La controverse sur « cholestérol et statines » dans le journal « Le Monde »

Ci-dessous le texte que j’ai fait parvenir au journal « Le Monde » la semaine dernière, une sorte de réponse aux articles présentés comme « scientifiques » par la rédaction sous la signature de gens qui « oublient » ou maquillent grossièrement leurs liens d’intérêt.

Ça vaut son pesant d’or, comme on dit, et laisse penser que la rédaction du journal « Le Monde » pourrait être vraiment peu « subtile » voire connivente. Je laisse à chacun le soin …

Ceci dit, le journal s’est excusé ce matin de ne par avoir d’espace suffisant pour publier le texte d’un « vrai expert » scientifique (moi en toute modestie) des lipides contrairement aux « autres » qui « avouent » (en toute naïveté) ne pas travailler dans ce domaine …


CHOLESTÉROL ET STATINES : DÉNI ET PANIQUE AU CHÂTEAU !

La publication du livre de Philippe Even concernant « La vérité sur le cholestérol » provoque un étonnant phénomène sociologique : on parle de l’auteur – un ancien professeur de médecine – et de l’objet du délit (l’innocence du cholestérol) sans jamais critiquer textuellement, ou même évoquer, l’argumentaire développé par l’auteur.

En restant sur seulement deux communications parues dans Le Monde – sous les signatures de Steg le 20/02 et de Funck-Brentano et Gueyffier le 19/02 – on reste frapper de l’absence totale d’une part de citations du livre incriminé, et d’autre part évidemment de critiques fondées des arguments de Even.

Où fait-il faux ? Quels chiffres sont erronés ? Quelles interprétations des analyses et études publiées seraient délirantes ?

Faute de contre-argumentaire significatif, le déni de réalité par Steg s’épanouit dans le titre de son communiqué : « Il n’y a pas de controverse sur le cholestérol ! » dit-il.

Devons-nous traduire par : « Cachez cette controverse que je ne saurais voir » ?

Le même Steg affirme plus loin – voulant sans doute clore tout débat potentiel – qu’il n’y a « aucun fait expérimental qui infirme la relation cholestérol et infarctus du myocarde » !

Je suis désolé de dire qu’au contraire il y a un empilement extraordinaire de données scientifiques réfutant globalement la théorie du cholestérol comme cause de l’infarctus ; et spécifiquement l’efficacité des statines pour en diminuer le risque.

Une telle affirmation mériterait un développement scientifique qui est impossible ici ; mais je vais donner un argument décisif à l’appréciation des lecteurs : la plus puissante des statines en termes de réduction du cholestérol – le fameux Crestor que tant de malheureux patients se voient prescrire –  a été testé dans 4 essais cliniques en double aveugle [CORONA, GISSI, AURORA, JUPITER] : dans aucun de ces essais (publiés entre 2007 et 2009) les auteurs ont rapporté une diminution de la mortalité cardiovasculaire – le critère de jugement le plus solide et incontestable en cardiologie – et cela malgré des biais méthodologiques favorisant le Crestor.

Aucun autre essai testant le Crestor n’a été publié ; soulevant une question terrible : pourquoi l’Assurance-Maladie rembourse ce médicament inutile ?

Funck-Brentano et Gueyffier, sous le titre provocateur « Statines : ce que dit la science », concluent une analyse très personnelle de l’effet protecteur des statines par ces formules : « Choisir de ne pas prescrire une statine en prévention primaire peut parfaitement être discuté. Faire ce choix en prévention secondaire [chez des personnes ayant déjà fait un infarctus ou un accident vasculaire cérébral] est irresponsable. »

Problème : 3 des essais suscités testant le Crestor [CORONA, GISSI et AURORA] ont été conduits chez des patients en prévention secondaire et ils n’en ont tiré aucun bénéfice. Certains prétendent que les patients recrutés dans ces essais étaient trop malades pour pouvoir bénéficier de l’effet protecteur du Crestor. C’est inexact.

Prenons seulement l’essai CORONA dans lequel 100% des patients tirés au sort étaient des survivants d’un infarctus du myocarde avec des cicatrices d’importance variable sur le cœur, et des symptômes variables de dysfonction cardiaque. La réduction du cholestérol atteignait près de 50%. Ni les patients les plus sévèrement atteints ni aussi les moins atteints n’ont tiré un quelconque bénéfice du Crestor ; et cela ni en termes de mortalité, ni en termes de récidive d’infarctus. C’est un échec total ; confirmé par l’essai GISSI où 50% des patients recrutés étaient aussi en prévention secondaire.

Dans sa grande sagesse, la Haute Autorité de Santé (HAS) affirmait dans son avis du 9 Juin 2010 que « les différente statines n’ont pas d’effet [clinique] significativement différent … » ; ce qui pourrait laisser penser que les statines autres que le Crestor – la meilleure d’entre elles en termes d’effet sur le cholestérol – ne seraient pas plus efficaces que le Crestor ; ce qui poserait à nouveau la question de leur remboursement.

La HAS ferait-elle fausse route ? Un seul essai clinique a effectivement comparé le Crestor avec une autre statine, le Tahor. C’est l’essai SATURN publié en 2011. Comme le prédisait la HAS, le Crestor et le Tahor étaient quasi équivalents dans SATURN.

Syllogisme implacable : si le Tahor n’est pas différent du Crestor et que le Crestor est inefficace, les deux ne servent à rien.

En conclusion, nous avons aujourd’hui une masse de données – dont les lignes ci-dessus ne sont qu’un petit extrait – devant conduire en urgence à un réexamen des recommandations officielles pour la prescription des statines.

La remise en question des effets protecteurs des meilleurs traitements anticholestérol conduit inéluctablement à rejeter – ou à reconsidérer avec la plus grande rigueur scientifique – la théorie prétendant que le cholestérol joue un rôle significatif dans les maladies cardiovasculaires, quel que soit leur stade d’expression clinique.

Témoin innocent, peut-être ! Coupable, rien n’est moins sûr !

111 réflexions au sujet de « La controverse sur « cholestérol et statines » dans le journal « Le Monde » »

    1. BNAMOROS
      En réponse à : ccmiens

      Bonjour docteur.
      J’essaye de suivre au mieux les précieux conseils que vous prodiguez gracieusement. Sur le domaine de lá diététique, sans obligation de réponse de votre part, pouvez vous m’indiquer un bouquin (ou autres conseils) qui me fournirait les bonnes indications quant à la diète méditerranéene car les diététiciens que j’ai eu l’occasion de consulter ne disent pas toujours la même chose sur le sujet.
      Avec mes remerciements anticipés, recevez cher docteur, mes cordiales salutations.

      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : BNAMOROS

        Notre livre « Prévenir l’infarctus et l’AVC » est la première approche indispensable !
        Une fois compris la base, vous pouvez nager tout seul dans divers livres de cuisine ou sur Internet !
        Bonne lecture !

  1. Jean-Luc

    Souvent les analystes financiers sont de meilleurs « pharmacovigilants » pour des raisons qui leur sont chers: le risque financier !
    Je retiendrai de l’article que je vous soumets concernant l’essai IMPROVE-IT, le conseil de Morgan Stanley: vendre les actions Merck car Vitoryn° alias Inegy° (ezetimibe + simvastatine) pourrait être pire pour les patients que Zocor° (simvastatine).
    http://www.forbes.com/sites/matthewherper/2013/03/08/mercks-big-vytorin-study-could-pose-a-challenge-for-amgen-sanofi-and-regeneron-too/

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Jean-Luc

      Malheureusement nous ne pouvons croire les résultats d’un essai conduit par le CTSU d’Oxford !
      Sur ce plan, je suis à 100% sur la ligne de Philippe Even [et aussi celle de J. Ioannidis], ces gens (Oxford) racontent n’importe quoi depuis 15 ans ; et je ne vois pas pourquoi cette succursale de Merck changerait tout soudain ses pratiques …
      Donc, à moins d’avoir accès aux données brutes de l’essai [ce qui n'est pas encore une obligation], je n’attends rien de IMPROVE-IT.
      Merci de l’info !

  2. Pollux

    Bonjour Docteur,

    Mediapart, le journal électronique de Pleynel publie ce jour un article intitulé « L’athérosclérose un fléau vieux de plus de 4000 ans »
    http://www.mediapart.fr/journal/international/120313/latherosclerose-un-fleau-vieux-de-plus-de-4000-ans

    Cet article reprend une étude publiée dans Le Lancet http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2813%2960598-X/abstract

    Une des conclusions de l’étude « Horus » est que « les individus atteints par la maladie sont morts plus âgés que ceux qui en sont exempts »

    Une autre conclusion selon un membre de l’équipe de recherche serait « que l’épidémie de maladies cardiovasculaires dans les pays riches ne doit pas être réduite aux conséquences d’un style de vie malsain : « Nous avons survendu la capacité d’empêcher les maladies cardiaques, affirme-t-il. Nous pouvons les ralentir, mais penser qu’on peut les prévenir est irréaliste. »

    Une réaction, du spécialiste que vous êtes, dans Mediapart me paraîtrait opportune.

    Avec mes meilleures salutations.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Pollux

      Je ne suis pas abonné et ne souhaite pas m’y abonner !
      Le titre de l’article est assez « déprimant » de mon point de vue, illustration de la dérive médiatique actuelle : parler pour vendre, tout en ne disant rien de cohérent …
      Voilà maintenant que la prévention devrait s’inspirer des « momies » …
      Ce niveau d’idioties me donne la nausée !
      Mais vous-même, pourquoi ne répondez-vous pas ? Je sais que vous avez tous les arguments pour le faire !

      1. Pollux
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Merci de votre réaction. Je ne sais pas si l’étude des momies sera d’une quelconque utilité dans le domaine de la santé. On risque de se retrouver avec des commentaires sur les bienfaits de la chasse et de la cueillette assortis des bons conseils issus des interprétations sur les taux de cholestérol chez les singes. Bref on n’est pas sorti de l’auberge. Comme vous le suggérez je vais réagir.

        Bons messages

  3. P. Barajh

    Dans « Le Monde »

    « Saurons-nous tirer les leçons d’un tel fiasco médical, qui laisse un goût amer ? Le bon sens commanderait que les Agences de régulation n’acceptent plus la mise sur le marché de médicaments sur la seule démonstration qu’ils contrôlent xxxxxxxxxx, ce dont on n’a que faire en soi. Arrêtons de confondre la fin et les moyens, exigeons, en tant que patient, médecin, ou enseignant de médecine, des preuves d’efficacité sur les vrais objectifs du traitement : la prévention des complications xxxxxxxxx. »

    Miracle ?

    Pas tout à fait.

    Mais encourageant.

    Article en ligne encore quelques heures ou jours:

    http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/03/22/prise-en-charge-du-diabete-de-type-2-un-cas-de-conscience-pour-les-experts_1852827_1651302.html

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : P. Barajh

      Les rédacteurs « santé » du journal Le Monde, après s’être couvert de ridicule en soutenant mordicus depuis 20 ans les idioties de leurs amis de l’industrie qui ne sont pas dans l’industrie, passent le relais à d’autres amis dont les liens avec l’industrie sont impressionnants … Mais ce faisant nous assistons à une retraite en bon ordre selon le modèle stratégique que nous avions exactement prévu (oups !) dans la dernière version du livre « Cholestérol, mensonges et prop » …
      C’est vraiment très amusant !
      Sauf pour les pauvres gens qui continuent à s’empoisonner !
      Si vous voulez connaître la suite du feuilleton, c’est-à-dire les derniers bastions qu’on va essayer de tenir encore un peu de temps, vous savez où …

  4. Pollux

    Bonjour Docteur,

    Le journal Le Temps de ce jour (4 avril) publie un article « Les Oméga 6, pas si bons pour le coeur » qui relate une étude publiés dans le BMJ du 5 février que vous connaissez certainement et qui va dans le sens de vos conclusions et recommandations. L’article mentionne vos travaux et je cite : « Leurs bienfaits (les Oméga 3) ont été démontrés entre autres par une étude réalisée au milieu des années 90 par Michel de Lorgeril, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et à la faculté de médecine de Grenoble. Portant sur quelque 600 patients cardiaques, elle révélait que l’huile de colza, consommée sous forme de margarine, permettait de réduire la mortalité de 70%. Le conseil de la Fondation suisse de cardiologie recommande depuis 2009 cet «or pur en bouteille» …..

  5. REHBY Jean-Marc

    Voilà le message que j’ai envoyé en mars 2012 à la HAS après lesture de leur lettre d’information hebdomadaire.

    Objet : Rép : HAS Dernières publications, lettre mensuelle sur les nouveautés du site internet – HAS dernières publications – Mars 2012
    Date : 16 mars 2012 17:31:12 HNEC
    À : contact.web@has-sante.fr

    Médecin généraliste et abonné à votre lettre, je lis avec un grand intérêt vos avis cependant je ne comprends pas pourquoi vous accordez mois après mois un remboursement favorable à des médicaments nouveaux mais non innovants qui plus est avec un ASMR V.
    Quand en plus ces produits sont le fait d’études « bidonnées » comme pour le CRESTOR en prévention primaire alors ce n’est plus de l’incompréhension mais de la colère.
    Ne serais-ce-pas à la HAUTE AUTORITE que vous êtes de faire respecter des règles rigoureuses? Comment voulez vous que le médecin généraliste de terrain résiste à la pression de l’industrie qui claironne que son produit à l’AMM et el remboursement à 65%.
    CRESTOR, SYCREST aujourd’hui, VALDOXAN il y a quelques temps.

    CELA SUFFIT FAITES VOTRE TRAVAIL, FAITES LE MENAGE ET DEREMBOURSEZ TOUS LES ASMR V on ne s’en portera que mieux.

    Je n’ai reçu aucune réponse!!!

    1. Al1schx
      En réponse à : REHBY Jean-Marc

      Bonjour Docteur,

      « Le CERIN, centre de recherche et d’information nutritionnelles, est le département santé de l’interprofession des produits laitiers. Le CERIN a pour mission de délivrer aux professionnels de santé et de santé publique, ainsi qu’aux journalistes une information nutritionnelle complète et validée, sur le lait et les produits laitiers, mais aussi sur l’ensemble des grandes thématiques de la nutrition et de la santé, les besoins nutritionnels des groupes de population et la prévention nutritionnelle des pathologies. »
      http://www.cerin.org/ : NOTRE MISSION

      Le CERIN est chargé d’éduquer les professionnels de santé et de santé publique sur les grandes thématiques de la santé.

      Des médecins, docteur en médecine et nutritionniste publient sur internet des articles en collaboration avec le CERIN (financés par) et des articles dans LA REVUE DU PRATICIEN, par exemple :
      « Un régime fortement appauvri en cholestérol (moins de 200mg/l pour un apport usuel de l’ordre de 500mg/j) entraine une diminution de la cholestérolémie d’à peine 10%, ce qui apparaît dérisoire en regards des efforts exigés et des performances des statines. « (LA REVUE DU PRATICIEN 20 janvier 2009 VOL 59)

      La dictature de l’industrie agroalimentairepharmaceutique est maintenant bien établie dans les pays occidentaux.
      Vous étonnez-vous du silence de la HAUTE AUTORITE ?

Commentaires : page 3 sur 3«123

Les commentaires sont fermés.