Archives de l’auteur : Michel de Lorgeril

Nouveaux médicaments antidiabétiques : profonde confusion et inéluctables controverses

 

Les « petits mondes » de la diabétologie et de la cardiologie sont très agités ces jours-ci.

Et ça n’est pas pour rien, à mon humble avis. Gros business en jeu !

Et ça pourrait durer ; on ne va pas s’ennuyer, à considérer le « début des débats » ; et le niveau des débatteurs… Oups !

Pourquoi ?

Parce qu’après des décennies de médiocre stagnation du traitement du diabète, plusieurs nouvelles classes de médicaments antidiabétiques viennent de bruyamment faire leur entrée sur la scène des « petits mondes » sus-cités.

Mais de façon très paradoxale. C’est assez complexe.

Je résume et simplifie.

Sur la base de la théorie actuelle, il a été longtemps postulé que le diabète est dangereux pour notre santé (et avant un état diabétique avéré et installé, les états dits pré-diabétiques, syndromes métaboliques, résistance à l’insuline, et autres syndromes proches) via ses effets sur le glucose sanguin et l’insuline.

De même et je simplifie encore : plus un traitement (un médicament, surtout) diminue le glucose et l’insuline et mieux ce sera pour notre santé avec notamment des effets bénéfiques supposés sur le risque cardiovasculaire et l’espérance de vie. Bon ! C’est une théorie qu’on peut qualifier de « résistante » à ce jour. Ce n’est pas vraiment mon avis mais cette question mériterait une très longue discussion, donc ce n’est pas pour maintenant…

Depuis quelques années (je simplifie), nous avons vu apparaître plusieurs nouvelles classes de médicaments antidiabétiques. Je simplifie encore.

Les thiazolidinediones (ou glitazones ou activateurs des PPAR gamma), les dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4) inhibitors, les GLP-1 receptor agonists, les SGLT-2 inhibitors  et même des α-Glucosidase inhibitors ont été testés dans différents essais cliniques avec des résultats ambivalents sur différents paramètres biologiques et (pour certains) sur le risque de complications cardiovasculaires.

Impossible à résumer ici tant les circonstances de ces essais et les méthodes utilisées dans ces essais sont équivoques ou critiquables pour un scientifique et un médecin acharné (oui, ça existe) à faire émerger des données utiles aux patients et, de façon générale, à la santé publique.

On attendra donc pour s’enthousiasmer !

Car c’est un festival de biais et erreurs méthodologiques. L’étonnant est que beaucoup le disent déjà (donc ambiance très différente de celle qui vit naître les statines) et que ça discute et se dispute ferme notamment sur les réseaux américains ; un festival d’idioties et de controverses naïves certes ; mais enfin, ne nous plaignons pas, cette fois-ci, ça conteste ; pas besoin de s’en mêler pour le moment… Laissons retomber la poussière !

L’idéal serait, on ne saurait trop le répéter, que nous ayons enfin accès aux données brutes de chaque essai important, même ceux qui rapportent des résultats négatifs…

Le plaisant, voire l’amusant, est ailleurs : les bénéfices cliniques supposés ne sont pas parallèles aux effets biologiques de ces nouveaux médicaments miraculeux.

Autrement dit, et en simplifiant toujours, ce ne sont pas ceux qui sont les plus efficaces sur le glucose sanguin et l’insuline qui sont les plus bénéfiques sur le plan cardiovasculaire.

Ce qui remet en cause, on l’a compris, la belle théorie énoncée au début de cet article…

Pas si résistante que ça la théorie officielle, semble t-il !

D’où la « grosse » controverse entre les tenants de cette belle théorie et ceux qui veulent la renverser, histoire de renouveler les hiérarchies !

Normal, la Terre tourne, les organigrammes aussi !

Beau spectacle à dire vrai, mais peu rationnel puisque les résultats des essais cliniques (en termes cardiovasculaires) sont contestables ; et contestés.

Les « contestataires » sont évidemment ceux qui (progressistes pour une fois) remettent en question ces médiocres essais cliniques ; ce qu’ils font non point à cause de cette évidente médiocrité (qu’ils ne voient pas en général) ; mais pour sauver leur théorie favorite !

Pour avoir une idée de l’ambiance (désolé c’est en anglais ; il faudra du temps pour avoir un équivalent en français car c’est assez compliqué tout ça…), je vous propose ce site :

http://www.medpagetoday.com/Endocrinology/Diabetes/59182?xid=nl_mpt_DHE_2016-07-20&eun=g362928d0r&pos=0

On reste calmes et patients et, en attendant du nouveau, on ne change rien, c’est préférable.

Autrement dit, on lit attentivement « Prévenir l’infarctus et l’AVC »… pour se protéger des complications cardiovasculaires !

 

 

 

 

 

 

Question des vaccins : halte au feu !

 

La question vaccinale prend des allures caricaturales.

Hélas !

La pensée Blockhaus est au premier plan : on s’enferme, plus rien ne rentre, plus rien ne sort et depuis l’intérieur, on mitraille tout ce qui bouge à l’extérieur !

Et ainsi (à titre d’exemple), le Pr Joyeux se voit condamner pour des délits peu compréhensibles pour un bien-portant de bonne foi…

Halte au feu !

Place à une discussion sereine et intelligente où tous les aspects du problème vaccinal seront évoqués et analysés par de vrais experts vraiment indépendants.

Il ne sert à rien de condamner des contestataires, on ne fera pas taire le peuple pour autant ; c’est une leçon de l’Histoire à rappeler d’urgence… les « martyrs » font naître toujours plus de résistants et de maquis…

Les milices ne servent à rien dans les sociétés démocratiques.

Autre leçon de l’Histoire !

Mais la discussion prendra du temps ; surtout avec des blockhaus…

Pour calmer les esprits, et se donner du temps, une sorte de moratoire est indispensable.

Que faire ?

Propositions préliminaires, et ouvertes à la discussion que j’écris en petit, même si ça devrait fâcher personne, en principe…

1- supprimer les vaccinations obligatoires ;   au moins suspendre l’obligation vaccinale ;
2- et supprimer (suspendre) les obligations indirectes (accès aux crèches, écoles, etc…) ;
3- suspendre le calendrier vaccinal et…
4- recommander de ne pas vacciner les femmes enceintes ni les enfants de moins de deux ans, même s’ils ne sont pas au sein ;
5- recommander (encore) l’allaitement au sein durant 6 mois au moins ;
6- veiller (de façon prioritaire) à l’état sanitaire des « migrants », mais sans imposer les vaccinations ;
7- exiger d’exclure l’aluminium, le mercure, etc., des produits injectables ; en attendant qu’une discussion sereine et intelligente (pas la « pensée Blockhaus » par pitié !) soit conduite…
Halte aux caricatures et parodies !
Parlons  !

 

 

 

 

Crise à l’Agence du Médicament en Juin 2016

 

Selon des Médias très opportunistes [nos amis très pro-statines du Figaro...], il y aurait crise à l’Agence du Médicament, ladite ANSM… Tiens donc !

J’écris « opportunistes » parce que je n’ai aucune illusion sur ce média et sa section santé et médecine. S’ils se plaignent aujourd’hui de l’Agence en question, c’est probablement que quelques requins du même bord politique vise un ou plusieurs postes enviables pour lui-même et ses meilleurs amis.

Ça sent la fin de règne ; la droite tabasse la gauche via Le Figaro comme si ce fut mieux du temps de la droite, et vous connaissez la suite ; les successeurs ne seront pas meilleurs [c'est le système qui est gravement malade] et ensuite la gauche tabassera joyeusement la droite.

Sans entrer dans une discussion politique « oiseuse », il fait peu de doute que la désespérance actuelle de la population française (en moyenne car certains y trouvent leur compte) trouve sa source principale dans l’absence d’alternative crédible dans un contexte politique et économique normé : on a vu la droite et on a su qu’en penser ; on voit la gauche et désormais on sait qu’en penser…

Retour aux symptômes, l’Agence du Médicament et sa crise.

Le plus amusant c’est que les « tabasseurs » d’aujourd’hui et ceux de demain ont (et auront) fortement raison de tabasser… Car ce système est effectivement gravement malade, du moins en apparence. Que veux-je dire ? Simplement que la maladie n’est qu’apparente ; ce n’est pas une vraie maladie. Ce système fait ce qu’on lui demande de faire : protéger les intérêts de l’industrie [ou selon le discours ambiant : aider la recherche thérapeutique qui coûte très cher] et les profits du business du médicament ; tout en disant (proclamant) qu’il protège les patients et les familles.

La société spectaculaire et marchande dirait Tonton Guy.

Et, en parallèle, une médecine spectaculaire et marchande, dirait Tonton moi-même : on fait semblant de soigner à grand frais des maladies qui n’existent même pas… oups !

En attendant, nous pauvres bougres, nous regardons ce ring avec étonnement.

Pour quelques infos récentes (se boucher le nez), voir là par exemple :

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/06/14/25097-crise-majeure-lagence-medicament

Nous apprenons donc que les rats quittent le bateau, l’organigramme est décimé selon la journaliste. Certains rejoindraient directement (pas même une petite halte « sabbatique ») l’industrie du médicament laissant penser (mais c’est trop compliqué pour la journaliste) que des relations intimes existaient depuis longtemps entre ces fonctionnaires au-dessus de tout soupçon et le secteur privé. Oups !

Caricature !

On apprend aussi que de brillants scientifiques se plaindraient d’un certain manque de respect à leur égard au sein de cette chaude institution et que ces brillantissimes sujets auraient songé à démissionner… Ah ! Bon sang ! Quelle perte ! L’institution ne s’en remettra pas, sans eux le navire va sombrer ! Retenez-les, ils ont déjà empoigné la bouée-canard et vont sauter…

On apprend enfin [attaque typiquement politicienne] que la ministre de la Santé ne contrôle plus rien en matière de politique du médicament en France. Ah Bon !

Parce que un ministre un jour (ou quelqu’un d’autre peut-être) aurait contrôlé quelque chose à propos des médicaments ?

C’est grave, docteur ? J’abrège.

Pour ceux qui n’auraient pas compris, je précise que tout ça c’est de la littérature, QUE de la littérature et qu’il se trouve que Tonton moi-même aime bien la littérature… Donc, j’en fais !

C’est grave, Monsieur le Président ?

 

 

 

 

 

Cholestérol et statines : le bon, le moins bon et le pire…

 

Le bon est rare et ce qui est rare est cher ; d’où le prix prohibitif de certains médicaments…

Sauf que beaucoup de ces médicaments trop chers ne sont pas bons (ou utiles)… On fait croire qu’ils sont utiles et pour cela, on fait croire que les essais démontrant qu’ils sont utiles sont bons

Si vous n’avez pas encore compris ce qu’est la Société Spectaculaire et Marchande décrite par Tonton Guy, vous avez là un bon exemple. Si on vous dit « blanc », concluez qu’on est dans le « noir »… Presque automatique ces temps-ci.

Le moins bon est moins rare ; ce qui peut s’illustrer par le florilège d’études boiteuses ne permettant pas à un médecin respectueux du code de santé publique (qui exige la meilleure médecine scientifique…) de s’inspirer de ces études pour soigner ses patients. Les docteurs, souvent critiqués, sont donc très démunis (c’est la moins pire des descriptions…) ce qu’ils ne peuvent confesser car dès lors leur potentiel de guérison fantasmée (effet placebo) serait fortement compromis…

Parfois, le moins bon peut aider à décrypter des situations difficiles que le supposé bon aurait dû déchiffrer sans difficulté si les experts du bon étaient indépendants du business ; ce qui est rarissime !

Par exemple, c’était l’objet de mon billet précédent concernant l’étude de Ravnskov et ses copains dans BMJ Open ; quelques lacunes évidentes, c’est une revue systématique d’études publiées de plus ou moins bonne qualité ; ils ne peuvent faire des miracles mais une fois un peu distanciés des auteurs de chaque étude médiocre, l’information qui nous est apportée par Ravnskov est importante mais… limitée. On prend ce qu’on a …

Le pire, hélas, c’est tous les jours.

Dernier avatar dans le dernier numéro (on disait comme ça autrefois) du JAMA Intern Med : http://archinte.jamanetwork.com/article.aspx?articleID=2528289

Ne perdez pas de temps à lire ça en détails.

C’est un journal américain qui « rue un peu dans les brancards » mais en restant très poli, très conforme et donc très « complice » de la Société Spectaculaire et Marchande.

Il nous publie donc un article visant à démontrer que trop abaisser le cholestérol ne servirait à rien, laissant donc entendre que l’abaisser un peu pouvait être utile, notamment chez des patients qui avaient eu un premier infarctus.

Depuis trois ou 4 décennies au minimum, les autorités sanitaires exigent des essais cliniques randomisés en double aveugle pour faire la preuve de l’utilité d’un médicament !

Les éditeurs du JAMA Intern Med, habituellement chantres de la médecine scientifique sérieuse, publient ici le pire : la description des effets cliniques de médicaments sans randomisation (tirage au sort) et sans double aveugle…

Le pire donc ! Et dans ces cas-là, c’est tous les jours, seul le SILENCE s’impose !

Mettez-moi ça à la poubelle sans scrupule ni hésitation…

NB : on peut toutefois se demander pourquoi des éditeurs « sérieux »  (parfois) se compromettent avec de telles âneries. La réponse est simple à mon avis : face à des insolubles contradictions et des pressions de toute sorte, ils se compromettent dans le compromis !

Et comme disait Jésus : « en vérité je vous le dis, la fin du temps des compromissions et compromis approchent… Amen ! »

 

 

 

 

Les British vont-ils s’entretuer ailleurs qu’autour des stades de foot ? A cause du cholestérol ?

Violente polémique au Royaume-Uni (mais rien en France) : selon certains scientifiques relayés par des médias complaisants, le cholestérol serait plutôt bon pour les plus de 60 ans !

Ah !

Pourquoi ?

Parce que une bande de médecins et scientifique ont réussi à briser le plafond de verre qui habituellement empêche les gens sérieux et indépendants de publier (ou simplement donner leur avis) à propos de questions qui pourraient porter le moindre préjudice à toutes les formes de business pharmaceutique ; et autres …

C’est là : http://bmjopen.bmj.com/content/6/6/e010401.full.pdf+html

Et c’est simplissime : ils ont analysé dans la littérature médicale aisément accessible via Internet si la relation « attendue », ou supposée « attendue », entre le méchant cholestérol [le très fameux LDL-cholestérol] et l’espérance de vie (ou le risque de mourir) était retrouvée aussi chez les gens âgés de plus de 60 ans.

Je ne vous fais pas attendre : la réponse est négative. Si vous avez plus de 60 ans, il vaut mieux avoir un cholestérol élevé ; ou, inversement, il vaut mieux ne pas avoir un cholestérol bas !

Je l’ai dit et écrit tellement souvent (et expliqué pourquoi) que ça ne risque pas d’étonner mes lecteurs habituels. L’intérêt est ailleurs.

En effet, les auteurs sont sympas, ils partent du principe que (ou en tous cas, ils ne discutent pas si) la relation « normale » entre LDL-cholestérol et mortalité est systématiquement positive. Autrement dit, selon l’expert rémunéré de service : plus le LDL est haut et plus on risque de mourir prématurément d’une crise cardiaque.

C’est la doxa depuis 50 ans au moins bien que de nombreux récents articles aient montré que c’est probablement faux et que les études qui montraient ça avaient été intentionnellement biaisées. C’est très vilain ; mais nos « autorités » ne sont pas prêtes à regarder les choses en face !

Les auteurs donc ne s’interrogent pas sur la question de façon générale mais font remarquer que spécifiquement chez les plus de 60 ans le dogme semble plus que discutable : à première vue, les étude publiées ne confirment pas cette relation positive entre vilain cholestérol et mortalité ; mais il manquait une revue systématique, comme disent les scientifiques…

Ne nous faisons pas d’illusion : si ce type de revue systématique manquait jusque là dans la littérature médicale, ce n’était pas parce que personne n’y avait pensé (les candidats à la prostitution auprès de l’industrie ne manquent pas), c’est très probablement parce que les analyses conduisaient à des résultats déplaisants pour le business. Donc, les médias et les « professionnels » n’en parlent pas ; et on ne publie pas des données dites « négatives ».

Tout cela nous le savions, certes, mais il était impossible de le publier dans de grandes revues médicales. Par exemple, cet argumentaire est déjà largement développé dans mes livres en français.

Voilà que Ravnskov et ses copains ont réussi à passer à travers les mailles du filet de la censure médiatique et professionnelle ; ce qui en soi est déjà une information majeure ! Ça craque !

Bref, l’information c’est qu’avoir un cholestérol élevé diminue votre risque de décéder prématurément, en particulier d’une attaque cardiaque, si vous avez plus de 60 ans.

Et comme la très grande majorité des crises cardiaques surviennent chez des gens de plus de 60 ans ; et qu’en plus les plus de 60 ans constituent le plus gros de la cohorte des victimes de prescriptions de statines et autres médicaments anticholestérol, l’information est catastrophique pour le business. Et aussi pour tous ceux qui depuis de décennies prescrivent des médicaments anticholestérol à tort et à travers, et souvent (pas toujours) de bonne foi.

Pour nombre d’universitaires et experts rémunérés, ce genre d’information est détestable, voire déshonorante ; j’en suis désolé pour eux…

Évidemment, certains (pas beaucoup !) ont réagit prestement et les argumentaires développés par ces imbéciles rémunérés font peine à voir.

J’en donne un exemple rigolo maintenant pour conclure. Comme ils savent que leurs arguments ne sont pas audibles du fait de leur relations étroites avec les industriels, ils prétendent que les auteurs de cet article « astucieux » démontrant l’innocence probable du cholestérol sont eux-mêmes soupçonnés de terribles conflits d’intérêt.

Devinez lesquels ?

Ils auraient déjà publié des articles et des livres suggérant que le cholestérol est innocent et que les statines seraient inutiles et toxiques…

Selon ces brillants sujets, si vous l’avez déjà dit, il vous est interdit de le répéter ; sous peine d’être soupçonné de terribles conflits d’intérêt et d’être un dangereux récidiviste.

Passons. Laissons ces chiens de garde (plus ou moins enragés) aboyer leur colère.

De toute façon, ils seront de moins en moins dangereux, leurs maîtres gardent courte la chaîne qui les tient à leurs niches !

 

 

 

 

Conférence à Lyon le 3 Juin 2016

La Chambre Nationale des Professions de Santé Durable organise avec le Conseil Régional Auvergne Rhône-Alpes une demi-journée de conférences sur le thème de la santé durable.

J’y donnerai une conférence sur le la prévention des maladies cardiovasculaires.

Ça se passe entre 14:00 et 20:00 dans l’amphithéâtre du Conseil Régional à :

Confluence, Esplanade François Mitterrand dans le deuxième à Lyon

Venez nous rencontrer, au moins pour boire un verre, c’est gratuit !

Réunion de l’AIMSIB à Lyon le 30 mai : attention !

 

Attention, aujourd’hui dernier jour d’ouverture des inscriptions !

Nous sommes le 13 Mai et la salle est quasiment pleine !

Merci à tous les inscrits !

Pour les autres, pas de tentative de suicide, mais manifestez-vous !

Et nous organiserons un autre réunion inaugurale si il y a assez de candidats ; et si quelques grands témoins acceptaient de se déplacer bénévolement !

Réunion inaugurale de l’AIMSIB le 30 mai à Lyon

Il ne suffit pas de créer une Association pour se donner les moyens d’agir ; il faut aussi agir.

Et pour agir, il faut s’en donner les moyens…

Les aimesibiens se réuniront donc le 30 mai à Lyon.

Suivez le lien suivant pour savoir où et comment ça se passe : http://aimsib.org/wordpress/

Cette réunion a pour but de réunir ! De fraterniser, voire de  confraterniser.

Réunir qui ? Toutes celles et ceux qui pensent pouvoir contribuer aux actions de l’aimsib.

ATTENTION, notre salle de réunion ne comporte que 150 places.

Priorité sera donnée aux premiers adhérents et premiers inscrits pour la journée du 30 mai.

Ne venez pas si vous n’êtes pas inscrits pour la journée. Vous ne pourrez pas rentrer, désolé !

Cette journée commencera à 10:00 et se terminera par l’épuisement des participants, probablement au Bar du coin…

Auparavant, et après avoir présenté l’AIMSIB (charte et objectifs), une vingtaine de « grands témoins » viendront nous dire comment ils voient les choses à propos de divers sujets [de Santé mais pas forcément de médecine] qui nous préoccupent tous plus ou moins : Nutrition protectrice, Aliments sains, Agriculture et élevage modernes mais non chimiques, Industrie agroalimentaire et compléments nutritionnels, Phytothérapie et herboristerie, Maladie de Lyme, Cœur et statines, Cancers et métabolisme, Vaccinations, Santé du système de santé, Médecine intégrative, Concepts de « prise en charge » et de « santé durable », Approche juridique et conflits d’intérêt, Science médicale versus médecine bienveillante, Académisme et alternatif, et d’autres choses en fonction d’autres témoins présents.

Parmi nos grands témoins, nous aurons les Professeurs Even, Joyeux et Schwartz, des agrobiologistes (dont Claude Aubert), des cardiologues belges et suisses, des médecins de chez nous (Les docteurs Arer, Cario, Nicot, Mercan, Coudron,…), des industriels de chez nous (Pierre Weill et L. Predal), des écologistes (conventionnels ou pas), des nutritionnistes (T. Souccar, M. Kaplan) et même des psychosociologues (K. Reggad) et des lobbystes (A. de Livois, D. Chardon), et d’autres témoins plus anonymes. Les débats et témoignages seront contrôlés par des fondateurs de l’AIMSIB (Présidente et vice-président, secrétaire, trésorier, …) et enregistrés (images et sons) par des bénévoles de l’AIMSIB.

Je répète : si vous souhaitez participer (et être présent), il faut s’inscrire le plus vite possible car le nombre de places est limité.

Mais sachez que si vous ratez cet épisode, il y en aura d’autres ; mais ce sera moins « historique » car pas « inaugural ».

A bientôt sur le navire amiral de la flotte !