A NEAR-PERFECT "SEXUAL CRIME": STATINS AGAINST CHOLESTEROL

This is the title of my last book (digital this time)


This document is not an erotic or explicit writ about sex.
It is only aimed at providing a minimum of credible information on cholesterol and sexuality, and on the effects of cholesterol-lowering drugs on sex life.
The most frequently prescribed cholesterol-lowering drugs are
statins, which we will talk about almost exclusively in this document.

Here however reigns the law of silence! We are going to try and break it.

The terms and concepts of sexuality and sex life are taken in the widest sense, from the reproduction of the species (having babies), to sexual mechanics (male erections, for example) and into psychological pleasure or desire, both female and male.

  • NB : you can get this e-book (available in the EPUB, PDF, FLASH formats – for tablet, PC/Mac or special reader), inside A4SET shop: Have a good reading !

13 Replies to “A NEAR-PERFECT "SEXUAL CRIME": STATINS AGAINST CHOLESTEROL”

  1. D’accord avec fereve le28 juillet 2011.
    Comme vous j’ai tenté d’aborder les 12 années de statines avec neurologue qui suit (on ne peut dire que suivre et non pas soigner) mon mari diagnostiqué SLA depuis 6 mois .
    Refus de dialoguer avec le Professeur du service !!!!!!!
    Quelle tristesse
    Les fournisseurs de cette saloperie ont encore de beaux jours devant eux………

  2. férève au Dr De Lorgeril;
    Celà fait plusieurs fois que vous nous dites qu’il faut tenir tête à certains médecins!
    Même si dans le principe je suis d’accord, je voulais quand même vous dire que pour un patient en plus de supporter sa maladie s’il doit s’opposer au médecin il va très rapidement rester au bord du chemin.
    Vous allez recontrer celui qui est sensé apporter une solution à vos problèmes et vous refusez ou plutôt contestez ses propositions.
    Cela fait un peu désordre.
    Et je puis vous dire par expérience personnelle que pour avoir contesté un neurologue, ça a coûté à mon époux une dépression alors qu’il était entrain d’entrer dans la phase bulbaire de la SLA que la prise de statines à doses très élevées avait entrainée.
    Il est décédé 1 mois après l’altercation.
    Et sur un terrain aussi fragile que celui de tous ces patients atteints de maladies neurologiques irréversibles, le combat est inégal.
    Peut être peut on contester un cardiologue mais sûrement pas le"nec plus ultra" de la médecine : les neurologues……!!!
    C’est un avis personnel, il vaut ce qu’il vaut mais personnellement j’espère de toute ma vie ne plus avoir à rencontrer cette "race" de médecins !

  3. @edoare :

    Cher ami,
    Je ne peux répondre à votre demande via un Blog qui est un lieu public.
    Ceci dit, pourquoi ne pas rester avec votre cardiologue tout en lui disant vos décisions concernant la statine, et dans le même temps, consulter un diététicien pour être sûr de suivre correctement la diète méditerranéenne ?
    Votre relation avec votre médecin (cardiologue ou autre) doit être un dialogue, n’en ayez pas peur !
    Amicalement

  4. Bonjour,

    je viens de subir une angioplastie en mars dernier (j’ai 50 ans)et j’ai découvert vos livres (suite au conseils d’un pharmacien) que je me suis empressé de lire
    je voudrais savoir sur BORDEAUX si vous pouvez me donner le nom d’un de vos confrères.
    Pour l’instant ma cardiologue ne veut pas me faire arrêter le tahor, par contre elle diminue la dose pour passer de 80mg a 40 mg, je ne les prends pas et est adopté depuis 3 mois la diète méditéranéenne (perte de poids de 5 kilos)
    et pas de troubles liés aux statines.
    lors des derniers contrôles mon chol. est 2.10 avec un hdl 0.55 et ldl 1.34
    je veux maintenant suivre cette méthode mais il est vrai que si je trouvais un cardiologue dans ma région qui suive votre démarche cela me motiverait davantage.
    Amicalement

  5. @ccmiens :

    Ccmiens, Bon Dieu, t’en rates pas une !
    Y a pas que la diète méditerranéenne …
    Un peu psycho-rigide, l’ami …
    Bon, sans rire, activité physique et soleil c’est déjà pas si mal, surtout si on ne se prive pas d’oeufs …
    C’est sûr que les gens très naïfs ne sont pas que du côté des pro-statines, y en a aussi du côté des anti, surtout en Amérique, c’est une des raisons qui expliquent que ça traîne un peu …
    Amicalement

  6. @emile vicaire :Cher confrère, les effets "pléiotropiques" et antiinflammatoires et aussi anti-Alzheimer n’ont jamais été "supportés" par des données cliniques tangibles ou même "à discuter" par des gens un peu expérimentés en cardiologie clinique ou expérimentale.
    Cela fait partie des illusions scientistes qui feront rire nos petits enfants, et qui pourtant sont répétées ad nauseam par les visiteurs médicaux et les universitaires à la solde de …
    Désolé, il n’y a rien de sérieux !
    Et j’ai beaucoup cherché parce que j’aurais bien aimé que ça soit vrai !
    Amicalement

  7. Etant généraliste, je commence à avoir des réponses de confrères cardiologues : ils reconnaissent que les statines n’ont pas d’intérêts en prévention primaire ; Ils reconnaissent aussi que ce n’est pas le taux de choléstérol (pour certains) qui est important mais l’effet pléiotropique notamment sur la plaque d’athérome …

    Concernant la prévention secondaire, il semble, selon les études actuelles, que le traitement soit efficace, notamment localement en réduisant le risque de rupture de plaque et en diminuant la réaction inflammatoire au niveau de la paroi artérielle."(sic)
    Vous noterez au passage : "il semble"…
    Quand vous leur demandez quelles études : "je pourrais les retrouver dans ma base de donné…" Mais rien ne vient.
    Avez vous connaissance d’études récentes sur ce sujet qui est peu développé dans votre livre de 2007 ?
    Bien confraternellement.

  8. @Emile vicaire 

    :Globalement, voilà quelqu’un qui réfléchit et ne se contente pas de faire le perroquet avec la propagande des industriels et des universitaires et chercheurs affidés; ça nous change, un bol d’air !
    Je n’en dirais pas pas plus concernant ses propositions avant d’avoir étudié un peu ce qu’il y a potentiellement derrière, on sait jamais …
    Amicalement

  9. @Mortin :

    Cher Lionel,
    Je n’ai pas le temps ces jours-ci de retourner dans la bibliographie, faites-le vous-même, s’il vous plaît.
    Mes livres et articles ne peuvent tout dire, mais je fais attention de produire le maximum de références afin que mes lecteurs (curieux ou sceptiques) puissent se faire une opinion personnelle.
    Concernant le sujet des effets des statines sur les hormones sexuelles, j’ai été frappé (le serez-vous aussi ?) par la subjectivité des auteurs qui disent que ça n’a pas d’effet alors même qu’un effet-dose semble évident sur l’ensemble des travaux publiés, sachant que la majorité des études allant à l’encontre du commerce des statines n’ont probablement pas été publiées …
    Je ne veux pas convaincre, mais susciter la critique.
    Esprit critique où es-tu, ces jours ?
    Amicalement

  10. Je commence la lecture de votre nouveau livre.
    Vous citez une étude de Dobs et compagnie "Effects of simvastatin and pravastatin on gonadal function in male hypercholesterolemic patients – Metabolism. 2000 Jan;49(1):115-21." En fait cette étude d’après son seul résumé il est vrai , indique l’absence d’effet de la statine en question sur les parametre sexuels (tax d’hormone, éjaculat etc.)
    Ce qui est en contraste avec les autres études.
    Estc-e que le détail de l’étude dit le contraire de son résumé ?

Comments are closed.