Sommes-nous efficaces ? Nos alertes servent-elles ?

 
Sachant que nous sommes de plus en plus nombreux à renâcler, tels des ânes bâtés reculant devant l’obscène carotte, et que nous sommes partout [encore plus sans doute en germanophonie et en anglophonie qu’en francophonie], la question est de savoir si nous nous agitons pour rien ou si nous avons quelque espoir d’être utiles.
Des collègues canadiens nous informent que nous progressons dans la bonne direction ; ce n’est pas une victoire totale mais nous avons arrêté l’ennemi, c’est déjà beaucoup.
1- les germaniques semblent très réticents à autoriser la mise sur le marché des nouveaux anti-PCSK9 (anticholestérol injectable).
C’est là : http://www.eurekalert.org/pub_releases/2016-02/ifqa-aih021716.php
Malgré l’enfumage dont nous sommes victimes [voir mon livre “L’Horrible vérité sur les médicaments anticholestérol”], via des médias spécialisés (les super grandes revues médicales comme le New England Journal of Medicine ou le Lancet), “on” ne semble pas vouloir tomber dans le panneau. Bravo amis allemands !
2- les américains viennent de refuser l’extension d’indication réclamée par l’industriel qui commercialise l’ézétimibe (une pseudo-statine qui empêche l’absorption du cholestérol alimentaire).
C’est là : http://www.pharmacytimes.com/product-news/fda-rejects-new-indication-for-zetia-and-vytorin
C’est d’autant plus impressionnant que quelques cardiologues renommés aux USA [avec leurs pitoyables relais en France ; j’ai donné des exemples dans mon livre sus-cité] se sont vraiment “acharnés” pour défendre cette cause.
Ces deux nouvelles sont importantes car elles sont liées. Ce qui est défendu dans les deux cas, c’est que plus le cholestérol est bas (ou abaissé par un médicament) et mieux c’est pour les patients.
Jusqu’à récemment, le principe du “plus c’est bas, mieux c’est” était accepté les yeux fermés par les Autorités. Ce n’est plus le cas !
Victoire !
Petite victoire !
Il faut continuer, surtout en France où il ne se passe rien ; sinon des attaques sournoises des minables défenseurs de ces théories absurdes contre les lanceurs d’alerte.
Nous avons lancé une pétition pour appeler les Autorités à saisir ces questions qui regardent des millions d’innocents en France.
Je vous le demande à nouveau : signez et faites signez cette pétition !
C’est là : http://petition.ipsn.eu/petition-danger-statines-cholesterol/index.php
Nous avançons mais ce n’est pas gagné.
A vous de jouer !
 
 
 

89 Replies to “Sommes-nous efficaces ? Nos alertes servent-elles ?”

      1. Merci de votre réponse toujours si claire et encourageante pour le médecin référent que je suis effectivement,la question était aussi de l’intérêt supposé ou réel du BEZAFIBRATE 400 dans cette indication plus que douteuse ,et sur une étude ci-jointe au billet ,qui pour le moins parait “un peu légère” si je vous suis bien depuis quelques temps.
        Encore merci pour votre temps si chargé en ce lancement d’AIMSIB, que je suis avec beaucoup d’attention,”bon vent matelot” dixit Cordialement

  1. Cher MdL
    Je viens de recevoir un courrier d’hépato-gastro-entérologie du CHU ANGERS pour un patient porteur de cholangite non spécifique,associé à une cholestase éventuellement lié à la MERTFORMINE (patient DNID) un prurit qui se prolonge depuis qq mois.
    Le confrère me signal que la molécule BEZOFIBRATE400 pourrait être efficace dans les cholestases (selon des essais thérapeutiques dans ce sens!!!!),et j’avais dit au patient que ce médicament était toxique, et le confrère de répondre “il n’y a pas d’argument pour penser que ce médicament soit plus toxique sur son foie que de ne rien faire” .
    Amélioration des symptômes avec association au DELURSAN (acide biliaire)
    Quel est votre opinion?
    Cordialement

    1. Merci de votre confiance.
      Vous me demandez un avis sur une question qui n’est pas de ma spécialité.
      Je ne connais pas l’évolution d’une pathologie hépatique due à la metformine ; si on arrête ce traitement. Pronostic spontané ? Bon ou pas bon ?
      J’avoue également ne pas connaitre l’efficacité réelle de l’Acide urso-désoxycholique et du bezafibrate dans ce contexte spécifique d’intoxication supposée à la metformine.
      Il n’y a pas de science solide, à mon avis derrière cette question.
      Mon réflexe est de faire confiance aux spécialistes mais après avoir eu un second avis et une discussion détaillée avec le patient et sa famille.
      Si vous êtes le médecin référant, c’est vous le responsable en dernier ressort, les “autres” ne sont que des consultants ; la médecine est un “métier à risque” ; c’est le plus beau des métiers ; bon courage !

  2. Merci pour votre réponse Docteur, je vais essayer de me documenter un peu sur le sujet.

  3. J’ai écouté une émission de 02/2016 sur France Culture traitant de l’athérosclérose, avec un chirurgien
    vasculaire (hôpital Créteil 94): en ce qui concerne la prévention
    – pas de statine, très bien! les temps changent?
    – de l’exercice physique, pas mal!
    – aucun propos sur la diète méditerranéenne, dommage……..
    B.on courage

  4. Bonjour Docteur,
    Je voudrais savoir si une supplémentation en omégas 3, dans le cadre d’un régime crétois (même si elle n’est pas utile, donc, et éventuellement comprise comme une sorte “d’excés d’oméga 3”) pourrait avoir une influence quelconque (favorable ou défavorable) sur la prévention du diabète.
    Merci beaucoup d’avance.

    1. Sur la prévention du type 2 ? Certainement !
      Mais nous n’avons pas, à ma connaissance, d’études sous forme de suppléments (comprimés) ; quoique ça reste à vérifier…
      Mais je n’ai pas le temps ces jours-ci. Si vous ne trouvez rien , dites-moi, je chercherai avec vous.
      Bon vent, matelot

      1. Bonsoir Docteur et Guillaume : Cet article de la Nutrition.fr apporte quelques réponses et à la fin en copiant les références on ouvre un lien dans un autre onglet…
        Les oméga-3 – Des oméga-3 contre l’obésité et le diabète
        http://www.lanutrition.fr › … › Les oméga-3
        J’ai vu ça notamment :
        John Libbey Eurotext – Médecine thérapeutique …
        http://www.jle.com › Journals › Médecine thérapeutique
        La supplémentation semble avoir du bon, surtout si on n’aime pas se gaver de poisson…

  5. Quelques nouvelles du front:
    en consultation le message sur les effets indésirables passent, c’est bien mais…
    lorsque les médicaments sont supprimés la panique reste lorsque la cholestérolémie s’élève et le médecin généraliste en remet une couche: “vous avez vu maintenant votre taux!, vous n’êtes plus protégés, le danger va revenir”
    Je crains par conséquent un effet NOCEBO de l’arrêt des statines chez certains patients craintifs.
    Il faudrait faire des campagnes sur les BIENFAITS du cholestérol pour que la peur du loup disparaisse enfin car elle est TENACE +++

      1. Votre dernier livre contient les meilleures explications sur le rôle fondamental du cholestérol pour une bonne santé.Après l’avoir lu je me suis dis que seuls des fous ont pu avoir l’idée de s’attaquer au cholestérol !..

        1. Des fous dites vous ? Hélas non. Ces fous là savent parfaitement ce qu’ ils font. On en voit certains exemplaires se pavaner en liberté sur les écrans de télé. Encore que ces fous sont aussi des criminels. S ‘ il est avéré que la baisse du cholestérol diminue l’ espérance de vie sans apporter le moindre bénéfice en contrepartie on serait en présence de quelque chose de monstrueux que je n’ ose pas qualifier. Vite de la bonne science !

  6. Dr.,
    Bonsoir, je viens de lire toutes vos interviews publiées sur le net. Je réponds à votre demande en vous informant de mon cas. Je suis âgé de 70 ans et viens de subir 4 pontages coronarien. Je suis resté
    15 jours en clinique avec un traitement médicaments de 40 mg de Lipitor, 0.25 mg de bisoprolol (habituel) et Loortan 50 mg (habiuel extra-systoles l’an dernier). A la sortie tout ok et ensuite mon médecin traitant a changé le Lipitor en Totalip à prendre vers 17 h. Et quelques jours plus tard vers 21 h. en me relevant de ma
    chaise un vertige important, je n’osais pas lâcher ma chaise. Le lendemain même heure de nouveau vertige mais moins fort. Ayant déjà vu, lu ou entendu quelque chose au sujet des statines et vu la répétion chronologique j’ai soupconné le médicament. Le lendemain je me suis abstenu de le prendre et… rien. Je suis retourné chez mon médecin et lui ai expliqué. En réponse il m’a dit qu’il changeait le médicament, car je devais absolument rester sous statines et il m’a prescrit du Crestor…. Premier soir
    rien, le lendemain vers 22 h. j’ai commencé une douleur dans le trapèze des épaules qui descendait progressivement sur la poitrine. J’étais mal, je passe une nuit blanche et constate une augmentation
    régulière de mes pulsations 80, 85,90 95. Je me suis rendu aux urgences et suis arrivé avec 109. J’ai eu la chance d’avoir une docteresse consenc.
    ieuse, électro, prise de sang, arrivée 8.00 retour 12.00 et résultat
    prise de sang glucémie 182, elle a retourné en arrière dans mes analyses et je n’avais jamais eu un tel taux. Elle a contacté mon cardiologue qui consultait à un autre hôpital et il a donné l’instruction d’arrêter
    le crestor. Tout est rentré dans l’ordre. Et je me sens comme un jeune homme!!! (opéré le 31.12.2015)
    Tout cela m’a évidemment amené à chercher la confirmation de mon soupçon et…..me voilà en train de vous écrire. On ne pourra jamais assez vous remerçier pour vos actions. Et inutile de vous dire que je suivrai votre combat. Vous n’êtes pas seul car comme j’ai le bonheur de lire l’allemand je suis allé consulter en Allemagne et je peux vous dire que la même opposition est présente.
    Dr. merçi une fois encore. Bien à vous.

  7. Pour information
    Sortie d’un livre le 10 mars ayant pour titre :
    Effets secondaires : le scandale français
    Avec la participation d’Irène Frachon
    Biographie des auteurs
    – Maître Antoine Béguin est avocat au barreau d’Angers et intervient principalement dans les dossiers médicaux. Il est l’un des rares avocats à avoir fait condamner un des big-pharmas mondiaux (le Britannique GSK) pour les effets secondaires d’un de ses médicaments (le Requip).
    – Journaliste pour la presse écrite et audiovisuelle depuis 20 ans, Jean-Christophe Brisarda multiplie les reportages d’investigation notamment sur les liens économiques entre la France et les pires dictatures. Il a été récompensé par les Lauriers de la télévision en 2011.
    – Le docteur Irène Frachon est pneumologue au CHU de Brest. Elle est le premier médecin à avoir alerté puis soutenu les victimes du Mediator, ce médicament commercialisé par les laboratoires Servier qui aurait provoqué la mort d’au moins 500 malades en France.
    Présentation de l’éditeur :
    Autopsie d’un scandale organisé : la face cachée des médicaments
    Les médicaments ne sont pas des produits anodins. Tous sont potentiellement dangereux. Tous sont susceptibles de déclencher des effets secondaires plus ou moins connus et aux conséquences plus ou moins graves, du simple désagrément passager à la mise en danger mortelle. Le marché français du médicament pèse 30 milliards d’euros par an, c’est l’un des plus importants au monde, et donc l’un des plus sensibles.
    Depuis des décennies, les autorités de santé, les médecins et l’industrie du médicament travaillent au quotidien pour informer les patients et limiter au mieux les risques liés à ces effets secondaires. Pourtant, régulièrement des scandales éclatent. Tout le monde garde en mémoire le dernier en date : le Mediator. En quelques mois, tout le système de santé français était repensé, la chaîne de contrôle des médicaments renforcée et les laboratoires pharmaceutiques sommés d’agir en transparence. La promesse était : plus jamais ça !
    Et si, à l’image d’un immense iceberg dont le Mediator ne serait que la partie émergée, le pire était à venir ? Notre enquête le démontre. Le système de contrôle de l’Etat est déficient car démuni face à la puissance économique des grands laboratoires. Des études scientifiques sont volontairement biaisées pour mieux minimiser la dangerosité d’un médicament. Des médecins experts sont corrompus pour fermer les yeux sur les risques encourus par les patients…
    Mais la donne est en train de changer. Les victimes, mieux informées de leurs droits, suivent les procès à l’étranger et s’en servent comme autant d’arguments au niveau national. C’est à eux aussi que ce livre donne la parole.
    Bien évidemment je n’ai pas lu le livre car il n’est pas encore sorti mais les médicaments cités sont :
    Médiator, Vioxx, Dépakine, Requip et ?? Nous verrons bien…
    Belle journée

    1. Bonjour Christine,
      Merci pour votre commentaire très intéressant. J’ai vécu un peu les mêmes choses que vous : mon mari a fait un petit AVC il y a dix ans et a eu droit à “tout l’arsenal” ! … depuis plus d’un an , sous ma pression, il a arrêté le ZOCOR … ensuite il a coupé l’AHT en deux, sans que sa tension en soit perturbée, et là, il diminue le bêta bloquant petit à petit … je précise qu’il n’avait jamais eu de cholestérol, ni de tension ! …
      Au cours de ces dix années, personne n’a vérifié si les posologies pouvaient être modifiées …
      par dessus, deux prothèses complètes de genoux …(83 ans) Il avait beaucoup perdu en présence d’esprit, lui qui avait été tant actif ! avant d’être alertée par ces toxicités, je ne savais qu’en penser !
      A présent, même si c’est loin d’être parfait, j’ai l’impression de le retrouver …
      J’ai eu la chance de le “dénicher” … et je dois un grand MERCI à DR De Lorgeril !
      Sympathiquement.

  8. Une question Docteur,
    L ‘ Association, si elle a pour objet, entre autres choses, d’ apporter assistance aux victimes, aura t’ elle le droit d’ ester en justice .
    Ma question dépasse peut être le cadre de ce blog.
    Sincères salutations

    1. Vous n’êtes pas le seul à poser cette question.
      Cela dit, je ne m’étendrai pas sur cette plage, encore moins dénudé ; vous me comprenez…
      Vous savez ce qu’il vous reste à faire pour ne pas être un “spectateur” dans le sens très “situationniste” du terme !

  9. Quelque part, on peut se demander si certaines “alertes” ne participent pas à renforcer le système …
    Le risque, lorsque l’on dénonce une falsification (une erreur ?) de la part de nos autorités de santé, c’est que l’on donne de l’importance aux experts. Le risque quand on appelle des responsables officiels à la rescousse pour corriger un problème, c’est qu’on leur accorde de la légitimité …
    Un point me paraît primordial :
    – Est-ce que les médicaments toxiques et inutiles sont les anomalies d’un système sanitaire qui fonctionne bien ?
    – Où est-ce qu’ils sont la norme d’un système qui a perdu de vue la réalité ?
    Cette nuance me semble fondamentale …

    1. Bonne question !
      Je répondrais de façon moins générale car je ne connais pas beaucoup d’autres systèmes de santé que l’actuel, version Européenne ou version US : ce que nous avons sous les yeux aujourd’hui est une sécrétion de notre Société au sens large du terme ; business first !
      Le marché de la Santé représente 18% du PIB US, 14% du PIB français…
      Plus que le marché de la bagnole ; vous voyez l’ambiance ?
      Cupidité et rapacité caractérisent l’époque spectaculaire (mensonges et mise en scène…) et marchande (que vaut une existence humaine ?). CQFD.

  10. Bonjour Docteur . Les “Germaniques” comme vous dîtes, sont informés depuis 1992 des mensonges sur le CHO, grâce à
    Dieter Borgers, Professor am Universitätsklinikum Düsseldorf und Autor des Buches “Cholesterin: et à ufe ravnskov.
    certains connaissent vos travaux et votre engagement mais le “schmilblik” avance doucement, et les organismes de contrôle des médicaments savent cela … comme chez nous !
    Mais ce sera grâce à la pétition et surtout à l’association que, “du pas de sénateur” on ira “au pas de charge” !

    1. Excusez moi, j’ai “mangé” une partie du copie collé du livre du Pr Dieter Borgers cité plus haut et qui est :
      “Cholesterin: Das Scheitern eines Dogmas”, ” ce qui traduit en français veut dire : “cholestérol : l’échec d’un dogme”,…. Mais le cholestérol est seulement un témoin innocent des événements.”
      C’est ce que vous dites dans vos livres. On ne peut être plus clair.

  11. Merci à tous pour vos réponses, médecins et patients. Vous savez, je suis Christine l’épouse de…Je disais que mon mari allait mieux mais il est loin d’avoir tout récupéré.
    Effectivement, les familles “trinquent” aussi dans ce genre de situation et peuvent aussi tomber malade à cause des inquiétudes et du surmenage car il faut suppléer à beaucoup de choses quand la personne sous statines perd progressivement ses moyens et sa raison !!
    Figurez-vous que mon mari a revu son MT : “monsieur, vous ne savez pas à quels risques vous vous exposez en ayant arrêté vos statines”…” “de plus, ceux qui écrivent des bouquins contre les statines,font ça pour l’argent” sic.
    MdL appréciera ! Qui gagne le plus, MdL ou les labos ??
    Là, il s’agit de faire peur à tout prix.
    Et mon mari de répondre à sa MT : “je suis libre de mon corps et mon esprit, je préfère peut-être vivre moins longtemps, selon vous, mais en étant moi-même sans statines !
    Bigre, son médecin n’est pas habitué à une telle opposition…
    Dans ce genre de situation, on ne peut pas grand chose à part user de sa propre liberté de disposer de soi-même.
    Belle journée

    1. Certes, mais à force d’entendre ce genre de choses, les médecins changent…
      Et progressivement ils deviennent moins “grossiers” ; notamment à mon égard.
      L’insulte que vous citez, si elle me concerne, pourrait faire l’objet d’une plainte au Conseil de l’Ordre.
      Dites-le à votre médecin. Merci.
      Bravo ; vous aidez l’humanité !

  12. Fichtre, j’ai déserté quelques temps ce site, pris par ailleurs, les articles. Les commentaires s’enrichissent toujours plus vite.
    Je me pose la question sur l’association, à laquelle j’avais manifesté mon désir d’adhérer, comment faire?
    Et je vous fais aussi un compte rendu très simplifié de mon rdv chez ma députée, après un courrier relatif à la pétition en cours du Dr de Lorgeril.
    Ecoute à la fois active et prudente de sa part sur ce sujet, prise de quelques références des livres du Dr de Lorgeril, et gros étonnement de ma part : elle a travaillé 15 ans en hôpital, poste administratif si j’ai bien compris, et n’avait jusqu’à mon courrier strictement jamais entendu parler de ces problématiques sur les anti-cholestérols. Comme quoi, il y a au moins deux secteurs où l’info est très bien cloisonnée : secteur hospitalier et assemblée nationale.
    Elle me tiendra au courant de la suite donnée, je répercuterai ici.
    Dans le temps imparti, j’ai dit beaucoup de choses, j’en ai oublié ou je n’ai pas pu en dire beaucoup (je n’ai pas parlé par ex. de la plaque d’athérome qui n’existe pas / de la plaque d’athérosclérose qui est dure).
    A la question : mais vous pensez que les médecins sont sous l’influence des labos ? j’ai répondu que pour certains oui, mais qu’il y a surtout à mon sens une énorme inertie, et un refus total de se déjuger. C’est elle qui à la fin du rdv elle m’a dit que lorsque il y a eu des discussions sur la loi santé, bcp de députés avaient les boîtes mail très pleines notamment par les fameux labos. Donc cette influence, réelle, est quand même bien connue, bien perçue.
    Elle m’a donné quelques noms de députés plus susceptibles de s’intéresser au sujet, de la commission des affaires sociales, je leur ferai suivre le courrier, en l’améliorant un peu. Je vous tiendrai au courant. Pas de miracle bien sûr, à suivre, mais j’ai le sentiment que c’est un passage obligé, pour ne pas que nos représentants pensent que tout va bien dans ce domaine, et que les diverses autorités en place font bien leur travail depuis le mediator. C’est le pensée dominante il me semble.

      1. Je n’ai pas trouvé de renseignements sur cette association, oups !
        Quel est son but et qui peut y participer ?
        Merci

        1. Ouvert à tout le monde.
          Dès qu’on approuve les statuts évidemment.
          Dès que les fondateurs seront prêts, je communiquerai sur ce Blog.
          Un site web (de cette association) est en cours de construction ; très bientôt disponible.
          Réunion inaugurale le 12 Avril à Paris, sauf contre-ordre. Je vous dirai…

  13. Progresse-t-on ? Mais qui a dit que la réponse était devant nous ?
    J’ai assisté à l’arrêt de commercialisation du clofibrate après des essais cliniques bien conduits montrant un excès de mortalité dans le groupe traité par fibrates. Les décès ‘en trop’ étaient… des suicides (suicides, morts violentes ou complications hépato-bilaires, pour être exact). Et si le taux de cholestérol réglait le degré de notre bonne humeur ? Ne pourrait-on pas relire les études passées ? Une bonne partie de la réponse est derrière nous, mais on a trop tendance à oublier les expériences passées dès lors qu’elles laissent un souvenir amer.

  14. De temps à autre, on entend parler de personnes qui, à un âge relativement avancé, entreprennent des études de Médecine. Certains réussissent à les terminer. Quand on leur demande ce qu’ ils attendent de leur nouvelle profession ils répondent que si ils arrivent à sauver ne serait ce qu’ une personne, ils seraient largement payés de leurs efforts.
    Je crois que cela répond en partie à vos interrogations. Oui votre combat est utile . Il est même nécessaire et devrait être déclaré d’ utilité publique.Vous et d’ autres lanceurs d’ alertes avez largement prouvé que le Serment que, jeunes médecins, vous avez prononcé n’ a pas été une simple formalité. Tous les jours des gens se sortent du pétrin grâce à vous. Petit à petit cela fait tache d’ huile. Indépendamment des actions d’ envergure qu’ il faut bien sur continuer, le bouche à oreille est d’ une efficacité remarquable. Toute victime de traitements hasardeux qui s’ en sort crée automatiquement un cercle d’ autres victimes et aussi de victimes potentielles qui , ayant sous la main un exemple vécu, se sortiront du mauvais pas ou éviteront de devenir victimes à leur tour. Des convertis, somme toute . En gros, et je crois l’ avoir déjà écrit, il faut malheureusement que des gens se fassent prendre pour servir d’ exemple aux autres. A la condition de disposer de l’ aide de véritables spécialistes tels que vous qui leur ouvre les yeux et la comprenette.
    Donc pas de pessimisme, tout le monde sur le pont paré à la manoeuvre.
    Au fait plus que quelque jours pour voir la naissance de l’ Association. Cela tient toujours?
    Salutations

  15. Alerte non entendue à cause de la revue “Prescrire” !!!!!
    Petit témoignage personnel.
    Il se trouve que mon mari est diabétique insulino dépendant depuis 1996, soit !
    En début 2015, on lui découvre des plaques d’athérome au niveau des carotides : il faudra opérer à gauche.
    Son cholestérol est un peu élevé, avant d’opérer on le met (entre autres) sous statine bien évidemment.
    Mon mari est opéré de sa carotide avec succès début avril 2015, oui mais…depuis cette date, j’ai vu mon mari se dégrader petit à petit.
    Douleurs musculaires, tendineuses, maux de tête, insomnie la nuit, sommeil le jour.
    J’ai vu mon mari devenir un zombi, le regard dans le vide, plus aucune envie, plus aucune initiative, passant du lit au fauteuil et du fauteuil au lit, ne pouvant plus faire plus de 10 mètres de marche à pied.
    Entre temps le MT a changé de statine, pour voir!!! Rien n’y fait !
    Le MT pense que mon mari fait une dépression, ben voyons!! Pour moi, il ne s’agit pas d’une dépression mais mon mari est mis sous anti dépresseur, résultat son état cognitif s’aggrave encore.
    J’ai donc décidé de prendre les choses en main, ayant lu vos livres, je n’ai pas eu trop de mal à convaincre mon mari qui a arrêté les statines et les anti dépresseur mi décembre 2015.
    Nous sommes le 23 février 2016 et mon mari à retrouvé une meilleures forme, de lui même il promène son chien tous les jours, prend des initiatives et peut à nouveau marcher un peu plus tous les jours.
    Tout n’est pas encore rentré dans l’ordre mais j’ai bon espoir.
    Tout ça pour vous dire qu’il est difficile de se faire entendre, j’ai eu l’occasion de discuter avec le MT de mon mari qui ne veut rien entendre sur les méfaits des statines.
    Elle (MT) me répond qu’elle se fie à la revue “Prescrire”, un peu comme une bible de la bonne prescription, qui pour le moment préconise les statines en cas d’hypercholestérolémie.
    Je pense qu’il serait bon de se rapprocher de la revue “Prescrire” qui est très lue et suivie par les MT afin de l’alerter fortement, qu’en pensez-vous ?
    Belle journée 🙂

      1. Quel témoignage abominable.
        Que d’incompréhensions répétées de la part du corps médical, que de résistances et de réflexions désespérées, solitaires, de la part du conjoint “indemne”, j’allais dire “survivant”, apparemment inutiles car au moment de la recherche ultime de la preuve, Christine retombe sur l’erreur d’analyse du plus impartial des journaux médicaux français existant à ce jour.
        Misère!
        Quel boulot jusqu’au réveillon du 31 Décembre 2016…

      2. Réponse à MdL
        Pour le MT que je suis ,la revue Prescrire (seule “indépendante” en langue Française est la seule information disponible pour un médecin généraliste
        qui essaie de surnager dans le flou des informations pour notre pratique
        c’est vrai que sur les Statines la revue reste en retard et s’est dramatique
        que pense t’elle de votre expertise ? Cordialement

          1. d’information au sujet des ouvrages de Michel de Lorgeril sur les Statines.
            Nous n’avons pas retenu les ouvrages sur le cholestérol de Michel de Lorgeril – comme par exemple “Cholestérol – Mensonges et propagande” – pour présentation dans la rubrique “Lu pour vous” car ils ne répondent pas aux critères de qualité que nous nous fixons pour cette rubrique. Ses affirmations ne sont pas si scientifiquement solides et vérifiables : elles correspondent à l’analyse qu’en fait l’auteur, et n’est pas toujours fidèle aux données, de notre point de vue. Certes les analyses de l’auteur rejoignent celles de Prescrire sur certains points.
            Ces ouvrages sont troublants (plusieurs abonnés nous ont écrit à ce propos) par leur titre, argumentés le plus souvent par un raisonnement scientifique. Toutefois, il comporte des excès : on ne peut nier le bénéfice, modeste, démontré par certains grands essais, même si ces essais ont leurs limites, et on ne peut nier l’intérêt du dosage de la cholestérolémie, notamment en présence de symptômes cardiovasculaires ou en présence de facteurs de risque.
            La Rédaction de Prescrire s’est notamment exprimée sur le cholestérol et les statines dans un texte intitulé “Statines : se poser des questions en termes de morts et d’accidents cardiovasculaires évités, et pas seulement en termes de taux de cholestérol” en libre accès sur le site Prescrire.
            Vous trouverez ce texte à l’adresse suivante : http://www.prescrire.org/fr/3/31/48448/0/NewsDetails.aspx. Vous y verrez certaines convergences, mais aussi des différences avec l’analyse de Michel de Lorgeril.

          2. Bravo pour votre initiative.
            Nous savons maintenant quoi penser de la valeur scientifique des analyses de Prescrire.
            Ils vous écrivent : “Ses [ils parlent de moi] affirmations ne sont pas si scientifiquement solides et vérifiables”…
            Sans évidemment aucun argument vérifiable pour vous permettre de répondre…
            C’est la stratégie habituelle dans notre société “spectaculaire et marchande” ; on dit et écrit du vide ; il est fort probable qu’aucun d’entre eux n’a lu mes livres ou mes articles scientifiques.
            Que l’un d’entre eux l’ait fait ne changerait rien : il ne comprendrait pas…
            Seule conclusion possible : les rédacteurs de Prescrire ne comprennent pas ce que j’écris ; et surtout n’ont pas envie de comprendre…
            Paralysie de la pensée ! Spectacle lamentable du renoncement !
            Que vaut le reste de Prescrire ? De quoi faire rire BigPharma… Ça grattouille ou ça chatouille ?
            De mon côté, pas le temps d’y jeter un œil ; mais la conviction renforcée que Prescrire est un alibi pour BigPharma, une sorte de cache-sexe d’autrefois…
            Désabonnez-vous ! Laissez le terrain vierge !

      3. Voilà plusieurs année que je ne suis plus abonné à la revue Prescrire en raison de mes multiples désaccords avec ses prises de positions péremptoires et souvent hors sujet mais elle est indépendante!!

        1. Dans la réponse de Prescrire, on lit:
          ces ouvrages sont troublants (plusieurs abonnés nous ont écrit à ce propos)
          Ca me trouble beaucoup cette phrase!
          La revue Prescrire :Indépendante de Big Pharma mais dépendante de ses abonnés?
          Faut pas bousculer les patients et leurs médecins, faut pas remettre en question des prescriptions qui ont cours depuis tant d’années?
          Une sorte de paix sociale médicale?

          1. Le problème de Prescrire c’est sa crédibilité.
            Ils ne veulent pas se contredire ; ils ont dit des bêtises avant 2005 mais ne veulent pas les reconnaitre…
            Ils pensent que ça pourrait leur porter préjudice ; et puis ce serait affronter les académies et toute l’industrie ; faut pas aller trop loin si on veut survivre.. je les comprends !
            C’est le privilège des vrais scientifiques à n’avoir aucun scrupule à reconnaitre s’être trompés ; ça fait parti du métier !
            C’est même une façon de reconnaitre les “vrais scientifiques” ; ça ne les gêne pas de…
            C’est pour cela que nous sommes dangereux ; et que Prescrire nous déteste : nous sommes ce qu’ils voudraient être : libres et dangereux !
            Et in terra pax hominibus

      4. J’ai alerté pour la 3e fois la Revue Prescrire qui défend toujours 2 statines PRAVA ET SIMVA “qui possèdent le “meilleur niveau de preuve”…
        A suivre!

    1. Vous semblez desempoisonner votre époux comme je me suis desempoisonné moi meme. Bravo!
      Mais que j’ai donc du mal a convaincre mes proches et quel tourment que de les voir foncer droit dans le pieges des statines.
      C’est un piege : des la premiere analyse sanguine, le patient-pigeon ne pourra pas en réchapper

    2. Faudrait pour ça que Prescrire lise les § Materiel et methodes, Resultats en décortiquant les tableaux de résultats, et travaille beaucoupl plus au lieu de compiler des résumés et des analyses superficieles.
      Ils manquent de modestie, c’est un problème. Je ne sais pas s’ils ont pris la peine de lire “… le cholestérol est innocent…”.
      Ca me surprend.
      Dommage parce que beaucoup de ce qu’ils disent me parait bien et contre l’air du temps . Notamment sur les modernes anticancéreux …(du style les chimiothérapies quasiment administrées en chambre mortuaire) .
      Par ailleurs ils n’ont pac compris que citer des effets secondaires, même horribles, de médicaments pour les condamner, cela n’a aucun sens si on n’en donne pas l’incidence
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Incidence_%28%C3%A9pid%C3%A9miologie%29
      Même le paracétamol que après tout l’on prend pour de “petites” douleurs avec la bénédiction de Sainte Prescrire peut tuer ! Où est l’erreur ?

      1. Bonjour M. Barahj. Je suis d’accord avec votre commentaire ( même si je ne suis pas un “pair”…) mais je vais y apporter un petit bémol : à propos des effets secondaires, “même horribles, de médicaments pour les condamner, cela n’a aucun sens si on n’en donne pas l’incidence” (Sic)…Mais il faudrait déjà que les industriels des médicaments indiques ces effets correctement sur leurs notices, par ex. les risques de diabète induites par les statines … Voici ce qu’on peut relever sur “Eureka Vidal” à propos du Crestor :
        “Effets indésirables possibles du médicament CRESTOR
        Fréquents : maux de tête, vertiges, fatigue, constipation, nausées, maux d’estomac, douleurs musculaires, mal de dos.
        Rarement : éruption cutanée, réaction allergique, élévation des transaminases et atteintes graves des muscles (voir Attention).”
        et dans la partie attention :
        “Des études ont montré que les médicaments de la famille des statines peuvent augmenter le taux de sucre dans le sang (glycémie). En cas de diabète ou de prédisposition au diabète (taux élevé de sucre ou de triglycérides dans le sang, surpoids, hypertension artérielle), votre médecin pourra décider d’une surveillance renforcée.”
        Avec ça, comment voulez vous préciser les incidences ??? et je passe sur les “précisions” données sur la notice, y compris en d’autre matières !
        Pour le paracétamol qu’on prend pour des petites douleurs ( mon MT m’en avait prescrit par Kgs lorsque de m’ empoisonnais aux statines, heureusement que je n’en prenais pas ) , voici ce qu’on peut lire :
        “Troubles du foie Des signes biologiques d’ hépatotoxicité se manifestant par une augmentation des transaminases on été signalés après un traitement à fortes doses. Cette hépatotoxicité est potentialisée par l’alcool et les inducteurs microsomiaux hépatiques (voir rubrique 2 ”
        et quant aux hépatites fulminantes : vous connaissez certainement cette étude :
        “Overdose pattern and outcome in paracetamol-induced acute severe hepatotoxicity
        © 2011 The Authors. British Journal of Clinical Pharmacology © 2011 The British Pharmacological Society”
        et je connais beaucoup de personnes que je croyais intelligentes qui se gavent régulièrement de ce médicament et sur de longues périodes… qui se plaignent ensuite de certains problèmes de santé. Allez leur expliquer qu’ils abusent de ce médicament!
        Et pour finir, l’Advil, généreusement prescrit par tous les médecins et pédiatres ( je viens de le constater pour ma petite fille..;), voyez cette thèse très complète :
        Faut-il prescrire les anti-inflammatoires non …
        http://www.bichat-larib.com/…/3640_280911_These_Fievre_enfant_et_… · Fichier PDF
        et l’ibuprofène est prescrit à tour de ” d’ordonnance” et sans discernement.. Primum non nocere.
        Désolé, mais je suis un peu fâché avec la pratique de certains médecins, peu sont aussi ouverts que vous ou les autres intervenant sur ce blog.

        1. Bonjour Tavaritch Inoxydable,
          Mais Prescrire ne tire forcément ses oukases du vidal. Ils ont leurs sources .
          Toujours est il que s’ils agitent des épouvantails (que ce soit à raison comme souvent , ou pas, ce n’est pas le sujet) , le minimum de l’honnêteté scientifique c’est de donner l’incidence ou de dire qu’on ne la connait pas.
          Et le minimum de l’élégance c’est de ne pas s’auto-citer à longueur d’article. Un jour j’irai voir si l’article de Prescrire de 2005 cité en référence dans le Prescrire 2015 ne se réfère pas à un Prescrire de 1999…
          POur les médicaments assez récents le Vidal vrai (le Vidal Euréka je ne sais pas) donne des ordres de grandeur pour les qualificatifs de fréquence.
          Ainsi pour Crestor:
          “Les fréquences des effets indésirables sont classées selon la convention suivante : fréquent (≥ 1/100, < 1/10), peu fréquent (≥ 1/1000, < 1/100), rare (≥ 1/10 000, < 1/1000), très rare (< 1/10 000), inconnu (fréquence ne pouvant pas être estimée avec les données disponibles).

          1. Bonjour M.Barahj. J’aurai pu citer d’autres sites de notice pour d’autres médicaments, mais j’ai cité Crestor ayant été le premier intéressé (empoisonné…) par ce merveilleux médoc, car malheureusement ma recherche sur le net pour retrouver la notice m’a fait tomber sur les nouvelles notices: En effet, je crois me souvenir qu’il y a quatre ans maintenant, lorsque, éclairé par la lecture de livre de chevet ” prévenir l’infarctus etc;..” de MDL et faisant la relation entre mon diabète survenu au bout de 2 ou 3 ans de ce poison, j’avais vérifié la notice, laquelle indiquait la possibilité de cette diabolique maladie comme étant rare ( 1/10000 ) je crois, je m’étais fait la réflexion ” mais ils ont mis 2 zéros de trop ces fumiers!”. De rage, j’ai jeté la notice de l’époque avec la boîte et je ne peux rien prouver de ceci car cela m’aurait été bien utile pour constituer un dossier de plainte éventuelle le moment venu !
            Lorsque vous regardez dans le lien Doctissimo sur le tableau des effets secondaire indésirables, vous lisez maintenant : affections endocriniennes — fréquent – diabète de type II ;
            rien à voir avec ce qui était indiqué dans l’ancienne notice ( de mémoire, je peux me tromper celle -ci ayant été altérée par les statines …)

          2. Rien à voir, effectivement !
            Dissimulation ! “Pire que le Médiator” dit une certaine pétition, qu’il faut signer et faire signer d’urgence…

    3. De mémoire , ” Prescrire ” s’aligne sur de suivre recommandations de la HAS :
      ( pas de statines en PP , statines en PS dans les cas de CHO élevé – ils donnent même les molécules préférentielles – sont exclues celles du Crestor et Tahor , tjrs de mémoire …) .
      Ne pas taper sur ” Prescrire ” quant ils ne le méritent pas .

      1. Je ne crois pas que Prescrire s’aligne sur la HAS.
        Leurs avis en prévention secondaire (le post-infarctus) datent du siècle dernier avant le scandale du Vioxx…
        Reprendre les avis de la HAS (qui ne sont pas des recommandations ; encore moins comminatoires) n’est peut-être pas une bonne idée.
        Comme vous le savez, deux des “avis” de la HAS ont été “cassés” par le Conseil d’État (suite à des plaintes du Formindep) et nous nous n’avons rien de récent (depuis 2009) sur les statines de la part de la HAS.
        2009-2016, c’est long…
        C’est avec la plus grande curiosité que le Formindep et d’autres (dont moi) attendons un nouvel avis…

        1. J’avais suivi en son temps les batailles du Formindep contre les avis Alziemer et diabète type ll –
          Concernant les statines j’avais le souvenir d’une reco de la HAS différente …..
          ( Sylvain Duval en parlait aussi quelque part sur le web …..je peux pas faire plus vague – désolé ! )
          Bruno Toussaint , à la TV il y a qq mois , défendait honorablement la diète méditerranéenne et fustigeait l’abus de statines ; je sais que vous voulez plus , mais ….

      2. Je ne lis pas Prescrire et de toute façon non qualifiée pour en débattre !!
        Ce sont peut-être les recommandations de la HAS qui seraient à revoir ?

        1. Celles de la HAS ont été à plusieurs reprises cassées par le Conseil D’État ; ça donne une idée du “truc”…
          Quant à Prescrire, il serait urgent qu’ils consultent des vrais Scientifiques, Indépendants et Bienveillants ; admettons que jusqu’à maintenant ils ne savaient pas tellement à qui s’adresser ; oups !
          Maintenant avec l’AIMSIB, ils savent.
          Vont-ils abuser ?
          C’est dur d’admettre qu’on a dit (et écrit) des conneries.
          C’est ce qui distinguent les scientifiques des autres.
          Les scientifiques admettent qu’ils peuvent se tromper, et quand nous sommes vraiment bons, nous calculons même la probabilité de nous être trompés !
          Pas belle le vraie science ?

    4. Je m’ adresse à Christine,
      Madame, étant moi même une des innombrables victimes des statines ,je comprend le calvaire qu’ a subi votre mari et, par ricochet, le votre. D’ après les précisions que vous fournissez il a du prendre un produit coriace à un dosage costaud car pour présenter les atteintes que vous rapportez en seulement un an il faut du solide. Vous dites qu ‘ il va mieux. Tous les intervenants de ce blog, médecins et profanes vous diront que la récupération est affaire de temps, variable selon les personnes, les molécules, les dosages et la durée d’ exposition.. Le plus important, à mon avis est de récupérer ses fonctions intellectuelles. C`est long mais cela revient. Une fois que l’ on a retrouvé toute sa tête on est mieux armé pour faire face aux séquelles physiques. Avec, bien sur, l’ appui et l’ affection des siens et le soutien de personnes que l ‘ on rencontre sur ce blog, à commencer, à tout seigneur tout honneur, par Monsieur de Lorgeril.
      Bon courage Christine.

    5. Vous avez raison la revue Prescrire continue de dire que les statines sont efficaces en prévention secondaire mais avec un effet “modeste”…Pas plus que les mesures hygièno – diététiques…Ce n’est pas le discours “intégriste” de la société Française de Cardiologie.
      Votre MT comme les 3/4 d’entre nous n’a pas la formation pour comprendre ce qu’est une étude clinique et sa valeur médicale (son poids dans la décision de traiter ou pas). Il faut bien comprendre que comme tous les cardiologues il ne lit que les conclusions des études (les tirés à part) ou les conclusions de la Revue Prescrire.
      Le Dr De Lorgeril ne peut pas les toucher car lire un livre prend trop de temps…
      C’est toute la formation des médecins qui est à revoir et cela n’en prend pas le chemin…
      Quant à la Revue Prescrire elle aussi devrait faire de la formation continue…

  16. Bonjour Docteur,
    L’idée de la pétition est excellente mais… pourquoi passer par IPSN ? D’autant que cet organisme est loin d’être, a priori, au dessous de tout soupçon au niveau éthique. Je m’explique :
    La plupart des membres du Comité d’Ethique et du Comité Scientifique ont des liens déclarés avec l’industrie des compléments alimentaires… Un Mal en remplace-t-il un autre ? Par ailleurs, le Comité Scientifique, me parait un peu léger en nombre… même si l’on peut sans doute mettre en avant le médiatique Pr Joyeux…
    Pour en revenir à cette pétition, pourquoi ne pas l’avoir fait en votre nom avec l’avantage de vous faire encore mieux connaître du Grand Public ?
    Je ne suis pas sûr que tout le monde apprécie les méthodes de communication de IPSN (abondance de mails commerciaux particulièrement insistants… ).
    Qu’en pensez-vous ?
    Alain

    1. 1) je ne cherche pas à me mettre en avant
      2) n’organise pas une pétition qui veut ; c’est compliqué, il faut un outil ; il faut pouvoir “atteindre” un nombre suffisant de personnes pour que ça ait du sens
      3) j’ai répondu positivement à l’IPSN car nos routes se croisent (de même celle de mon ami Joyeux bien que nous ne partagions pas toutes les façons de voir les choses) et que nous pensons sur ce sujet (cholestérol et statines) la même chose
      4) qui n’a pas de conflit d’intérêt ? Quel est l’intérêt de l’IPSN en soutenant la démarche de Even et de Lorgeril ?
      5) attention de ne pas confondre “éthique” et lien d’intérêt ; les deux ne sont pas incompatibles ; voyez mon audition au Sénat…
      Bon vent, matelot

  17. Complément au billet ci-dessus peut-on mettre le référentiel de MdL ?
    Cordialement

    1. Merci.
      Très intéressant…
      Mais je soupçonne que cette stratégie vise à mieux attaquer les récalcitrants (sur une base qui sera certes erronée) et à dissuader d’autres récalcitrants potentiels.
      Je ne suis pas sûr que l’on puisse valider les résultats de ce questionnaire sans l’appoint d’un cabinet d’audit indépendant…

      1. Questionnaire anonyme auquel j’ai répondu.
        Difficile parce que les oligophrènes qui ont pondu ce questionnaire n’on pas l’air de penser possible de se taper du cholestérol et des statines.
        Au contraire il faut repondre en masse, sachant que cetrtaines réponses v la formulation des quastions, son t impossibles au non intoxiqués par la propagande ou gentiment dit , l’erreur du siècle (passé)

  18. Croire en des preceptes qui ne resistent pas a l’examen critique des preuves , c’est avoir la foi.
    Le Crest-isme est leur religion
    De cette Eglise-la aussi, la France est la deuxieme fille …

  19. Le Kardegic est l’une des plus belles escroquerie de toute cette histérie.
    L’aspirine achetée a la tonne, en chine, est reconditionnee et vendue en petit sachet , dose quotidienne. A la difference d’un simple cachet, on vous fait perdre temps et argent. Rien de plus pernicieux pour faire de vous un malade…
    Dans son dernier ouvrage, Ph Even donne une explication convaincante (durée de vie des plaquette et durée d’inhibition) de ce qu’ 1/4 de cachet tous les 3 j. Produit le meme effet. Soit une boite d’aspirine du Rhone par an!
    Ah… Mais ca c’est pas bon pour le commerce, ma bonne dame.
    Vu du point de vue du patient victime, l’offense est modeste en comparaison de l’horrible Crestor.
    Mais quand on multiplie par le nombre de seniors sous Kardegic, dont ils n’ont pas le moindre bénéfice, alors les petits Kardegic font les grands profits. Et a moindre cout, les patients sont fiers de vivre dans une France, savante et solidaire. Sociale et Scientifique!
    On comprend mieux pourquoi l’action de groupe, autre promesse a laquelle j’ai betement cru, ne s’applique a ce scandale.

    1. ce qui signifie (merci de me répondre si vous avez accès à ce message) que le Kardegic ne vaut pas mieux que 1/4 d’aspirine (= 125 mg je suppose) 2 fois par semaine ?
      (lequel aspirine serait en + dangereux pour les artères)
      Quant au Plavix il est “saignant”, alors on fait quoi ?

      1. Je me pose d’autre part cette question: le Kardegic est un traitement qui revient à environ 2 Euros par mois, pensez-vous qu’un labo puisse faire des marges bénéficiaires avec ça, quand on connait le coût du système distribution ?
        La marge ne peut être que de quelques centimes…

      2. A petites doses, l’aspirine inhibe les plaquettes mais finit inéluctablement par inhiber l’endothélium qui produit des substances un peu comme l’aspirine…
        Le plavix inhibe les plaquettes (un peu comme l’aspirine) mais n’a pas d’effet sur l’endothélium…
        Il n’y a pas d’études “inéluctables” comparant l’aspirine à faibles doses et le plavix sur le long terme…

  20. @ Pascale,
    “Notre Alice au pays des merveilles est tombée au fond du terrier “, Vous dites?
    Vous étiez dialoguiste chez Audiard, avant, ou c’est vous qui trouviez les titres des romans de San-Antonio (père) dans les années 1990?
    Vous détestez les cons et les trouillards, vous êtes toute pleine de courroux légitime, bon, alors, qu’est-ce que vous faites demain?

    1. Vous n’avez pas reconnu notre chère ministre de la santé ? il faut être coincé au fond d’un terrier pour être aussi incapable d’entendre les bruits extérieurs.
      Demain s’il fait beau je taillerais mes rosiers en pensant à tout ces cons comme vous dites.
      Très amusant le lien avec Audiard, un dieu du verbe s’il en est.

  21. Le sujet : sommes-nous efficaces, les alertes servent-elles ?
    Je voudrais revenir sur le patient (enfin façon de parler, je ne veux pas que l’on dise que les pascale sont chaudes aussi !!!) et que nous nous mettions 5 minutes à sa place : (cela avait déjà été évoqué ) ce sont souvent les femmes qui influencent et prennent en charge le médical dans la famille. Ce sont souvent des femmes d’un certain âge qui bossent ou pas, sont au chômage ou à la retraite et ce sont elles et leurs maris qui sont visés par le monde médical pour recevoir les statines. Ces gens sont quotidiennement harcelés par le “diable cholestérol”, que ce soit par les campagnes publicitaires omniprésentes à la tv, dans leurs discussions dans les salles d’attente “mon médecin vient de m’apprendre que j’ai trop de cholestérol … ” et bien entendu chez leur MT qui leur font faire des analyses sanguines tous les 2 ou 3 mois.Le cholestérol est devenu obsessionnel chez beaucoup, il faut bien se rendre à l’évidence, alors comment voulez-vous lutter contre ça ? Mes voisins font partie de ces gens-là, totalement habités par leur cholestérol et glycémie, car apparemment l’un ne va pas sans l’autre au bout d’un moment. Ce que je peux leur dire sur l’innocence du cholestérol est vain, ils sont sourds, il n’est pas question de remettre en cause le diagnostic de leur MT, leur compréhension est hermétique car cela fait des années qu’on leur dit que le cholestérol est mauvais pour eux. Comment faire, alors que cela les concerne, alors que c’est eux qui peuvent en fait changer les choses, en refusant leur statine ? comment ? pour être informé il faut aller chercher l’info, ça ne tombe pas tout cru dans l’bec ! des milliers de gens n’ont pas l’info, même s’ils l’avaient ils s’en méfieraient. Je ne vois pas comment l’alerte peut être efficace tant que les MT ne prennent pas leurs responsabilités et les patients également.
    Les femmes ont un rôle primordial à jouer, gardienne de la santé de leur famille, mais comment arriver à les toucher, à éveiller leur responsabilité ? Quelle femme ou homme d’influence pourrait les y aider ?
    C’est pessimiste ? peut-être…en tout cas c’est la réalité dans la vie de tous les jours, à croire que dans l’intimité des cabinets on ne diagnostique que ça : le cholestérol. C’est la maladie du siècle, enfin des 2 siècles et le bourrage de crâne a tellement bien été fait qu’il faudrait des morts afin que la conscience collective se réveille. Tout ceux qui ont a subir dans leur chair les effets secondaires des statines devraient le faire savoir c’est de leur responsabilité, mais comment ? A qui se plaindre pour être entendu ? Le MT ne l’entend pas pour la plupart et ne fait pas remonter l’info, les politiques s’en foutent pour la plupart…alors ? La pétition est pourtant là pour témoigner du nombre de personnes qui se sentent impliquées mais elle n’est pas entendue, elle fait peur, elle dévoile la lâcheté et l’irresponsabilité de nos élus, des organismes de santé publique et pas un n’a eu le courage de seulement la considérer et d’ouvrir un débat. Notre Alice au pays des merveilles est tombée au fond du terrier !
    Voilà ce que je pense, j’avais besoin de le dire, mais ça ne fait pas avancer le schmilblick, hélas !

    1. Je pense bien un peu comme vous, Pascale, sans vouloir sombrer dans le pessimisme …
      C’est effectivement très difficile, quoique je puisse me targuer de quelques succès … je viens de prêter “l’horrible …”, et pense réussir une fois de plus …
      Il est à constater qu’énormément de gens sont sous statines (incroyable !!) lorsque vous leur faites part de l’information visant à leur faire comprendre qu’ils s’empoisonnent, ils semblent conquis, avouent avoir conscience de plein de choses, mais n’agissent pas en conséquence !!
      Comme des élastiques, vous les tirez à vous …. ils repartent d’un coup …

  22. Bonjour Docteur,
    Je me permets de vous poser une question concernant l’aspirine. Il s’agit d’un médicament que l’on ne trouve pas sous forme de solution aqueuse, ce qui pourtant serait plus simple, après tout, si cela était possible dans son emploi, que d’avoir à dissoudre un comprimé dans l’eau, par exemple. Pourquoi l’aspirine n’est-elle vendue que sous forme “solide”? Est-ce que l’aspirine dissoute dans l’eau est instable et s’altère avec le temps? Par exemple, si l’on dissout un sachet de Kardégic dans un verre d’eau, la solution perd-elle peu à peu ses propriétés thérapeutiques? Et si oui, au bout de combien de temps? A t-on le même effet 24h après? Une semaine après? Un mois après? Quel serait alors le “délai de conservation”? Quand faudrait-il “jeter” la préparation?
    Merci beaucoup d’avance.

      1. Merci pour votre réponse; c’est très éclairant. Il ne me reste plus qu’à savoir quelle est la stabilité “thérapeutique” de l’acétylsalicylate de DL-lysine (le kardégic), dans l’eau…

    1. “J’ai obéi aux ordres !”, à partir de ce moment plus de souci ; la “haute autorité” quelque soit son domaine me dit ce que je dois faire sinon… Alors sans me poser de question je fais, consciencieusement de préférence, banalement, sans penser surtout…Tout va bien, je peux me passer de mon cortex.

  23. Bonjour Maitre,
    Vous nous avez asséné Debord et puis intercalé Georget, alors Arendt…
    Elle est sur la pile!
    Et attention si ça glisse, sinon vous serez obligé de lire Larey.
    ( pour les ignares du blog, le Baron Larey était le chirurgien personnel de Napoléon, spécialiste des actes chirurgicaux d’urgence sur le champs de bataille, exemple: désarticulation parage suture d’une épaule en deux minutes! Mais le savoir s’est perdu….)

  24. Je ne les truve pas si lucides que ça les cousins Germains.
    Ils ne se posent même pas la question de l’inanité sonore du cholestérol, ils ne demandent pas aux firmes de prouver que leur Fab diminue la morbidité ni mieux la mortalité.
    A côté de la plaque teutonique….

    1. Oui ; ils n’ont pas encore vraiment compris mais ils deviennent un peu plus exigeants ; ils vivent moins les yeux fermés ; ou, alternativement, des tensions se font jour dans les comités pseudo-indépendants… C’est ce qui s’est passé aux USA.
      Ne boudons pas, pas trop, c’est un “petit” progrès ; vu d’où l’on vient…
      Et surtout, vu la paralysie de la pensée [source du “mal” selon Hannah Arendt (j’avions toujours pas eu de réaction à propos de Hannah A…)] qui caractérise les académies et autorités actuelles…

Comments are closed.

Merci d'avance, pour le 89 +1 eme commentaire.