Avantages et inconvénients d’avoir un cholestérol élevé

Drôle de question, penseront certains.

Mais c’est une autre façon d’aborder les choses, et ça peut en éclairer beaucoup, alors allons-y en douceur !

Ceux qui souhaitent des références sérieuses (donc de la bonne science, je précise) les trouveront dans nos livres ; pour le moment, on survole le terrain d’atterrissage.

Quels sont les inconvénients d’avoir un cholestérol haut ?

Les « conformistes » et autres perroquets savants diront que c’est très dangereux et que ça bouche les artères !

Ceux qui se sont un peu instruits en visitant ce Blog ou, surtout, en lisant nos livres savent désormais que ce sont des bêtises, et de la propagande !

Le cholestérol, brave molécule, ne peut pas boucher une artère ; impossible physiquement ! Bref, le cholestérol est innocent !

Quels sont les avantages d’avoir un cholestérol haut ?

Malgré l’épouvantable désinformation que nos experts ont organisée, nous avons suffisamment de données pour dire qu’avoir un cholestérol élevé a les conséquences suivantes:

- on a de bons, voire de très bons, muscles ; on est doué pour les sports y compris de compétition

- on a de bons, voire de très bons, neurones ; on est plus intelligent, plus serein que la moyenne

- on est plus résistant au stress, moins tendance à la dépression (moins de suicide !)

- on a un bon, voire un très bon, système immunitaire; on se défend mieux contre les infections

- on a un risque diminué de développer un cancer

- on digère mieux les graisses

- on est plus allègre sexuellement et on se reproduit (faire des bébés) plus facilement

Tout cela fait qu’inéluctablement, avec un cholestérol élevé, du temps où les conditions d’existence étaient plus brutales, les familles avec cholestérol élevé proliféraient mieux et les individus avaient une meilleure espérance de vie !

Les traitements qui diminuent le cholestérol privent les personnes hypercholestérolémiques de tous ces avantages et plongent les autres vers de multiples complications dont ils n’ont pas conscience …

Réfléchissez bien à ce que vous perdez avant d’accepter des médicaments toxiques et inutiles !

D’accord, j’ai simplifié le message, on pourrait nuancer un peu, faire des exceptions et des parenthèses ; mais le fond est vrai … et connu de ce qui vivent les yeux ouverts !

70 réflexions au sujet de « Avantages et inconvénients d’avoir un cholestérol élevé »

  1. Verrier

    Bonjour,
    C’est le hasard et aussi le temps libre du retraité que je suis qui m’a fait découvrir ce blog. J’y retrouve une confiance que j’avais perdue au fil des ans à cause de tous ces scandales qui ont affligé le monde médical mais surtout à cause l’industrie pharmaceutique. Je suis soigné depuis plus de 20 ans pour de l’hypertension. (Cotareg 160/25 +Amlodopine 10mg). La moyenne s’affiche à 140/ 85 et + lors de la consultation pour afficher 150/90. J’ai 75 ans bientôt et voici 1 mois, mon médecin traitant lors d’une consultation pour renouvellement des médicaments constate un dysfonctionnement du cœur et m’envoie au cardiologue. Celui-ci après un électro me prescrit 2,5mg de Bisoprolol et me prescrit une analyse de sang pour la prochaine visite. Les résultats en cholestérol total: 1,70 gl. HDL 0,51gl. Total HDL 3,33 gl. LDL 0,97 gl. Mon médecin traitant me confirme alors un bon résultat mais le cardiologue me flanque un traitement pour soigner çà m’a-t-il dit: Simvastatine 10mg + Kardegic 75mg. J’avoue que je ne comprenais plus très bien et c’est en lisant ce blog que ma conviction fut acquise de laisser tomber ce traitement qui me semblait être de trop. La tension après des relevés successifs avec mon tensiomètre affiche désormais une moyenne de 135/85 voir 140/ 90 le matin. Je pense continuer mon chemin de cette façon en attendant d’y voir plus clair.

  2. ochette

    Bonjour Dr MDL,
    J’ai fait un petit infarctus à 48 ans (il y a 25 ans) sans raison apparente, car pas de cholestérol, diabète, surpoids, stress , hypertension, etc.) et bien sûr, depuis, je dois prendre du Sélectol et du Tiatral. Depuis, j’ai régulièrement de l’eczéma qui m’empoisonne la vie … et j’accuse le Sélectol. Ai-je raison, je vous le demande. J’aimerai vivement stopper ce Sélectol qui m’abaisse la pression que j’avais déjà basse avant cet infarctus. J’ai lu vos livres et relu les passages concernant les béta-bloquants (plus les articles ci-dessus) et je suis de plus en plus convaincue de supprimer le Sélectol. Mon généraliste et le cardiologue me disent qu’il n’y a pas d’étude concernant des patients qui ont arrêté ce médicament. Je peux bien m’imaginer que les « pharmas » ne veulent pas financer une étude pareille !! Et personne ne prend de décision. Alors, je la prendrai …
    D’autre part, j’ai pris des statines (cholestérol depuis 8 ans) et j’ai arrêté depuis que j’ai lu vos livres. Je suis la Diète méditerranéenne avec un peu de physique et je peux témoigner que mon état général s’est nettement amélioré. Tout cela grâce à vous. Merci beaucoup pour tous vos conseils.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : ochette

      Ceci n’est pas une consultation.

      48 + 25 = 73 si je sais encore compter.
      Il est effectivement urgent de reconsidérer vos traitements médicamenteux, surtout si vous avez adopté un mode de vie protecteur …
      Ceci dit, vu de loin, je ne peux rien dire de plus, et il n’est pas question de faire de la médecine via un blog, facile à comprendre.

      J’ai toutefois l’impression que vous êtes sur la bonne voie !
      Bon vent, matelote !

      Ceci n’était pas une consultation.

  3. Amstrong

    Bonjour,

    Bravo pour votre courage car il n’est pas facile d’être classé « hérétique ». Le scandale de l’amiante a mis plus de 80 ans pour aboutir à une prise de conscience généralisée. Avec les quelques dizaines de vos collègues qui condamnent la psychorigidité ambiante (et le manque de courage intellectuel au sujet des statines) , je crains qu’il faille encore quelques années avant de convaincre. Y-a-t-il une statistique qui rend compte de la part des médecins ayant compris ou étant sensibles à l’argumentation? Peut-on adhérer à un mouvement des patients éclairés sur le sujet ?
    Mon médecin – bien que très scrupuleux – ne comprend même pas le problème du conflit d’intérêt.
    Le « j’apprends par cœur » l’emporte sur le « je reste sensible aux arguments » et c’est identique dans tous les domaines. J’ai enseigné la physique à des « spécialistes de haut niveau » et l’état de de leur conscience scientifique généraliste, m’a effaré. C’est la maladie du siècle, science sans conscience.
    Merci pour votre engagement et la qualité de vos sources et arguments.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Amstrong

      Voyez le sondage à propos des relations entre l’industrie et les médecins, mon dernier papier, ça vous donne une idée de l’ambiance aux USA, mais on n’est pas loin en Europe, et très en avance dans certains milieux, avec des hauts et des bas !
      D’ici peu, en tant que patients ou citoyens, vous pourrez répondre à une pétition !
      A bientôt !

      1. Amstrong
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        J’ai commandé votre livre « comment prévenir l’infarctus ». C’est important pour moi car j’ai fait en 1998, un infarctus (nécrose de la pointe du cœur) avec 4 pontages coronariens à la clé.
        J’ai analysé la cause principale due à un stress énorme lié à une faillite d’entreprise. J’ai arrêté les statines il y a deux ans.

        On m’a récemment posé un stent car ma circonflexe (pontée) s’est bouchée à nouveau (sans nécrose à la clé). Je n’ai pas parlé au cardio de l’hôpital de l’arrêt des statines (à ce moment je n’était pas assez en forme pour affronter un conflit avec quelqu’un qui vous prend de haut).

        Je vais voir mon cardiologue le 31 juillet et je vais lui dire ma réticence aux statines, ce qui va certainement déclencher une hostilité. Comment gérer cela sachant que je vais présenter le résultat de mon analyse qui accuse un taux élevé de cholestérol. (environ 3). Je sais que vous n’êtes pas le seul a dénoncer les statines et je m’apprête à faire un recueil des professeurs et médecins hérétiques pour répondre à un éventuel « Lorgeril est seul dans cette voie ».

        Avez-vous un argument massue qu’un « pauvre » patient pourrait asséner à un cardio « qui sait tout »?
        Y-a-t-il sur Grenoble au moins un cardiologue éclairé ?

        Merci d’avance.

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Amstrong

          Face à des sujets complexes comme les maladies cardiovasculaires, il n’y a ni argument massue ni réponse simpliste du genre « baisser le cholestérol » …
          Désolé, je ne mange pas de ce pain-là, si je puis dire, je laisse ça à d’autres ; je suis un scientifique, j’ai la faiblesse insigne de ne considérer que les arguments scientifiques solides, donc complexes ; et aussi de faire attention aux falsifications qui désormais caractérisent 80 à 90% des publications dites scientifiques [ce n'est pas moi qui le dit, ce sont des rapports de prestigieuses académies qui n'ont aucune raison de se faire harakiri ...]
          Mais je suis aussi médecin et j’ai prêté serment de faire de mon mieux pour soulager les souffrances …
          Pour soulager les vôtres, je vous recommande : 1) de ne pas « offenser » votre cardiologue avec les statines, c’est temps perdu ; 2) de lire en urgence notre livre « Prévenir l’infarctus », ça pourrait vous sauver la vie !
          Bon vent, matelot

          Ce n’était pas une consultation.

          1. Amstrong
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Il reste cependant que le cardiologue, devant votre taux de cholestérol élevé, a tendance à augmenter la dose de statine alors qu’il est difficile de lui dire que l’on en prend plus depuis longtemps. La situation est délicate et ambiguë.

            Devant cette difficulté, j’attends la constitution d’une association anti-statine avec des statuts clairs, pour y adhérer et m’en servir de référence.

          2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Amstrong

            URGENT de nous lire ["Prévenir l'infarctus" ou bien "Cholestérol, mensonges et ..."], vous aurez des munitions pour gérer cette très banale [tant de patients ont à gérer ça ...] situation ; n’essayez pas de tirer dans les coins, ça ne sert à rien …

            Chez les gens civilisés (ce que nous ne sommes plus), on commençait les négociations difficiles en fumant le calumet de la paix, ce que je ne vous recommande pas dans le cabinet du cardiologue; et aussi on échangeait des cadeaux [relire "La sociologie du don"] ; vous pourriez réfléchir à offrir un de mes livres; ça fera plaisir à mon Éditeur !

            Mais, attention quand même, si vous êtes face à certaines épaisseurs surréalistes (ça n’est pas rare), ça pourrait être mal pris, soyez préparé à une retraite en bon ordre au cas où votre générosité très spontanée rencontrait quelque incompréhension … De nos jours, le sens de l’humour c’est qu’à la télé …

  4. Amstrong

    Bonjour docteur,

    Voilà j’ai lu votre livre « prévenir l’infarctus » que j’ai trouvé très très intéressant. J’ai noté entre autres, le lien possible entre une infection chronique et la réponse du sang qui s’arrange pour « cicatriser à tout va », favorisant donc ainsi, l’éventuelle survenue d’une thrombose.

    Ceci n’est pas une demande de consultation mais juste une réflexion interrogative :
    On m’a posé un ressort (dans la circonflexe) il y a 6 semaines et cherchant les causes, je me suis soudain souvenu qu’environ 2 mois auparavant, j’avais des sudations nocturnes (limitées à la poitrine). Peut-on faire un lien éventuel entre cette sudation (qui pourrait signer une infection chronique*) et le bouchage de cette artère qui a suivi ? Il faut noter que cette sudation nocturne a repris, ce qui m’inquiète.
    Parmi les autres éventuelles causes, la période qui a précédé l’angor a été caractérisée par un déchirement des tendons de l’épaule. Pour aider la reconstitution des tissus, j’ai cru bon de prendre de la vitamine E à forte dose durant cette période et en 10 mois, j’ai retrouvé l’usage normal de mon épaule droite.

    Un doute m’a pris ; est-ce que cette longue période de cicatrisation (aidée par la vitamine E ?) n’ a pas forcé le sang à se charger en « éléments cicatrisants » et par là même, à déclencher le cycle caillot → angor ?

    Merci encore pour cet excellent ouvrage que je recommande depuis, autour de moi.

    * ancien fumeur repenti, j’ai peut-être des alvéoles irritées en demande permanente de cicatrisation ? Par ailleurs j’obtiens de ne jamais tousser en préservant bien ma poitrine de tout refroidissement auquel je suis particulièrement sensible depuis un épisode infection ancien (suite à un fort refroidissement).

    PS : est-ce bien une « non consultation »?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Amstrong

      Vos questions sont pertinentes mais il est difficile de répondre en l’absence de vraie consultation.
      De façon générale, les crises d’angor s’accompagnent souvent de sueurs ; si vous aviez des sueurs avant la plus grosse crise, c’était peut-être que vous aviez (sans le savoir) des petites crises annonciatrices en l’absence de toute infection.
      L’existence d’une infection chronique (où que ce soit dans votre corps) est aisément décelable par un bon médecin.
      Je suis à peu près certain que les fortes doses de vitamine E n’ont joué aucun rôle dans la guérison de votre épaule. Je ne suis pas sûr que ce soit bon pour votre cœur !

      Ceci n’était pas une consultation, un simple avis général.

  5. Bastien

    Bonjour Mr de Lorgeril,
    Je suis pratiquant de musculation et je sais depuis quelques années que le cholesterol exogene/andogene participe à la reconstruction de nos fibres musculaires. De ce faite, je prend souvent des oeufs entiers (bio) apres l’entrainement, je me demandais si ajouter des graisses saturés (bacon par exemple) serait une bonne idée sachant qu’elles ont impact sur la production du cholestérol endogène (je me souviens plus si c’est le HDL ou LDL qui augment, mais c’est celui qui est communément appelé « le mauvais »).

    Pensez vous que c’est une bonne idée ou dois je rester sur des proportions modéré de graisses saturés (et me focaliser plus sur les poly & mono, type omega 3 & 9) ?

  6. Inoxydable

    Bonjour Docteur. Je pense que vous êtes en congé annuel et qu’ainsi le blog ne fonctionne pas; Ce n’est pas un reproche, il faut savoir décrocher et se ressourcer, se sauvegarder du stress et cela m’a fait penser à l’actualité de ces derniers jours et notamment au suicide de l’acteur américain Robin Williams (Capitaine Ô Capitaine…) que j’appréciais beaucoup. Je me suis ainsi demandé pourquoi un acteur de cette qualité, que tout le monde décrivait comme ayant beaucoup d’humour, de qualité de cœur, a pu ainsi mettre fin à ses jours de façons aussi « misérable ». Bien sûr, il a eu des problèmes d’alcool, voire de drogue dans le passé, mais quels artistes de cette classe n’en ont pas eu. Puis j’ai lu qu’il était dépressif , angoissé, et je me suis posé la question de savoir s’il n’avait pas été soigné à l’aide de Statines…C’est ainsi qu’un dernier article d’il y a deux jours , précisait que l’acteur avait été opéré à cœur ouvert en 2009… C’est là que je dis que ce malheureux avait dû être « soigné » par de « grands professeurs » à l’aide du médicament miracle « Statine » dont tous les lecteurs assidus de ce blog et de vos livres savent les catastrophiques effets secondaires dont il est responsable et parmi eux, la dépression, l’angoisse, les problèmes sexuels ( il s’est marié 3 fois et avait atteint un âge – 63 ans- où ceux-ci n’ont pas besoin d’être multipliés par un médicament aussi délétère ) je passe certainement sur d’autres problèmes anxiogènes! J’ extrapole sans doute, mais je suis certain de ne pas être loin de la vérité en la matière. Faire baisser le Cholestérol de manière drastique sous prétexte de soigner ne peut qu’être cataclysmique sur un esprit aussi fin que celui de cet acteur. Qu’il repose en paix mais que sa famille se pose un peu les bonnes questions…

    1. Inoxydable
      En réponse à : Inoxydable

      Et j’ajoute que selon la presse, il avait un début de maladie de Parkinson. Tout le tableau quoi! Je ne suis pas Médecin et bien sûr mon opinion compte pour du beurre, mais cela ne m’empêche pas de penser et de dire , au vu de ce que nous savons sur ce blog et les études récentes citées, que c’est envisageable…même par un béotien comme moi.

    2. Alberto Pedrinha
      En réponse à : Inoxydable

      Houla ! Chacun voit midi à sa porte. Speculation très osée.
      On peut supposer polein de chose. Histoire de famille, douleur rebelle, marre de la vie de souffrance pas forxément le fait de statines, rôle des antidépresseurs …., problème de fric, de voisinage, multiples invalidités,ou rien de tout celà.

  7. Amstrong

    Ce que je crois avoir compris dans tout cela c’est qu’il existe un mécanisme de régulation propre au sang, qui le charge, plus ou moins selon le besoin, en « ciments divers et variés » pour réparer les dommages faits aux parois des artères. Si le mécanisme régulateur charge trop, alors le premier caillot passant provoquera l’infarctus. Deux Remarques :

    1/ on retrouve les vieux réflexes de confondre l’effet et la cause (peu importe ce qu’il y a dans le ciment mais il est important de savoir pourquoi le « maçon » fait du ciment) . On peur comprendre que le tabac (par exemple) peut provoquer des inflammations des parois déclenchant ainsi le réflexe de cimenter.

    2/ quelqu’un a-t’-il cherché pourquoi certains ont un sang par trop enclin à cimenter ?

    Je suppose que l’émission de caillots vient principalement de la cause première par des « détachements de plaques » intempestifs.

    PS un ami affublé d’un taux très bas de cholestérol, vient de faire un infarctus.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Amstrong

      Désolé pour votre « petit » accident … Vous avez survécu, c’est déjà beaucoup !
      Les cardiologues voient tous les jours des infarctus à cholestérol bas. Ils en concluent parfois qu’il était encore trop haut et que, donc, il faut le baisser encore plus … No comment!
      Urgent maintenant de suivre nos conseils …
      Le cholestérol n’a rien à faire là-dedans ; et il n’y a pas que des caillots qui jouent un rôle …
      Urgent de lire notre livre « Prévenir l’infarctus et l’AVC« , ça pourrait vous sauver la vie !
      Bon vent, matelot !

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.