Pourquoi tant d'enfants obèses ?

“Mira, o Norma, a’ tuoi ginocchi questi cari tuoi pargoletti …”
Traduction : “Vois, Norma, à tes genoux tes chers petits …”
Et pour la musique, c’est là [http://www.youtube.com/watch?v=jfCmjt5PkKw] un duo magique, pour ceux qui peuvent apprécier, avec Cécilia Bartoli et Sumi Jo ; c’est romantique à souhait, parfois (mais pas dans ce duo féminin) un peu pompier !
Bon, je laisse méditer sur ces paroles de l’opéra de Bellini. On trouve la traduction du livret sur Internet. Cornélien !
Message subliminal : comment des sociétés peuvent-elles aussi mal-traiter leurs petits enfants pour en faire des malades chroniques, avant même d’être adultes ?
En effet, contrairement au surpoids (et même certaines formes d’obésité) des adultes qui peuvent traduire un état de santé ou un “état physiologique” plutôt avantageux [certains plus éveillés que d’autres parlent d’un “paradoxe de l’obésité” ; ce qui n’inclut pas les obésités dites morbides qui sont rares], l’obésité infantile peut être un état pathologique voire un handicap.
Les Autorités, partout, s’en sont émues … On annonçait des catastrophes humanitaires pour les décennies à venir … Les braves gens, les parents, enseignants, éducateurs, et même les médias (utiles pour une fois) s’en sont mêlés.
Partout dans les pays développés, on s’est mis au boulot pour essayer de préserver notre avenir. Peu y croyait ; le catastrophisme régnait ; certains [les experts] cherchaient, bien vainement mais pas sans effets collatéraux [cf. le Médiator] les médicaments miracles qui … et surtout les régimes qui …
Mais rien se semblait pouvoir endiguer ce fléau épidémique !
Et puis, brusquement, on a cru voir que les choses cessaient de s’aggraver, des publications montraient des tassements des tendances, on n’osait pas y croire …
L’heure est maintenant venue d’un petit bilan.
Bonne nouvelle, pour une fois : effectivement les courbes semblent changer de pente, ce n’est pas encore un inversement des tendances mais nous voyons ce qu’on appelle en épidémiologie une “plateauisation” ; bref ça va mieux. Ci-dessous un rapport récent l’expliquant : http://www.biomedcentral.com/content/pdf/1741-7015-12-17.pdf
Pour les non-initiés, ne pas regarder les courbes reproduites, elles sont incompréhensibles, à mon avis !
Attention, ne crions pas victoire trop tôt !
Rien n’est définitif ; mais quand même, ceux qui font (par obligation parentale) la “sortie des écoles” l’avaient déjà vu chez nous depuis quelques temps ; ça allait nettement mieux !
Et ça va mieux aussi aux USA et chez les British, c’est donc que ça va vraiment mieux …
Bravo à tous, il ne faut donc pas désespérer de l’humanité, notons que l’épidémie avait commencé à la fin des années 1970s, ça fait donc plus de 40 ans ; mais qu’est-ce à l’échelle du paléo, néo et pétroléo-lithique ?
La recette ? Le mode de vie !

LE SYSTEME SEMBLE SE DISLOQUER : LES RATS FUIENT LE BATEAU …

Comme je l’avais annoncé, on pouvait s’attendre depuis un certain temps à ce que certains [sans doute effarés de leur propre ignominie] s’en viennent à trahir la cause ; c’est le même sens que la  cosa nostra siciliana, et ce n’est pas une pizza …
Un fidèle visiteur m’a fait passé l’article du MONDE, que je ne lis désormais que très rarement car ils ne sont plus “à niveau”, comme disent les helvètes ; mais peut-être avons-nous là un signal de changement, un peu tardif [un rat est un rat !] mais ne nous plaignons pas trop, dans les médias, ça tourne plus vite qu’ailleurs, et on a peut-être commencé à reléguer les anciens rats dans quelques soupentes pour donner la parole aux plus jeunes
C’est là : http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/02/04/un-ancien-de-merck-denonce-les-pratiques-du-laboratoire_4359560_3234.html
C’est assez naïf, certes, mais il faudrait lire tout le livre qui a été écrit par une journaliste.
L’autre a oublié ce que c’est qu’écrire, il faut lui tenir la main.
C’est un bon test, rarement très mauvais ceux qui écrivent, mais qui écrivent vraiment [car certains experts de renom, notamment parmi les cardiologues, qui vont au rythme insensé de plusieurs articles par mois n’écrivent évidemment pas, ça s’appelle le ghostwriting in English] ; bref un rat ça n’écrit pas … sauf les rats des médias qui ne cessent d’écrire, c’est leur gagne-pain, on ne peut pas les empêcher …
Le témoignage via le MONDE est donc intéressant ; mais loin de la réalité à mon avis car il ne montre qu’une petite partie de la face cachée : les experts de renom donc … les politiciens …
Mais bon, faudrait lire tout le livre ; et moi je n’ai pas le temps ; merci de me raconter !

FAUT-IL SE SUPPLEMENTER AVEC DE LA TESTOSTERONE ?

Drôle de question, apparemment, mais d’actualité au moins aux USA
Ceux qui sont familiers de nos ouvrages et de ce blog connaissent déjà la réponse.
Pour les autres, nouveaux arrivants, je fais un bref résumé : la question ressemble un peu à celle des hormones substitutives (THS) de la ménopause. Sauf que  …
Sauf que la période de la ménopause est, pour certaines femmes (pas toutes), une presque-castration radicale avec de nombreux symptômes sur plusieurs années ; et on peut comprendre que certaines femmes (et leurs médecins traitants) prennent le risque des complications des THS pour améliorer leur qualité de vie. Quelles complications ?
Essentiellement, complications thrombo-emboliques et cancers, ça n’est pas rien !
Les hommes n’ont rien à dire sur ce sujet, sinon fournir de l’information éventuellement à leurs charmantes compagnes, et aider à raisonner ou, quand il s’agit de leurs conjointes, aider à supporter.
Pour l’andropause, la question est très différente : la castration (la diminution des hormones mâles) est beaucoup plus lente et progressive et aucun symptôme majeur [autre que ceux du vieillissement, inéluctable, il faut s’y faire !] n’apparait ;  qui puisse justifier une prise de risque inconsidérée.
Mais voilà, les traitements par testostérone c’est du business avec des commerçants, des imbéciles, et des clients évidemment ; et ce ne sont pas les mêmes.
Du fait de la diminution progressive de la production de testostérone par les testicules (principalement) et des manques tissulaires associés, le cerveau ordonne au foie d’envoyer du cholestérol [le substrat pour la synthèse de testostérone) aux testicules pour qu’ils fassent leur boulot, bien qu’ils soient épuisés …
Tout le monde a compris que je simplifiais le raisonnement …
Et donc, avec l’andropause, le cholestérol sanguin augmente
Et comme les complications cardiovasculaires surviennent surtout quand on prend de l’âge, c’est-à-dire au moment de l’andropause, de la diminution de la testostérone et de l’augmentation du cholestérol, nos fins experts en cholestérol ont expliqué tout ça à leur manière évidemment … c’est la faute du cholestérol ; et donc ils prescrivent des statines à ces pauvres victimes, faisant croire qu’ils allaient ainsi diminuer leur risque cardiovasculaire … et dans le même temps évidemment, et à cause des statines, ils augmentent tous les signes dû au manque de testostérone, notamment les problèmes musculaires et sexuels qui sont les plus évidents au moment de l’andropause.
Sauf que …
Sauf que beaucoup de victimes ont vite compris que ça ne marchait pas (explications ci-dessus) et se sont tournés vers une supplémentation en testostérone : pommade ou patch essentiellement.
Magnifique : les fonctions sexuelles repartent (Suzanne et Figaro doivent faire très attention …), les muscles reviennent, l’agressivité aussi et le père de Donna Anna court de gros risques  …
Pour se détendre, un petit cadeau : http://www.youtube.com/watch?v=6H-gjwa_dPk
Mais encore mieux, avec la testostérone, le cholestérol diminue. Évidemment ! Sauf que …
Sauf que, malgré la diminution du cholestérol, le risque cardiovasculaire augmente ; et on le sait depuis longtemps grâce à des essais cliniques au cours desquels on observe plus de complications cardiovasculaires (et quelques autres méchancetés) chez les patients recevant la testostérone …
Je l’ai écrit dans mes livres : c’est une contradiction majeure insoluble et irrémédiable de la théorie du cholestérol … faut s’y faire !
Et voilà qu’avec plusieurs années de retard, et de façon maladroite (je suis gentil) les autorités américaines viennent de s’en apercevoir et s’en inquiètent …
C’est là : http://www.fda.gov/Drugs/DrugSafety/ucm383904.htm
Pour rien au monde, je ne voudrais donner l’air d’en savoir plus que les autres ou d’être un précurseur : je n’ai rien inventé !
Tout est parfaitement décrit depuis plusieurs années !

Artériopathies périphériques: adopter la diète méditerranéenne !

Connaissons-nous une approche préventive efficace des artériopathies périphériques ?
Cette maladie des artères des cuisses et des jambes n’est pas rare ; elle se manifeste (dans les cas typiques) par des douleurs dans les membres inférieurs au moment de la marche, notamment lors des accélérations ; et cessent quand cesse l’effort !
Elle est la conséquence d’une obstruction des artères soit par des plaques d’athérosclérose typique [la sclérose rigide est généralement très prédominante ; très peu de lipides] soit par des embolies (des morceaux de caillots de sang) parties du cœur ou (souvent) d’une masse coagulée dans un anévrysme de l’aorte abdominale.
C’est souvent une athérosclérose typique ; fumer est le facteur de risque majeur.
Le cholestérol mesuré dans le sang est peu ou pas prédictif (c’est-à-dire indicatif du risque de développer cette maladie) et les médicaments anticholestérol ne sont pas efficaces ; ou plutôt, soyons précis aucun essai clinique n’a été publié démontrant que les statines protègent contre cette maladie athérosclérotique typique.
Question : pourquoi il n’y a pas de données publiées  avec les statines ?
C’est curieux, Capitaine !
Réponse 1 : aucun essai clinique n’a jamais été conduit pour tester les statines avec cet objectif !
Réponse 2 : des essais cliniques ont été conduits mais n’ont pas été publiés !
Si vous cochez la deuxième réponse, il faut répondre à la question suivante : pourquoi les essais testant les statines n’ont pas été publiés ?
Réponse 1 : les investigateurs se sont foulés le poignet;
Réponse 2 : le sponsor a mal au coude;
Réponse 3 : les investigateurs rémunérés pour recruter les patients ont été frappés d’amnésie;
Réponse 4 : tout le monde s’en fout !
La bonne réponse est la numéro 5; tout le monde l’a deviné ; mais l’article XXL du code des Flagrants Délires nous interdit de la formuler car cela pourrait paraitre comme un dénigrement de la profession …
Si, par contre, vous craignez d’être atteint de cette pathologie fort gênante, il vous reste à adopter la diète méditerranéenne.
Dans un essai clinique récent dont les résultats ont été publiés le 21 Janvier 2014 dans le prestigieux JAMA (journal de l’Association des médecins Américains) la diminution du risque oscillait entre 70 et 50%.
C’est de l’assez bonne science ; on aurait pu mieux faire !
Mais c’est quand même ce qu’il y a de mieux pour le moment.
Faites-le, aucun effet nocif à craindre.
Surtout arrêtez de fumer et sortez le chien, mais laissez le chat tranquille !

La cacophonie sévit aussi dans le "petit" monde de l’hypertension artérielle

Pas seulement aux USA !
Pourquoi ?
Que se passe t-il ?
Un expert américain écrivait récemment que “les temps étaient durs pour la cardiologie, car les mauvaises nouvelles s’accumulent … etc”.
On ne saurait mieux dire. Urgent de redresser la barre et prendre un nouveau cap.
On laissera notre ami-expert se lamenter  [pour les curieux, c’est là :http://www.medscape.com/viewarticle/819148?nlid=45444_1985&src=wnl_edit_medn_card&uac=78143HG&spon=2] et raisonner sous forme de 5 leçons à retenir, selon lui,  des mésaventures de l’expertise en hypertension (HTA).
En bref, deux mélodrames récents : le premier concerne un nouveau traitement de l’HTA qui selon ses défenseurs devait révolutionner le traitement de l’HTA : la dénervation rénale ; une technique consistant à brûler (cautériser) les nerfs irriguant les reins, donc une “dénervation” des reins ; inutile de rentrer dans les détails techniques.
Deux tendances s’affrontaient : ceux qui voulaient étendre les indications de ce traitement [à des HTA autres que les HTA sévères et non maîtrisées par un traitement médicamenteux optimal], nouveau business, nouveaux appareils, nouveaux experts, et avançant que c’était toujours mieux que les multiples thérapies médicamenteuses (et leurs multiples effets secondaires) ; et ceux qui qui freinaient des deux pieds effarés par le peu de science (y compris médicale) soutenant cette approche.
Les visiteurs de ce blog et les lecteurs de nos livres [urgent de lire ou relire nos pages sur le traitement de l’HTA] savent que je n’aurais jamais prescrit un pareil traitement pour une maladie du mode de vie ; et pas non plus (ou le moins possible) les thérapies médicamenteuses multiples prescrites abusivement ces jours.
Et patatras, les principaux industriels soutenant ce traitement, déjà embarrassés dans quelques affaires de mœurs médico-éthico-scientifiques, annoncent l’arrêt de ce business ; sur la base d’une seule étude négative dont on ne connait pas encore les détails, sauf que c’est jusqu’à présent la seule étude respectant le minimum exigé pour parler de sciences médicales. Qu’avions-nous donc avant et qui justifiait l’enthousiasme des experts et notamment des Sociétés savantes US, notamment l’American Heart Association ?
Vous connaissez la réponse … C’est pareil au reste !
Ce qui en dit long sur l’expertise réelle de (et la confiance à accorder à) ces Institutions et Associations [voir l’article précédent à propos du cholestérol et des statines] qui nous dictent, à nous médecins, nos conduites à tenir face aux pathologies complexes que nous rencontrons.
Ces mêmes institutions se faisant elles-mêmes dicter leurs conduites par des intérêts essentiellement commerciaux [la société spectaculaire et marchande dans toute sa splendeur, relire Guy Debord, urgent !] et très secondairement par l’intérêt des patients ou de la Santé Publique ; le monde inversé du spectacle !
L’American Heart Association est sur la sellette [et est violemment attaquée] pour une autre raison : les nouvelles recommandations qu’elle vient de promulguer concernant le traitement de l’HTA avec des médicaments. C’est un peu comme avec les traitements anti-cholestérol, mais dans le sens opposé [ça pourrait conduire à moins de prescriptions] : de nouveaux experts donnent de nouvelles recommandations et les anciens experts sont très mécontents d’être ainsi critiqués …
Cacophonie ! Ridicule !
On se croirait revenu aux temps où de sombres religieux se chicanaient pour des histoires d’icônes, d’idoles et autres joyeusetés.
Les Présidents (de ces Institutions) essaient de mettre un peu d’ordre, proposent des médiations, convoquent des réunions de consensus auxquelles certains refusent de participer ; une cour de récré ; ne manquent que les cordes à sauter !
Certains pourraient penser que mon “mauvais esprit” anarcho-quelque chose s’en donne à cœur joie ; c’est bien vrai , mais que faire si nous sommes ainsi alimentés chaque jour de ces idioties pendant que des centaines de millions de gens dans le monde se voient prescrire des médicaments inutiles et toxiques, alors qu’ils devraient …
Un récent article (dont les auteurs travaillent pour le monde économique) ne se plaignait-il pas que 90% (ou quelque chose comme ça) des articles scientifiques publiés rapportaient des données jamais reproduites ?
Et donc non reproductibles, laissant entendre que c’était du bidon …
90% ça parait beaucoup !
Mais il est difficile de savoir, vu que nous regardons rarement dans l’assiette du voisin [le physicien l’assiette du biologiste, l’astronome l’assiette du médecin …] ; mais si je me réfère à mes domaines de prédilection exclusivement, je crois bien que nous n’en sommes pas loin de ces 90% …
Bon vent, matelots !
Et si vous avez un problème d’HTA, relisez-nous consciencieusement, ça vous aidera ; et ça aidera votre médecin !

Les experts américains du cholestérol sont devenus fous !

Ce n’est pas une plaisanterie ; certains diront que ce n’est pas nouveau ; mais nous sommes réellement en présence de ce qu’un psychiatre ordinaire nommerait un “raptus” en son langage de tous les jours.
Que se passe t-il ?
Bref historique : en novembre 2013, deux fortes Institutions US [l’American Heart Association et l’American College of Cardiology : AHA+ACC pour les intimes] ont publié de nouvelles recommandations pour la prévention des maladies cardiovasculaires.
Les précédentes dataient du début du siècle ; celles-ci étaient donc très attendues.
Bizarrement, les nouvelles sont différentes des anciennes, et pas qu’un peu puisque les rédacteurs des anciennes (très vexés d’être ainsi disqualifiés) n’approuvent pas les nouvelles.
Une mutinerie !
Pour avoir une idée du rejet par les anciens on peut consulter le lien ci-dessous:
http://ldl.cardiosource.org/Hot-Topics.aspx
C’est dit à mots choisis ; mais c’est très dur ! Pourquoi ne sont-ils pas contents ?
Parce qu’avec les nouvelles recommandations, les niveaux de cholestérol n’ont plus d’importance ; ce qui importe c’est de prescrire une statine. En fonction de quoi ? Pas du cholestérol, les nouveaux s’en foutent !
En fonction d’un score de risque global, dans lequel le cholestérol n’est qu’un aspect mineur.
En bref, vous êtes un homme, vous avez plus de 60 ans, vous êtes en surpoids (ou bien vous fumez), vous devez prendre une statine ! Quel que soit votre niveau de cholestérol !
Quels que soient les autres aspects de votre mode de vie, sédentarité, habitudes alimentaires, toxicité environnementale et tout le reste [retournez lire le livre “Prévenir l’infarctus” si la mémoire vous manque], vous devez prendre une statine ! .
Certains experts US estiment que le nouveau score de risque augmenterait d’au moins 100% le niveau de risque par rapport aux anciens scores et que cette façon de faire pourrait pousser plus de 30 millions d’américains de plus à prendre une statine ; un peu comme si en France, on passait de 7 millions de victimes des statines à 14 millions ! Jackpot !
Pour justifier les nouvelles recommandations, les nouveaux experts disent (sans trembler) que les anciennes recommandations basées sur le niveau de cholestérol ne reposaient pas sur des bases scientifiques sérieuses … ce en quoi nous ne saurions les contredire !
Les anciens experts s’insurgent et demandent si les nouvelles recommandations sont cette fois-ci (on rêve) basées sur des données scientifiques solides.
Réponse des nouveaux : pas plus de science dans les nouvelles que dans les anciennes mais nous en avons discuté entre nous et … nous nous sommes mis d’accord pour publier ces nouvelles recommandations !
Et de notre côté (rédacteur de ce blog), et en toute modestie, nous nous permettons humblement de dire qu’il n’y a effectivement pas de science dans tout ça, ni avec les nouvelles recommandations ni avec les anciennes …
On vous l’avait dit ! Les meilleurs experts américains nous rejoignent donc ; nous sommes très flattés !
Et depuis novembre 2013, nos prestigieux experts (les anciens et les nouveaux) se disputent comme des chiffonniers. Ils sont devenus fous ! Raptus !
Très mauvaise ambiance ! Pas bon pour le business !
C’est comme si sur le navire amiral de la plus grande flotte, l’équipage s’entretuait à coup de canon, jusqu’à mettre en danger la survie même du bateau … Un sabordage !
Le code de santé publique (retour en France) stipule que les médecins doivent exercer leur métier et baser leur prescription sur les meilleures évidences scientifiques … qui sont donc à propos du sujet qui nous intéresse (cholestérol et statines) … absentes selon les experts américains …
Que pensent les experts français ? Que pensent les Agences du médicament, en Europe et en France ?
Très franchement, ça vous intéresse ?
Ceci dit, l’industrie du cholestérol voit tout cela d’un très mauvais œil car – une fois qu’on s’est un peu distrait avec nos succulents experts – il ne faudrait pas trop perturber le marché ; juste au moment où de nouveaux anticholestérol (les injectables) vont arriver justement sur le marché.
C’est ainsi que sous l’égide de l’ACC un nouveau site Internet a été créé, c’est tout neuf, qui prétend informer [en fait, mettre un peu d’ordre chez] les médecins à propos des hyperlipidémies, comme s’ils n’avaient pas été abreuvés (comme des bestiaux, donc) jusqu’à aujourd’hui.
L’adresse du site pour les curieux : http://ldl.cardiosource.org/
C’est évidemment financé par un industriel de l’anticholestérol injectable, je n’ai pas besoin de le dire ; j’invite chacun à visiter le site de l’ACC puis celui du sponsor : http://www.amgen.com/
J’invite aussi les visiteurs de ce blog, au moins ceux qui lisent l’anglais, à lire un des articles publié sur le site du sponsor Amgen : Amgen Announces Positive Top-Line Results From 52-Week Phase 3 DESCARTES Study Of Evolocumab (AMG 145) In Patients With High Cholesterol.
Nous sommes donc totalement dans le marketing préparatoire des nouveaux anticholestérol injectables ; et le moins qu’on puisse dire c’est que l’administration US [la connivence entre l’Administration étatique et l’industrie est évidente] s’apprête à leur ouvrir tous grands les bras puisqu’on nous annonce que les tractations sont bien avancées pour que ces médicaments n’aient nul besoin de prouver leur utilité clinique [réduction du risque cardiovasculaire] pour être commercialisés, il suffit qu’ils diminuent le cholestérol et ils seront disponibles pour les médecins. Voyez ci-dessous le communiqué de l’Agence américaine Bloomberg, généralement bien informée puisque son but est de conseiller les investisseurs.
http://www.bloomberg.com/news/2013-11-14/amgen-and-sanofi-pcsk9-drugs-can-reach-u-s-without-long-studies.html
Bon, j’arrête ici, ça nous laisse un peu réfléchir ; juste un conseil : ne pas prendre ces nouveaux médicaments antichlestérol injectables, ils sont inutiles et leur degré de toxicité est inconnu !

Année 2014

A tous ceux qui ressortent de ce Blog différents de ce qu’ils étaient avant d’y entrer, nous souhaitons une grande année 2014 !
Ce sont de nouvelles aventures qui s’annoncent, en compagnie de Tintin et Milou peut-être ou d’autres vedettes, ce qui est sûr c’est qu’on ne s’ennuiera pas ; suffit d’être attentif ; le monde nous offre de quoi nous divertir mais hélas aussi de quoi nous horrifier !
Essayons toutefois de ne regarder que ce que nous sommes vraiment : des fourmis dans une fourmilière posée sur un vaisseau spatial en route pour une sorte d’éternité …
Alors, ce qui se passera demain matin …

Inquiétante hausse du niveau critique …

Ce n’est pas souvent que nous pouvons transmettre des bonnes nouvelles …
Surtout dans les périodes d’intense propagande – probablement parce que les fêtes de fin d’année approchant, il faut “traduire” ses espérances en ventes réelles – où l’industrie et ses affidés jettent toutes leurs forces dans la bataille …
On a l’impression étrange d’être dépassé par tant d’acharnement désuet et tant de vulgarité déjectés par les élites de la nation et des institutions (ou des instituts qui mendient pour vaincre le cancer en mettant au point, disent-ils, des vaccins contre le cancer …) qui furent la gloire de la nation …
Pas du tout !
C’est à ce moment-là, curieusement [leçon pour la jeunesse …] que le niveau critique s’élève de façon perceptible et que d’aucuns (bien silencieux jusque là) tout soudain profèrent des … énormités ! Un exemple ?
La Société Américaine du Cœur (AHA pour les intimes) vient de promulguer [désolé, il n’y a pas d’autres mots pour traduire une telle arrogance] de nouvelles recommandations pour la prévention des maladies cardiovasculaires. Et il y a de grands changements par rapport à avant !
Des grands changements qui laissent perplexes certaines de nos sommités nationales …
Comment justifier ces changements ?
Les experts de l’AHA lâchent (pas d’autres mots, désolé, comme un pet donc, ce n’est pas un lapsus) qu’ils n’ont pas pu trouver de données scientifiques solides pour justifier l’avant !
Ah bon ! On vous le disait bien pourtant !
Et maintenant, avec l’après, ont-ils des justifications scientifiques solides ?
Pas d’avantage, susurrent-ils !
Ah bon !
Oui, disent-ils, mais nous nous sommes mis d’accord entre nous pour publier ces nouvelles recommandations …
Et ensuite, vous consultez l’interminable liste de conflits d’intérêt des rédacteurs de ces nouvelles recommandations qui, si on les écoutait, multiplieraient par deux le nombre de prescriptions de statines, au minimum …
Beaucoup de voix s’élèvent aux USA pour dire combien ils trouvent tout ça “shocking” …
Brutale élévation du niveau critique !
Et en France, les mêmes imbéciles que d’habitude admirent cette volte-face américaine, pourtant bien cruelle pour leur égo …

If you understand English, learn about the $tatin nation …

Take a few seconds!
It is an advertising to push you to buy. OK!
But also a way of informing naive people …
It is very american, clear, direct, no detail, no long discussion.
It is not my French way, it is terribly efficient!
Have a look at:  http://www.statinnation.net
You will have another view of the recent American recommendations about $tatins
You will understand that the only issue about $tatins actually is $ …
Best wishes

Si vous êtes triste de ce monde … et du tamiflu*

Il y a des jours de Novembre où l’on désespère de ce monde …
Si les récentes révélations sur le Tamiflu*, cet antiviral si efficace ; à propos duquel pourtant on ne connaissait pas les données brutes des essais commerciaux “perpétrés” par le sponsor et présentés comme si favorables au produit que des gouvernements (doit-on le reprocher ?) en achetèrent des wagons …
Si l’attitude arrogante [mais télé-visualisée] de certains cardio-notables avouant benoitement que leurs liens d’intérêt pouvaient effectivement les influencer …
… alors que le procès du médiator n’a pas encore eu lieu, et sachant qu’aucun de ces cardio-notables n’a jamais donné l’alerte tout au long des années de commercialisation, laissant penser que l’influence que l’on avoue ressemble diablement à de l’anesthésie …
Alors, je vous recommande 10 minutes de méditation avec notre ami Franz (Schubert) qui lui-aussi désespérait de ce monde :

Après ça ira mieux, on pourra passer au petit whisky du soir … Irlandais plutôt ?