Avoir un cholestérol très bas est de mauvais pronostic…

 

Jusqu’à récemment, avoir un « cholestérol haut » était présenté comme dangereux par quelques subtils propagandistes.

Tout dépend évidemment de ce que nous appelons un « cholestérol haut ».

Par rapport à quoi ?

Par rapport à une moyenne mesurée chez des bien-portants et supposée normale ?

Certes non. En effet, par rapport à cette moyenne, la majorité des victimes d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral (AVC) ont un cholestérol normal ou bas.

En conséquence, et avec les années, on a diminué la « moyenne » supposée normale afin de faire rentrer de force la réalité dans les théories fumeuses du « cholestérol qui bouche les artères »…

C’est-à-dire faire en sorte que, de force, tous les infarctus et les AVC aient quand même un « cholestérol haut »…

TOUTE la cardiologie internationale et nationale a participé à cette honteuse mascarade !

Mais ça n’était jamais trop bas ; jusqu’au point de décider, hors de toute rationalité, que le cholestérol normal était celui qui était le plus bas possible.

En anglais, on dit : the lower the better.

Traduction française : plus con tu meurs !

Et finalement ce qui devait arriver est arrivé, puisque le cholestérol est innocent.

Quoi ? Réponse : même ceux qui ont un cholestérol très très bas [indiqué ci-dessous par l'expression "ultra-low LDL-C"] sont à risque de faire un infarctus ou un AVC !

C’est officiel ; la Cardiologie Internationale et Nationale découvre, subjuguée, cette évidence que le risque d’infarctus ou d’AVC ne dépend pas du cholestérol.

20171229_A
20171229_B

Bon, on ne va pas faire d’autres commentaires. La nouvelle est « tombée » un 18 décembre !

C’est un peu dur à digérer avant les fêtes ; d’autant qu’à la même époque sur une radio nationale (France Q pour ne pas la nommer), un olibrius alpin à 2 pattes expliquaient en bonne compagnie aux auditeurs et à un brillant professeur de la Pitié Salpêtrière (Hôpital parisien), pourquoi le cholestérol était innocent et pourquoi les médicaments anticholestérol, notamment les statines (mais aussi les autres), étaient inutiles et toxiques.

Pour ré-écouter l’émission de France Culture : https://www.franceculture.fr/recherche/articles-et-diffusions?q=Lorgeril

Depuis, silence radio ! Même l’INSERM n’a encore rien dit ; c’est pas peu dire…

Patience !

Nous allons nous régaler avec les contre-attaques qui ne sauraient tarder…

Par quelles voies passeront-ils pour sauver leur réputation, voire leur autorité fortement compromise ?

A tous les délicieux visiteurs de ce blog : Bonne année 2018 !

 

 

 

 

 

 

 

 

105 réflexions au sujet de « Avoir un cholestérol très bas est de mauvais pronostic… »

  1. AROTZARENA

    Bonsoir,
    J’ai lu et relu les travaux du docteur Michel de LORGERIL. Je pense avoir tout compris.
    Ayant cessé de prendre des statines (Tahor) depuis un an suite à son point de vue, ma dernière analyse indique un taux global de cholestérol de 3,53 gr/L avec un HDL de 0,91, un LDL de 2,47 g/L et des triglycérides à 0,73 g/L.
    Je ne sais pas si dans mon cas un HDL élevé est de nature à compenser le LDL également élevé.
    Je suis une femme, peu sportive.
    En résumé, malgré ma compréhension des études du docteur de Lorgeril, je dois avouer une certaine inquiétude, ce qui n’est pas bon pour ma santé.
    J’aimerais avoir une réponse du docteur de LORGERIL.
    Merci et bonne soirée.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : AROTZARENA

      Chère amie,
      Merci de votre confiance.
      Vous avez probablement mal lu « les travaux du docteur Michel de LORGERIL » ; désolé, il faut y retourner !
      Vous n’êtes pas la première, la majorité de académiciens, fascinés par le travail à produire, renoncent dès les premières pages…

      En effet, si vous vous posez la question de savoir si « un HDL élevé est de nature à compenser le LDL également élevé« , c’est que vous avez raté une étape comme disent le coureurs du Tour de France !

      Allez, encore un petit effort !

      1. AROTZARENA
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Merci pour votre réponse.
        Comme j’ai pu vous le dire, plus que le taux en lui même,
        c’est l’angoisse, la peur qui m’inquiètent.
        En effet, il est bien connu qu’elles peuvent provoquer des accidents vasculaires cérébraux.
        En résumé, puis je persister dans la prise de 0 médicaments ? (Du moins pour le cholestérol).
        Encore MERCI et BRAVO !

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : AROTZARENA

      Je pense que le doute s’instille lentement mais sûrement, y compris dans les rangs de ce que nous avons de plus « réactionnaire » en médecine…

Commentaires : page 4 sur 4«1234

Les commentaires sont fermés.