Les végétariens ont-ils une meilleure espérance de vie que les non-végétariens ?

Tous, scientifiques ou pas, nutritionnistes ou pas, nous avons intuitivement, mais solidement ancrée, l’idée que le végétarisme est associé à une bonne santé ; et donc à une meilleure longévité que les “mangeurs de chair animale”.
Cette idée est-elle confirmée par des données scientifiques solides ?
Réponse négative !
Dans une étude que je permettrais de qualifier d’élégante (ce qui m’évite de dire qu’elle est parfaite et insoupçonnable, ce qui est loin d’être le cas), des investigateurs ont rassemblé (“poolé” comme disent les british) des données de plusieurs études d’observation.

Elles ne comportaient pas un tirage au sort pour répartir équitablement les participants de l’étude entre les deux groupes comparés – grosse faiblesse méthodologique !
Mais enfin, à force de faire du nombre [principe basique de l’épidémiologie, mais qui ne compense pas ses faiblesses], on peut espérer “noyer” les facteurs de confusion qui peuvent biaiser les comparaisons.
Bon, ils ont (ceux qui ont rassemblé, poolé et analysé tout ensemble : Ann Nutr Metab 2012;60:233 pour les vérificateurs] identifié 7 études dans lesquelles on comparait des végétariens avec des non-végétariens, avec une description sommaire des habitude alimentaires, et une définition assez frustre du végétarisme. Il y avait des allemands, des moines japonais, des adventistes américains et néerlandais, et d’autres … Près de 120,000 participants quand même !
Résultats : pas de différence entre les végétariens et les non-végétariens pour la longévité (ou bien la mortalité toute-cause), la mortalité due aux pathologies circulatoires (infarctus + AVC) mais peut-être un peu moins de cancers (données de l’incidence) ; ce n’est pas impressionnant …
C’est décevant, c’est sûr ! Ça nous aurait fait plaisir quand même …
Serait-ce parce qu’ils ne mangent pas de poisson ? Peut-être !
Il faut noter toutefois, “à la fin de la phrase je touche” dirait Cyrano, que l’espérance de vie dans les deux groupes de ces études est nettement meilleure que celle des populations générales auxquelles ils appartiennent ; bref, les populations recrutées étaient plutôt en très bonne santé, celle des adventistes par exemple meilleure que celle des américains moyens, celle des moines japonais meilleure que celle des japonais en général !
Bon ! j’ai un peu des doutes concernant ces comparaisons …
Conclusion :  on peut comprendre que si les végétariens ont une “bonne” longévité, c’est parce qu’ils ont en général un mode de vie protecteur, et pas parce qu’ils s’abstiennent de manger de la viande.
Tout ça ne résout les problèmes environnementaux massifs que nous allons devoir affronter, en rapport avec l’élevage extensif et excessif que nous pratiquons de nos jours sur la Planète Terre !
En un mot et un seul : un mode de vie protecteur au niveau individuel, mais pas forcément végétarien !

82 Replies to “Les végétariens ont-ils une meilleure espérance de vie que les non-végétariens ?”

  1. Je suis moi-même végétarienne, j’ai commencé à 20 ans, sans consultation diététique par une personne compétente et durant 7 ans, j’ai simplement mangé plus de produits laitiers de des hamburgers végétariens. C’était une grande erreur diététique et ma santé s’en ressentait. Ensuite, j’ai fait des études de nutrition et j’ai pu rééquilibrer mon alimentation et maintenant, je suis une végétarienne saine. Ce n’est pas parce que l’on supprime la viande que l’on est sain. On peut être végétarien et manger plein de cochonneries. De plus, notre alimentation occidentale ne peut pas se convertir en végétarienne si on ne révise pas nos aliments de base, je parle surtout des légumineuses. (sans le soja et le tofu). Je crois que l’on ne peut pas faire une bonne étude comparative car beaucoup de végétariens ne sont pas équilibrés. J’ajoute qu’une alimentation végétalienne est ce qu’il y a de plus sain, et la, une étude comparative serait vraiment bienvenue. Mais attention à tous et à toutes: ne faites pas mon erreur, si vous devenez végétarien ou végétalien, consulter quelqu’un de spécialisé ou renseignez vous bien grâce à des livres ou bien le web. (même si vous êtes jeunes…)…….Bisous à tous et à toutes.

  2. Bonjour Grenoble !
    Savoyard, j’ai réussi à me passer du fromage de vache au profit de ceux issus du lait de brebis ou de chèvre.
    Sous réserve des quantités journalières à respecter (cf vos livres) , peut-on consommer tous les fromages de brebis ou de chèvre autre que fêta ?
    Étorki, p’tit basque, roquefort, rocamadour, câbecou…(Avec un petit verre de côtés du Rhône !)
    Y a t il une règle ? (fromage frais, sec ?)

    1. C’est tout bon, mais en principe et en poids sec, on en consomme moins parce que c’est plus fort en bouche …
      Envoyez le spi !

    1. Le message global est bon, l’argumentaire est débile … Changez de canard ! Amen !

  3. Je rentre du boulot un peu creve.
    Quel bonheur de me faire une petite tartine de hoummous fait maison (pois chiche, huile d’olive, ail et jus de citron).
    Avec un petit verre de rouge, ça vous requinque !
    Vive la diète méditerranéenne !

  4. @Val :

    Entre 135 et 168, ce n’est pas une "chute libre", ça fait partie des variations du labo ; mais c’est un peu bas quand même …

    Il faut surveiller et en parler avec votre médecin, j’espère qu’il connaît un peu l’hématologie, il faudrait voir le volume des plaquettes et vérifier que vous n’avez pas quelques signes d’hémorragies invisibles qui consommeraient vos plaquettes, c’est de la médecine générale, pas d’affolement … A gérer en douceur !

  5. La pilule de jouvence.
    Lire science et vie mois de decembre 2012.
    Une pilule composée de Metformine, statine et aspirine.
    Dans ce numéro, la statine aurait des vertus insoupçonnées contre le cancer et l’ostéoporose.
    La Metformine contre les effets du vieillissement et l’aspirine protecteur des cancers du colon.
    Ceci n’est qu’un échantillon des vertus énoncées.
    Pour la Statine et par expérience je vais encore plus loin que science et vie:
    Grâce au Tahor j’ ai grandi de 10 cm et je suis devenu beau, mon salaire a augmenté de 30%, mes enfants sont premiers à l’école,et ma voiture consomme 1 litre au mille kms.
    Grâce à l’aspirine tout le monde veut devenir pote avec moi, surtout les femmes…aie aie aie.

  6. @MC :
    Arrêtez de faire la chasse aux graisses. Utilisez juste les bonnes graisses.
    Et allez-y franchement si vous aimez!
    Regardez du coté Crète, vous n’allez pas être déçu en graisses..Et pourtant…
    Pour ma part, 3à 4l d’huile de colza et d’olive y passent tous les mois (famille de 5.2 enfants 3 adultes).Pas de problèmes d’obésité ou de cholestérol.
    Et on dit merci qui?
    Merci Docteur!
    A lire et à relire…

  7. Bonjour Docteur
    Avant tout excusez-moi d’avoir encombré le blog de mes longs posts qui en fin de compte, même si ce sont des expériences personnelles, sont des sujets déjà traités dans votre dernier livre. (chaque fois que je relis le livre, je comprends que vous maitrisez complètement le sujet et que je ne risque pas trop d’apporter de nouveauté si petite soit-elle dont vous n’ayez déjà écris dessus…gloups!
    je suis gêné). Mais aussi merci de l’avoir créé et de tout publier.
    A la maison aujourd’hui c’est moi qui cuisine, et ça m’éclate!
    De la cuisine de mia Mamma je suis passé à ma cuisine propre en gardant les préceptes inscrits dans votre livre.
    Et en plus je suis doué, la preuve, c’est que ma femme ne reprends pas la main…bon, innovant et coloré, je ne déçois personne.Pour ça aussi merci doc!
    J’ai 46 ans, un vieux pour nos jeunes..
    Avant d’aller voir mon cardio,et après 3 mois d’arrêt des statines, du sectral et des IEC j’ai fait réalisé un test sanguin.Ma tension est en moyenne de 11/6 à 12/6 depuis des mois.
    Je ne prends plus que Efient et Kardégic (à cause des stents) et je suis à la diète méditerranéenne depuis 3 mois donc avec consommation en huile de colza et d’olive.Plus de lait, crème, beurre et margarines, pains de mie et autres trucs de l’agrobusiness.
    Pour le reste, je ne me prive de rien ni de viande, ou de fromage (chèvre quand même), seule la façon d’en manger à changé. Et du bon vin tous les jours aussi!
    Au final tous les résultats de la prise de sang ( sauf 1) sont dans les tolérances et pour le LDL c’est du 0.83g/l.Pour les triglycérides c’est 0.63g/l autant dire qu’il faudrait être fou de prendre avec des taux si bas, des statines… simple bon sens,quand on vous a lu et compris les risques encourus.
    Seul point hors tolérances et qui m’interroge, alors je vous pose la question: mes plaquettes sont en chute libre depuis quelques mois. Entre novembre et aujourd’hui ils sont passés de 165000 à 138000/mm3.Est ce du à l’Efient et au Kardégic que je prends?
    De plus avec ces 2 médocs, auquels s’ajoutent le vin, l’ail et peut-être d’autres fluidifiants de par mon alimentation, est-ce que je n’augmenterais pas de façon dangereuse mon risque hémmoragique?
    Bien à vous

  8. @MC :

    Le son d’avoine à la cuillère ne fait pas parti de la diète méditerranéenne … Poubelle !

  9. Cher docteur,
    que pensez-vous du son d’avoine, qui parait-il absorbe les graisses? J’en consomme 2 cuillers à soupe par jour.
    Merci pour tous vos conseils!

  10. @F :

    "ce sont surtout des personnes âgées qui prennent des statines"

    très sympa cette réflexion, au fait c’est quoi âgé ?

    certains voulant donner des statines dès l’enfance, je vous affirme qu’à 40 ans vous êtes vieux depuis un moment. waf

  11. @F :

    Ne vous posez pas de questions inutiles a priori !

    Lisez en urgence "Prévenir l’infarctus", ça pourrait vous sauver la vie !

    Revenez si vous avez des questions !

    1. Je viens de le lire.
      Il me reste des questions sur le mode de vie. Dans mon cas, à cause de mon travail (horaire variables et déplacements), le seul exercice physique que je puisse faire en semaine, c’est de la marche sur la pause du midi, donc en ville et dans la pollution, quand ce n’est pas à proximité de grands axes routiers. L’hiver, pas trop de souci, je marche tous les jours, mais étant fortement allergique aux pollens, entre mai et juillet/aout, c’est très difficile (rhinite vraiment handicapante, voire asthme, malgré les médicaments). Sans compter les injonctions de l’allergologue : jamais de sport en extérieur, surtout pendant les pics de pollution. Le sport en intérieur, c’est impossible en semaine (je peux être amenée à changer de lieu de travail du jour au lendemain, pareil pour les horaires, chaque fois que j’ai essayé j’ai dû abandonner à un moment ou un autre car mes horaires de travail ou de transport ne le permettaient plus). Donc les jours de beau temps l’été, s’il n’a pas plu la veille, c’est soit inactivité forcée, soit j’essaie quand même de sortir, mais cela ajoute à la fatigue due à l’allergie, et cela m’épuise − d’où encore plus de stress − et de toute manière impossible de marcher autrement qu’au rythme promenade quand c’est trop fort. Donc je ne vois vraiment pas comment faire?
      Pour le régime méditerranéen, votre livre est très clair. La difficulté va être de convaincre mon conjoint, ce n’est vraiment pas gagné. Il fait de l’hypertension, mais il n’a strictement rien modifié à son mode de vie, il s’en moque complètement, ou il se trouve des excuses. Pour le repas du midi, il me semble impossible de suivre vos conseils en mangeant au restaurant ou dans une cantine : déjà, je suppose que les graisses utilisées sont rarement de l’huile d’olive??? et il est également difficile d’avoir une bonne ration de légumes. Il faut donc amener sa “gamelle”, mais là encore c’est juste plus de travail, et je n’ai aucun soutien.
      Je crains que ce ne soit pas demain la veille qu’on pourra obliger les restaurants à cuisiner à l’huile d’olive ou de colza, et à servir des légumes appétissants…
      Sinon, pour la vitamine D, chez moi le manque se révèle par des douleurs musculaires, essoufflement et manque de force musculaire (après quand ça empire c’est déprime, troubles digestifs handicapants…). Mon médecin me supplémente, mais il a fallu que j’insiste pour qu’elle refasse le test, apparemment ce qu’elle m’a donné sur un an ne suffit pas. Elle avait l’air septique sur le lien entre douleurs musculaires et manque de vitamine D… moi pas. Pourtant elle m’a conseillé d’augmenter l’activité physique, ce qui n’est pas évident quand on a mal au moindre effort.
      Enfin, comment refuser de prendre des médicaments pour baisser les triglycérides? J’ai toujours eu les triglycérides trop élevés (depuis l’âge de 20 ans et ma première pilule), je suis en surpoids, je crains que même en améliorant mon mode de vie ça ne change pas beaucoup (pour ce que je mange, je ne suis quand même pas très loin du régime méditerranéen depuis 6 mois, et ça n’a rien changé). Je ne perds du poids que quand je marche au moins 4h par jour, ou en étant enceinte… difficile à envisager avec 10h/jour de travail et transport. Je viens de changer de généraliste, elle est bien, elle m’écoute, elle m’a sauvé la vie en identifiant la cause de tous mes ennuis de santé et de moral (très forte carence en vit. D donc), elle ne me met pas sous antibiotique quand ce n’est pas nécessaire. Mais là je crains que ça aille trop contre ses convictions… pas facile.

      1. Ce que vous décrivez ce sont les misères des conditions d’existence actuelles !
        C’est dur, je sais, et nous avons fait des chapitres exprès dans notre livre pour vous aider.
        En plus, nous ne pouvons nous mettre à la place de chaque personne …
        Pour vous il est clair (surpoids, triglycérides élevés, déficit en vitamine D), que vous manquez d’exercice en extérieur !
        IL FAUT trouver les conditions qui vous le permettront, c’est une question de santé cruciale pour vous …
        Le temps de changer de boulot, de lieu d’habitation et peut-être de conjoint est peut-être venu … c’est le moment d’y penser, ça pourrait vous sauver la vie !
        Sinon, faites comme moi, riez, riez, riez !

        1. Merci pour votre réponse, qui m’a au moins fait sourire! (changer de conjoint, enfin franchement, docteur, vous n’y pensez pas ! )
          Je suis d’ailleurs en train de chercher à changer de boulot, ce qui n’est pas facile et prend du temps, et dans mon domaine implique forcément une reconversion, car dans les autres entreprises, c’est au mieux pareil, et souvent pire… Mais je ne me plains pas, j’ai au moins des diplômes, de l’expérience : c’est autrement pire pour ceux qui n’ont pas tout ça et acceptent des conditions de travail parfois effroyables, car ils n’ont pas le choix.
          Et aussi, vous avez raison de conseiller le yoga, c’est formidable. Vraiment. Même si pour moi ce n’est pas suffisant pour contrer l’anxiété liée au travail, ça améliore quand même bien les choses.
          Pour le manque d’exercice en extérieur, c’est vrai, mais j’ai eu beau passer 1/2h à 1h, 5 jours par semaine dehors, plus le maximum le week-end, ça n’a pas suffi, en plus des 1000 UI par jour de vitamine D, à tenir jusqu’en décembre. Enfin vu les conditions à réunir pour avoir suffisamment de vitamine D “solaire” à une latitude supérieure à 45degrés – la majeure partie de la France donc – , ce n’est pas étonnant. En plus avec la pollution en ville, et l’été pourri (et pour ma part probablement un défaut génétique, vu que ma mère a ce problème aussi, alors qu’elle ne travaille pas, et passe sa vie dehors). Bref.
          J’ai trouvé un article très intéressant à ce sujet ici :
          http://www.westonaprice.org/fat-soluble-activators/miracle-of-vitamin-d
          pour ceux et celles qui seraient intéressés. Vous saurez comment et quand aller au soleil. On y parle aussi problèmes de coeur, hypertension, diabète… C’est passionnant tout ça : j’en arrive à me demander pourquoi j’ai préféré les maths et la physique à la biologie 🙂

    2. J’oubliais : je ne peux presque pas consommer de vin, car je supporte très mal l’alcool : un demi-verre de vin l’après-midi suffit à me rendre groggy tout l’après-midi, le même le soir me pose des problèmes de sommeil (mauvais sommeil, non réparateur). Peut-on remplacer par du raisin? autre chose? rien?

  12. Je viens de passer pas mal de temps sur votre site (en cherchant des conseils alimentaires pour baisser le taux de cholestérol !). C’est très intéressant. Vous m’avez presque complètement convaincue. En tout cas, pour mon cas, c’est sûr : moins de 40 ans, j’ai 2,2 g de cholestérol total (oulà, 10% de plus que les recommandations, je vais mourir!), dont 1,2g de LDL. J’ai trop de triglycérides (2,4). Je suis en surpoids, surtout à cause du stress, que je calme parfois avec la nourriture (mauvais réflexe, mais si dur à désapprendre quand il date de la petite enfance), et d’une vie trop sédentaire. Dur à changer aussi, j’ai entre 39 et 45 heures par semaine de travail obligatoirement assis, plus les trajets souvent obligatoirement en voiture, en ce moment 7 heures par semaine…
    Bref, donc le médecin m’a parlé de médicaments! Je ne sais pas trop à quoi elle pensais, aux statines je suppose. Mais je n’en prendrai pas, ne serai-ce rien qu’à cause des risques sur la mémoire (si j’ai des problèmes de cerveau, même légers, c’est simple, je perds mon boulot). Je n’ai pas de problème cardiaque connu, et de plus faisant de nombreuses allergies, j’ai bien peur que les interactions avec les médicaments que je suis obligé de prendre ne soient pas connues (ce sont surtout des personnes âgées qui prennent des statines et surtout des jeunes qui sont allergiques, non?)
    Je vais aller lire vos livres.
    D’autre part, une question me pique l’esprit : il paraît qu’il y a un lien statistique entre cholestérol élevé et carence en vitamine D (ce qui est mon cas). Pensez-vous que c’est dû à une transformation insuffisante du cholestérol en vitamine D (manque de soleil ou autre)?
    Enfin, les résultats détaillés de l’étude de Lyon sont-il disponibles quelque part? Ou un résumé?
    Merci.

  13. Bonjour,
      Ça corrobore, ma maigre expérience (lire mon post), et l’incompétence (et/ou la cupidité) de certains spécialistes. C’est déconcertant et désespérant….

    Mais bon restons positif, cela ne peut que changer .
    Courage à tous

  14. On a tous plus ou moins fait cette erreur ,individuellement et collectivement mais il est urgent de rééquilibrer notre consommation ,entre autre en diminuant celle de viande et en augmentant sa qualité sans obligation de devenir végétarien !
    De toute façon, comme le dit Michel Griffon,agronome et économiste,cité par Edgar Morin (la voie pour l’avenir de l’humanité,collection Pluriel )"Ce n’est pas possible:il n’y aura pas assez de surfaces agricoles disponibles. Le mode de consommation calqué sur celui des Américains doit changer"

  15. Bonjour à tous
    Issus de parents Calabrais, la norme était que le repas à table soit un moment de convivialité, parfois un temps de grandes décisions etc..Donc hors de question d’arriver en retard.
    Une fois le repas composé de légumes, avec pâtes ou riz etc, pris, et, seulement une fois l’assiette vidée vous pouviez avoir accès une tranche de viande qui trônait dans un plat le sur la table (1 à 2 fois par semaine). A l’époque, obligation de finir l’assiette. (Mais ça c’était en France aussi).
    Seul les plats avec poisson sont servis dans l’assiette du plat principal. Cela à toujours fait que nous avions toujours consommé nos légumes à table. Si la faim était encore là, nous avions droit à un bout de fromage pour aider à avaler une belle tranche de pain. Aujourd’hui on mange un peu de pain pour avaler du fromage.
    Jamais nous n’aurions osé manger un fromage ou une charcuterie sans que la quantité de pain lui soit nettement supérieure. Mon père mange même le chocolat et les bananes avec du pain.
    Pour augmenter le gout du plat principal, à la fin de la cuisson, ma mère a toujours rajouté une rasade d’huile d’olive, sans que quiconque ait fait du surpoids.Il est étonnant de remarquer que beaucoup d’huile est consommée en Calabre et dans les sud des pays, sans que cela augmente l’obésité.
    Le dessert quasi inexistant sous la forme de yaourts, viennoiseries etc, (le lait étant hors de prix en Italie, ceci à cause de la mainmise sur toute la production italienne par Parmalat) c’était sous forme de fruits ou de tartes.
    Il y a donc des nuances importantes dans la façon de manger dans le sud de l’Italie et je pense dans tout le bassin méditerranéen.(mais ça j’en suis pas sûr). Les viandes, les fromages et le vin accompagnent un repas, mais ne s’y substituent jamais.
    En tout cas en Calabre, cette façon de manger est restée, à cause de la pauvreté de la région. En effet,tout le monde a, là bas, un jardin éloigné du village, avec potager, oliviers, figuiers et autres arbres fruitiers etc, et je vous raconte pas la taille du jardin.
    Comme vous le dites docteur, la tradition nous a laissé, des siècles d’expérience en nutrition. J’ai fait l’erreur fondamentale de devenir "Américain".
    Signé: un ex-viandard.

  16. @CPascal :
    Une pomme par jour ne règlera rien.
    En effet l’étude du bienfait de la pomme sur le cholestérol a donné des résultats sur la souris mais jamais on a fait le rapport du même bienfait chez l’homme par rapport à celui chez la souris.
    Ainsi pour l’homme il faudrait que celui-ci mange 7 kg de pomme par jour pour donner les mêmes résultats trouvés chez la souris.
    Ce qui n’est que du bon sens.

  17. @CPascal :

    mon cher CPascal, vous devriez trier vos sources, rien n’est + énervant que ces liens balancés à tire larigot et qui émanent de n’importe qui, ou de sites visiblement légers et mercantiles, mais considérés par leurs auteurs comme fiables "puisque c’est écrit"

    Quel cardiologue sérieux oserait avancer qu’une pomme/jour protège le coeur "parce que ça réduit l’oxydation des LDL", alors qu’il existe 50 autres sources de maladies CV autres que ce petit détail ?…

  18. @CPascal :

    Tout ce vous dites est effectivement écrit, mais il y a loin de l’écrit aux faits réels !
    Il y a beaucoup de données contradictoires, donc, même si on peut s’amuser à sélectionner celles que l’on préfère et oublier les autres !

    Bref, tout cela ne permet pas de changer le contenu de mon billet sur l’espérance de vie !

  19. "Notre science et notre médecine nous ont isolés de notre monde comme si nous y étions étrangers. Nous devons rappeler la totalité complexe à l’intérieur de laquelle nous existons, vivons,souffrons,sommes heureux,malheureux,malades ou bien portants.
    Ajoutons que le médecin doit posséder une vertu enseignée nullu part;le flair,ce "je ne sais quoi"dont Jankélévitch a montré toute l’importance,c’est-à-dire un art du diagnostic,du pronostic et de la prescription. En fait, tout ce qui relève de la médecine est intime combinaison de science et d’art"
    Médecine et santé LA VOIE POUR L’AVENIR DE L’HUMANITE Edgar Morin

  20. @de Lorgeril Michel : Je ne connaissais pas cette expression je me suis donc renseigné !elle est bien bonne celle là !=

     Le Pousse-rapière est un apéritif gascon qui se compose de deux éléments : 

    la liqueur de Pousse-rapière : liqueur d’armagnac aromatisée à l’orange amère. Inventée dans les années 1960, cette liqueur est une production exclusive du château Monluc (Saint-Puy, Gers). En effet, la recette de la liqueur a été inventée par René Lassus et a été gardée secrète pendant quelques décennies. Depuis quelques années d’autres producteurs en produisent et le commercialisent sous des noms différents : "La liqueur des mousquetaires" (Vic-Fezensac, Gers), "La grande Josiane" (Maignan à Eauze, Gers), "Le Mousquet" (Nogaro, Gers).
    du vin sauvage : vin mousseux de méthode traditionnelle, blanc de blanc et brut. Idéalement, le cocktail se fait avec le vin sauvage produit par le château Monluc car les cépages utilisés sont exactement les mêmes que ceux choisis pour l’armagnac dont est issu la liqueur. Ceci permet un mariage parfait entre les deux composants. Tout autre vin mousseux peut être utilisé mais certains détails sont à connaitre :

    le gout changera très légèrement, puisque le vin mousseux ne sera pas le même
    toujours utiliser un brut. La liqueur étant déjà sucrée, un demi-sec ou un doux donnerait un cocktail trop sucré

  21. Un sujet pour le docteur, qui n’a rien à voir avec cette discussion, je ne sais pas si le moderateur le
    laissera passer.
    Ce matin sur France Info on a écouter le Dr Sauveur Boukris nous parler de son
    livre :" La fabrique des malades, ces maladies qu’on nous invente". Ce livre d’après ce qu’en dit son auteur
    va dans le même sens du combat de ce blog.
    Il parle de la lutte contre la malhonnetté tout court et intellectuels des labos, la manipulation des médecins à leur insu, en prenant comme exemple L’hypertension arterielle et l’hypercholesterolemie.
    Je crois que ça vaux le coup de l’écouter sur:
    http://www.franceinfo.fr/societe/le

Comments are closed.