SORTIE DE NOTRE NOUVEAU LIVRE sur l’alimentation méditerranéenne

Janvier 2015 : nous publions un nouveau livre aux Éditions Terre Vivante (une maison d’édition pionnière dans la catégorie « livres écolos pratiques« ) avec le titre :

LE NOUVEAU RÉGIME MÉDITERRANÉEN   Pour protéger sa santé et la planète

Livre : Le nouveau régime méditerranéen

Ce ne fut pas facile ; car nous avons essayé de concilier plusieurs approches : celle consistant à expliquer qu’il est essentiel pour protéger sa santé d’adopter un « modèle alimentaire » et celle expliquant que les aliments proposés aujourd’hui à la majorité des consommateurs sont de pauvre qualité nutritionnelle et trop souvent « contaminés »…

En d’autres termes, il ne suffit plus de manger « méditerranéen » et il ne suffit pas de manger « bio »… Il faut les deux !

Et on peut faire encore mieux. C’est-à-dire plus que « bio » plus « méditerranéen » ; car dans ce contexte, 1 + 1 fait plus que 2 !

Sur une bonne base scientifique !

Ainsi donc, en plus de décrire le modèle alimentaire méditerranéen traditionnel, nous avons essayé (par l’analyse des groupes alimentaires, chapitre après chapitre) de montrer comment on pouvait adapter le modèle aux consommateurs et conditions d’existence modernes.

Ce faisant, nous espérons répondre à deux exigences : satisfaire les petits budgets et satisfaire nos légitimes questions environnementales !

Dit plus simplement, en protégeant notre santé, nous contribuons à protéger la planète !

Inutile de dire que nous attendons des réactions ; elles sont toutes les bienvenues, y compris les plus hostiles.

Nous pensons en effet que la crise sociétale que nous traversons [et les derniers évènements "Charlie" n'en sont probablement que les prémisses ; ou de petites escarmouches avant la grande bataille qui se prépare] requiert quelques réponses préliminaires et anticipations. Nos lecteurs constaterons qu’avant même les « évènements Charlie », nous parlions d’une nécessaire Révolution.

Ce dont je parle ici (escarmouches) n’a rien à voir avec les espèces de minables « guerre de religion » qui ne sont que des prétextes pour retarder les moments de verdict.

Et quand je parle de Révolution ce n’est pas de celle du type « Grand soir » évidemment ; mais « autre chose » que nous allons devoir inventer, pour sortir de l’ornière où nous sommes ; et tous ensemble ! Mais ça ne se fera pas tout seul, désolé, va falloir bouger ; et donc secouer (un peu) quelques gougeas et nantis qui se satisfont du statu quo.

Debout, jeunesses, sauvez-nous !

301 réflexions au sujet de « SORTIE DE NOTRE NOUVEAU LIVRE sur l’alimentation méditerranéenne »

  1. Inoxydable

    Bonjour Docteur. J’ai bien compris que c’est le modèle global qui compte, je l’applique autant que faire se peut. permettez moi seulement d’insister sur un sujet que j’ai déjà évoqué en commentaires précédents, celui des bienfaits de la baies d’ARONIA. Je n’ai aucun intérêt dans la production ni la vente de ce fruit dont je consomme de temps en temps les baies séchées ou le jus, mais ma curiosité m’a conduit à voir de plus près les études concernant cette baie. Voici ce que j’ai trouvé sur NCBI Pubmed, au moins 167 publications sur le sujet :
    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=aronia+melanocarpa
    et plus particulièrement celui-ci :
    Short-term supplementation with Aronia …
    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21850495
    qui me concerne particulièrement à propos des plaquettes . Intéressant non ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Inoxydable

      Très intéressant !
      Comme vous le savez nous travaillons sur les anthocyanines, les pigments noirs contenus dans cette sorte de « prune ».
      Dommage que je n’ai pas de fonds pour étudier ses propriétés biologiques…
      Si vous connaissez un généreux donateur…
      Cela dit, l’article que vous citez sur les plaquettes et la fibrinolyse ne me paraît pas sérieux (en termes de méthodologie) ce qui ne veut pas dire que leurs conclusions soient fausses, mais …
      Bon vent, matelot !

      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour Docteur. Merci pour votre réponse. Bon, dans tous les cas cela ne peut pas faire de mal de se « supplémenter » à l’Aronia, au lieu de boire trop de vin, même bon et bien rouge, et en ajoutant à cela les Omégas 3 cela me permet de me passer d’anti agrégant plaquettaire . Je précis que je viens de passer mon ECG annuelle, l’épreuve d’effort et fait mes analyses sanguines : Tout est apparemment au beau fixe au grand étonnement de mon Cardiologue et de mon Médecin traitant.
        Je vous fournirai quelque chiffres quand j’aurai un peu plus de temps, beaucoup occupé en ce moment.
        J’ajoute que je prend cela dans l’optique d’une Diète méditerranéenne élargie, au Nord, bien sûr.. pas toujours au Sud avec fruits et légumes exotiques..

        1. Inoxydable
          En réponse à : Inoxydable

          Euh…Pour être franc Docteur, si j’avais assez d’argent pour investir dans vos recherches je le ferai volontiers, mais comme charité bien ordonnée commence par soi-même, je servirai d’abord mon fils qui continue son Post doc dans votre belle ville mais qui s’en va demain en Californie, invité par un de ses pairs correspondant en raison de ses travaux. j’ai bien peur qu’il ne me le phagocytent là-bas. Alors pour ce qui est d’investir….le cas échéant! !

  2. Béa

    Bonjour
    Vous conseillez de remplacer le beurre par de la margarine à base d’huile de colza. En regardant la composition de la margarine oméga3 de la marque Saint Hubert je m’inquiète de voir la présence d’huile de palme.
    Composition : Huiles végétales 50% (colza, palmiste, lin, palme), eau, émulsifiants (mono et diglycérides d’acides gras, lécithine de soja), sel, arômes (lait), colorant (bêta-carotène), vitamine B1.
    Peut-on consommer cette margarine sans inquiétude ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Béa

      Pour solidifier une huile (et en faire une margarine et aider à se passer du beurre), il y a actuellement deux techniques possibles : soit hydrogéner et faire des trans (pas bons ça ; c’est interdit en France) ; soit ajouter un peu d’huile riche en saturés (par exemple huile de palme) et émulsifier ; c’est la méthode de référence aujourd’hui ; peu d’huile de palme donc pas de problème majeur à mon avis mais ce serait mieux que ce soit de l’huile de palme bio ; mais ce serait plus chère …

  3. superwebcrawler

    Bonjour à tous,

    Encore une nouvelle inquiétante diffusée sur le site de la FAO :

    Halte à la disparition de la diète méditerranéenne.
    Un nouveau rapport dévoile les effets des changements de mode de vie et de la mondialisation sur ce modèle alimentaire.

    On s’en doutait un peu certes… Et si l’on lit jusqu’au bout cette news :

    « Selon les estimations, seulement 10 pour cent des variétés culturales traditionnelles locales sont encore cultivées aujourd’hui dans la région méditerranéenne, une grande variété de cultures traditionnelles ayant été remplacées par un petit nombre de cultures non-indigènes améliorées. »

    La question est : va-t-on pouvoir encore longtemps s’alimenter « méditerranéen » même si on en en a la volonté ?

    Quelques pistes sont proposées par la FAO dans cet article pour tenter de résoudre le problème…

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : superwebcrawler

      Des solutions sont proposées dans notre dernier livre.
      Cette nécessaire adaptation est justement un des des objectifs du livre : comment faire ?
      Il vous reste à nous lire.
      Merci de vos commentaires.
      Bonne lecture !

      1. superwebcrawler
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        J’ai lu attentivement votre ouvrage… et effectivement, vous proposez des solutions au niveau micro-économique autrement dit au niveau du consommateur, du producteur local etc… auxquelles j’adhère bien entendu…
        Mais ces solutions ne suffiront que si des mesures macro-économiques (politiques) au niveau mondial sont parallèlement mises en oeuvre (ce que montre succintement cet article FAO).
        Il faut que toutes les bonnes volontés convergent au niveau local ET planétaire… Cela dépasse le cadre de votre ouvrage bien sûr… On ne peut exhaustivement analyser un problème aussi vaste en un bouquin (aussi bien écrit soit-il) de 500 pages !

        Amicalement,

        Alain

  4. Aymeric

    Bonjour docteur,

    Je découvre votre site et suis en train de dévorer vos articles !
    J’envisage de me procurer votre livre sur l’alimentation méditerranéenne, cela dit je ne jure que par le régime paléo depuis 1 an car il m’a mis en rémission d’une rch que rien ne semblait traiter.

    C’est notamment grâce à Julien Venesson qui a publié un livre sur le sujet (vous le connaissez sans doute à travers son livre précédent où il dynamite le gluten), et qui s’est également soigné d’une rch grâce à ce mode d’alimentation (de vie devrais je dire).

    J’en viens à ma question docteur, pensez vous que les bienfaits du régime méditerranéens soient encore supérieurs à ceux du régime paléo?

    Je retourne à la lecture de vos articles il m’en reste un paquet ! Et j’espère avoir la chance d’avoir une réponse, même courte.

    Bonne santé à vous !
    Aymeric

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Aymeric

      Très vite, de passage… Désolé…
      Le gluten et la recto-colique hémorragique (RCH) sont deux problèmes différents, vous le savez ; mais les « sensibilités au gluten » peuvent mimer n’importe quoi ; et parfois le diagnostic de RCH est posé un peu vite par certains…
      Cela dit, je ne suis pas gastro-entérologue ; et le gluten (pas plus la RCH) n’est pas mon thème de recherche…
      En termes cardiovasculaire, le paléo n’a pas de référence sérieuse…
      Mais… l’absence de données n’est pas une donnée…
      Bon vent, matelot

Commentaires : page 8 sur 8« Plus anciens...«45678

Les commentaires sont fermés.