Archives du mot-clef prévention

Rougeole en Aquitaine : un décès et une indécente « récupération » de propagande vaccinale

 

Une jeune femme sévèrement handicapée par son obésité morbide (elle ne sortait plus de chez elle) serait décédée des complications de la rougeole au CHU de Poitiers en Février 2018.

Peu d’informations ont filtré ; le dossier médical est probablement complexe.

Respectons la victime et sa famille ! Merci !

Comme cette jeune femme n’était pas vaccinée, les lapins crétins en profitent pour déverser des tonnes de « bonne conscience » vaccinaliste et antiscientifique.

Vous n’aurez pas de commentaires superflus et indécents de ma part !

Je ne suis en effet ni ministre, ni journaliste ; mais un peu nauséeux quand même face à ce déferlement d’idioties…

Restons factuels :

1- la rougeole mortelle avait quasiment disparu du territoire avant la vaccination de masse.

2- la rougeole adulte et celle du nourrisson sont apparues depuis la vaccination de masse.

3- la rougeole adulte et celle du nourrisson sont plus dangereuses que celle de l’enfant.

4- la rougeole adulte mortelle est une conséquence de la vaccination de masse.

5- outre les complications individuelles de la vaccination, il serait urgent de tenir compte des complications communautaires de la vaccination, par exemple le phénomène de déplacement.

6- ce phénomène de déplacement  correspond aux déplacements de l’âge des victimes de la rougeole. Autrefois, la rougeole se vivait à l’école primaire : maladie bénigne de l’enfance ; mortalité faible (ou nulle) en relation avec des cas d’immunodéficience primitive ou secondaire qui nécessitaient des traitements avec des immunoglobulines.

L’hystérie vaccinaliste qui suit ce décès à Poitiers est prototypique de la Société du Spectacle : l’inversion cynique de la réalité des faits.

On accuse l’absence de vaccin alors qu’il faut questionner la vaccination de masse, les concepts de couverture optimale et de vaccins altruiste. Comme discuté dans mon billet précédent.

La dramatisation indécente de ce cas fait oublier la réalité des faits :

- nombre décès par rougeole par an en France : 1

- nombre décès par tuberculose par an en France : plus de 500

- nombre décès par maladies cardiovasculaires par an en France : plus de 100 000 !

Cela étant dit, on fait quoi ? On réfléchit peut-être ?

Je crains que ce soit beaucoup demander à ceux qui ont la tête dans le sac !

Une priorité absolue : ne pas politiser la Santé Publique !

 

 

 

 

 

 

 

L’épidémie de ROUGEOLE et la couverture vaccinale : la réalité des faits en Europe

 

Alors que la propagande vaccinaliste et obligationniste bat son plein sur tous les tréteaux de la République médiatique, voilà que la réalité des faits s’impose à tous. Vive la France !

Un des points les plus rocambolesques de cette hilarante propagande (qui rappelle la belle époque de l’Union des Républiques Socialistes et Soviétiques, son Kominterm, son Kominform, son Soviet Suprême…) concerne l’épouvantable épidémie de rougeole qui ravage notre beau pays et tue nos enfants dès le berceau ; alors que nos voisins sont miraculeusement protégés.

Question : pourquoi nous et pas eux ?

Parce que nos bons Européens du Nord (l’exemple insurpassable d’intelligence citoyenne) et nos voisins teutons, polonais, espagnols et portugais sont des bons et dociles citoyens qui sont heureux d’être vaccinés ; alors que nous, les vilains sans-culottes de toujours, regardons la seringue vaccinale avec scepticisme.

Avons-nous tort d’être sceptiques ?

Plutôt que des envolées lyriques télévisuelles, constatons humblement les chiffres publiés par l’Agence Européenne qui synthétise toutes les données nationales concernant les maladies épidémiques et les taux de couverture vaccinale.

Cette prestigieuse Agence, au-dessus de tout soupçon, publie les statistiques de l’année 2017 pour la rougeole (measle en anglais) pour les cas rapportés et pour la couverture vaccinale dans chaque pays. C’est plus facile sous forme de graphique coloré mais chacun peut vérifier par lui-même ; c’est toujours préférable. C’est là :

https://ecdc.europa.eu/en/publications-data/measles-notification-rate-million-population-country-1-january-2017-31-december

D’abord les cas enregistrés : plus c’est foncé, plus il y a des cas de rougeole. S’il y a quelques mauvais élèves (Italie, Belgique), la France fait bonne figure : mieux que les allemands et les autrichiens et jeu égal avec les anglais, les suédois et les finlandais (ci-dessous)… Pas de quoi, faire de la France, vue d’Amérique, un pays de rougeoleux !

Examinons maintenant (ci-dessous) la couverture vaccinale : plus c’est foncé et plus on est vacciné (deux doses). Il y a des champions : l’Islande (en haut à gauche), la Suède, l’Espagne et le Portugal. Nous faisons moins bien que les allemands, les anglais et les polonais.

Je laisse le soin à chacun de confronter les deux cartes.

Examinez l’Allemagne, l’exemple universel de sagesse et d’efficacité. Ils se vaccinent plus mais ils font plus de rougeole que nous !

Sont idiots ces allemands ?

Les espagnols et les anglais se vaccinent plus que nous mais font tout autant de rougeole !

Sont stupides ces anglais, ces espagnols ?

Leçon du jour à méditer dans les Ministères et les Parlements : il n’y a pas de parallélisme (pas de concordance) entre la couverture vaccinale et la fréquence des cas de rougeole.

Les concepts de « couverture vaccinale » et de « vaccin altruiste » doivent être ré-examinés de toute urgence par de vrais experts vraiment indépendants de l’Industrie et du Ministère !

On savait tout ça (et je l’expliquerai en détails dans mon prochain livre) mais avec des belles couleurs Européennes, qui peut contester ?

Les caniches du journal LE MONDE ?

Je vous laisse à vos méditations et libations dominicales.

Surtout n’écoutez pas ceux qui vous disent que le French paradox, ça n’existe pas : en général, ils boivent plus que la moyenne et, en plus, ce sont des pisse-froids…

Vive la flibuste !

 

 

 

 

 

Statines et cholestérol : un vent de panique parmi les meilleurs experts ?

 

Les temps sont durs pour nos experts rémunérés ; surtout depuis la déconvenue des anti-CETP, évènement fatal dont j’ai parlé dans un billet antérieur.

Certains experts se cachent, d’autres se taisent en attendant d’être pensionnés et pouvoir oublier leurs désastreuses et humiliantes fins de carrière…

Je suis triste !

Mais il reste quelques naïfs venus un peu tard sur le champ de bataille et qui tardent à comprendre que les temps de l’argent facile venant d’une industrie triomphante et généreuse sont révolus.

Si cette industrie en vient en effet à se vendre pour quelques seringues vaccinales…

Parmi ces naïfs, il y en a un qui aboie encore ;  il est drôle certes mais il peut mordre aussi.

C’est un danois mais je ne fais pas référence à la gente canine, bien sûr, je ne fais qu’emprunter à ma cousine Marie-Antoinette de la Fontaine qui aimât tant humaniser nos amies les bêtes.

Titre de l’article de notre collègue (ci-dessous). Je traduis : « Pourquoi les médias rapportent des informations négatives sur les statines ? »

C’est publié le 8 Février 2018 dans le journal officiel de la prestigieuse  Société Européenne de Cardiologie (à laquelle j’appartiens) et qui curieusement ne m’a pas encore signifié mon congé. Il y a sans doute dans cette société de cardiologie-là (très internationale) des gens qui ont des avis variés, apprécient l’humour et encouragent la controverse.

« Pourvu que ça dure » disait un cousin éloigné de Louis XVI…

Notre collègue danois s’étonne que des médias qui, si longtemps, approuvèrent et diffusèrent les idioties des académiciens sur le cholestérol et les statines aient soudain changé de ton.

Les médias sont comme d’autres mordeurs et aboyeurs, ils lèchent la main qui les nourrit. Et puis, après un moment à la niche pour digérer, ils cherchent un nouvel os à ronger si la main habituelle n’est plus là pour caresser.

Notre collègue danois n’a pas encore compris que la main habituelle qui tant le caressa n’est plus là pour le nourrir. C’est triste comme un frigidaire vide !

Il a ainsi copié quelques « unes » de journaux britanniques (ci-dessous) et désespère de tant de bêtises médiatiques.