Archives pour la catégorie Diète méditerranéenne

Conférence à Lyon le vendredi 22 mai

J’ai oublié de prévenir ; j’ai un peu trop ces jours-ci…

Ça se passe dans le cadre des journées du 50ème anniversaire de la MTRL, une sympathique mutuelle de la région Rhône-Alpes.

J’ai 40 minutes pour parler du « Nouveau régime méditerranéen » après une introduction du grand Pr Henri Joyeux dont je partage bien des convictions.

Vous pouvez retrouver le programme sur Internet.

L’accès aux Journées est gratuit mais il faut s’inscrire ; c’est préférable je pense car ils attendent environ 300 personnes par jour.

Il y a aussi une exposition, mais je ne sais pas ce qu’il y a dans cette expo…

Ça se passe en plein centre de Lyon (accès facile par métro) à la Manufacture des Tabacs (sans rire…), amphithéâtre B, c’est aussi l’Université Jean Moulin Lyon 3… et ce n’est pas loin de l’Hôpital Édouard Herriot et du Centre International Anticancer de l’OMS.

Alors si vous n’avez rien à faire ce matin-là, passez nous dire bonjour !

 

 

 

10 min à la radio : 9 bonnes mais une mauvaise

J’ai en effet très mal répondu à l’une des questions qui m’était intelligemment posée à propos des conflits d’intérêt dans l’étude PREDIMED qui a bénéficié des « cadeaux » des Syndicats producteurs d’huile d’olive et de noix qui sont sponsors de l’étude…

Certes il y a liens d’intérêt et ils sont avoués et « faute avouée est à demi-pardonnée« …

Mais  y a t-il « faute » ?

Et peut-on comparer cette situation avec celle des essais cliniques testant des médicaments ?

En effet les deux situations sont très différentes.

Situation 1 : des universitaires Espagnols (entre 50 et 100 pour faire simple) décident de monter un essai clinique testant la diète méditerranéenne ; c’est PREDIMED ; ils cherchent des financements gouvernementaux (assez importants) qu’ils vont compléter par des petits  « privés » ; et en plus obtiennent que les syndicats agricoles fournissent des aliments (huile d’olive et noix) pour faciliter l’adoption de la diète méditerranéenne dans les groupes expérimentaux. A aucun moment les syndicats agricoles sont parties prenantes de l’essai et, même s’ils le souhaitaient, ils n’ont aucune compétence pour s’en mêler ; l’essai est totalement entre les mains des universitaires !

Situation 2 : un industriel détient une molécule qui pourrait faire un médicament rentable. Il cherche des universitaires hospitaliers pour recruter des patients, entre 20 et 40 centres disséminés sur la planète et qui ne se connaissent généralement pas. Les universitaires sont rémunérés pour le travail qui consiste à « ouvrir leur hôpital » aux investigateurs de l’industriel qui font vraiment le travail, recueillent les données et vont détenir (secrètement) l’ensemble des données acquises. Les universitaires seront aussi rémunérés pour faire semblant d’avoir un accès libre aux données brutes de l’essai et certains auront l’honneur d’aller présenter les résultats dans des congrès apparemment scientifiques. Ils seront aussi rémunérés pour aller défendre la molécule dans des comités pseudo scientifiques de corporations pseudo scientifiques financées par l’industriel… Ils seront enfin rétribués pour influencer les membres (indépendants) des agences du médicament dans différents pays afin d’obtenir la mise sur le marché de la molécule ; et à un prix intéressant pour l’industriel. A aucun moment les universitaires « n’ont la main » comme disent les bridgeurs…

Je ne pouvais pas dire tout ça en une minute ; mais j’aurais dû…

Réactions espérées des visiteurs de ce blog.

Merci d’avance !

 

 

 

10 minutes sur France Inter le mercredi 13 mai

Je n’ai pas pu prévenir car j’ai été contacté le matin même pour répondre à un interview à 14:00 sur une émission scientifique de France Inter .

Mais si on aime ma voix mélodieuse, on peut me retrouver via Internet car ces trucs sont enregistrés.

Tout ça pour parler – c’est le vrai sujet – d’un article très récent révélant que l’adoption de la diète méditerranéenne avait un effet significatif (diminution) sur le déclin cognitif lié à l’âge.

Ce déclin cognitif est, semble t-il,  inéluctable avec l’âge : on perd ses neurones (disent certains) et d’autres choses, un peu la mémoire, l’aisance verbale, la capacité au calcul mental, etcétéra.

Pas de quoi faire un drame. Tout commence et tout fini ; mieux vaut que ce soit progressif…

Pépé est gâteux, y passera pas l’hiver ; ça s’appelait un PPH dans le temps.

Le problème en devient un – et médical en plus – quand ce déclin est un peu trop rapide pour l’âge ; autrement dit « être gâteux » à 40 ans comme on ne devrait l’être qu’à 80 ans. Je caricature un peu, tous les cas de figure sont possibles ; je connais des vieillards très brillants et j’en connais même qui à 65 ans sont mieux qu’à 25 ans…

Plus grave, ce déclin accéléré est parfois annonciateur de démence type Alzheimer.

Donc à prendre au sérieux ; surtout si on peut faire quelque chose ; et on peut, mais faut faire vite ou très tôt dans la vie :

1- exercice physique

2- diète méditerranéenne

3- prévention du diabète et des syndromes métaboliques

4- surtout pas de statine ou autre médicament anti-cholestérol

J’ai eu 10 minutes pour en parler un peu, c’était sympa, ce sont de bons interviewers, je les remercie ; faites en autant merci ; les gens biens aiment qu’on le leur dise…

Bon vent, matelots

 

 

 

JE SERAI A PARIS pour une conférence LE 22 MARS 2015 (Parc Floral à Vincennes) : 14h00

 

C’est à propos de notre livre sur le « Nouveau régime méditerranéen« .

C’est au salon « VIVRE AUTREMENT » au Parc Floral de Paris, Édition  numéro 28.

Dimanche 22 mars 14h00 ; si vous n’avez rien d’autre à faire après une petite sieste, on pourra se dire bonjour et éventuellement partager un verre…  « bio » bien sûr…

A dimanche !

Rendez-vous le 22 février à Eurexpo-Lyon

 

Nous serons au salon Primevère [Rencontres de l'alter-écologie) ce dimanche 22 février où nous avons été invités à donner une conférence [14:30, Salle jaune] ; ce peut être une occasion pour les rhônalpins de venir nous faire un petit coucou ; nous encourager, échanger et nous apprendre des trucs.

Je donnerai une conférence et je donnerai la parole au public ; on a du temps, c’est toujours bon à prendre ; même si ça n’est pas TF1…

A bientôt !

 

 

« La tête au carré » une émission de France Inter le mercredi 11 février

Pour ceux qui peuvent écouter la radio en travaillant, ou qui ne travaillent pas (veinards), écoutez-nous mercredi 11 février dans l’émission scientifique « la tête au carré » animée par Mathieu Vidard.

France Inter en direct de 14h à 15h.

J’y serai avec mon ami Sylvain Duval qui vient lui-aussi de publier un livre dont le titre est :

« Le guide des aliments : contre les idées reçues »

Je pense que nos conversations avec l’animateur seront intéressantes ; j’espère …

Vous nous direz vos impressions ?

SORTIE DE NOTRE NOUVEAU LIVRE sur l’alimentation méditerranéenne

Janvier 2015 : nous publions un nouveau livre aux Éditions Terre Vivante (une maison d’édition pionnière dans la catégorie « livres écolos pratiques« ) avec le titre :

LE NOUVEAU RÉGIME MÉDITERRANÉEN   Pour protéger sa santé et la planète

Livre : Le nouveau régime méditerranéen

Ce ne fut pas facile ; car nous avons essayé de concilier plusieurs approches : celle consistant à expliquer qu’il est essentiel pour protéger sa santé d’adopter un « modèle alimentaire » et celle expliquant que les aliments proposés aujourd’hui à la majorité des consommateurs sont de pauvre qualité nutritionnelle et trop souvent « contaminés »…

En d’autres termes, il ne suffit plus de manger « méditerranéen » et il ne suffit pas de manger « bio »… Il faut les deux !

Et on peut faire encore mieux. C’est-à-dire plus que « bio » plus « méditerranéen » ; car dans ce contexte, 1 + 1 fait plus que 2 !

Sur une bonne base scientifique !

Ainsi donc, en plus de décrire le modèle alimentaire méditerranéen traditionnel, nous avons essayé (par l’analyse des groupes alimentaires, chapitre après chapitre) de montrer comment on pouvait adapter le modèle aux consommateurs et conditions d’existence modernes.

Ce faisant, nous espérons répondre à deux exigences : satisfaire les petits budgets et satisfaire nos légitimes questions environnementales !

Dit plus simplement, en protégeant notre santé, nous contribuons à protéger la planète !

Inutile de dire que nous attendons des réactions ; elles sont toutes les bienvenues, y compris les plus hostiles.

Nous pensons en effet que la crise sociétale que nous traversons [et les derniers évènements "Charlie" n'en sont probablement que les prémisses ; ou de petites escarmouches avant la grande bataille qui se prépare] requiert quelques réponses préliminaires et anticipations. Nos lecteurs constaterons qu’avant même les « évènements Charlie », nous parlions d’une nécessaire Révolution.

Ce dont je parle ici (escarmouches) n’a rien à voir avec les espèces de minables « guerre de religion » qui ne sont que des prétextes pour retarder les moments de verdict.

Et quand je parle de Révolution ce n’est pas de celle du type « Grand soir » évidemment ; mais « autre chose » que nous allons devoir inventer, pour sortir de l’ornière où nous sommes ; et tous ensemble ! Mais ça ne se fera pas tout seul, désolé, va falloir bouger ; et donc secouer (un peu) quelques gougeas et nantis qui se satisfont du statu quo.

Debout, jeunesses, sauvez-nous !

TOP SECRET – NAVY Message : l’huile d’olive en crise !

On ne le dit pas ; ou on ne l’entend pas, peu importe !

Ne pas répéter ! C’est un message secret réservé aux habitués de ce blog, urgent de s’approvisionner en huile d’olive avant que les prix n’explosent…

Les oliveraies méditerranéennes subissent une grave crise, notamment en Italie, en France et en Espagne : les arbres sont attaqués par une bactérie ici, par des champignons là ; et ailleurs encore les fruits succombent à cause de vilaines mouches qui pondent dans les fruits !

La Grèce et la Tunisie semblent épargnées pour le moment.

Ce n’est pas une plaisanterie ; c’est aisément vérifiable via Internet ; quoique personne n’en parle…

La question est la suivante : comment expliquer ce phénomène ? Cette concordance tragique dans 3 pays méditerranéens ?

L’huile d’olive française représente peu sur le marché, certes, par comparaison avec l’espagnole et l’italienne ; mais ce n’est pas ça qui importe.

Trois attaques, dans 3 pays différents, par 3 « parasites » apparemment différents !

Est-ce le hasard ?

On pourrait le croire tant que nous n’avons pas de mécanismes biologiques homogènes et cohérents pour expliquer le tout.

Un fait important : la production d’huile d’olive, du fait de la forte demande [mea culpa, nous n'y somme pas pour rien, tant nous avons vanté cette huile et le modèle nutritionnel qui va avec...] et le modèle agricole traditionnel a dû s’adapter.

Les mêmes oliveraies produisent plus qu’auparavant, et ce n’est pas du bio !

Inutile donc de se plaindre des écologistes qui auraient favorisé ces épidémies ou ces invasions. Au contraire, c’est probablement la surproduction (sur des terres peu adéquates) et donc l’abus d’intrants variés, y compris de pesticides, qui pourraient être en cause en sélectionnant des parasites dont l’arbre ne sait pas se défendre !

On peut aussi penser que le changement climatique joue un rôle, subrepticement mais sûrement !

Ainsi, comme nous l’expliquons dans notre livre, le mode de production de nos aliments et les questions environnementales sont étroitement liés.

Ici à propos de l’huile d’olive. Plus de 20 pages écrites serrées à propos des produits de la mer dans notre dernier livre récemment paru.

Il ne suffit pas de protéger notre santé, il faut aussi protéger notre environnement, les deux problématiques sont étroitement liées !

Faut-il l’envelopper ?