Statines et autres anticholestérol : clap de fin ! Ne pas huer les acteurs !

 

Voilà on s’approche de la fin du 3ème acte ; ça commence à bouger dans la salle mais les issues de secours ne sont pas encore envahies…

Les acteurs sauront-ils retenir les spectateurs encore un petit moment ?

L’Histoire nous l’a appris ; mais quand ça se passe sous nos yeux, on reste encore surpris, voire ébahis…

Le coup fatal n’est pas parti de là où l’on croyait ! Autrement dit, alors que je pensais (naïf que je suis) que les statines se prendraient les pieds dans leur tapis, ce sont les supposés successeurs des statines qui, en débandade, sont en train de les assassiner.

Toutes les statines ayant été génériquées, comment continuer à faire prospérer le business du cholestérol ?

Avec de nouveaux médicaments anticholestérol, bien sûr, et ça faisait longtemps que les acteurs de cette pièce s’y préparaient.

Il y avait, en simplifiant, deux grandes catégories de candidats à la succession :  les anti-CETP et les anti-PCSK9.

Comment ces imbéciles s’y sont pris pour perdre une partie imperdable ?

Je vais en dire deux mots ; mais, en toute humilité, je pense que certains d’entre nous (ceux que certains autres n’ont cessé de traiter de « criminels ») y ont contribué.

1- les anti-CETP

Inutile de chercher à comprendre en détails. CETP est un système enzymatique qui, en simplifiant et selon certains « spécialistes », transfère le cholestérol des gentilles HDL vers les méchantes LDL. En bloquant ce système, on diminue les LDL (qui augmentent le risque cardiovasculaire) et on augmente les HDL qui diminuent ce risque.

C’était, en théorie, le jackpot !

Aucun lipidologue ne pouvait rêver mieux pour confirmer ses théories sur le cholestérol.

Et pour l’industrie, c’était pari gagnant à 100% ; d’autant qu’ils avaient dans leur boîte à musique des molécules fantastiques, les fameux anti-CETP (ou trapib) dont les effets sur les lipides étaient juste transcendantaux ; certains avec des augmentations des HDL de 100 à 130% ; et des diminutions des LDL de 30 à 40%, c’est-à-dire mieux que les statines les plus miraculeuses cliniquement. Imperdable ! Des centaines de millions de dollars et d’euros investis.

Que s’est-il passé ?

Après 4 essais cliniques (du moins de ce qui en a filtré), c’est un échec total !

Il se pourrait que ces anti-CETP soient même dangereux. Le saura-t-on jamais ?

Certains académiciens et experts des lipides essaient de « sauver les meubles », c’est-à-dire leur réputation ; mais les industriels eux ont déjà « plié bagage »… et voguent désormais vers des eaux plus monotones, « jurant mais un peu tard qu’on ne les y reprendrait plus ! »

Tour à tour, Pfizer, Lilly et Merck ont démissionné. Quelques rapports ci-dessous des médias complices et autres lapins crétins qui ont l’air fin aujourd’hui ; mais ils ont déjà oublié leurs dithyrambiques articles d’avant-hier. Même pas honte !

20171024_1

Et aussi ça (ci-dessous) qu’on peut traduire par la formule : Merck renonce à demander la mise sur le marché de ce médicament présenté comme miraculeux il y a peu. Pas honte !

20171024_2

Les anti-CETP à la poubelle ; et avec les anti-CETP, vous pouvez aussi mettre à la poubelle toutes les foireuses théories du cholestérol qui allaient avec.

2- les anti-PCSK9

Ceux qui visitent ce blog le savent déjà : PCSK9 est un système enzymatique qui participe au recyclage des LDL-récepteurs. Bloquer ce système et vous avez, en théorie, plus de récepteurs et donc moins de cholestérol circulant ; ce qui, selon nos brillants théoriciens du cholestérol ne pouvait conduire qu’à sauver des vies et réduire le risque cardiovasculaire…

Il se trouve que les anti-PCSK9 sont des anticorps monoclonaux fort couteux à produire (il faut des usines pour ça). Pour d’évidentes raisons commerciales, les deux industriels qui se sont manifestés jusqu’à présent ne peuvent se permettre de les brader.

D’autre part, les premiers résultats cliniques sont fort décevants malgré de remarquables effets sur les lipides. C’est à nouveau en contradiction avec les théories prévalentes.

Les experts et les académiciens des lipides [plutôt que de mettre les anti-PCSK9 à la poubelle en compagnie des théories qui vont avec] essaient de sauver les meubles et leur réputation en discutant non pas l’essentiel (c’est-à-dire l’utilité clinique) mais le rapport coût/bénéfice.

Malgré de subtiles contorsions arithmétiques, cet argumentaire vient de s’effondrer sous les coups de quelques jeunes gens ambitieux qui savent eux faire de simples additions. Le résultat est désopilant (ci-dessous).

20171024_3

Je donne ci-dessous un résumé de 3 lignes que je traduis par : pour 1000 patients traités, le surcoût rapporté aux avantages cliniques (par ailleurs non démontrés de façon robuste) approcherait les 340,000 dollars américains par an.

20171024_4

L’interprétation est simple pour les experts en santé publique : ce surcoût est inacceptable pour les assureurs américains. Bien sûr ces assureurs pourraient payer et répercuter ce surcoût par une augmentation des primes annuelles ; ce qu’ils font d’habitude (comme font nos mutuelles en France sans l’avouer) pour sauver leurs profits et éviter une chute de leurs actions à Wallstreet.

Il semblerait, les cartes étant sur la table pour une fois [on n'a pas travaillé pour rien des deux côtés de l'Océan], que cette stratégie commerciale ne soit pas possible cette fois-ci pour une simple raison : trop c’est trop !

Ainsi va le système capitaliste, le gaspillage et l’excès de taxes tuent les profits. Quand c’est trop c’est vraiment trop !

Et ainsi, certains parmi les plus galants experts de la cardiologie américaine annoncent des funérailles grandioses aux théories lipidiques qui depuis 40 ans empoisonnent la médecine (ci-dessous).

20171024_5

Dans cet interview, le très dévoué Pr Milton Packer concentre sa critique sur la débandade MERCK. Pourtant lui-aussi a compris qu’avait sonné la fin des exaltations lipidiques : « the Obits » signifie « obituaries », c’est-à-dire « rubrique nécrologique ».

Mais notre professeur n’a en fait rien compris : ce qui se termine ce n’est pas la fin des recherches sur les lipides, c’est seulement la fin des théories stupides sur le cholestérol.

Place enfin aux  recherches potentiellement fructueuses sur les vrais lipides vraiment impliqués dans les pathologies cardiovasculaires. On peut espérer que quelqu’un de sympa va expliquer à ce cardiologue un peu niaiseux que les lipides ne se limitent pas au cholestérol, que le cholestérol est indispensable aux cellules et qu’il est innocent de tous les crimes que Milton et ses collègues francophones lui ont ridiculement attribués.

Quoique les croquemorts ne soient pas encore passés dans les palais de BigPharma pour mettre le patient en bière, on peut (sans anticipation impatiente) se prépare à entonner un joyeux…

De profundis !

 

 

 

 

 

 

156 réflexions au sujet de « Statines et autres anticholestérol : clap de fin ! Ne pas huer les acteurs ! »

  1. Surya

    on vous a vu hier sur Arte dans la rediffusion du film sur le cholestérol.

    Je pensais néanmoins que même après les nouvelles normes des essais cliniques, les statines étaient efficaces pour certains groupes très spécifiques; même cette affirmation a sauté ? C’est définitivement inutile chez tous les patients ?

      1. nicotera
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour,
        je tenais à faire une remarque suite à l’émission du 28 novembre sur ARTE concernant les statines.
        A un moment donné, il est indiqué que certaines études montrent que la mortalité cardiovasculaire
        d’un patient ayant déjà eu un infarctus est réduite de 30 % avec un traitement avec statine.
        Or, pour une majorité de patients atteint d’un infarctus, une intervention avec pose de stents est
        effectuée pour permettre une meilleure vascularisation ; ces patients en question reçoivent presque tous un traitement avec statine.
        La question que je pose est la suivante :
        Le bénéfice lié à pose de stents (diminution d’une récidive d’infarcus) est largement supérieur
        au bénéfice lié à la prise de statine ; ce dernier ne serait-il pas « dilué » entièrement dans le premier ?
        Dans l’affirmative, nous comprenons mieux le fait que les défenseurs des statines précisent que les statines n’apportent que peu de bénéfice en prévention primaire.

        Cordialement
        Onorio

  2. MERLET

    Bonjour,
    suit à la rediffusion du documentaire cholestérol le grand bluff sur ARTE le 28/11:
    J’ai cru comprendre lors de l’interview du médecin généraliste à la fin de l’émission ‘qui semble partager votre position sur le rôle du cholestérol dans l’athérosclérose) que les statines restaient utiles en prévention secondaire car, indépendamment du rôle sur le cholestérol, elles avaient un effet protecteur des artères (réduction de 30% des récidives selon de récentes études) . le médecin a précisé qu’il ne pouvait en donner l’explication scientifique, mais qu’il en prescrivait à ses malades dans cette hypothèse.
    C’est aussi la position de beaucoup de médecins généralistes.
    Qu’en pensez-vous?
    A ma connaissance, l’AMM des statines ne prévoit pas cette indication et en toute logique elles ne devrait pas être remboursées par l’ assurance maladie!

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MERLET

      C’est ici qu’on atteint la limite de l’expertise indépendante et libre…
      Tout le monde ne peut pas…
      Par exemple, on peut me faire parler sur ARTE (comme l’a fait le Dr phoque en me traitant avec humour de « cardiologue de gauche ») sans me donner le droit de réponse aux idioties qu’on me fait dire ; sous prétexte que je parle beaucoup dans le film…
      Vous pouvez trouver des explications à tout ça dans mes livres ; et aussi dans le film où j’explique qu’il y a eu deux périodes avec les statines en prévention secondaire : 1) avant 2005, que des miracles ; 2) après 2005, les miracles ont disparu, les essais en prévention secondaire sont négatifs et quand on remonte dans le temps (les essais miraculeux d’avant 2005), on s’aperçoit qu’ils se sont moqués de nous. C’est un peu compliqué pour un phoque sur sa banquise…
      vous pouvez effectivement vérifié ça par vous-même en consultant les AMM : 1) les statines d’avant 2005 (simva et prava) ont l’AMM en prévention secondaire ; 2) les AMM d’après 2005 (je simplifie ; ator et rosu) n’ont pas l’AMM en prévention secondaire !
      Il vous faut un dessin ? Ou vous êtes aussi un phoque sur une banquise ? Pour faire rire les enfants ?
      La fin de l’histoire est le meilleur comme d’habitude : quelles statines sont systématiquement prescrites par les cardiologues en prévention secondaire ? Ator et Rosu ! Sans AMM pour !
      Y a quelqu’un dans le poste de pilotage ?
      Pourquoi ?
      Parce que, selon eux, l’ator et la rosu sont plus efficaces que simva et prava !
      Où ont-ils vu ça ? Même les les experts qui délivrent les AMM n’ont pas trouvé !
      Pire que des phoques !
      Vous devriez porter plainte si on vous a prescrit de la rosu après un infarctus. Non, n’en faites rien ! Pitié pour les phoques. Y a la Brigitte qui veille sur les phoques…

  3. merlet

    Bonjour
    victime d’un AVC relativement modeste il y a 4 ans, je me suis retrouvé avec du TAHOR 40mg, puis EZETROL 10mg + CRESTOR 5 mg avec bien sur KARDEGIC 75mg.
    J’ai arrêté CRESTOR depuis presqu’un an et je viens de supprimer EZETROL.
    Dans ce cas, combien de temps approximativement faut-il pour se considérer « désintoxiqué » et pouvoir apprécier les bienfaits de cette décision.
    Comme vous nous y invitez dans vos ouvrages, je ferai une déclaration des effets secondaires observés, notamment diminution de 50 % des capacités sportives, douleurs thoraciques occasionnelles ayant même conduit mon médecin généraliste à envisager le recours aux urgences lors d’une banale consultation pour un renouvellement de traitement!
    crampes dans la cuisse particulièrement douloureuses, douleurs articulaires fréquentes, problèmes digestifs qui ,après gastroscopie , ont conduit le CHRU 25 à envisager les IPP 20mg à vie! (ces troubles semblent également exister pour le PLAVIX en remplacement du KARDEGIC selon le médecin traitant)

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : merlet

      Ceci n’est pas une consultation.

      Informations générales :
      1) Les anticholestérol sont TOUS inutiles et nuisibles.
      2) Les IPP sont à éviter au maximum.
      3) les antiplaquettaires sont souvent indispensables après un AVC ; ça dépend de la cause de cet AVC ; j’espère que tout a été fait chez vous pour identifier une cause…
      4) parfois il faut un anticoagulant ; ça dépend de la cause de cet AVC !
      5) le plavix est beaucoup moins dangereux pour l’estomac que l’aspirine (kardegic) à moins qu’on ait une lésion pré-existante de l’estomac…

      L’important est d’adopter un mode de vie protecteur ; lire en urgence notre livre « Prévenir l’infacctus et l’AVC »
      Vite ; ça pourrait vous sauver la vie !

  4. Jean-Claude

    Depuis quelque temps déjà, la lecture de ce livre ainsi que la consultation de votre blog m’ont confirmé dans la réserve qu’il faut avoir envers certaine prescription telle que les médicaments pour mon hypertension depuis plus de 20 ans. A l’époque mon généraliste avait détecté une hypertension à 16 d’où 1 diurétique valsartan le matin 160/25 mg le matin et 1 amlodipine 10mg le soir. Une moyenne de 14/8 au final…. Dernièrement, j’ai oublié le cachou du soir, je prends ma tension et je retrouve 16/9 comme il y a 20 ans!!!..Je me demande alors si mon médecin de l’époque, ne m’a pas « vendu » ce traitement conformément aux enseignements reçus de ses pères car un jour où il était passé pour une consultation, je lui avais mis sous le nez votre livre en question. Il avait eu alors une gêne, manifestement surpris et contrarié sans réponse franche. Il devient difficile d’avoir une confiance aveugle dans cette médecine qui est souvent décriée par des scandales à répétition qui mettent la vie des gens en danger.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Jean-Claude

      Dans le domaine spécifique de la pression artérielle ( à propos de quoi je m’exprime le moins possible) , la majorité des experts sont (presque) pires que ceux du cholestérol…
      C’est pas peu dire !
      Faut trouver de vrais experts vraiment indépendants…
      La solution ?
      Le mode de vie bien sûr.

          1. aminevite
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Directeur comme directe(ur) ment dans mon portefeuille !
            Le parfait modèle du charlatan.
            Je fonce me procurer l’intégrale des Pieds Nicklés…

        1. Jean-Marc
          En réponse à : Jean-Claude

          Site pipeau qui surfe sur la peur du cholestérol pour vendre un produit forcément inutile.
          Quelques détails parmi d’autres : site créé début Novembre, protégé par un « anonymisateur » de whois situé au panama, se vante de 25000 clients satisfaits (ooops), texte tapé au kilomètre sans contrôle de grammaire (et je ne rentre pas dans ce qui est affirmé), les stats sont toujours les mêmes par page, mais changent selon la page vue (lol), sans parler des faux commentaires et des liens de menu qui pointent tous au même endroit.
          Le pire, c’est qu’il y aura des gens pour commander…

  5. Madame Jobin

    J.aurai 87 ans dans qq jours,J’ai depuis des années un taux de cholestérol trés élevé. Cholestérol total : 3,48, HDL : 058, LDL 2,47. j’ai fait qq essais de médicaments ,.Le bilan hépatique étant très mauvais, j’ai vite suspendu ce traitement anti cholestérol. Je mange normalement,j’ai tout de même le sens de la diététique mais je n’ai jamais fait de régime…. Depuis mes 80 ans Je suis traitée avec succès pour l’hypertension , L’hémiplégie ou l’AVC Étant ce que je redoute le plus, j’en ai fait part à mon cardiologue qui m’a dit que le cholestérol n’en était n’était pas à l’origine mais : l’hypertension! donc tout va bien.
    PS : je n’ai pas de maladies,. J’habite Seule une grande maison ,Je conduis je suis totalement autonome. Pas de femme de ménage (mon intérieur est nickel) j’ai seulement un jardinier.mme Jobin
    PS : j’ai quelques petits problèmes de mémoire, rien d’inquiétant m’a dit mon médecin. Tout s’use!

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Madame Jobin

      Cholestérol à 3,5 g/L
      87 ans en bonne santé
      Vous êtes la démonstration vivante que le cholestérol est bon pour la santé ; y compris quand c’est une cholestérolémie familiale ; ce qui est très possible voire probable chez vous.
      Bravo !
      N’abusez pas des médicaments contre la pression artérielle. A votre âge, il ‘est pas ennuyeux qu’elle soit « un peu » haute !

      Ceci n’était pas une consultation.

Commentaires : page 4 sur 4«1234

Les commentaires sont fermés.