Vaccins et maladies autoimmunes : association confirmée !

 

A vouloir trop ne rien voir et rien faire, on en fait trop !

A trop vouloir démontrer que les vaccins ne provoquent pas de maladies autoimmunes, on suggère exactement le contraire.

Les supposés experts de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) et de l’Agence Nationale de Sécurité des médicaments et des Produits de santé (ANSM), très probablement commandités par leur hiérarchie et leur Ministère, viennent d’en faire la malencontreuse expérience.

On se doute bien, connaissant les barrages construits pour empêcher la divulgation de « fausses nouvelles » qui pourraient inquiéter le peuple (notamment par une utilisation rationnelle et indépendante des bases de données de la CNAM) que ce dont je vais parler n’a été publié qu’avec l’autorisation des plus hautes Autorités…

De quoi je parle ?

D’un article publié en Juillet 2017 dans la revue Vaccine, (l’organe officielle de la promotion de toutes les formes de vaccination) à propos des associations possibles entre les vaccins contre les virus Papillomas et certaines maladies autoimmunes.

C’est un article très intéressant qui conclue que décidément on aurait bien tort de s’inquiéter : les vaccins contre les Papillomas semblent dépourvus de toxicité importante ! Ça fait plaisir aux vaccinalistes mais ça n’est pas exact.

Certes, ils avouent avoir identifié une « apparente » (selon eux) augmentation du risque de Syndrome de Guillain-Barré (SGB), une dangereuse pathologie neurologique qui laisse environ 30% des victimes plus ou moins sévèrement handicapées à vie ; mais, selon nos optimistes investigateurs, leurs données sont rassurantes !

C’est bizarre, je conclue de façon totalement opposée. Les données publiées par ces jeunes gens (j’ignore si un seul d’entre eux est médecin) sont très inquiétantes. Je fais semblant de ne pas savoir qu’ils ne rapportent que ce qu’on les a autorisé à publier !

Qu’ont-ils fait ?

Ils ont plongé dans la base de données de la CNAM pour examiner chez toutes les jeunes filles enregistrées et âgées de 13 à 16 ans (années 2008 à 2012) s’il existait une association entre les vaccins contre les Papillomas et l’existence de données suggérant une maladie autoimmune, essentiellement des hospitalisations pour maladies de longue durée pour une quinzaine de pathologies clairement répertoriées, parmi lesquelles des maladies démyélinisantes du système nerveux (sclérose en plaque par exemple), des lupus, des sclérodermies, des maladies artérielles inflammatoires, le diabète de type 1, des colopathies inflammatoires, des thyroïdites, etc…

Ils ont comparé les dossiers d’environ 840,000 jeunes filles vaccinées contre les Papillomas avec ceux d’environ 1,400,000 jeunes filles non vaccinées. Un total d’environ 2 millions et 300,000 dossiers ! Le suivi moyen (c’est-à-dire la durée pendant laquelle on a cherché à identifier les effets toxiques éventuels de l’exposition aux vaccins) de chaque jeune fille a été de 2 ans et demi.

On aperçoit immédiatement une faiblesse majeure de l’étude : pourquoi les jeunes filles non vaccinées ne le furent point ? Avaient-elles, par exemple, quelques signes (discrets) qui auraient pu dissuader parents et médecins ? Faute d’information, on peut imaginer de nombreuses explications qui auraient pu influencer de façon négative l’évolution de l’état de santé de certaines non vaccinées. Pas toutes, bien sûr, mais certaines.

Évidemment, tous les dossiers examinés sont anonymisés afin de respecter la confidentialité exigée par la loi informatique et libertés de 1978. En effet, ce que ces investigateurs examinent ce ne sont pas des personnes (auxquelles on pourrait poser des questions pour se faire préciser des faits tangibles et vérifiables), mais des données informatisées. Ce qui, pour un médecin rompu aux multiples pièges des anamnèses reconstituées en l’absence des victimes, constitue une limite épouvantable à la crédibilité des données recueillies.

Autant chercher un périscope au milieu de l’océan ! La limite en l’occurrence n’est pas de voir trop de périscopes (des sortes d’hallucinations) mais de les manquer, sachant que le périscope n’est que le signe de l’existence d’un sous-marin menaçant avec ses missiles et ses torpilles.

Mais c’est un très beau travail. Félicitations !

Il fallait le faire, sans avoir trop d’illusions toutefois sur la capacité des ordinateurs à faire émerger des informations solides. Le risque, on l’a compris, était de « passer à côté » ; d’autant plus (c’est l’épidémiologiste et plus le sous-marinier qui s’exprime maintenant) que ce sont des données rétrospectives (donc faibles) qui n’ont pas été collectées de façon à tester une hypothèse spécifique a priori ; les données sont encore plus faibles.

Outre l’énormité de la base de données [empêchant toute vérification de cas individuels ; surtout si l'intention initiale n'était pas de voir les périscopes, mais de ne pas les voir ; et ainsi rassurer le Ministère...], une autre limite de ce difficile exercice est la brièveté (2 ans et demi) du suivi. Les maladies autoimmunes sont longtemps latentes avant d’avoir une expression clinique, surtout si on exige comme validation de cette « expression clinique » une hospitalisation de longue durée, synonyme de maladie grave.

Je résume : il s’agit d’un énorme et difficile travail ; si on m’avait demandé avant de commencer s’il y avait une possibilité de trouver quelque chose [avec la réelle intention de vraiment trouver un signal ; ce qui n'est pas le cas ici... On veut rassurer le Ministère !], j’aurais dit, comme disent mes collègues américains : Good Luck!

Que dans de telles conditions un signal significatif ait émergé me parait très inquiétant : ils ont vraiment vu des périscopes ! Il y a donc des sous-marins ennemis dans nos eaux et nous sommes sous une menace qu’on aurait tort de négliger.

Qu’ont-ils vu ?

1- ils ont détecté une multiplication par 4 des SGB chez les vaccinées par rapport aux non vaccinées. C’est une pathologie neurologique rare et sévère impliquant le système immunitaire, ce qui induit un rôle probable des vaccins contre les Papillomas dans la survenue des SGB. Ça ne veut pas dire que les vaccins soient la seule cause dans tous les cas, certaines jeunes victimes étaient sans doute prédisposées et les vaccins ont peut-être précipité le SGB. Peut-être.

Certes la technique rétrospective utilisée ne permet pas d’affirmer la causalité mais c’est très évocateur. Faire semblant de ne pas voir, ou minimiser, cette observation serait absurde. Il s’agit d’un signal hautement significatif indiquant que des vaccins contenant (entre autres choses) de l’aluminium peuvent être neurotoxiques. Ce n’est pas nouveau ; c’est une confirmation !

Il s’agit avec le SGB d’une toxicité aigüe ou subaigüe laissant penser qu’avec une surveillance appropriée (suffisamment longue) une toxicité chronique pourrait être identifiée ; ce que l’étude que nous analysons ici ne permet pas. Cette observation indique clairement que chez certaines jeunes filles des substances toxiques ont pénétré le système nerveux et exercé une quasi immédiate toxicité. Ça n’est qu’un périscope ou, autre illustration, le sommet visible de l’iceberg ; et rien ne permet de deviner (sur la base de ces données fragmentaires et fragiles) la taille qu’a réellement, ou que peut prendre avec un suivi plus long, l’iceberg.

Dit autrement, les nombres en valeurs absolues sont de peu d’intérêt dans ce genre d’étude : ils donnent un signal d’alerte !

Le jour où nous serons devant les Tribunaux pour faire les comptes, ceux qui auront négligé ces alertes devront rendre des comptes.

2- ils ont aussi détecté une augmentation significative du risque de développer une maladie autoimmune du système digestif. Une augmentation de 30% peut sembler peu importante (les auteurs de l’étude ne le mentionnent même pas leur résumé des résultats) mais elle n’est pas due au hasard (selon les données fournies) et elle est également inquiétante car cela concerne des pathologies beaucoup plus fréquentes. Que ce signal émerge avec un suivi de moins de 3 ans est encore un motif d’inquiétude car la base de données enregistre des hospitalisations. Dit autrement, des pathologies encore bénignes ou débutantes ne sont pas prises en compte dans cette étude, ce qui entraîne une sous-estimation de la toxicité réelle des vaccins.

3- ils ont enfin observé des augmentation d’autres pathologies autoimmunes mais elles ne sont pas suffisamment significatives pour être relevées (selon nos sympathiques athlètes de la technologie statistique qui signent cet article) mais un peu de patience (un suivi plus long) ou de culture médicale leur aurait peut-être permis d’apercevoir d’autres périscopes. Ils relèvent, par exemple, plus de thyroïdites autoimmunes mais seulement chez celles recevant l’un des vaccins.

4- en résumé, cette étude présentée comme rassurante (et commentée comme telle par les habituels médias subventionnés par l’industrie) détecte plusieurs signaux d’alerte qu’on peut estimer très inquiétants au vu des techniques utilisées.

Cette étude confirme que la vaccination contemporaine provoque certainement des maladies autoimmunes dont la sévérité et surtout la fréquence sont considérablement sous-estimées.

Pour illustrer mon analyse, je vais prendre l’exemple des diabètes autoimmuns (dit de type 1) enregistrés dans cette étude. Les investigateurs n’observent pas de différence entre les vaccinées et les non vaccinées. Est-ce rassurant ?

Le diabète de type 1 [dû à un conflit immunologique chez des sujets prédisposés et qui s'expriment cliniquement avant l'âge de 10 ou 15 ans] s’opposent au diabète de type 2 qui est plutôt hormono-métabolique (sans lien évident avec le système immunitaire) et s’exprime après 50 ans en général.

Depuis le début du siècle, nous observons de plus en plus de diabète de type 1,5 : c’est un diabète autoimmun (comme le type 1) mais il ne s’exprime qu’après l’âge de 30 ans en général. Le conflit immunitaire est donc latent pendant une vingtaine d’année ; c’est pourquoi on l’appelle aussi LADA pour Latent autoimmune Diabetes of the Adult. Une fois déclaré, ce type de diabète 1,5 nécessite un traitement (injection d’insuline) et une surveillance aussi lourde que le type 1.

Autrement dit, si la vaccination induit une dérégulation du système immunitaire chez certaines personnes (comme le montre cette étude avec plusieurs signaux d’alerte), la traduction clinique peut en être très retardée [plus de 20 ans de latence comme avec le diabète type 1,5] et c’est avec un retard considérable que nous en prendrons conscience.

Les victimes auront payé leur dû bien avant que les Autorités réagissent. Pour ces victimes, comme pour celles du Médiator, ce sera trop tard !

Il est temps de s’arrêter !

Les vaccins contre les Papillomas ne valent pas qu’on prenne le risque de maladies autoimmunes. D’autant que les maladies autoimmunes ne constituent qu’un volet des complications possibles des vaccinations.

Madame la Ministre, une fois de plus, permettez-nous de vous dire que vous devez cesser de clamer que les vaccins sont sûrs et sans complication. Vos propres services vous démontrent, certes contre leur gré, l’exact contraire.

 

 

 

 

 

 

151 réflexions au sujet de « Vaccins et maladies autoimmunes : association confirmée ! »

  1. joss

    La vaccination contient 3 problématiques : OBLIGATION / INNOCUITÉ / EFFICACITÉ. Apporter la liberté vaccinale ne règle pas les 2 autres problèmes. Supprimer toute possibilité de nuire ne suffit pas à régler l’obligation et l’efficacité des vaccins. Confirmer l’efficacité ne permet pas de ne pas régler l’innocuité et l’obligation.
    Mais quoi qu’il en soit pour l’innocuité et l’efficacité, la liberté vaccinale est à exiger. Même si un vaccin permettrait l’immortalité, la liberté vaccinale est à exiger.

    Répondre
  2. Reliquet

    Aluminium ou pas, vous connaissez Marie-Océane Bourguignon?

    Un Gardasil et 15 jours plus tard cette jeune fille est hospitalisée avec un diagnostic vague, SEP ou encéphalite… Au moins la famille a eu « la chance » de tomber sur une équipe médicale qui n’a pas cherché à éluder l’origine de la maladie.

    Pour la faire courte, le père a attaqué Sanofi et l’ ANSM, la première expertise leur a décerné 50% de responsabilité.

    Qui peut me dire où est passée l’autre moitié? Qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire de dégoûtant ou de stupide avec sa vie, la petite Marie-Océane, pour qu’on lui attribue 50% de faute?

    Je crois que je sais… Elle a eu la naïveté de faire confiance à son médecin, donc pan!

    50%.

    http://www.sudouest.fr/2017/09/21/il-veut-faire-entendre-la-verite-sur-le-gardasil-3794588-3534.php

    Répondre
    1. Inoxydable
      En réponse à : Reliquet

      L’histoire de l’obligation, de la coercition vaccinale , ça se fera ! Ca aura le même résultat que pour le CETA, ces accords ( ces obligations qui vont ruiner le France et qui sont entrés en vigueur hier le 22/09/2017 !
      Merci à nos politiques actuels et passés et a tous ceux qui volontairement ou non sont devenus sourds et aveugles.
      Gardasil , Levothyrow, Statines, Vaccins anti Polyo au SV40 (j’en oublie, la faute aux statines…) à l’aluminium etc… ont de bons jours devant eux.

      Répondre
    2. gb
      En réponse à : Reliquet

      A qui faire confiance alors?
      C’est triste d’arriver dans le cabinet d’un médecin en se disant qu’il faut avoir un Regard averti sur sa future prescription. ..

      Répondre
    3. Jean-Marc REHBY
      En réponse à : Reliquet

      Mon cher Vincent je rappelle que le CDC d’Atlanta référence absolue en matière de pharmacovigilance a répertorié un certain nombre de décès lié au `GARDASIL dont une bonne quinzaine avec lien de causalité incontestable
      Alors faire mourir une jeune fille en bonne santé pour la protéger d’un cancer hypothétique sans aucune preuve scientifique en plus, c’est bien pire que Petiot lui au moins c’était par vénalité quoique la vénalité et Big pharma……..

      Répondre
  3. Stéphane

    « Faire confiance à son médecin », autant faire confiance au docteur Petiot ! Aujourd’hui, grâce à l’industrie pharmaceutique, tous les médecins sont des docteurs Petiot, qu’ils en aient conscience ou pas.

    Répondre
      1. Stéphane
        En réponse à : gb

        C’est vrai. LOL. Mais il est tout à fait possible qu’un médecin ait à lui seul prescrit de la Dépakine, du Mediator, des statines, des pilules de 3e et 4e génération, entre autres, car la liste est longue, et bien sûr, vacciné à tour de bras. La différence avec Petiot est que ce charlatan tuait ses victimes. Ici, on a surtout comme conséquence des handicapés à vie.

        Répondre
    1. Ricomart
      En réponse à : Stéphane

      Ce qui est gênant, c’est de dire « tous » les médecins, un peu comme si l’on affirmait que tous les Stéphane disent des bêtises ! Quant au fait que cela puisse être conscient ou inconscient, je crains, docteur, que cela soit les deux à la fois comme chez chacun d’entre-nous. Que vous ayez quelques difficultés à rencontrer un médecin bienveillant, nous sommes nombreux à partager le fait avec vous, ne leur enlève pas la qualité de médecin, ce qui, dans la logique de votre syllogisme, devrait être chose tout à fait impossible. Et bien, Stéphane au singulier qui à l’inverse de tous les Stéphane ne dit pas que des bêtises, votre quête sera de durée variable et vous donnera l’occasion de nombreuses rencontres avec ces  » empoisonneurs  » , parmi lesquels vous trouverez, sans aucun doute, la perle rare qui fera l’orgueil de votre détermination.

      Santé et quête méditerranéennes

      Répondre
  4. Minoque

    Comme le répète Martin Winckler à qui veut l’entendre sauf chez les médecins ne sont pas des pigeons bien entendu … En substance il dit …
     » Il faut écouter les patients parce qu’ils vont de plus en plus mal, ils sont beaucoup plus agresses par le monde d’aujourd’hui, beaucoup plus informés dans le domaine de la sante de plus en plus commercialisé. Il y a beaucoup de pression notamment avec la décision du gouvernement d’imposer 11 vaccins sans aucune concertation, sans réfléchir à la raison pour laquelle les gens sont réticents. On ne pas régler l’inquiétude en étant autoritaire, on l’augmente. Il ne peut y avoir une relation de soin s’il y a du pouvoir et si le médecin est somme de se comporter comme un flic. Un médecin est là pour soutenir les gens dans leurs décisions meme si leurs décisions ne sont pas scientifiquement valides »

    Voilà encore un médecin qui me parle et depuis longtemps déjà … Il rejoint la cohorte de celles et ceux que nous connaissons maintenant ici et sur l’Aimsib !

    Espérons en rencontrer de ce calibre sur nos routes …

    Bon dimanche à vous tous

    Répondre
          1. Jean-Marc REHBY
            En réponse à : Jean-Marc REHBY

            Glissement de souris !!
            Un gros con prétentieux et satisfait qui ferait mieux de la fermer à cause de son incompétence stratosphérique sur le sujet.
            Dès qu’ils ont un minuscule pouvoir ou un micro les nuls et les incompétents nous bassinent de leur fatuité et de leur autosatisfaction.
            Il me souvient du Pr MINKOWSKI grand pédiatre qui a eu une gloire médiatique avec son livre « médecin au pieds nus » il était de toutes les émissions et était interrogé sur tous les sujets médicaux ou non. Dans sa grande honnêteté intellectuelle il avouait son incompétence ou son ignorance du sujet.
            Il n’a pas fait de vieux os comme vedette des médias viré le professeur !! non mais.
            Maintenant tous les singes savants défilent pour pontifier sur tout et n’importe quoi des vrais Pic de la Mirandole !!!

    1. Inoxydable
      En réponse à : Lori

       » A cause des réseaux sociaux et d’internet, ces « militants » se croient souvent mieux « informés » que les spécialistes, les chercheurs ou les journalistes. N’ouvrons pas la porte de l’obscurantisme… »
      Ah, et lui c’est un spécialiste ? Sans doute a t’il un doctorat es-conneries…

      Répondre
    1. MT
      En réponse à : Corentin

      Oui, c’est incroyable d’arriver à un tel niveau de bêtise, ça fait peur!
      Je me demande vraiment si tous ces chercheurs croient en ce qu’ils font ou si c’est juste une histoire de gros sous…
      Car il y a des gens qui pensent vraiment que la Science va régler tous leurs petits problèmes (perso j’en connais qui trouveraient cette idée géniale!)

      Répondre
  5. Gérard

    Bonjour
    Petit retour sur un des sujets précédents, avec la revue Que choisir-santé.
    « pour la HAS, l’hypertension artérielle correspond à une pression supérieure ou égale à 14/9. Or selon la revue Prescrire, en collaboration avec Cochrane, en dessous de 16/10 le bénéfice d’un traitement médicamenteux n’est pas démontré chez un adulte sans autre risque de complications cardiovasculaires. La différence n’est pas anodine. En abaissant ainsi le seuil de l’hypertension, le nombre de personnes susceptibles de prendre des antihypertenseurs augmente considérablement ».
    Voilà qui est dit.

    Bonne journée.

    Répondre
      1. Jean-Marc REHBY
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bin oui aucune étude n’a contredit cette notion déjà très ancienne mais les cardiologue avec la Société européenne de cardiologie ont donné des règles pour l’HTA on fait une mesure sur 24 h alias MAPA et si la TA nocturne est supérieure à 125/85, on traite BINGO pour BIG PHARMAZ,.
        Une étude savante avait testé un traitement pour tenez vous bien la « PRE HYPERTENSION  » elle fut négative comme c’est pas permis pas grave on fonce
        Triste médecine.

        Répondre
  6. joss

    En Belgique, un nouveau schéma vaccinal est recommandé pour la vaccination contre les infections causées par le papillomavirus humain :
    http://www.lalibre.be/actu/sciences-sante/voici-le-nouveau-schema-vaccinal-recommande-pour-la-vaccination-contre-les-infections-causees-par-le-papillomavirus-humain-59c8c909cd70a8c26d2645a9

    NB. Ce n’est plus un vaccin contre le cancer du col mais contre des infections…pour pouvoir y intégrer les garçons avec les filles ;-) J’imagine que cela va suivre en France.

    Répondre
    1. Inoxydable
      En réponse à : joss

      C’est je suis effrayé de voir que nos jeunes , garçons et filles, de 14 – 15 ans ont une telle vie sexuelle débridée avec des comportements à risques tellement dangereux qu’il n’ont d’autre solution que de se plier à une vaccination multirisque ( comme les assurances) dont les effets secondaires trèèès légers sont biens connus, certains plus graves chez celles qui sont vaccinées sont heureusement pas plus nombreux que dans la population non vaccinées. On a bien sûr assez de recul pour en être certain….
      Je suis rassuré sur l’avenir des mes petites filles et je pousse un soupir de soulagement pour avoir échappé à ces infections dont j’ignorais même l’existence.
      Circulez, y a rien à voir…
      P.S: De mon temps on nous mettait en garde contre la « Ch… P…se », fallait faire gaffe où on « trempait le biscuit ». Ouf , je l’ai échappé belle! ( pardon Mesdames, je sais que c’ est un peu trivial mais on est Gaulois … enfin je crois)
      Merci Joss.

      Répondre
    2. Jean-Marc REHBY
      En réponse à : joss

      Reçu ce matin un courrier du service d’hypertensiologie (si si ça existe!) à propos d’une patiente de 81 ans une MAPA du 20 juillet lettre du 6/09 reçue ce matin 25/09.
      TA le jour 149/92 la nuit 134/70 donc hypertension.
       » en pratique je reverrai assez rapidement madame H… afin d’instaurer un traitement antihypertenseur »
      kokch’est qui va s’passer si la dame prend le traitement: hypotension chute et fracture de l’épaule du poignet ou du col du fémur ou les trois à la fois.
      Sans compter qu’elle fera un bas débit cérébral avec troubles cognitifs qui seront déclarés Alzheimer et traités avec des saloperies inutiles.
      Ou quand un pois chiche fait office de cerveau.
      Bon vent !!

      Répondre
      1. phil
        En réponse à : Jean-Marc REHBY

        Tout ce qui se dit ici sur la médecine pourrait se dire également sur un blog similaire destiné à la justice… (Sauf qu’il n’existe pas de lanceurs d’alertes dans ce domaine, on de demande pourquoi, ce qui s’y passe est encore pire que ce qui se passe en médecine.)

        Nous sommes dans 1 pays méditerranéen sous développé, très mal classé dans le palmarès de la corruption mondiale, même si c’est pire en Chine, au Maghreb et au Zaïre.

        Oui mais… au moins eux ne se targuent pas d’être les « Pays des droits de l’Homme »…

        Répondre
    3. Jean-Marc REHBY
      En réponse à : joss

      et oui les garçons les filles et rattrapage chez les adultes bientôt les papys et les mamies en maison de retraite !!

      Répondre
  7. Emilio

    Si vous aviez besoin d’une preuve que les totalitaires se recrutent également au sein des groupes politiques qui se presentent comme des « humanistes » / « anticapitaliste » / soi-disant opposé à Macron et à sa loi travail … voici Raquel Garrido (des insoumis) qui est opposé à la la liberté vaccinale :

    http://lelab.europe1.fr/video-raquel-garrido-la-france-insoumise-veut-rendre-les-vaccins-obligatoires-si-le-peuple-est-consentant-3444959

    Garrido parle DES vaccins, pas de 11 vaccins obligatoires, de 12, de 124 ou de 178,56345 …

    Répondre
  8. Emilio

    http://michel.delorgeril.info/ethique-et-transparence/vaccins-et-maladies-autoimmunes-association-confirmee/comment-page-1#comment-34717

    @MT : Je ne crois pas que MdL soit hors sujet selon mes critères. Il a dit et répété plusieurs fois sans ambiguïté qu’il était hors de question de vacciner de force les individus.

    J’ai cherché des commentaires équivalents chez IPSN ou E3M, je n’ai trouvé que des commentaires en décalage absolu avec la menace que fait peser le Buzyn sur les familles françaises…

    La dernière communication de E3M date du 22 septembre ici :
    https://www.vaccinssansaluminium.org/conference-de-presse-e3m-22-septembre/

    « Ces recherches ont été menées de 2014 à 2016. Elles ont été obtenues suite à la mobilisation de l’association E3M (qui a mené deux grèves de la faim pour obtenir le financement de 150 000€ par l’ANSM) et à celle de Laurence Cohen, sénatrice du Val-de-Marne, Vice-Présidente de la commission des affaires sociales et membre du Conseil d’administration de l’ANSM. »

    E3M collaborent avec une membre du conseil d’administration de l’ANSM, vraiment ? Ils font ça alors même que la menace la plus immédiate est que l’on rende l’ENSEMBLE des vaccins obligatoires, avec la liste des vaccins obligatoires qui serait révisée annuellement ? Ils n’ont réellement QUE ÇA à faire ?

    Pourquoi ça passe aussi facilement que ça à la télé ces histoires d’aluminium alors même que ça ne représente qu’une question MINEURE des livres de Georget. Pourquoi ces histoires sont autant « politiquement correct » ?

    L’aluminium est tout simplement un alibi du système qui empêche les individus de voir qu’il se dirigent dans un mur au delà duquel il n’y aura plus de sens à discuter pacifiquement des bénéfices ou inconvénients de l’obligation vaccinale puisqu’il sera devenu interdit de refuser un vaccin.

    Répondre
    1. Emilio
      En réponse à : Emilio

      Discuter pacifiquement des bénéfices des vaccins hein … pas de l’obligation vaccinale.

      Je ne discute jamais pacifiquement de l’obligation vaccinale qui est purement et simplement une abomination.

      Répondre
    2. MT
      En réponse à : Emilio

      Vous ne comprenez rien à mes propos, c’est usant… Je ne sais même pas pourquoi je continue d’échanger sur le sujet!
      Ca n’est pas parce que l’on s’interroge sur l’aluminium dans les vaccins que l’on cautionne la prise de position d’E3M ou de Joyeux (que je trouve personnellement assez nulle mais ça je l’ai déjà dit 1000 fois sauf que vous n’entendez rien ou vous vous en foutez c’est bizarre) ou qu’on fait abstraction de la gravissime problématique de l’obligation vaccinale!
      Contrairement à vous, je suis capable de traiter plusieurs sujets à la fois mais ça doit être parce que je suis une femme!
      Evidemment que l’aluminium est un « faux » problème lorsqu’il est traité isolément de cette façon et un prétexte pour détourner l’attention. Si pour E3M, l’aluminium est le SEUL problème de la politique vaccinale actuelle, ça craint et ils desservent clairement notre cause, ce qu’il faut dénoncer sans équivoque…
      Pour autant, comme les OGM dans les vaccins, ça n’est pas une raison pour occulter le sujet de l’aluminium.

      Je ne suis absolument pas d’accord avec vous sur la façon de communiquer autour de la problématique vaccinale et opte pour ma part pour un peu plus de subtilité et d’ouverture d’esprit au risque de faire fuir à peu près tout le monde. On peut très bien annoncer clairement notre positionnement (contre l’obligation) et discuter calmement des nombreux problèmes qu’implique le fait de vacciner (de gré ou de force) les gens.
      La majorité des gens ont besoin, pour intégrer que l’obligation vaccinale est une atteinte très grave à la liberté individuelle, de comprendre les enjeux de l’acte vaccinal, Emilio.

      A bon entendeur, salut!

      Répondre
Commentaires : page 2 sur 3«123»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.