Cholestérol et corruption : bas les masques !

 

Nous le savions mais, pour ne pas embarrasser des collègues naïfs, ne pas envenimer un débat difficile avec des questions non médicales ni scientifiques, et surtout laisser un peu de temps à chacun, nous nous étions abstenus d’accuser

Forts de cette apparente passivité de la part de la profession, et de plus en plus inquiets des déboires commerciaux de leurs nouveaux anticholestérol (les anti-PCSK9), les industriels impliqués et leurs complices ont perdu toute prudence.

Ainsi la tentative de corruption éclate au grand jour. Bas les masques !

Voici ce que reçoivent ces jours-ci (Octobre 2017) les collègues Canadiens :

En d’autres termes, on propose à ces médecins praticiens, et sous couvert d’un ridicule programme « d’approche orientée des traitements anticholestérol » [ça vaut son pesant de cacahuètes...], de les rémunérer grassement en échange de recrutement [enrollment en anglais] de patients fragiles et à haut risque pour…

Pour quoi faire au fait ?

Ça n’est pas dit ! C’est bizarre !

Mais si on cherche un peu sur Internet, on trouve de quoi alimenter sa curiosité :

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0828282X17306438

Je recopie un petit morceau d’anthologie, corruptrice :

C’est délicieusement délicat comme suggestion et recommandation. Je traduis : « Les médecins suivront les patients recrutés selon leurs principes personnels mais en ayant connaissance des plus récentes recommandations du Canadian Heart research Centre, une émanation de l’industrie pharmaceutique, qui dit que le vilain cholestérol doit être inférieur à 2 mmol/L. »

Pour y parvenir chez ces patients difficiles, il faut obligatoirement prescrire un médicament anti-PCSK9 !

Menace sous-jacente (mais non écrite) : si vous ne prescrivez pas, vous ne serez pas payés !

Le but de GOAL est donc d’encourager la prescription d’un nouveau médicament anticholestérol qui tarde à rentrer dans les mœurs cardiologiques : tu prescris, je te récompense !

Ils veulent ainsi convaincre 300 cardiologues canadiens de participer à cette farce.

Ils savent que c’est une farce et ils savent que les cardiologues le savent…

Pour les sécuriser à propos d’un éventuel scrupule éthique (on ne sait jamais, y en a encore d’assez couillons pour hésiter !), ils disent qu’ils  s’occupent de tout. Je recopie le petit paragraphe concernant l’éthique et que chacun peut vérifier dans le document complet ci-dessus.

En d’autres termes : Chers confrères, tout est propre (« sécurisé » comme ils disent), ne vous inquiétez pas ! Et si vous aviez des ennuis, notre Institution vous assistera.

Pas sympa ça ?

Ils sont très sûrs d’eux apparemment. Ils ont sans doute raison : ce ne sont pas les Sociétés Savantes (et autres corporations) auxquelles ils appartiennent qui leur feront des ennuis puisque les dirigeants et sommités de ces Sociétés sont eux-mêmes rémunérés par le très dévoué Canadian Heart research Centre.

Et si les sociétés savantes approuvent, les assurances et les administrations ne diront rien. C’est pour le bien des patients ! Nous prenons en charge l’éducation des médecins !

Pas sympa ça ?

Quand tout le monde bafoue la Loi, il n’y a plus de Loi, dit un proverbe chinois…

Nous sommes donc en présence, sous couvert d’une « fausse bonne conscience » édictée par le très commercial Canadian Heart research Centre, d’une tentative de corruption de médecins qui en théorie sont au service de leurs patients, par delà toute considération commerciale.

C’est bien tentant pour un médecin surtout s’il est en début de carrière. Non seulement il est rémunéré par le Canadian Heart research Centre, mais en plus il force des patients (qui espèrent que tout cela est pour leur bien) à revenir le voir 3 fois en 6 mois, toutes consultations couvertes par les Assurances des patients. Et tout ça dans la poche du médecin qui, bien sûr, vérifiera par des examens adaptés (et dispendieux) à chaque visite que le traitement est efficace et bien toléré. Coûts des examens complémentaires à la charge du patient ou de son assurance qui, de toute façon, rentrera dan ses frais en augmentant les « cotisations » l’année suivante.

Pas sympa ça ?

Bien que je ne sois pas au courant de ce type d’éducation rémunérée des médecins en France pour le moment, je ne doute pas qu’on y vienne assez rapidement !

Tout dépendra sans doute de la façon dont le marché, et la profession, réagiront  !

Espérons que si on ne réagit pas correctement, une nouvelle Loi ne nous y obligera pas, comme on le voit à propos des vaccins, ces jours-ci.

Il faut s’y habituer, la corruption est partout, et pas seulement pour le cholestérol ! Mais les visiteurs de ce blog le savent déjà, hélas !

 

 

 

 

70 réflexions au sujet de « Cholestérol et corruption : bas les masques ! »

  1. phil

    6600$ pour 12 patients « enrôlés », ça fait donc 550$ par patient, soit 55.000 € pour 100 patients, cible accessible. C’est 1 gros progrès pr aux stylos-billes et porte-clefs, j’ai RV dans 10 jours avec mon cardio, il a le sens de l’humour, je vais lui en parler. Enfin pas sûr, crois pas qu’il va aimer…

    Répondre
  2. Emilio

    Obliger les gens à consommer des statines, comment ça pourrait arriver ?

    Toujours en expliquant que consommer des médicaments est un acte SOLIDAIRE pour sauver la Sécurité Sociale.

    La « révolution de la prévention » voulue par Macron peut servir de point de départ à une nouvelle « politique » du médicament. Lorsque le patron de mon ancien employeur à dû contracter un nouvel emprunt, on lui a fait passer une batterie d’examens de santé pour s’assurer qu’il n’était pas au seuil de la mort… demain, qu’est-ce qui empêche d’aller plus loin dans cette logique de flicage (légitimée par la nécessité de réduire les dépenses d’assurance maladie) des individus qui pourrait être facilitée par le Dossier Médical Personnel ?

    Cette logique consistant à accepter d’indemniser un individu parce qu’il a préalablement accepté d’être surveillé est expérimentée avec la « conduite connectée » de l’assureur ALLIANZ. On entend aussi des gens expliquer que les fumeurs doivent être sanctionné pour leur comportement… On est à 2 doigts de basculer dans une logique consistant à ne réserver les remboursements de la sécu qu’aux seules personnes dont le DMP témoignerait sur le long terme que les paramètres biologiques sont « normalisés » selon les règles des sociétés savantes.

    Si le « coup de force » de l’élargissement des obligations vaccinales passe sans résistance, qu’est-ce qui empêche le Buzyn d’aller plus loin dans la soumission des individus au diktat des experts des sociétés savantes ?

    Répondre
  3. Minoque

    Ils ne s’arrêteront plus, ils sont devenus fous !
    Comme écrivait Pascal en son temps « La vraie morale se moque de la morale » ou encore St Just « L’art de gouverner n’a produit que des monstres »
    Comment ne plus se laisser faire ?

    Répondre
  4. herve_02

    Bonsoir,
    De telles pratiques existent en france (peut être pas pour les statines), cela s’appelle étude observationnelles. Elles ont un but simple :

    - habituer le médecin à prescrire. Ce ne sont pas les 500$ par patient qui est important, mais de faire prendre l’habitude par le médecin à prescrire.Lorsqu’on le fait pour 12, on peut le faire pour 100, gratuitement. Il suffit de bien cibler les examens complémentaires sur des critères secondaires choisis pour transformer un merde à moyen terme en produit miracle. Il y a de très nombreux exemples, et vous en connaissez bien plus que moi. Je me souviens d’un chat que j’avais, avec de multiples affections. Nous pouvions lui donner des comprimés de dérivé d’un opiacé. Chaque comprimé qu’on lui donnait,lui procurait une meilleure qualité de vie, en diminuant son espérance de vie. On ne le soignait pas (mais comme cela atténuait ses douleurs, cela nous semblait acceptable), mais nous n’étions pas dupe : le choix du critère secondaire choisi, et la surveillance d’effets particuliers permet de faire des miracles…à court terme.

    Répondre
  5. Charles

    La statine ALTRUISTE s’impose comme un évidence : il faut eviter que vous puissiez contribuer a l’epidemie d’hypercholestérolémie dans les EPADH !

    Répondre
  6. el cosi

    Les médecins ont l’impression de participer à un essai clinique…. sauf qu’il n’y a pas de groupe contrôle!
    Une bonne incitation financière entraîne une altération du jugement, d’où l’intérêt de choisir les experts financés par l’industrie.

    Répondre
  7. Jabeau

    Connait-on les raisons pour lesquelles un des trois labos a abandonné la mise sur le marché de son anti-PCSK9 ?
    On ne parle pas assez du budget prévisionnel ‘indemnisation des victimes d’effets secondaires’ que chaque entreprise est censée prévoir lors de la sortie d’un nouveau produit. Car tant que la consommation du produit n’est pas rendu obligatoire par la loi, c’est encore le fabriquant qui est censé indemniser les victimes…

    Répondre
  8. Jean-Marc REHBY

    Mais mes chéris vous retardez sacrément tout cela existe déjà chez nous et c’est la sécu qui régale !!!ç
    Il existe les ROSP alias Rémunération sur Objectifs de Santé Publique que ça s’appelle.
    Des prime pour faire là où on dit de faire : Vaccin grippal à 80% des patients RIME!
    mammographie pour dépistage du cancer du sein PRIME!!
    Statine chez les diabétiques et les coronariens PRIME
    Bientôt 11 vaccins PRIME
    Le bon logiciel bien programmé bien toutou PRIME
    Et je ne sais quoi d’autre vu que moi je fais partie des moins de 3% des docteurs qui ont envoyé une lettre recommandée pour dire qu’ils ne mangeaient pas de ce pain là !!
    MOINS DE 3% ON PASSE POUR DES CONS BIEN SUR
    Moyenne des primes perçues en 2016 5400€ par médecin sûr je suis vraiment con!!

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      Bien sûr les ROSP !
      J’ai préféré éviter d’en parler ; c’est compliqué ; les ceux de la sécu y croient qu’ils sont tellement cons qu’il faut les pousser par la carotte…
      Y croient tous qu’ils font bien ; ça s’appelle la « fausse bonne conscience » ; rico y va expliquer mieux que moi !

      Répondre
      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        et @ Jean-Marc Rehby : Et dire que si les gens, les politiques, les médecins « experts » ou non, le simples pékins comme moi, voulaient bien admettre que « l’ horrible vérité sur les médicaments anti-cholestérol  » était la réalité et que tous ces médocs n’étaient plus remboursés (pourquoi le interdire? encore une contrainte de plus..;) par la Sécurité Sociale, son TROU gigantesque serait certainement grandement comblé en y versant ne serait-ce que les statines, sans compter bien d’autres médicaments inutiles et je ne parle pas de la plupart des vaccins administrés à mauvais escient !

        Répondre
    2. Emilio
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      @Rehby : C’est réellement la classe d’avoir refusé cette ROSP !

      Le fait que l’immense majorité des médecins aient souscrits à cette prime ROSP est la preuve par A + B (s’il en fallait une) que la problématique de la médicalisation effrénée des individus n’est pas tant que ça lié au pouvoir de Big Pharma.

      Ceux qui ont institutionnalisé cette prime sont des POLITIQUES. Ceux qui réalisent les vaccinations sont des MÉDECINS.

      Pour l’instant, Buzyn a besoin des médecins, alors elle les flatte en leur expliquant à quel point ils sont braves en participant à des actions destinés à « renforcer la confiance » dans la vaccination … mais dès que son système de contrainte vaccinal aura été officiellement institué (sans retour arrière possible), elle va attaquer la liberté de prescription (ou plutôt de non-prescription) des médecins.
      Ses arme ? Carnet de vaccination électronique et DMP…

      On est en train de créer une société basée sur la surveillance de masse, dans laquelle le citoyen est assimilé à un enfant juste bon à être manipulé afin qu’il adopte le comportement qu’il attend de lui.

      Le 25 décembre 2017, tout le monde ouvrira les cadeaux, et ce sera la SEULE préoccupation de monsieur tout-le-monde. Au 1er janvier 2018, les nouvelles obligations vaccinales seront en vigueur et mr tout-le-monde sera heureux d’avoir passer un excellent réveillon…

      Répondre
      1. herve_02
        En réponse à : Emilio

        Tout à fait, on accuse big pharma, mais ce sont bien les médecins qui rédigent des ordonnances. Donc, au pire la responsabilité est partagée.

        Maintenant, j’avais lu (ou compris) que le scandale médiator a eu du mal à sortir parce que le monde médical (et les médecins) se sentaient un peu morveux de l’avoir prescrit hors amm. C’est certain que les visiteurs médicaux poussaient à écrire, mais les médecins sont tellement arc-boutés sur leur statut de ‘libéral’ qu’ils se sont placés au début du coté du labo.

        D’ailleurs, j’ai cru comprendre que pour M.Girard le fait que ce soit les médecins qui prescrivent (alors que les effets étaient documentés, même si minimisés) n’en fait pas un scandale sanitaire. Pourtant pour le scandale du vaccin de l’hepB de 95, c’est également les médecins qui faisaient la piqûre.Ils devaient savoir que les modes de contamination avancées étaient mensongers et ils devaient voir dans leur patientèle que l’épidémie était surtout dans la tête de certains. Mais pour lui, ce n’est pas la même chose. pour une raison que je n’ai pas compris. Peut être le fait de laisser tomber l’hepB en agitant médiator.

        Maintenant ce qui me fait peur c’est que les médecins généralistes vont bénéficier de tarifs spéciaux pour certaines consultations (obésité, diabète…..) pouvant aller jusqu’à 50 euros la consult. Je ne sais pas comment les mutuelles vont prendre avec leurs contrats ‘responsables’, mais ce CADEAUX doit probablement servir à faire passer un truc, tellement énorme que l’habituel augmentation du C de 1 ou 2 euros n’est pas suffisant.

        Répondre
        1. Emilio
          En réponse à : herve_02

          Ce que semble expliquer Marc Girard, c’est surtout que le « scandale » médiator a empêché de faire le bilan de la campagne de vaccination H1N1.

          « L’affaire médiator » à détourné l’attention des gens sur une anecdote alors qu’il existait un vrai scandale autour de cette campagne de vaccination H1N1 , de même qu’autour du vaccin hépatite B (qui a provoqué une explosion du nombre de cas de sclérose en plaque pédiatrique).

          C’est cette notion qui est omniprésente dans les articles de Marc Girard : notre attention est volontairement focalisée sur des fausses pistes par les médias et les personnages publics (experts et politiques) qui empêche toute conscientisation POLITIQUE concernant le système aberrant dans lequel nous nous débattons.

          Un point est absolument indéniable : la myofasciite à macrophage (et l’aluminium des vaccins) est médiatisée depuis longtemps, de même que l’affaire médiator, de même que l’indisponibilité du « seul DTP obligatoire »… pour autant, ces « scandales » n’ont pas empêché le système de nommer Buzyn (qui déclare qu’il expert dans conflits d’intérêt est un expert sans intérêt) au ministère de la santé ni d’élargir les obligations vaccinales.

          On est en train de nous retirer toutes nos libertés les plus fondamentales, mais ce qui intéresse, c’est la météo, la mort de Jean Rochefort (que j’adorais), la victoire de l’équipe de France de foot sur le belarus, les cadeaux (et autres niaiseries) de Noël… etc

          On entre dans l’esprit des gens l’idée qu’ils sont libres parce qu’ils ont des capacités à se distraire, à communiquer et à consommer. Mais ce n’est ABSOLUMENT PAS ÇA la liberté. La sollicitation médiatique permanente empêche les individus de conscientiser qu’ils sont manipulés.

          Ce qui est réellement important n’est pas évoqué sur BFM TV ou CNEWS. Marc Girard est captivant car malgré leur densité, ses articles révèlent systématiquement une réalité dont la plupart des gens n’ont AUCUNE conscience.

          Répondre
        2. Jean-Marc REHBY
          En réponse à : herve_02

          j’ai prescrit du MEDIATOR au début quand il était présenté comme un antidiabétique comparable à la METFORMINE . Puis devant les piètres résultats j’ai arrêté . Jamais comme coupe faim ou pour maigrir et j’ai souve,nt refusé des prescriptions mise en place par des endocrinos ou des nutritionnistes.
          Les effets cardiovasculaires ont été connus bien après et notre chère pneumologue de Brest a été comme les carabiniers mais cela a permis de rendre cela plus connu.
          Je rappelle que Xavier Bertrand président de la région Hauts de France (berck berck berck quel nom affreux !!) ci-devant ministre de la santé a signé en son temps le maintient du MEDIATOR et son remboursement le professeur Nimbus lui tenant le stylo alors qu’il était grassement payé par SERVIER. ( le professeur pas le stylo !!)
          Quant à l’hépatite B les médecins étaient convaincu l’utilité de la vaccination pour éradiquer la maladie. Je me souviens de discussions enflammées avec un ami gastro et hépatologue à qui j’exposais mes réticences et mon refus de vacciner tout le monde en dehors des groupes à risque. il était très désapprobateur pour ne pas dire plus et est encore aujourd’hui convaincu de l’inocuité du vaccin et de l’absence d’effets secondaires.
          Être à contre courant est très compliqué !!!
          On vous prend pour un fou ou pour un crétin qui ne connait rien!
          Mais comme disait je ne sais plus qui  » Passer pour un idiot aux yeux des imbéciles est volupté de fin gourmet » Georges Courteline ????

          Répondre
        3. herve_02
          En réponse à : herve_02

          @Emilio

          La problématique de ce qui peu être médiatisé ou pas est complexe. Parler de myochose est un moyen d’apporter sur la place publique certaines choses. Ce n’est pas forcément le plus ‘juste’ et peut être que cette affection n’en est pas une et qu’elle n’a rien a voir avec l’injection de sels aluminium dans le muscle. MAIS pour montrer cela il suffit de sortir une étude montrant que les sels d’alu injectés dans les muscles se résorbent et sont évacués à 100% de l’organisme (qui n’en a pas et n’en produit pas). Mais les réponses des ‘pontes’ (y compris M.Girard – et je le déteste en ça) est « on fait cela depuis 60 ans, si il y avait un problème cela se saurait déjà ». Je veux bien comprendre que la spécialité de Girard est technico-règlementaire, mis il devrait pour le moins nous expliquer technico-règlementairement comment les sels d’alu ont atterris dans les vaccins.

          De même, de nombreux médecins expliquent que les ‘nouvelles’ ‘affections’ type myochose, la fibrochose sont un peu dans la tête des patients car il n’y a rien de ‘cliniquement solide’. En clair, comme je ne sais pas et que je ne trouve pas, c’est dans la tête du patient. Un sorte d’effet nocebo ou on fourrerait tout ce qui dérange, plutôt que d’étudier.

          On en revient toujours au suivisme des médecins dans la parole des autorités, sorte d’atavisme ancré de force par le mode des études de médecine : une capacité à apprendre des sommes de choses, une capacité à résister à la fatigue qui vous lamine et vous force encore plus à accepter pour acquis ce que le ‘mentor’ vous affirme. Et s’il se trompe, ce sera des centaines de médecins lâchés dans la ville avec de fausses informations. Et puis ce serait comme faire admettre à un prof de math que les math sont secondaires, il ne peut pas comprendre.

          ET la boucle est bouclée pour comprendre pourquoi on peut supprimer nos libertés (pour notre bien, vous voulez pas que des ‘tit n’enfants y meurent parce que leurs parents débiles y veulent pas les vacciner non ?). Lorsque j’évoque à mes parents et ma sœur le fait que nous ne sommes pas pour les vaccins, elle se demande si nous ne sommes pas dans une secte ! La population suit moutonnement la parole du chef, parce que dès les premières heures d’école c’est ce qui est appris, obéir à la parole de l’autorité, sinon la gestion du groupe est impossible. Ils nous gèrent comme un troupeau et si certains doivent en crever, ils s’en cognent. 90% des parents sont convaincus que les vaccins sont une bonne chose, parce que cela marche. : les servitudes volontaires s’ancrent facilement pour ceux qui n’ont ni culture ni esprit. Effectivement il y a actuellement sur les réseau sociaux une jacquerie contre l’acte vaccinal parce que simplement il n’y a pas d’ÉTUDES sérieuses à opposer, rien contre vrai placebo, rien sur un suivi à 20 ans des populations vaccinées, pas de pharmacovigilance et la réponse magique à ce que l’on ne peut pas attribuer à un effet nocebo : le multi-factoriel. Alors plutôt que de demander ces études on jette le haro sur les obscurantistes et on envoie des drones crétins venir pourrir les fils de discutions.

          Oui l’obligation ‘marchera’, et oui on assistera à une explosion des effets secondaires mais les politiques au pouvoir actuellement s’en foutent, ils ne seront plus là lorsque les scandales éclateront. Ce sont des vieux en fin de carrière qui finiront par pantoufler chez sanofi ou servier (qui recommence à financer et colloquer). La seule solution est de les ‘kidnapper’ et de leur injecter de force le calendrier vaccinal au prorata du poids. Sinon il ne comprendrons jamais.

          Lorsque vous forcer une population à faire des choses avec l’argent des autres, la vie est tellement simple.

          Et je parle même pas du connard de médecin journaliste blogueur qui constatant que le cancer du col à une espérance de vie qui baisse (??? pourquoi ?) trouve que l’on devrait rendre obligatoire le vaccin gardasil. On devrait lui interdire de l’ouvrir surtout et le laisser avec sa marotte de la cigarette électronique.

          Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : herve_02

            « ET la boucle est bouclée pour comprendre pourquoi… »

            Pour comprendre faut lire les témoignages sur ce blog ; et surtout lire les livres du gentil Dr de Lorgeril qui, à ce jour, n’a pas à retirer une seul ligne de ce qu’il a écrit depuis environ 40 ans (thèse en 1976).
            Ooooooups !

            Au point où nous en sommes (pire qu’en catalogne, faut pas croire !), aimons-nous les uns les autres, sans oublier les unes, 20 Dieux !

    3. aminevite
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      Bien vu Docteur, c’est tout à fait exact.J’ajoute que dans ma région TOUS les USI de cardiologie de CH prescrivent comme des distributeurs automatiques de salle de Gare TAHOR 80 (hors AMM et sans le signaler sur l’ordonnance ni…au patient!) après un syndrome coronarien aigu ou un infarctus .Quelque soit le sexe l’âge ou le taux de cholestérol.
      On vit une époque formidable où les cardiologues n’ont plus besoin de réfléchir!
      Un membre du « Club des moins de 3% »…

      Répondre
      1. Jean-Marc REHBY
        En réponse à : aminevite

        Petite anecdote croustillante un de mes patient coronarien voit en consultation le professeur de cardiologie qui lui explique qu’il doit absolument prendre une statine du ZOCOR 40 parce que comme ses artères sont malades il risque un AVC, et que ça va le protéger !!!
        Comme il l’a vu en août je lui demande s’il le prend et il me répond oui puisque le professeur a insisté mais ça fait plus d’un an que je le reprend parce que mon ancien cardiologue qui a pris sa retraite avait insisté.
        Donc vous m’avez menti pourquoi? « je ne voulais pas vous contrarier « c’est-y-pas mignon ça et pourtant je kui avais tout expliqué avec les livres du maître et tout comment euh CON !
        .

        Répondre
        1. aminevite
          En réponse à : Jean-Marc REHBY

          Au risque de me répéter la « soumission à l’autorité » est la règle dans la société humaine car elle est TRÈS confortable pour nos cerveaux torturés .La socio-psychologie (Gustave Lebon, Freud, Milgram) aide à comprendre pourquoi nous en sommes là en médecine (comme ailleurs). Ne pas faire de vagues semble la règle universelle (sauf en Catalogne?..)

          Répondre
    4. londoner
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      Ca existe depuis longtemps en angleterre si je ne m’abuse.

      Curieusement je viens de lire un bref article de journal emettant des doutes sur cette methode: apparemment il vient d’y avoir une evaluation de ces primes et le resultat est qu’elles ne font aucune difference question sante publique et pire, elles ont tendance a faire que les medecins negligent les pathologies qui ne sont pas « rentables » au detriment des patients.

      Ca alors, on n’aurait jamais pu le prevoir!

      si je retrouve l’article je mettrai la reference

      Répondre
  9. Jean-Marc REHBY

    5400€ c’est la moyenne le maximum est à peu pres 9500€ soit presque 400 consultation pa smal non ?
    Ceci est un conflit d’intérêt flagrant avec la sécu y’a pas que Big pharma!!

    Répondre
Commentaires : page 1 sur 212»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.