Affections pulmonaires, cholestérol et statines

Tout a été fait – et tout est fait – pour nous faire croire que baisser le cholestérol ou prendre une statine nous protégerait des affections pulmonaires, provoquées notamment par des bactéries ou des virus. Des études épidémiologiques et des analyses de sous-groupes extraits d’essais cliniques (après les avoir désaveuglés, quelle honte !) organisés pour de toutes autres hypothèses, puis des méta-analyses supposées dire LA vérité – simplement parce qu’elles sont « méta » ; certes seuls des grands naïfs (il y en a beaucoup …) peuvent se laisser piéger – ont proclamé ces sornettes, évidemment reprises en chœur par des médias compatissants

Et tout ça en l’absence totale d’essai clinique bien fait susceptible de donner quelques consistances à des théories qui vont à l’encontre du simple bon sens ; à condition de posséder un minimum de connaissance de notre physiologie.

Pourquoi aucun industriel n’a organisé un tel essai clinique ?

Parce que, malgré les apparences, il y a quelques cerveaux, dans les états-majors de BigPharma et dans une période où de Nouvelles Règles des Essais Cliniques ont été imposées – et en conséquence biaiser les essais cliniques devient un sport dangereux – ils ont sans doute pensé que le jeu n’en valait pas la peine.

Contrairement à des investigateurs rémunérés par l’État français qui, eux (naïfs ou cyniques) ont trouvé un financement public pour tester cette hypothèse.

Ces investigateurs français publient leurs résultats totalement négatifs début octobre 2013 dans le journal officiel des médecins américains, le très fameux JAMA. Le premier auteur est un certain Papazian Laurent, sans doute un gentil garçon, domicilié à Marseille. On pourrait penser que ces investigateurs rendent service à la science et à la médecine en démontrant que les statines ne protègent pas les patients en détresse respiratoire, mais leur façon de présenter les choses n’est pas correcte.

Pourquoi ?

Ils nous disent en effet qu’ils ont arrêté leur essai après avoir recruté 300 patients pour cause de “futility”. C’est comme ça qu’on dit en Anglais pour justifier l’arrêt d’un essai qui à l’évidence ne vérifie pas l’hypothèse testée, rendant sa continuation inutile, façon de traduire futile.

Curieusement, nos amis éludent le fait qu’ils observent avec la statine (et par rapport au placebo) une augmentation de la mortalité à 28 jours de près de 50%. On est à la limite de la signification statistique, 3 patients de plus et c’était significatif.

Il était donc urgent de stopper cet essai ; mais pour d’autres raisons qu’une quelconque “futility” ; parce que la statine tuait certains patients.

C’était donc pour des raisons éthiques et humanitaires qu’il fallait arrêter prématurément cet essai !

Cette évidente toxicité aurait dû être anticipée. En effet, les lipoprotéines (notamment celles qui sont riches en cholestérol) constituent notre première défense immunitaire, y compris contre les virus. Abaisser leurs concentrations dans le sang ne pouvait qu’aggraver les conditions immunitaires de ces patients – leur risque d’infection maligne – ce qu’on a vu dans cet essai évidemment ; ils ne pourront plus dire qu’ils ne le savaient pas !

Ils auraient dû le savoir ! Il eût suffi de m’avoir lu … moi en français ou d’autres en anglais !

Les médecins doivent savoir que les statines augmentent la sévérité des pneumopathies infectieuses et probablement augmentent aussi le risque de les attraper ! Simple bon sens !

Tous (à Marseille et ailleurs) devraient savoir que les personnes qui naissent avec des capacités faibles de synthétiser le cholestérol (par transmission d’anomalies génétiques) ont un système immunitaire défaillant ; et la première chose que les médecins qui prennent en charge ces patients doivent faire c’est augmenter leur cholestérol pour les protéger des maladies infectieuses. On y arrive un peu par des stratégies nutritionnelles spécifiques, mais seulement pour le cholestérol (ou les lipoprotéines) circulant(es) !

Mon conseil : si vous avez l’impression que vos défenses anti-infectieuses sont un peu faibles, arrêtez votre statine ; si vous avez des problèmes pulmonaires, arrêtez votre statine !

Évidemment, il faut en parler avec votre médecin. Apportez-lui mes livres, ça aidera …

Malheureusement, pour le cholestérol du cerveau – dont la synthèse est également diminuée chez ces patients, avec des conséquences tragiques pour les capacités intellectuelles, et affectives – on est incapable de corriger le défaut (en cholestérol) car les lipoprotéines ne passent pas la barrière hémato-méningée et ne peuvent pas compenser le défaut de synthèse cérébrale …

Par contre, les statines passent la barrière hémato-méningée et, de façon variable (fonction des doses et autres paramètres), perturbent les fonctions neuronales.

La FDA – l’équivalent d’une Autorité du médicament aux USA – a d’ailleurs lancé une alarme en 2012 pour avertir les médecins américains que les statines provoquaient des troubles de la mémoire.

C’est aussi comme ça que commence l’Alzheimer.

Mon conseil aux médecins et aux familles qui suspectent un début d’Alzheimer chez un proche : d’abord stopper la statine, puis supplémenter avec des oméga-3, avant de persister dans ce diagnostic. On a vu des miracles !

Comme pour l’effet des statines sur le diabète, les Autorités Françaises n’ont pas encore, à ma connaissance, alerter les médecins français à propos de la toxicité neurologique des statines.

J’aimerais qu’on m’explique où le système français s’avère défaillant !

Au contraire, certains experts – certains proches des Autorités – persistent à dire que les statines protègent le cerveau, probablement la même engeance qui prétendait que les statines protégeaient nos poumons …

La honte les fera-t-elle disparaître sous terre, ces mécréants ?

25 réflexions au sujet de « Affections pulmonaires, cholestérol et statines »

  1. Nicole

    « Les médecins doivent savoir que les statines augmentent la sévérité des pneumopathies infectieuses, et, probablement, augmentent aussi le risque de les attraper ! Simple bon sens ! »

    Hier soir, j’ai lu, relu, et relu encore, votre chronique pertinente et éclairée. Merci à vous.
    C’est donc bien ce que j’observe depuis quelques temps, par ici… Mais on nous prend pour des « rigolos », des « théoriciens du complot », des « conspirationnistes », que voulez-vous…

    Bravo également pour votre « Lettre ouverte aux médecins de France » (parue sur le site de « lanutrition.fr », le 11 octobre 2013 ; ainsi que la lettre de votre confrère, Professeur Even).

    La Science, avec un grand « S », réintègrera-t-elle, un jour, la véritable expertise, entièrement indépendante ? Combien Rabelais avait raison lorsqu’il écrivait : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » (Pantagruel).

    P.S. : Je suis, actuellement, dans « La lecture psychanalytique des Contes de Grimm » de Marc Girard.
    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article249 – Quelle puissante instruction de la nature humaine !!

      1. Nicole
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Je sais, je sais… Question « naïve ». Moi aussi : « Je me sens très optimiste quant à l’avenir du pessimisme. » (Jean Rostand)
        Mais, peut-être, en optimistes réalistes (et informés) : « Vous ne changerez jamais les choses en luttant contre le modèle en place. Construisez-en un nouveau qui rendra l’ancien obsolète. » (B. Fuller)… Quelque part, l’espoir fait vivre, et il ne faut jamais perdre son idéal. « Quand je cesserai de m’indigner, je commencerai ma vieillesse. » (André Gide)
        On ne changera pas le monde avec des citations, je le sais aussi ; mais ces pensées concises et fortes, et surtout l’information réellement indépendante et courageuse, m’aident à tenir. Je me suis heurtée, très jeune, à cette médecine mercantile… :-( Sauront-ils éprouver de la honte, ou n’ont-ils tout simplement plus de conscience ? Hippocrate, déjà, était épouvanté par « la future termitière » !!

          1. phil
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            tout juste, il faut tenter de ne pas être paranoïaque en se rappelant que la paranoïa (comme l’amertume) est une façon de faire porter aux autres la responsabilité de son propre échec… amen

          2. Nicole
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Sage conseil, merci à vous.
            « Il est difficile de faire comprendre quelque chose à quelqu’un quand son salaire repose d’abord sur la nécessité qu’il ne la comprenne pas. » (Upton Sinclair)

          3. Nicole
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Réponse à « phil ».
            « tout juste, il faut tenter de ne pas être paranoïaque en se rappelant que la paranoïa (comme l’amertume) est une façon de faire porter aux autres la responsabilité de son propre échec… »
            Ce que je n’ai jamais fait, bien au contraire. Là, il est question d’échec de la médecine, les statines et le « cholestérol-delirium » (+ tout le « story telling…) en étant des preuves flagrantes ! Pour ne pas citer que ça… Car, il y a aussi « les marques qui ne rosissent que pour les billets verts » ! (Jeanine Poggi, dans « No mammo ? » de Rachel Campergue). Je connais bien le domaine, vous savez. Combien de familles et de vies brisées à cause de « ça » !!! :-(

  2. phil

    @ Nicole: mon commentaire ne vous visait pas mais était une réflexion d’ordre général. Voilà des années que je poursuis ce sujet du cholestérol de mon acharnement et je me pose parfois cette question à moi-même. J’ai observé également le comportement de nos « confrères » (et ils sont nombreux) qui mènent le même combat et j’ai distingué 2 attitudes : la vindicative et une autre, tout aussi ferme mais + distanciée. C’est cette attitude qu’il faudrait choisir, mais rien n’est plus difficile :
    1) quand on a été victime grave en tant que patient
    2) quand on est agressé/diffamé en tant que professionnel…

    1. Nicole
      En réponse à : phil

      Oui, « phil », merci pour la précision. Je suis un peu irritée en ce moment, « octobre rose » oblige (entre autres)… Des douleurs immenses, difficilement gérables, refont surface… L’attitude distanciée, comme vous dites, est effectivement, selon notre nature (homme/femme), nos émotions, notre constitution affective, mentale et morale, un défi plus ou moins ardu à relever. Mais sûrement payant, et moins usant, à long terme…
      « Tout le monde savait que c’était impossible à faire. Puis, un jour quelqu’un est arrivé qui ne le savait pas, et il l’a fait. » (Winston Churchill)

  3. Ch.A.

    L’effet immunosuppresseur des statines est « démontré » :
    « After using data from several unrelated studies to identify genes likely to contribute to rejection across a range of organ transplants, researchers co-led by Atul Butte, a computational biologist at Stanford University in California, did a literature search for drugs known to damp down each gene’s activity. This pointed to one of the world’s most highly prescribed drugs — atorvastatin, marketed by the pharmaceutical giant Pfizer as Lipitor.

    Studies showed that atorvastatin prolonged the survival of mice that received heart transplants. Untreated mice died within ten days of transplantation, whereas some treated with the statin lived for as longer than 30 days. »
    http://www.nature.com/news/data-crunch-highlights-potential-transplant-drugs-1.13944?WT.mc_id=FBK_NatureNews#/ref-link-1

    « Inferred drug mechanisms from the literature suggested that two FDA-approved drugs (atorvastatin and dasatinib), approved for nontransplant indications, could regulate specific CRM genes and reduce the number of graft-infiltrating cells during AR. (common rejection module (CRM) consists of 11 genes that are significantly overexpressed in acute rejection (AR))
    http://jem.rupress.org/content/early/2013/10/09/jem.20122709

    Bravo et surtout merci à vous Monsieur De lorgeril.
    Très respectueusement et bien confraternellement : Ch.A.

    1. Inoxydable
      En réponse à : Ch.A.

      Il fallait bien que quelqu’un dise qu’il y a encore de l’espoir pour les statines…

      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : Inoxydable

        Surtout pour les successeurs des statines !
        Vous ne devez interprétez ce qui se passe maintenant qu’à la lumière de cette évidence : ils ont autre chose à « fourguer » pour relancer le marché du cholestérol …
        Terrific!

  4. Inoxydable

    Bonjour Docteur :Je ne sais pas si vous avez déjà évoqué ce sujet, mais je me demande dans quelle mesure les enfant ou la petite fille en tout cas que j’ai vu en documentaire T.V il y a quelques temps, soignée bien entendu pour atténuer les effets de sa maladie génétique – Progéria » – avec de nouveaux médicament et GAVEE de Statines, souffre t’elle en plus des effets secondaires de ce médicament? savez-vous quelque chose à ce sujet?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Inoxydable

      Des statines à des « progeria » ?
      Bon, je suis totalement ignorant, je n’ai jamais vu un patient atteint de progeria, je ne connais pas la pathologie moléculaire que la statine pourrait améliorer. Désolé !

      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Ce serait pour lutter contre son athérosclérose liée à son âge apparent ou pour la prévenir sachant qu’on lui fait le même traitement que pour les personne très âgées ( qui n’en demandent pas tant je pense…). Mais bon, c’était juste une question qui m’était venue à l’esprit lorsque j’avais vu le documentaire. Cette malheureuse gosse qui gardait malgré tout la joie de vivre liée à son âge réel (13 ans je crois), outre le traitement spécifique issu du génie génétique si je me souviens bien, se voit administrer toute la cohorte des médicaments que l’on prescrit aux « vieux » ( anti HT, anti Cholestérol, anti Diabète, etc…) Est ce bien raisonnable comme disait je ne sais plus qui….

  5. TelleChris

    Bonjour.
    Merci pour ce dernier post qui apporte encore des informations intéressantes. Je ne comprenais pas pourquoi mon père, insuffisant cardiaque, enchaînait bronchites sur infections pulmonaires… Ce n’était peut-être pas lié uniquement à l’insuffisance cardiaque en tant que telle mais peut-être lié aux statines, intégrées dans le cocktail médicamenteux du traitement de l’insuffisance cardiaque (cardiomyopathie dilatée au départ) et ce, alors même que le fameux taux de cholestérol n’avait rien d’extraordinaire (tout au pus fleurtait-il avec la limite supérieure « autorisée »…)…
    TelleChris

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : TelleChris

      Une statine pour une « cardiomyopathie dilatée » ?
      Si vous ne vous trompez pas de diagnostic, le médecin prescripteur lui se trompe d’époque et d’autre chose …
      Vite, il faut vérifier !
      Ce n’est pas une consultation. Mais un réflexe ÉTHIQUE !

      1. TelleChris
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour.
        Je ne vous demandais pas de consultation. Mon père est, de toutes façons, depuis, décédé. Et pour répondre à votre à votre surprise, pas d’erreur de ma part. Il s’agissait bien d’une cardiomyopathie dilatée, qui avait évolué en insuffisance cardiaque sévère. Une coronarographie faite une dizaine d’années avant son décès montrait des artères en partie obstruées, d’où l’intrusion des statines dans les médicaments prescrits.
        Cordialement,
        TelleChris

          1. TelleChris
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Bonjour.
            Merci pour votre message. Je ne vais pas encombrer cette page avec ce cas particulier… Juste : les premiers signes de cardiomyopathie (à savoir arythmie et léger essoufflement, qui ne l’ont pas empêché de rester actif longtemps- il était agriculteur) sont assez anciens et la découverte de lésions sur les coronaires est beaucoup plus récente. Il semblerait que mon grand-père ait eu lui-même une cardiomyopathie : origine peut-être familiale ?
            Quant aux lésions sur les coronaires… Il faut bien avouer que la diète bressane est assez éloignée de la diète méditerranéenne !!! On voit plus de beurre et de crème que d’huile d’olive (kesako ?) et de légumineuses ! En ce qui me concerne, j’ai presque renié mes origines (sauf pour le poulet !!!), ça me paraît plus sûr…
            Cordialement,
            TelleChris

    2. M. Barajh
      En réponse à : TelleChris

      Je ne connais pas le dossier de votre père, mais un vieux principe de médecine : quand un cardiaque ou un « vieux » fait « bronchite » sur « bronchite », ou se met à faire de l’ »asthme » en général c’est le coeur qui déborde, autrement dit un peu d’oedeme pulmonaire intestitiel, bref, le coeur qui faiblit. Je mettrai ça loin devant les statines comme hypothèse, de toutes façons invérifiable. Comme dit quelqu’un « ceci n’est pas une consultation ». L’insuffisance cardiaque est un domaine ou l’échec des statines est documenté et accepté par les croisés de la statine. Maintenant je ne me souviens plus si dans les fameuses études montrant l’échec des statines chez l’insuffisant cardique, il y avait en plus un effet délétère. Dans ce cas la décompensation cardiaque avec sympômes de « bronchite » serait une hypothèse.

  6. Gfe

    Bonjour,

    Une personne de ma famille a eu un diagnostic d’artérite.
    En me renseignant sur la maladie, j’ai été frappé par la mise en cause presque systématique du cholesterol par les médecins et spécialistes.

    Qu’en pensez-vous ? Sommes-nous dans un cas analogue aux autres maladies cardio-vasculaires ?

    Cordialement.


Les commentaires sont fermés.