un livre : Alcool, Vin et Santé

comme un des lecteurs nous a demandé une référence vers un livre…


… le voilà : désolé pour ce petit retard, bien que la période des fêtes soit déjà passée -;)

Le livre : Alcool, Vin et santé est publié aux Editions Alpen

16 Replies to “un livre : Alcool, Vin et Santé”

  1. @Cunégonde :

    j’ai mis en ligne plusieurs billets concernant ce qu’on appelle abusivement les "hypercholestérolémies familiales" (ou HF), je vous les recommande en urgence !

    J’en parle aussi dans mes livres, mais sans m’étaler (comme disent les jeunes) car cela sort du cadre des maladies cardiovasculaires ordinaires !

    Quand je dis "abusivement", je veux dire qu’on fait croire à une multitude d’innocents et naïfs qu’ils ont un cholestérol élevé pour des raisons héréditaires, ce qui est faux dans 95% des cas !

    Et de toute façon, ça ne change rien à la question de la dangerosité du cholestérol qui n’existe pas non plus …

    Par contre, dans la catégorie abusivement dénommée HF, il y a de rarissimes (moins de 1naissance sur 1 million) formes d‘hyperlipidémies (ça ne concerne pas que le cholestérol mais les lipoprotéines qui transportent le cholestérol entre autres choses) qui pour des raisons inconnues tendent à se caractériser, outre des concentrations élevées de lipoprotéines dans le sang, par des dépôts de lipides (et pas seulement de cholestérol) dans des sites incongrus comme les tendons, les yeux ou les parois des cavités cardiaques … Certaines de ces formes génétiquement transmissibles ont la mauvaise idée d’être associées à d’autres "anomalies" génétiques qui favorisent les caillots … Ces formes malignes (et rarissimes) peuvent bénéficier des techniques d’ultrafiltration !

    Pour les diagnostiquer, outre des tests génétiques, il faut savoir qu’elles sont résistantes aux médicaments anti-cholestérol ! Les statines ne marchent pas chez ces gens-là, et si ça marche c’est que ce ne sont pas des HF malignes ! Facile à comprendre !

    Ces maladies génétiques rarissimes n’ont rien à voir avec l’athérosclérose et les autres maladies ischémiques susceptibles de se compliquer d’infarctus ou d’AVC ; et qui font 150,000 décès par an en France …

    La lumineuse escroquerie (à laquelle vous allez échapper à partir d’aujourd’hui) de la théorie du cholestérol, c’est de faire croire [sur la base des données concernant les HF malignes] qu’il faut avoir un cholestérol le plus bas possible !

  2. Auriez-vous le même raisonnement pour l’hypercholestérolémie familiale ou faut-il le faire descendre quand même?
    Merci

  3. @Lupin : 
    Je doute que moins d’un verre par jour puisse modifier vos gamma GT, il y a autre chose … Ou alors c’est un verre à 90 degrés ?

  4. Bonjour, ma question est la suivante : La consommation modérée d’alcool (Moins d’un verre par jour) me provoque un niveau de gamma gt à 185 UI.
    Faut-il s’en inquiéter ou s’agit-il encore d’un marqueur destiné à servir le "biopharma" business.
    Merci pour ce site et votre combat que la sortie du livre de Mrs Even et Debré font encore avancer.

  5. @Pierre Bilodeau :

    L’alcool à doses modérées n’est pas bénéfique seulement "statistiquement", on a décrit de nombreux effets biologiques, le plus important à mes yeux étant l’effet dit "préconditionnant" sur le myocarde, confirmé par de nombreuses équipes sur plusieurs modèles expérimentaux !

    L’alcool c’est une chose, la" boisson alcoolisée" en est une autre : le vin est un ingrédient "incontournable" de la diète méditerranéenne, mais si vous n’aimez pas, faut pas se croire "obligé", mais c’est dommage car alcool + polyphénols c’est magique, y a pas mieux ! Mais ça ne suffit pas évidemment !

    Bon vent, matelot !

  6. Monsieur De Lorgeril,

    J’ai lu de fond en comble vos livres sur le cholestérol et même à plusieurs reprises, avec toujours le même intérêt, mais il y a une difficulté par-dessus laquelle je ne puis passer : elle concerne la consommation modérée et régulière d’alcool présumée bonne pour la santé cardiaque.

    Que cette consommation d’alcool soit bonne statistiquement, cela est une affaire, mais qu’elle soit bonne physiologiquement, c’en est une toute autre.

    Vous même dans un de vos articles (Wine, alcohol, platelets and the French Paradox…) et sur ce site, vous dites que l’alcool (consommé modérément et régulièrement) exerce son effet dit bénéfique sur la santé cardiaque à la manière d’une drogue.

    Si c’est le cas, ne vaudrait-il pas mieux suivre une diète méditerranéenne en excluant le vin rouge et n’avoir recours qu’à des moyens naturels ou physiologiques pour préserver sa santé ?

    Pierre

  7. @superwebcrawler :

    Pas de problème !
    Mais, pas inutile d’expliquer à d’autres qui pourraient, à juste raison, se poser des questions …

  8. Cher Michel,

    Je ne connaissais pas le contexte que vous expliquez et très loin de moi l’idée que vous touchiez des sous des viticulteurs !

    Par ailleurs, il est clair que la consommation de vin quotidienne et modéré n’est qu’un tout petit élément de la diète méditerrannéenne !

    Je vous présente donc toutes mes excuses pour ce petit commentaire qui ne se voulait qu’humoristique ! (Aucune ironie de ma part, soyez-en sûr).

    A très bientôt et bon courage à vous !

    Alain

  9. @superwebcrawler :

    Merci de votre clin d’oeil …
    Pour être tout-à-fait franc, ça ne m’amuse pas vraiment car, à plusieurs reprises, on m’a accusé de faire de la pub pour mes cousins de Carcassonne que je ne connais pas (mais dont les parents connaissaient mes parents) : conflit d’intérêt évident et grossier !
    Je ne saurais en vouloir à ceux qui le pensent, sans le moindre début de preuve, car 99% des scientifiques en profiteraient, évidemment !
    Surtout quand on sait la "solidarité familiale" des vieilles familles aristocratiques, les uns ayant "sauvé les meubles" en se rangeant du côté des sans-culottes (ex. La  Fayette), les autres s’étant enfui ailleurs pour sauver leur peau ! J’ironise …
    je n’y étais pas, je ne sais pas ce que j’aurais fait, mais je sais que dans ma famille il ne reste rien … Hélas !
    Donc, je n’ai jamais touché un  sou des viticulteurs, ceux de la famille ou d’ailleurs, et le vin n’est pas mon principal objet de recherche
    Amicalement

  10. Bonjour Cher Docteur,

    J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop pour ce commentaire absolument pas scientifique mais … pleinement humoristique ! (du moins je l’espère… ).
    Lorsque l’on fait une recherche "Google" avec le mot-clé "lorgeril", on trouve systématiquement les résultats suivants (dans l’ordre !) :

    1 – Château du Sud Lorgeril (il s’agit d’une Maison familiale de vins située dans le Sud de la France)
    2 – Site du Dr Michel de Lorgeril, Cardiologue… etc… (on ne vous présente plus !)

    Vous qui prônez la consommation modérée et quotidienne de vin rouge, je trouve le résultat de cette recherche Google fort amusant !

    Pour finir, j’ai récemment acheté par hasard une bouteille de vin rouge "Lorgeril" et, mes amis et moi, nous l’avons trouvé excellent… !!!! Nous l’avons bu à votre santé !

    Ce commentaire n’est pas de la publicité déguisée mais un petit clin d’oeil pour vous remercier pour vos travaux et recherches !

    Alain

  11. @pierreg :

    Cher Pierre,
    Vous posez une bonne question. Bravo !
    Vous trouverez la réponse dans notre livre sur "alcool, vin et santé" et bien d’autres informations cruciales sur l’alcool, sur le vin et leurs effets biologiques. 10€ vraiment pas cher pour la masse d’informations que vous y trouverez. 
    Avant de vous lancer dans cette passionnante lecture, je vous donne la réponse : c’est 14 évidemment, y compris pour protéger votre cerveau, et vous allez comprendre pourquoi.
    Bonne lecture !

  12. Bonjour docteur,

    Dans "Dites à votre médecin…",vous dites qu’une consommation régulière et modérée d’alcool est bonne pour le coeur.

    Si je vous fais confiance, j’ai donc le droit de boire un à deux verres par jour.

    D’un autre côté, dans son livre "Un cerveau à 100%", le docteur Braverman recommande de ne pas boire plus d’un à deux verres de vin, une à deux fois par semaine (ce qui fait quatre verres par semaine maximum!), sous peine d’endommager son cerveau et par conséquent porter atteinte à sa santé de façon générale.

    Par ailleurs, une consommation régulière d’alcool ne risque-t-elle pas de faire monter la glycémie ?
    La life extension organization recommande de maintenir le taux de glycémie à jeun entre 70 et 85 mg/dl, sous peine d’avoir un risque accru de développer une maladie cardiovasculaire ou toute autre maladie liée à l’âge.
    Est-ce que cela est possible en buvant un à deux verres par jour ?

    En résumé: D’accord pour faire du sport régulièrement, pour consommer des oméga-3.
    Ce qui me pose problème, c’est la consommation d’alcool: 4 verres par semaine ou bien 14 ???

    Merci pour votre réponse et pour votre excellent livre, que je relis cette année pendant les surveillances des épreuves du bac !

    Bien cordialement!

  13. Cher ccmiens,

    Je n’ai pas relu (et pas le temps maintenant) ce que nous avons écrit à ce propos mais autant que je me souvienne, nous ne contestons pas que l’alcool soit associée (à différencier d’une phrase transitive ou je dirais “augmente”), et très peu d’ailleurs, à une augmentation du risque (quoique dans ce type d’analyses, la linéarité de l’association à partir du zéro soit très aléatoire) de cancer du sein. Nous ne nous distinguons pas de la masse à ce propos, et pas non plus de nos amis de Harvard quand ils disent que les folates annulent cette augmentation du risque … Aucune originalité dans nos propos donc, contrairement à votre impression. Nous ne faisons que répéter des gens de confiance ! Quand aux mécanismes possibles, ce sera pour une autre fois, ce serait long … Buvez tranquillement, surtout à vos âges. Amitiés

  14. Bonjour Docteur,
    J’ai bien lu et relu ce livre notamment le chapitre concernant le cancer du sein. Il semble cependant y avoir unanimité pour dire que dès le premier verre le risque de cancer du sein augmente chez la femme. Même si l’on peut vous faire confiance sur ce chapitre comme sur les autres, on peut s’interroger sur les raisons de cette unanimité que vous êtes le seul à contredire.
    Rassurez-vous, j’ai bien compris que les folates alimentaires contrecarraient les effets néfastes de l’alcool. Mais quel est le mécanisme en jeu s’il est explicable simplement au béotien que je suis.
    Bien amicalement

  15. Vous le trouverez en consultant une de ses publications scientifiques (par exemple via Pubmed en tapant “de Lorgeril M”) ou un de ses livres, ou en cherchant un peu via Google.

  16. je souhaiterais poser une question précise au docteur DE LORGERIL ?Pouvez-vous m’indiquer son courriel ?Merci d’avance

Comments are closed.