mais sans pour autant sombrer dans un béat assentiment. Il faut ménager l’avenir.

HAS 1

Les missions de la HAS et surtout de sa Commission de la Transparence (ci-dessus) sont clairement indiquées par le Législateur et peu compatibles (on parle de méthodologie et d’épidémiologie) avec les obligations vaccinales actuelles.

On peut penser, en conséquence (car notre monde n’est pas fait que de méchants), que certains membres de la HAS et de sa Commission de la Transparence ont quelques difficultés scientifiques et éthiques avec la politique vaccinaliste actuelle ; sans pouvoir le dire explicitement. Probablement difficile de faire l’unanimité dans cette Commission…

D’où leur extraordinaire discrétion !

La suite de l’histoire – avec surtout l’organisation d’un débat équilibré entre experts indépendants – nous en dira plus… Suffit d’attendre que le fruit soit mûr…

 

 

 

 

 

 

 

115 réflexions au sujet de « VACCINS et Figaro : contamination, expertise, indépendance, autorités sanitaires et réseaux sociaux ! »

  1. Pierre

    Je me permets de mettre ici une petite réflexion personnelle sur la notion de médecin individualisée car j’avais lu un post il y a qq semaines sur ce principe.
    Cette sorte de mythe qu’on m’évoquait il y a deja des années a la faculté comme prochaine étape de notre belle et efficace médecine occidentale (la seule VRAIE), comme moyen de devenir immortel, car comme on le sait les études cliniques surtout cardiologiques sauvent des vies, les gens deviennent donc potentiellement immortels… n’arrivera jamais.
    Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la médecine préventive individualisée, c’est en fait une sorte de médecine où vous rentrez les critères de votre personne (différentes mesures, antécédents persos familiaux, carte génétique, lieu de vie…) dans Big Brother et il sort une panoplie de médicaments pour ne pas que vous tombiez malades!
    On sait qu’avec les traitements actuels, il faut des cocktails multiples qui coûtent généralement 1500e par an environ sur plusieurs dizaines de personnes voir qq centaines pour « sauver » une vie ou l’apparition ou la rechute d’une maladie (dans les faits il s’agit de retarder ces événements rien de plus). C’est donc extrêmement lucratif pour l’industrie qui traite inutilement plus de 95% des personnes et apporte un bénéfice très modeste pour les 5% restants.
    Je vous laisse faire le calcul si demain on se met a traiter uniquement les gens qui en auraient besoin…. Il n’y aura plus 8 millions de francais a prendre des antihypertenseurs….
    Bien sur des parades existent et si cette cartographie individualisée permet de systématiquement apporter les « correcteurs » nécessaires à nos nombreuses imperfections biologiques que 30 petites années de science médicale ont permis de détecter sur notre évolution de plusieurs dizaines de milliers d’années, soit.! Les labos/médias/instances gouvernementales se réjouiront de cette avancée sans précédent, et peut être cela deviendra même obligatoire pour avoir une assurance, aller en société…, comme les vaccins aujourd’hui.
    A nous de rester vigilants!

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Pierre

      Au-delà des aspects lucratifs de telles théories, il est non moins clair qu’elles ne reposent sur aucune réalité scientifique démontrée… C’est du bla bla dirait mon Grand-père qui fut chirurgien sur le champ de bataille en 14-18, la Grande guerre !
      Il aurait ajouté : « nous avons ce que nous méritons : de l’insipide bla bla »

      Répondre
  2. Jenn

    Des nouvelles du Sud Ouest … (sans commentaire!)

    https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/28/2806225-mauvais-cholesterol-attention-il-peut-etre-d-origine-genetique.html#xtor=EPR-1

    Publié le 28/05/2018 à 07:46
    «Mauvais» cholestérol : attention, il peut être d’origine génétique
    Actu Santé
    Grâce à une analyse génétique, un patient peut savoir si son hypercholestérolémie est d’origine génétique./ Photo DDM, Sébastien Lapeyrere

    La campagne DéChol Occitanie vient d’être lancée. Médecins, pharmaciens et biologistes s’unissent pour dépister les cas d’hypercholestérolémie familiale. Leur arme : l’analyse génétique.
    Vos analyses indiquent un taux de «mauvais» cholestérol très élevé, et si c’était génétique ? Cette question, ni farfelue, ni anodine, pourrait bien vous être posée par votre médecin généraliste, votre pharmacien ou le biologiste à qui vous confiez vos analyses. Dans le cadre d’une campagne baptisée «DéChol Occitanie», les professionnels de santé de l’ancienne région Midi-Pyrénées s’allient pour dépister l’hypercholestérolémie familiale et pouvoir ainsi proposer des traitements à des patients surexposés au risque de déclarer une maladie cardiovasculaire.
    30 000 personnes concernées dans la région
    Ils seraient près de 30 000 en Occitanie selon les calculs du Pr Jean Ferrières, à l’origine du projet. «Je voudrais ne plus voir, dans le service des soins intensifs de cardiologie, des patients qui racontent que leur père, leur grand-père, leur frère ont eu des infarctus ou des AVC (accident vasculaire cérébral) avant eux », souligne le cardiologue, co-auteur de la première étude sur les liens entre un taux très élevé de LDL-cholestérol (souvent appelé «mauvais cholestérol) et une mutation génétique transmise d’une génération à l’autre (lire encadré). «Pouvoir connaître cette mutation change tout ! Quand on sait, aujourd’hui, la défiance des patients vis-à-vis des traitements anti-cholestérol (statines), on ne peut plus s’arrêter à l’analyse clinique. La connaissance du facteur génétique nous fait passer de la médecine prédictive à la médecine personnalisée : nous pouvons proposer des traitements pour réduire les risques et dépister les autres membres de la famille », ajoute Jean Ferrières. Selon lui, les chiffres ne sont pas à négliger : l’exposition des artères à un taux de LDL- cholestérol élevé depuis la naissance expose à des accidents cardiovasculaires précoces. Une personne, porteuse de la mutation génétique d’hypercholestérolémie familiale et ne suivant pas de traitement (statines), voit son risque de présenter une maladie coronarienne multiplié par 13 par rapport à la population générale.
    «Neuf patients sur dix ignorent qu’ils sont porteurs d’une hypercholestérolémie familiale. Le programme DéChol Occitanie permet pour la première fois d’articuler le monde de la médecine libérale et de l’hôpital. Nous avons mis du temps, c’est vrai, par manque de coordination, mais nous allons pouvoir agir. Un test génétique, ce n’est pas compliqué, c’est un outil de prévention efficace et précoce », explique le Dr Yvan Macheto, de l’Union des médecins libéraux d’Occitanie (URPS).
    ________________________________________
    Repères Le chiffre : 13fois > Plus de risque cardiovasculaire. L’hypercholestérolémie familiale est une des maladies génétiques les plus fréquentes en France (estimation à 260 000 personnes). Non traitée, elle augmente le risque de maladie cardiovasculaire (infarctus du myocarde, AVC, angine de poitrine) de 13 fois par rapport à la population générale.
    « Avec la défiance des patients pour les traitements, on ne peut plus s’arrêter à l’analyse clinique »
    Pr Jean Ferrières, cardiologue, CHU Toulouse
    ________________________________________
    Étude toulousaine publiée
    Toutes vos infos en illimité et sans publicité à partir d’1€/mois
    A partir d’une série de 632 patients, une équipe de cliniciens-chercheurs de Toulouse et Paris a démontré l’intérêt de la génétique pour prédire le risque de déclarer, très jeune, une maladie cardiovasculaire. Sur ces 632 patients, 344 présentaient une hypercholestérolémie (taux de LDL-cholestérol supérieur à 1,9 g/l ou à 1,6 g/l malgré un traitement pour le réduire). Les généticiens ont alors recherché la présence ou non d’une mutation à l’origine de l’hypercholestérolémie héréditaire, également appelée hypercholestérolémie familiale, qui peut se transmettre d’une génération à l’autre. Elle a été repérée chez 57 % d’entre eux. L’étude a noté que dans les cas d’origine génétique de la maladie, les patients présentaient des signes visibles lors de l’examen clinique (boules de graisse sous la peau au niveau de la paupière ou des tendons, anneau blanchâtre autour de la cornée). La découverte d’une mutation chez ces patients donne 3 fois plus de risque de faire un infarctus du myocarde prématurément.
    Publication dans la revue de la Société Américaine de Cardiologie Préventive, Clinical Cardiology, au printemps 2018. Equipes de recherche : UMR 1027 Inserm-Toulouse 3 Paul-Sabatier ; fédération de cardiologie CHU de Toulouse ; service biochimie et génétique moléculaire AP-HP Paris ; UFR sciences de la santé Versailles
    Emmanuelle Rey

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Jenn

      Merci de l’info !
      Un sublime condensé qui vaut bien les « condensés vaccinaux »…
      Misère !
      Et dire que je n’ai pas encore commenté les sublimes condensés de l’Académie de Médecine…

      Si quelqu’un voulait vérifier les liens d’intérêt de nos sublimes condensateurs…
      Pas confondre avec les sublimes Linky…

      Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : akira

          Oui, je sais ; mais c’est déjà ancien ; l’animal voulait reprendre à son compte le fameux « French paradox » que nous avions décrit (et surtout expliqué en partie) dès 1992…
          Mais les perroquets ne chantent jamais aussi bien que les Castafiore ; à moins que les auditeurs soient aussi sourds que des Pr Tournesol… Oups !

          Répondre
      1. akira
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Sinon c’est 319 declaration sur Transparence Sante. Je crois que c’est mon record personnel, j’ai jamais vu autant ! Principalement MSD, Astrazeneca, et plein d ‘autres boites …
        Et pas des gueuletons a 50 balles, une bonne palanquee de trucs sous le nom de « autres remunerations » a plus de 1000 euros !!

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : akira

          C’est tout ?
          Choupinette !
          Il est loin des records de certains parisiens…
          C’est du bas de gamme ; genre « Bois de Boulogne » ; ça peut transmettre des maladies… Oups !
          C’est choux, l’humour carabin !

          Répondre
      2. akira
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        On a aussi ca en 2013 a la societe de cardio :

        Pr. Jean FERRIERES :
        Je soussigné(e) Jean Ferrieres , déclare les relations professionnelles suivantes pour l’année civile 2013 :
        1 – Contrat de recherche : NOVARTIS
        2 – Contrat de consultant/conseil
        3 – Contrat dans le cadre d’actions de communication :
        ASTRA ZENECA, NOVARTIS, MERCK MSD, SERVIER
        4 – Jetons de présence / avantages en nature
        5 – Contrat salarié / actionnariat / autres (préciser)

        En gros, il a ete paye pour faire de la pub pour les statines de astrzeneca et Cie.

        Répondre
      3. akira
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Pour 2015 c’est encore mieux (il monte en grade) :

        Professeur Jean FERRIERES déclare les relations professionnelles suivantes pour l’année civile 2015
        Contrat de recherche
        Amgen, MSD
        Contrat de consultant/conseil
        Amgen, MSD, Sanofi
        Contrat dans le cadre d’actions de communication
        Amgen, Astra Zeneca, Boeringher Ingelheim, MSD, Sanofi

        C’est du lourd !!

        Répondre
        1. dreamer
          En réponse à : akira

          Il me semble que dans la base transparence santé y a pas tout en plus. La directive européenne sur le secret des affaires étant passée par là, les contrats internationaux n’ont pas à être mentionnés de mémoire (à vérifier)

          Répondre
    2. cardiomindfullness
      En réponse à : Jenn

      Tout ça c’est pour faciliter le passage des anti-PCSK9. Une sorte de vaseline intellectuelle quoi. En effet les responsables politiques sont en train de s’aviser que ces médicaments coutent très cher et que, même avec des contorsions méthodologiques obscènes, leur efficacité dans les essais cliniques est « modeste » dans le post-infarctus standard.
      Malgré tout personne ne va oser remettre en question l’indication dans les hypercholestérolémies familiales (HF). C’est le côté maladies orphelines, téléthon, SIDA au XXème siècle, Alzheimer… toussa toussa… où l’on remplace le rationnel par l’émotionnel. « Il faut bien faire quelque chose pour ces malheureux ».
      Du coup, plus il y a de personnes avec une HF, plus ça fait de clients pour les anti-PCSK9. Donc grande campagne de dépistage de l’HF et grande campagne pour expliquer comment que c’est très beaucoup dangereux. Et après les « associations de patients » réclament les médicaments injectables contre le cholestérol. Les traders éjaculent.

      Répondre
        1. cardiomindfullness
          En réponse à : Michel de Lorgeril

          Vulgarité ? vous parlez des savants de Toulouse ? Parce que de mon côté je pense avoir été très « soft » sur le programme Déconne Occitanie. Quant à Sanofi, je dirais pour paraphraser Churchill, qu’ils avaient le choix entre le mensonge et la faillite. Ils ont choisi le mensonge. Ils auront la faillite.

          Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : cardiomindfullness

            Faillite ? Pas sûr ?
            Quelques prédateurs tournent autour ; il suffirait que le « tour de table » de l’Oréal en cours de recomposition ne soit pas favorable et adieu me champion tricolore…
            A moins que le proie se fasse prédateur ; tout est possible !

  3. Bernard G

    Et l’alcool ? Sur le foetus : l’alcool détruit les neurones en formation au moment où la mère en consomme.
    Quand j’étais jeune il y avait un slogan que j’aimais bien : « les parents boivent, les enfants trinquent ! » Aujourd’hui c’est « boire ou conduire, il faut choisir ! » On voit « l’évolution » …
    Sans parler de tous les autre méfaits de l’alcool. Mais on est en France où c’est une part importante de l’économie,. comme les vaccins d’ailleurs.
    Et le tabac ? J’ai connu l’époque où les appelés du contingent étaient payés en cigarettes … J’ai entendu un jour « J’ai appris à fumer à l’armée ».

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Bernard G

      Les façons de boire ont beaucoup évolué en France. En général, les femmes enceintes ne boivent plus…
      L’épidémiologie des pathologies (et des bienfaits) de l’alcool est désormais bien décrite.
      Je dirais, comme l’a récemment dit Napoléon le 4ème (ou le 5ème) : « Foutez la paix aux français avec le vin… et avec les vaccins ! »

      Nous avons donc un grand chef d’état ; quoique je ne sois pas sûr de la fin de sa phrase… A vérifier !

      Répondre
  4. MT

    Ca me fatigue…

    https://www.touteleurope.eu/actualite/la-commission-appelle-a-une-meilleure-couverture-vaccinale.html

    « La Commission souhaite également qu’une politique de vaccination pérenne soit mise en place avec comme objectif que 95% de la population soit vaccinée. Un seuil qui permettrait a minima d’empêcher toute propagation épidémique. La Commission propose aussi d’imposer un contrôle de routine du statut vaccinal par échantillonnage national pour suivre l’avancée des campagnes vaccinales. »

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MT

      Vous comprenez en lisant ces idioties pourquoi de plus en plus de citoyens européens (et pas qu’en Italie) doutent des avantages d’être dans l’Union Européenne…
      Aux prochaines élections européennes, il faudra envoyer à Strasbourg et Bruxelles des gens dignes de nous représenter !
      En attendant, tous ceux qui n’ont rien dit avant le vote de la Loi et qui se plaignent aujourd’hui sont très rigolos, comme disait disait mon grand-Père qui fut chirurgien tout près des tranchées pendant la Grande Guerre (14-18) ; et il ajouterait : « vous avez ce que vous méritez…« 

      Répondre
    2. Emilio
      En réponse à : MT

      Et bien entendu, on va atteindre cette couverture vaccinale de 95% en appliquant l’obligation vaccinale qu’aux enfants nés à partir du 1er janvier janvier 2018.

      C’est bien connu, les nourrissons nés depuis le début de l’année sont tellement exceptionnels qu’ils vont envahir le monde et tuer tous ceux qui sont nés avant …

      Buzyn et ses collaborateurs européens prend tout le monde pour des imbéciles, et ça marche !

      Répondre
      1. Bernard G
        En réponse à : Emilio

        Vous inquiétez pas Emilio pour la couverture vaccinale des enfants nés avant 2018, ils auront les 11 vaccins comme les autres puisqu’ils sont devenus obligatoires depuis le 1er janvier, la clause « nés après le 1er janvier 2018″ étant systématiquement passée sous silence.

        Il y a quelques jours, une maman me téléphone. Elle vient de faire faire le ROR à son enfant pour le mettre chez la nounou « puisque maintenant il est obligatoire » alors que l’enfant était forcément nés avant 2018. En attendant qu’il reçoive le méningo C dont Didier Raoult écrit qu’il est dangereux, que sa balance bénéfice-risque est faible et qu’il doit être réservé au cas par cas. En 2007 Perronne disait la même chose avant de signer 10 ans plus tard la pétition des 200 grands médecins en faveur de son obligation …

        J’ai essayé un jour, sur un blog de médecins, de dire que les obligations ne s’appliquaient pas aux enfants nés avant 2018. Je me suis aussitôt fait violemment contrer par un zélateur alors que la ministre l’avait pourtant dit plusieurs fois. Devant la violence je n’ai pas cherché à discuter. Pourtant c’est affirmé par le calendrier vaccinal et dans un courrier de la Présidence reçu par EPVL …
        http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2017/10/01/35726994.html

        L’opposition, ou ce qu’il en reste, est tellement épuisée par une année d’actions stériles ou perdues d’avance quand ce n’est pas par des batailles internes, qu’elle n’a même plus la force de tirer le penalty offert sur un plateau par la ministre qui a pourtant elle-même désigné le point de penalty : saisir le Conseil d’Etat pour qu’il sorte un arrêt disant que pour les enfants nés avant 2018, le seul vaccin obligatoire étant le DTP, celui ci ne pouvait être exigé en raison de son indisponibilité.

        Répondre
        1. Emilio
          En réponse à : Bernard G

          La propagande étant ce qu’elle est (avec en particulier une insistance sur la nécessité d’obtenir un taux de couverture vaccinale de 95%), je suis extrêmement inquiet sur les évolutions à venir…

          Dans la logique qui est celle promue par la POLITIQUE vaccinale (qui n’a cessée de répéter que les vaccins non obligatoires n’étaient pas moins importants que ceux qui sont obligatoires), ça n’a pas de sens de laisser exister une « rupture d’égalité » entre les enfants nés avant ou après le 1er janvier 2018, d’autant plus qu’ils fréquentent la même collectivité (crèches mais plus tard maternelles, collèges et lycées , université puis entreprises ou administration etc …).

          Je crains que les affirmations de la ministre n’aient consistés à simplement manipuler les gens en limitant le nombre de contestataire le temps de faire voter la loi …

          Je trouve extrêmement inquiétant que celui qui avait prévu de longue date cet élargissement des obligations vaccinales évoque désormais une extension de ces obligations au Gardasil, au vaccin grippe, voir aux médicalisations en dehors de la vaccination (mammographie, échographie obstétricales … etc).

          La mammographie et le dépistage du cancer du sein, c’est largement aussi effrayant que les vaccins … Notre gouvernement vient de décider la gratuité du dépistage du cancer du col de l’utérus. Ce même gouvernement a rendu obligatoire la vaccination contre la rougeole et l’hépatite B. S’il decidait de rendre obligatoire la vaccination contre le cancer du col de l’utérus, en quoi ce serait pire que ce qui a déjà été fait en multipliant par 3,7 le nombre se valences obligatoires pour des nourrissons en parfaite santé ??? Le plus dur a été fait : on a obligé les nourrissons à recevoir une moyenne de 1 vaccin multivalent tous les 1,6 mois entre 2 et 18 mois. En quoi le fait de rendre obligatoire Gardasil ou le vaccin antigrippale serait PIRE que ce qui a déjà été fait ???

          L’association Cancer Rose milite pour que la réalité des bénéfices des dépistages du cancer du sein soit connu. Revue de blog sur la MAMMOGRAPHIE :

          https://www.cancer-rose.fr/lettre-ouverte-a-mme-schiappa-chargee-du-ministere-pour-legalite-entre-les-femmes-et-les-hommes/

          http://www.rolandsimion.org/spip.php?article284

          http://www.rolandsimion.org/spip.php?article230

          http://www.rolandsimion.org/spip.php?article162

          http://docteurdu16.blogspot.com/2015/10/desorganiser-le-depistage-organise-du.html?m=1

          http://docteurdu16.blogspot.com/2012/10/peter-gotzsche-versus-le-bulletin.html?m=1

          Répondre
    3. gb
      En réponse à : MT

      je continue de lire tous les message qui circule sur ce blog…j’attends j’espère prochainement le livre du Docteur de lorgeril sur la vaccination …demain après 18 mois de congés parental retour au boulot…Le case tête pour faire garder son enfant..

      Répondre
      1. Emilio
        En réponse à : gb

        Il faudra se débrouiller en dehors du circuit officiel des crèches, assistantes maternelles etc, voir en dehors de l’école… ou alors : il faut tellement communiquer, exprimer sa colère, dénoncer encore et toujours l’obligation vaccinale que la loi continue à exister mais soit vidée de sa substance.

        Si les collectivités d’enfants voient leur fréquentation chuter, si des problèmes sociaux commencent à exister, les gens vont commencer à se questionner sérieusement sur le jusqu’au-boutisme de certains citoyens.

        L’apartheid a eu des conséquences, Macron veut réhabiliter l’apartheid : le citoyen doit en tirer les conséquences.

        Répondre
        1. akira
          En réponse à : Emilio

          « Il faudra se débrouiller en dehors du circuit officiel des crèches, assistantes maternelles etc, voir en dehors de l’école… ou alors : il faut tellement communiquer, exprimer sa colère, dénoncer encore et toujours l’obligation vaccinale que la loi continue à exister mais soit vidée de sa substance. »

          C’est bien facile a dire quand on est pas soi meme dans la situation …

          Répondre
          1. MT
            En réponse à : akira

            @ akira

            Ca n’est pas facile, c’est la triste réalité! Il n’y a pas 36 solutions!
            Soit vous shuntez le système
            Soit vous transgressez si vous en avez les moyens (délicat)
            Soit vous vous soumettez

            Jusqu’à ce que la li change ou qu’une révolution arrive…

          2. Emilio
            En réponse à : akira

            Pour faire garder les bébés, je pense pour le coup que ce n’est vraiment pas difficile … l’Amiral a déjà donné la solution.

            Pour le reste, je rappelle juste qu’en 2009, 92% de la population a refusé la vaccination contre H1N1. Ce que j’explique sur l’immense danger de l’obligation vaccinale est directement tiré de ce précédent.

            La ministre a fait voté la loi, mais pour l’instant, le problème reste abstrait (800 000 nourrissons naissent chaque année alors il ne doit pas y en avoir des masses qui doivent être concernés). Les lois sont faites pour être contournées par des individus mais aussi des gens assermentés qui ne souhaitent pas faire du zèle.

            Mon espoir est que les facteurs qui ont permis à 92% de la population d’identifier la propagande ridicule de 2009 soient à nouveau réunis dans un avenir proche, puisque pour l’instant les conséquences du vote de cette loi sont encore relativement abstraites. Je rappelle d’ailleurs que parmi les 92% de personnes concernées en 2009 il y avait une large majorité de gens tout à fait favorables aux vaccins. C’est bien pour cette raison que la propagande « antivaccinaliste » m’enthousiasme peu pour mener un combat contre les obligations vaccinales. Le combat doit être politique et rassembler aussi les gens favorables à certains vaccins.

            Le problème pour Buzyn et ses acolytes (Floret et ses amis du « CTV de la HAS ») est qu’à force d’accuser des familles françaises d’être victimes de « complot » ou de « fakes news », un point d’inflexion soit atteint à partir d’un certain niveau de violence qui empêcheront les exécutants (écoles, crèches etc…) de faire du zèle face à ceux qui sont les plus récalcitrants.

            Une vilaine réputation est mauvaise pour le business. Quelle genre de conséquences pourraient avoir une violence gratuite exercée contre des familles qui ne sont coupables d’aucune faute ? Quoi de plus répugnant que des « policiers des vaccinations » ? Dur de convaincre la clientèle de souscrire à des services auprès de « policier des vaccinations », non ? Peut-être même que ce que cherche Big Pharma, c’est surtout fournir l’argument de l’obligation aux médecins mais aussi favoriser les faux certificats (avec des vaccins tout de même vendus mais non utilisé, ce qui est politiquement un désastre mais une aubaine pour éviter de voir sa réputation ternie par des gens victimes de violences …).

            Je précise que mon propos ne correspond pas à de l’enthousiasme. Simplement, il n’est pas certain que le plan de Buzyn se déroule jusqu’au bout sans accrocs …

        2. MT
          En réponse à : Emilio

          @ Emilio
          Je ne pense pas que les collectivités d’enfants vont voir leur fréquentation chuter malheureusement.

          @ gb
          Je compatis cette situation est un casse-tête.
          Mon fils a eu 3 assistantes maternelles différentes, aucune ne m’ont demandé le carnet de santé. En crèche, ils vous le demanderont.
          J’ai rencontré des parents lors d’une manif contre l’obligation vaccinale qui me disaient que leur enfant était scolarisé depuis plusieurs années et qu’il n’était pas vacciné. Tous les ans, on les tannait pour avoir le justificatif du DTP et ils jouaient la montre disant qu’ils allaient leur amener bientôt. La situation était stressante et difficile à vivre mais leur enfant n’a jamais été exclu de l’école.
          L’année dernière, j’ai inscrit mon enfant sans donner de preuves officielles de vaccination, on ne m’en a pas demandé.
          Il faudra tenter le forcing et ne rien lâcher.

          Répondre
          1. Emilio
            En réponse à : MT

            @MT : Chuter … le terme est peut-être excessif, s’il n’y a pas de zèle effectivement. Peut-être qu’il va baisser de quelques % et peut-être qu’il y aura des parents qui n’auront pas le choix, oublieront-ils pour autant ce fameux « radar automatique » de l’obligation vaccinale qui les met régulièrement à l’amende ? Grâce au carnet de vaccination électronique ?

            Pour tout vous dire, une collectivité prête à appliquer la schlague décidée par Buzyn est nécessairement constitué d’un personnel encadrant dans lequel il est impossible de placer sa confiance…

            On n’envoie pas ses enfants en collectivité pour qu’il existe un risque de maltraitance lié à une vaccination forcée.

          2. Emilio
            En réponse à : MT

            La schlague dont je parle est celle qui consiste à appliquer avec zèle le refus d’admission en collectivité au motif anecdotique de l’absence d’une vaccination.

            L’obligation vaccinale est immorale, de quelle genre d’action pourraient être capable des gens prêts à appliquer la schlague illégitimes mais légale qui lui est liée ?

  5. Inoxydable

    @ Jenn : C’est ça l’ hypercholestérolémie ? « Sur ces 632 patients, 344 présentaient une hypercholestérolémie (taux de LDL-cholestérol supérieur à 1,9 g/l ou à 1,6 g/l malgré un traitement pour le réduire » Bè, peuchère, y en a qui ont du soucis à se faire…
    Pas moi, même pas peur !

    Répondre
      1. aminevite
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Ils ont perdu le Nord mais pas l’Ouest (Pays de Loire) où les généralistes répètent toujours à leurs patients que je suis le seul spécialiste (parmi les cardiologues, neurologues, diabétologues) à être anti-statines!..
        J’ai l’impression d’être à Londres,tout seul, pendant le Blitz…Non, la guerre n’est pas finie!

        Répondre
    1. Inoxydable
      En réponse à : Emilio

      @ Emilio : La vidéo Girard VS Bachelot est extraordinaire; Et dire quette « Scrogneugneu… » continue à faire le guignol à la T.V. Lamentable.

      Répondre
    1. dreamer
      En réponse à : Akira

      il est très bien ton lien ! ça permet d’avoir les éléments de langage et de propagande utilisés :)

      Tu remarqueras que tous les articles sont « FR/VAC/0081/18 – Avril 2018 © 2018 Groupe GSK ou ses concédants ». Chouette, en fait c’est une plaquette promotionnelle !

      faire peur aux parents (ha la la, les épidémies d’hépatite B chez les bébés…)

      https://destinationvaccination.lequotidiendumedecin.fr/fiche_pratique/vaccin-contre-lhepatite-b-savoir-convaincre-les-parents/

      L’immunité de groupe qui protège aussi les non vaccinés :

      https://destinationvaccination.lequotidiendumedecin.fr/fiche_pratique/protection-collective-plus-la-population-est-vaccinee-plus-on-reduit-le-nombre-de-cas-chez-les-vaccines-et-les-non-vaccines/

      Tes libertés individuelles, et surtout celle de disposer comme tu l’entend de ton propre corps, tu peux te les mettre où je pense :

      https://destinationvaccination.lequotidiendumedecin.fr/augmenter-la-couverture-vaccinale-principaux-arguments-epidemiologiques/

      « Dans le contexte de l’extension de l’obligation vaccinale, se poser la question de la liberté individuelle, c’est oublier le principe même qui fonde la réussite de la vaccination, à savoir la protection collective par la constitution d’une immunité de groupe. Le vaccin, c’est aussi un geste citoyen, altruiste, responsable »

      Plus c’est gros, plus ça passe. Votre nouvelle série à la télé : la propagande vaccinale pour les nuls.

      https://destinationvaccination.lequotidiendumedecin.fr/obligation-vaccinale-connaissances-et-perception-de-la-population-en-france/

      Caractéristiques des vaccinations perçues comme obligatoires

      Les vaccinations sont considérées comme :

      – éprouvées de longue date, dont l’efficacité et l’innocuité ne sont pas mises en doute ;
      – concernant des maladies autrefois répandues, graves et/ou invalidantes ;
      – s’adressant à toute la population ;
      – non entachées de polémiques ;
      – admises pour leur utilité.

      https://destinationvaccination.lequotidiendumedecin.fr/adhesion-a-la-vaccination-un-phenomene-complexe/

      « Au total, les auteurs concluent que les résultats de cette enquête confirment que l’adhésion à la vaccination est un phénomène complexe mettant en jeu plusieurs déterminants sociodémographiques. Il est important de les prendre en compte pour lever les réticences et redonner confiance dans la vaccination.  »

      Pour redonner « confiance » (on voit que c’est de la foi et non des faits) faudrait des vrais études d’efficacité et de tolérance, et surtout ne pas se foutre de la gueule du monde (et des patients en particulier), mais ça manifestement c’est toujours pas au programme.

      Moi ce qui m’étonne dans tout ça c’est que les médecins ne réagissent pas. en lisant ces trucs ce sont eux qui sont pris en premier pour des abrutis ! Comme l’a dit l’autre à l’ordre des médecins « la vaccination ça ne se discute pas ! ». Ils sont considérés comme étant de bons petits soldats et agents de propagande auprès des populations, et tout va bien quoi.

      Moi je serai toubib je serai révolté qu’on me prenne pour un con dans de telles proportions (et je sais qu’il y en a, c’est dommage qu’on ne puisse pas quantifier quelle proportion du corps médical refuse de jouer ce jeu malsain).

      Répondre
      1. Emilio
        En réponse à : dreamer

        Les médecins sont des habitués du COLLOQUE SINGULIER.

        Marc Girard explique très souvent que le job de ceux qui sont chargés de développer des médicaments doit être exercé par des pharmaciens, des toxicologues, des chimistes et pas par des médecins habitué au COLLOQUE SINGULIERS.

        Dans cette perspective, la fibre « scientifique » du médecin n’est aucunement consultée…

        En fait, chacun doit rester dans sa spécialité. J’ai eu face à moi une spécialiste en matière de virologie (lors d’une bete conférence soi-disant animée par un « éminent personnage ») qui nous présentait un sujet qu’elle ne connaissait manifestement pas … Elle était virologue, semblait imbattable et passionnée par ce sujet, mais ne connaissait rien à la vaccination (alors même que c’était le thème qu’elle était chargée de promouvoir) . Elle s’est ridiculisée (par rapport à ma bête culture générale sur le développement des medicaments) quand elle a expliquée la manière dont ces MÉDICAMENTS appelés vaccins étaient développées.

        Si les médecins étaient réellement préoccupés par le respect des convictions de leurs patients, alors ils auraient dû massivement s’opposer aux obligations vaccinales.

        Au lieu de ça, la propagande a promu l’ordre des médecins comme l’organe principal chargé de « faire la police » pour que le dogme vaccinal soit respecté :

        http://docteurdu16.blogspot.com/2017/11/quand-le-president-du-conseil-national.html?m=1

        http://michel.delorgeril.info/ethique-et-transparence/vaccins-sciences-medicales-et-ordre-des-medecins

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Emilio

          Vous avez raison.
          Toute cette histoire d’obligation vaccinale est absurde ; et tout le monde le sait…
          Il en est souvent ainsi dans nos sociétés, hélas !
          Jusqu’au jour où…
          Cette Loi n’est pas seulement absurde, c’est un déni de démocratie (atteinte à des libertés fondamentales) sans justification médicale et scientifique ; quoique quelques ignorants prétendent le contraire…
          Il va falloir être patient, cher ami.
          La dernière fois que des gouvernants se sont attaqués à nos libertés fondamentales (c’était du temps de Laval et Pétain), ça a mal fini mais il nous a fallu 4 ans pour nous en débarrasser…
          Et pendant ces 4 années tristes, la majorité ne disait rien… Seuls quelques résistants ont sauvé l’honneur. Soyez fier de faire parti des résistants de la 1ère heure. Nous gagnerons !

          Répondre
          1. Emilio
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Je ne suis plus patient. C’est impossible pour moi.

            Le problème n’est pas de trouver (ou pas) une justification médicale ou scientifique à l’obligation vaccinale, le problème est qu’obliger quelqu’un en parfaite santé (qu’il soit un enfant, un adulte, un personnel soignant) a recevoir un traitement médical relève de l’humiliation.

            Je vais encore citer Marc Girard (on va finir par penser que je suis un obsédé, ce qui ne serait pas forcément faux). Le problème est d’être doté d’une ÉLÉMENTAIRE COMPASSION pour des mères de familles qui ne veulent pas exposer leurs enfants aux conséquences iatrogènes des vaccins [1]

            Ceux qui ne sont pas dotés de cette compassion vont penser que la réaction de certains parents face à l’obligation vaccinale relève d’une volonté irrationnelle… la propagande, que je continue à suivre attentivement, est en train de changer : désormais, les « complotistes » sont ceux qui rejettent l’obligation vaccinale et non plus simplement LA vaccination.

            Ce gouvernement passe en force continuellement sur tous les sujets. Ils sont en train de nous retirer nos droits les plus fondamentaux. Ils préparent des lois absolument incroyables (loi sur les fakes news …) dans l’indifférence la plus totale.

            Il est urgent de réagir… Marc Girard ne cesse de dénoncer L’ABSENCE DE LIMITE [2] de ce gouvernement. Le citoyen doit poser une limite à Macron …

            [1] http://www.rolandsimion.org/spip.php?article404
            [2] http://www.rolandsimion.org/spip.php?article382

          2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Emilio

            Bon !
            On fait quoi ?
            Comme disait mon Grand-Père chirurgien sur le front en 14 : « nous avons ce que nous méritons »…
            Ça a duré 4 ans et ce sont les américains qui nous ont permis de retrouver nos libertés…

          3. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Akira

            Non, à propos des 4 ans, je pensais moi-aussi à celle de 39-45…
            Cela dit, si les USA n’avaient pas sauvé d’abord le royaume-uni puis l’URSS avec des aides matérielles majeures au moment des attaques allemandes, ni l’un ni l’autre n’auraient résisté…
            Définitivement, pour un scientifique historien sérieux, ce sont les USA qui ont vaincu les nazis…
            Ils auraient pu intervenir plus tôt, certes, mais les USA étaient (et sont encore) peuplés d’allemands qui adoraient Hitler et haïssaient Staline…
            Ce fut dur pour Roosevelt d’obtenir l’accord implicite du peuple américain. Merci aux japs qui à Pearl Harbor…
            Finalement, il faut dire surtout merci aux japs…

          4. Dreamer
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            On fait quoi ? On achète et on lit le bouquin de Marc Girard  » alertes grippales » (qui n’est plus édité mais on trouve des fonds de stocks chez les vendeurs tiers de fnac.com et Amazon).

            Je l’ai terminé ce matin, cette lecture est indispensable. Tout y est.

          5. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Dreamer

            Vous pensez qu’en ayant lu un livre, vous avez sauvé les bébés ?
            Venez nous expliquer ça le 23 Juin à Paris au meeting de l’AIMSIB !

          6. Benoit
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Je voulais juste rebondir sur le « Merci aux japs qui à Pearl Harbor… » d’un peu plus bas, pour préciser que le gouvernement américain savait qu’ils allaient être attaquer et ont laissé faire pour forcer l’opinion publique a la guerre…

          7. Dreamer
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            ‘sauver les bébés’ par la simple lecture d’un livre je ne pense pas, mais au moins cela permet de se fournir en outils d’auto défense intellectuelle contre la propagande qui nous entoure.

          8. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Benoit

            Bon.
            Peut-être : »…a fringe theory that is rejected by most historians… »
            D’un autre côté, la citation du journal de Hawaï annonçant une attaque est terrible…
            Mais finalement, le gouvernement, et les historiens salariés de ce gouvernement, peuvent-ils admettre un scénario aussi cynique ?

          9. Ricomart
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            @Ben-oïte
            Pardonnez mon impudence cher Ben (vous vous y ferez), mais jamais, en aucun cas, Wikipète ne serait être une référence sérieuse, chacun pouvant à loisir y raconter ce que bon lui semble avec des modérateurs sanctionnant ou acquiesçant à ce que bon leur plaisent. Maintenant dans la longue liste de références affirmant la thèse défendue peut-être pouvez en extraire quelques sérieuses propositions… in french, it’s more easy for my lazy english, please !

      2. Bernard G
        En réponse à : dreamer

        Je ne partage pas cette obsession vis-à-vis de l’obligation vaccinale exclusivement car elle occulte le fait que tous les vaccins recommandés ont été rendus obligatoires et seulement eux. Il faudrait donc se tourner vers ces recommandations. La HAS a fait supprimer la recommandation des vaccins contre les rotavirus en avril 2015 contre les présidents du CTV et du HCSP qui ont dit qu’on leur avait forcé la main … Peut-on penser que si ces vaccins avaient été recommandés ils seraient aujourd’hui obligatoires et que ce serait pour cette raison que la HAS aurait cherché, par anticipation, à en faire supprimer la recommandation, jugeant que leur obligation n’était pas acceptable ?
        Plus encore, il y a eu la recommandation du vaccin contre le méningo C dont Christian Perronne disait en novembre 2007 aux journées de veille sanitaire de l’InVS :

        « pour certains microbes à sérogroupes multiples et en l’absence de couverture sur l’ensemble des souches, le déplacement de souches microbiennes dans la population, dont l’impact épidémiologique pourrait, dans certains cas, faire perdre le bénéfice de la vaccination (pneumocoques, méningocoques). »
        « « Il n’est pas suffisant pour un vaccin d’être efficace et bien toléré pour être recommandé, surtout de façon généralisée :
        le vaccin méningococcique de type C … n’est recommandé que pour des personnes à risque ou dans des situations épidémiologiques bien particulières. »
        « Les principaux motifs pour restreindre l’utilisation d’un vaccin ou pour ne pas le recommander … sont :
        une morbidité ou une mortalité faible, en France, de la maladie à prévenir (méningocoque C, zona, rotavirus). »
        Ces extraits sont dans son résumé [1]
        Cela n’évitera pas que le vaccin contre le méningo C soit plus tard recommandé pour tous les enfants puis, moins de 10 ans plus tard, le même Perronne Christian signera la pétition des 200 Grands Médecins en faveur de son obligation …
        On se rend alors compte que le problème fut d’abord dans la recommandation généralisée de ce vaccin dont l’Italie n’a pas voulu et non dans son obligation. Idem pour le Prévenar que la ministre italienne n’avait même pas mis dans sa liste des 12.

        Avons-nous bougé le petit doigt quand leur recommandations généralisées ont été annoncées ? NON, nous n’avons rien fait et de cela nous sommes tous coupables.

        Pourquoi ? Nous réagisons à l’obligation parce qu’elle pourrait nous toucher directement par nos enfants et petits-enfants mais nous laissons courir les recommandations génaralisées car ce seront les enfants des autres et ce sans nous préoccuper des conséquences épidémiologiques que ces vaccinations à souches multiples peuvent avoir et qui peuvent affecter nos proches par déplacement des souches microbiennes vers d’autres souches en créant un vide dans la niche naso-pharyngée.
        Oui nous n’avons rien fait ni rien dit et de cela nous sommes tous coupables. Et aujourd’hui encore nous continuons à aggraver notre cas en nous gargarisant avec des dissertes sur l’obligation plutôt qu’en remontant en amont sur la nocivité de la pratique généralisée de ces vaccins comme l’écrit pourtant Didier Raoult dans son livre de janvier 2018 « La vérité sur les vaccins » page 216 :
        « Le vaccin contre le méningocoque par exemple n’est pas à recommander à tout le monde. Dans moins de 1% des cas le virus provoque septicémies ou méningites et la vaccination n’est pas anodine. Son rapport bénéfice-risque est donc faible.
        Le sérotype A est rarissime ; pour le B et le C c’est typiquement le vaccin à recommander à la carte. Il faut expliquer le risque relatif et laisser chacun décider. Evidemment, cette pédagogie passe d’abord par le médecin. »

        Sur la dangerosité du vaccin contre le méningocoque C il existe au moins un résultat qui fut publié sur le site du ministère pour y disparaitre en 2011 au moment de la refonte du site comme j’avais pu le vérifier auprès de l’équipe qui s’occupait de cette refonte et que l’on pouvait contacter à l’époque. Ce résultat avait été présenté au cours d’une réunion internationale de 47 experts. Elle s’était déroulée le 21 septembre 1998 dans les locaux de l’Agence du médicament à Paris. Deux auteurs, Lucien Abenhaim et M. Sturkenboom présentaient les résultats obtenus par une étude cas-témoins sur les données britanniques du GPRD :
        Vaccin contre le méningocoque C : OR=4,8   IC 95%  [1,2  ;   20] ce qui correspond à une probabilité 1,33% d’obtenir un écart au moins aussi important par le seul fait du hasard, le seuil de signification choisi étant  2,5%.

        [1] http://invs.santepubliquefrance.fr//publications/2007/jvs_2007/vaccination/1.pdf

        Répondre
    2. Pascalito
      En réponse à : Akira

      Cette feuille de chou même pas apte à démarrer mon feu de cheminée et inutilisable aux chiottes, me colle aux basques malgré déménagement pro et désir renouvelé pat téléphone de ne plus la voir encombrer ma BAL. De la bonne propagande quotidienne insistante à base de bois d’arbre en plus, qui file direct à la corbeille recyclage.
      Idem pour ses soeurs du même genre.
      Bien cordialement

      Répondre
  6. Nathalie

    Bonjour,
    Je suis désormais une adepte de la diète méditerranéenne depuis pas mal de temps. J’ai supprimé les acides gras saturés style beurre, crème et fromages de mon alimentation que je remplace par des produits végétaux. Néanmoins, je me pose une question sur ces acides gras saturés (question qui va sembler idiote). Quand on ingère des acides gras saturés, surtout en grosse quantité d’un coup, comme cela m’arrivait par le passé car j’avais une tendance à l’hyperphagie par moments, ils passent dans le sang avec les risques que cela comporte. Mais que se passe-t-il après ? Sont-ils totalement évacués du sang ou en reste-t-il une partie ? Existe-t-il un moyen de faire une sorte de bilan pour savoir où on en est ?
    Pardon pour ces questions. J’ai cherché des réponses mais je n’ai pas trouvé.
    Je vous remercie
    Bonne journée

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Nathalie

      Vous êtes peut-être adepte mais vous n’avez pas bien compris. je le devine… sur la base de votre question.
      Je vous encourage à lire notre livre « Le nouveau régime méditerranéen » ; vite ; ça pourrait vous sauver la vie !

      Répondre
  7. Emilio

    https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2018/06/06/la-commission-technique-des-vaccinations-fait-son-bilan-et-salue-une-politique-ministerielle-plus-volontariste-_858537

    => « Depuis mars 2017, la mission d’élaborer les recommandations vaccinales est dévolue à la Commission technique des vaccinations (CTV) de la Haute Autorité de santé (HAS), qui a pris le relais du comité technique des vaccinations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Un an après, la HAS présente son bilan et ses neuf recommandations.

    Une meilleure prise en compte de l’évaluation médico-économique

    Le Pr Élisabeth Bouvet, membre du collège de la HAS et présidente de la CTV, a d’abord rappelé le contexte actuel, notant « une certaine défiance de la population vis-à-vis de la vaccination, mais aussi des prescripteurs qui affichent un certain conservatisme », conduisant à une couverture vaccinale insuffisante et à la résurgence de maladies comme la rougeole. Déplorant le manque d’innovation de la France ces dernières années, elle salue « une politique ministérielle plus volontariste » avec Agnès Buzyn, en référence aux 11 vaccins rendus obligatoires chez les tout-petits.

    Le Pr Bouvet a par ailleurs énoncé les trois grands principes de la CTV : rigueur scientifique, indépendance et transparence. Pour le Pr Daniel Floret, pédiatre, expert en vaccinologie et vice-président de la CTV, ce rattachement à la HAS, « autorité qui jouit d’une bonne réputation », est « de nature à rétablir la confiance ». Cet ancien membre du comité du HCSP assure la continuité entre les deux structures. Il a présenté les améliorations réalisées avec cette nouvelle commission, à commencer par le soutien logistique apporté par la HAS. De plus, « la CTV s’est ouverte à d’autres compétences, avec un membre infirmier et un autre pharmacien par exemple, mais également à la société civile, avec un représentant des usagers. », souligne le Pr Floret. Par ailleurs, la CTV et la Commission de transparence appartiennent désormais à la même entité. Selon le Pr Floret, « cette nouvelle organisation devrait permettre d’éviter les avis divergents qu’il y a pu avoir par le passé ». Il constate aussi « une meilleure prise en compte de l’évaluation médico-économique, fondamentale dans la prise de décision ».

    Chaque recommandation est soumise à une consultation publique

    Depuis sa mise en place, la CTV a émis 9 recommandations qui ont concerné :

    – le vaccin pneumococcique Synflorix. La commission s’est positionnée en défaveur de la stratégie actuelle vis-à-vis des infections à pneumocoques chez l’enfant de moins de 5 ans, sans remettre en cause la balance bénéfice-risque de ce vaccin ;

    – la vaccination antigrippale. « Nous avons montré que les nouveaux vaccins contre la grippe, Vaxigrip Tetra et Influvac Tetra, peuvent s’insérer dans la stratégie existante, selon les indications de leur AMM », indique Catherine Rumeau-Pichon, adjointe à la directrice de l’évaluation médicale, économique et de santé publique de la HAS ;

    – le vaccin hexavalent Vaxelis dont la place a été précisée : il peut être utilisé pour la pimo-vaccination et la vaccination de rappel du nourrisson selon les schémas actuels du calendrier vaccinal ;

    – les pénuries ou arrêts de commercialisation – pour lesquels Catherine Rumeau-Pichon déplore le manque d’anticipation de la part des industriels – ont également fait l’objet de recommandations. L’arrêt de commercialisation du vaccin contre la rougeole Rouvax a entraîné l’actualisation des situations nécessitant une vaccination avant 12 mois et devant recourir au vaccin trivalent ROR. Concernant la pénurie du vaccin pneumococcique non conjugué 23-valent, la HAS a défini des populations prioritaires ;

    – le contexte épidémique à Mayotte a conduit la CTV à recommander la co-administration de vaccins dans le cadre de la campagne de rattrapage vaccinal chez les enfants de moins de 6 ans et la vaccination contre la coqueluche chez les femmes enceintes ;

    – l’entrée en collectivité qui doit faire l’objet d’une vérification du statut vaccinal ; la HAS souligne l’importance des rappels pour une protection efficace. »

    Source : Lequotidiendumedecin.fr
    ÉCRIT PAR
    Charlène Catalifaud

    Répondre
      1. akira
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        « Connais ton ennemi et connais–toi toi–même ; eussiez–vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi–même, tes chances de perdre et de gagner seront égales. Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi–même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites. »
        Sun Tzu, L’art de la guerre.

        Répondre
        1. Ricom’Art
          En réponse à : akira

          @Kirirapetou
          Peut-être est-il plus facile de connaître son ennemi que de se connaître soi-même ?Combien, dans la certitude de son être, Ego est-il souvent dans l’erreur de l’autre et de lui-même ? À se déjuger ou mal se jauger ne sommes-nous pas dans l’impossibilité d’évaluer l’altérité ?
          La dialectique casse-t-elle des briques disaient mes grands frères ?

          Répondre
      1. dreamer
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Non pas plus que ça (rien qui tombe dans la description de l’ « insulte » en tous cas). j’ai juste trouvé « significatif » que des gens se sentent obligés de répondre à l’un de vos articles…

        Répondre
          1. dreamer
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Je n’ai jamais compris pourquoi on discute d’un point de vue « épidémiologique » de cette notion de couverture vaccinale, qui me semble intrinsèquement débile :

            devant l’échec de la fameuse « couverture vaccinale », ses apôtres ont ajouté la condition qu’il faut qu’elle soit « homogène », ce qui est parfaitement con vu que les flux de population sont dynamiques. Si on l’évalue au niveau d’un pays, des gens sortent (expatriés) des gens rentrent (immigrants) et au sein du même territoire se déplacent à l’intérieur.

            On peut descendre au niveau de n’importe quel sous ensemble (région, département, ville, rue, immeuble…) in fine on retombe sur la notion de protection individuelle.

Commentaires : page 2 sur 2«12

Répondre à MT Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.