Archives pour la catégorie hormones sexuelles

« L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol »

C’est le titre de mon prochain livre à paraître deuxième quinzaine de septembre. 2015 !

C’est un copain de raid en Ubaye qui a trouvé ce titre ! Merci Philippe !

Il y a un sous-titre : « Comment les statines empoisonnent en silence »

Écrit en moins de trois mois ; mais peut-être le meilleur et le plus accessible de mes livres.

Vous y trouverez l’essentiel des effets toxiques de ces médicaments ; selon les critères scientifiques les meilleurs… Bien sûr !

Finalement, il y a beaucoup de données ; beaucoup plus qu’on aurait pu le croire sur la base de ce qui est admis par les industriels, leurs complices rémunérés (avec ou sans blouse blanche) et les Agences Sanitaires !

Certains vont penser que ces titres sont des exagérations d’une réalité plus maussade ; hélas, non, nous sommes réellement dans l’horreur !

Plus que ce que je croyais !

Pour bien comprendre, il faut une grille de lecture ; dès qu’on l’a, chacun peut faire le travail soi-même et, sans doute, découvrir encore plus ; car je ne prétends pas avoir été exhaustif.

Je vous demande donc, à tous et à chacun, d’apporter votre pierre à l’édifice !

Une fois la démarche comprise, je vous demande d’apporter vos témoignages.

Vous œuvrez ainsi pour l’humanité car, malheureusement, je doute que les Autorités le fassent ne serait-ce qu’un peu ; et encore moins les industriels ; sans parler de leurs inénarrables complices rémunérés qui ne manqueront pas d’accuser ce livre d’être criminel sous prétexte que des patients pourraient décéder à la suite de l’arrêt de leur statine.

On a déjà entendu ça, mais les données scientifiques disent autre chose !

Je réponds donc à l’avance (et en scientifique) à ces « maîtres-chanteurs » de la peur ; chaque lecteur de mon livre pourra en faire autant ; et aussi aider son médecin à prendre les bonnes décisions.

Bon vent à tous les corsaires !

 

MERCI d’avance

Avantages et inconvénients d’avoir un cholestérol élevé

Drôle de question, penseront certains.

Mais c’est une autre façon d’aborder les choses, et ça peut en éclairer beaucoup, alors allons-y en douceur !

Ceux qui souhaitent des références sérieuses (donc de la bonne science, je précise) les trouveront dans nos livres ; pour le moment, on survole le terrain d’atterrissage.

Quels sont les inconvénients d’avoir un cholestérol haut ?

Les « conformistes » et autres perroquets savants diront que c’est très dangereux et que ça bouche les artères !

Ceux qui se sont un peu instruits en visitant ce Blog ou, surtout, en lisant nos livres savent désormais que ce sont des bêtises, et de la propagande !

Le cholestérol, brave molécule, ne peut pas boucher une artère ; impossible physiquement ! Bref, le cholestérol est innocent !

Quels sont les avantages d’avoir un cholestérol haut ?

Malgré l’épouvantable désinformation que nos experts ont organisée, nous avons suffisamment de données pour dire qu’avoir un cholestérol élevé a les conséquences suivantes:

- on a de bons, voire de très bons, muscles ; on est doué pour les sports y compris de compétition

- on a de bons, voire de très bons, neurones ; on est plus intelligent, plus serein que la moyenne

- on est plus résistant au stress, moins tendance à la dépression (moins de suicide !)

- on a un bon, voire un très bon, système immunitaire; on se défend mieux contre les infections

- on a un risque diminué de développer un cancer

- on digère mieux les graisses

- on est plus allègre sexuellement et on se reproduit (faire des bébés) plus facilement

Tout cela fait qu’inéluctablement, avec un cholestérol élevé, du temps où les conditions d’existence étaient plus brutales, les familles avec cholestérol élevé proliféraient mieux et les individus avaient une meilleure espérance de vie !

Les traitements qui diminuent le cholestérol privent les personnes hypercholestérolémiques de tous ces avantages et plongent les autres vers de multiples complications dont ils n’ont pas conscience …

Réfléchissez bien à ce que vous perdez avant d’accepter des médicaments toxiques et inutiles !

D’accord, j’ai simplifié le message, on pourrait nuancer un peu, faire des exceptions et des parenthèses ; mais le fond est vrai … et connu de ce qui vivent les yeux ouverts !

FAUT-IL SE SUPPLEMENTER AVEC DE LA TESTOSTERONE ?

Drôle de question, apparemment, mais d’actualité au moins aux USA

Ceux qui sont familiers de nos ouvrages et de ce blog connaissent déjà la réponse.

Pour les autres, nouveaux arrivants, je fais un bref résumé : la question ressemble un peu à celle des hormones substitutives (THS) de la ménopause. Sauf que  …

Sauf que la période de la ménopause est, pour certaines femmes (pas toutes), une presque-castration radicale avec de nombreux symptômes sur plusieurs années ; et on peut comprendre que certaines femmes (et leurs médecins traitants) prennent le risque des complications des THS pour améliorer leur qualité de vie. Quelles complications ?

Essentiellement, complications thrombo-emboliques et cancers, ça n’est pas rien !

Les hommes n’ont rien à dire sur ce sujet, sinon fournir de l’information éventuellement à leurs charmantes compagnes, et aider à raisonner ou, quand il s’agit de leurs conjointes, aider à supporter.

Pour l’andropause, la question est très différente : la castration (la diminution des hormones mâles) est beaucoup plus lente et progressive et aucun symptôme majeur [autre que ceux du vieillissement, inéluctable, il faut s'y faire !] n’apparait ;  qui puisse justifier une prise de risque inconsidérée.

Mais voilà, les traitements par testostérone c’est du business avec des commerçants, des imbéciles, et des clients évidemment ; et ce ne sont pas les mêmes.

Du fait de la diminution progressive de la production de testostérone par les testicules (principalement) et des manques tissulaires associés, le cerveau ordonne au foie d’envoyer du cholestérol [le substrat pour la synthèse de testostérone) aux testicules pour qu’ils fassent leur boulot, bien qu’ils soient épuisés …

Tout le monde a compris que je simplifiais le raisonnement …

Et donc, avec l’andropause, le cholestérol sanguin augmente

Et comme les complications cardiovasculaires surviennent surtout quand on prend de l’âge, c’est-à-dire au moment de l’andropause, de la diminution de la testostérone et de l’augmentation du cholestérol, nos fins experts en cholestérol ont expliqué tout ça à leur manière évidemment … c’est la faute du cholestérol ; et donc ils prescrivent des statines à ces pauvres victimes, faisant croire qu’ils allaient ainsi diminuer leur risque cardiovasculaire … et dans le même temps évidemment, et à cause des statines, ils augmentent tous les signes dû au manque de testostérone, notamment les problèmes musculaires et sexuels qui sont les plus évidents au moment de l’andropause.

Sauf que …

Sauf que beaucoup de victimes ont vite compris que ça ne marchait pas (explications ci-dessus) et se sont tournés vers une supplémentation en testostérone : pommade ou patch essentiellement.

Magnifique : les fonctions sexuelles repartent (Suzanne et Figaro doivent faire très attention …), les muscles reviennent, l’agressivité aussi et le père de Donna Anna court de gros risques  …

Pour se détendre, un petit cadeau : http://www.youtube.com/watch?v=6H-gjwa_dPk

Mais encore mieux, avec la testostérone, le cholestérol diminue. Évidemment ! Sauf que …

Sauf que, malgré la diminution du cholestérol, le risque cardiovasculaire augmente ; et on le sait depuis longtemps grâce à des essais cliniques au cours desquels on observe plus de complications cardiovasculaires (et quelques autres méchancetés) chez les patients recevant la testostérone …

Je l’ai écrit dans mes livres : c’est une contradiction majeure insoluble et irrémédiable de la théorie du cholestérol … faut s’y faire !

Et voilà qu’avec plusieurs années de retard, et de façon maladroite (je suis gentil) les autorités américaines viennent de s’en apercevoir et s’en inquiètent …

C’est là : http://www.fda.gov/Drugs/DrugSafety/ucm383904.htm

Pour rien au monde, je ne voudrais donner l’air d’en savoir plus que les autres ou d’être un précurseur : je n’ai rien inventé !

Tout est parfaitement décrit depuis plusieurs années !