Février 2009, brève revue de l’actualité immédiate

Acides gras oméga-6 et oméga-3 à nouveau en discussion

Nul se saurait se plaindre que les scientifiques discutent à nouveau des seuls vrais lipides présents dans nos organismes, puisque le cholestérol n’est un lipide que selon certains aspects biochimiques seulement.
Si des lipides jouent un rôle important dans les maladies cardiovasculaires (et dans bien d’autres pathologies), ce sont effectivement les acides gras et ce sont eux qui devraient faire l’objet de tous nos efforts de recherche, et pas le cholestérol.
Ce sont eux aussi qui doivent faire l’objet de nos conseils nutritionnels pour la prévention de ces maladies.
Et ce sont eux aussi qui sont l’objet des préoccupations de certains industriels à court de profits immédiats, mais ceux là sont dans un autre monde que celui de l’industrie pharmaceutique. Ici, nous avons affaire à l’agrobusiness, et ce ne sont pas des tendres non plus, ni des petits puisqu’il s’agit, pour faire simple, de Danone, Monsanto, Unilever et quelques autres …
Je vais donc laisser la controverse se développer, et les poussières retomber, avant de donner mon avis sur ce blog dans un prochain billet.
A bientôt, les amis

22 réflexions au sujet de « Février 2009, brève revue de l’actualité immédiate »

  1. Nicole

    Bonjour docteur,
    je pose ma question dans la partie "Prévention des maladies cardiovasculaires" n’ayant pas trouvé d’endroit plus approprié pour le faire. Vous parlez beaucoup du cholestérol de la diète méditerranéenne et des oméga 6 et 3 mais jamais de l’hypertension. Est-il utile voire nécessaire de se faire traiter contre l’hypertension lorsqu’on a une tension supérieure à 14/9, chiffres à partir desquels "on" nous prescrit systématiquement un traitement ? Ces médicaments (issus de la chimie bien sûr) n’ont-ils pas eux aussi des effets secondaires importants ? je pense en particulier au cancer qui me semble être le plus grave. Est-ce que comme pour le cholestérol les médecins ne sont pas aussi "victimes" des laboratoires pharmaceutiques ?
    J’aimerais donc avoir votre avis, si c’est possible, sur les traitements anti-hypertension.

  2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    Chère Nicole,

    je vous réponds très vite car je suis sur le départ pour un important meeting scientifique. La pression artérielle élevée pose un problème différent que celui d’un cholestérol élevé car dans le deuxième cas, et surtout à partir d’un certain niveau de pression, les patients ont des symptômes gênants voire très gênants, et il faut les soulager en diminuant la pression. Voilà une bonne raison d’utiliser des médicaments pour faire baisser la pression de certains d’entre nous. Concernant l’efficacité de ces médicaments pour améliorer l’espérance de vie et diminuer le risque d’infarctus du myocarde, c’est beaucoup moins évident. Pour diminuer le risque d’accident vasculaire cérébral, c’est « un petit peu plus » significatif mais reste « vaseux » pour dire les choses simplement. Concernant les chiffres à partir desquels il faut traiter avec un médicament (en l’absence de symptôme), c’est n’importe quoi ! Il faut savoir qu’en modifiant son régime de façon très simple, on a la même efficacité qu’avec un médicament ! Je ne suis pas sûr qu’il y ait une population médicale plus ignare (et moins intéressée) en nutrition que la catégorie des « experts en hypertension artérielle » ! Ils travaillent pratiquement tous en étroite relation avec l’industrie pharmaceutique ! Ceci étant dit, étant déjà bien occupé avec le cholestérol ces jours-ci, je m’abstiendrais de tout commentaire additionnel pour le moment. Vous en savez assez visiblement pour vous débrouiller toute seule ! Avec mes amitiés

Commentaires : page 3 sur 3«123

Les commentaires sont fermés.