Adresse aux médecins de France à propos du cholestérol, de l’hypertension et des médicaments qui les abaissent


Un vent de folie souffle sur le monde de la cardiologie, des lipides et de l’hypertension artérielle. Le feu au lac !

Que se passe-t-il ?

De nouvelles recommandations pour la prévention des maladies cardiovasculaires viennent (décembre 2013) d’être publiées par les grandes corporations Nord-américaines de cardiologie. Elles contredisent les anciennes.

Le “traitement“ des maladies (réelles ou inventées) liées au cholestérol et à l’hypertension artérielle (HTA, pour simplifier encore) représentent un coût astronomique pour la santé publique (3 ou 4 milliards par an en France) et une source de profits non moins considérables pour l’industrie du médicament. Bref, les enjeux économiques sont monstrueux et on a vu des gens s’entretuer pour bien moins que ça.

D’abord le cholestérol. Jusqu’à récemment, il était assez bien établi (!!) que pour protéger son patient il fallait, de gré ou de force, abaisser son cholestérol jusqu’à des niveaux – ou des cibles dans le jargon – précis. Les plus puissantes statines (le Crestor* par exemple) devaient être prescrites à doses optimales pour atteindre les cibles, et étaient éventuellement associées à d’autres médicaments anti-cholestérol (Ezetrol*, par exemple) pour atteindre la cible bien que l’utilité clinique (réduction du risque cardiovasculaire) du Crestor* et de l’Ezetrol* n’ait jamais été démontrée.

Et voilà qu’en ce beau mois de décembre 2013, des nouveaux experts disent qu’atteindre des cibles de cholestérol n’est plus le dogme ; mais qu’il faut prescrire les statines en fonction d’un risque global calculé à l’aide de subtiles équations.

Avant on prescrivait des statines pour diminuer un cholestérol qu’on prétendait pathologique et maintenant on doit prescrire les mêmes médicaments anticholestérol mais sans rapport avec le cholestérol : à titre d’exemple, vous êtes un homme, vous avez 65 ans et vous fumez, vous devez absolument prendre une statine sur la base de votre risque (calculé) d’infarctus dans les 10 années qui viennent. Sur le plan économique, c’est une superbe trouvaille car des dizaines de millions d’américains (et des millions de français) devraient se voir prescrire une statine si les médecins appliquaient ces nouvelles recommandations.

Les anciens experts, très offensés, demandent des explications aux nouveaux experts très sûrs d’eux. La définition des anciennes cibles ne reposait pas, selon les nouveaux, sur des bases scientifiques solides. Ceux qui nous ont lu le savaient déjà ! Mais les experts anciens et offensés (d’ailleurs et d’ici) découvrent stupéfaits cette évidence. Mais alors, rétorquent-ils, quelles sont les preuves scientifiques qui servent de base aux nouvelles recommandations ?

Très bonne question !

Mais de preuves, ils n’en ont pas plus pour les nouvelles que pour les anciennes, disent-ils. Ils ont toutefois fait des calculs et se sont mis d’accord … entre eux !

Évidemment les anciens, toujours très offensés mais toutefois très courtois “comme il plait aux âmes bien nées”, ne sont pas d’accord … Cacophonie !

Pour ceux qui savent vivre avec les yeux ouverts, il est clair qu’au-delà de quelques querelles d’Ego, ces disputes cachent des intérêts commerciaux considérables qu’on peut résumer en une formule : comment récupérer le fabuleux magot des statines qui d’ici peu seront toutes génériquées ?

Chers confrères, si vous respectez le code de déontologie, c’est-à-dire si vous pratiquez une médecine qui s’aligne sur les données scientifiques existantes [et donc offrez à vos patients le meilleur de la médecine contemporaine], vous ne pouvez pas faire confiance à ces gens-là, d’ailleurs ou d’ici !

Maintenant, et plus vite,  l’HTA. De façon très surprenante, la tendance est inverse : les nouvelles recommandations conduisent à ne plus traiter avec des médicaments antihypertenseurs des millions de gens.

Autrement dit, de nouveaux experts ont décidé de nouvelles normes pour la pression artérielle. Un coup de baguette magique : hier vous étiez malade et nécessitiez un (ou deux, voire trois) médicament(s), aujourd’hui vous êtes guéri sans médicament !

Si ça n’était tragique pour des millions de gens qui se sont consciencieusement intoxiqués avec des médicaments pendant des décennies, ce serait amusant car ce bouleversement thérapeutique ne repose que sur un changement de chiffres sans aucune signification clinique.

Selon la nouvelle Bible, les gens de 60 ans et plus ne doivent être traités que si leur pression artérielle atteint 15 et non plus 14 (comme auparavant) qui sont les nouvelles et anciennes cibles à respecter.

Beaucoup de bruit pour rien, 14 ou 15 ?

Si on regarde les relations statistiques entre les chiffres de pression artérielle et le risque de complications cardiovasculaires, ou mieux avec l’espérance de vie, on voit immédiatement en tenant compte des variabilités (des possibilités d’erreur) des chiffres, qu’il est absurde cliniquement de faire la différence entre 14 et 15 !

Pourquoi ces nouvelles recommandations ?

Des millions de patients devraient abandonner leur traitement médicamenteux antihypertenseur, perte nette pour le business de l’HTA. A qui profite le crime ?

Les anciens experts, très offensés, ne sont pas d’accord évidemment : avoir prêché pendant des décennies un évangile et se voir du jour au lendemain traités d’apostat est dur à avaler !

Ils annoncent une catastrophe sanitaire, des millions d’infarctus et d’accidents cérébraux si par malheur les prescripteurs changeaient leurs habitudes et respectaient ces nouvelles  recommandations. Vraiment ?

Nous n’avons pas de réponse ; mais un commentaire : tout ce charivari est infantile et ne repose pas sur de la bonne science …

Pourtant, en mon nom personnel, je vais vous donner mon opinion : il devient de plus en plus visible que les personnes traitées pour une supposée HTA succombent plus souvent de chutes (dues à des pressions trop basses ou à des hypoglycémies, les deux provoquées par les médicaments) qu’à des accidents cardiovasculaires avérés … sans parler des cancers que nos experts n’osent pas encore attribuer à leurs médicaments antihypertenseurs, malgré des données convergentes …

Certains barbares d’ici et d’ailleurs commencent à le dire à voix haute ; il vaut mieux  réduire la voilure, des grains violents s’approchent, il devient difficile de garder le même cap, en plus !

Leçon du jour : on ne doit écouter que des vrais experts libres et indépendants de tout lien d’intérêt avec l’industrie du médicament.

100 Replies to “Adresse aux médecins de France à propos du cholestérol, de l’hypertension et des médicaments qui les abaissent”

  1. BONJOUR DOCTEUR
    JUSQUE LA J.AVAIS RESISTE A LA PRISE DE STATINE APRES PLUSIEURS ESSAIS NEFASTES DE 2002 A 2006 ENVIRON COMPTE TENU DES EFFETS INDESIRABLES .
    TENSION 13/8 CHOLESTEROL TOTAL 2.41G/L TRIGLICERIDES 1.28G/L HDL 0.56G/L LDL1.59G/L PSA TOTAL 4.730 LIBRE 0.67NG/ML RAPPORT PSA LIBRE/TOTAL14%. 3 STENTSDEPUIS 2002 JAMAIS DE SYMPTOMES NI AVANT NI APRES LA POSE DES STENTS PAR ” PRECAUTION “. J.AI ARRETE LA PRISE DE LEVURE DE RIZ ROUGE DEPUIS 3 MOIS CAR LE RESULTAT D.ANALYSE ETAIT SENSIBLEMENT LE MEME
    JE DOIS REPASSER UNE VISITE MEDICALE AERONAUTIQUE ET JE SAIS QU.IL FAUT UN TAUX DE CHOLESTEROL LDL DE 1 COMPTE TENU DU FACTEUR DE RISQUE.
    EN VOL JE N.AI JAMAIS EU AUCUN PROBLEME NI AVANT NI APRES LES STENTS
    AU VU DES RESULTATS MON GENERALISTE M.A PRESCRIT EZETROL J.AI ACCEPTE DEPUIS 4 JOURS POUR ESSAYER MAIS DES LE DEUXIEME JOUR DIARREE DOULEUR MUSCULAIRES FATIGUE ABATTEMENT
    N.ETANT PAS UNE STATINE EST CE QU.IL EST LUI AUSSI INUTILE
    BIEN A VOUS

    1. Pire qu’une statine, c’est toxique et totalement inefficace sur le risque d’infarctus …
      Personne ne peut dire le contraire.
      Pour avoir un cholestérol “aligné” le jour x, vous savez très bien comment faire …

  2. que peut-on faire pour une tension trop élevée à 35 ans déjà?
    160 sur 09

    1. Ceci n’est pas une consultation.
      Vous voulez dire 160/90 sans doute.
      On est là à la limite de ce que l’on peut considérer comme “trop haut” …
      Tout dépend du contexte, et surtout du mode de vie …
      Surtout pas de médicament ! Vous aurez tous les ennuis et aucun bénéfice à espérer !
      Première chose à faire : comprendre la situation. Donc, désolé il n’y a pas le choix, s’instruire un peu.
      Je vous conseille, désolé c’est ce que je connais de mieux, notre livre “Prévenir l’infarctus et l’AVC“.
      Une fois ça fait, revenez vers moi avec des questions précises si vous en avez.
      Bon vent, matelot !

  3. j’ai relu plusieurs fois le chapitre sur la tension mais je ne suis pas pour autant rassure, y-a-t-il un seuil de tension a ne jamais depasser par exemple. Je ne pense pas avoir deja eu des valeurs systole > 16 par contre il m’arrive parfois d’avoir un chiffre de diastole qui fleurte avec les 100. Le sport (jogging, velo) me permet de faire descendre la tension , alors que j’ai fini ma sceance et que mon pouls est encore a 120 , ma tension n’est plus que de 120/80 alors qu’elle est souvent plus haute au repos avant de commencer, il y a un reel effet benefique mais il ne semble pas durer tres longtemps. J’ai peur d’etre border line avec ma tension , autant pour le cholesterol a 2.5 g/l je ne m’inquite plus (merci a vous ), je ne voudrais pas betement ajouter un facteur de risque alors qu’il existe des medicaments qui fonctionnent tres bien et que recommandez dans votre livre comme les diuretiques.
    Avez-vous un bon cardiologue a recommander dans la region Aix, Marseille, Nice bien evidemment en dehors de ce blog ?

    1. Ceci n’est pas une consultation.
      Comme je vous l’ai dit, dans un contexte de mode de vie protecteur, les chiffres que vous me citez sont anodins …
      Je ne vois pas ce que vous iriez faire chez un cardiologue qui risquerez, pour vous rassurer, de vous prescrire un médicament inutile …
      Ceci étant dit, vous êtes peut-être un cas très particulier [déjà par le seul fait que vous vous mesuriez si souvent la pression] ; et votre médecin traitant devrait vous rassurer si vous le consultez …
      Ce n’était pas une consultation.

  4. Bonjour Docteur,
    sur des anciennes analyses de sang on faisait des dosages des Apolipoproteine A1 et B qui etait respectivement de 1.1 g/l et 1.21 g/l en ce qui me concerne. Ces valeurs sont-elles elevees ou n’ont-elles comme pour le HDL et le LDL aucune importance pour evaluer le risque CV ?
    Aussi, ma tension se balade en 125/80 et 155/90, j’ai 46 ans , je fais du sport regulierement et je suis les recommandations de votre dernier livre , pensez-vous qu’il faille commencer a songer a prendre des medicaments contre l’HTA ? Mon cardiologue me dit qu’il y a un risque a long terme de creer une hypertrophie et/ou une dilatation du VG ?

    1. Ceci n’est pas une consultation.
      Les dosages des apoprotéines ne servent à rien ; business …
      Une tension qui se ballade n’est pas très inquiétante tant qu’elle se ballade dans le périmètre que vous donnez et à condition que votre mode de vie soit vraiment protecteur …
      Lisez-nous bien, et relisez-nous à propos de la pression artérielle, c’est crucial pour évaluer le degré d’inquiétude que vous pouvez développer à propos de votre pression artérielle.

      1. merci Docteur,
        le nombre des APO-B sont pourtant lie au nombre de LDL-P qui sont pathogenes contrairement au LDL-C. Le fait de ne pas faire la distinction entre les 2 (LDL-P et LDP-C) pourrait peut-etre expliquer pourquoi on arrive pas a montrer statistiquement de lien de causalite entre CHOT et artherosclerose. Une grande partie de personnes avec uniquement LDL-C eleve n’etant pas a risque ? Ne tient pas la une explication qui pourrait mettre tout le monde d’accord , y compris vous car les recommandations concernant le mode de vie ne ferait finalement qu’equilibrer la ratio LDL-P et LDL-P, chose que les statines ne ferraient que tres grossierement d’ou les resultats mediocres voir nuls. Les sucres semble jouer un role tres important contrairement aux graisses. Que pensez-vous de tout cela ?
        voir ci-dessous extrait blog Peter Attia
        1.Cholesterol is “just” another fancy organic molecule in our body but with an interesting distinction: we eat it, we make it, we store it, and we excrete it – all in different amounts.
        2.The pool of cholesterol in our body is essential for life. No cholesterol = no life.
        3.Cholesterol exists in 2 forms – unesterified or “free” (UC) and esterified (CE) – and the form determines if we can absorb it or not, or store it or not (among other things).
        4.Much of the cholesterol we eat is in the form of CE. It is not absorbed and is excreted by our gut (i.e., leaves our body in stool). The reason this occurs is that CE not only has to be de-esterified, but it competes for absorption with the vastly larger amounts of UC supplied by the biliary route.
        5.Re-absorption of the cholesterol we synthesize in our body (i.e., endogenous produced cholesterol) is the dominant source of the cholesterol in our body. That is, most of the cholesterol in our body was made by our body.
        6.The process of regulating cholesterol is very complex and multifaceted with multiple layers of control. I’ve only touched on the absorption side, but the synthesis side is also complex and highly regulated. You will discover that synthesis and absorption are very interrelated.
        7.Eating cholesterol has very little impact on the cholesterol levels in your body. This is a fact, not my opinion. Anyone who tells you different is, at best, ignorant of this topic. At worst, they are a deliberate charlatan. Years ago the Canadian Guidelines removed the limitation of dietary cholesterol. The rest of the world, especially the United States, needs to catch up. To see an important reference on this topic, please look here.
        8.Cholesterol and triglycerides are not soluble in plasma (i.e., they can’t dissolve in water) and are therefore said to be hydrophobic.
        9.To be carried anywhere in our body, say from your liver to your coronary artery, they need to be carried by a special protein-wrapped transport vessel called a lipoprotein.
        10.As these “ships” called lipoproteins leave the liver they undergo a process of maturation where they shed much of their triglyceride “cargo” in the form of free fatty acid, and doing so makes them smaller and richer in cholesterol.
        11.Special proteins, apoproteins, play an important role in moving lipoproteins around the body and facilitating their interactions with other cells. The most important of these are the apoB class, residing on VLDL, IDL, and LDL particles, and the apoA-I class, residing for the most part on the HDL particles.
        12.Cholesterol transport in plasma occurs in both directions, from the liver and small intestine towards the periphery and back to the liver and small intestine (the “gut”).
        13.The major function of the apoB-containing particles is to traffic energy (triglycerides) to muscles and phospholipids to all cells. Their cholesterol is trafficked back to the liver. The apoA-I containing particles traffic cholesterol to steroidogenic tissues, adipocytes (a storage organ for cholesterol ester) and ultimately back to the liver, gut, or steroidogenic tissue.
        14.All lipoproteins are part of the human lipid transportation system and work harmoniously together to efficiently traffic lipids. As you are probably starting to appreciate, the trafficking pattern is highly complex and the lipoproteins constantly exchange their core and surface lipids.
        15.The measurement of cholesterol has undergone a dramatic evolution over the past 70 years with technology at the heart of the advance.
        16.Currently, most people in the United States (and the world for that matter) undergo a “standard” lipid panel, which only directly measures TC, TG, and HDL-C. LDL-C is measured or most often estimated.
        17.More advanced cholesterol measuring tests do exist to directly measure LDL-C (though none are standardized), along with the cholesterol content of other lipoproteins (e.g., VLDL, IDL) or lipoprotein subparticles.
        18.The most frequently used and guideline-recommended test that can count the number of LDL particles is either apolipoprotein B or LDL-P NMR, which is part of the NMR LipoProfile. NMR can also measure the size of LDL and other lipoprotein particles, which is valuable for predicting insulin resistance in drug naïve patients, before changes are noted in glucose or insulin levels.
        19.The progression from a completely normal artery to a “clogged” or atherosclerotic one follows a very clear path: an apoB containing particle gets past the endothelial layer into the subendothelial space, the particle and its cholesterol content is retained, immune cells arrive, an inflammatory response ensues “fixing” the apoB containing particles in place AND making more space for more of them.
        20.While inflammation plays a key role in this process, it’s the penetration of the endothelium and retention within the endothelium that drive the process.
        21.The most common apoB containing lipoprotein in this process is certainly the LDL particle. However, Lp(a) and apoB containing lipoproteins play a role also, especially in the insulin resistant person.
        22.If you want to stop atherosclerosis, you must lower the LDL particle number. Period.
        23.At first glance it would seem that patients with smaller LDL particles are at greater risk for atherosclerosis than patients with large LDL particles, all things equal.
        24.“A particle is a particle is a particle.” If you don’t know the number, you don’t know the risk.
        25.With respect to laboratory medicine, two markers that have a high correlation with a given outcome are concordant – they equally predict the same outcome. However, when the two tests do not correlate with each other they are said to be discordant.
        26.LDL-P (or apoB) is the best predictor of adverse cardiac events, which has been documented repeatedly in every major cardiovascular risk study.
        27.LDL-C is only a good predictor of adverse cardiac events when it is concordant with LDL-P; otherwise it is a poor predictor of risk.
        28.There is no way of determining which individual patient may have discordant LDL-C and LDL-P without measuring both markers.
        29.Discordance between LDL-C and LDL-P is even greater in populations with metabolic syndrome, including patients with diabetes. Given the ubiquity of these conditions in the U.S. population, and the special risk such patients carry for cardiovascular disease, it is difficult to justify use of LDL-C, HDL-C, and TG alone for risk stratification in all but the most select patients.
        30.To address this question, however, one must look at changes in cardiovascular events or direct markers of atherosclerosis (e.g., IMT) while holding LDL-P constant and then again holding LDL size constant. Only when you do this can you see that the relationship between size and event vanishes. The only thing that matters is the number of LDL particles – large, small, or mixed.
        31.HDL-C and HDL-P are not measuring the same thing, just as LDL-C and LDL-P are not.
        32.Secondary to the total HDL-P, all things equal it seems smaller HDL particles are more protective than large ones.
        33.As HDL-C levels rise, most often it is driven by a disproportionate rise in HDL size, not HDL-P.
        34.In the trials which were designed to prove that a drug that raised HDL-C would provide a reduction in cardiovascular events, no benefit occurred: estrogen studies (HERS, WHI), fibrate studies (FIELD, ACCORD), niacin studies, and CETP inhibition studies (dalcetrapib and torcetrapib). But, this says nothing of what happens when you raise HDL-P.
        35.Don’t believe the hype: HDL is important, and more HDL particles are better than few. But, raising HDL-C with a drug isn’t going to fix the problem. Making this even more complex is that HDL functionality is likely as important, or even more important, than HDL-P, but no such tests exist to “measure” this.

        1. Well, il est sympa notre Attia : very low carb-diet, ketogenic diet and so on …
          Mais tout cela n’a pas de “fondation scientifique” sérieuse …
          Les LDL-P et HDL-P, hélas, ne sont que des concepts puériles vidant à essayer de sauver la théorie du cholestérol via les protéines des lipoprotéines (les apo) plutôt que par le cholestérol lui-même, essayer encore et toujours de faire croire que des lipides infiltrent la paroi artérielle …
          Well, si vous m’avez lu sérieusement, vous savez qu’on n’a pas besoin de ça pour comprendre et traiter les maladies cardiovasculaires …
          Bon vent, matelot !

          1. il est quand malheureux et regretable que bientot 50 ans apres avoir un homme sur la lune on ne soit pas capable de degager un consensus autour de cette question de la formation des plaques, on entend tout et son contraire a ce sujet. Le site de Peter Attia qui semble avoir tout autant de succes que le votre alors que sa diete est completement a l’oppose de vos recommandations. Vous me direz , les Americains font tout en exces, un jour c’est les graisses, ensuite c’est le sucre, alors que la nutrition est un subtil equilibre. J’ai lu votre dernier livre que j’ai trouve tres interessant mais le probleme c’est que c’est un peu un saut dans vide. Je veux dire par la que l’on a pas de parametre auquel on peut se raccrocher pour savoir si on est sur la bonne voie et si notre risque CV est ALARP (As Low As Reasonably Practicable).

          2. Je vous remercie de votre commentaire qui est quasiment une insulte !
            Je suis prêt à écouter (et respecter éventuellement) les avis des uns et des autres, à condition qu’ils soient “indépendants” de toute pression marketing et un minimum lucides !
            Que vous compariez mes propos à celui du bon Dr Attia (je ne me souviens plus s’il est médecin), c’est un peu comparer Copernic avec un prêtre de son temps à propos de la rondeur de la terre.
            Non pas que je me prenne pour un nouveau Copernic, mais parce que ce que je dis est scientifiquement fondé [et pas uniquement sur nos propres travaux, quoique ça fasse déjà beaucoup !], ce qui n’est pas le cas de Attia qui n’est à mon sens qu’un gentil perroquet répétant ce qu’il a entendu ici ou là et mis à une sauce qu’il espère original ; ce n’est pas de la science.
            Il vous reste à apprendre ce qu’est la science en médecine ; je vous renvoie à mon premier livre “Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent” ; allez, encore un peu de courage, vous avez fait le plus gros !
            Ceci dit, nous ne devons pas pour autant nous incliner systématiquement devant les scientifiques : citez m’en un seul sur ce sujet qui :
            1) diffère de mes thèses ;
            2) soit réellement expert du sujet ;
            3) totalement indépendant du business du cholestérol.
            Si vous en trouvez un, merci de me l’envoyer “en express” !
            Attia, hélas …
            Bon vent, matelot !

          3. very low carb-diet, ketogenic diet
            Bonjour les dégâts sur la flore intestinale !!!

          4. une insulte, desole mais ce n’etait absolument pas mon intention, je suis un fervent defenseur de vos theses, je suis religieusement les recommandations de votre dernier et je repend la bonne parole avec conviction autour de moi. Je ne suis pas pret a remplacer l’huile d’olive et les omegas 3 par du bacon et des saucisses…Par contre ayant un pied au US de par mon travail et notamment a SanDiego ou reside Attia, je suis amener a etre souvent confronte a d’autres opinions et theories dont certaines (voir la plupart peuvent etre farfelues). Un blog vivant est un blog dans lequel on peut exprimer ses doutes , il serait suspect que tous les commentaires aille dans le meme. Puisqu’il semble que vous aimez les citations en voici une qui pourrait s’appliquer ici “sans liberter de blamer , il n’est point d’eloge flatteur”.

      2. Et les apo E surtout allèle 4 (8% population française) ne sont elles pas un risque cv supplémentaire au même titre que le diabète ou l’HTA ?

        1. Apo E4 pourrait effectivement favoriser quelques vilaines maladies, notamment les maladies des coronaires et surtout l’Alzheimer précoce, on attend confirmation.
          Dans les analyses génétiques des coronariens, curieusement l’apo E4 ne sort pas …

  5. Bonsoir Dr, et aux autres médecins qui écrivent régulièrement :
    Je ne demande pas une consultation, puisque le plus gros de l’histoire est déjà passé. Juste des avis sur ce qui a pu se passer.
    Mon père s’est trainé une méga hernie inguinale pendant très longtemps avant de la faire opérer, il n’avait pas du tout envie de passer sur le billard, malgré la taille du truc. Ce qui a surpris et peut être ravi le chirurgien, content de voir une hernie “historique”.
    Mais avant l’opération, il y a du avoir des examens médicaux : et là, une hypertension à 20 avait été trouvée. Tombée en 4 jours dans les normes, suite à une médication (sur le moment, béta bloquants et je crois Inhibiteurs calciques). Et depuis (avant l’opération, qui s’est passée il y a qq mois, à 78 ans et aussi suite à l’opération), la tension est toujours restée dans les normes du moment.
    Mes questions sont les suivantes :
    Dr de Lorgeril, vous avez écrit je crois que le stress de la blouse blanche pour l’hypertension était une exagération ou une invention. Est ce que ça ne peut pas s’observer exceptionnellement dans qq cas très précis ? mon père bloquait vraiment des 4 fers pour aller se faire opérer et voir un médecin. Du coup je me pose des questions sur son hypertension.
    Sinon, une telle disposition anatomique (la boule formée par l’hernie se voyait de loin sous les habits) peut elle favoriser une hypertension aussi nette ? je n’ai rien trouvé de tel, mais peut être que vous ou d’autres médecins ont déjà vu ce genre de cas.
    j’aimerais comprendre, et pouvoir argumenter auprès du médecin pour baisser les anti-hypertenseurs (bon, avec ma mère ils l’ont déjà fait d’eux même en découpant les médicaments, la tension est toujours bonne … je ne sais pas trop quoi en penser, j’imagine que d’autres patients font pareil … votre métier ne doit pas être toujours simple ! Et les résultats d’études cliniques sur des médicaments pas toujours d’une fiabilité à toute épreuve non plus de ce seul point de vue).
    Bon, sinon l’opération s’est bien passée, toujours randonnées pour lui, dizaines de tractions à la barre pour s’amuser de temps à autre, avec abdos maintenant que c’est ré autorisé, jeux de raquettes sur la plage, etc. etc. (alimentation quasi – identique à la diète méditerranéenne pronée ici, plus libérale pour les desserts), jamais de tabac.

    1. Je n’ai pas écrit que l'”HTA de stress à la blouse blanche” n’existait pas ; mais seulement que c’était un mauvais prétexte pour prescrire des médicaments ; il faut soigner le stress évidemment …

      Ceci n’est pas une consultation mais un point de vue.

      Il était sans doute préférable temporairement (pour la chirurgie) de baisser artificiellement cette pression avec des médicaments.
      Mais maintenant, il faut passer aux choses sérieuses : 1) chercher une cause anatomique (sténose de l’artère rénale par exemple ou autre chose même s’il n’est pas certain que l’on décide de corriger) ; 2) essayer de se passer de médicaments sachant qu’à 78 ans on peut tolérer des chiffres assez élevés sans inconvénient : les artères sont moins souples (irréversible) et donc les chiffres eux-mêmes n’ont pas le même sens clinique.
      16 de systolique est acceptable. Un enregistrement sur 24 heures permet de mieux apprécier la pression moyenne, c’est celle qui compte !
      Un bon généraliste fera l’affaire s’il a compris que ces médicaments “anti-HTA” sont source de complications multiples et variées.
      Il n’est pas impossible qu’une très grosse hernie puisse avoir un effet sur la pression artérielle soit en “taquinant” une artère de son environnement soit via un effet sur le système neurovégétatif comme disent les savants …

      1. HTA ?
        Cela depend de combien de fois on a mesuré cette TA dans des bonnes conditions de repos.
        Traiter à vie sur un chiffre isolé c’est pas dans les recommandations nulle part sauf en cas de retentissement sur un organe “noble”: situation rarissime.
        DOnc si cette “HTA” repose sur une ou 2 mesures, on ne peut parler d’HTA.
        Il est amateur de réglisse, zan anté&site, pastis sans alcool ? Ca donne de l’HTA en prise forte chronique.
        La hernie éatnt en dehors du ventre normalement elle n’agit pas “dans” le ventre pour donner de l’HTA, (comment ? ) en dehors des cas d'”etranglement”, ce qui est une situation très “criante”, donc hors de question , et rare avec les grosses hernies, de plus.

        1. Ok, j’avais lu trop vite pour la relation stress / hypertension.
          Pour les causes éventuelles : merci de vos points de vue éclairés, je vais voir et tenter à distance qu’ils aient une discussion avec les médecins, pour aller dans ce sens : enregistrement de 24 h, et le cas échéant, recherche de causes anatomiques, puis réévaluation du traitement.
          Le traitement, qui a été diminué est peut être maintenu pour d’autres raisons. Ce diagnostic initial avait aussi révélé une FA. Le médecin veut peut être aussi prémunir mon père contre toute atteinte supplémentaire, en multipliant les “précautions”. Ou pas, j’interprète peut être trop.
          Pour la FA : je me pose aussi des questions très très basiques. J’ai bien compris que le traitement était nécessaire (antivitamines K, après avoir abandonné l’autre traitement décrié il y a quelques mois). Il est d’ailleurs suivi sans problème. Ceci dit, la FA a été trouvée par hasard lors de la consultation, sans ressentis particuliers au préalable. Le ressenti préalable est il un critère de degré de dangerosité ? C’est juste pour comprendre, je ne lui ferai pas du tout stopper celui ci.
          Pour les produits cités par M. Barajh : seulement de l’antésite, mais très très ponctuellement.

          1. Le “ressenti préalable” ne peut prédire le risque d’AVC !
            Dans un certain nombre d’AVC sans cause, c’est en enregistrant l’ECG pendant une semaine qu’on a découvert des FA paroxystiques mais suffisamment longues pour probablement provoquer une embolie.
            A mon avis, ça reste un critère insuffisant : il y a sans doute chez ces personnes avec de brefs épisodes de FA un terrain biologique qui favorise les thromboses dans l’oreillette …

  6. Bonjour Dr,
    Comme les statines ”bloquent” la synthèse du cholestérol par l’organisme mais ”bloquent” aussi beaucoup d’autres molécules synthétisées elles aussi par notre corps, serait-il possible qu’elles jouent un rôle dans les anomalies chromosomiques des spermatozoïdes?
    Car comme on le sait, la femme a besoin de cholestérol pour que le foetus se développe correctement et que la prise de statines est contre-indiquée chez les femmes enceintes, pourquoi chez l’homme, la prise de statines n’aurait pas d’impact sur sa capacité à procréer?

    1. Bonnes questions que nous traitons un peu dans notre livre “Cholestérol, mensonges …” et surtout dans “Un crime sexuel presque parfait …” qui n’est pas disponible actuellement, changement d’éditeur, bientôt j’espère !

  7. J’ai donc vu mon cardiologue la semaine dernière pour un test d’effort. Il m’a dit que c’était très bien. A savoir pour mon âge, 33 ans, et en rapport à l’IDM que j’ai fait à 27 ans, le ”220 W” est un très bon score. Ca c’était pour la partie test.
    Maintenant, passons à la partie que je qualifierai d’échange patient-médecin…De mon point de vue, un peu moins bien. Comme c’était la première fois que je le voyais, il m’a demandé le traitement que je prenais puis il m’a demandé la date de ma dernière PDS. Je lui ai répondu vers fin 2013. Et il m’a demandé tout de suite à combien j’en étais avec mon ”mauvais” cholestérol. Je lui ai répondu, sur le ton de la plaisanterie : ”Parce qu’il existe du mauvais cholestérol? Je pensais que le cholestérol était bon pour la santé! Si mes souvenirs sont bons j’étais entre 0,8 et 0,9”. Il me dit ”détrompez-vous monsieur, le bon cholestérol est bon pour la santé, comme son nom l’indique et le mauvais, je vous laisse deviner…” Je lui renvoie ”mais alors pourquoi ne m’avez-vous pas demandé aussi où en était mon bon cholestérol si c’est bon pour la santé?”, réponse ”parce qu’en rapport avec votre accident, le taux de bon cholestérol est négligeable comparé au taux de mauvais…” Je passe sur la suite car c’était du grandguignolesque. Ah si, le point d’orgue de la consultation a été ”…il faudra veiller à faire baisser votre taux de mauvais cholestérol à 0,7…”. Donc prescription pour une PDS à faire en fin d’année avant de retourner le voir…
    J’en crève d’envie!

      1. Bonjour, j’ai 65 ans, 35 ans de vie saine dont une vingtaine de végétarisme, depuis je consomme du poisson aussi. 65 kg pour 1,80 m ( pas de surpoids ) très actif dans mes diverses activités plus une marche de 4 km chaque jour, je vis à la campagne loin des grosses pollutions . Et pourtant, il y a 4 ans, suite à une fibrillation auriculaire indomptable, je subis 2 ablations par radio-fréquences, (la 1ère n’ayant pas donné les résultats escomptés). Ceci est, à mon sens le résultat d’une vie sentimentale douloureuse et de toutes les émotions violentes qui en découlent ( entre autres une insomnie chronique sévère qui me pourrit la vie et fatigue mon coeur ) plus que d’une mauvaise alimentation. Cahin caha jusqu’à ces derniers jours j’avais une tension et un rythme cardiaque qui me satisfaisaient ( entre 13 et15 pour la systole et entre 7 et 9 pour la diastole avec un rythme compris entre 60 et 70 pulsations/minute.) Mais depuis une semaine une hyper tension ( 18/10 ) que je n’arrive pas à réduire par des moyens naturels ,m’a amené hier soir aux urgences ou l’on m’a finalement donné un comprimé de LOXEN pour calmer cet excès, pas facile à vivre .Résultat : ce matin la systole est de 16, la diastole n’a pas bougé toujours à 10, par contre mon rythme oscille entre 95 et 100 pulsations/ minutes. Je dois dire pour être franc, que je suis assez angoissé par ce rythme car il me rappelle mes 2 opérations et elles ne sont pas de bons souvenirs. Cette expérience est la mienne c’est à dire unique comme celle de tout un chacun donc pas forcement transposable, mais je trouve les échanges de ce forum enrichissants alors si cela peut aider d’autres tant mieux .Malgré le livre PREVENIR L’INFARCTUS , passionnant, si le Dr Michel de Lorgeril veut apporter quelque commentaire ce sera avec plaisir. En ce qui me concerne je suis prêt, à travers le forum, à apporter des précision sur ma propre expérience à ceux qui le souhaitent , sachant combien sont angoissants les problèmes cardio- vasculaires quand on en est affecté.
        Belle journée à tous et vive la vie !

        1. Ceci n’est pas une consultation.
          Vous décrivez une poussée hypertensive (avec une tachycardie) qui n’a peut-être rien à voir avec la fibrillation auriculaire.
          Il faudrait que votre médecin cherche une cause à cette HTA qui ne me parait pas catastrophique à première vue.
          Peut-être (mais ça dépend si vous avez des symptômes ou pas) que la première chose à faire serait d’arrêter de la mesurer cette pression car j’ai l’impression que vous êtes très émotif et vous mettez le facteur “angoisse” au premier plan.
          Si on vous seulement donné du Loxen, c’est que cette tachycardie n’est pas une fibrillation auriculaire, et donc que votre 100/min n’est pas bien méchant.
          Faudrait vérifier la thyroïde et la fonction rénale et quelques autres facteurs biologiques, endocriniens et nutritionnels …
          Bon, c’est juste un message et pas une consultation !

        2. Ceci n’est pas une consultation hein !
          Une tension à 18/10 sans symptôme de souffrance “viscerale” dûment répertoriée, c’est seulement une pression à verifier sur RV chez son docteur au calme; en urgence, pas de panique , ça ne va pas “péter les durites” !
          AU fait ne prenez vous pas trop de réglisse ? De Pastis dsans alcool (qui contient la glycyrrhizine de la réglisse) ? Des gouttes das le nez bouché ? Ca colle de l’hypertension.
          POurquoi vous avez ou a t – on mesuré votre tension ? Le fallait il ?
          voir page 3-6 de
          http://www.soc-nephrologie.org/PDF/enephro/recommandations/Afssaps/2002/HTA_adulte.pdf

  8. Bonjour Dr,
    Pouvez-vous svp me traduire (en 2 mots…) ce qui suit :
    ”L’artère coronaire droite moyenne est occluse. Il existe un thrombus intraluminal à ce niveau. Le lit d’aval est normal, non inflitré. Il existe une reprise par collatéralité de cette artère (Rentrop grade 2) provenant du réseau interventriculaire antérieure. Il n’existe pas de flux antérograde (TIMI 0).
    SCA (ST non sus-dcal), SCA entre 12-24h, Angor Classe 4, Elevation enzymatique”
    Merci!

    1. Il s’agit sans doute du rapport de coronarographie en phase aiguë, voire subaiguë d’infarctus puisqu’il y a “élévation enzymatique” et douleur thoracique (angor classe 4).
      SCA veut dire “syndrome coronarien aigu”, donc depuis 12 à 24 heures
      “ST non sus-dcal” veut dire, je suppose, que l’électrocardiogramme n’est pas typique d’un infarctus aigu, ce qui n’est pas étonnant puisqu’on serait déjà à 12 et peut-être 24 heures ; pas étonnant non plus car l’artère coronaire bouchée est reperfusée (par des collatérales venant de l’autre coronaire) en aval du thrombus occlusif.
      Je suppose que le reste du rapport décrit comment on a “débouché” l’artère … et aussi comment sont les autres artères …
      Bon vent, matelot

      1. Merci pour les explications.
        En fait c’est ma première coro suite à mes symptomes, là où l’on m’a dit que j’ai fait un infarctus. A ce stade, le traitement indiqué pendant cet examen est : isoptine 5mg 1A (ça doit être le produit ”radioactif”), xylocaine 1% 100mg IV (je suppose anesthésiant) et Heparine 40 mg IV à 18:31 (ça doit être le ”déboucheur”). Il y a aussi 2 clichés avec des indications que je n’arrive pas à saisir : PRE ATL et POST ATL?
        Par contre je ne comprends pas bien pourquoi on m’a refait une coro 6 jours après pour me mettre un ballonet et stent alors que comme vous le dites l’artère bouchée a été reperfusée par une autre veine venant de l’autre réseau…
        Une question plus générale me vient maintenant : si une coronaire est bouchée totalement, comme dans mon cas, le reste du muscle qui n’est pas oxygéné se nécrose (arrêtez moi si je me trompe). A quoi cela sert-il donc de déboucher cette artère si le mal a déjà été fait sachant que la nécrose est irréversible?

        1. Si une coronaire bouchée totalement est reperfusée par des collatérales, on ne fait pas d’infarctus, pas de nécrose, à moins que les collatérales aient mis du temps à s’ouvrir au moment de la phase aiguë. On peut donc en faire un petit …
          Ceci dit, la perfusion de ce territoire dépend des collatérales de l’autre coronaire qui elle-même ne sera pas forcément indemne longtemps … à moins qu’on ait lu le Dr de Lorgeril …
          Par prudence, le bon cardiologue se dit qu’il vaut mieux essayer de rouvrir la coronaire bouchée comme ça si l’autre se bouche, les collatérales reperfuseront l’autre côté, c’est un juste “retour” des choses …
          Vous m’avez suivi ?

          1. Bonjour,
            Merci pour vos explications, je vous ai bien suivi.
            Mais alors, quand il y a reperfusion par une collatérale, comment fait un cardiologue pour savoir si il y a eu réellement infarctus, même petit? Comment fait-il pour savoir, comme vous me l’avez expliqué, si les collatérales ont été rapides à s’ouvrir au moment de la phase aigüe?

          2. Ce que l’on peut faire c’est savoir s’il y a eu ou non un infarctus et évaluer (assez grossièrement) le volume de tissu nécrosé.
            Pour savoir s’il y a des collatérales, il faut une coronarographie.

        2. PRE ATL et POST ATL? Angioplastie transluminale. C’est la technique mecanisue d e”debouchage”.
          isoptine 5mg 1A (ça doit être le produit »radioactif »): non . Je ne voi sps pourquoi : c’est contre certains troubles du rythme et a un effet hypotenseur.
          xylocaine 1% 100mg IV (je suppose anesthésiant), non ce doit etre contre les troubles du rythme et
          Heparine 40 mg IV ça v’est pour empecher le caillot de se reformer.

  9. ah humanisme quand tu nous tient ! le surhomme d’ascendance divine qui m’a sauvé la vie ( car enfin seul Dieu donne et sauve les vies ) est venu me voir le soir, j’allais lui parler quand j’ai été pris d’un spasme de vomissement (ouais je sais c’est dégueu), je lui ai alors demandé : un sac SVP, ce tr.. du. c… est alors parti et je ne l’ai JAMAIS REVU
    m’en plaignant ensuite à mon cardio que j’aime, il m’a dit oui je sais, ils sont toujours comme ça…
    ah les dieux ne sont plus ce qu’ils devraient être.
    c’était notre minute de philosophie du cathéter à ballonnet:)

    1. Nôn !
      “Ils” ne sont pas tous ni toujours comme ça.
      J’oppose un démenti formel , et , je dirais même plus : formel .
      Ceci dit y’a des c…s chez les “ils” aussi

  10. cette impatience un tant soi peu (ou très) exaspérée est celle de nous tous, “on” nous dit que tout va changer, que la vérité est en route, que les labos sont à bout de souffle, mais en fait rien n’arrive !
    le constat est là: “Nous” sommes seuls, et même si nous faisons beaucoup de bruit dans Landernau, au-delà de ce bocage, personne ne nous entend
    cet amer constat nous l’avons tous fait; le rapport de forces est grandement en notre défaveur, et pour longtemps (comme le montre la puissante offensive en cours de l’évolocumab)
    personnellement j’ai intégré depuis un moment cette solitude dans mon logiciel…
    http://www.medscape.fr/voirarticle/3600482

    1. Non, nous ne sommes pas seuls, vous voyez, nous nous parlons …
      Et j’ai beaucoup dit ce qu’on pouvait attendre d’un cardiologue et ce qu’il ne fallait pas espérer …
      La cardiologie préventive n’est pas du ressort de la médecine spécialisée ; mais du simple bon sens après s’être un peu instruit en lisant les bons livres et en consultant quelques blogs appropriés où l’on vous dira très vite si quelque chose de vraiment nouveau méritait d’être connue !

      1. Eh oui, le fameux bon sens, si vital dans ce monde de la médicalisation à tout-va…
        “Il n’y a point de maladies plus dangereuses que le manque de bon sens.” (Proverbe)

      2. désolé pour ce coup de blues, dans la “vraie vie” il n’y a pas de problème et je me fais fort de mettre au tapis, selon les règles pseudo civilisées du judoka, le moindre cardiologue qui s’amuserait à me contredire… J’en ai la force, les moyens et les éléments tangibles en main que seule une personne de mauvaise foi peut contester.
        oui mais… je suis traumatisé par une expérience hospitalière, maintenant vieille de 4 ans : for mal en point et “sans défense”, je me suis fait littéralement flinguer par un aréropage de toubibs méprisants fustigeant avec colère mes “3.2g de LDL”, et m’administrant à l’insu de mon plein gré 40mg de Tahor. Lesquels mes bloquèrent les 2 épaules en 24 H. (“Nocebo” qu’ils disent, c’est comme dans les Evangiles, y a une réponse pour tout, sauf que je préfère nettement les Evangiles…)
        Bien sûr je ne suis et ne serai pas le seul à devoir me battre sans armes contres ces mécréant.
        C’était pour raconter une histoire, édifiante à mon avis…

        1. OK, je compatis, mais …
          Cette bande de mécréants vous ont, peut-être par ailleurs sauvé la vie …
          Je n’étais pas là, mais je suppose que vous avez eu une “crise cardiaque” (quel qu’en soit la forme clinique) et qu’ils vous ont rendu service, au moins un peu (?)
          Rassurez-moi !
          Car la cardiologie interventionnelle [vous savez que (sinon relisez mon premier livre sur l’innocence du cholestérol …), jeune cardiologue en Suisse, j’ai moi-même activement participé à sa naissance …] sauve des vies au-delà du doute systématique …

          1. vous avez parfaitement raison, et vous faîtes bien de le rappeler car insidieusement la paranoïa nous guète !
            mais alors pourquoi gâcher toutes ces qualités par tant de bêtise, autrement dit est-il vraiment nécessaire de défaire ce qu’ils sont si génialement arrivés à faire ?

          2. Réponse évidente : ce ne sont pas les mêmes !
            Ceux qui se sont enrichis avec des cathéters et des ballonnets ne sont pas ceux qui s’enrichissent avec des statines !

  11. Bonjour docteur,
    Vous dites que les choses bougent,mais à quel rythme ? Mon cardiologue traitant vous considère toujours comme un dangereux énergumène et ne jure que par l’orthodoxie actuelle. J’ai cherché en vain sur internet des cardiologues prenant quelques distances par rapport à ce dogme. Rien! Le Conseil de l’Ordre veille. Quelle latitude à un cardiologue ? Lequel ose afficher une nouvelle approche ? Le mien se sent obligé de me prescrire des statines que je ne prends plus depuis un an.
    For de ce constat,quelles sont les possibilités dont dispose le patient pour trouver le cardiologue de son choix ? Doit-on envisager le bottin: lister,téléphoner,poser directement la question des statines ? Oseront-ils répondre ? Le temps passe,nous sommes un certain nombre à vouloir changer d’optique thérapeutique. Qu’en pensez-vous ?

    1. C’est à peu près tous les jours que cette question m’est posée …
      Et que je ne peux y répondre de la façon la plus claire possible ce que mon éthique devrait m’obliger mais que le code de déontologie (confraternité, bla bla) m’interdit …
      Mais j’en dis toutefois assez, ici et là, pour aider ce qui veulent s’aider eux-mêmes.
      C’est comme en politique, on a les médecins (politiciens) qu’on mérite, ça ne sert à rien de se plaindre. Il faut prendre son sort en mains en toute connaissance des avantages et des inconvénients.
      Les maladies cardiovasculaires et les cancers sont (95% des cas) des maladies du mode de vie, auxquelles on peut échapper par un mode de vie adéquat que nous avons décrit dans nos livres en langue française.
      Tout le monde sait lire, puisque tout le monde est capable de régler une facture !
      De la même façon que personne n’est obligé de fumer …
      Oui, mais … diriez-vous ?
      Certes, mais au-delà de cette limite, les tickets que nous délivrons ne sont plus valables …

  12. Bonjour,
    2 questions pour Dr Lorgeril :
    1. Est-il mieux de prendre du Plavix* que du Kardegic*? Je dis ça parce que mon médecin m’a enlevé le Plavix* mais laissé le Kardegic*.
    2. Pour un test d’effort, quelles sont les ”normales” en terme de Kw? A chaque fois que j’ai fait un test d’effort (vélo), le cardio raisonnait en termes de Kw. Y-a-t-il une ”grille” comme par exemple de 0 à 30 Kw=faible, de 30 à 90 Kw=moyen, etc…
    Merci!

    1. Plavix*/aspirine : la majorité des cardiologues procèdent ainsi “par habitude”, sans bien comprendre pourquoi ils le font …
      Il n’y a pas que ça qu’ils font sans bien comprendre, comme vous le savez, mais il n’y a pas qu’eux, certains Papes aussi et même des Présidents, on se demande parfois si …
      Mais il y a de brillantes exceptions … très exceptionnelles comme vous savez …
      Concernant l’interprétation d’un test d’effort, tout dépend de l’âge, du sexe, et du gabarit de la personne et évidemment de son état de santé …
      Je pense que votre cardiologue devrait vous l’expliquer pour votre cas personnel si vous lui posez la question gentiment.

  13. AU niveau du Plavix, on trouve aussi une réticence des cardiologue à le prescrire. Après en avoir parlé à mon cardiologue lors de notre dernière entrevue, il m’a conseillé de continuer l’aspirine qui d’après ses dires (confirmant vos propos dans “Prévenir…”) n’a pas le même mode d’action.
    Et là qui a raison qui a tort, que choisir ? Difficile, comme je l’ai déjà signalé, pour le patient, de ne pas être tiraillé entre deux idées ou deux opinions. Le problème, c’est la phrase “il a été prouvé que…” qu’on nous ressort à tout bout de champs, là où vous nous dites “il n’y a aucune preuve que…”
    Perso je reste critique vis-à-vis de tout le monde. Là où je peux vous suivre complétement c’est en ce qui concerne les statines, convaincu que je fus par votre livre et surtout par le discours calme et posé du professeur Even dans cette vidéo désormais bien connue.
    Les doses restent faibles (80mg/jour) et je supporte relativement bien l’aspirine à condition de la prendre à jeun, 1 heure avant le repas du soir.
    Une des principales erreurs est de la prendre trop proche des repas (avant ou après) car alors elle se dissout dans l’estomac avec toutes les conséquences connues.
    Je suis déjà content que mon cardiologue soit plutôt “statino-septique” et ne me fasse pas la “leçon” pour mon arrêt de ces dernières. Mais rien ne dit qu’à l’avenir ne je fasse pas le même “forcing” avec l’aspirine qu’avec les statines.
    De mon généraliste, après que je lui ai dit me sentir beaucoup mieux depuis leur arrêt : “Ben oui, ce sont vraiment des saloperies, les statines !”

  14. Pour ceux qui ne sont pas trop habitués à la lecture critique d’articles, vous pouvez tenter de vous y familiariser avec les exercices de la Revue PRESCRIRE :
    http://formations.prescrire.org/Fr/22/68/0/138/About.aspx
    L’exercice 42 porte sur le clopidogrel (PLAVIX) :
    http://formations.prescrire.org/Fr/BE0FFCF4CEE2969D1EE1C31E8FEEC458/Download.aspx
    Ceux qui ont lu les livres de Michel de Lorgeril sont habitués à ce qu’il analyse les essais cliniques.
    Mais entre lire les analyses déjà faites d’un spécialiste et essayer soi-même de répondre aux questions, c’est une démarche différente et intéressante.

  15. Cher Docteur, avec cette cacophonie à propos des HTA et du Cholestérol, comment convaincre un médecin qui voit pourtant le résultat des analyses du sang,de l’ECG et de la tension artérielle ( je n’en ai jamais eu) qu’on est dans le vrai en refusant ces “médocs” et en faisant confiance au mode de vie à à l’alimentation méditerranéenne. Mon médecin de famille constate, s’étonne, veut bien admettre que les taux définis par Big Pharma sont un peu abusif, mais il continue à prescrire ( pas à moi, il a renoncé). Alors comment convaincre des proches, des connaissances que la solution pour les HTA n’est pas dans les médicaments, qu’il faut changer sont mode de vie? Dur, dur. Mais je pense que par petites touches et l’exemplarité on y arrivera!

  16. la dose d’aspirine pour “remplacer” la Plavix dans les études est de 350 mg, le Kardégic ( associé au Plavix ou présent dans le Duoplavin ) est de 75 mg en général, j’en conclus donc que 75mg ça passe, et 350 mg ça abîme l’endothélium… Merci. Si j’ai compris bien sûr

    1. On a beaucoup hésité avant de décider de la bonne dose …
      Mais au moins, Ah la belle époque, les discussions étaient ouvertes …
      Vous avez compris : mais à long terme, même 75 mg c’est probablement trop !

  17. Bonjour Docteur : Peut-être hors sujet mais voici une étude relatée dans le BMJ qui vous donne encore une fois raison implicitement sur les dangers de l’aspirine pour le cœur :
    “Epidemiology
    Non-steroidal anti-inflammatory drugs and the risk of atrial fibrillation: a population-based follow-up study”
    J’ai vu cela sur Futura Science qui dit constamment le tout et son contraire ( surtout par les commentateurs sélectionnés qui défendent Big Pharma”) En tout cas cela implique les AINS comme étant la cause de F.A pour une populations de personnes étudiées âgées d’un peu plus de 65 ans. Que dire après ça?

    1. Attention !
      Je n’ai jamais dit que l’aspirine était dangereuse pour le cœur ! JAMAIS !
      C’est un très bon antiplaquettaire qui diminue le risque de thromboses plaquettaires.
      Par contre, c’est un médicament toxique pour d’autres tissus que le cœur, notamment le tube digestif et les yeux ; si ce n’est pas indispensable, autant prendre du plavix*

      1. Oui mais le Plavix , est ce qu’il a été étudié en étude randomisée tout seul vs placebo ou aspirine, dans les mêmes indications de prevention secondaire coronaire, neurovasculaire, artérielle périphérique , ou est-ce sur des bases physiopathologiques ?

        1. OUI !
          Personne ne peut contester l’efficacité du Plavix* qui est, au minimum, semblable à celle de l’aspirine ; sans les effets secondaires … ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas, mais beaucoup moins !
          Par exemple, on n’est pas obligé de donner des “pansements gastriques” ou des anti-acides comme certains (la majorité des cardiologues) le font de façon systématique avec l’aspirine.
          Aucun médicament étant sans défaut, quels sont ceux du Plavix ?
          Pendant longtemps, certains lui reprochèrent son prix par rapport à l’aspirine ; mais il y a maintenant des génériques.
          Surtout, à mon avis, des cas de résistances à l’effet antiplaquettaire du Plavix*. C’est exact, mais le même phénomène existe avec l’aspirine, c’est mon équipe qui l’a démontré dans les années 1990s.
          Pour surmonter en partie cette résistance, on peut donner des oméga-3 … je vous renvoie à notre livre “Prévenir l’infarctus” …

          1. j’y pense tous les matins en me rasant… pour moi le Plavix comporte le gros inconvénient d’empêcher les coupures de cicatriser ( ce qui d’ailleurs pourrait suffire à démontrer qu’il est + “puissant” ou + efficace que l’aspirine ! ).
            Curieusement les études ne démontrent pas de protection CV décisive de ce médicament p.r.à l’aspirine ( parfois c’est mieux, parfois c’est moins bien, parfois c’est pareil ).
            Alors, pour ceux qui tolèrent l’aspirine ( qui a en plus d’autres vertus intéressantes ), n’est-il pas + confortable et + intéressant de choisir l’aspirine ?

          2. Aux petites doses (à ne pas dépasser) pour avoir un effet antiplaquettaire sans avoir l’effet anti-endothélial (qui malheureusement est inéluctable, ce qui sans doute explique les cas de résistance), je ne crois pas que nous ayons d’autres propriétés démontrées …

      2. Merci d’avoir donné cette précision. C’est exact, toutefois à la page 175 de votre livre “Prévenir l’Infarctus etc…” il est noté à propose de l’aspirine : “L’aspirine est utile à condition d’être donnée à faible dose et de façon transitoire, pas plus de quelques semaines. Dans le cas contraire, l’aspirine devient toxique pour l’endothélium… et elle est inefficace, voire nocive, bien qu’elle inhibe les plaquettes.”. Je passe sur la suite. J’ai donc pensé que l’aspirine était dangereuse pour le cœur, d’autant que je crois avoir lu qu’elle agissait comme une râpe sur cet endothélium.
        Par ailleurs, gavé de statines ET de Kardegic durant 9 ans et demi, j’ai eu droit aux F.A au bout de 9 ans de prise de ce médicament dont j’abusais pendant des décennies pour “soulager” le travail de mon cœur selon les dires de certains Médecins…
        D’où ma confusion à la lecture de cet article, pour moi l’endothélium et le myocarde font partie du Cœur. Le reste, cataracte, lésions rétinienne sont accessoires et j’y ai eu droit aussi malgré mon apparence trompeuse de solidité et de forme qui étonne toujours les gens qui me connaissent: Porter des lunettes est normal pour quelqu’un de mon âge sauf que hormis mon œil gauche blessé il y a quarante ans, mon œil droit avait 12/10è jusqu’à ces dernières années!
        Merci Statine, merci Aspirine (et Bêta bloquants…)

  18. élevons nos esprits au dessus de statines
    [ La barque [des disciples] était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils disaient : « C’est un fantôme », et la peur leur fit pousser des cris. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant qu’il y avait du vent, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. (Mt 14,24-32) ]

    1. J’imagine que ce compte-rendu vient de CNN ou de France 24 international?
      Merci de fournir le lien pour que nous puissions juger par nous même 🙂

  19. Eh bien voila , j’ai a mon tour fait ma crise cardiaque ,essoufflement douleur urgence et aprés pose de 2 stents ça va bien !Mais dans la foulée trouvé 2 anevrismes sur l’Aorte (+5mm)Alors au choix pose de stents ou operation globale , je n’ai pas choisi l’operation , j’ai 83 ans …donc desormais traitement ,duoplavin bien sur et antihypertension , beta bloquant et malgré mes reticenses TAHOR 80 que j’oublie! pensez vous que le cholesterol pourrait être négatif ou pourquoi pas positif dans ce genre de situation ??Merci de votre avis eclairé …..

    1. Je suis désolé de cet incident de parcours.
      Mais finalement à 83 ans apparemment ça ne va pas si mal.
      Urgent de lire “Prévenir l’infarctus” et si vous l’avez déjà lu, il est urgent d’appliquer strictement nos conseils.
      Le cholestérol est innocent et les statines sont poison dans tous les cas de figure possibles !

  20. La peur est une “arme” très puissante.
    À nous d’y résister, en nous informant auprès des bonnes sources.
    Je me permets d’insérer un lien vers une courte discussion qui en dit long…
    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article97
    Petite pensée du jour : “Les yeux et les oreilles sont pour les hommes de piètres témoins s’ils ont des âmes qui n’en comprennent pas le langage.” (Héraclite)

  21. Difficile de faire confiance. Quand je vois les réactions des médecins lorsque j ose dire que je ne prend pas un médicament. Je n ai pas l impression que la santé et le bien être du patient soient leur principal souci. Les effets nocifs des médicaments ne les intéressent pas et ils souhaitent que leurs patients soient dociles : ACCEPTER SANS BRONCHER LA PRESCRIPTION – SANS POSER DE QUESTIONS – SANS CONTREDIRE LEURS AFFIRMATIONS. Il n’y a pas de possibilité de discussion. C est affligeant.
    Hier rdv chez le cardio : je lui précise qu après m être documentée, je ne prends pas les crestor, je lui ai parlé de vos livres. Hum… pas très content, même un peu tendu… d après lui ne pas prendre de statine en prévention primaire ok maison en secondaire il faut car ce médicament protégerait les artères (inflammation). Les effets secondaires rien à faire. (Réponse idem chez le généraliste) ils me font rigoler avec leur réponse.
    Ensuite sans même avoir encore vérifier l état mecanique du côté cardiaque, il me demande de continuer encore 6 mois brilique et kardegic 75. J ai stoppé le brilique il y a 2 mois mais j ai préféré ne pas lui dire. Peur qu il m éjecte du cabinet sans vérifier mon état cardiaque. (Apres verif tout est ok côté coeur) ouf !…
    De plus avant l infarctus, je prenais esidrex pour l hypertension. A cardio sans me demander mon avis on me donne le coversyl. A l avant-dernière visite chez le cardio je demande esidrex. (Bien pour la secu car pas cher) il me
    prescrit le bipreterax. 1 semaine de prise = insomnie. Hier j ai enfin pu avoir droit à L esidrex. (6 mois après l infarctus).
    Difficile pour les patients d être écoutés.
    Heureusement toutes les explications compréhensibles et précises que l on trouve dans vos livres ont une valeur inestimable pour se soigner au mieux et résister. Un grand merci à vous et à toutes les personnes qui temoignent sur ce site.

    1. A jol,
      Dans 2 jours j’ai RDV avec un cardio pour un test d’effort (pour info j’ai fait un infarctus en 2008, à 27 ans).
      Comme c’est la première fois que je verrai ce cardio, je lui poserai la question sur les statines pour savoir ce qu’il en pense.
      J’ai posé la question récemment à mon généraliste qui m’a dit que c’était le ”protocole” de prescrire des statines…Il m’a dit ça en réponse à ma question ”pourquoi vouloir faire baisser mon cholestérol alors que c’est inutile dans mon cas?”.
      Bref, je pense qu’il est rare de trouver un médecin qui aille à l’encontre du dogme ”le cholesterol c’est le diable!”.

      1. En principe, il devrait plutôt vous dire que c’est absolument indispensable dans votre cas ; et ce malheureux ajoutera très fier de lui que c’est scientifiquement démontré … ce qui a, comme vous le savez, à peu près la même valeurs que les apparitions de Bernadette Soubirous ou [si vous êtes féministe et que vous ne voulez pas qu’on se moque de ces dames] de celles du Curé d’Ars …
        Je vous prierais donc de garder votre “quant à vous” le plus longtemps possible et sans lui donner l’impression qu’il aurait dû passer son WE sur la Place Saint-Pierre, chacun ayant droit à ses propres croyances …
        Et s’il renouvelle une ordonnance avec des statines, vous ne direz rien encore, c’est la sagesse !
        Ensuite, bien sagement encore, vous rentrerez à la maison et relirez quelques chapitres de votre bréviaire personnel “Prévenir l’infarctus” (par le Dr de Lorgeril) au cas où vous n’auriez pas totalement intégré les multiples conseils que vous devez suivre pour vivre désormais tout-à-fait tranquille !
        Bon vent, matelot !

        1. bonjour,
          je suis médecin généraliste à Villeurbanne je vous contacte sur les conseils du docteur Coudron qui est mon enseignant au DU de micro nutrition. J’essaye dans ma pratique quotidienne de prescrire le moins de statine possible et même de les arrêter malgré la pression de certains confrères. Je participe à une formation continue indépendante d’une dizaine de médecins généraliste et j’aimerai inviter un confrère cardiologue pour nous parler, sans langue de bois, des statines. Auriez un nom à me proposer sur Lyon?? En vous remerciant par avance.

          1. Sur Lyon, malheureusement, le désert s’est installé, pas un neurone libre actif en vue …
            Ce que vous pourriez faire, par contre, c’est inviter un “statinologue” universitaire patenté (du côté de la pharmacologie de l’Hôpital Cardio, par exemple) et moi en même temps pour débattre en “petits groupes” et sans langue de bois … comme vous dites !
            C’est le moment !
            Les généralistes doivent se saisir de ces questions et ne plus laisser des experts “vendus” imposer la Loi du marché !
            “N’ayez pas peur !” disait un pape avant que le système soviétique ne s’effondre
            Si vous en trouvez un qui ait le courage du débat, faites-moi signe !

        2. Je dois vous dire que je me suis déjà procuré la quasi totalité de vos ouvrage, à savoir, prévenir l’infarctus (déjà lu), dites à votre médecin…(fini de lire aujourd’hui), cholesterol mensonges…(commencé aujourd’hui), le pouvoir des oméga-3, le régime oméga-3 et alcool, vin et santé…
          Dans l’ouvrage ”Dites à votre médecin…” la section pour les professionnels et curieux est particulièrement intéressante. J’ai dû parfois relire des paragraphes et passages car je n’avais pas tout saisi à la première lecture mais cette section sert de ciment à ce que vous avancez. Comme il est beaucoup questions d’études et de statistiques j’ai retrouvé énormément de similitudes avec les pratiques que l’on peut retrouver dans le monde dans lequel je travaille, à savoir l’aéronautique.
          Pour résumer, très intéressant et instructif pour un curieux comme moi!

    2. Moi aussi , j’ ai eu des médecins hautains “j’ ai fait mes études de médecine , moi madame” .
      Est-ce typiquement français ?
      Une amie québecoise (et médecin) me dit que là-bas , ce n’ est pas du tout comme ça .
      Il y a un échange de points de vues , un dialogue , et pour finir le médecin dit au malade:
      -” Je peux vous PROPOSER ceci , ou cela …”

      1. Hum …
        Pour avoir fait deux ans de cardiologie au Québec à Montréal dans le meilleur Institut de Cardiologie (mais ça n’est pas récent), je n’ai pas vu beaucoup de différence …
        De toute façon, les générations précédentes étaient à la fois beaucoup plus autoritaires et beaucoup plus intelligentes, ce qui justifiait (un peu) l’autorité mandarinale de l’époque.
        Aujourd’hui, hélas … des ceux côtés de l’Atlantique … Pas un pour ratrapper les autres, comme disait Mère-Grand !

  22. Diminuer le nombre de médicaments (anti-hypertenseurs et psychotropes) chez les personnes âgées améliorerait leur santé, selon une étude publiée.
    On observerait une réduction des chutes et une amélioration des capacités cognitives, sans augmentation des autres risques.
    Medication withdrawal trials in people aged 65 years and older: a systematic review
    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0025770/

    1. Encore un commentaire péremptoire qui ne tient pas compte de la réalité de la vie des gens .
      Hormis en institution où il y a de l’abus sur les somnifères ( pour une question de personnel ) , croyez-vous que les ” vieux ” prennent des psychotropes pour le plaisir ?
      Quant on ne peux pas dormir , que faut-il faire ?…. Compter les moutons jusqu’à 3 h du mat et passer ensuite une journée ” pourrie ” à se trainer de fatigue …ou bien prendre un Benzo , dormir et vivre normalement ?
      Sénor DUVAL , un peu de pragmatisme et du terrain vous seraient très utile .

      1. Cher Ours,
        je vous demande de ne pas dénaturer mon message, qui n’est ni un “commentaire”, ni”péremptoire” mais une information concernant une étude publiée.
        Cette étude va dans le sens du message de Michel, dont je la porte à votre connaissance.
        Enfin, cher Ours, il se trouve que votre exemple des “Benzo” mériterait un ton un peu moins péremptoire de votre part car les benzodiazépine sont addictives, ont des effets secondaires dangereux et les patients ne les prennent pas par plaisir, mais par obligation, par addiction parfois, en ignorant leur faible efficacité pharmaceutique.
        Ceci n’est pas juste “MON avis”, mais l’avis que je vous rapporte après lecture de milliers d’études publiées, sérieuses et convergentes.
        Divers auteurs connus ont porté cette information à la connaissance du grand public, dans des livres que j’ai lus et qui sont disponibles si vous désirez vous informer plus avant.
        (Je peux même vous indiquer les pages, ou vous les scanner, pour vous prouver ma bonne foi, cher Ours)
        David HEALY : Pharmageddon
        Peter GOTZSCHE : Deadly Medicines
        Ben GOLDACRE : Bad Pharma

        Revue PRESCRIRE :
        Réussir l’arrêt d’une benzodiazépine

        Une fiche d’information à partager avec les patients : L’efficacité des benzodiazépines n’est que transitoire. Si on les utilise trop longtemps, elles font courir des risques sérieux. Pour les arrêter, réduire les doses progressivement.
        Benzodiazépines : accoutumance, troubles de la mémoire et chutes
        Les benzodiazépines et les médicaments proches sont souvent utilisés pour calmer l’anxiété ou favoriser le sommeil, par exemple : alprazolam, bromazépam, lorazépam, etc., ainsi que zopiclone, zolpidem.
        En général, au bout de 2 à 4 semaines d’usage quotidien, l’efficacité des benzodiazépines diminue. Mais si on augmente les doses, on augmente aussi le risque d’effets indésirables.
        Les effets indésirables des benzodiazépines sont nombreux et parfois graves : vertiges, tremblements, dépressions, troubles de la mémoire et de la concentration, somnolence avec des risques de chutes, surtout chez les personnes âgées, et risque d’accidents de la circulation.
        Éviter un arrêt brusque des benzodiazépines
        En cas de prise quotidienne, l’arrêt brusque d’une benzodiazépine entraîne souvent des troubles passagers liés au sevrage : anxiété, aggravation de troubles du sommeil, cauchemars, et parfois hallucinations, confusion mentale, convulsions, etc. Ce qui peut faire croire à tort que le médicament était efficace, et incite parfois à continuer d’en prendre…
        http://www.prescrire.org/fr/3/31/48292/0/NewsDetails.aspx
        Le profil d’effets indésirables des benzodiazépines est surtout constitué de :
        somnolences, baisses de la capacité à la conduite de véhicules, troubles de la concentration et de la mémoire ;
        confusions, ataxies et chutes, surtout chez les patients âgés ;
        sensations vertigineuses, dysarthries, tremblements, dépressions ;
        dépressions respiratoires, faiblesses musculaires avec divers symptômes dont des troubles de la motilité oculaire, troubles urinaires ;
        effets paradoxaux avec désinhibition, augmentations de l’hostilité et de l’agressivité, comportements délictueux, conduites automatiques et amnésies ;
        diminutions de l’efficacité thérapeutique (alias tolérance) qui s’installent en 2 à 4 semaines d’usage quotidien ;
        dépendances et syndromes de sevrage : l’arrêt brutal entraîne insomnies, anxiétés, tremblements, perceptions anormales, confusions, convulsions. Ces syndromes sont plus fréquents avec les benzodiazépines à demi-vie courte ;

        http://www.prescrire.org/Fr/101/325/47320/0/PositionDetails.aspx

        1. Je connais toute ces références : des avis théoriques, et études de cas .
          Dans la vie ordinaire , loin des donneurs de leçons ( si un de ces ” experts ” a déjà passé 3 nuits quasi-blanches, qu’il lève le doigt ! ) , il en va tout autrement .
          Pour avoir subi une dépression sévère et pris à fortes doses des neuroleptiques durant 20 ans , je sais de quoi je cause ; j’ai pu tout stopper , par palier , mais sans le soutien de la mélatonine , je n’aurais pu m’en passer ; mais qui de ces patients âgés connait la mélatonine ?
          Le Stilnox , apparenté Benzo est dosé à 10 mg ; nombres de gens prennent 5 mg / jour , donc moins de 2 gr de principe actif par an !!
          Dans la plupart des études – dont celle d’observation du Pr Bégaud de l’ INSERM , elle incluait des gens avec 15 / 20 ans de prise de Benzos , mais à quelles doses ? Prendre 5 ou 30 mg/j , c’est pas la même musique !
          Si un jour vous rencontrez des insomniaques , demandez-leur s ‘ ils préfèrent dormir avec un médoc et risquer qq désagréments dans X années , ou bien être ” décalqués ” tous la journée par un manque de sommeil permanent .
          A + et sans rancune .
          Les études , les recommandations , OK ….mais penser à ceux qui ne peuvent pas faire autrement .
          N.B. rien à voir avec le papier de Michel Dieu Lorgeril : supprimer les anti HTA ou les anti-cholestérol ne perturbe pas la vie à très court terme , au contraire !

        2. ” Enfin, cher Ours, il se trouve que votre exemple des « Benzo » mériterait un ton un peu moins péremptoire de votre part car les benzodiazépine sont addictives, ont des effets secondaires dangereux et les patients ne les prennent pas par plaisir, mais par obligation, par addiction parfois, en ignorant leur faible efficacité pharmaceutique. ”
          Le café aussi est addictif , et peut être mortel ( 30 cafés / jour est la dose létale ).
          Manger tous les jours est une addiction , sinon la machine déraille .
          Un médoc qui fait dormir quelqu’un depuis 20 ans ( ex : un de mes frères ) n’est pas ” de faible efficacité pharmaceutique “, sorry !
          On est tous addics de qq chose , sauf les ” experts ” , ça va de soi ….

          1. Je ne vois pas en quoi j’ai mérité une attaque virulente alors que j’ai cité une étude.
            Prenez vous en aux études scientifiques si vous avez envie, mais pas à moi.
            Et si c’est votre cas personnel qui vous ronge, sachez que souvent les personnes malades défendent “LEUR médicament” contre vents et marées, même quand il est trouvé qu’il est nocif ou inutile.
            “Ma voisine, mon frère, etc. l’a essayé, et ça marche !”
            Demandez à Michel de Lorgeril : il existe aussi des patients qui ne voudront JAMAIS croire à l’inutilité des statines puisque, dans leur cas, ils se sont “persuadés qu’elle leur a sauvé la vie”.
            Enfin il faut comparer un médicament et ses alternatives thérapeutiques. Sinon on est dans la foi, la croyance, et non pas l’analyse sérieuse.
            Merci, cher Ours, d’avoir autant posté.

        3. Merci de me donner des ” alternatives thérapeutiques ” à l’insomnie …..attention , pas des conseils bidons de tisanes ou autres , mais de vraies techniques ou produits qui seraient une alternative à la baisse de production ( normale avec l’âge ) de la mélatonine .
          Et merci d’oublier le couplet du ” voisin ou parent qui “…etc . Je parle d’un sujet que je connais bien .
          Je vois que vous êtes toujours dans le théorique , sans jamais toucher de près les difficultés réelles de ceux qui les vivent ; bon …..ça fait partie du jeu ! mais cela n’apporte rien aux patients .
          PRESCRIRE n’est pas la Bible : ils sont aussi , parfois, dans le vague ou l’erreur .
          Ne vous réfugiez pas sans cesse derrière les statines , quant on parle de psychotropes : les conséquences physiologiques immédiates – journalières – sont incomparables .
          C’est vrai que je m’énerve contre les ” Saint-Jean-Bouche-d’or ” …..désolé si je vous ai froissé .

          1. Cher ours,
            Vous pouvez essayer de vous tourner vers l’hypnose pour les insomnies. Auto-hypnose (cf Kevin Finel par exemple) ou aller consulter un praticien en hypnose… C’est un outil formidable quand bien utilisé !
            Par ailleurs pour la baisse de production de mélatonine, on peut essayer de minimiser au maximum l’exposition aux écrans télé, téléphone etc., et pourquoi pas essayer les lunettes à verre “orange” (que je n’ai pas testées donc je ne peux rien en dire…) qui bloquent la lumière bleue responsable de l’inhibition de la synthèse de mélatonine.
            Voilà ma très modeste contribution mais je pense qu’il y a pas mal de chemins à explorer 🙂
            Charles

          2. @ Ours des Neiges : Sans doute que l’expression “Saint Jean Bouche d’Or” ne s’adresse pas à moi mais comme vous avez los péremptoirement votre discussion avec moi en disant que je ne connaissais pas le sujet ( En parti exact, je n’en suis pas victime mais je connais les problème des insomnies et des psychotropes dont, par ailleurs vous avez déjà posté un commentaire à l’occasion d’un autre billet..) mais cette expression veut dire :
            ” Parler avec aisance et assurance, sans mensonge” Ce personage fut un patriarche qui vécut au IVème siècle à Constantinople qui était connu pour ses vérités qu’il annonçait à tous les disciples. Cette expression àperdu son sens premier et signifie de nos jours le fait de révéler les choses qui doivent être tues… Ce qui est le cas dans ce Blog.
            Alors je pense que cela ne vexe pas M. S. DUVAL, ni moi par la même occasion…
            et sans me moquer de “Charles” qui est sans doute de bon conseil, comme je vous l’avait déjà dit avez essayé de lire par ex. du M.Duras ou mieux, du Onfray le soir en regardant un programme TV soporifique, ça marche vous l’assure…
            Sinon avez vous vraiment changé votre mode de vie, faites vous de l’exercice physique( de la Muscu; par ex.) le soir avant le souper ( pas de sports jeux), vous êtes vous imposé une limite d’utilisation du net ( pas tard le soir et pas de café ou autres excitants) qui vous fait ressasser hargneusement vos problèmes de santé et vos rapports avec vos comtemporains?
            Avez vous essayé le jêune? Curieusement, divers résultats d’ études sans rapport avec cette méthose des soins parraissent confirmer ce qu’avancent les Médecins Russes ou Allemands sur les mécanismes de cette thérapie : Relation entre la flore intestinale avec l’autisme, la Schysophrénie, la dépression etc…Je ne cite pas les derniers articles, vous les trouverez vous-même en cherchant un peu et lisez livre de Thierry DE LESTRADE …Il ne vous endormira pas celui-là.

          3. Pardon pour les fautes et les mots oubliés, posté trop vite,je n’arrive pa à corriger…

      2. il y a du vrai et du faux là-dedans : lorsque je dis au cardio de ma mère qu’elle devrait lever le pied avec le Stilnox, il me répond en effet que ce n’est pas mieux de passer une nuit sans dormir… Mais il faut dire aussi que ce médecin est un thuriféraire des médocs, pour lui rien n’est toxique et + on s’en goinfre mieux on se porte.
        Conclusion (car il en faut une) : si j’avais – ceci dit en toute absence de modestie – laissé ma mère avaler son ordonnance d’origine, elle serait morte depuis belle lurette.
        Alors Stilnox, BBloquants, anti HTA & Cie, JE ne lui administre qu’à doses homéopathiques, et je pense pouvoir dire que c’est pour ça qu’elle vit encore…
        A noter aussi : devant mon “interventionnisme” du + mauvais effet, son généraliste a refusé de la soigner il y a 5 ans (et oui, ces c… là ça existe). Depuis on en a trouvé un autre plus intelligent. Et oui ça ça existe aussi

      3. @ Ours de Neiges : Et pourtant “Senor” DUVAL pourrait bien avoir raison : J’ai lu un article sur ce sujet dans une revue Mutualiste ( que j’ai jetée, ne peut donc le retrouver pour confirmer…) mais pour avoir eu deux proches très âgés dans les deux situations (domicile et Maison de Retraite) je confirme les deux cas de figure. A domicile, alors qu’ils n’en demandaient pas tant,le Médecin leur prescrivait un “somnifère” pour dormir, avoir un meilleur sommeil et en maison de Retraite c’était le encore pire, le cas que vous évoquiez et gare si on s’en mêlait…
        Par ailleurs, pour en avoir discuté avec ma Dentiste ( on peut toujours dire que ce n’est pas une référence mai selon les soins elle s’inquiète des éventuels médicaments absorbés) qui a exercé dans deux régions différentes en France, elle n’a jamais vu autant de patient âgés “esclaves” de psychotropes que dans ma/notre région ou ville, elle qui pourtant exerce dans un quartier “privilégié” de Marseille… (Je précise que je ne réside pas dans cette ville mais je vais la voir car ses soins sont de qualité exceptionnelle….).
        Quant à mon cas le plus proche, mon Médecin de famille a bien tenté ily a une dizaine d’années d’aider mon épouse qui venait d’être opérée de lui “faciliter” le repos et ses angoisses face à la maladie avec ce genre de médicaments, elle en a pris une semaine puis y a renoncé car elle avait la tête “embrouillée” toute la journée, le remède était pire que le mal… Elle a pris sur elle et cela s’est calmé en occupant son esprit avec autre chose (voir le livre du Dr MDL : chapitre “avoir un but dans la vie pour lutter contre le Stress)

        1. Pardon, le chapître c’est ” Donner un sens à sa vie”. Je précise qu’en Maison de retraite, mon parent, très gravement malade et en fin de vie, n’a réclamé un calmant que les deux derniers jours de savie. A refusé ces “médocs” et à gardé sa tête jusqu’à la fin… et sans chuter malgré sa faiblesse.

          1. Chuter à cause des Benzos ou chuter à cause la fatigue des’insomnies , quelle est la différence ?
            les insomnies sont plus dangereuses( et inconfortables – que les Benzos , selon moi .

          2. Pas la peine de continuer sur ce terrain , vous ne connaissez pas le sujet .
            A +

        2. ” esclaves de psychotropes ” …..
          …..hi hi hi ……demandez-lui si elle a , une seule fois dans a vie, passé une nuit blanche .

          1. Je n’ai pas besoin le lui demander, cela m’est arrivé aussi et même plusieurs jours de suite, ce n’est pas pour autant que je me suis gavé de somnifères! Une bonne sieste dans la journée pour récupérer un peu et SURTOUT l’EXERCICE PHYSIQUE à fini par en venir à bout. 20 ans de “psycho” ? Si ce n’est pas une addiction, qu’est ce que c’est? J’ai connu des “Toxicos” qui avaient tous de bonnes raisons de s’adonner à leur “passion”. Pas vous?
            “Lorsque l’on se défait d’un vice, on s’éprend d’un autre.”- Michel Audiard.

  23. Pour une fois je vais citer Arthur SHOPENHAUER:
    toute vérité franchi trois étapes:
    -d’abord elle est ridiculisée ,
    -Ensuite elle subit une forte opposition,
    -Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.
    à quel stade en sommes nous ?

  24. Merci Docteur pour cette synthèse sur les dernières décisions des Hautes institutions américaines dont des extraits avaient été relevés dans votre blog par différents intervenants.
    A quand un article dans Le Monde ? Il faut informer le plus grand nombre de patients de vos recommandations . C’est le moment, les dépenses d’Assurance Maladie vont devoir baisser, l’ONDAM va être à 2% pour les prochaines années, c’est sur les médicaments, sur ceux là, statines et traitement HTA que la Ministre pourra trouver des économies.
    Pour info, j’avais de la tension (15/9) voir plus en cabinet médical. Mon médecin traitant m’a dirigé vers une consultation de cardio. Le cardio m’a prescrit un IEC que je n’ai jamais pris. Depuis 1 an, je fais beaucoup plus attention à ce que je mange, je marche 1 heure à 2 heures /jour et ma tension est redescendue à 13/8 1 an après. Il faut se prendre en charge et ne pas se laisser prendre en charge.

    1. MDR ! LOL !
      Le Mônde ?
      Le journal autoproclamé “de référence”.
      Aujourd’hui/Le Parisien tire presque le double.
      MDR ! LOL ! (2)
      Votre médecin généraliste vous adresse à un cardiologue pour une tension jugée élevée ?
      C’est pourtant de la médecine générale …
      MDR ! LOL (3)
      AU fait la tension à 15/9:
      Vous avez bien fait car contrairement à ce que disent les recommandations il n’existe aucune preuve d’amélioration du pronostic à traiter un patient “affligé” de tels chiffres. Aucune. Zéro. Wallou. En tout cas en prevention primaire.
      “Antihypertensive drugs used in the treatment of adults (primary prevention) with mild hypertension (systolic BP 140-159 mmHg and/or diastolic BP 90-99 mmHg) have not been shown to reduce mortality or morbidity in RCTs. Treatment caused 9% of patients to discontinue treatment due to adverse effects. More RCTs are needed in this prevalent population to know whether the benefits of treatment exceed the harms.”
      http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/14651858.CD006742.pub2/abstract

      1. J’ai suggéré que MDL intervienne auprès du journal Le Monde car ce journal n’avait pas voulu faire paraitre dans le passé un article de MDL pour des raisons très discutables.
        Pour les LOL 2 et 3 merci pour vos commentaires et documentation

  25. si l’on comprend bien le tortueux calcul qui aboutit à la nouvelle recommandations des statines, par contre on ne comprend pas l’intérêt de l’abaissement du seuil de l’HTA. Ceci est fait dans quel but, pour économiser la sécu ? Ce louable souci serait une première…

    1. Ah Phil ! Je doute que le déficit de la sécu soit leur premier souci …

Comments are closed.

Merci d'avance, pour le 100 +1 eme commentaire.