un livre : Alcool, Vin et Santé

comme un des lecteurs nous a demandé une référence vers un livre…


… le voilà : désolé pour ce petit retard, bien que la période des fêtes soit déjà passée -;)

Le livre : Alcool, Vin et santé est publié aux Editions Alpen

16 réflexions au sujet de « un livre : Alcool, Vin et Santé »

  1. Pierre Bilodeau

    Monsieur De Lorgeril,

    J’ai lu de fond en comble vos livres sur le cholestérol et même à plusieurs reprises, avec toujours le même intérêt, mais il y a une difficulté par-dessus laquelle je ne puis passer : elle concerne la consommation modérée et régulière d’alcool présumée bonne pour la santé cardiaque.

    Que cette consommation d’alcool soit bonne statistiquement, cela est une affaire, mais qu’elle soit bonne physiologiquement, c’en est une toute autre.

    Vous même dans un de vos articles (Wine, alcohol, platelets and the French Paradox…) et sur ce site, vous dites que l’alcool (consommé modérément et régulièrement) exerce son effet dit bénéfique sur la santé cardiaque à la manière d’une drogue.

    Si c’est le cas, ne vaudrait-il pas mieux suivre une diète méditerranéenne en excluant le vin rouge et n’avoir recours qu’à des moyens naturels ou physiologiques pour préserver sa santé ?

    Pierre

  2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril

    @Pierre Bilodeau :

    L’alcool à doses modérées n’est pas bénéfique seulement "statistiquement", on a décrit de nombreux effets biologiques, le plus important à mes yeux étant l’effet dit "préconditionnant" sur le myocarde, confirmé par de nombreuses équipes sur plusieurs modèles expérimentaux !

    L’alcool c’est une chose, la" boisson alcoolisée" en est une autre : le vin est un ingrédient "incontournable" de la diète méditerranéenne, mais si vous n’aimez pas, faut pas se croire "obligé", mais c’est dommage car alcool + polyphénols c’est magique, y a pas mieux ! Mais ça ne suffit pas évidemment !

    Bon vent, matelot !

  3. Lupin

    Bonjour, ma question est la suivante : La consommation modérée d’alcool (Moins d’un verre par jour) me provoque un niveau de gamma gt à 185 UI.
    Faut-il s’en inquiéter ou s’agit-il encore d’un marqueur destiné à servir le "biopharma" business.
    Merci pour ce site et votre combat que la sortie du livre de Mrs Even et Debré font encore avancer.

  4. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril

    @Lupin : 
    Je doute que moins d’un verre par jour puisse modifier vos gamma GT, il y a autre chose … Ou alors c’est un verre à 90 degrés ?

  5. Cunégonde

    Auriez-vous le même raisonnement pour l’hypercholestérolémie familiale ou faut-il le faire descendre quand même?
    Merci

  6. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril

    @Cunégonde :

    j’ai mis en ligne plusieurs billets concernant ce qu’on appelle abusivement les "hypercholestérolémies familiales" (ou HF), je vous les recommande en urgence !

    J’en parle aussi dans mes livres, mais sans m’étaler (comme disent les jeunes) car cela sort du cadre des maladies cardiovasculaires ordinaires !

    Quand je dis "abusivement", je veux dire qu’on fait croire à une multitude d’innocents et naïfs qu’ils ont un cholestérol élevé pour des raisons héréditaires, ce qui est faux dans 95% des cas !

    Et de toute façon, ça ne change rien à la question de la dangerosité du cholestérol qui n’existe pas non plus …

    Par contre, dans la catégorie abusivement dénommée HF, il y a de rarissimes (moins de 1naissance sur 1 million) formes d‘hyperlipidémies (ça ne concerne pas que le cholestérol mais les lipoprotéines qui transportent le cholestérol entre autres choses) qui pour des raisons inconnues tendent à se caractériser, outre des concentrations élevées de lipoprotéines dans le sang, par des dépôts de lipides (et pas seulement de cholestérol) dans des sites incongrus comme les tendons, les yeux ou les parois des cavités cardiaques … Certaines de ces formes génétiquement transmissibles ont la mauvaise idée d’être associées à d’autres "anomalies" génétiques qui favorisent les caillots … Ces formes malignes (et rarissimes) peuvent bénéficier des techniques d’ultrafiltration !

    Pour les diagnostiquer, outre des tests génétiques, il faut savoir qu’elles sont résistantes aux médicaments anti-cholestérol ! Les statines ne marchent pas chez ces gens-là, et si ça marche c’est que ce ne sont pas des HF malignes ! Facile à comprendre !

    Ces maladies génétiques rarissimes n’ont rien à voir avec l’athérosclérose et les autres maladies ischémiques susceptibles de se compliquer d’infarctus ou d’AVC ; et qui font 150,000 décès par an en France …

    La lumineuse escroquerie (à laquelle vous allez échapper à partir d’aujourd’hui) de la théorie du cholestérol, c’est de faire croire [sur la base des données concernant les HF malignes] qu’il faut avoir un cholestérol le plus bas possible !

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.