Les programmes télévisuels sont-ils utiles à l’émergence des évidences en médecine ?

 

C’est une question compliquée car la « télé » a des impératifs : l’audience, certes ; donc plaire au plus grand nombre ; mais aussi se faire comprendre du plus grand nombre ; le contraire de l’élitisme ; distraire et faire du spectacle pour des spectateurs passablement abrutis par des conditions d’existence [travail, famille, patrie, ...] qui ne contribuent pas à l’ouverture des esprits.

J’ai souvent été « aspiré » (depuis mes premiers exploits médico-scientifiques du milieu des années 1990s) par cette enivrante spirale spectaculaire. J’en ai toujours  (j’ai bien écrit « toujours » ; donc sans exception) gardé un goût amère en me disant à chaque fois qu’on ne m’y reprendrait pas…

Et pourtant, de façon répétitive, je suis retombé dans cette ornière désastreuse ; et à chaque fois pour toutes sortes de bonnes raisons.

Et aujourd’hui encore. Et donc encore une fois, je me dis que je n’aurais pas dû, que je ne devrais pas ; et je le fais pourtant !

Je demande pardon !

Question : pourquoi malgré cette frustration répétitive (et attendue), je recommence ?

Réponse : ce n’est pas une question d’égo, je sais que je serai toujours un peu ridiculisé, associé à d’autres déclarants dont je ne partage pas les idées ; et surtout que jamais mes idées seront correctement présentées. Alors pourquoi ?

Parce que j’ai toujours un peu l’espoir que ça pourrait rendre service à quelques uns, éveiller quelques consciences, provoquer quelques réactions favorables aux idées et théories que je défends et surtout éviter à quelques uns les malheurs que la médecine moderne leur réserve…

Bilan : concernant la seule question du cholestérol et des médicaments anticholestérol, la bagarre dure depuis 12 ans. Ai-je gagné quelque chose ? Ai-je fait avancer les choses grâce à des participations à des télés ou des radios ?

Pas sûr ! Peut-être serait-il préférable de « cultiver son jardin » comme disait Voltaire…

Avis des visiteurs souhaités ; avec comme question principale : avons-nous quelques bonnes raisons de « participer » à ces tristes spectacles ?

Exemple à prendre : la dernière émission « Cash investigation » de la 2 visible désormais sur le web.

 

 

 

 

 

152 réflexions au sujet de « Les programmes télévisuels sont-ils utiles à l’émergence des évidences en médecine ? »

    1. Emilio
      En réponse à : Nicole

      Je me suis fortement intéressé à Marc Girard récemment, côté dénonciation des vaccins plutôt.

      Sa plume est assassine, mais ça ne l’empêche pas d’être extrêmement pertinent. J’apprécie spécialement sa manière de présenter les faits et d’argumenter sans se laisser influencer par ceux qui pourraient avoir une position proche de la sienne.

      Par exemple, sur les vaccins, il s’en prend à la crédibilité de tout le monde, y compris celle des associations (Revahb …) qui pourraient être considérée comme utiles dans leur critique de la vaccination !

      Pour lui, on est à la veille d’une extension des vaccinations obligatoires, et il faut reconnaître que son argumentation est … terriblement convaincante. Là aussi il se base sur les faits (l’avis du HCSP, la réaction de la ministre, la confirmation de la constitutionnalité de la vaccination obligatoire etc). Il ne semble pas que la LNPLV ait pris conscience de la menace.

      L’heure n’est plus à la moindre modération vis-à-vis de l’utilité de la vaccination. Elle est inutile et toxique. Il n’y a pas des vaccins utiles et d’autres inutiles dans la mesure où c’est le principe même de la vaccination qui est contestable. On ne peut plus simplement revendiquer des « vaccins sûrs », « sans aluminium » ou « avec les seules valences obligatoires », car même une victoire ponctuelle n’empêchera pas le Comité Technique des Vaccinations de revenir à la charge ultérieurement. Les labos auront éternellement besoin de commercialiser de nouveaux vaccins et de communiquer dessus … seule la revendication de la levée de la vaccination obligatoire est utile.

      Et malheureusement, les experts pourront utiliser cette contestation pour argumenter sur le fait qu’il y a trop de « défiance vis-à-vis de la vaccination obligatoire » pour ETENDRE ces obligations…

      Le piège est vraiment vicieux.

      Pour l’heure, j’ai acheté ce matin le livre « horrible vérité sur les médicaments anticholestérols » qui va être lu très vite, et que je vais promouvoir auprès de mes proches. Peut être faudrait il aussi écrire dans l’urgence un livre sur la vaccination.

      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : Emilio

        Un livre sur la vaccination ?
        Bonne idée ; mais … chaque chose en son temps !
        Et il faut trouver un expert, un vrai, qui soit aussi libre et indépendant…
        On peut essayer « sous le sabot d’un cheval » peut-être…
        Il y a déjà « Vaccins, mensonge et propagande » ; vous avez quoi contre ?

      2. Ricomart
        En réponse à : Emilio

        Mon cher Emilio,
        Je n’y entends pas grand chose en matière de vaccination, n’ayant constaté, pour ma part, que leur relative peu d’efficacité dans certains cas, la tuberculose pour ne citer que le BCG qui, d’ailleurs, n’est plus obligatoire, me semble-t-il ? J’ai découvert le docteur Marc Girard par ce même blog, une magnifique découverte tant son verbe est haut et bien placé. Mais mon cher Emiliano, ce que dit Girard, si j’ai bien lu, c’est que pro et anti vaccinations sont en quelques sortes les deux faces de la même pièce ? Je cite :  » Sans me vanter, je pense à avoir été le premier Français à essayer de sortir de l’alternative débile « pro »- ou « anti-vaccins », et à demander, simplement, que les vaccins soient considérés et, surtout, évalués avec le minimum de rigueur normalement requis pour n’importe quel médicament « . Aussi, mon cher Zapata, est-ce cela qui coince pour vous ?

        1. Emilio
          En réponse à : Ricomart

          Non, ça ne coince pas du tout, bien au contraire …

          Les vaccins ne sont aucunement évaluée de manière scientifique. Si c’était le cas, alors il existerait des essais cliniques comparant la fréquence de survenue d’une maladie entre un groupe traité et un groupe témoin. En même temps, si l’on considère que le dernier cas de diphtérie en France a eu lieu il y a 30 ans et qu’il y a 0,5 cas de tétanos par million d’habitants (wikipedia), est-ce que vous imaginez la taille des échantillons à étudier pour détecter la moindre différence entre les 2 groupes ?

          Au moins, avec les statines, les industriels essaient de faire des essais cliniques (certes falsifié, mais au moins ils essaient). Avec les vaccins, ils n’essaient pas du tout ! Tout ce qu’ils font c’est observer que l’injection d’un vaccin, comprenant aussi un adjuvant dont le rôle est d’augmenter la réponse immunitaire, provoque une réaction chez l’individu qui reçoit l’injection. Et après, ils proclament le vaccin « efficace » parce qu’il y a cette réaction !

          Donc non, ça ne coince pas du tout. On devrait appliquer la même méthodologie d’évaluation à la vaccination que celle que l’on applique aux maladies cardiovasculaires. Certains répondront : « on ne peut pas faire ça car ça coûterait trop cher et ça risquerai de remettre en cause l’utilité de la vaccination, du coup les maladies vont revenir …  » etc etc…

          S’il est impossible d’évaluer sérieusement les bénéfices de la vaccination, alors on arrête d’emmerder les enfants, les adultes et les personnels de santé avec ces injections, point !

          On a pas à « craindre » le retour du tétanos (maladie d’ailleurs non immunisante), ni celui de la diphtérie ou de la polio en France … on a juste à se préoccuper des AVC, infarctus, cancer, accidents de la route, suicides, centrales nucléaires… etc. On a largement de quoi s’occuper en essayant de traiter ces problèmes plutôt qu’à faire des campagnes de communication coûteuses et malhonnêtes pour injecter à des enfants des virus SV40, PCV-1 associés à du mercure ou de l’aluminium ou du formaldéhyde soi-disant pour prévenir des maladies soient disparues, soit bénigne !

          J’ai lu « Vaccins, Mensonges et Propagande » de Sylvie SImon. Ce livre est une excellente source d’information que l’on entend JAMAIS, ni de la part des autorités publiques, ni de la part (évidemment) des experts. Ce livre racontent notamment l’histoire de la vaccination (et les nombreux accidents qui émaillent cette histoire, avec des vaccins mal inactivés ou contaminés) et montrent les dessous de la propagande vaccinale. Mais je n’adhère pas à la partie sur l’homéopathie. Sylvie Simon a écrit des livres sur le taro ou les « enfants indigos », ça tend à décrédibiliser ses propos sur la vaccination, mais ça n’est pas le cas ! Elle est factuelle quand elle parle des vaccins dans ce livre.

          Je ne suis pas un antivaccin ordinaire, parce que je ne crois pas à l’homéopathie, ni aux bienfaits du sérum de Quinton ou au chlorure de magnésium en tant que produit miracle contre les maladies infectieuses. Par contre, je crois que les vaccins sont dangereux tout simplement parce qu’un individu vacciné a des effets secondaires (ne serait-ce que de la température). On peut s’amuser à minimiser ces effets secondaires si l’on a un stock de vaccin à écouler, ça n’empêchera pas le vaccin d’avoir des effets secondaires injustifiables si on les compare à la fréquence et à la gravité des maladies que l’on veut soi-disant « prévenir ». Le bénéfice / risque de la vaccination, même si l’on pense que ceux-ci sont utiles, est dramatiquement négatif.

          La propagande vaccinale est d’une perversité extrême d’une tout autre dimension que la propagande des statines… car si l’on vend les statines en prétendant qu’elles protègent d’une maladie cardiovasculaire, on vend un médicament en disant qu’il va protéger contre une maladie fréquente, et l’individu seul est concerné. Si cet individu refuse de prendre la statine, après tout, c’est sa propre vie qui est concerné.

          Dans la vaccination, on prétend prévenir une maladie dont la fréquence est inexistante, dont le refus est susceptible de menacer la communauté tout entière (si la vaccination baisse, les maladies vont reveniiiir), avec un argument moral dans l’acte médical (la vaccination est solidaire). La vaccination a ceci d’absolument géniale qu’elle permet de traiter 100 % des gens (ou presque) sans aucune corrélation avec la fréquence de la maladie à traiter. Pour augmenter les ventes de vaccin, pas besoin d’abaisser des seuils biologiques à partir desquels on va traiter les gens (comme avec cholestérol, hypertension ou diabète), il suffit juste d’inventer de nouvelles menaces puis de dire qu’il faut « être solidaire et jouer collectif et accepter la vaccination » (argument moral) => Aucune preuve scientifique sérieuse n’existe pour le bénéfice de la vaccination (faut voir les courbes historique de la fréquence de ces maladies pour le comprendre rapidement), mais on les vends massivement parce qu’on encense le « sens moral » de ceux qui se font piquer (personne ne veut être immoral).

          C’est diabolique…

          Un expert libre et indépendant sur ce sujet ne peut être que Marc Girard ou Michel Georget.

          1. Reliquet
            En réponse à : Emilio

            Cher Emilio,

            Je suis gêné. Gêné parce que je n’ai rien à redire à vos argumentaires, réflexions et commentaires sur le sujet de la vaccination, tout est pesé, réflechi, bref, vous ne pouvez être qu’intelligent et pourtant vous nous faites la démonstration éclatante que vous êtes vous aussi capable d’idées pitoyablement fausses car préconçues. Méfiez-vous, c’est comme ça qu’un jour on défend les statines…

            Je remarche, re-cours et refais du sport quatre fois par semaine grâce au Quinton, sans AINS ni antalgiques. Je suis à nouveau plein de joie de vivre grâce au Quinton. 70% de tous mes lombalgiques chroniques traités toutes causes confondues ( pincements discaux, hernies, arthrose sévère) sont soit améliorés franchement soit totalement indemnes de douleurs -je ne dis pas guéris évidemment-

            Les Hommes oublient les savoirs anciens et les remplacent par de plus récents, c’est plus classe. Dommage, ils feraient mieux de les empiler…

            Dans son ouvrage « L’eau de mer milieu organique, constance du milieu marin originel comme milieu vital des cellules à travers la série animale » Quinton a DÉMONTRÉ la parfaite similarité des milieux intérieurs avec l’eau marine des origines de chaque série zoologique.

            Voilà pourquoi les théories marines sont utilisés dès 1897, à Beaujon, la Pitié, Saint-Louis, Tenon, Hôtel-Dieu, puis appliquées à New York, Londres, Alexandrie pour les mêmes raisons: traitement Curatif des gastro-entérites, du choléra, et de l’hypotrophie du nourrisson. Avec des résultats systématiquement exceptionnels. Des essais sur la tuberculose, les leucémies et deux cancers solides ( sein, utérus) ont même été décrits.

            Voilà pourquoi aussi on perfusait les Poilus blessés en 14-18 au Quinton avec des résultats superbes en terme de survie dans les indications d’hémorragies graves et de sepsis.

            Voilà pourquoi Marie José Stelling, biochimiste, ancienne présidente de l’association Suisse de médecine transfusionnelle de Genève a pu mener à bien des travaux stupéfiants sur le métabolisme des lymphocytes cultivés dans du sérum d’eau de mer…

            Dans la vie, je rigole de tout sauf:
            1- du Maître,
            2- du Côté Rôti,
            3- de René.

            En savoir plus:
            1- « le secret de nos origines » André Mahé, éd. Courrier du livre.
            2- Sur YouTube, taper Epineuze.
            3- op. cit, René Quinton, 1904.

          2. A. Pedrinha
            En réponse à : Emilio

            Moi aussi j’ai lu Vaccins Mensonges et Propagandes
            J’en ai gardé une très mauvaise impression; PAs sur qu’elle n’ait pas choisi que les références qui soutiennent sa cause et en plus je ne me souviens plus des détails (faudrait relire) mais mon impression contrairement à la lecture d’un bouquin de MDL, c’est que ça ne tenait pas la route.
            Et les dernières pages c’est le délire . Ca ne fortifie pas la confiance qu’on peut avoir en l’auteur.
            Désolé je ne peux pas être plus factuel, ça fait trop longtemps.

            Accessoirement il est des choses , pour les maladies rares , non démontrables par une essai thérapeutique comme justement la vaccination contre le tetanos.
            QUe le tétanos ne soit pas immunisant n’est pas très important. Ca n’a rien a voir avec une vaccination contre la rougeole.
            J’ai du mal à accepter que la quasi-disparition par exemple des méningites à hémophilus influenza soit une pure coincidence avec la vaccination en masse. Demandez aux pédiatres de plus de 50 ans .

          3. yeam
            En réponse à : Emilio

            Si l’intérêt ou non d’une vaccination évaluée en fonction du rapport bénéfice/risque n’a pas été effectué de façon indépendante, comment affirmer que la dite vaccination est utile ou non?
            A mon avis , c’est la question essentielle à se poser.
            De la réponse , découlera la suite.

      3. Dr MG
        En réponse à : Emilio

        Je connais la prose de Marc Girard depuis pas mal d’années.

        J’apprécie énormément ce qu’il écrit quand il se contente d’énumérer les faits. C’est un expert vraiment indispensable.

        Par contre, il se discrédite complètement par sa rhétorique où il insulte tout le monde. Il n’y pas grand monde pour trouver grâce à ses yeux.
        Il est le type même de l’expert qui sait alors que les autres ne savent rien.
        Je suis d’accord qu’il a des connaissances sur le sujet des vaccinations que pas grand monde possède. Est-ce une raison pour être aussi arrogant et méprisant et insultant?
        J’ai toujours regretté sa façon de s’exprimer qui est contre productive ( c’est un euphémisme).
        J’ai eu l’occasion de le lui dire par mail privé. Il m’a à chaque fois envoyé « chié ».
        C’est bien dommage car avec une parole « plus lisse » il pourrait être écouté et peut être entendu.
        Mais la façon dont il s’exprime le discrédite complètement ce qui est fort dommage car il a beaucoup à apporter.

        Par ailleurs, il poursuit de sa vindicte certaines personnes dont Irène Frachon. Je n’ai jamais compris pourquoi, mais quelque soit le sujet ( même si cela n’a rien à voir avec elle) il lui envoie une pique ou des insultes.

        Je regrette beaucoup qu’il ne soit pas plus « posé » dans son expression, il aurait beaucoup à gagner mais il n’en a cure.
        Je le redis c’est vraiment dommage car un expert sur les vaccins de sa qualité mériterait une plus grande écoute.

  1. Marc Girard

    Comme attesté par le nombre de contributions que j’ai consacrées à ce sujet (sur mon site ou ailleurs), tu me trouveras toujours à tes côtés quand il s’agira de réfléchir à la crédibilité de l’expertise. Mais s’il s’agit de répertorier les « vrais » experts, évite de promouvoir un confrère qui n’a jamais prétendu à la moindre expertise (« Le bruit des sabots »), ou une anti-vaccinaliste (« Mensonges et propagande ») omnisciente dont la seule activité professionnelle connue a été celle de mannequin, milieu peu réputé pour recruter sur le QI.

    Souvent dépourvus de la moindre formation scientifique (voir d’une formation tout court) mais manifestement fascinés par « l’autorité écrasante de la science » (L. Lafforgue) dont ils sont incapables de comprendre les limites et la justification, la plupart des anti-vaccinalistes (du moins, en France et en Belgique) s’imaginent qu’il suffit de parler haut et fort pour s’imposer comme interlocuteurs légitimes. Mais quand tu vois la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations (avec laquelle S. Simon a tellement collaboré) écrire sans rire, en page 13 de son dernier document (destiné à Madame Hurel), que « Les vaccins ne répondent pas à la définition d’un médicament », tu te dis qu’ils ont encore beaucoup de travail à faire pour mériter d’aller jouer dans la cour des grands. Note qu’en matière d’inepties technico-réglementaires, l’inénarrable Philippe Even a fait nettement pire, sous le prétexte d’une « mission » officielle dont personne n’a jamais retrouvé la lettre. Comme l’a bien noté Ricardo, ce sont « les deux faces de la même pièce »…

    Bien à toi.

    Marc Girard

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Marc Girard

      En général, je ne laisse pas de signature reconnaissable des visiteurs et témoins sur ce blog ; nous ferons une exception très « exceptionnelle » avec Marc Girard : ça se comprend.

    2. papynou34
      En réponse à : Marc Girard

      Cela me laisse pantois qu’une personne puisse en juger une autre simplement sur la profession qu’elle a exercée…..
      Enfin les mannequins ont au moins les chevilles fines……..

      1. oursdesneiges
        En réponse à : papynou34

        Ouh lala ……magnifique tacle sur le ballon , bien dans les règles d ‘ Hippocrate .
        Le carton rouge sera donné à MG pour anti-jeu permanent et mauvais esprit .

    3. oursdesneiges
      En réponse à : Marc Girard

      Si l’ éminent MG , expert en expertise pouvait nous expliquer le paradoxe suivant :

      Existe t-il un lien entre le fait que France soit le seul pays ou la psychiatrie a été – et est toujours- inféodée aux thèses psychanalytiques , et le record de consommation de psychotropes dans notre pays ?

      Merci de ne pas m’engueuler comme d’hab’ .

    4. chevalier
      En réponse à : Marc Girard

      L’ouvrage de de S Simon est un ouvrage tout à fait documenté et qui peut apprendre beaucoup de choses aux gens même si il n’est pas irréprochable sur le « plan technico-réglementaire ». Elle ne se présente pas comme une experte et dire que sa vie et son activité se limite au métier de mannequin est pour le moins arrogants. De même certains blogs anti-vaccinalistes belges, notamment initiatives citoyennes, débordent d’informations (vous même y êtes référencé) tout à fait utiles pour qui cherche à s’informer. Les 3 femmes qui tiennent ce Blog sont courageuses ; que veut dire « être un interlocuteur légitime » ?
      Je me souviens de votre prestations à Arrêt sur Image en face de M Cymes et le Pr Berche avec votre mot de la fin : « PARMI LES ANTI-VACCINS, IL Y A BEAUCOUP DE TARÉS » ; ce jour là vous étiez beaucoup moins percutants que dans vos écrits ou lorsque vous évaluer un QI sur une profession antérieure et vous n’avez pas dénoncé grand chose face à deux personnages complètement impliqués avec Big pharma. Vous donniez l’impression de « faire parti du même club » entre gens qui s’apprécient. pourtant les compétences « technico-réglementaires » de ces deux personnages n’avaient pas l’air supérieures à celles de certains antivaccinalistes.
      Enfin que doit on dire du QI de quelqu’un qui se dit psychanalyste et qui cautionne une théorie philosophique délirante où il est dit entre autres âneries que la « psyché » est le résultat du désir refoulé de sauter sa mère, du plaisir à contrôler son exonération fécale…etc

  2. Marc Girard

    Pas Ricardo, mais Ricomart: mille pardons pour le lapsus – j’en parlerai à mon analyste…

    MG

    1. ricomart
      En réponse à : Marc Girard

      Je trouve ça sympa Ricardo,un petit côté méditerranéen à prendre en infusion bien diluée, suivant les recommandations de notre hôte, et surtout en mangeant ! Vous êtes pardonné par un champion du lapsus volontaire s’agissant des noms et autres pseudos.
      RicoMarto

    2. Inoxydable
      En réponse à : Marc Girard

      Mèfi Dr De Lorgeril. J’ai l’impression que du haut de son Olympe de savoir, le Dr Girard, dont j’aime bien certains articles ( lorsqu’ils sont compréhensibles.. Il me pardonnera d’être selctif) n’aime pas les « têtes blanches : Après le Pr Joyeux, c’est au tour du Pr Even .
      Ne blanchissez pas trop vite sous le harnais ( ou le grande voile ) sans quoi vous serez impitoyablement foudroyé de son mépris souverain.
       » Ainsi, nous sommes quasi obligés d’être malhonnête lors de controverse, ou tout du moins légèrement tentés de l’être. De cette façon, la faiblesse de notre intelligence et la perversité de notre volonté se soutiennent mutuellement.
      L’art d’avoir toujours raison (titre original eristische dialektik) (1830), Arthur Schopenhauer  »
      C’est valable entre les deux communiquants…
      Je n’ai l’intention de mettre en doute ses capacité d’expert ou de pourfendeur d’idées médicales reçues, mais si je m’en réfère à la première phase du second paragraphe de son commentaire :
      « Souvent dépourvus de la moindre formation scientifique (voir d’une formation tout court) mais manifestement fascinés par « l’autorité écrasante de la science » (L. Lafforgue) dont ils sont incapables de comprendre les limites et la justification, la plupart des anti-vaccinalistes (du moins, en France et en Belgique) s’imaginent qu’il suffit de parler haut et fort pour s’imposer comme interlocuteurs légitimes. »
      je me demande s’il ne prend pas les lecteurs de ce site et ceux qui ne sont tout à fait de son avis pour des décérébrés!!! En ce sens , j’approuve le commentaire de « Dr MG ».

      Citation : « Tu as un cerveau formidable maintenant, une intelligence qui ne peut réellement pas être calculée, tu as déjà absorbé plus de connaissances que la plupart des gens n’en peuvent amasser dans toute une longue vie. Mais tu es. .. boiteux. Tu sais des choses. Tu vois des choses. Mais tu n’as pas encore atteint à la compréhension ou – disons mieux – à la tolérance. Tu les traites d’imposteurs, mais quand donc l’un ou l’autre a-t-il jamais prétendu être parfait ou surhumain ? Ce sont des gens ordinaires.
      Des fleurs pour Algernon [ Daniel Keyes ] «

    3. phil
      En réponse à : Marc Girard

      sûrement une affaire de pastis (encore une)

      moi je l’aime « l’inénarrable Even »

      au moins ce n’est pas 1 bulldozer qui cherche à écraser tout le monde

      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : phil

        Moi j’aime tous les inénarrables, TOUS, avec leurs qualités et leurs défauts [qui n'en a point ?]

        Ce que je n’aime point ce sont les « petits » et gros tricheurs et menteurs qui font du business en tondant des pauvres innocents…
        Tous les autres je les aime bien, excessifs ou pas…

      2. Ricomart
        En réponse à : phil

        Tu m’étonnes mon Filou, toi qui d’habitude aime le muscle. Ne me dis pas qu’avec le muscle humide c’est différent ! Et oui les idées ont parfois des petits muscles qui bouleversent le monde.

      1. A. Pedrinha
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Si le vaccin marche, et a des effets secondaires possibless (supposons) alors le fait de ne pas se vacciner pour ne pas payer le prix des effets secondaires, tout en bénéficiant de l’effet « protection de groupe/effet barrière  » (supposons qu’il existe) alors, ne pas se vacciner c’est prendre du bénéfice en laissant le risque aux autres.

        Moi qui croit aux bénéfices et à l’effet barrière pour ntament la polio, la variole, , je ne trouve pas juste que certains ne participent pas aux risques. Mais je suis conscient de ce que je ne présente pas ici en 6 lignes une défense argumentée de l’efficacité vaccinale.

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : A. Pedrinha

          Le problème est que sur la base des argumentaires et techniques habituelles de scientifiques occidentaux, nous n’avons pas d’évidence robuste que la vaccination soit efficace, un peu comme un antibiotique peut l’être par exemple ou encore un anticoagulant (je connais mieux).
          Le code de santé publique est clair : nous devons traiter sur la base d’une démonstration scientifique. Avons-nous ?
          Pourquoi n’avons-nous pas ?
          Serait-ce si difficile de randomiser 50000 ou 10000 personnes âgées et de leur administrer le vaccin anti-grippal de l’année (versus un placebo) ? Et de vérifier s’il y a une différence en termes de mortalité et complications broncho-pulmonaires pendant l’hiver ? A quoi sert l’INSERM si l’État ne peut pas obtenir ça de nos chercheurs patentés (Blubs et oups !) ?
          Peut-être l’ont-ils fait ?
          Quelqu’un sait ?
          S’ils ne l’ont pas fait encore, qu’ils le fassent et qu’en attendant …
          S’ils l’ont fait et que nous n’en connaissons pas les résultats, c’est que …

          NB 1 : si vous recherchez, via un quelconque moteur de recherche, l’effet de la vaccination anti-grippale sur la mortalité, que trouvez-vous ? Plutôt une augmentation de la mortalité, expliquée par les complications immédiates de la vaccination.

          NB 2 : le prétexte souvent évoqué qu’on ne peut administrer un placebo (et donc qu’un essai clinique n’est pas éthique) est ridicule face à la vague de scepticisme.
          Il faut conduire un essai clinique !!! Et cet essai doit être conduit indépendamment de l’industrie du vaccin mais avec un financement de cette industrie…

          C’est beau la science et c’est simple la recherche médicale, Vingt Dieux !

          1. phil
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            si vous êtes monothéiste cher maître il ne faut pas de majuscule à vingt dieux, ou vous allez froisser notre seigneur qui, quoique parfait, est susceptible…

            Inch Allah

          2. Emilio
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Lorsqu’un républicain demande de la vraie science pour prouver les bénéfices des vaccins (et donc un essai clinique comparant vacciné et non vacciné) on lui oppose effectivement l’idée que créer un groupe non vacciné ne serait pas éthique :

            http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/vaccins-un-parlementaire-americain-135545

            C’est en relation avec votre dernier livre du coup, dans lequel vous expliquez que certains types d’essai clinique ne serait pas éthiques ! Les « experts » perdent vraiment les pédales en proclamant que la non-vaccination n’est pas éthique. Comme si le fait de n’appliquer aucun traitement à un groupe d’individu était équivalent à l’empoisonner chimiquement …

            Normalement, comme pour tout traitement, c’est à ceux qui demande de vacciner la population de justifier le fait que c’est nécessaire. La vaccination est le seul traitement médical où l’on considère que ceux qui refusent ce traitement doivent justifier leur décision (à cause de la vaccination qu’il faudrait faire aussi pour les autres) ! Si tout est faux, vous rendez-vous compte de la perversité de l’argumentation pour promouvoir la vaccination ?!?

            A noter que si un essai clinique était conduit, il faudrait que le placebo ne soit pas un liquide correspondant au vaccin sans les éléments biologiques (mais avec aluminium, formaldéhyde… etc déclenchant tout de même des effets secondaires). Le placebo doit être un groupe non-vacciné, car on doit tester le rapport risque / bénéfice de la vaccination et pas seulement l’UTILITE de la vaccination !

          3. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Emilio

            Effectivement ; il faudrait plus de deux groupes ; mais là ça n’est plus éthique selon la Convention d’Helsinki : on ne peut rien attendre de bénéfique pour le sujet testé d’une injection d’un quelconque aluminium ; là on ne peut pas ; facile à comprendre !
            Bon vent, matelot

  3. phil

    je me croyais crétin, puis voilà ce que je trouve dans la presse ! :

    « Marisol Touraine a-t-elle confondu le DT-Polio et le BCG, vaccin obligatoire et vaccin recommandé ? Lors d’une intervention sur BFM TV, le 3 juillet 2015, la ministre de la Santé s’est montrée confuse sur le sujet. Une confusion qui a fait jaser sur les réseaux sociaux, et qui mérite d’être clarifiée. Explications… »

    j’ambitionne d’être ministre

    1. phil
      En réponse à : phil

      pour les nuls dont je suis et le public, il est urgent de clarifier la situation, voire de comprendre qu’on ne comprend pas :

      « Si un parent refuse de faire vacciner son enfant contre le DT-Polio, il risque en effet jusqu’à six mois de prison et 3.750 euros d’amende.

      Ce n’est pas le cas avec le BCG qui protège contre la tuberculose, ou d’autres vaccins dits « recommandés » comme celui contre la rougeole ou contre l’hépatite B. Autrement dit, pour ces vaccins, les parents restent libres. Mais la réalité est plus complexe…

      « Un vaccin recommandé est un vaccin qui peut théoriquement être accepté ou refusé, mais dans la réalité ce n’est plus vrai. Parce qu’il n’existe plus de vaccins uniques contre la diphtérie, le tétanos, ou la polio, adaptés à l’enfant et qui permettent de satisfaire aux obligations légales sans vacciner contre les autres », ajoute le Dr Robert Cohen.

      En France, l’obligation vaccinale fait régulièrement polémique. En 2014, le Haut Conseil de la Santé publique estimait déjà que le dispositif public de vaccination actuel était « complexe, illisible et inégalitaire »

      Voilà maintenant c’est clair : c’est incompréhensible

  4. Emilio

    C’est bien pour cette raison que la seule chose qui compte réellement sur le front des vaccinations est la levée l’obligation vaccinale.

    Dans la pratique, les vaccins que l’on trouve en pharmacie sont avec de l’aluminium et incluent un nombre de valence de plus en plus élevée… Les experts nous impose leur loi et alors ? Ce problème n’est pas nouveau. Chercher à contrer cette influence est un thème spécifique, qui va concerner les vaccins mais aussi la psychiatrie, la cardiologie … etc. Le dernier rempart pour l’individu avisé qui ne souhaite pas être une victime des médicaments inutiles est de refuser la prescription. Tant pis si le patient s’engueule avec le médecin, puisqu’au minimum il garde cette liberté ! Ceux qui ont refusé de prendre des statines et l’ont annoncé à leur cardiologue ou généraliste, ont vécu l’expérience de l’engueulade … mais les dégâts sur leur santé sont minimisés parce qu’ils ont quand même pu REFUSER de prendre le médicament.

    Avec les vaccins, il est difficile de refuser, soit parce qu’ils sont obligatoires (avec le risque de sanction que vous évoquez), soit parce que la pression sociale (et professionnelle pour les personnels de santé) liée à la vaccination est gigantesque (à cause de cet argument de la « vaccination solidaire »). Il suffit de lire quelques débats sur les forums ou à la suite d’article de presse pour le comprendre ! Très vite, si quelqu’un conteste ne serait-ce qu’un dixième de ce que je conteste ici, on l’accuse d’être victime d’une « théorie du complot ». Les vaccins se distinguent des autres prescription par ces caractéristiques : elles sont « solidaires » et obligatoires de fait (comme ça a été dénoncé).

    Actuellement, n’importe qui critiquant les vaccins est qualifié immédiatement d’antivaccin, comme si c’était une caractéristique honteuse, dégradante, immorale … Et les gens ont crus que c’était le cas ! Si bien qu’aujourd’hui, des obligations vaccinales mises en place dans les années 30, 40 ou 60 ont toujours valeur légale en 2015 (Les troupes contestant ces obligations sont dégarnies de manière chronique). Et ce fait considéré comme « normal » par la population (parce que grâce à ces obligations, les maladies ne vont pas « revenir ») est apparemment en train de permettre au CTV de positionner de nouvelles obligations vaccinales. On retire une liberté fondamentale aux individus et aux parents. J’ai des doutes sur le fait qu’ils seront nombreux à en prendre conscience tant ils sont pollués par l’idée que « les maladies vont revenir » si les autres arrêtent de se vacciner … On a pas fini d’entendre « les maladies vont revenir ». Ils vont user cette affirmation jusqu’à la corde.

    Opposer les uns contre les autres, diviser pour mieux régner est une stratégie de management pour garder la paix sociale dans certaines entreprises … Va-t-on mettre en place ces mêmes stratégies pour faire passer en force les vaccinations obligatoires ?

    Il faut changer de méthode pour obtenir la liberté vaccinale. Aujourd’hui, la propagande attaque les gens qui critiquent la vaccination en les traitant d’antivaccins, comme si c’était honteux ? Alors, il faut accepter cette honte et garder la tête haute. Je me moque que l’on essaie de ridiculiser mes opinions car elles ont le mérite de la clarté.

    On vit une époque réellement particulière. Autrefois, les gens se battaient pour la liberté, vont-ils aujourd’hui se battre pour empêcher les autres de bénéficier de la liberté de refuser les prescriptions de leur médecin ?

    Il y a une seconde chose qui m’inquiète tout autant que l’extension des vaccinations obligatoires : C’est la mise en place de moyens électroniques de suivi dans le domaine de la santé (carnet de vaccination électronique, Dossier Médical Personnel, Dossier Pharmaceutique etc) => Ces instruments permettent le CONTROLE des individus. A une époque où l’on demande aux gens de consommer des médicaments génériques et où l’on parle sans cesse dans la presse de « coût de la santé », je pense que nos autorités ont la possibilité d’utiliser ces archives électroniques pour forcer les gens à réaliser des actes médicaux. Dans le domaine de la vaccination et dans le contexte d’une extension des obligations vaccinale, cette possibilité de contrôle est évidente (et il est question de supprimer les allocations familiales aux familles refusant des vaccination en Australie), si bien que l’obligation vaccinale de demain n’aura plus aucun rapport avec celle d’hier ! Mais, en cet époque de naïveté intégrale, qu’est-ce qui empêche nos autorités d’utiliser ces outils d’archivage pour appliquer des mesures de rétorsion touchant au portefeuille des récalcitrants ? Demain, la société aura-telle atteint un tel niveau de croyance dans la validité des thèses des experts que l’on retirera les remboursements hospitaliers des gens victimes d’infarctus si l’on se rend compte qu’ils ont refusés de prendre des statines ?!? Ce n’est pas de la science-fiction, les articles évoquant des besoins de prescriptions massives afin de réaliser des économies en matière de remboursement sécurité sociale sont nombreux … Il me semble même qu’il y a certaines contraintes pour les médecins concernant leur prescription.

    Des éléments techniques de privation de liberté ont été mis en place dans l’indifférence générale : Loi renseignement, paiement sans contact (et son corollaire = la disparition de l’argent espèce d’ici qq années). Allons-nous ajouter de nouvelles vaccination obligatoires à cette liste ?!?

  5. Emilio

    J’ai trouvé dans une librairie médicale un livre d’occasion, que j’ai acheté le prix d’une croûte de pain :

    Philippe Abastado – CHOLESTEROL MALADIE REELLE ET MALADE IMAGINAIRE – Collection les empêcheurs de penser en rond – le livre date de 1998 et est édité par « Institut Synthelabo pour le progrès de la connaissance » (ya un rapport avec Sanofi ?!?)

    La partie 2 s’intitule : La maladie ou le méchant cholestérol. Bref, ça n’a pas vraiment l’air d’être un livre pro-statine …

    C’est connu ?

  6. Emilio

    La menace d’une extension des vaccinations se fait plus précise : http://www.pharmasite.fr/actualites/rencontre-avec-sandrine-hurel-la-vaccination-en-officine-n-est-pas-encore-mure-pour-la-france.html

    Ne faudrait-il pas rendre obligatoire l’ensemble des vaccins ?

    Je pense que personne ne peut sérieusement défendre ce point de vue. Tous les vaccins ne jouissent pas du même degré de pertinence et d’efficacité. Il existe un grand nombre de vaccins dont l’utilité n’est que ponctuelle. Pensez par exemple aux vaccins contre les maladies exotiques, qui ne sont justifiées qu’en cas de certains voyages. Si l’on réduit le prisme aux vaccins bénéficiant d’une recommandation dans le calendrier vaccinal (beaucoup moins nombreux, dont l’efficacité est pleinement avérée et le bénéfice- risque très largement positif), alors la question peut légitimement être posée . Cela correspond à un point de vue qui se défend, avec ses avantages et ses contraintes. Mais une telle décision ne peut pas être prise par une seule personne, fut-elle députée. Elle doit résulter d’un débat public éclairé et d’une qualité irréprochable.

  7. Ottello

    En plus de tous les mauvais effets secondaires des statines décrits là, il y a des tendinopathies, des ruptures de tendons, des atteintes irréversibles aux tendons. C’est connu, c’est publié mais c’est à peine évoqué dans les notices.
    J’ai personnellement et avec mon médecin déclaré cet effet secondaire à l’affaps en mars 2010.

Commentaires : page 4 sur 5«12345»

Les commentaires sont fermés.