GLUTEN News

La question du gluten, et du blé, et des céréales en général est brûlante, on commence enfin à avoir des données scientifiques de qualité ; et de plus en plus de médecins s’ouvrent à cette question.

L’époque du déni total est passé ; ce fut plus court que pour les statines mais de ce côté-là, les nouvelles sont bonnes aussi, un peu de patience encore …

Concernant le gluten et les céréales, on peut donc espérer que les brumes se dispersent et qu’enfin les patients atteints de ces perturbantes dysfonctions aperçoivent l’entrée d’un port pour s’abriter.

En bref, plusieurs types de pathologies (qui n’ont pas que des manifestations gastro-intestinales) se superposent pour donner un tableau clinique difficile à identifier pour ceux qui ne savent pas (ou n’ont pas le temps de) écouter les plaintes de leurs patients.

Je ne suis pas en train d’inventer ma petite histoire personnelle, je raconte l’état de l’art tel que je peux le percevoir dans la littérature médicale internationale. J’ai perdu l’habitude de lire en français, hélas, c’est généralement calamiteux !

Une fois qu’on a éliminé les pathologies dures (cancers, maladies coliques inflammatoires sévères, en faisant simple), et il faut l’avoir fait, le médecin a grosso modo plusieurs diagnostics possibles à analyser.

On appelle ça parfois des colopathies fonctionnelles, mais c’est un mauvais terme car on peut avoir des symptômes non digestifs ou non intestinaux et être un vrai cœliaque (voir ci-dessous). Je connais une patiente cœliaque qui n’avait que des migraines …

Attention, la symptomatologie clinique ne permet pas de faire un diagnostic différentiel sauf par des médecins très habitués et qui voient donc beaucoup de ce type de patients.

Je ne suis pas en train de faire un cours de médecine, j’explique aux patients potentiels comment ça peut se présenter : une fois qu’on a éliminé une maladie cœliaque typique (on a des IgA spécifiques dans le sang et une biopsie intestinale assez typique) et une allergie alimentaire (IgE dans le sang, pas de biopsie typique), il nous reste la sensibilité au gluten non cœliaque (NCGS, pour les anglophones), la sensibilité aux sucres qui fermentent (ou FODMAPS) et le très fameux syndrome dit du colon irritable.

La fréquence réelle de ces différents syndromes et surtout la façon dont ils peuvent s’entremêler (se superposer) chez un même patient restent obscures.

Ce qui est sûr c’est que la fréquence des vrais cœliaques a été multipliée par 10 environ en 30 ou 40 ans, ça dépend des pays [ça donne du 1% de la population dans nos pays, ce qui est considérable] ; et que les NCGS semblent être une nouvelle pathologie dont la fréquence reste à déterminer ; mais probablement supérieure à celle des vrais cœliaques.

Parmi les causes possibles, l’excès d’immunisation via les vaccinations systématiques et multiples ; la multiplication-dispersion de blés hybridés modernes [que notre système immunitaire ne connait pas ; d'où le conflit et les symptômes] et les toxiques environnementaux, à commencer par la diffusion du glyphosate [le Round-up de Monsanto] à grande échelle dans nos sociétés qui désherbent partout, on ne veut que du goudron et du gravier … Bon !

On fait quoi ?

On élimine le gluten de son alimentation [autrement dit toutes les céréales contenant du gluten et tous les aliments contenant des traces de céréales contenant du gluten].

Contrairement aux assertions de certains, ce n’est pas si difficiles, et pour ceux qui sont très symptomatiques, les résultats tiennent du miracle …

On a identifié la cause et le traitement.

Il suffit de quelques jours ou semaines pour en voir les effets si c’est vraiment ça la cause !

Il faut être strict au moins pendant quelques semaines pour que le test soit vraiment significatif ; sinon on perd son temps …

Si ça ne marche pas, il faut chercher autre chose ; mais à mon avis, ça vaut la peine d’essayer !

Bon vent matelots !

31 réflexions au sujet de « GLUTEN News »

  1. Eléonore Moine

    Je vous remercie de votre réponse, je sais bien que ceci n’est pas une consultation et comme je me suis trouvé un état d’équilibre qui me satisfait et que j’adore faire la cuisine, mes questions sont donc plutôt de l’ordre de chercher une compréhension plus étendue. Je ne vais pas me passer la rate au court-bouillon pour un peu de pain et de nouilles.
    Pardon si je digresse du sujet initial mais je pense que tout est lié, les intolérances gluten et glucides (je fais sans doute erreur en ne reconnaissant pas « certains glucides » mais les glucides en général) comme étant symptomatiques de désordres métaboliques et par ce fait avec la persistance à les consommer d’une façon excessive ou mal appropriée, découler sur les maladies métaboliques, qui sont, à mon avis toujours graves et prennent des formes variée et multiples, bien que en regardant de près elles ont des points bien communs.
    je me trompe peut-être mais cette non reconnaissance me plonge dans des questionnements sans fin. Surtout lorsque qu’un proche gravement atteint d’un cancer, aurait peut-être pu, avec une approche plus métabolique de sa maladie, en plus du reste des efforts de traitement, changer la finalité. Et ce n’est qu’un exemple.
    Mais encore là je m’éloigne peut-être du sujet initial, c’est ce que me donne le résultat de mes réflexions et de mes recherches perso. Sans prétention.
    Merci Capitaine!

  2. savouret

    bonjour cher docteur.

    Ayant de fortes présomptions d’etre affecté par une sensibilité au gluten,je vais entreprendre un régime excluant presque totalement celui ci de mon alimentation

    je souhaiterais toutefois solliciter votre avis sur différents points

    Puis je consommer du petit épeautre, sachant que celui ci contient à priori très peu de gluten ?

    si je supprime totalement le pain de mon alimentation, n’y a t il pas des risques de carence en sodium, sachant que je n’ajoute jamais de sel dans mon alimentation et que je ne consomme aucun produit comportant une teneur significative en sodium?

    Au dela de ces interrogations relatives à l’instauration d ‘un régime bannissant presque totalement le gluten, je souhaiterais savoir ce que vous pensez de la consommation de produits laitiers( des yaourts) de vache ou de brebis bio à 0 pour cent de matières grasses ?
    est ce une bonne option afin de réduire sa consommation d’acides gras saturés , lorsqu’ils contiennent autant de protéines que les produits laitiers entiers , ou est ce déconseillé sachant que leur teneur en glucides est majorée?

    Enfin , est il nécessaire d ‘alterner huile d ‘olive et huile de colza si l’on intègre à son alimentation quotidienne une poignée de noix et si l’on consomme réguliérement des poissons gras?

    merci d ‘avance pour vos répondes pertinentes comme toujours

    Cordialement

    MERCI d’ avance pour vos réponses pertinentes comme toujours

    Cordialement

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : savouret

      Vous pouvez réintroduire (secondairement) le petit épeautre pour voir si …
      Mais dans la première phase (de test), mieux vaut bannir tout gluten.
      S’il ne se passe rien, vous saurez que ce n’était pas ça votre problème …
      Pas de risque de carence en sodium dans notre société si on mène une petite vie pépère, sauf si : 1) maladie sous-jacente (rénale par exemple) ; ou 2) perte en sodium excessive, par exemple en cas d’exercice physique intense, surtout au soleil …
      Pas de problème avec les yaourts bio de vache ou de brebis, entiers (c’est meilleur) ou à 0%, suivez votre goût !

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.