10 min à la radio : 9 bonnes mais une mauvaise

J’ai en effet très mal répondu à l’une des questions qui m’était intelligemment posée à propos des conflits d’intérêt dans l’étude PREDIMED qui a bénéficié des “cadeaux” des Syndicats producteurs d’huile d’olive et de noix qui sont sponsors de l’étude…
Certes il y a liens d’intérêt et ils sont avoués et “faute avouée est à demi-pardonnée“…
Mais  y a t-il “faute” ?
Et peut-on comparer cette situation avec celle des essais cliniques testant des médicaments ?
En effet les deux situations sont très différentes.
Situation 1 : des universitaires Espagnols (entre 50 et 100 pour faire simple) décident de monter un essai clinique testant la diète méditerranéenne ; c’est PREDIMED ; ils cherchent des financements gouvernementaux (assez importants) qu’ils vont compléter par des petits  “privés” ; et en plus obtiennent que les syndicats agricoles fournissent des aliments (huile d’olive et noix) pour faciliter l’adoption de la diète méditerranéenne dans les groupes expérimentaux. A aucun moment les syndicats agricoles sont parties prenantes de l’essai et, même s’ils le souhaitaient, ils n’ont aucune compétence pour s’en mêler ; l’essai est totalement entre les mains des universitaires !
Situation 2 : un industriel détient une molécule qui pourrait faire un médicament rentable. Il cherche des universitaires hospitaliers pour recruter des patients, entre 20 et 40 centres disséminés sur la planète et qui ne se connaissent généralement pas. Les universitaires sont rémunérés pour le travail qui consiste à “ouvrir leur hôpital” aux investigateurs de l’industriel qui font vraiment le travail, recueillent les données et vont détenir (secrètement) l’ensemble des données acquises. Les universitaires seront aussi rémunérés pour faire semblant d’avoir un accès libre aux données brutes de l’essai et certains auront l’honneur d’aller présenter les résultats dans des congrès apparemment scientifiques. Ils seront aussi rémunérés pour aller défendre la molécule dans des comités pseudo scientifiques de corporations pseudo scientifiques financées par l’industriel… Ils seront enfin rétribués pour influencer les membres (indépendants) des agences du médicament dans différents pays afin d’obtenir la mise sur le marché de la molécule ; et à un prix intéressant pour l’industriel. A aucun moment les universitaires “n’ont la main” comme disent les bridgeurs…
Je ne pouvais pas dire tout ça en une minute ; mais j’aurais dû…
Réactions espérées des visiteurs de ce blog.
Merci d’avance !