ET LE "BON" CHOLESTEROL SOMBRA DANS LE RIDICULE …

Novembre 2009 nous réservait donc une drôle de surprise à notre retour du Japon (nous ferons, bien vite si possible, un compte-rendu de notre mission au Pays du soleil levant et à Okinawa) avec la très subtile étude ARBITER-6 HALTS publiée, sans honte aucune, dans le New England Journal of Medicine, la calamiteuse revue médicale anglosaxone qui fait référence auprès des “experts” des lipides et de la prévention des maladies cardiovasculaires.


Quand je parle de drôle de surprise, je veux dire que pour des chercheurs qui souhaitent montrer que l’idée qu’il y ait un “bon” et un “mauvais” cholestérol est ridicule, la publication d’études totalement biaisées (comme ARBITER-6 HALTS que je vais rapidement décrire ci-dessous) est évidemment une bonne nouvelle.
En effet, cela montre sans ambiguïté que les scientifiques (et les sponsors) qui supportent la théorie du “bon”cholestérol sont, au minimum peu crédibles, au pire des rigolos !
Je reconnais que traiter de “rigolos” des investigateurs qui publient dans le prestigieux New England Journal of Medicine peut paraître arrogant et me faire moi-même perdre en crédibilité, j’en ai conscience.
Mon problème ici c’est que j’ai du mal à trouver des qualificatifs plus appropriés non seulement pour les auteurs de l’étude, mais aussi pour les arbitres (les reviewers comme on dit en franglais) qui ont accepté de publier cet article (et qui sont probablement les auteurs des éditoriaux qui accompagnent l’article) et les éditeurs du journal en question, sans parler des journalistes qui sans aucun esprit critique se font l’écho de ce triste ersatz de science médicale. Qui croirait des rigolos ?

Soyons plus précis : pourquoi ne faut-il pas les croire ?

Parce que les minima requis attestant de la qualité d’un essai clinique ne sont pas réunis dans cette étude.
Chaque année, dans ma fonction de reviewers (arbitre conseillant les éditeurs) pour de grandes revues médicales, je rejette (et je ne suis pas le seul, généralement les autres reviewers sont totalement d’accord avec moi) des articles de meilleur qualité que celui-ci parce que de notre point de vue, ils ne respectent pas les règles basiques de l’essai clinique.
Pour ceux qui voudraient un éclairage un peu plus consistant sur le sujet des règles de l’essai clinique, je recommande la lecture de mes livres sur le cholestérol notamment “Cholestérol, mensonges et propagande“.

Qu’est-ce qui manque à ARBITER-6 HALTS ?

La première grande règle de l’essai clinique pour tester un médicament, outre le tirage au sort, c’est qu’il soit conduit en double aveugle. c’est-à-dire que ni les investigateurs ni les patients ne savent qui prend le médicament et qui est témoin. Ce n’est pas le cas dans ARBITER-6 HALTS et il n’y a aucune excuse de ne pas l’avoir fait.

La deuxième grande règle est de respecter scrupuleusement les termes du protocole : taille de l’échantillon, durée de l’essai. Si on ne le fait pas, on sort du principe de l’hypothèse a priori et on ouvre la porte à toutes sortes de biais.
Les investigateurs de ARBITER-6 HALTS ont arrêté prématurément leur essai sans raison valable. Ils l’ont décapité !

Ces deux violations des principes de l’essai clinique rendent l’essai ARBITER-6 HALTS totalement imprévisible. Bien que les auteurs rapportent une diminution des LDL (le “méchant” cholestérol) et une augmentation importante des HDL (le “gentil” cholestérol) sous l’effet du médicament testé (l’acide nicotinique), on ne peut valider ces résultats, à moins de faire les imbéciles !

On précisera que la technique utilisée (mesure de l’épaisseur de la paroi de l’artère carotide par les ultrasons) pour évaluer la maladie artérielle que l’on prétendait empêcher dans cet essai a été sévèrement critiquée dans des récentes études (notamment l’essai ENHANCE que j’ai décrit dans un billet précédent) et que de nombreux experts avaient juré que plus jamais ils ne s’appuieraient sur cette technique pour évaluer un médicament.

On notera également que :

1) l’article et les éditoriaux sont accessibles gratuitement sur le site du journal indiquant que quelqu’un (le sponsor évidemment) a payé pour nous (MERCI beaucoup !),

2) le jour même de la publication de l’étude, l’article sur l’acide nicotinique dans Wikipedia était “actualisé” avec un paragraphe vantant les mérites de l’étude ARBITER-6 HALTS !

Nous sommes donc indubitablement face à un marketing judicieusement orchestré !

Aujourd’hui, la science est le marketing promotionnel de l’industrie pharmaceutique !

Voilà au passage un bon exemple de détournement d’un outil a priori utile pour notre éducation qu’est Wikipedia :
naufrage aussi !

Le tableau ne serait pas complet si au même moment (et lors du même meeting de l’American Heart Association), une autre équipe testant le même médicament approximativement aux mêmes doses, et chez des patients très semblables, mais en utilisant une technique d’évaluation de la maladie artérielle un peu différente, avait obtenu des résultats diamétralement opposés : l’acide nicotinique n’avait eu aucun effet sur la maladie artérielle malgré encore une notable augmentation du “bon” cholestérol !

On pourrait dire beaucoup d’autres choses sur ce sujet du “bon” cholestérol et des maladies cardiovasculaires (je me permets une nouvelle fois de renvoyer les visiteurs de ce blog à mes livres) mais pour aujourd’hui cela suffit.

Décidément, les mois passent et la conclusion que l’on peut tirer de ce qui nous est servi c’est que les sciences médicales sont arrivées, au moins dans le domaine des médicaments anti-cholestérol, à un degré de ridicule assez fascinant.

Mais, il y a pire : on aurait pu penser qu’avec les nouvelles règlementations des essais cliniques mises en application depuis 2006-2007 environ (il faut du temps pour que les administrations mettent en place leur système de surveillance), on aurait des essais cliniques de meilleur qualité.
Effectivement, il est probable que les essais cliniques négatifs ne sont plus cachés (c’est-à-dire non publiés) ce qui est un progrès incontestable !
Par contre, les investigateurs (et leurs sponsors) prennent l’habitude de violer assez systématiquement (on l’a vu avec les essais ENHANCE et JUPITER par exemple) les règles des essais cliniques.
Et ces brillants scientifiques de trouver des complices dans les Sociétés Savantes et les grands journaux pour publier cette très mauvaise recherche clinique.
Désespoir !

32 Replies to “ET LE "BON" CHOLESTEROL SOMBRA DANS LE RIDICULE …”

  1. Cher Docteur,
    Après la lecture de 2 de vos livres, je n’ai plus pris de statines, je me suis mis au sport et corrigé mon alimentation.
    Mon cholestérol total est actuellement de 2,54 l’HDL 0,54 et le LDL 1,75. Pourtant, à 59 ans, un xanthelasma m’est apparu sous l’oeil gauche. Me conseillez-vous de prendre de la levure de riz rouge pour faire baisser mon taux de cholestérol, lequel risque fort d’être responsable de ce symptôme?
    Avec mes sentiments respectueux
    NC

    S’il-vous-plaît, oubliez votre xanthelasma !

    Amicalement

  2. Chère Josée,

    Vous m’avez mal lu. Il ne s’agit pas de prendre le cholestérol sous un autre angle. Il s’agit d’abandonner l’idée que le cholestérol est dangereux. Nos artères et notre coeur sont sous la menace de bien d’autres agresseurs, et c’est perdre son temps que de faire la guerre au cholestérol … Chez votre mari, en plus, la statine lui empoisonne la vie … Et lui provoque sans doute bien d’autres effets secondaires qui pourraient s’avérer tragiques quand ils feront surface. Vous n’avez pas besoin d’un médecin spécialisé pour adapter votre mode de vie, et oublier le cholestérol … Lisez moi vraiment s’il vous plaît. Bonne route, matelots !

  3. Cher Docteur,
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre second livre traitant du cholestérol. Mon mari, presque 76 ans, prend du Zocor depuis de nombreuses années.
    En plus du cholestérol il a d’affreuses douleurs rhumatismales a un genou (suite à un accident), au pouce d’une main, sous un pied (hallux valgus).
    J’ai essayé vainement de faire supprimer les prescriptions de statines par notre médecin généraliste. La réponse du médecin : "vous voulez le tuer !"….
    Je vous serais très reconnaissante de bien vouloir m’indiquer dans notre secteur (57 Hagondange) un médecin qui accepte de considérer le problème cholestérol sous un angle "anti-statines" (si je puis dire…..).
    Merci d’avance. Cordialement
    Josée

  4. Cher Sylvain,

    Je vous encourage fortement dans votre démarche consistant à découvrir la méthode scientifique par vous-même, mais des ouvrages ont été écrits pour accélérer le processus d’ingestion-analyse critique; définitivement, les sciences médicales d’aujourd’hui coûtent très chers ! pour que ce soit différent, il faudrait une “révolution” des pratiques et principes ! Amitiés

  5. Cher Docteur, merci pour vos réponses.

    Pour faire un suivi de patient, il n’y a pas forcément besoin d’argent ?
    A l’hôpital où je travaille, je vois pas mal de protocoles mis en place pour voir l’effet de la chirurgie bariatrique sur les carences vitaminiques, sur l’ostéoporose, sur tel ou tel paramètre. Cela coûte t-il de l’argent ?
    Evidemment, ce n’est pas un essai clinique randomisé et en double aveugle, mais c’est au moins un suivi de cohorte qui peut apporter des renseignements non ?

    Cordialement

    Sylvain D.

    PS : quel est votre mail ?

  6. Cher Sylvain,

    je mets vos questions en ligne car elles sont intéressantes et peuvent “intéresser” de nombreux visiteurs de ce blog. Deux questions donc : 1) les statines augmentent-elles la prévalence de l’ostéoporose ?
    Réponse : certains au contraire ont prétendu que les statines protégeaient de l’ostéoporose sur la base d’études sponsorisées et presque “ridicules” sur le plan méthodologique. Ces piètres investigateurs ont bien vite “remballé” leur camelote, certains leur ayant fait probablement comprendre qu’ils desservaient la cause qu’ils prétendaient défendre. Tout ça pour dire que pour renverser la vapeur, c’est-à-dire montrer un effet favorisant l’ostéoporose, il faudra des investigateurs indépendants (qui trouveront une source de financement indépendamment de l’industrie) et aussi particulièrement pugnaces. En effet, les institutions d’état (ANR, INSERM et CNRS par exemple) n’ont pas l’habitude de (n’ont pas mission à, selon leurs responsables) financer des recherches impliquant des produits “commerciaux”. De toute façon, si un projet de ce genre arrivait par un heureux hasard jusqu’au bureau d’un spécialiste de l’ostéoporose et/ou des statines (servant d’expert pour attribuer le financement), il aurait tôt fait de le mettre au panier soit parce qu’il a été payé par l’industrie des statines soit parce que (sur la base des études antérieures citées plus haut), il trouverait ce projet sans intérêt par rapport à d’autres. La compétition est dure ! Donc, à moins de coup de chance (ou qu’un expert trahisse son sponsor), nous aurons du mal à répondre à votre question ! Pour le moment, je n’ai pas de données solides à vous fournir ! 2) les statines diminuent-elles la sécrétion des sels biliaires ? Réponse : à nouveau je ne le sais pas. Certains ont récemment prétendu que les statines diminuaient le risque de pathologies biliaires ! Ce qui répond un peu, mais pas vraiment, à votre question car les calculs biliaires sont faits de cholestérol. On peut penser toutefois que si le foie sécrète moins de cholestérol , il sécrète aussi moins de sels biliaires, ce qui expliquerait les troubles digestifs de certains patients sous statine. Ceci dit, la littérature médicale des 15 dernières années est pleines de choses sans intérêt (et jamais confirmées) sur les statines, ce qui incite à la prudence ! Des données solides, je n’ai donc point et il y a peu de chance que nous en ayons (voir le commentaire à votre première question). Amicalement

  7. ***** Vous n’êtes pas obligé de faire paraître mon intervention *****

    Bonjour Docteur,

    quel est votre adresse email, SVP ?

    Je me présente : je suis prof de biologie (depuis 10 ans) et je fais des études de diététique.
    Hier, j’ai fait un Power Point sur la vitamine D.

    Vous savez que le cholestérol est le précurseur de tout un tas de molécules et que les statines sapent toute cette chaine à la base.
    J’aimerai savoir si des études montrent que :
    – les statines augmentent la prévalence de l’ostéoporose ?
    – les statines diminuent la sécrétion des sels biliaires ?

    J’aimerai savoir si le fait de prendre des statines diminuent la concentration sérique en 25(OH)D.
    Si c’était bien le cas, est-ce que ça ne pourrait pas expliquer une augmentation des infections, des faiblesses musculaires et des cancers avec le rôle primordial de la vitamine D et de ses récepteurs (RVD) ?

    Je vais faire mon mémoire sur "les idées reçues en nutrition".
    Pour me documenter, j’ai acheté "Le gingembre est aphrodisiaque" (Editions Thierry Souccar) et "Les carottes rendent aimables".
    J’hésite à aborder le problème du cholestérol, car j’ai peur de réactions négatives face à un jury peu informé et prêt à me sanctionner le jour de l’oral de présentation de mon mémoire.

    Cordialement

    Sylvain D.

  8. Cher Jacques,

    Je vous remercie de votre message et de votre confiance. Vous dites que vous avez lu mon livre (je ne sais pas lequel des 5) mais je vous recommande de le relire ou de lire les autres car les réponses à vos questions s’y trouvent. Quelles questions ? 1) Puisse- je arrêter brutalement mon traitement ?
    Réponse : Non, par prudence, quoique je n’ai pas de certitude à ce propos (je l’explique plusieurs fois dans mes livres. 2) Mon taux de cholestérol initialement élevé ne va t-il pas remonter ?
    Réponse : Oui bien sûr, un peu ou beaucoup cela dépend des doses de zocor et de la diète méditerranéenne que vous adopterez, mais le cholestérol n’a plus d’importance si vous suivez les conseils que je donne. Ceci dit, cet échange n’est pas une consultation et vous êtes peut-être un cas particulier. Il est donc urgent de lire très attentivement mes livres. 3) Vivre avec un taux de cholestérol au dessus de la moyenne ne représente donc pas un danger pour ma santé ?
    Réponse : en général, non, URGENT de lire mes livres. Ceci dit, cet échange n’est pas une consultation et vous êtes peut-être un cas particulier. Il est donc urgent de lire très attentivement mes livres. 4) Que doit je faire ?
    Réponse : cet échange n’est pas une consultation et vous êtes peut-être un cas particulier. Il est donc urgent de lire très attentivement mes livres.
    Bonne Année 2010 !

  9. Cher Docteur,

    J’ai lu votre livre et je vous remercie de nous avoir encore dévoilé un autre mensonge de notre société de consommation.
    Depuis 2007, mon médecin m’a prescrit du ZOCOR.
    Étant décidé à ne plus me laisser empoisonner aveuglement, j’envisage d’arrêter de prendre ce médicament car si je vous ai bien compris si le cholestérol n’est pas coupable, il n’y a pas de raison de le prendre.
    Cependant j’ai quelques questions :
    – Puisse- je arrêter brutalement mon traitement ?
    – Mon taux de cholestérol initialement élevé ne va t-il pas remonter ?
    – Vivre avec un taux de cholestérol au dessus de la moyenne ne représente donc pas un danger pour ma santé ?
    – Que doit je faire ?
    Merci !

  10. Cher Léo,

    Merci de votre confiance. Pour évaluer votre risque j’ai besoin de savoir plus sur vous ; et votre cholestérol ne m’ait d’aucun secours. Une consultation médicale “sérieuse” nécessite que patient et médecin se rencontrent, et pas entre deux portes. Un examen clinique, concernant vos artères accessibles, est également très utile. Puisque vous semblez apprécier ma prose, lisez et relisez moi (pas seulement le dernier livre), vous trouverez tout ce qu’il vous faut en termes de mode de vie pour réduire, voire anéantir, votre risque. Il faut commencer par arrêter de fumer, évidemment ! il ne sert à rien, de s’inquiéter si la première étape n’est pas franchie. Amicalement

  11. Cher Docteur,
    je me suis procuré un de vos livres et ceci a eveillé mon interet dans vos recherches.
    J’ai 37 ans, je fume moins d’un paquet par semaine, je fais 2-4 hres d’exercices par semaine (kung fu) en 1 ou 2 sessions, il n’y a pas de cardiaques dans ma famille, je consomme de l’alcool avec moderation et je ne fais pas d’embonpoint. J’essaie de diminuer ma consommation de viande rouge, je mange du poisson (sardine, thon, saumon) au moins une a deux fois par semaine et je prends des capsules d’omega-3. Je prends egalement du Celexa, 30 mg. De plus, je consomme une bonne quantité de legumineuses, fruits et legumes, des noix, et de l’huile d’olive.
    Je fais du cholesterol elevé: 7.11 mmol/L avec le bon HDL = 1.91 mmol/L. Pas de tryglycerides et des niveaux normaux pour le reste. Le medecin voulait me prescrire des statines, mais je n’etais pas d’accord.
    Avec ma description courte, croyez vous que je cours une risque accrue d’avoir des problemes cardiaques?
    Merci!

  12. En anglais ça donne plutôt:
    What is wrong with ARBITER-6 HALTS?
    The first essential rule in medicine clinical tests – besides randomisation – is that they must be led double blinded, i.e. neither the investigators nor the patients know who takes the medicine and who is a control. This is not the case for ARBITER-6 HALTS and there’s no excuse for that.
    The second essential rule is to carefully respect the study protocol. : sample size and study duration. If this is not done, we do not respect the principle of the a priori hypothesis and all sorts of bias may then interfere.
    The investigators of ARBITER-6 HALTS interrupted their test abruptly with no particular reason. They made it meaningless.
    These two violations of the clinical tests principles make the ARBITER-6 HALTS study quite unpredictable. Although the authors report an LDL (bad cholesterol) decrease and an important HDL (good cholesterol) increase that they ascribe to the tested medicine (nicotinic acid), these results cannot be accepted unless playing dumb!
    It seems important to specify that the technique used (measuring the thickness of the inner surface of the carotid artery through ultrasound) to estimate the artery disease that was supposed to be stopped in this test was severely criticized in recent surveys (particularly the ENHANCE trial) and a lot of experts had sworn they would never again trust this technique to test a medicine.

  13. Cher ccmiens,

    Très bon texte. j’approuve ! Mais peut-être un peu long pour wikipedia. Vous pouvez essayer. Tenez moi au courant. Merci

  14. Bonjour Docteur,
    Pour vous prendre au mot voici la traduction d’une partie de votre billet que je vais essayer de proposer sur wikipedia. Si vous m’y autorisez naturellement et après vos corrections éventuelles. Cette traduction a été effectuée par un ami, praticien de la langue de Shakespeare.
    Bien amicalement
    What is wrong with ARBITER-6 HALTS?
    The first essential rule in medicine clinical tests – besides lot drawing
    – is that they must be led double blind, i.e. neither the investigators
    nor the patients know who takes the medicine and who is present as a
    witness. This is not the case for ARBITER-6 HALTS and there’s no excuse
    for not doing it.
    The second essential rule is to respect the terms of the procedure
    carefully: sample size and test duration. If this is not done, we do not
    respect the principle of a priori assumption and all sorts of false ways
    are therefore possible.
    The investigators of ARBITER-6 HALTS interrupted their test sharply with
    no particular reason. They cut its head off.
    These two violations of the clinical tests principles make the ARBITER-6
    HALTS tests quite unpredictable. Although the authors report a decrease of
    LDL (bad cholesterol) and an important increase of HDL (good cholesterol)
    due to the tested medicine (nicotinic acid), these results cannot be
    recognized unless playing dumb!
    It seems important to specify that the technique used (measuring the
    thickness of the inner surface of the carotid artery through ultrasound)
    to estimate the artery disease that was supposed to be stopped in this
    test was severely criticized in recent surveys (particularly the ENHANCE
    test I described in a previous note) and a lot of experts had sworn they
    would never trust this technique to test a medicine.

  15. Cher David,

    Vous émettez des réserves sur l’homme ! Vous avez raison, on n’est jamais trop prudent ! Tout de même, l’insulte vole bas comme on dit ! Un des mes récents correspondants sur ce blog, fort d’une impavide froideur intellectuelle, me disait à propos de mon texte sur le “bon” cholestérol que mes états émotionnels transparaissaient trop dans mes observations et que c’était vilain, très vilain ! Sa propre froideur trouvait donc assez vite ses limites. Tout ça pour dire que je vais vous le dire le plus gentiment possible : vous n’avez pas compris ce que je dis (parce que vous n’avez pas fait un effort suffisant, bien que vous en soyez capable comme votre prose semble l’indiquer). Il vous faut travailler un peu plus et ne pas vous arrêter à un ou deux textes sur un blog, sachant que le rédacteur de ces blog-billets sait parfaitement qu’un visiteur passe moins de 5 minutes sur un billet-blog ! Il faut donc “l’attraper” au passage et lui donner envie d’aller un peu plus loin. Pour le plus loin, vous pouvez lire mes livres (le livre est indispensable pour développer un raisonnement construit) ou si vous lisez l’anglais mes articles scientifiques mais dans ce cas c’est plus pénible car il faut en ingurgiter des dizaines avant d’avoir une synthèse comparable à celle d’un livre. Allez, bon courage David, et cessez de caricaturer mes idées en essayant de les “coller” sur l’idéologie (la propagande) commerciale. NB : Cette propagande “commerciale” est aujourd’hui assurée par des “universitaires” et chercheurs au cas où ça vous aurait échappé. Amitiés

  16. cher docteur,
    il y a une petite chose qui me gêne dans votre position affirmée envers le cholestérol. Le discours sur les statines (et sur tout traitement hypocholestéolémiant) est loin d’être nouveau et tout le monde (tous ceux qui ont voulu le savoir) sait depuis des décennies que et les statines et les fibrates ont des efets secondaires, y compris métaboliques, redoutables. Même la AHA le reconnait et reconnait aussi que labelliser les produits "cholesterol free" était une imbécilité. on comprend aussi que cette imbécilité, tout comme les traitements cités sont pour le peu lucratifs si ce n’est de vrais poules aux oeufs d’or. Donc ceci- OK. Mais: ce que vous sous entendez semble être le fait que le taux de cholestérol est sans rapport avec la fréquence et avec la gravité des accidents cardiaques et vasculaires et- ceci vous ne le dites pas directement mais il me semble qu’il ne peut être autrement- avec le développement de l’athérosclérose. Or il me semble que les statistiques sont un peu moins catégoriques que vous. Comme vous connaissez votre sujet et que vous avez l’air de vous rendre compte de ce petit détail, vous proposez en échange des traitements- un mode de vie et d’alimentation (que vous refusez d’appeller "hygiéno-diététique" car trop simple de compréhension…) qui justement permet de diminuer le taux de cholestérol (et d’augmenter ce HDL cholestérol tant honni et qui finalement ne devrait même pas exister). C’est bien, c’est certainement mieux que les traitements. SAUF QUE: si on lit et adopte votre message anti traitement sans adhérer à votre "doctrine" on risque d’y laisser sa peau. Et ceci ne transparraît pas vraiment dans votre discours…. Personnellement, ça me gêne de demander une obéissance aveugle (même éclairée) sous peine de mort! Je garde le respect pour l’intellect mais j’émet des réserves sur l’homme.

  17. Monsieur Jacques,

    Je ne sais pas où vous avez lu que l’alimentation n’intervient que pour 30% dans l’infarctus mais il faut rapidement fermer le livre qui dit de telles âneries ! Et de se précipiter sur les livres du bon Dr de Lorgeril qui vous explique les choses un peu différemment. Bonne lecture !

  18. Cher Jacques,

    Je vous remercie de vos bons conseils d’intellectuel affermi qui me seront certainement très utiles dans l’avenir. Merci aussi pour vos recommandations à propos de mes états émotionnels ! Ceci dit, je crois que je vais encore pour un moment préférer mes “gros sabots” à vos “bottes de sept lieux”, mieux vaut “traîner un peu les pieds” face à la propagande éhontée qui vous a visiblement submergé et se donner un peu de temps avant de décider de s’empoisonner volontairement ! Les culs-terreux à “gros sabots” de mon genre sont probablement aujourd’hui les plus résistants au principe de l’esclavage volontaire ! Puis-je me permettre un conseil : arrêtez votre statine, attendez quelques semaines que vos neurones récupèrent et relisez sereinement mes “écrits émotionnels”, et pas seulement sur ce blog ! Bon vent l’ami et à bientôt !

  19. Bonjour Docteur,
    Alors! si l’alimentation n’intervient que pour 30% dans les infarctus, qu’est-ce qui provoque le mecanisme amenant à la thrombose…
    Mais que fait le foie ?
    Est-ce lui le malade ?

  20. Il est vrai que sur la forme, vos articles sont souvent un peu trop gorgés de raccourcis et de digressions (comme le souligne CS), cela crée un décalage malheureux entre la finesse et la pondération que l’on attend d’un cardiologue et chercheur au CNRS, et les gros sabots que vous chaussez ici.
    Vous avez l’air de quelqu’un d’éclairé mais vous laissez transparaître de façon systématique vos émotions au travers de vos thèses, qui exigent au contraire une totale raison.
    Comment avec ceci le lecteur peut-il vous accorder son crédit ?
    Amicalement

  21. OK ! j’avions ps compris, je remets comme c’était. Amicalement

  22. Bonjour Docteur,
    Je voulais écrire "labotomisé". Mauvais jeu de mots, mais jeu de mots évocateur.
    Bien amicalement

  23. Cher ccmiens,

    Oui, vous avez raison, mais les puissants ne le sont pas a perpétuité. Comme dit JM Pelt, à terme, ce sont toujours les “petits” qui s’adaptent le mieux et qui gagnent ; “small is beautiful” et David vainquit Goliath ! Juste un peu de patience ! Amitiés

  24. Bonjour Docteur,
    Le monde médical est en grande partie “labotomisé”. C’est la lutte du pot de fer contre le pot de confiture.
    Amicalement

  25. Cher CS,

    Je vous félicite de votre premier effort pour éveiller votre esprit critique puisqu’une démarche (dont j’ignore l’origine) vous a déjà conduit jusqu’à ce blog. Encore un petit effort et vous lirez mes livres en français où j’expose longuement la “théorie du cholestérol” que vous semblez défendre. Elle est, au moins pour les scientifiques et médecins consciencieux, beaucoup plus compliquée dans ses méandres moléculaires que ce que vous semblez croire. Elle n’en reste pas moins dans sa version actuelle totalement démentie par les faits comme l’essai ARBITER 6-HALTS le montre, malgré une navrante tentative de tromper les lecteurs du rapport. Si augmenter massivement le “bon” cholestérol ne fait rien de “bon” (à moins de biaiser les essais), c’est que ce prétendu “bon” cholestérol n’a rien de “bon” ! Ce que l’essai ILLUMINATE avait déjà LUMINEUSEMENT démontré. Je vous renvoie à vos archives. Vous avez toutefois, cher CS, fait déjà un grand progrès en comprenant que le cholestérol ne bouche pas les artères. Si vous êtes vraiment très très courageux, vous irez lire aussi mes publications scientifiques (toutes en anglais comme vous savez) où nous expliquons notre façon de voir les maladies cardiovasculaires sans avoir besoin d’un “bon” et d’un “mauvais” cholestérol. Finalement, puis-je me permettre de vous rappeler qu’un blog est un lieu publique qui s’adresse à des lecteurs très variés et qu’il faut simplifier les messages pour être compris par le plus grand nombre. Certes, l’industrie pharmaceutique qui salarie des cohortes de professionnels des médias pour faire sa propagande le fait mieux que moi, j’en conviens. Est-ce de ce complot-là dont vous voulez parler ? Allez bonne route, CS, vous vous souviendrez de moi dans les mois et années qui viennent quand l’arnaque du cholestérol aura été totalement “dévoilée”.

  26. Cher Docteur,

    Je me demande comment vous faites aussi bien semblant de ne pas savoir que la notion de "bon" et "mauvais" cholestérol n’est qu’une vulgarisation (peut-être un peu trop simpliste) de la théorie de l’athérosclérose, et qu’aucun médecin ne croit vraiment que le cholestérol comme tel est bon ou mauvais.

    Il serait utile de d’exposer à vos lecteurs la vraie théorie que vous contestez au lieu de la version déformée par vous dans le but de la rendre ridicule.

    En effet, comme vous l’avez appris en première année de médecine, les "gentils" HDL ne sont pas "une forme de cholestérol" mais plutôt un contenant à cholestérol qui le transporte de la périphérie vers le foie afin qu’il puisse être éliminé dans la bile.

    Les "méchants" LDL quant à eux sont susceptibles de se déposer dans la paroi des artères et de contribuer à la formation de plaques friables. Vous savez très bien également qu’aucun médecin ne croit que les artères sont bouchées par des "mottes" de cholestérol libre.

    Mais je vous l’accorde, c’est beaucoup plus amusant de faire croire aux gens qu’il a une grande conspiration (et ça fait vendre plus de livres aussi).

  27. Re,
    Vous évoquez ce paragraphe là ?
    A clinical study, results of which were presented at the 2009 annual meeting of the American Heart Association and published in the New England Journal of Medicine suggest that in combination with statins, Niaspan, a form of niacin, is more effective than Zetia at reducing arterial buildup.[17]
    Cordialement

  28. Cher ccmiens,

    Actualiser wikipedia serait une bonne idée, vous avez raison, mais je n’ai même pas le temps de raconter ce que nous avons découvert à Okinawa … Allez-y vous sur Wikipedia ! Amicalement

  29. Bonjour Docteur,
    Il me semble que vous pouvez aussi actualiser l’article du Wikipedia.
    Bien amicalement

Comments are closed.