Imagerie des carotides : utile ou néfaste ?

L’imagerie médicale est un business florissant ; pour ceux qui font les images (souvent radiologues mais aussi angiologues et cardiologues, par exemple) et pour ceux qui vendent les machines à faire des images.
On laisse de côté l’imagerie des fœtus dans le ventre de leur maman, c’est trop mignon et sans doute très utile, ce n’est pas le propos d’aujourd’hui.
Il y a bien sûr d’autres images qui peuvent être cliniquement formidables et même salvatrices ; mais on parle ici de faire des images systématiques des artères carotides à la recherche de sténoses qui pourraient s’avérer dangereuses pour le cerveau de celui ou celle chez qui on image une sténose.
Même un opérateur peu entrainé peut faire (vite) de belles images des carotides car elles sont facilement accessibles au niveau du cou ; et ces images sont bien payées par la sécu. Beaucoup d’avantages donc à faire ce genre d’images ! On ne parle donc pas des images obtenues par cathétérisme artérielle ; seulement des techniques non-invasives, les spécialistes me comprennent.
Il y a deux circonstances principales, en simplifiant, où des médecins font – devraient ou ne devraient pas faire – ce genre d’image :
–  soit le patient a (ou a eu) des symptômes neurologiques variés (de la syncope aux pertes de mémoire) et on cherche une explication du côté des artères qui irriguent le cerveau ;
–  soit il est totalement asymptomatique et on examine ses artères pour voir si … ; si dès fois que … ; on ne sait jamais …
Évidemment, la très grande majorité des imageries des carotides sont faites dans le deuxième contexte ; ce qui coûte cher ; à un moment où nous devons trouver des économies, comme on dit à la télé.
Laissons de côté le coût de ces examens [la santé n’a pas de prix !] et demandons-nous si c’est utile de faire ces images pour notre santé ! Je rappelle que nous excluons les cas où il y a eu de vrais symptômes neurologiques.
La réponse est répétitive de la part des Autorités de Santé aux USA et ailleurs, sur la base d’études à peu près sérieuses : il ne faut pas faire ce genre d’imagerie en l’absence de symptômes, ce n’est pas bon pour les patients. Pourquoi ?
Mettons-nous en situation. Mon patient a un cholestérol un peu élevé, ou il a un peu d’hypertension ou une glycémie un peu élevée [tout ça selon des critères fort litigieux …] ; il n’a aucun symptôme neurologique mais il s’inquiète de l’état de ses artères ; son généraliste aussi.
Pour les rassurer, on programme une imagerie des artères … et patatras, on trouve une sténose sur une carotide. Affolement général immédiat !
Continuons la mise en situation.
Soit cette sténose est peu sévère ; et on commence (dans la précipitation) des traitements médicamenteux : aspirine ou autre antiplaquettaire, statine, antihypertenseur si ça n’était pas encore le cas … Et voilà qu’un être bien portant jusque-là devient un malade … chez lequel pourtant on ne soigne qu’une image !
On refait des images tous les 6 mois (voire tous les 3 mois), on augmente les doses de médicaments, les effets secondaires ne tardent pas … qui nécessitent d’autres médicaments ; qui provoquent d’autres effets secondaires …
Bref, le cycle infernal dont on ose rarement sortir, hélas.
Soit la sténose est sévère (on dit « serrée » entre spécialistes) et on programme de la chirurgie [l’opération s’appelle une endartériectomie], ou bien la pose d’un stent pour déboucher l’artère fautive ; et après, on ajoute tous les médicaments suscités ; si on a survécu à la chirurgie et si on est sorti indemne du stenting.
A-t-on démontré que toute cette agitation pour soigner des images sans symptôme était utile au patient ?
Concernant la chirurgie et le stent, le consensus est qu’on ne rend pas service aux patients : plus de complications que de bénéfices !
Bien, si vous voulez vous débarrasser de votre belle-mère …
Avec le traitement médical, même chose, pas de bénéfice de traiter des images ; une fois qu’on a éliminé tous les rapports télécommandés par l’industrie …
Cette absence d’effet bénéfique du traitement des images rappelle l’absence d’effet du traitement des sons. En effet, du temps où l’imagerie ne se faisait pas, les médecins auscultaient encore les carotides de leurs patients et entendaient parfois des souffles qui témoignaient de la présence de sténose dans les carotides. Et déjà le consensus était que la présence d’un souffle ne suffisait pas à motiver des examens complémentaires, donc des images, et encore moins des traitements toxiques ou dangereux !
Leçon du jour : en l’absence de symptôme clinique, on ne doit pas faire des images des artères ; ça nous conduit dans des culs de sacs thérapeutiques ! Voilà où nous conduit la civilisation des images ; et des jeux (vidéos) qui souvent vont avec !
Deuxième leçon : dans tous les cas, il faut adopter un mode de vie protecteur ; mais ça, ce n’est pas du business ; donc on n’y pense même pas ; plus lucratif de faire de images !

46 Replies to “Imagerie des carotides : utile ou néfaste ?”

  1. Bonjour
    Je vous remercie pour cet article .
    Pourriez vous mettre en ligne les références des études qui montrent l’inutilité de telle pratique.
    J’en aurai sans doute besoin pour défendre le même point de vue que vous.
    D’avance merci

    1. Je vous remercie de votre intérêt pour ce billet ; mais ce dernier n’est pas récent, mon dossier est classé et je suis à la fois “sur les rotules” et sans disponibilité actuellement …
      Désolé !
      Ceci dit, avec un petit effort, vous trouverez facilement les références dans Pubmed voire Google …
      Redemandez moi si vous n’y arrivez pas …
      Bon vent, matelot !

      1. Bonjour
        Merci pour votre réponse.
        En effet avec un peu de recherche ,j’ai trouvé l’article récent sur la non recommandation du dépistage des sténoses de la carotide:
        http://annals.org/article.aspx?articleid=1886690
        C’est le plus essentiel pour moi.
        Par contre, j’ai un peu plus de mal avec le “consensus” chirurgie/stent sans bénéfice .
        J’ai retrouvé que des articles pas très récents :
        http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=%28%22asymptomatic%22%29%20AND%20%22carotid%20stenosis%2Fstenting%2Fsurgery%22
        Mais c’est suffisant pour moi pas besoin de perdre votre temps à trouver mieux.

  2. Bonjour Dr Lorgeril,
    Premièrement félicitations pour votre livre ‘Prévenir l’infarctus…’ que je suis en train de lire pour aider mon mari. Mon mari de 52 ans est diabétique (Metformin), fait de la haute pression (Métoprolol), prend Asaphen, prend Crestor, et triamtérène…Bref son docteur ne lui donne que des pillules. Je sais que cela est comme un couteau a deux tranchants et que tous ces médicaments ne guérissent rien. Je sais qu’un médecin (comme vous) qui aurait une formation en nutrition pourrait faire la différence…Pourriez-vous me recommander qlqu’un puisque vous avez peut-être des contacts a Montréal ou dans les environs. Nous demeurons a Terrebonne. Je n’ai aucune crédibilité car je ne suis pas docteur, mais j’aimerais tant trouver quelqu’un qui puisse l’aider a diminuer sa médication et a modifier son mode de vie. Je sais aussi que sa condition ne va pas aller en s’améliorant et cela me rend très anxieuse. Merci énormément a l’avance. La santé est vraiment ce qu,on a de plus précieux…Il faut agir avant qu’il soit trop tard. Merci,

    1. Chère Shirley,
      Je comprends votre inquiétude ; et je ne vais pas vous détromper : votre époux est mal “parti”, il est urgent de changer de cap !
      Je ne peux vous recommander personne en Californie (ce serait la même chose dans ma région en France) tant les médecins sont terrorisés à l’idée de ne pas se conformer aux recommandations officielles qui sont en fait des “diktats” de l’industrie pharmaceutique …
      Ceci dit, la Californie n’est pas le pire endroit de la Planète pour trouver un médecin quelque peu “alternatif” ; vous allez y arriver ; mais la priorité est de convaincre votre mari de changer de mode de vie (lifestyle) …
      Attention, il n’y a pas que la nutrition dans le mode de vie, c’est un ensemble ; vous aurez tout compris une fois que vous aurez fini le livre ; attention, chaque ligne compte.
      Ce qu’il faut comprendre aussi c’est que les médecins sont de peu d’utilité pour changer de mode de vie ; ils ne savent en général que prescrire des médicaments ; il vaudrait mieux identifier un nutritionniste (qui comprend la diète méditerranéenne et saura s’adapter à votre époux) et ensuite une sorte de “coach” pour lui apprendre ou ré-apprendre à respecter son corps, y compris son cerveau et ses systèmes nerveux ; et bien sûr ses muscles !
      Bon voyage, et “bordez” bien la grande voile, vous allez “remonter” le vent …

      1. Bonsoir cher Docteur. Vous me pardonnerez de vous faire remarquer une petite erreur géographique dans votre réponse à “Shirley Connelly” et qui vous a fait un peu perdre le nord…Mais je pense que c’est le nom de “Connelly” , comme Mickael Connely qui vous a induit en erreur car situant les personnages de ses romans ( dont je suis fan comme vous je pense ( j’ai cru comprendre) à Los Angeles, en Californie. Elle vous demandait le nom de “contacts” à Montréal ou environs ( elle demeure à Terrebonne…)et si ma mémoire est bonne cela se trouve au Canada où vous avez exercé avec le Pr Renaud, s’pas?
        P.S : Avez vous lu « Volte face » ?. Suis en train… (C’est hors sujet, je sais)

        1. Ce qui m’a trompé c’est l’adresse e-mail ; qui se terminait par .ca ; c’est le Canada et pas la Californie bien sûr ; en plus elle le dit dans son message.
          Je demande pardon, grave faute ; “I apologize” …
          D’autre part, si j’ai effectivement pratiqué à Montréal (à l’Institut de Cardiologie, prestigieuse institution à l’époque, 10 ans d’avance sur les meilleurs centres français ; moi j’arrivais de Suisse, Genève, probablement le meilleur Institut Européen de l’époque ; seul Zurich peut-être …), ce n’était pas le cas de Renaud qui n’était pas médecin … il pouvait pas donc …
          Gardez le cap, c’est le bon !
          PS “Volte-face” très bien …

  3. bonjour cher docteur
    Cumulant divers facteurs de risque cardiovasculaire( hyperhomocysteinemie modérée, dette de sommeil importante depuis des années, tension diastolique élevée (autour de 9 en automesure), sans omettre une exposition conséquente au tabagisme passif jusqu’à l’age de 30 ans,et des antécédents familiaux cardiovasculaires précoces pour etre exhaustif(o) cet article m’interpelle.
    j ‘ai demandé compte tenu de cette accumulation de “legers” facteurs de risque à passer une échographie des artères il y a quelques mois qui a révélé des anomalies au niveau des artères fémorales et tibiales (calcification , et index de pression systolique élevé)
    certes, ces anomalies peuvent sembler modérées, mais en raison des différents facteurs de risque que je vous ai évoqués j’ai sollicité ma cardiologue pour effectuer un test d ‘effort afin de déterminer une éventuelle “pathologie” des artères coronaires
    celle ci a jugé cet examen prématuré, ce que je peux concevoir puisque je n’ai que 35 ans, cependant compte tenu de la conjugaison de divers facteurs de risque cardiovasculaire , celui ci ce ne se justifierait il pas néanmoins, ou vous semble il relever d ‘une hypocondrie “pathologique”? (o)
    De meme, bien qu’une tension artérielle un peu majorée soit “anodine” si elle n’est pas associée à d ‘autres facteurs de risque cardiovasculaires, dans mon cas de figure ne serait il pas pertinent toutefois d ‘instaurer un traitement “le plus léger possible bien entendu” afin d ‘abaisser un peu ma pression diastolique?
    MERCI D ‘avance pour votre réponse à ce post
    cordialement
    emmanuel

    1. Ceci n’est pas une consultation.
      Et ne peut l’être … évidemment !
      Et votre témoignage succinct ne permet qu’une réponse succincte …
      Mais si on raisonne un peu, de façon théorique, sur les points que vous soulevez, je dirais que :
      1- rien ne justifiait de faire des images chez vous
      2- votre insomnie et votre homocystéine doivent être gérées, sinon traitées
      3- une des façons de faire serait d’avoir plus d’activité physique ; de vous inclure dans un programme de réadaptation et par conséquent de commencer par une épreuve d’effort …
      4- il est urgent que vous lisiez notre livre “Prévenir l’infarctus“, ça pourrait d’une part vous sauver la vie et aussi vous rassurer (je vois bien votre anxiété) car en appliquant consciencieusement nos conseils vous saurez que vous faites de votre mieux
      Bon vent, matelot

      1. Bonjour Docteur,
        a partir de quel seuil faut-il s’inquieter pour l’homecysteine, on dit qu’il ne faut pas depasser 15 ug/l mais je suis a 20 ug/l , y-a-il un risque majoree avec cette valeur ? vous en parle brievement dans votre livre mais il ne semble pas qu’il y ait de solution (comme pour la LP(a) d’aillieurs) mis a part la diete medi et le mode de vie. Y-t-il interer a essayer de normaliser avec complement acide folique par exemple ?

        1. Ceci n’est pas une consultation.
          je peux toutefois vous donner quelques informations.
          L’élévation de l’homocystéine n’est pas un bon signe ; mais pas non plus catastrophique …
          Cela peut traduire beaucoup de choses, c’est très multifactoriel !
          Trop d’acides aminés soufrés ; manque de B9 (acide folique ou folates dans vos aliments) ; manque de B12 [fréquent chez les végétariens et au cours du vieillissement du fait d’une dysfonction relative de la muqueuse intestinale ; attention aux antiacides type “inhibiteurs de la pompe à protons”] ; manque de B6 ; manque de bétaïne ; manque de choline ; etc …
          Ça fait beaucoup d’information en une seule fois, j’en conviens …
          D’autant que nous ne savons pas très bien comment tout ça interagit …
          Bref, si on décide de se supplémenter en vitamines impliquées dans la régulation de l’homocystéine, il faut prendre un cocktail : au minimum B12, B9, B6 … Mais ce n’est pas sûr que ce soit celles-là qui manquent, désolé !
          Il serait préférable de se faire doser toutes ces molécules avant toute supplémentation ; mais ça ne sera pas gratuit et je ne connais pas beaucoup de médecins (ou de biologistes) qui sauraient interpréter puis aider …
          Si vous vous décidez, il y a un labo qui commercialise un “mix3B” (ça doit se trouver via Internet) ; nous en parlions il y a plus de 10 ans (ça doit se trouver sur Internet) ; ça peut vous être utile ; surtout à votre cerveau ; “c’est vous qui voyez”, comme dit l’humoriste …
          Anecdote amusante : nous avions commencé des études de ce type chez des humains (en insuffisance cardiaque) au CHU de Saint-Étienne à la fin des années 1990s (tout près de 2000) ; et nous commencions à comprendre tout ça … Nous avons été “traités” de farfelus par les cardiologues et “nutritionnistes” (vous notez les guillemets) du site et priés d’aller faire nos bizarres recherches ailleurs … Quand on vous dit que la France se sclérose …
          Ceci n’était pas une consultation.

          1. Bonjour,
            D’apres la “Collaboration Cochrane, la réduction du taux d’homocystéine ne réduirait pas le risque cardiovasculaire, ni la mortalité.
            Je ne connais pas cette “collaboration Cochrane”, ni si c’est du sérieux.

          2. Du temps où (avant 2005-2006 et la nouvelle règlementation des essais cliniques ; lisez notre livre “Cholestérol, mensonge et propagande” où tout est expliqué) chacun publiait ce qui l’arrangeait, l’association Cochrane (du nom du créateur) prétendait déceler toutes les œuvres “cachées” et ainsi faire des méta-analyses fiables …
            Aujourd’hui en principe tout le monde a accès à tout et Cochrane n’a rien de plus qu’un quelconque lab de stat …
            D’ailleurs certaines analyses (et articles) de Cochrane sont fort douteuses …
            Pour l’homocystéine, certes des essais cliniques menés chez n’importe qui et sur de courtes périodes ont été décevants, mais ça ne veut pas dire qu’il ne soit pas préférable sur de longues périodes d’avoir une homocystéine plutôt basse (ou pas trop haute) …
            cette discordance entre essais cliniques et épidémiologie d’observation n’est pas rare et ne doit pas être passée par “pertes et profits”, nous en parlons dans notre prochain livre (parution début 2015) !
            Bon vent, matelot

  4. Tous ces commentaires et avis tombent bien. En effet la pratique médicale et la réflexion actuelle des médecins rappellent le DR KNOCK: “tout bien portant est un malade qui s’ignore” d’où la pléthore d’examens et de traitements anxiogènes et inutiles …

  5. Bonjour, j’ai lu votre article et cela m’amène à me poser une question sur la scintigraphie myocardique apres test d’effort sur des sujets n’ayant aucun symptome mais des risques (tabac, etc).
    Qu’en pensez vous?

        1. J’approuve totalement ; mais il faut bien que la cardiologie “nucléaire” vive … contre les autres faiseurs d’images …
          Vous voulez faire faire des économies à la sécu ? Éduquez les spécialistes ; ou bien punissez-les !
          Mais, même à la sécu et vers ses dirigeants (nommés par des politiques) a-t-on en vue autre chose que la prolifération du business ?
          Aujourd’hui comme hier, santé = business ; hélas !
          Et nous savons que tout progrès technologique a (avant tout) comme moteur la perspective d’un business.
          Tous les progrès scientifiques considérés comme importants (disons “nobélisables”) le sont à l’aune du business qu’ils fécondent ; à quelques rares exceptions près …

  6. Bonsoir,
    Un petit commentaire qui n’a rien à voir avec votre article mais qui a pour but de raconter mes mésaventures avec un médecin homéopathe à propos des statines. Je rentre d’une consultation ‘si je puis appeler cela ainsi) puisque le docteur m’a littéralement foutue dehors ! Déjà, il faut dire qu’en entrant, j’ai pas eu une bonne impression. J’y allais pour m’aider à soigner une maladie chronique en remplaçant le Prozac qui ne me fait plus aucun effet et me fait même aller dans le mauvais sens en me déprimant mais il a détaillé mes analyses biologiques que j’avais consciencieusement apportées et là, il a failli tomber de sa chaise quand je lui ai dit que je ne prenais pas de statines alors que mon cholestérol était élevé (bon, il avait pris les analyses dans le mauvais ordre et depuis, il a naturellement baissé). Je lui explique que j’ai lu votre livre et il était affligé. J’étais une idiote finie et j’allais mourir d’un infarctus, avc enfin tout le baratin habituel. Du coup, je l’ai bouclé. Et là, il apprend que je ne prends rien pour le diabète ! Effectivement, les analyses n’étaient pas bonnes puisque je suis stressée en permanence et que ça influe beaucoup (mon médecin référant n’était pas inquiet). Je lui dis que je ne supporte pas le médicament et il me demande pourquoi je ne suis pas retournée voir mon médecin pour avoir autre chose. Je lui apprends que c’est justement le médecin qui a arrêté et là, c’est le coup de grâce ! Il sort ma carte vitale du lecteur, me la rend, se lève. Il me dit qu’il veut bien essayer de m’aider mais qu’il sait que je ne ferai pas ce qu’il me dira de faire, ce qui est tout à fait vrai d’autant que je ne vais pas le voir pour ça. Hors de question de reprendre ces cochonneries. Voilà, c’est juste un retour d’expérience pour montrer à quel point il y a des médecins très ignorants. Bon sang, que cela m’énerve de savoir que tant de gens s’empoisonnent à cause de pareils énergumènes.
    Bien cordialement,
    Bonne soirée. Nathalie

    1. il s’est créé dans ce milieu médicale une “paranoïa anti de Lorgeril” qu’il est indispensable de ne pas réveiller ! (autre expérience vécue). Depuis, lâchement mais pragmatiquement, je ne provoque plus jamais “l’adversaire ” en prononçant le mot qui tue, si je puis dire. Je suis préparé à dire “Je ne prends plus de statines car je ne les supporte pas”, fermez le ban.
      Mais si l’offensive continue, il faut aussi prévoir faire de l’allergie aux fibrates, et le tour est joué. Réflexion (intérieure) du médecin : je ne peux rien faire pour ce malheureux (ou cette malheureuse), mais ce n’est pas de ma faute…

      1. Et l’ezetimibe aussi houlala il faut dire qu’on l’a essayé mais pris de vomissements incoercibles ! Essayé 3 fois de le reprendre vous comprenez docter j’ai tellement peut avec mon cholestéol ,mais je suis damné !
        J’arrive pas à supporter ni les statines , ni les fibrates ni l’ezetimibe (tous médicaments on le sait parfaitement scandaleusement inutiles), sans parler de la niacine je fais des flushes .
        Quand viendront les vaccins ou les anticorps anticholestérol faudra regarder l’excipient et s’inventer une allergie mortelle à icelui.
        Je n’ai pas les moyens des yaourts aux phytosterols , docteur …. Vous voyez je suis maudit.
        Et pour votre tension à 150/85 la il faut que je vous traite ! (mais ça n’a aucun intérêt chez quelqu’un non à haut risque cardiaue , on est d’accord)
        Ah mais docteur on a déja essayé ca m’a mené aux urgences avec un trauma cranien ca e fait tomber dans les pommes (ça ça refroidit parce que en cas de nouvelle chute il est responsable le gars )
        Au fait pourquoi à vorre avis l’organisme résiste-til aux antihypertensuers alias les hypotenseurs ? Est-ce que par hasard , dans certains cas , il ne chercherait pas à ramener la pression à une point favorable à l’individu concerné (il y a bien des cas ou evidemment non) .

        1. il est loin de temps de là naïveté où l’on débarquait hardiment chez son toubib armé du livre “Dites à votre médecin”… (2006?)
          au 1er coup de pied au c… on a vite compris qu’affronter le taureau de face était suicidaire (surtout qu’en théorie on était là pour survivre), depuis on a dû mettre au points des “stratégie d’évitement” comme dirait le bon Dr Freud, afin de survivre… à notre médecin.
          Prochaine étape : le cozulogtorix (un monstre injectable dont je ne peux pas retenir le nom), aux armes citoyens, on n’a pas fin d’en baver !!

          1. Bonjour,
            Effectivement, je ne me suis pas méfiée du tout. Merci pour tous vos conseils, je penserai à les appliquer car un coup de marteau sur la tête, ça fait une bosse et je n’ai pas envie de retenter l’expérience.

  7. “La souffrance est pire dans le noir : on ne peut poser ses yeux sur rien.”
    (Graham Greene – Extrait de Le fond du problème)
    (Il y avait une erreur dans mon commentaire précédent, mais il n’a pas encore été publié.)
    À nous de prendre la “torche”, et de chercher…
    Bonne journée à tous.

  8. Bonjour Docteur,
    C’est hors sujet. Quel rapport y-a-t’il entre tension cardiaque et tension oculaire? Est-il utile de donner des bêta bloquants par voie générale pour faire baisser une tension oculaire trop élevée, à une personne qui a 12/7 de tension?
    Ceci n’est pas une consultation.
    Amicalement

    1. Ceci n’est pas une consultation, comme vous le dites très bien ; et en plus je ne suis pas ophtalmo …
      Dans le glaucome (pathologie de l’œil avec hypertension oculaire), on donne habituellement des bêta-bloqueurs sous forme de collyre mais pas par voie générale (à moins de cas particulier, désolé je ne sais pas si) ; car ils diminuent la production du liquide qui remplit l’œil pour faire simple.
      Même par voie locale, le médicament peut avoir un petit effet sur la pression artérielle ; donc avec 12/7, surtout si personne âgée, faire attention !

    2. Il n’y a AUCUN rapport entre la tension artérielle et la tension oculaire,
      La tension oculaire est la pression des liquides à l’intérieur de l’oeil et leur défaut ou absence de résorption entraîne un glaucome ( pour simplifier beaucoup).
      La tension artérielle est la pression de contraction du coeur (pour la maxima) et la pression 2LASTIQue des artères (pour la minima).

  9. Pas tout à fait d’accord.
    Même chez les plus dispendieux de la planète en matière de santé, existe la campagne “Choosing wisely” , id est: “choisr (les examens) avec sages/à propos.
    Il est clairement écrit dans les thèmes de la société des generalistes, de ne pas faire de dépistage des sténoses carotidiennes:
    http://www.choosingwisely.org/doctor-patient-lists/american-academy-of-family-physicians/
    (“Don’t screen for carotid artery stenosis (CAS) in asymptomatic adult patients.
    There is good evidence that for adult patients with no symptoms of carotid artery stenosis, the harms of screening outweigh the benefits. Screening could lead to non-indicated surgeries that result in serious harms, including death, stroke and myocardial infarction.”)
    La société savante des neurologues US écrit elle qu’il ne faut pas faire d’image des carotides en cas de syncope:
    Don’t perform imaging of the carotid arteries for simple syncope without other neurologic symptoms.
    Occlusive carotid artery disease does not cause fainting but rather causes focal neurologic deficits such as unilateral weakness. Thus, carotid imaging will not identify the cause of the fainting and increases cost. Fainting is a frequent complaint, affecting 40% of people during their lifetime.
    A ce propos les troubles de mémoire ne sont pas non plus une raison de faire une imagerie des carotides.
    Ceci dit il peut y avoir des cas particuliers où syncope ou troubles de mémoire pourraient justifier une imagerie, mais c’est compliqué.
    PAr ailleurs on trouve de timides avancées :
    Pas de check up de santé ! Sert à rien ! Dangereux !
    http://www.choosingwisely.org/doctor-patient-lists/society-of-general-internal-medicine/
    “Don’t perform routine general health checks for asymptomatic adults.
    Routine general health checks are office visits between a health professional and a patient exclusively for preventive counseling and screening tests. In contrast to office visits for acute illness, specific evidence-based preventive strategies, or chronic care management such as treatment of high blood pressure, regularly scheduled general health checks without a specific cause including the “health maintenance” annual visit, have not shown to be effective in reducing morbidity, mortality or hospitalization, while creating a potential for harm from unnecessary testing.”
    D’autres sont là
    http://www.choosingwisely.org/
    Et JAMA publie depuis un moment une série “less is more”

    1. Merci pour ces additions et références ; nous sommes donc d’accord !
      Mais nous voyons et entendons si souvent des patients qui n’ont d’autres maladies qu’une “image” qui les terrorise, eux et leurs médecins qu’il me paraissait utile de faire ce petit rappel !
      Pour le moment, aucun “imagologue” n’a porté plainte au Conseil de l’Ordre …
      Attendons la suite !

  10. Merci pour tous ceux qui témoignent…c’est un vrai bonheur de se rendre compte que ce n’est “jamais” la masse qui a raison.
    Lorsqu’on “nage” à contre-courant c’est beaucoup plus dur…mais vous lire tous nous conforte dans notre effort…au moins ce dernier n’est pas en vain.

  11. Bonjour,
    on se retrouve assez régulièrement avec des patients hypertendus ou diabétiques qui demandent leur taux de cholestérol et la “surveillances des artères” (“le cardiologue leur avait bien dit”) ; si on refuse on passe pour un généraliste qui veut faire des “économies à la sécu sur leur dos” ; ceux sont les même qui ont beaucoup de mal à changer leur mode de vie qui trouvent que l’Esidrex à 2,25 € la boîte “n’est pas un vrai médicament” qui viennent dès que le “vaccin grippal nouveau” (il arrive en même temps que le beaujolais) est là… Surtout ne pas se remettre en question et consommer d’autant que “je cotise à la sécu, à la mutuelle et j’en veux pour mon argent”.
    “L’artiste” décrit dans un billet précédent joue sur du velours en subornant à son propre intérêt beaucoup d’esprits faibles…

      1. Bonsoir Docteur. Je remercie “Chevalier” pour sa franchise et je pense que c’est un bon Médecin, il me réconcilie un peu avec le monde médical…En effet, je viens d’avoir une triste expérience hospitalo/médicale que je vais vous narrer : J’ai depuis deux ou trois ans un kyste sébacé en région lombaire qui n’était pas gênant, mais ayant du mal à le surveiller j’étais allé consulté une Dermato à l’hôpital prés de ma ville résidentielle officielle et cela au mois de mai. Elle m’a dit que ce n’était pas urgent et de reprendre RDV en octobre. Il y a une quinzaine de jour en le triturant pour savoir sa grosseur avant de prendre ce fameux RDV, j’ai déclenché une infection avec un gros abcès que j’ai montré à mon Médecin traitant chez moi. Il voulait vidanger cet abcès mais a renoncé du fait de ma décision de prendre RDV avec un Dermato à…(Hautes Alpes) ou je réside en semaine. Mais là quelle déconvenue, pas de consultation possible avant un mois et demi. Je me suis rabattu sur le Service d’Urgence de l’ HP de cette ville et là, après une attente interminable (certainement justifiée par des cas plus urgents) j’ai eu affaire à un Médecin qui bien voulu regarder l'”objet de ma visite” en m’enlevant le pansement appliqué par mon épouse. Bien entendu, l’abcès /kyste s’était crevé et commençait à se vidanger tout seul…
        Ce génial médicastre a remis en place le même pansement et me demandant de patienter en salle d’attente pour l’avis d’un chirurgien et pour cela (sans doute) il m’a demandé si j’avais d’autres antécédents de santé. Je lui ai expliqué que j’étais coronarien stable, sans stent mais très sportif, diabétique stable et maîtrisé. Il m’a demandé quels médicaments je prenais et devant ma réponse AUCUN, sinon une diète méditerranéenne et l’exercice physique, il levé le bras au ciel d’un air effaré et devant mon air amusé, m’a dit qu’il ne fallait pas écouter les “Gourous”. Je lui ai précisé que tant mon dernier examen cardio que sanguin étaient au mieux, il s’est littéralement bouché les oreilles puis après m’avoir fait attendre encore un bon moment, m’a dit que le chirurgien orthopédique avec qui il avait pris attache l’avait dirigé vers le chirurgien viscéral lequel a dit de me faire hospitaliser… Je lui en ai demandé la raison, réponse : parce que c’était près de la colonne vertébrale. Je l’ai remercié en lui disant qu’il n’était pas question qu’on m’opère d’un Kyste infecté, que demandais seulement dans l’urgence et la gêne douloureuse que cela me procurait qu’on me soulage un peu par ses soins appropriés en attendant l’avis d’un Dermato. .. Il m’a laissé repartir SANS SOINS, sans même me changer le pansement, et SANS ORDONNACE d’antibiotiques.
        Bien entendu, chez moi mon épouse a supplée l’ incompétence de ce médecin en vidangeant un maximum l’infection, désinfection etc; et j’ai réussi a prendre rendez vous chez un Dermato de mon domicile habituel à un date assez rapprochée puis sur ses conseils téléphoniques et d’un autre Dermato, je suis allé voir mon Médecin traitant habituel dès le lendemain matin, ce Samedi matin, lequel a été outré par ma mésaventure, puis a légèrement incisé l’abcès, l’a vidé complètement ( sur ses chaussures et sa chemise… oups), désinfecté et prescrit les médicaments adéquats. Merci à ce médecin qui n’a pas eu peur de prendre ses responsabilités et qui respecte également mon choix de ne plus prendre de Statines et autres médocs.
        Et merci à vous et aux médecins intervenants sur ce site ainsi qu’aux “patients” commentateurs grâce auxquels je me sens moins seuls…
        Pardonnez moi d’avoir été un peu long mais cet aventure tragi comique illustre assez les « despotisme » absurde de certains médecins à œillères..

        1. Merci de ce témoignage.
          Outre l’aspect ubuesque de l’aventure, ce qui frappe évidemment c’est le manque, simplement, d’humanité : paragraphe 1, chapitre 1 de toute pratique médicale !
          Mais tous ne sont pas du pareil au même : y en a des formidables !

    1. C’est comme pour les antibiotiques contre les rhumes , sinusites , et autres angines virales.
      Vous expliquez que non, pas la peine, il y aura toujours un xxxxx qui sera consulté après vous qui prescrira et le malade guérira (sous l’effet du temps, des ordres de la nature) et attribuera au génial prescripteur sa guérison. Et la prochaine fois il saura que “de toutes façon ça ne passe que avec des antibiotiques”.
      Vous êtes foutu mon pauvre.
      Le collègue qui cèdera, ou se précipitera avec foi et entrain, soit rassurera avec effusion votre patient terrorisé soit lui trouvera un quelque chose holala on l’a pris à temps ! Il sauvera votre malade, vilain que vous êtes ! .

      1. non je ne suis pas foutu : il y a 20 ans oui ; maintenant il y a trop peu de médecin et la tendance va s’accentuer dans les années à venir. Les patients mécontents ne peuvent plus nous faire autant de mal qu’avant. On perd des patients mais on en gagne d’autres plus attachants pour qui on se sent utile ; se sentir utile c’est bon pour éviter la dépression. On parle du “burn out” des médecins libéraux. Pourquoi ? Mon idée est que la main mise depuis 20-30 ans de l’industrie pharmaceutique sur la médecine (pas seulement la cardio) a fait des médecins de simples techniciens multipliant les actes pour gagner leur vie sans prendre le temps d’observer ni d’écouter ; leur métier est devenu “sec” et ennuyeux. Nous avons aussi perdu de notre aura d’antan mais il ne faut pas s’en plaindre quant pendant toute sa carrière on applique des recommandations “officielles” sans se poser de question et qu’on vient dire après chaque scandale “qu’ont ne savait pas “. A l’heure où l’information est beaucoup plus accessible qu’avant grâce entre autre à des gens comme notre hôte le ton et l’attitude doivent changer : plus humble, plus ouvert. C’est un exercice difficile ou il faut contrôler son ego en permanence…On n’apprend pas cela à l’hôpital au contraire.

  12. Est -ce qu’on pourra offrir votre livre en cadeau de fin d’année ?

  13. Bonjour à tous , bonjour Monsieur De Lorgeril, encore une fois votre texte est lumineux de vérité. Dans ma carrière d’ infirmier anésthésiste et de cadre des santé responsable d’ un gros service d’imagerie médicale privé , je peux témoigner de la véracité de vos propos.Dans mes fonctions j’ ai eu la lourde responsabilité d’ anesthésier et d’ assurer la fonction de manipulateur radio en salle vasculaire ; j’ avais deux types de radiologues les”artistes” qui voulaient de “belles images” en grand nombre, chaque image étant cotée lourdement, et heureusement de vrais médecins dont le but était d’avoir rapidement l’image donnant le diagnostic avec le minimum de désagrément pour le patient , dans ce cas un examen des carotides durait moins d’ 1/4 d’heure, le patient se réveillait vite et bien , il avait reçu le minimum de produit de contraste .Bien souvent j’ ai vu ce médecin récuser des patients pour indication non appropriée , c’ était un bonheur et un honneur de travailler avec lui , mai hélas une honte d’ assister l’ “artiste”.
    Pour info , je vous avait décrit mes aventures de santé dans un autre message, après être tombé dans les mains (griffes) de cardiologues “artistes” qui m’ont ruiné ma santé.Heureusement , après avoir pris connaissance sur votre blog et dans vos livres de la façon de se soigner grâce à la diète méditerranéenne et à un mode de vie adapté, je me suis libéré de touts les médicaments et j’ ai retrouvé une forme que je n’espérais plus.
    J’ exhorte tous ceux qui lisent ce blog et qui n’ osent pas se lancer dans cette voie de ne pas hésiter, allez y, vous serez gagnants à coup sûr.
    Encore merci docteur, pour votre travail et votre force.

    1. Il est peu probable que cette lésion-là n’ait pas donné quelques symptômes, sinon nous n’aurions pas la pièce anatomique, n’est-ce pas ?

  14. Bonjour Docteur. ma défunte belle-mère avait deux carotides malformées avec un coude et on lui a diagnostiqué une sténose dans chacune il y a une bonne vingtaine d’année. Elle a refusé toute opération et médicaments qu’on lui avait prescrit : Elle est décédée à 92 ans de tout autre chose en ayant bien entendu quelques problèmes vasculaire (maladie d’Horton) et petits AVC vers la fin contre lesquels les médicaments n’ont rien pu faire. Mais en tout cas elle a très bien vécu avec ses sténoses des carotides alors qu’un de mes anciens collègues de travail, opéré d’une telle sténose, n’a survécu que deux ans. Alors….
    Ce ne sont que deux cas particuliers qui n’ont qu’une petite valeur d’exemple, mais se sont les seuls que je connaisse sur le sujet.
    J’oubliais, mon épouse ne veut même pas entendre parler d’examen à ce niveau…Elle a eu assez de soucis de santé pour se passer d’un autre ce cet ordre.

  15. Bonjour Docteur , merci pour ces infos , j’ai eu deux examens ces dernières années avant que je vous connaisse . J’étais particulièrement stressé à chaque fois , pour m’entendre dire à chaque fois également que je mettrais au chômage le praticien qui s’occupait de moi , vu la clarté de mes artères , si tout le monde était comme moi ( 3,5gr de cholestérol ! ) .
    Merci de nous tranquilliser avec vos connaissances , pour contrer toute cette terreur diffuse qu’on nous sert en permanence avec l’excès de cholestérol .

Comments are closed.