Cholestérol, statines et diabète : « Lettre ouverte » au Pr Grimaldi

Voici le texte (repris par quelques médias) de la Lettre ouverte que j’ai adressée au Pr Grimaldi, le diabétologue qui a pris la tête des « défendeurs » de l’utilisation massive des statines chez les diabétiques et aussi beaucoup d’autres personnes dites « à risque ».

L’enjeu est de taille pour l’industrie (et ses experts subventionnés) car le diabète est typiquement une situation à haut risque de complications cardiovasculaires. Si diminuer le cholestérol avec une statine n’est d’aucune utilité chez les diabétiques, il y a peu de chance que ce soit utile chez d’autres patients « à risque élevé ».


LETTRE OUVERTE AU Pr GRIMALDI DIABÉTOLOGUE

Cher ami et collègue,

Dans diverses tribunes, vous vous insurgez ces jours-ci contre les écrits du Pr Even concernant le cholestérol et les statines.

Je vous sais honnête et de bonne foi ; je sais que votre principale préoccupation est la santé et l’avenir de vos patient ; et je vois qu’avec humilité vous ne prétendez pas déborder les limites de votre spécialité, le diabète.

Je m’adresse donc à vous diabétologue pour parler du cholestérol et du diabète avec confiance car je pense que vous saurez écouter avec attention et modestie un autre spécialiste de ces questions qui depuis plus de 10 ans, et avec des collègues de toutes nationalités, donne l’alerte, y compris dans des publications de haut niveau scientifique.

Vous écrivez que les statines sont de bons médicaments pour les diabétiques et qu’il faut baisser le cholestérol de ces patients ; c’est votre droit de le penser mais c’est autre chose de le prouver sur une base scientifique solide.

Comme vous le savez, pour prouver (au sens vulgaire du terme) une théorie médicale et scientifique, il faut faire des essais cliniques avec tirage au sort et double aveugle ; il faut clairement définir une hypothèse a priori pour ne laisser aucune place au hasard, sélectionner une population adaptée à l’hypothèse testée – ici des diabétiques – et décrire à l’avance les procédures de l’essai (date de début et de fin de l’essai par exemple) et les tests statistiques qui permettront de vérifier cette hypothèse.

Telles sont les règles et pratiques de la bonne recherche clinique, vous le savez aussi bien que moi.

Combien d’essais cliniques testant les effets d’un médicament faisant baisser le cholestérol chez des diabétiques, et respectant ces règles basiques, ont été publiés à ce jour ?

Quatre, et pas un de plus : ils s’appellent CARDS, ASPEN, 4D et FIELD.

Comme vous le savez, trois de ces essais sont totalement négatifs : ASPEN, 4D et FIELD.

Le 4ème, le fameux CARDS, souffre d’un grave problème méthodologique puisqu’il a été arrêté prématurément (deux ans avant le terme calculé dans l’hypothèse a priori) en l’absence de toute justification clinique acceptable – malgré les proclamations des auteurs et du sponsor Pfizer – puisqu’au moment de l’arrêt, on comptait exactement 24 décès cardiaques dans le groupe recevant le placebo contre 18 dans le groupe recevant la statine. La mortalité totale – ou l’espérance de vie sur cette courte période de temps – n’était pas non plus différente d’un groupe à l’autre. Il y avait donc grande urgence à ne pas amputer, en l’interrompant (hors protocole), cet essai clinique. Je vous accorde qu’on pourrait, avec une coupable indulgence, créditer ces investigateurs – et l’atorvastatine testée – du bénéfice du doute.

Malheureusement, les deux autres essais testant l’atorvastatine chez des diabétiques sont totalement négatifs, ce qui du moins nous permet de lever le doute concernant CARDS. En plus – et c’est une observation très en défaveur des investigateurs – ceux-ci n’ont pas déclarés leurs multiples liens d’intérêt avec des entreprises commerciales.

Vous pourriez évoquer d’autres essais cliniques où des investigateurs – peu regardants sur les principes et règles – ont analysé a posteriori les effets d’une statine ou d’une autre sur des sous-groupes de diabétiques constitués sans tirage au sort. Ces études ont une très faible valeur scientifique, vous le savez, et ne devraient même pas être évoqués quand il s’agit de la santé, de la sécurité, et de l’avenir de nos patients.

Un dernier point, cher ami, concerne justement l’effet des statines sur la survenue de nouveau diabète chez des patients jusque-là indemnes.

C’est un très grave problème de Santé Publique et la Food and Drug Administration (FDA) des USA a lancé une alerte en 2012 à ce propos. Vous n’êtes pas sans savoir que ce risque a été admis autour de 30% dans les essais commerciaux type JUPITER et jusqu’à 70% dans les études de cohortes indépendantes comme la Women Health Study. Outre l’évidente minimisation du problème par les commerciaux, c’est considérable – des dizaines de milliers de nouveaux diabétiques en France chaque année à cause des statines – et c’est tragique quand on mesure toutes les complications non cardiovasculaires (maladies infectieuses, déclin cognitif, dépression, pathologies rénales et oculaires ; et surtout nouveaux cancers) auxquelles sont exposés les diabétiques.

Le seul argument des tenants des statines chez les diabétiques, c’est de prétendre qu’il n’y a là aucun problème puisque les diabétiques seraient protégés par leurs statines ; ce qui est absolument faux pour les complications cardiovasculaires (comme démontré ci-dessus) et évidemment aussi pour les complications non cardiovasculaires que les statines au contraire aggravent pour la plupart.

Si je comprends que vous ne puissiez du jour au lendemain admettre l’ensemble de cet argumentaire, je pense qu’il est urgent – plutôt que des anathèmes qui ne consolident pas l’idée que le public et les patients se font de notre profession – que vous convoquiez une réunion d’experts libres et indépendants afin que nous puissions discuter sereinement de l’ensemble de ces questions.

Nous ressortirions tous grandis de cette difficile période.

87 réflexions au sujet de « Cholestérol, statines et diabète : « Lettre ouverte » au Pr Grimaldi »

  1. Porter plainte ?

    Imaginons qu’un citoyen de ce blog soit assez motivé pour porter plainte contre un leader d’opinion, qui désinforme dans cette histoire de cholestérol.
    Voir article LaNutrition : http://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-maladies/le-cholesterol/cholesterol-et-statines-comment-le-magazine-de-la-sante-a-traite-la-polemique.html

    C’est le conseil de l’ordre qui est compétent pour instruire ce manquement à l’article L 4113-13 du CSP.
    Voir sur le site du Formindep les multiples textes qui concernent cette loi dont nous avons obtenu les décrets d’application en 2007

    Il est souhaitable que ce soit un non-médecin qui porte plainte pour éviter le risque de représailles vis-à-vis d’un médecin. Il n’y a aucun risque pour un simple citoyen. Il suffit d’une lettre envoyée en RAR.

    Il sera proposé au plaignant une procédure de conciliation, qu’il peut accepter ou décliner.
    Cette procédure se déroule à l’ordre et les parties peuvent être accompagnées ou représentées.

    L’intérêt de cette plainte est multiple :
    - porter plainte contre un leader d’opinion qui se fout ouvertement de la loi.
    - Mettre l’ordre devant ses responsabilités et ses probables incompétences.
    - Médiatiser pour faire avancer la cause de l’indépendance. Le fait qu’un simple citoyen porte plainte serait également symbolique.

    Rien n’empêche que plusieurs personnes s’associent pour porter plainte ensemble. Cela n’aura que plus de poids.

    Exemple de lettre :

    Madame la Présidente,

    Je porte à votre connaissance l’article de presse suivant paru sur le site de …. :
    http://www…..
    Voir article en pièce jointe.

    Le professionnel de santé interviewé, le Dr X, cite nommément des produits de santé SSSS.
    Cet article cite également dans son chapô la firme ABC qui commercialise SSSS.

    Dans cet article il n’est nullement fait mention des éventuels liens d’intérêts que pourrait avoir le Dr X, en application de l’article L4113-13 du code de la santé publique et ses décrets (art R 4113-110 du CSP), dont l’ordre des médecins a en charge l’application.

    Cet article précise en effet que :
    « les membres des professions médicales qui ont des liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits sont tenus de les faire connaître au public lorsqu’ils s’expriment lors d’une manifestation publique ou dans la presse écrite ou audiovisuelle sur de tels produits. Les conditions d’application du présent article sont fixées par décret en Conseil d’Etat. Les manquements aux règles mentionnées à l’alinéa ci-dessus sont punis de sanctions prononcées par l’ordre professionnel compétent. »

    En tant que citoyen, usager du système de santé, cette transparence et cette indépendance de l’information médicales me semblent essentielles. Les récents scandales sanitaires ont démontré en effet l’importance d’une information médicale transparente, où les influences commerciales susceptibles de la biaiser seraient clairement exposées.

    En conséquence, je vous demande de bien vouloir vous assurer de l’existence de liens entre le Dr X et des entreprises et des “établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits”. Si tel est le cas, je vous informe de ma décision de porter plainte contre le Dr X auprès de votre instance pour violation de l’article L 4113-13 du code de la santé publique.

    Ne doutant pas de l’importance que vous accorderez à ma démarche, et dans l’attente, je vous prie d’accepter Madame la présidente, l’assurance de mes sentiments respectueux.

    Signé : …

    1. phil443
      En réponse à : Porter plainte ?

      ce que ne pourra pas dire un médecin non plus, c’est que c’est le conseil de l’ordre est complice, ne serait-ce que par son silence… ne connaissez vous pas l’expression « silence complice » ? :)

  2. Caution

    Et pendant ce temps, dans le même esprit que alltrials.net (obliger les chercheurs et labos à publier TOUS les résultats, donc les négatifs compris) voici que les médecins et étudiants en médecine du Royaume-Uni se rebellent contre les conflits d’intérêts dans leur profession et leurs conséquences néfastes en matière de recommandations officielles : http://badguidelines.org/

  3. Inoxydable

    D’Après Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

    Les humains malades des statines
    Un mal qui répand la terreur,
    Mal que Bigpharma en sa fureur
    Inventa pour punir les cardiaques de la terre,
    Les statines (Crestor,qu’il faut l’appeler par son nom)
    Capable d’enrichir en un jour l’industriel,
    Faisait au cholestérol la guerre.
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
    On n’en voyait point d’occupés
    A chercher le soutien d’un Médecin éclairé ;
    Nul conseils de Diète n’éclairait leur envie ;
    Cardiologues, Diabétologues épiaient
    La douce et l’innocente proie.
    Les Amants se fuyaient :
    Plus d’amour, plus de vie, partant plus de joie.
    L’ ANSM tint conseil, et dit : Mes chers amis,
    Je crois que Ploutos a permis * * Dieu de l’argent
    Pour notre profit cette infortune ;
    Que le plus menteur de nous
    Se sacrifie aux traits de la presse aveugle,
    Peut-être il parviendra à museler MDL.
    L’histoire nous apprend qu’en de tels moments
    On fait de pareils dévouements :
    Ne nous déjugeons point ; voyons sans scrupules
    L’état de notre pécule.
    Pour nous, satisfaisant mes appétits gloutons
    J’ai prescrit à force moutons.
    Que m’avaient-ils fait ? Nulle offense :
    Même il m’est arrivé quelquefois de tuer
    Le Patient.
    Je me défilerai donc,il le faut ; mais je pense
    Qu’il est bon que chacun en fasse autant que moi :
    Car on doit souhaiter selon notre justice
    Que De Lorgeril périsse.
    Bigpharma, dit le Professeur, vous êtes trop bon Magnat ;
    Vos profits nous font avoir beaucoup de largesses ;
    Et bien, avalez vos médicaments moutons, sotte espèce,
    Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
    En les empoisonnant beaucoup d’honneur.
    Et quant au Patient l’on peut dire
    Qu’il était digne de tous maux,
    Étant de ces assurés sociaux
    Sur qui se fait un immense empire.
    Ainsi dit l’Expert et flatteurs d’applaudir.
    On n’osa trop approfondir
    Les études, les statistiques, ni les autres nuisances,
    Les effets secondaires et toutes carences.
    Tous ces gens querelleurs, jusqu’aux simples pékins,
    Au dire de ces nains, n’étaient que des crétins.
    Cet autre vint à son tour et dit : J’ai souvenance
    Qu’au dires de certains patients,
    Les douleurs, le diabète, la libido, la mémoire je pense
    Au diable aussi s’aliénant,
    Je révisais mes prescriptions en tenant bien ma langue.
    Je n’en avais nul droit, le Protocole est net.
    A ces mots on cria haro sur ce simplet.
    Un Toubib quelque peu clerc prouva par sa harangue
    Qu’il fallait dévouer ce maudit anormal,
    Ce pelé, ce galeux, d’où viendra tout leur mal.
    Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
    Nier le cholestérol ! quel crime abominable !
    Rien que moquer et discréditer n’était capable
    D’expier son forfait : on le lui fera bien voir.
    Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements Presse vous rendront blanc ou noir.

      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Cher Docteur, c’était juste un exercice d’humour apres avoir lu certains commentaires sur ceux qui ne ressentent pas « encore » les éffets néfastes des Statines ». Ca m’a rappelé quelques vers, les premiers de ce poême de La Fontaine, j’ai bien ri et le modifiant et bien plus en regardant votre réponse. Il y a longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Mais il n’y avait rien contre vous!
        Votre respectueux et dévoué « survivant ».

  4. Michel

    Merci de publier la réponse du professeur Grimaldi, car je suppose qu’il n’a pas poussé l’impolitesse jusqu’à ne pas répondre ! Beaucoup de lecteurs de ce blog sont très impatients de la lire !

  5. Inoxydable

    @ » Grimaldi expliqe » : Mais c’est quoi cette excuse en bois que vous citez? Je n’ai pas pu aller jusqu’à la fin du reportage à partir de votre lien, je sentais une montée d’adrénaline!!! Continuer à écouter ces hypocrites me hérisse. Alors j’ai lu l’article en regard du reportage: Je passe sur les deux premiers premiers alinéas qui sont un constat, mais le troisième concernant les médecins et leur peur de passer à côté d’une pathologie en ne prescrivant pas assez d’actes sous prétexte de procès de leurs patients ??? Mais c’est le comble de la mauvaise foi! En effet, les « trop grands prescriteurs » le font le plus souvent car ils ont des liens direct avec les Cliniques, voire les hopitaux où ils « consultent », ou bien vous envoient chez un « Spécialiste » ami, d’autres déguisent un acte chirurgical banal tel une simple verue disgracieuse et/ou gênante derriere un acte (K …) de chirurgie cancéreuse, un nez disgrâcieux opéré déguisé en « fracture » accidentelle ou d’autres encore, urologues, au lieu de chercher un moyen plus moderne de combattre un cancer de la prostate, opèrent à la « chaine » sans grande considération pour le malheureux patient qui sera mutilé à vie, d’autre encore ‘souvent les mêmes » se spécialisent dans l’opération des « fimosys », acte remboursé par la sécurité sociale, au bénéfice de pratiques religieuses, et j’en passe et des meilleurs…
    Le quatrième alinéa concerne le patient: Ah là,, c’est tout de sa faute, il est « demandeur » de médicaments, de chirurgie, de radios et autres examens souvent invasifs. Certes, en cas de pathologie de prime abord inexplicalble, certains actes peuvent se justifier (sauf pour les hypocondriaques, et il en existe..) mais alors pourquoi en cas de douleurs ou symptômes réels et persistants, le medecin qui a prescrit les tatines et autres « poisons » ne se déjuge t’il pas et ne cherche t’il pas à comprendre ce qui se passe? Pourtant là il n’a pas peur de procès abusifs!!!
    Quand au contrôle par une collégialité, il n’y a qu’à voir dans le cas ou un « incident » médical survient dans un établissement de soins, la partialité du médecin du CRUQ qui est en fait rattaché à l’établissement lui même. Alors les contrôles surtout dans des dossier édulcorés….Pffff….
    Tout ce que nous demandons nous autres patients, c’est qu’on écoute, qu’on nous conseille et qu’on nous soigne en conséquence!!! D’abord ne pas nuire!!! Ou alors, faudra t’il faire comme les anciens Empereurs de Chine qui exécutaient leur Médecins s’il ne parvenaient pas a les garder en bonne santé?
    Je n’en demande pas tant, juste q’un médecin comme MDL, secoue un peu le cocotier pour fair avancer les choses.

    1. Inoxydable
      En réponse à : Alex38

      Merci. Notez qu’Il suffit de copier le lien et le « bleuissant » et d’ouvrir un autre onglet, faire la recherche et saisir « traduction »!C’est en français un peu limite mais compréhensible, pour ceux que cela interesse!

Commentaires : page 3 sur 3«123

Les commentaires sont fermés.