Adresse aux médecins de France à propos du cholestérol, de l’hypertension et des médicaments qui les abaissent

Un vent de folie souffle sur le monde de la cardiologie, des lipides et de l’hypertension artérielle. Le feu au lac !

Que se passe-t-il ?

De nouvelles recommandations pour la prévention des maladies cardiovasculaires viennent (décembre 2013) d’être publiées par les grandes corporations Nord-américaines de cardiologie. Elles contredisent les anciennes.

Le “traitement“ des maladies (réelles ou inventées) liées au cholestérol et à l’hypertension artérielle (HTA, pour simplifier encore) représentent un coût astronomique pour la santé publique (3 ou 4 milliards par an en France) et une source de profits non moins considérables pour l’industrie du médicament. Bref, les enjeux économiques sont monstrueux et on a vu des gens s’entretuer pour bien moins que ça.

D’abord le cholestérol. Jusqu’à récemment, il était assez bien établi (!!) que pour protéger son patient il fallait, de gré ou de force, abaisser son cholestérol jusqu’à des niveaux – ou des cibles dans le jargon – précis. Les plus puissantes statines (le Crestor* par exemple) devaient être prescrites à doses optimales pour atteindre les cibles, et étaient éventuellement associées à d’autres médicaments anti-cholestérol (Ezetrol*, par exemple) pour atteindre la cible bien que l’utilité clinique (réduction du risque cardiovasculaire) du Crestor* et de l’Ezetrol* n’ait jamais été démontrée.

Et voilà qu’en ce beau mois de décembre 2013, des nouveaux experts disent qu’atteindre des cibles de cholestérol n’est plus le dogme ; mais qu’il faut prescrire les statines en fonction d’un risque global calculé à l’aide de subtiles équations.

Avant on prescrivait des statines pour diminuer un cholestérol qu’on prétendait pathologique et maintenant on doit prescrire les mêmes médicaments anticholestérol mais sans rapport avec le cholestérol : à titre d’exemple, vous êtes un homme, vous avez 65 ans et vous fumez, vous devez absolument prendre une statine sur la base de votre risque (calculé) d’infarctus dans les 10 années qui viennent. Sur le plan économique, c’est une superbe trouvaille car des dizaines de millions d’américains (et des millions de français) devraient se voir prescrire une statine si les médecins appliquaient ces nouvelles recommandations.

Les anciens experts, très offensés, demandent des explications aux nouveaux experts très sûrs d’eux. La définition des anciennes cibles ne reposait pas, selon les nouveaux, sur des bases scientifiques solides. Ceux qui nous ont lu le savaient déjà ! Mais les experts anciens et offensés (d’ailleurs et d’ici) découvrent stupéfaits cette évidence. Mais alors, rétorquent-ils, quelles sont les preuves scientifiques qui servent de base aux nouvelles recommandations ?

Très bonne question !

Mais de preuves, ils n’en ont pas plus pour les nouvelles que pour les anciennes, disent-ils. Ils ont toutefois fait des calculs et se sont mis d’accord … entre eux !

Évidemment les anciens, toujours très offensés mais toutefois très courtois “comme il plait aux âmes bien nées”, ne sont pas d’accord … Cacophonie !

Pour ceux qui savent vivre avec les yeux ouverts, il est clair qu’au-delà de quelques querelles d’Ego, ces disputes cachent des intérêts commerciaux considérables qu’on peut résumer en une formule : comment récupérer le fabuleux magot des statines qui d’ici peu seront toutes génériquées ?

Chers confrères, si vous respectez le code de déontologie, c’est-à-dire si vous pratiquez une médecine qui s’aligne sur les données scientifiques existantes [et donc offrez à vos patients le meilleur de la médecine contemporaine], vous ne pouvez pas faire confiance à ces gens-là, d’ailleurs ou d’ici !

Maintenant, et plus vite,  l’HTA. De façon très surprenante, la tendance est inverse : les nouvelles recommandations conduisent à ne plus traiter avec des médicaments antihypertenseurs des millions de gens.

Autrement dit, de nouveaux experts ont décidé de nouvelles normes pour la pression artérielle. Un coup de baguette magique : hier vous étiez malade et nécessitiez un (ou deux, voire trois) médicament(s), aujourd’hui vous êtes guéri sans médicament !

Si ça n’était tragique pour des millions de gens qui se sont consciencieusement intoxiqués avec des médicaments pendant des décennies, ce serait amusant car ce bouleversement thérapeutique ne repose que sur un changement de chiffres sans aucune signification clinique.

Selon la nouvelle Bible, les gens de 60 ans et plus ne doivent être traités que si leur pression artérielle atteint 15 et non plus 14 (comme auparavant) qui sont les nouvelles et anciennes cibles à respecter.

Beaucoup de bruit pour rien, 14 ou 15 ?

Si on regarde les relations statistiques entre les chiffres de pression artérielle et le risque de complications cardiovasculaires, ou mieux avec l’espérance de vie, on voit immédiatement en tenant compte des variabilités (des possibilités d’erreur) des chiffres, qu’il est absurde cliniquement de faire la différence entre 14 et 15 !

Pourquoi ces nouvelles recommandations ?

Des millions de patients devraient abandonner leur traitement médicamenteux antihypertenseur, perte nette pour le business de l’HTA. A qui profite le crime ?

Les anciens experts, très offensés, ne sont pas d’accord évidemment : avoir prêché pendant des décennies un évangile et se voir du jour au lendemain traités d’apostat est dur à avaler !

Ils annoncent une catastrophe sanitaire, des millions d’infarctus et d’accidents cérébraux si par malheur les prescripteurs changeaient leurs habitudes et respectaient ces nouvelles  recommandations. Vraiment ?

Nous n’avons pas de réponse ; mais un commentaire : tout ce charivari est infantile et ne repose pas sur de la bonne science …

Pourtant, en mon nom personnel, je vais vous donner mon opinion : il devient de plus en plus visible que les personnes traitées pour une supposée HTA succombent plus souvent de chutes (dues à des pressions trop basses ou à des hypoglycémies) qu’à des accidents cardiovasculaires avérés … sans parler des cancers que nos experts n’osent attribuer à leurs médicaments antihypertenseurs …

Certains barbares d’ici et d’ailleurs commencent à le dire à voix haute ; il vaut mieux  réduire la voilure, des grains violents s’approchent, il devient difficile de garder le même cap, en plus !

Leçon du jour : on ne doit écouter que des vrais experts libres et indépendants de tout lien d’intérêt avec l’industrie du médicament.

Avantages et inconvénients d’avoir un cholestérol élevé

Drôle de question, penseront certains.

Mais c’est une autre façon d’aborder les choses, et ça peut en éclairer beaucoup, alors allons-y en douceur !

Ceux qui souhaitent des références sérieuses (donc de la bonne science, je précise) les trouveront dans nos livres ; pour le moment, on survole le terrain d’atterrissage.

Quels sont les inconvénients d’avoir un cholestérol haut ?

Les « conformistes » et autres perroquets savants diront que c’est très dangereux et que ça bouche les artères !

Ceux qui se sont un peu instruits en visitant ce Blog ou, surtout, en lisant nos livres savent désormais que ce sont des bêtises, et de la propagande !

Le cholestérol, brave molécule, ne peut pas boucher une artère ; impossible physiquement ! Bref, le cholestérol est innocent !

Quels sont les avantages d’avoir un cholestérol haut ?

Malgré l’épouvantable désinformation que nos experts ont organisée, nous avons suffisamment de données pour dire qu’avoir un cholestérol élevé a les conséquences suivantes:

- on a de bons, voire de très bons, muscles ; on est doué pour les sports y compris de compétition

- on a de bons, voire de très bons, neurones ; on est plus intelligent, plus serein que la moyenne

- on est plus résistant au stress, moins tendance à la dépression (moins de suicide !)

- on a un bon, voire un très bon, système immunitaire; on se défend mieux contre les infections

- on a un risque diminué de développer un cancer

- on digère mieux les graisses

- on est plus allègre sexuellement et on se reproduit (faire des bébés) plus facilement

Tout cela fait qu’inéluctablement, avec un cholestérol élevé, du temps où les conditions d’existence étaient plus brutales, les familles avec cholestérol élevé proliféraient mieux et les individus avaient une meilleure espérance de vie !

Les traitements qui diminuent le cholestérol privent les personnes hypercholestérolémiques de tous ces avantages et plongent les autres vers de multiples complications dont ils n’ont pas conscience …

Réfléchissez bien à ce que vous perdez avant d’accepter des médicaments toxiques et inutiles !

D’accord, j’ai simplifié le message, on pourrait nuancer un peu, faire des exceptions et des parenthèses ; mais le fond est vrai … et connu de ce qui vivent les yeux ouverts !

 

 

 

Indignés, résistants, donneurs d’alerte, unissez-vous !

Ici, un viticulteur réfractaire aux pesticides systématiques est condamné par une cour de justice … sous prétexte qu’il mettrait en danger ses voisins !

Là, un toxicologue (Séralini) financé par des fondations indépendantes de l’industrie est jeté en pâture à des médias irresponsables sous prétexte que ses excellents travaux démontrant la toxicité des pesticides seraient de mauvaise qualité !

Plus loin, deux  professeurs de médecine (notamment Philippe Even) condamné par leur Conseil de l’Ordre sous prétexte qu’ils violeraient le code de déontologie en disant la vérité à propos des certaines spécialités allergologiques ou à propos des médicaments anticholestérol !

Sans oublier quelques pneumologue Brestois et cardiologue grenoblois que la caste poursuit de sa vindicte sous prétexte qu’ils ne se conformeraient pas aux règles et usages de leur profession !

La Loi du silence règne sur nos pâturages !

Mais plus pour longtemps !

Tremblez, félons, bureaucrates, juges inféodés, corporatistes indignes, médias pourris, politiciens véreux, collabos de tous genres, les résistants sont de plus en plus nombreux ; et vous êtes donc incapables de faire taire leurs voix !

Le peuple, exaspéré de vos mensonges et combines, vous jettera ses tuiles ; vous êtes dans notre collimateur, la grande journée (des tuiles) approche ; et ce ne sera qu’un début !

C’est pas beau la littérature révolutionnaire ?

D’accord, Saint-Just était meilleur !

Moi, c’est pas mon truc ; mais je voulais dire à Séralini et à ce viticulteur bio et à Even que je les aime pour leur courage !

Ceci dit, la littérature révolutionnaire est un exercice amusant, ça défoule, face à ce qu’on peut appeler l’indicible idiotie des collabos …

 

 

 

 

Hyperlipoprotéinémies familiales et risque cardiovasculaire

J’ai expliqué dans des articles précédents l’importance d’appeler les choses par leur nom : une hypercholestérolémie familiale est avant tout une hyperlipoprotéinémie familiale (HF).

On ne parle ici (et ailleurs) que des HF hétérozygotes car les homozygotes sont trop rares pour pouvoir être étudiées scientifiquement.

J’explique aussi dans ces articles précédents que s’il y a plus d’infarctus dans certaines familles avec HF (pas dans toutes), ce n’est probablement pas dû au cholestérol mais à d’autres constituants des lipoprotéines. D’où l’importance d’insister sur la lipoprotéine plus que sur un petit (par rapport aux protéines) constituant (le cholestérol) de la lipo-protéine [ou lipo + protéine] ; j’espère que tout le monde a compris.

Plusieurs équipes ont montré qu’en recevant le petit cadeau de nos ascendants [une protéine réceptrice de lipoprotéine ou une protéine B de la lipoprotéine mutée, donc des protéines anormales, ce qui provoque l'élévation dans le sang de la lipoprotéine et donc du cholestérol : c'est la définition de l'HF], ils nous faisaient d’autres cadeaux, notamment des anomalies de la coagulation ; dues encore une fois à des anomalies de certaines protéines, mais cette fois-ci celles de la coagulation.

Ces anomalies de la coagulation expliquent aisément le risque d’infarctus dans certaines familles avec HF (et infarctus), beaucoup mieux que l’élévation de leur cholestérol.

Et la diminution du cholestérol avec un médicament ne change évidemment rien au risque d’infarctus dû à une anomalie de la coagulation ; facile à comprendre.

En ce début de 2014, une équipe espagnole impliquée dans le suivi de milliers de familles avec HF publie une analyse de la relation entre le risque d’infarctus (et autres complications) et une protéine de la coagulation appelée lipoprotéine a [ou Lp(a) pour les connaisseurs] qui est transportée dans le sang par le même wagon qui transporte le cholestérol et bien d’autres substances liposolubles. Trop de Lp(a) signifie plus d’infarctus, évidemment !

C’est une belle étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology (premier auteur : Alonso R).

Tous ces patients avec HF sont traités avec des médicaments anticholestérol depuis des années, mais on n’a pas plus de précision. Ils sont comparés à des personnes sans HF de leur entourage (famille apparemment) ; peu importe.

Parmi les 1960 HF, 247 sont cardiaques (façon simplifiée de les présenter) avec un âge avoisinant la cinquantaine et 1713 sont indemnes approximativement au même âge ; je simplifie à nouveau.

Les HF cardiaques ont un cholestérol plus bas (2,2g/L) que les HF non cardiaques (2,6g/L) ; tout ça sous traitement !

Ah ! Troublant !

Mais les HF cardiaques ont une Lp(a) beaucoup plus élevé (43,4mg/dL) que les HF non cardiaques (21,3mg/dL) ; c’est 100% plus élevé, ça fait beaucoup ! C’est très possiblement une des explications des infarctus dans les HF, et visiblement pas le cholestérol …

Faut-il vous l’envelopper ?

J’arrête ici la démonstration ; le rôle des scientifiques est d’intégrer TOUTES les données disponibles pour défendre une théorie sans aucune exclusive ; je n’ai pour ma part aucun souci pour intégrer cette donnée fondamentale produite par des experts du cholestérol tout acquis à la cause des statines … et dont les raisonnements à propos de leur propres données sont un peu courts … à mon goût … Ils ne peuvent pas, les malheureux, intégrer ça dans leur théorie du cholestérol à moins de … Caramba !

Étant minoritaire (encore quelque temps), je dois avoir quelque chose d’anormal …

Faut dire que j’aime beaucoup Véronique Gens dans Berlioz, par exemple le « Spectre de la rose », ici : http://www.youtube.com/watch?v=lMsUsdixvJM

Mais si vous préférez Régine Crespin, voilà : http://www.youtube.com/watch?v=XxlchhfkC1I

Une autre époque !

Bon vent, les matelotes !

 

 

 

 

 

Les scorpions attaquent les vipères … brèves de statines …

 

Trop c’est trop !

Trop de critiques contre les statines [marketing préparatif des anticholestérol injectables, j'ai déjà expliqué] ne pouvaient laisser indifférents ceux [vipères ou scorpions venimeux] qui pendant des années les ont défendues [certains en ont vécu] et qui, en plus d’avoir un peu vieillis, n’ont rien à attendre de ces nouveaux médicaments injectables : nouveaux produits, nouveaux chefs de produit, nouveaux clients, nouveaux amis, place aux jeunes …

Ils réagissent donc, les défenseurs de statines, au moins pour donner l’impression à leurs descendants qu’ils n’avaient pas été totalement abjects !

Mais enfin, 7 millions d’anglais, et autant de français au dernier « recensement », se seraient vus prescrire ces médicaments par des médecins qui pendant près de 30 ans n’auraient rien vu de leurs effets toxiques ou les auraient niés ?

On ne peut négliger toutefois la possibilité que certains médecins aient prescrit a minima pour avoir « bonne conscience » [j'ai diminué les taux du cholestérol-tueur, j'ai fait mon boulot !] tout en évitant au maximum les effets les plus bruyants (les douleurs) sans savoir qu’ils provoquaient peut-être quand même (proportionnellement à la dose et à la durée du traitement) les effets délétères silencieux : diabète, cancers, pathologies oculaires, dépression, déclin cognitif accéléré …

Bref, après la récente confession du « patron » des médecins britanniques qui a déclaré avoir stoppé sa statine qui lui rendait la vie invivable et la dénonciation dans la grande presse britannique de 4 « experts » payés par l’industrie tout en étant membres du Comité (dit indépendant) en charge des nouvelles recommandations « officielles » concernant l’usage de statines, deux ou trois rigolos ont réitéré (parce que ce n’est pas le première fois) que les statines ne donnaient pas plus d’effets secondaires nocifs qu’un placebo, et même moins parfois …

C’est là (ci-dessous). Certes, ce n’est pas publié dans une revue importante, je ne la lis jamais, elle est probablement très dépendante de quelques généreux sponsors ; mais un des sites de cardiologie les plus visités en a fait un éditorial … mais on a l’habitude et on connait le rédacteur en chef …

http://www.medscape.com/viewarticle/821781?nlid=51384_1985&src=wnl_edit_medn_card&uac=78143HG&spon=2

Et une pléiade de médecins britanniques d’approuver bruyamment (voyez les commentaires si vous lisez l’anglais) !

Pour ceux-là, tout bouffis dans leur sadique auto-satisfaction, et devant le grand soulagement qu’ils expriment [ouf ! Je ne suis pas un docteur imbécile ...] aucune excuse ne peut être trouvé, pas plus qu’aux prescripteurs de Médiator*.

Tout ça nous rappelle un peu l’hécatombe annoncée (par de prestigieux universitaires parisiens) au cas où des patients cesseraient de consommer leur statine.

Chers amis médecins ou patients, ne vous faites aucune illusion, vous n’êtes pas concernés par cette guerre entre vipères et scorpions, ils s’en foutent de nous ; ce qui se joue sous nos yeux c’est l’avenir des nouveaux anticholestérol injectables …

Il nous reste donc, comme au cirque ou un autre spectacle, à attendre et admirer (ou pas) la réaction de l’autre camp.

Voilà la Société du Spectacle dans toute son ignominieuse beauté

 

 

 

 

 

Cholesterol and Statins: Sham Science and Bad Medicine

C’est le titre anglais de notre livre « Cholestérol, mensonges et propagande » traduit désormais en anglais …

C’est une version enrichie évidemment [par rapport à nos versions françaises] puisque chaque semaine nous apporte de nouveaux « points de vue » intéressants.

Nous l’avons aussi débarrassée de toutes les références à nos petites et étroites problématiques franchouillardes, sachant que nous sommes sur ces sujets « au ban » des sciences de la vie de niveau international …

Nous essayons donc, légionnaires, de sauver l’honneur du drapeau … quoique nous soyons plutôt « pirates des caraïbes » et certainement pas des croisés en route pour Jérusalem comme le furent nos sacripants d’ancêtres …

Bref, si vous avez des amis qui préfèrent lire en anglais, dites-leur qu’ils trouveront le livre sur Amazone pour moins de 20€, pas cher vraiment quand ça peut sauver sa vie !

 

 

 

A propos des statines, le ton monte de l’autre côté de l’océan … et de la Manche !

 

Première remarque : chez nous, on dort à propos des statines, pendant que sans doute [Halte à la médiocrité de la théorie du complot !] certains « enregistrent » subrepticement, dès fois que ça puisse servir …

Deuxième remarque : oui ça bouge vraiment chez nos amis US, mais pour bien s’en rendre compte, il faut lire l’anglais et je n’ai pas le temps de traduire.

Chacun peut se faire une première idée en voyant ça : http://statin-diabetes-lawsuit.com/

Où l’on conseille de se réunir pour « poursuivre » devant les Tribunaux les vendeurs de statines qui n’auraient pas averti les consommateurs du risque de diabète provoqué par les statines …

Effectivement, ils l’ont caché ce risque … Et ce n’est que par inadvertance qu’ils ont laissé « fuiter » en 2012 l’existence de cette terrible complication que nous décrivions dès notre premier livre en 2006 ; bon je ne répète pas ici ce que j’ai déjà décrit dans mes livres …

Nos amis US sont encore très naïfs [ce texte est probablement écrit par un avocat], ils persistent à penser que le cholestérol se laisse coincer dans la paroi des artères, et que les statines peuvent l’empêcher … Ils ont encore des progrès à faire mais ils ont reniflé le lézard, laissons leur un peu de temps …

Ils vont bientôt comprendre que les statines augmentent aussi le risque de cancers !

Chez nos amis british, ça bouge aussi. Ceux qui lisent l’anglais trouveront une bonne information sur l’évolution des esprits ici :  http://healthinsightuk.org/2014/03/04/sos-sanity-over-statins-sssssh-side-effects-pharmas-fingers-and-a-cunning-plan/

La partie la plus intéressante concerne sans doute le paragraphe disant que finalement, au point où on en est, l’industrie a intérêt à dénoncer les effets nocifs des statines !

Pourquoi ?

Parce que de nouveaux médicaments (injectables) arrivent sur le marché et comme ils n’ont aucune chance d’être mieux que les statines puisque les uns comme les autres ne servent à rien sinon à abaisser le cholestérol, ils vont baser leur marketing [ils ont déjà commencé] non pas sur l’efficacité préventive [qu'ils ne pourront jamais démontrer contre une statine] mais sur l’absence d’effets nocifs … ce qui est impossible !

Ça va être dur, mais c’est leur seule chance ; quitte ou double !

Si ça ne marche pas avec les consommateurs et les médecins sur le moyen terme, ils peuvent essayer d’illusionner leurs actionnaires : tant que les actionnaires y croient, le cours de l’action à Wallstreet se maintient ; ce n’est évidemment pas aussi profitable que des ventes astronomiques, mais c’est mieux que rien … en attendant Godot … car la crise de BigPharma et telle aujourd’hui que seul un Godot …

Et tout ça est vrai pour les compagnies US comme pour ceux de chez nous, vite un miracle !

 

 

 

Un scientifique qui n’a pas de conflit d’intérêt est un scientifique sans intérêt !

 

Cette magnifique, et très cynique, formule est de celles que se racontent « en boucle » (comme y disent à la télé) les experts (scientifiques ou pas) de l’industrie pharmaceutique qui, tout fiers de l’intérêt qu’on leur porte et aussi de leurs multiples liens d’intérêt, se pavanent sur les estrades à répéter sans relâche leurs discours experts.

Il vaut mieux se penser intéressants du fait de ses intérêts « sonnants et trébuchants » (comme disaient les vieux), plutôt que d’imaginer qu’on ne pourrait être qu’une marionnette, voire un perroquet savant, manipulé par de judicieux représentants de ce petit commerce très lucratif et intéressant, les vrais acteurs de la farce étant parfaitement invisibles.

Très récemment, un journaliste du magazine « La Recherche » me demandait mes liens d’intérêt (exigés par un de ses lecteurs, à juste raison) à la suite de la publication dans son magasine d’un interview sans intérêt d’un moi-même sans intérêt, confronté à propos du cholestérol et des statines à un prestigieux et très intéressant académicien du tout Paris qui évidemment disait (ou plutôt déballait, comme un camelot sur son trottoir) les très inintéressantes preuves scientifiques qu’il avait patiemment accumulées à ce sujet.

A première vue, on pourrait désespérer …

Pourtant, à y regarder de plus près, on s’aperçoit qu’une année environ après avoir dit beaucoup de mal de Philippe Even et de ses thèses [et aussi de moi, mais rarement en me citant, évitant à ma famille d'être éclaboussée sous les injures ...], les médias spécialisés ont cru nécessaire de faire une mise au point en traitant d’égal à égal l’avis totalement inintéressant d’un scientifique sans intérêt (moi-même) et d’un académicien très intéressant que je soupçonne de quelques liens d‘intérêt, mais sans les avoir vérifiés ; car ça me fatigue un peu de fouiller dans les poubelles ; pas forcément utile de chercher d’ailleurs, rien qu’à l’odeur parfois … Guère intéressé non plus par une quelconque chasse à l’homme comme on voit chez les politiciens, choupinette, qu’il est malheureux ….

Pour conclure en deux mots, je ne suis pas sûr que ce soit mes intéressants travaux de scientifique sans intérêt [j’en ai un ou deux « sous presse » qui risquent de déplaire beaucoup à nos très intéressées Académies …) qui aient pesé dans la nécessité de cette mise au point contradictoire, je crois plutôt que ce sont les réactions écrites des citoyens, arrivées dans les rédactions via Internet qui ont troublé ces médias, ils sentent le vent tourner ceux-là plus vite que les académiciens, pôvres de nous, et il faut bien quelques lecteurs intéressants !

Alors, bravo à tous, il faut continuer sans désemparer, on tient le bon bout, courage ! On a tous besoin de tous, personne est inutile et sans intérêt dans le parti des résistants et des « indignés » contrairement à celui des gens très intéressants !

 

 

 

 

Page 1 sur 261234510Plus anciens »