A propos des statines, le ton monte de l’autre côté de l’océan … et de la Manche !

 

Première remarque : chez nous, on dort à propos des statines, pendant que sans doute [Halte à la médiocrité de la théorie du complot !] certains « enregistrent » subrepticement, dès fois que ça puisse servir …

Deuxième remarque : oui ça bouge vraiment chez nos amis US, mais pour bien s’en rendre compte, il faut lire l’anglais et je n’ai pas le temps de traduire.

Chacun peut se faire une première idée en voyant ça : http://statin-diabetes-lawsuit.com/

Où l’on conseille de se réunir pour « poursuivre » devant les Tribunaux les vendeurs de statines qui n’auraient pas averti les consommateurs du risque de diabète provoqué par les statines …

Effectivement, ils l’ont caché ce risque … Et ce n’est que par inadvertance qu’ils ont laissé « fuiter » en 2012 l’existence de cette terrible complication que nous décrivions dès notre premier livre en 2006 ; bon je ne répète pas ici ce que j’ai déjà décrit dans mes livres …

Nos amis US sont encore très naïfs [ce texte est probablement écrit par un avocat], ils persistent à penser que le cholestérol se laisse coincer dans la paroi des artères, et que les statines peuvent l’empêcher … Ils ont encore des progrès à faire mais ils ont reniflé le lézard, laissons leur un peu de temps …

Ils vont bientôt comprendre que les statines augmentent aussi le risque de cancers !

Chez nos amis british, ça bouge aussi. Ceux qui lisent l’anglais trouveront une bonne information sur l’évolution des esprits ici :  http://healthinsightuk.org/2014/03/04/sos-sanity-over-statins-sssssh-side-effects-pharmas-fingers-and-a-cunning-plan/

La partie la plus intéressante concerne sans doute le paragraphe disant que finalement, au point où on en est, l’industrie a intérêt à dénoncer les effets nocifs des statines !

Pourquoi ?

Parce que de nouveaux médicaments (injectables) arrivent sur le marché et comme ils n’ont aucune chance d’être mieux que les statines puisque les uns comme les autres ne servent à rien sinon à abaisser le cholestérol, ils vont baser leur marketing [ils ont déjà commencé] non pas sur l’efficacité préventive [qu'ils ne pourront jamais démontrer contre une statine] mais sur l’absence d’effets nocifs … ce qui est impossible !

Ça va être dur, mais c’est leur seule chance ; quitte ou double !

Si ça ne marche pas avec les consommateurs et les médecins sur le moyen terme, ils peuvent essayer d’illusionner leurs actionnaires : tant que les actionnaires y croient, le cours de l’action à Wallstreet se maintient ; ce n’est évidemment pas aussi profitable que des ventes astronomiques, mais c’est mieux que rien … en attendant Godot … car la crise de BigPharma et telle aujourd’hui que seul un Godot …

Et tout ça est vrai pour les compagnies US comme pour ceux de chez nous, vite un miracle !

 

 

 

28 réflexions au sujet de « A propos des statines, le ton monte de l’autre côté de l’océan … et de la Manche ! »

  1. Inoxydable

    En attendant Godot »…Pie ce de Samuel Bekket. Je ne connaissais pas. Il m’a fallut lire trois articles sur la pièce pour comprendre l’ironie de votre phrase!
    En tous cas malgré le bémol sur le Cholestérol, les Américains se bougent (les Avocats surtout) si sa pouvait impressionner surtout nos cardiologues. Les British semblent évoluer effectivement dans le bon sens. (On peut traduire tout ça avec Google en corrigeant un peu si on a des notions d’Anglais). A propos de cardiologue,je viens de croiser mon ancien par hasard : Il s’ inquiétait de ma santé, ne me voyant plus courir ( ce en quoi il avait tort, je fais du vélo à la place ) Mais je le rassurais en lui précisant que j’allais bien mieux qu’à l’époque où il me gavait de Crestor qui avaient failli avoir ma peau. Il me répliquait un peu penaud,  » qu’il en faut quand m^me parfois..; » sans préciser dans quels cas. Étant donné qui s’agissait d’un Stakanoviste des prescriptions « Statiniennes », je pense qu’il commence un peu à comprendre et ce genre d’articles, s’il les lit, finiront bien par lui faire changer sa manière de soigner ses patients. Sinon c’est qu’il est vraiment un clone de Danchin… et c’est pas glorieux.

  2. Sylvain Duval

    Pour ceux qui aiment écouter, je vous propose une vidéo où le Professeur EVEN raconte le cholestérol (molécule de vie), puis les statines.

    La vidéo a beaucoup de défauts (je l’annonce, car je connais l’exigence du Capitaine De Lorgeril ;-)… ) mais si ça peut vous expliquer un truc ou deux, ça sera toujours ça de pris.

    Cholestérol, molécule de vie! Statines, molécule du diable…Even 1ère et 2è partie

  3. phil

    petit coup de pouce à notre MDL, retenez bien ce mot barbare : Bococizumab

    c’est le puissant poison que nous préparent les labos afin de lutter l’ignoble hypercholestérolémie

    subséquemment et face à la perte des profits ( la dernière statine a perdu son brevet – donc ses bénéfs – en 2011 ), les labos sont prêts à reconnaitre que les statines ne sont pas bonnes puisque désormais elles ne rapporteront rien…

    bref loin de faire amende honorable ( c’est même tout juste le contraire ), les labos – avec l’aide infaillible on s’en doute de toute la classe médicale – sont sur le point de nous …. encore plus profond

    et je suis poli…

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : phil

      Trop poli.
      Mais la prochaine grande marée n’est pas encore tout-à-fait pour aujourd’hui, il y a encore le Crestor* qui n’est pas généricable

      1. phil
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        en effet  » This disastrous decline can mostly be put down to a single reason : the expiry of the patent on Pfizer’s blockbuster statin drug Lipitor®, (atorvastatin) at the end of 2011  » – c’est le lipitor qui a expiré en 2011, le Crestor + récent a encore de beaux jours devant lui

        le 1er concerne Pfizer, le second AstraZeneca, rendons à César ce qui est à Judas

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : phil

          OUI, mais Crrrestor* n’a en a plus pour longtemps …
          Nous allons voir l’histoire de la médecine s’écrire sous nos yeux …

    2. Jean-Marc REHBY
      En réponse à : phil

      Avec l’atorvastatine TAHOR chez nous LIPITOR Pfizer faisait avant les génériques TREIZE MILLIARD DE DOLLARS DE CHIFFRE D’AFFAIRE ANNUEL AVEC CE SEUL médicament. oui oui TREIZE!!!
      Alors avec ça on peut arroser tout azimuth et avec « intérêt »

  4. NICOT Philippe

    Bonjour,
    Merci pour cette information. Oui, il y une somnolence collective ! Il y a 2 ans, en répondant à un cardiologue qui me demandait des comptes pour avoir arrêté une prescription de statines, j’ai découvert un premier cas d’un diabète survenu sous statines. Je fus surpris de constater que ce fut la première notification française de cet effet secondaire, et surpris devant la méconnaissance du centre de pharmacovigilance à qui j’avais pourtant adressé en même temps que ma déclaration les publications déjà connues. Déclaration qui me demanda quelques heures… Je mis en œuvre une recherche prospective, et j’ai fait en tout 4 déclarations. 4 déclarations sur ma petite clientèle, alors que je prescris peu et de moins en moins ce type de médicament. J’en avais alors parlé dans l’express…
    A ma connaissance au moins une statine en France n’informe pas sur le risque de diabète dans les RCP.
    Nous devons publier ces cas ainsi que d’autres dans une thèse en mai.
    Bien cordialement

    Généraliste
    VP Formindep

      1. Jean-Marc REHBY
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Deux patients sous CRESTOR avec diabète traité depuis plusioeurs années.
        Je leur fait arrêter le CRESTOR et après quelques mois normalisation de l’hémoglobine glyquée qui frise les 5!!! diminution progressive du traitement antidiabétique oral .
        Arrêt pour l’un pas encore pour le deuxième.
        Un troisième patient plus jeune avec diabète de type 1 sous insuline mal équilibré arrêt du CRESTOR et voilà que tout va mieux équilibre qlycémique satisfaisant et hémoglobine autour de 7 au lieu des 9 œu 10 antérieurs !!
        Elle est pas belle la vIe.

        1. NICOT Philippe
          En réponse à : Jean-Marc REHBY

          J’espère que vous avez fait les déclarations de PV!!!
          Si ce n’est pas le cas, merci de les faire, c’est très important, merci.
          Philippe Nicot

      2. NICOT Philippe
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Non il n’y a pas eu d’alerte en France. Je pense qu’il va falloir secouer le cocotier!!! Comme d’hab… C’est d’ailleurs dans cet objectif que nous espérons de la présentation de cette thèse.
        Je vous cite ce que j’écrivais lors de ma première déclaration : « Devant notamment les publications récentes : de l’alarme de vigilance sur les risques de diabètes induits par les statines, notamment l’alarme de la FDA du 27 Février 2012 (Ici : http://www.fda.gov/ForConsumers/ConsumerUpdates/ucm293330.htm ), et les résultats du suivi de l’étude Jupiter dans le Lancet du 11 Aout 2012 (Ici : http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(12)61190-8/abstract ), j’ai repris différentes dossiers de ma patientèle. J’ai identifié au moins trois cas de diabète très probablement induits par une statine Deux autres déclarations vont suivre celle-ci. Par ailleurs, je me pose la question de l’aggravation de d’autres diabète de type 2 mis sous statine selon les recommandations. La création de cette maladie sous ces médicaments, chez des patients déjà à risque vasculaires, me semble très inquiétante. »
        Par mon réseau, d’autres collègues ont identifié et notifié d’autres cas. Cas pas toujours facile à localiser, car il a fallu remonter parfois à près de 10 ans en arrière, donc nécessité d’avoir des dossiers bétons.
        Je ne vais pas dire ici les réponses surprenantes du CPRV… Fort heureusement plusieurs publications depuis m’ont convaincu que je n’avais pas fantasmé…
        D’une manière plus générale, le discours véhiculé est « ces médicaments sont diabétogènes, mais il ne faut pas les arrêter car ils permettent de vivre plus longtemps ».
        La bonne méthode serait probablement de réaliser une étude de pharmacoépidémiologie avec la base SNIRAM, comme ce qu’on fait les canadiens et les irlandais. C’est ce qui nous avait été conseillé de faire (à mon interne et à moi-même), mais ce qui est manifestement un travail qui dépasse nos possibilités.
        Philippe Nicot

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : NICOT Philippe

          Hélas ! A moyen terme, plus de diabète veut dire aussi plus de cancer !
          Ça fait longtemps qu’on le dit, mais ni Prescrire ni Formindep ne nous écoutent ! Sinon le délai est de 5 à 10 ans …
          Pour savoir les faits réels, il suffit de lire la littérature récente.
          Quand à l’effet du Crestor sur la mortalité, montrez-moi où c’est ça !
          Une bande menteurs, arrosés de profonde stupidité !

          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Sylvain Duval

            Je ne crois pas avoir écrit « menteurs stupides » …
            Dans le registre qui nous occupe, je ne crois pas que les menteurs soient « stupides », ce sont au contraire des génies du marketing, l’histoire leur rendra hommage, ils ont réussi un « coup » fumant, le hold-up du millénaire …
            Qui sont « ils » ?
            Ils changent tout le temps en fonction des intérêts mis en jeu : un jour ceux de Merck, 10 ans plus tard ceux de Pfizer, hier ceux d’AstraZeneca et aujourd’hui ceux qui veulent vendre les anticholestérol injectables … Ce n’est pas un boulot facile, ils sont très bien payés, de même que ceux qui dans les Institutions et les corporations commencent à « pointer l’oreille » pour leur servir de relais médico-scientifique !
            Regardez l’histoire se faire sous vos yeux, notez les noms ; et suivez-les « à la trace » …

        2. Jean-Marc REHBY
          En réponse à : NICOT Philippe

          Ben oui l’article du Lancet nous dit que le bénéfice cardio vasculaire est supérieur au risque de diabète d’après les données de JUPITER qui est l’auteur de l’article? ce cher Paulo R. qui est l’investigateur de JUPITER et que MDL a magistralement démonté à Los Angeles ou San Francisco je ne sais plus et dans différents articles donc crédibilité ZERO!!!

    1. Sylvain Duval
      En réponse à : NICOT Philippe

      Merci à Philippe Nicot, qui est l’un des piliers dans le combat contre le Médiator.
      Il a aussi montré l’inintérêt des anti-Alzheimer et il se bat contre l’arnaque des statines.

      C’est pourquoi je demande à ceux qui écrivent sur ce blog de ne pas mettre TOUS les médecins dans le même sac.
      Merci

      1. phil
        En réponse à : Sylvain Duval

        nous ne mettons pas tous les médecins dans le même sac ( et d’ailleurs on les choisit par élimination dès que possible ), mais il faut admettre que si les labos prospèrent c’est grâce à la collaboration ( mot excellent à conserver ) de ce que j’appelle la « classe médicale », et qui, si je devais faire une évaluation à la volée, concerne + de 90% des professionnels. 90% c’est suffisant pour une élection au 1er tour et sans avoir besoin de recompter les voix…

        Contre cette armada incrustée de certitudes, il est difficile de faire face, surtout quand on est un patient, ç.à.d. un « dépendant » doublé d’un ignare et à qui l’on envoie d’un ton cassant dès qu’il essaie de résister : « Vous êtes médecin »?… fermez le ban

      2. Inoxydable
        En réponse à : Sylvain Duval

        M. Duval. Ils ne sont pas tous dans le même sac. Mais avouez que pour trouver un médecin qui sort des sentiers battus c’est très difficile aujourd’hui. En effet, avec l’obligation de faire la déclaration de changement de Médecin, comment voulez vous en trouver un aux idées ouvertes sur tout ce que vous dénoncez? J’ai pourtant le choix dans mon petit coin de terre, mais dois-je le consulter tous?
        J’ai renoncé et je suis retourné à mon mon ancien Médecin traitant, plus ouvert à la discussion, qui semble me comprendre et avoir des doutes….Mais il n’a pas le temps ni la volonté de s’informer en ce sens compte tenu de sa « Patientèle » chargée. Assiégé par les visiteurs Médicaux, ou trouverait il, s’il en avait la possibilité l’occasion de remettre sérieusement en cause ce que la fFculté et Big pharma lui a enseigné?
        Pas sorti de l’ornière encore…Lui comme moi.

  5. Jean-louis

    Bonjour Docteur,

    Il y a une petite question qui se pose, de manière connexe aux recommandations alimentaires en matière de cardiologie et d’oméga 3: peut-on manger du poisson sans s’empoisonner?

    Des rumeurs inquiétantes se font jour depuis un certain temps sur une contamination de l’océan pacifique à la suite de l’accident de Fukushima… Certains scientifiques prétendent que les radiations ont rendu les iles Hawai inhabitables (« unsafe for humans »…) On a trouvé du poisson contaminé au Césium 137 dans des grandes surfaces en Suisse (pourtant pêché dans l’Atlantique, alors que le césium est la « signature » de Fukushima) et la plupart des poissons surgelés (saumon, etc) vendus dans les supermarchés proviennent d’Alaska, alors que le gros de la contamination a traversé l’océan.

    Ne serait-il pas temps d’adjoindre un certain principe de précaution à la recommandation de manger du poisson??

    Il y a un texte intéressant ici, bien que datant de cet automne, sur Fukushima (pour ceux que cela intéresse…on y trouvera des infos qui ne sont pas relayées par TF1 et compagnie, la grosse caisse médiatique, et qui proviennent de Russie… Les russes, eux, sont des voisins…)
    http://www.dedefensa.org/article-remember_fukushima_09_11_2013.html

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Jean-louis

      Je comprends vos inquiétudes !
      Mais nous manquons d’informations fiables !
      Comme nous le conseillons dans notre prochain livre, il vaut mieux manger du « petit poissons » de méditerranée (par exemple) : sardines, maquereaux, ils ont moins de chance d’avoir été contaminés (et pas que par le nucléaire) s’ils sont jeunes …
      C’est terrible !

  6. Sylvain Duval

    LES RECOMMANDATIONS US DOUBLENT LES PRESCRIPTIONS DE STATINES EN PREVENTION PRIMAIRE

    Ce sont des « experts » qui nous le disent : Steve NISSEN et Paul RIDKER dénoncent les nouvelles reco qui donnent beaucoup trop de statines à des patients qui n’en ont pas besoin.

    « L’application des recommandations ACC/AHA reviendrait à plus que doubler le nombre de 50-75 ans considérés à haut risque vasculaire relevant d’une statine en prévention primaire en Suisse ». Telle est la conclusion d’une estimation menée sur une cohorte de Lausanne (cohorte CoLaus), et publiée dans l’European Heart Journal [1].

    « Avec à la clé, en extrapolant à toute la Suisse, un surcoût évalué à 337 millions d’euros par an », alerte Julien Vaucher (Lausanne). La Suisse compte quelque 8 millions d’habitants.

    Des recommandations américaines critiquées dès leur sortie

    Pour mémoire, les nouvelles recommandations ACC/AHA de prise en charge du cholestérol présentées au congrès de l’ACC en novembre dernier ont immédiatement fait débat. Y compris au sein de la communauté cardiologique américaine. Pourquoi ?

    D’une part, ces recommandations suppriment les cibles thérapeutiques. Et ceci dans un pays longtemps tenant du lower is better en termes de LDLc. Dorénavant, c’est le profil des patients – divisés en 4 catégories de risque – qui conditionne l’intensité du traitement (modéré ou intensif) par statine.

    D’autre part, ces recommandations introduisent un nouvel algorithme de calcul de risque cardiovasculaire et un nouveau seuil – 7,5% à 10 ans pour les 45-70 ans en prévention primaire – très discutés. « Le calculateur de risque des recommandations n’a jamais fait l’objet d’une publication et n’a pas été évalué de façon indépendante » commentait Steve Nissen (Cleveland Clinic, Etats-Unis).

    Un algorithme non validé et surestimant le risque

    Ce nouvel algorithme de risque a été conçu à partir de plusieurs cohortes (FHS, ARIC, CARDIA, CHS). Mais….il tend à surestimer le risque cardiovasculaire en prévention primaire dans les cohortes américaines plus récentes.

    Les auteurs des recommandations l’ont eux-mêmes constaté – sans pour autant remettre en question la validation de l’algorithme – dans les deux cohortes testées (MESA, REGARDS).

    Et, ce n’est guère mieux, dans trois autres vastes cohortes américaines de prévention primaire (WHS, PHS et WHI-OS) dans lesquelles « ce nouvel algorithme surestime le risque d’événements cardiovasculaires des patients de 75% à 150% », selon les estimations de Paul Ridker et Nancy Cook (Brigham and Women’s Hospital, Boston).

    Pire, cet outil semble inadapté. Alors qu’il surestime le risque de sujets ayant un risque autour de 5-10% à 10 ans, il raterait certains sujets notamment à LDL élevé.

    30 fois plus d’hommes à traiter dans la tranche 50-60 ans

    Aujourd’hui l’étude suisse confirme que même en population essentiellement caucasienne, cet algorithme avec son seuil de 7,5% à 10 ans chez les 40-75 ans, augmente considérablement le nombre des sujets en prévention primaire considérés à haut risque cardiovasculaire. Par comparaison à SCORE utilisé en Europe avec le seuil de risque de 5% à 10 ans chez les 45-60 ans, on double le nombre de 45-75 ans à haut risque : l’effectif de femmes à haut risque est multiplié par un facteur, 1,9, celui des hommes par un facteur 2,1.

    L’impact est majeur surtout parmi les 50-60 ans. On multiplie par 30 le nombre d’hommes à traiter dans cette tranche d’âge avec les recommandations ACC/AHA. Les femmes de moins de 60 ans ne rentrent pas dans l’EuroSCORE. Mais avec les recommandations ACC/AHA, un certain nombre passeraient elles aussi dans le haut risque (23 700 sur un demi-million de suissesses de 50-60 ans selon cette estimation).

    Dans la tranche des 60-70 ans, on double globalement dans les deux sexes le nombre de sujets à traiter.

    En revanche, chez les 70-75 ans – dont une large majorité est déjà à haut risque avec l’EuroSCORE – le nouvel algorithme ne modifie quasiment pas le nombre de sujets à haut risque.

    Enfin, les auteurs sont allés jusqu’à estimer le surcoût qu’engendrerait, dans la population Suisse, l’adoption des recommandations ACC/AHA. Ils arrivent à 337 millions d’euros/an.

    Pascale Solère – MEDSCAPE – 11 mars 2014

    Les recommandations 2001 étaient déjà biaisées : http://cholesterol-verite.blogspot.fr/2013/04/cholesterol-les-recommandations-2001.html

    Majority of panelists on controversial new cholesterol guideline have current or recent ties to drug manufacturers : BMJ 2013;347:f6989 doi: 10.1136/bmj.f6989 (Published 21 November 2013)

    1. Inoxydable
      En réponse à : Sylvain Duval

      Eh Bè ! Quel magistral travail sur votre lien. Long mais édifiant. Les dés étaient pipés dès le départ!!! Et dire que je me suis laissé empoisonner pendant neuf ans.

  7. jean

    au québec les statines sont plus populaires que jamais, et essayer de convaincre les gens des méfaits occasionnés par celles-ci ou convaincre votre médecin de leur inutilité est une aventure rocambolesque ou je passe souvent pour un inculte et un irresponsable. Voici le genre de texte que l’on voit souvent chez nous.

    Soins de santé au Canada
    Des anticholestérols contre l’impuissance sexuelle

    AFP
    29 mars 2014

    Photo Fotolia

    Les statines, des médicaments anticholestérol, sont liées à une nette amélioration de l’érection masculine, un argument supplémentaire qui, espèrent les chercheurs, devrait pousser les hommes souffrant de maladies cardiovasculaires à prendre ces médicaments pour réduire leurs risques cardiaques.

    Une méta-analyse de plusieurs études menées précédemment sur des problèmes d’impuissance sexuelle et les statines a en effet montré un effet positif significatif de ces anticholestérols sur l’érection chez les hommes ayant à la fois des niveaux élevés de cholestérol et des problèmes d’impuissance.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : jean

      Il y a aussi deux méta-analyses récentes disant que les effets nocifs des statines ne sont pas plus importants que sous placebo …
      D’autres parlent même d’effet nocebo …
      Donc, c’est tout dans la tête, tous des psychopathes, faut les enfermer, et vite …
      Ou les foutre contre un mur, débarrassé …

  8. Olive verte

    C’est bien beau de critiquer ces magnifiques pilules multi miraculeuses, mais j’ai trouvé un autre effet incroyable de ces molécules, quand j’en jette dans la rivière … les truites mordent à l’hameçon, et elles se multiplient dans mon seau !
    Bonne soirée du .. on est le combien déjà ? à tous les « combattants » ou curieux de ce site.


Les commentaires sont fermés.