SORTIE DE NOTRE NOUVEAU LIVRE sur l’alimentation méditerranéenne

Janvier 2015 : nous publions un nouveau livre aux Éditions Terre Vivante (une maison d’édition pionnière dans la catégorie « livres écolos pratiques« ) avec le titre :

LE NOUVEAU RÉGIME MÉDITERRANÉEN   Pour protéger sa santé et la planète

Livre : Le nouveau régime méditerranéen

Ce ne fut pas facile ; car nous avons essayé de concilier plusieurs approches : celle consistant à expliquer qu’il est essentiel pour protéger sa santé d’adopter un « modèle alimentaire » et celle expliquant que les aliments proposés aujourd’hui à la majorité des consommateurs sont de pauvre qualité nutritionnelle et trop souvent « contaminés »…

En d’autres termes, il ne suffit plus de manger « méditerranéen » et il ne suffit pas de manger « bio »… Il faut les deux !

Et on peut faire encore mieux. C’est-à-dire plus que « bio » plus « méditerranéen » ; car dans ce contexte, 1 + 1 fait plus que 2 !

Sur une bonne base scientifique !

Ainsi donc, en plus de décrire le modèle alimentaire méditerranéen traditionnel, nous avons essayé (par l’analyse des groupes alimentaires, chapitre après chapitre) de montrer comment on pouvait adapter le modèle aux consommateurs et conditions d’existence modernes.

Ce faisant, nous espérons répondre à deux exigences : satisfaire les petits budgets et satisfaire nos légitimes questions environnementales !

Dit plus simplement, en protégeant notre santé, nous contribuons à protéger la planète !

Inutile de dire que nous attendons des réactions ; elles sont toutes les bienvenues, y compris les plus hostiles.

Nous pensons en effet que la crise sociétale que nous traversons [et les derniers évènements "Charlie" n'en sont probablement que les prémisses ; ou de petites escarmouches avant la grande bataille qui se prépare] requiert quelques réponses préliminaires et anticipations. Nos lecteurs constaterons qu’avant même les « évènements Charlie », nous parlions d’une nécessaire Révolution.

Ce dont je parle ici (escarmouches) n’a rien à voir avec les espèces de minables « guerre de religion » qui ne sont que des prétextes pour retarder les moments de verdict.

Et quand je parle de Révolution ce n’est pas de celle du type « Grand soir » évidemment ; mais « autre chose » que nous allons devoir inventer, pour sortir de l’ornière où nous sommes ; et tous ensemble ! Mais ça ne se fera pas tout seul, désolé, va falloir bouger ; et donc secouer (un peu) quelques gougeas et nantis qui se satisfont du statu quo.

Debout, jeunesses, sauvez-nous !

301 réflexions au sujet de « SORTIE DE NOTRE NOUVEAU LIVRE sur l’alimentation méditerranéenne »

  1. JCR

    Bonjour Docteur,

    Merci de votre cours, du grand art en effet … et de votre énervement ;-) Comme je vous comprend !!
    Je profite de cette occasion pour vous dire combien il est difficile de s’adresser, vos ouvrages à l’appui, à certains de vos confrères… Comment trouver une liste de médecins partageant vos recherches (en Suisse aussi) pour nous éviter de faire du « porte à porte » pénible ?

    Cordialement,
    Josiane

  2. guy cardineau

    Bonjour. Une petite précision encore SVP, je ne suis pas sûr d’avoir bien compris dans votre réponse et votre livre. Je prends du Kardegic 75 depuis 10 ans lorsque l’anévrisme de l’aorte abdominale a été identifié. Depuis les 2 interventions (pontages, angio, stents pour AOMI) il m’a été prescrit du Plavix que je tolère mal donc maintien du Kardegic. « Niais ou pas niais » les confrères qui me suivent? Merci.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : guy cardineau

      Ceci n’est pas une consultation.
      Faute de plus d’information concrète, je ne peux rien dire de plus, mais tout ceci me semble répondre à une certaine rationalité…
      Bon vent, matelot

  3. guy cardineau

    Bonjour et merci mais n’étant : 1) qu’un patient très concerné par le sujet qui, 2) entend des discours contestés des deux côtés, 3) sur fond d’ironie, 4) sachant qu’il ne doit pas s’agir pour vous – pour le blog – de consultation ni de diriger vers des confrères; il faut peut-être admettre qu’en final c’est difficile pour le malade, de savoir que faire et où aller. De la rationalité, j’en ai plus quand ça ne concerne pas ma santé…. curieux, non ? Donc Kardegic ou pas? il m’a semblé comprendre qu’il était préférable, de votre point de vue, de ne pas en prendre pendant des années en substituant par vie physique + air sain + régime Méditerranéen. C’est bien çà?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : guy cardineau

      Non, désolé, je ne dis pas ça.
      Et en plus je trouve votre ton un peu désagréable…
      Il est des circonstances où il est indispensable de prendre un ou des antiplaquettaires (aspirine, plavix, par exemple).
      Ce que je dis c’est que (lorsque c’est possible) il est préférable de prendre le plavix plutôt que l’aspirine dans ces cas-là !
      Sinon, il vaut mieux éviter tout médicament antiplaquettaire et si on en a eu besoin à un moment donné et qu’on voudrait s’en séparer, il faut en parler à son médecin et évaluer les risques et les bénéfices.
      C’est là que la qualité du médecin joue un rôle important ; la médecine est un art !

      1. RICORDEAU
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        savoir communiquer avec sont médecin et primordiale ,j ai remarquer avec le Temp que bon nombre de patient se comporte comme des enfants fasse a leurs médecin ou en hospitalisation , et en dehors de cela dans leurs vie quotidienne il assume parfaitement leurs responsabilités d adultes . Pensez bien que l homme moderne na pas évoluer depuis sont apparition sur terre et que nous sommes tous égaux de naissances , mêmes fonctions vital et cérébrale et que la seul différences que l ont peut admettre dans se cas c est la connaissances dans tel ou tel domaines d activités professionnel ou culturel. Et cela pour vous dire qui l est important de communiquer sans avoir peur des autres et surtout pas de votre médecin qui aura du mal a soigner un patient muet ou enfantin lors d une consultation. Il faut savoir agir et réagir part soie mémé !!!
        cordialement

      2. guy cardineau
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Bonjour. Je ne souhaite pas être désagréable et encore moins vis-à-vis de vous qui faites un très bon travail. Je voulais juste noter la difficulté dans laquelle se trouve le patient « éclairé » par vos soins mais en grande difficulté de dialogue face à « l’autisme » de vos confrères sur ce sujet. Mais, la vie doit être bien faite car l’angiologue qui me suit m’a dit hier qu’elle avait assisté à vos conférences et est en accord avec votre approche ! ouf ! Elle doute uniquement de la capacité des patients à faire un régime sérieux dans le temps alors qu’ils décideraient de ne plus prendre de médicaments. Elle doit me donner les coordonnées du nutritionniste de Saint Etienne (à Lyon c’eut été mieux mais ça n’est pas un problème pour moi) qui vous accompagne ayant oublié son nom lors de la consultation. Je crains devoir la relancer à plusieurs reprises… à moins que ….
        Un grand merci pour toutes les informations que vous délivrez. Si seulement il y avait moins de financiers et plus d’artistes chez les médecins!

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : guy cardineau

          Je ne connais pas le nutritionniste « sérieux » de Saint-Étienne dont on vous a parlé…
          Restez sur Lyon, consultez un nutritionniste et apportez notre dernier livre « Le nouveau régime méditerranéen » et dites simplement que c’est ça et rien d’autre votre référence ; et que vous lui demandez de vous aider à faire ça et rien d’autre…
          S’il (ou elle) ne comprend pas, allez en voir un(e) autre ; mais à mon avis, le premier essai sera le bon ; ensuite, vous vérifiez si c’est OK en vous référant constamment à notre livre.
          Bon vent, bon cap, tout ira bien !

          1. cardineau
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Histoire drôle : espérant encore obtenir pour moi le nom d’un nutritionniste « compétent » ma femme profite d’une consultation avec son endocrinologue préférée pour le lui demander. Heureux d’une réponse je vais voir sur internet qui est ce professeur de médecine et découvre alors le dialogue « complice » entre vous et le professeur Moulin …. Autant dire aussi que mon Angéiologue ne m’a toujours pas communiqué le nom du nutritionniste de Saint Etienne que vous dîtes d’ailleurs ne pas connaître et semble-t-il pour cause… Ah les artistes ! Quel dommage qu’il s’agisse de notre santé sinon on pourrait bien rire !

  4. Vialard

    Bonjour, pourquoi ne pas avoir cité à propos du régime d’Okinawa (on m’a dit que vous l’aviez fait dans ce livre mais je n’ai pas encore eu le temps de le vérifier) l’huile de périlla, d’origine asiatique, qui est la plus riche en Oméga 3 ? On n’en consommerait pas là bas ? Dans l’attente de votre réponse, merci.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Vialard

      Une partie importante de notre livre, outre la description du modèle méditerranéen, c’est d’apporter des conseils pragmatiques aux petits budgets. On peut certes s’éloigner un peu du modèle méditerranéen et de l’huile d’olive ; mais l’huile de perilla pour la cuisine de tous les jours…

  5. Flo

    Eh bien j’ai fini par acheter votre livre (pas si facile à trouver, surtout que les librairies se font de plus en plus rares..). Et je l’ai presque fini. Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi gros.
    Je l’ai trouvé franchement passionnant (je comprends mieux maintenant tous les messages et contre-message que les autorités nous envoient depuis 20 ans). Au passage ma généraliste en est toujours à conseiller de limiter les oeufs… et pourtant elle est jeune. Par contre je pense que votre livre ne va toucher qu’un public relativement informé, et déjà convaincu au moins en partie. Sauf peut-être des personnes ayant écouté l’émission de France Inter (je l’ai écouté en différé, c’était vraiment très bien)
    Enfin, je viens d’aller voir un nutritioniste pour voir si on pouvait faire quelque chose pour mon syndrome du côlon irritable (réellement handicapant, notamment professionnellement). Et je déprime en voyant la liste de ce que j’ai le droit de manger (pendant 3 semaines, le temps de voir si ça va mieux avant de réintroduire les aliments « suspects »). Seulement 7 légumes différents (dont 3 que je n’aime pas, et dont seulement 2 sont de saison), pas d’ail, d’oignon, pas de légumineuses, évidemment pas de crudités pour le moment… Dur dans ce cas de manger « méditerranéen ». Vivement qu’on en sache plus sur notre flore intestinale, et qu’on sache la « rééquilibrer » si nécessaire… Je souffre également d’obésité, bien que respectant à peu près le mode de vie méditerranéen depuis quelques années, j’ai perdu 5-6 kilos mais depuis ça stagne. Difficile de ne pas imaginer un lien entre ces 2 problèmes… mais dans quel sens et lequel?

  6. Vialard

    Je comprends bien mais ce disant vous ne répondez pas à ma question à propos d’Okinawa.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Vialard

      Cette huile est trop riche en polyinsaturés (oméga-3 plus oméga-6) donc fragile, elle rancit vite ; ce n’est pas pratique et trop chère…
      Mais dans certaine circonstances…
      Cela dit, je n’en ai pas vu à Okinawa ; mais je ne lis pas le japonais ; alors peut-être dans certains cercles et sous forme d’huile essentielle ; c’est autre chose que la cuisine de tous les jours ; et c’est ça qui importe !

  7. Olive verte

    Accidenti !
    Comme ça se dit en Italie et en Corse parfois, et qu’on peut traduire de 1000 façons, dont « oh pu .. naise » ou « ça alors ».
    Je partage ici Juste un constat récent, un bref instantané (je n’y étais pas, mais on m’a raconté) : des gens de Sicile, de passage en France, avec plusieurs visites gastronomiques, se sont beaucoup beaucoup inquiétés de leur … cholestérol, pour 5 ou 6 jours de présence, avec une alimentation certes riche en viandes, pâtés, etc. et conséquente, mais isolée par rapport à leur quotidien. Quotidien dans lequel les matières grasses sont aussi largement chassées, au profit des pâtes (dans des quantités peu raisonnables – même pour l’Italie) et/ou du pain.
    Juste pour témoigner, et renchérir sur les alertes répétées du Dr de Lorgeril, que ce message de délire cholhystérique s’est » incrusté » dans des endroits inattendus, au bord de la grande bleue. Avec des résultats pas toujours probants (en termes de forme physique, de « pêche »), ce qui fait mal pour des gens par ailleurs extrêmement chaleureux et sympathiques.
    J’espère qu’un Apollon, un Poséidon, un Esculape, une Athéna, ou un(e) autre de la bande, finira par piquer une colère contre cette mise à sac du patrimoine méditerranéen, ou tout simplement de la santé des gens.

  8. jean-christophe

    bonsoir amiral!

    une question. Je prends des graines de lin tous les matins et j’y adjoins très souvent de la cannelle..Est-ce grave docteur? dans votre livre, vous faites quelques allusions à la cannelle dans des contextes qui ne sont pas mauvais mais je n’ai pas le souvenir que vous en disiez du bien..Bref, est-ce que la consommation très régulière de cannelle en bâton, moulue peut-être problématique?

    merci d’avance

    jean-christophe

  9. Béa

    Tout d’abord un grand merci pour tous les conseils précieux que vous donnez dans vos livres. Je suis plus que convaincue des bienfaits du mode de vie protecteur tel que vous l’expliquez et j’ai adopté le modèle méditerranéen avec beaucoup de plaisir.
    J’ai vu une vidéo d’un médecin qui a des recommandations alimentaires assez proches des vôtres. Par contre il ajoute que le mode de cuisson des aliments est primordial pour préserver vitamines et nutriments et conseille une cuisson des légumes « al dente » à la vapeur douce avec un vitaliseur J’ai aussi vu qu’il existait des casseroles très chères de cuisson à basse température avec des thermostat pour surveiller la T°. Les fabricants en vantent tous les bienfaits mais il leur faut bien des arguments pour vendre des casseroles aussi chères. Je ne sais pas trop quoi en penser… Y a t’il des études scientifiques fiables sur la cuisson à basse température ? Avez vous quelques conseils à nous donner sur le mode de cuisson des aliments afin d’en préserver tous leurs bienfaits.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Béa

      Basse température, vapeur sans cocotte ou avec cocotte (à la rigueur) al dente ou cru ; tout est bon même si certaines façons sont un peu mieux ; du moment qu’on est dans la façon méditerranéenne.

  10. jean-christophe

    bonjour amiral,

    j’ai entendu une diététicienne qui conseillait, dans le cadre d’un propos sur les matières grasses, pour avoir son apport de vitamine A pour la vue, de prendre au maximum 15 grammes de beurre par jour. Ce conseil m’a semblé peu judicieux dans le cadre d’une diète médit, si je vous ai bien lu, on puise sa vitamine A dans le béta carotène, les fruits et légumes de couleur orange, non? est-ce que je raconte des bêtises?

    jean-christophe

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : jean-christophe

      On peut avoir sa vitamine A de sources animale (poissons et viandes, œuf et produits laitiers, …) ou végétale (c’est la pro-vitamine A) ; pas de problème avec la diète méditerranéenne ; pas besoin de beurre…

Commentaires : page 7 sur 8« Plus anciens...«45678»

Les commentaires sont fermés.