AUTISME, IMMUNITE ET VACCINS

 

Des travaux remarquables, quoiqu’il s’agisse d’épidémiologie d’observation [mais peut-on faire mieux en recherche clinique sur ce sujet ?], viennent récemment conforter ceux qui défendent la théorie que certains cas d’autisme [ou ASD pour Autism Spectrum Disorder en anglais] sont des maladies du système immunitaire.

Comme la vaccination, quelque soit sa forme et son mode d’administration, est une agression du système immunitaire, nous voilà à nouveau sur la piste « les vaccins favorisent l’autisme ».

Je recommande les deux articles parus le 8 Juin 2018 dans le journal de la Société Américaine des Médecins (ou JAMA).

Le premier (ci-dessous) analyse les associations entre ASD et allergies de type varié, notamment les allergies alimentaires.

ASD & allergy 2

C’est une magnifique étude impliquant presque 200,000 enfants américains et les données médicales et biologiques ont été récoltées entre 1997 et 2016.

Sans l’ombre d’un doute, il existe des associations très significatives entre ASD et des allergies alimentaires, respiratoires et cutanées. Dit autrement, la probabilité qu’un enfant autiste soit aussi allergique est beaucoup plus élevée que parmi les enfants non autistes.

Qui dit allergie dit dysfonction du système immunitaire.

Comme nous sommes en épidémiologie d’observation, la causalité n’est pas démontrée et encore moins le sens de cette causalité : sont-ils plus souvent autistes parce qu’ils sont plus souvent allergiques ?

Cela dit, des modèles expérimentaux (à considérer avec beaucoup de prudence) ont montré que la dysfonction immunitaire pouvait provoquer des syndromes neurologiques ; et pas l’inverse.

Ce serait être de bien mauvaise foi que de prétendre que dans cette étude l’autisme ait provoqué des allergies…

Par contre, il y a peu de doute que les vaccinations soient à l’origine de maladies allergiques. Il est d’ailleurs recommandé aux vaccinateurs d’identifier toutes les formes d’allergie qui pourraient donner lieu à complication post-vaccinale. Mais, rien n’est fait pour clarifier cette question ; au contraire, tout est fait à tous les niveaux académiques pour essayer de « camoufler » ces complications des vaccins ou au moins les minimiser de telle sorte que les médecins ne soient pas alertés ou aient tendance à les négliger selon la formule désormais célèbre : « cet effet supposé du vaccin n’est pas dû au vaccin, ce n’est qu’une coïncidence ! »

On résume : les vaccins provoquent des allergies et les allergies sont associées aux (probablement favorisent les) troubles autistiques.

Cette remarquable étude épidémiologique est accompagnée d’un non moins remarquable éditorial (ci-dessous) dont je recommande aussi la lecture attentive pour les raisonnements mais aussi pour la profonde humanité dont il témoigne.

immune & ASD 1

 

 

 

Avec beaucoup de prudence, l’auteur reconnait que désormais nous devons accepter que, au moins dans certains cas, les ASD sont des maladies du système immunitaire.

C’est une étape fondamentale sur la route qui mène inéluctablement à la vérification-validation de la théorie liant les vaccins aux ASD.

Ceux qui l’auront longtemps niée (par ignorance, bêtise ou simplement du fait de leurs liens avec l’industrie des vaccins) auront droit, comme disaient les doux soixante-huitards d’une époque révolue, aux poubelles de l’Histoire. Nous sommes historiens et nous avons bonne mémoire…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

165 réflexions au sujet de « AUTISME, IMMUNITE ET VACCINS »

  1. President de la ligue antivaccinale

    Pas lu l’article ,peut être interessant,mais émanant du Jama

    Le Jama est le journal de l’ AMA , american medical association , organisation complètement corrompue, créée (comme l’OMS d’ailleurs) par les sbires de Rockfeller , le roi du pétrole , dans un but mercantile
    Par curiosité je vais sur le site et que vois je?
    Vaccination Patterns in Children After Autism Spectrum Disorder Diagnosis and in Their Younger Siblings

    Conclusions and Relevance :Children with ASD and their younger siblings were undervaccinated compared with the general population. The results of this study suggest that children with ASD and their younger siblings are at increased risk of vaccine-preventable diseases.

    https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/article-abstract/2676070?resultClick=1

    La vaccination protège de l’autisme !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

      L’équivalent du JAMA en France n’existe pas ; mais s’il existait, ce serait le journal du Conseil de l’Ordre des Médecins ; et évidemment je ne ferais que le parcourir…
      Aux USA, triomphe du capitalisme et de ses contradictions, tout est possible : le pire et le meilleur !
      Donc pas de jugement a priori. Ils ont publié des idioties mais parfois ils publient comme ici des choses très intéressantes ; sans jamais citer les vaccins bien sûr !
      Ce qui ne nous empêche pas, nous, d’avancer sur ce chemin difficile.
      L’article que vous citez est d’ailleurs à double sens : 1) les autistes sont moins vaccinés ; ce qui signifie que les parents et les médecins « doutent » des effets des vaccins chez ces enfants et, en moyenne, ont tendance à s’abstenir ; 2) que les non-vaccinés (autistes ou pas) soient à plus haut risque de pathologies supposées « empêchables » par des vaccins revient à « enfoncer une porte ouverte »… C’est une information ou un commentaire sans intérêt contrairement au 1)…

      Répondre
    2. President de la ligue antivaccinale

      L’histoire du cartel pharmaceutique
      15 mai 1911
      La Cour suprême des États-Unis déclare John Rockefeller et son trust coupable de corruption, de pratiques illégales et de racketérisme. Par conséquent, la totalité du trust Rockefeller Standard Oil, la plus grande entreprise du monde à cette époque, est condamné à la dissolution. Mais Rockefeller était déjà au-dessus de la Cour suprême et ne se souciait guère de cette décision.

      1913
      Pour dissiper la pression publique et politique qu’il subit avec ses barons, Rockefeller trouve une nouvelle solution appelée « philanthropie » : il utilise les revenus de ses pratiques illégales sur le marché du pétrole pour créer la Fondation Rockefeller. Grâce à cette entité dont le statut équivaut à un paradis fiscal, il organise le contrôle stratégique du secteur de la santé aux États-Unis.

      La Fondation Rockefeller est la façade d’une nouvelle entreprise globale gérée par Rockefeller et ses complices : les investissements dans le commerce pharmaceutique. Les dons de la Fondation Rockefeller supportent exclusivement des écoles médicales et des hôpitaux. Ces institutions sont devenues les missionnaires d’une nouvelle race d’entreprises: les fabricants de médicaments synthétiques brevetés.

      C’est à cette époque que l’on découvre les vitamines. Il devient vite évident que ces molécules naturelles ont des propriétés curatives remarquables et qu’elles peuvent prévenir de nombreuses maladies chroniques. Les recherches menées sur leurs propriétés permettent de publier divers ouvrages, mais elles sont ensuite abandonnées. Ces nouvelles molécules présentent en effet un inconvénient majeur : elles ne peuvent pas être brevetées.

      Par conséquent, dès ses premières années d’existence, le commerce pharmaceutique est déjà confronté à un risque mortel: les vitamines et autres micronutriments promus par des programmes de santé publics rendraient impossible le développement de toute activité commerciale basée sur des médicaments brevetés. L’élimination de la concurrence indésirable des micronutriments naturels devient donc une question de vie ou de mort pour le commerce pharmaceutique.

      1918
      La Fondation Rockefeller profite de l’épidémie de grippe espagnole et utilise les médias (qui sont déjà contrôlées par les industries) pour lancer une chasse aux sorcières contre tous les médicaments qui échappent à ses brevets.

      Au cours des 15 prochaines années, toutes les écoles médicales des États-Unis, la plupart des hôpitaux et l’American Medical Association deviennent des pions sur l’échiquier stratégique de Rockefeller pour mettre l’ensemble du secteur de la santé sous le monopole de ses entreprises pharmaceutiques.

      Déguisée en « Mère Theresa », la Fondation Rockefeller sert également à conquérir des marchés étrangers et des continents, avec les mêmes méthodes que Rockefeller avait lui-même appliquées pour créer son empire pétrochimique au cours des précédentes décennies.

      1925
      De l’autre côté de l’Atlantique, en Allemagne, un premier cartel chimico-pharmaceutique est créé pour s’opposer à la conquête du marché mondial des médicaments par le seul Rockefeller. Dirigé par les multinationales allemandes Bayer, BASF et Hoechst, le cartel I.G. Farben émerge avec une force de travail comptant plus de 80.000 employés. La course pour le contrôle du marché mondial des produits pharmaceutiques est lancée.

      29 novembre 1929
      Le cartel Rockefeller (U.S.A.) et le cartel I.G. Farben (Allemagne) décident de diviser le monde en sphères d’intérêt. Cette pratique est exactement celle pour laquelle Rockefeller avait été condamné 18 ans plus tôt, lorsque son trust avait divisé les États-Unis en « zones d’intérêt ».

      En 1944, Nelson Rockefeller faisait déjà partie de la direction exécutive du gouvernement américain. Débutant comme Sous-secrétaire d’État, il est devenu en quelques années Conseiller spécial du Président Truman pour les Affaires spéciales. En d’autres termes, à chaque situation critique de l’histoire du vingtième siècle, les intérêts du conglomérat Rockefeller avaient déjà un rôle déterminant dans les décisions prises au plus haut niveau. Ils ont façonné le monde de l’après-guerre et organisé la distribution de ses richesses.

      1945 – 49
      Le rôle des frères Rockefeller ne se limite pas au contrôle des monopoles mondiaux du pétrole et des médicaments. Ils doivent aussi créer une plate-forme politique pour supporter la croissance de leurs entreprises. Sous leur influence, les Nations Unies sont créées en 1945, à San Francisco. Pour prendre le contrôle politique du monde de l’après-guerre, trois pays – tous leaders de l’exportation de produits pharmaceutiques – prennent toutes les décisions, les 200 autres sont transformées en simples observateurs.

      Alors qu’elles ont été créées dans le but de servir le bien-être des peuples du monde, les diverses organisations de l’ONU, comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), deviennent rapidement les agences politiques défendant les intérêts des industriels du pétrole et des produits pharmaceutiques.

      Répondre
      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

        Rockfeller est « dans les choux » ; aujourd’hui, nous avons la prodigieuse « Fondation Bill et Melinda Gates »…
        C’est bien mieux et encore plus philanthropique : « chaque époque a la Fondation qu’elle mérite » comme disait mon grand-Père qui fut chirurgien sur la ligne de front en 14-18

        Faudrait vous actualiser un peu !
        Nom de Dieu !

        Répondre
      1. Bernard G
        En réponse à : F.Rocher

        Le 4 novembre 2011 j’ai entendu le président du CTV dire que le vaccin hépatite B pourrait même avoir un effet protecteur contre les atteintes démyélinisantes. C’était au congrès Sfsp de Lille.
        En effet on observe un déficit d’atteintes démyélinisantes non scléroses en plaques parmi les vaccinés hépatites B (il s’agit des enfants des publications Tardieu and co). Ce déficit statistique signifie que ceux qui manquent sont allés ailleurs. Mais où ? Soit dans la classification « RIEN », d’où effet protecteur possible du vaccin. Soit dans la classification « SCLEROSE EN PLAQUES » d’où effet aggravant possible du vaccin.
        Il s’agit bien entendu d’un effet aggravant avec 52% de conversion en SEP chez les vaccinés HB contre 32% chez les non vaccinés HB.
        J’avais expliqué cela au congrès Adelf-Sfsp d’Amiens les 4-6 octobre 2017. C’est en ligne avec le diaporama et le résumé sur le site du congrès http://www.adelf-sfsp.fr/?p=15493 (mais je n’ai pas parlé de l’interprétation du président du CTV !)

        Alors pourquoi pas avoir une « étude » semblant montrer une protection vaccinale de l’autisme. Il ne faudrait pas être surpris. Mais il y a toute chance que cette « protection » soit en réalité une aggravation. Si on veut avancer on ne fera pas l’économie d’une évaluation des méthodes utilisées dans les études prétendant évaluer l’impact d’une campagne de vaccination.

        Répondre
        1. F.Rocher
          En réponse à : Bernard G

          @ Bernard G
          Il y a une petite marge entre  » il serait plausible que  » et l’ article dit que :
          La vaccination protege de l’ autisme !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
          Je serais pas surpris , quand je le lirais , plutot que de me contenter de l’ imagination tres fertile du president .

          Répondre
          1. Bernard G
            En réponse à : F.Rocher

            Ce sur quoi il faudrait plus utilement se focaliser c’est sur ce que les experts patentés sont capables de faire de façon erronée car cela peut être très lourd de conséquences pour les populations plutôt que sur les erreurs de lecture (en anglais) ou les formulations rapides des uns et des autres qui s’expriment ici.

            Oui « l’expertise » est parfaitement capable de neutraliser des signaux statistiques gros comme des montagnes, non pas en le faisant exprès mais parce qu’elle n’a pas compris, cette expertise, comment fonctionnent les tests statistiques. J’ai fait une communication orale à ce sujet au congrès Adelf-Sfsp d’Amiens les 4-6 octobre 2017. Vous trouverez résumé et diaporama sur le site du congrès
            http://www.adelf-sfsp.fr/?p=15493
            Par exemple, avec 195 cas qui apparaissent dans l’année qui suit une vaccination contre 106 au cours des 2 années suivantes cumulées, auteurs et expertise concluent à l’absence de signal statistique !!!…!!! (on pourrait mettre 20 ! comme vous, ce serait parfaitement justifié et beaucoup plus utile ). Ils ne le font pas exprès car ils traitent en cas-témoins sans se rendre compte qu’il y a un signal tout aussi énorme sur les témoins avec 854 dans l’année et 508 pour les 2 années suivantes cumulées.
            L’erreur commise est que pour eux les témoins ne peuvent être que neutres puisque ce sont des témoins !!!!…!!! Sur cet exemple c’est totalement faux. Les conséquences ne sont pas négligeables évidemment.
            Autre exemple : l’expertise n’a pas compris la différence entre le risque de première espèce et l’exploration de données : dans les 2 cas il y a une multiplicité de tests. Pour elle, multiplicité de tests implique risque de première espèce !!!…!!!
            Autre exemple : utiliser sans sourciller des souris non fécondées pour étudier une durée de gestation !!!…!!! Sous la forme : utiliser des cas non vaccinés pour étudier l’incubation éventuelle d’une maladie à partir d’une vaccination qui n’existe pas !!!…!!!
            Autre exemple : une de nos meilleurs épidémiologistes théoriques Dominique Costagliola est capable de proposer comme exemple pédagogique un intervalle de confiance [1,1 600] avec un odds ratio de 3 alors que le carré de l’odds ratio (9 ici) doit être égal au produit des bornes qui est 660.La borne supérieure vaut 8,18 quand les 2 autres valeurs sont fixées à 1,1 et 3. C’est ce qui s’appelle dépasser les bornes !!!…!!!

            Voilà parmi les erreurs monumentales très importantes sur lesquelles il serait plus profitable pour la santé du public de se concentrer pour les faire connaitre afin qu’elles soient corrigées et de façon rétroactive pour ce qui est des études déjà publiées. Il y aurait de grosses surprises …

    3. President de la ligue antivaccinale

      Mea culpa
      Ma conclusion est erronée ,provenant d’une lecture rapide et superficielle
      Se reporter à l’analyse correcte du Dr MDL

      Mais, in fine ,la conclusion de l’article est qu’il faudrait plus vacciner ces malheureux ,déjà victimes des vaccins
      Comme du temps de la variole en Angleterre:on obligeait les parents à vacciner le 2e enfant ,après la mort du 1er des suites de la vaccination ,sous peine d’amende ou de prison

      Répondre
      1. Bernard G

        Y’a pas eu quand Angleterre !
        Le résumé de l’étude mentionne en effet que les parents d’enfants autistes sont réticents à leur faire d’autres vaccins. Ce pourrait être une indication que ces parents ont quelques interrogations sur le rôle de vaccinations dans l’apparition de l’autisme et d’abord par un bref délai entre les 2 événements.

        Répondre
    1. Dreamer
      En réponse à : Pascal

      Oui, sur les liens entre autisme et nutrition y a des choses intéressantes avec les régimes cetogene / Atkins, et Andrew Wakefield le pestiféré milite depuis longtemps pour les diètes sans gluten / sans caséine dans les choses à tester en cas d’autisme. Y a aussi des choses sur l’influence du microbiote intestinal.

      Répondre
  2. siplus

    « Par contre, il y a peu de doute que les vaccinations soient à l’origine de maladies allergiques. »
    Voila une affirmation bien péremptoire;
    Des sources doc?

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : siplus

      Péremptoire moi ?
      Ça fait 40 ans que quand je dis quelque chose, des crétins me disent que je suis péremptoire…
      Quand je parle des choses qui sont du ressort de mon travail, je ne me souviens pas d’avoir dû reculer…
      Concernant Napoléon IV et sa politique vaccinale aberrante, je suis prêt à faire « amende honorable » mais pour vaccins et allergies…

      Répondre
    2. Dreamer
      En réponse à : siplus

      Quand on voit une explosion des troubles allergiques et auto immuns sans aucune explication biologique satisfaisante, on cherche en général des causes environnementales et en particulier iatrogènes non ? C’est quoi déjà le geste médical de masse qui touche au système immunitaire ?

      Répondre
      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : Dreamer

        Merci de contribuer…
        A titre anecdotique [quoique ce ne soit pas anecdotique du tout à de multiples points de vue], on rappellera que le DTPolio a été retiré de la vente aux alentours de 2008 du fait de complications allergiques…
        Ça m’étonnerait qu’ils aient totalement inventé ça nos amis de l’AFSSAPS et de SANOFI, quoique…

        Répondre
        1. Dreamer
          En réponse à : Michel de Lorgeril

          Un certain blogueur ancien expert en pharmacovigilance qui a bossé sur le dossier hépatite b ( vous voyez de qui je parle ? :-) ) avait écrit sur son blog que cette alerte de pharmacovigilance à propos du dtp était complètement bidon, imaginer un tel signal après 40 ans d’utilisation…

          Il semble qu’effectivement cette ‘ alerte’ était fabriquée de toutes pièces en condensant les remontées de plusieurs années sur une seule. Ainsi le seul vaccin permettant de remplir strictement l’obligation légale n’étant plus disponible, cela fermait la porte à toute demande d’indemnisation par l’État en cas d’accident. Ce n’est pas la première fois qu’un vaccin est retiré du marché sous un prétexte complètement bidon : hexavac avait été retiré au prétexte d’une prétendue ‘ baisse d’immunogenicite’ alors que cela faisait suite à des morts subites du nourrisson en Allemagne et en Autriche.

          Notons une fois de plus le niveau de foutage de gueule des autorités. Je ris encore quand je relis les articles de 2009 mentionnant les communiqués de presse très rassurants des autorités de santé nous expliquant qu’il n’y avait AUCUN rapport entre pandemrix et les vagues de narcolepsies partout en Europe quand la campagne de vaccination à débuté

          Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Dreamer

            Vous avez raison : 40 ans d’utilisation sans rien voir, c’est difficilement acceptable pour un intellect « normal » ; quoique…

            Après 35 ans de commercialisation, aucun universitaire cardiologue n’avait vu (ou dénoncé) la moindre chose à propos du Médiator…
            C’est sûr que 35 et 40, ça fait une grosse différence… Ouuuuuuuuuuuuuuups !!
            Pourtant une jolie bécassine de Brest, comprenant rien à la cardiologie, voyait un problème…

            Même chose avec les statines : 30 ans de commercialisation et ils ne voient rien… Sont drôles les académiciens…

          2. Dreamer
            En réponse à : Dreamer

            Pour l’histoire du médiator, le vrai scandale ne touchait-il pas plutôt les médecins qui ont détournés l’usage de ce médicament en le prescrivant hors AMM ?

            Je pourrais vous suivre sur la cécité de nos autorités en matière de pharmacovigilance, même si dans le cas du dtp, on parle quand même d’un effet indésirable réputé fréquent et facilement identifiable ( une simple réaction allergique) alors que dans le cas du médiator le nombre de victimes est très faible ( rapporté à sa fréquence annuelle) donc un signal statistique qui peut ne pas sauter aux yeux du premier médecin prescripteur venu.

          3. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Dreamer

            « un signal statistique qui peut ne pas sauter aux yeux du premier médecin prescripteur venu » dites-vous ?
            Merci de mieux me lire…
            35 ans sans rien voir dans aucun hôpital universitaire ?

          4. Benoit
            En réponse à : Dreamer

            Par rapport a l’histoire d’allergie, le vaccin qui a remplacé le DTP a exactement la même composition il me semble.

            Si le DTP a du être arreté pour allergie, le suivant devrait l’être aussi.

            Ou alors quand on rajoute une valence ya moins d’allergie, ce qui est peut être logique en vaccinologie. (sic)

      2. aubepine
        En réponse à : Dreamer

        Septuagénaire bien « mûre » … le dernier vaccin étant déjà bien loin … je viens de vivre une allergie au pollen carabinée (cortisone, antihistaminique) pour la première fois de mon existence.
        Carence en manganèse responsable ??
        Cela vient s’ajouter à une maladie auto- immune et une sensibilité au gluten.
        Fatalité ??

        Répondre
  3. President de la ligue antivaccinale

    Maladies auto immunes secondaires au vaccin contre le HPV,d’après le registre du VAERS

    A case–control study of quadrivalent human papillomavirus
    vaccine-associated autoimmune adverse events
    Clinical Rheumatology · December 2014
    DOI: 10.1007/s10067-014-2846-1 · Source: PubMed

    Risque relatif
    Gastroenteritis 4.6

    Arthritis 2.5

    Guillain-Barre syndrome 0.75

    Thrombocytopenia 1.3

    Systemic lupus erythematosus 5.3

    Vasculitis 4

    Alopecia 8.3

    CNS conditions(troubles neurologiques) 1.8

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Dreamer

      Oui ; je reste dubitatif quant à l’importance donnée à l’aluminium…
      Il y a pire que l’alu, c’est l’obligation !
      Cela dit, nul ne peut prédire la suite des opérations dans cette lamentable et pitoyable aventure ; ça vaut bien Trumpinette à Singapour pour rencontrer l’homme-fusée…
      Au point où on en est… je retourne sur mon Baobab avec mes cousines les termites !

      Répondre
      1. Dreamer
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Je suis partagé sur cette histoire. D’un côté, si l’aluminium vaccinal est un problème, celà doit être le cas pour une toute petite partie de la population. De l’autre cela permet de montrer les lacunes des évaluations des constituants des vaccins.

        Il se sert de ça à dessein pour montrer que sa position est fondée scientifiquement et éviter la sanction ( sanction qui serait parfaitement scandaleuse). Je trouve sa démarche parfaitement légitime. Je pense que s’attaquer de front à ‘ l’obligation ‘ revient au suicide professionnel pour un médecin en exercice. Le guignol à la tête du conseil de l’ordre a prévenu : ça ne se discute pas. Sinon gare à la sanction. Il ne l’a pas dit mais l’a pensé tellement fort que tout le monde à compris.

        Répondre
  4. reliquet

    Une certitude; Chez certains autistes (pas seulement les régressifs possiblement post vaccinaux) l’éviction absolument complète du gluten et de toutes les sous-fractions des produits laitiers entraine parfois des résultats exceptionnels et reproductibles en plus, car si par accident ils en ingèrent à nouveau ils replongent dans leurs états antérieurs pendant plusieurs jours.

    Ma copine journaliste belge bien connue a sauvé son propre fils par l’alimentation, à l’époque tout le monde se moquait de ses nuits blanches à chercher des menus attractif pour son fils adoré qui aujourd’hui étudie dans une école de commerce. Faut pas gonfler le coeur d’une mère blessée.

    Au fait, que vois-je, un nouvel article qui fait réponse à l’Académie Nationale de Médecine? Faut pas non plus gonfler le coeur des gens honnêtes alors?

    https://aimsib.org/2018/06/11/lacademie-de-medecine-ne-change-pas-en-bien/

    Répondre
  5. Jean-Marc REHBY

    SÜR champion du monde ces gens là!!
    Il est quand même surprenant que en peu de temps la nouvelle présidente de la société française de cardiologie et l’Académie de médecine se croient obligées de défendre les statines avec des propos minables du genre ce sont les meilleurs médicaments à notre disposition et les statines c’est super, efficace et tout et tout!!
    C’est à se demander si Big Pharma ne sent pas le sapin avec les anti-cholestérol surtout après s’être lamentablement vautré avec les anti pcsk9 et anti cerp aucun résultat malgré un taux de cholestérol LDL tellement bas et un HDL augmenté de 100%. Alors encore quelques milliards de dollars avant la mise en bière direction les poubelles de la médecine. Comme le VIOX;, les GLITAZONE et autre MEDIATOR.
    A propos du MEDIATOR il me souvient que dès le début des années 90 on se posait des question sur la survenue d’hypertension artérielle pulmonaire sous MEDIATOR. mais hypothèse vite refoulée avec le maketinge de `SERVIER .
    Bon vent matelots

    Répondre
  6. reliquet

    Une pas croyable, je peux?

    Cet après midi on m’a présenté un enfant de 11 ans pour mycose du pied. Pendant le déshabillage la maman m’apprend que les Pédo-psy de secteurs ont arrêté récemment un diagnostic de TSA (Trouble de la Sphère Autistique) à son sujet, vu que c’est moi qui l’ait vacciné quand il était petit je verdis abominablement. Je tombe sur un placard de la taille d’une balle de golf dont le point de départ manifeste se situe entre deux orteils. Que du banal?

    Comme depuis quelques années je ne considère plus les mycoses comme des accidents de chaussures de sport mais comme le témoignage vivant d’une dysperméabilité intestinale avec dysbiose sévère parce que je me suis formé en cachette de ceux qui me traitaient d’illuminé, je m’enquiers de la qualité de sa digestion. On me répond immédiatement qu’elle est abominable, qu’il se tord de douleur au moindre produit laitier qui donc sont réduits depuis constatation du phénomène.

    Et c’est pas fini. Je regarde son père, que je sais porteur d’un Crohn bizarre. Quand je lui demande à quoi je l’avait dépisté intolérant à l’époque, il se marre et répond « au lait et au gluten, à fond ».

    Alors je leur ai raconté ma copine journaliste, l’article du JAMA, le votre. Du coup à partir d’une mycose on devrait pouvoir traiter une mycose, une dysbiose et… un autisme.

    C’est pas beau le collaboratif, un formateur micronutritionniste, un chercheur CNRS un peu (trop) fouineur et un médecin de base remonteur d’expérience pour progresser en médecine et cesser de regarder passer les trains?

    Répondre
    1. Dreamer
      En réponse à : reliquet

      Tu t’es déjà penché sur le bouquin de Jason fung sur le jeûne ?

      Un jour je te donnerai les retours d’expérience que j’ai obtenu de préparateurs physiques très connus.

      Répondre
  7. President de la ligue antivaccinale

    Un garçon sur 22 est autiste dans le New Jersey

    1 in 22 boys has autism, NJ leads health crisis

    On April 27, 2018, the CDC announced its new autism prevalence numbers. One in 59 US children has autism versus 1 in 68 just two years ago. This is a significant increase, up 20% in two years. It is also part of a larger trend, up about 200% (triple!) since 2000 and a whole lot more since 1988.

    As concerning as this is, it isn’t the biggest news. For that, we must put the spotlight on New Jersey.

    One in 22 New Jersey boys has autism, .

    Over 3.5 million Americans have autism, and climbing. It is a dire and often catastrophic disorder that is profoundly debilitating, medically injurious, socially isolating, and financially devastating for families. It costs about $2.4 million per person over an individual’s lifetime. I multiplied 3.5 million people times $2.4 million and my calculator couldn’t handle all the zeroes. It’s $8.4 trillion. And rising.

    http://www.greenmedinfo.com/blog/dear-governor-murphy-address-nj-autism-crisis-protect-prenatal-vaccine-rights

    Répondre
Commentaires : page 1 sur 3123»

Répondre à siplus Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.