Cholestérol et statines : le bon, le moins bon et le pire…

 

Le bon est rare et ce qui est rare est cher ; d’où le prix prohibitif de certains médicaments…

Sauf que beaucoup de ces médicaments trop chers ne sont pas bons (ou utiles)… On fait croire qu’ils sont utiles et pour cela, on fait croire que les essais démontrant qu’ils sont utiles sont bons

Si vous n’avez pas encore compris ce qu’est la Société Spectaculaire et Marchande décrite par Tonton Guy, vous avez là un bon exemple. Si on vous dit « blanc », concluez qu’on est dans le « noir »… Presque automatique ces temps-ci.

Le moins bon est moins rare ; ce qui peut s’illustrer par le florilège d’études boiteuses ne permettant pas à un médecin respectueux du code de santé publique (qui exige la meilleure médecine scientifique…) de s’inspirer de ces études pour soigner ses patients. Les docteurs, souvent critiqués, sont donc très démunis (c’est la moins pire des descriptions…) ce qu’ils ne peuvent confesser car dès lors leur potentiel de guérison fantasmée (effet placebo) serait fortement compromis…

Parfois, le moins bon peut aider à décrypter des situations difficiles que le supposé bon aurait dû déchiffrer sans difficulté si les experts du bon étaient indépendants du business ; ce qui est rarissime !

Par exemple, c’était l’objet de mon billet précédent concernant l’étude de Ravnskov et ses copains dans BMJ Open ; quelques lacunes évidentes, c’est une revue systématique d’études publiées de plus ou moins bonne qualité ; ils ne peuvent faire des miracles mais une fois un peu distanciés des auteurs de chaque étude médiocre, l’information qui nous est apportée par Ravnskov est importante mais… limitée. On prend ce qu’on a …

Le pire, hélas, c’est tous les jours.

Dernier avatar dans le dernier numéro (on disait comme ça autrefois) du JAMA Intern Med : http://archinte.jamanetwork.com/article.aspx?articleID=2528289

Ne perdez pas de temps à lire ça en détails.

C’est un journal américain qui « rue un peu dans les brancards » mais en restant très poli, très conforme et donc très « complice » de la Société Spectaculaire et Marchande.

Il nous publie donc un article visant à démontrer que trop abaisser le cholestérol ne servirait à rien, laissant donc entendre que l’abaisser un peu pouvait être utile, notamment chez des patients qui avaient eu un premier infarctus.

Depuis trois ou 4 décennies au minimum, les autorités sanitaires exigent des essais cliniques randomisés en double aveugle pour faire la preuve de l’utilité d’un médicament !

Les éditeurs du JAMA Intern Med, habituellement chantres de la médecine scientifique sérieuse, publient ici le pire : la description des effets cliniques de médicaments sans randomisation (tirage au sort) et sans double aveugle…

Le pire donc ! Et dans ces cas-là, c’est tous les jours, seul le SILENCE s’impose !

Mettez-moi ça à la poubelle sans scrupule ni hésitation…

NB : on peut toutefois se demander pourquoi des éditeurs « sérieux »  (parfois) se compromettent avec de telles âneries. La réponse est simple à mon avis : face à des insolubles contradictions et des pressions de toute sorte, ils se compromettent dans le compromis !

Et comme disait Jésus : « en vérité je vous le dis, la fin du temps des compromissions et compromis approchent… Amen ! »

 

 

 

 

83 réflexions au sujet de « Cholestérol et statines : le bon, le moins bon et le pire… »

  1. Jornayvaz Paul

    Dr Michel de Lorgeril
    J’ai beaucoup de reconnaissances pour vos livres sincères et votre site face à ces crapules et ces menteurs qu’il pensent à leurs milliards, mais pas à
    nôtre sante. Je parle avec des amis, mais j’ai de la peine à les convaincre. Auriez vous un article que je pourrais inséré dans le journal local.
    J’ai pris du Crestor depuis 2oo8 à 2o13 en arrêtant entre ces dates en les prenant pas régulièrement. On m’a posé plusieurs cents, mais je n’ai pas fait d’ infarctus. Suite à des douleurs articulaires, tendons d’achilles, perte de mémoire, sensations étranges des extrémités et des yeux,une paralysie faciale gauche guérie en 15 jours. J’ai aussi perdu mon libido. Suite à un contrôle le quatre janvier 2016, mon cardiologue il a voulu me prescrire de l’ Ezetrol, même que mon test effort était bon. J’ai refusé.
    J’avais un métier stressant l’été en réparant les machines agricoles et l’hiver je travaillait à forger des cloches et j’ai respiré beaucoup de gaz et de poussières, ce qui à probablement obstrué mes artères. Actuellement, je suis à la retraite, je marche beaucoup en montagne et je fais attention à la nourriture. Je me porte bien, je suis moins essoufflé au départ, sauf encore des petites douleurs. Ma pression est descendue entre 140/115 et 82/64. Mais J’ai eu un tendon d’achilles déchiré il y a nu moi en sautant une rivière. Pensez vous que cela provient des statines, je n’ai pas entendu de bruit quand il s’est déchiré. J’ai été opéré. Faut il avoir une attention particulière pour qu’il se répare. Puis-je arrêter aussi mon aspirine cardio en prenant de l’ail par exemple.
    Vous pourriez passez quelques jours dans mon chalets et pourquoi pas une petites conférence.
    En attendant une réponse, je voue prie d’agréer, docteur, mes salutations respectueuses
    Paul .

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Jornayvaz Paul

      Merci de vos compliments.
      Si les helvètes m’apprécient, je suis sur le bon sentier…
      Diffuser l’information de qualité scientifique est mon métier ; je suis payé pour ça avec les impôts des citoyens français…
      Les statines favorisent bien sûr les ruptures de tendons, désolé…
      Et pas que ça… Lisez mon livre « L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol » et préparons-nous à pire …
      Pour une conférence, il faut me contacter via mon adresse e-mail ; facile à trouver avec les livres ou via Google.
      Bon vent, matelot

  2. ROCHETIN

    Bonjour à tous,
    Bonjour docteur,

    Une question (tant pis si elle est idiote) me trotte dans la tête depuis quelque temps. J’ai de plus en plus de personnes de ma connaissance (surtout âgées, certes) qui se sont vues prescrire un appareil contre l’apnée du sommeil. Je me demande si réellement ces personnes devront la vie à cet appareil, ou bien s’il s’agit d’un nouveau marché intéressant.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : ROCHETIN

      Peu de science solide à ce propos, hélas !
      A mon avis…
      Si quelqu’un a une bibliographie sérieuse, merci de nous la communiquer ; moi je n’ai pas le temps, ces jours-ci…

      1. Jean-Marc REHBY
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Mon cher Michel on ne peut être omniscient malheureusement!!
        Le syndrome d’apnées du sommeil SAOS est parfaitement connu démembré étudié et la science existe et solide.
        Il est associé à un grand nombre de pathologies: trouble du rythme cardiaque hypertension arterielle rebelle diabète infarctus accident vasculaire cérébral.
        Cela s’explique très bien: apnée obstructive en fin d’expiration par affaissement des tissus du larynx pour faire simple, et donc si l’apnée est prolongée desaturaiton en oxygène quelques fois sévère.
        J’ai un patient qui faisait 60 apnées à l’heure la plus longue de 1mn 58 et il avait une saturation sanguine en oxygène à 60% pour une normale supérieure à 90%. Hypertension rebelle arythmie cardiaque. Un autre avait fait plusieurs épisodes de tachycardie ventriculaire avec réanimation etc.. il a eu un défibrillateur dans le thorax qui balançait un choc à la première salve.
        La polysomnographie (enregistrement du sommeil pour les non spécialistes) était catastrophique chez lui aussi après appareillage plus d’apnée et plus de fibrillation son défibrillateur n’a plus jamais fonctionné depuis 4 ou 5 ans.
        Donc oui les appareils à pression positive sont indispensable améliorent la vie des patients et sauvent sûrement des vies.
        Mais oui c’est aussi un marché TRES lucratif.
        Je connais le sujet à fond pour m’y être interessé il y a plus de vingt ans pour un patient ronfleur incroyable qui empechait de dormir un immeuble entier et qui après appareillage ne ronflait plus et dormait comme un bébé et ça lui a changé la vie.

    2. aubepine
      En réponse à : ROCHETIN

      Bonsoir,
      Chez nous, mon mari et mon fils sont appareillés à cause d’apnée du sommeil, ils ont chacun un appareil très sophistiqué, faisant de l’apnée centrale et obstructive …et mon fils vous dirait que cela lui a sauvé la vie ! Le diagnostic a tardé et il était très mal en point, le matin, sitôt le petit déjeuner, il n’avait qu’une envie : retourner se coucher, il respirait très peu en fait et a frôlé la mort. Cet appareil a été son sauveur, mais il a mis beaucoup de temps à récupérer… Quand à mon mari, lui qui avait fait un petit AVC, était à l’époque sous statines , la bonne dose d’antihypertenseur et le bêta bloquant … et de la bronchite chronique …
      le pauvre « piquait du nez » toute la journée ! l’appareil lui a apporté beaucoup il y a une dizaine d’années, mais en plus l’arrêt du Zocor et la diminution de tout le reste (de mon initiative ! MERCI DR ! ) voici environ dix huit mois , les choses se sont encore très améliorées …
      Il faut savoir que ces machines ne traitent pas : elles permettent de respirer … si vous arrêtez de vous en servir vous retombez dans vos problèmes, sans délai !
      Cordialement.

      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
        En réponse à : aubepine

        Merci de votre témoignage.
        Ce qu’il nous faudrait c’est un peu de science…
        Des traitements très efficaces peuvent soudain paraître presque dérisoires….

          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Jean-Marc REHBY

            Super !
            Merci !
            Commentaire rapide sur une autre affaire : qui oserait remettre en question les techniques d’ablation (quelque soit l’appareillage) anti-fibrillation auriculaire ?

            Voilà pas que de gens sérieux (mais non-ablateurs) prétendent qu’il s’agit d’une efficacité douteuse ; bref un effet placebo…
            Double surprise : des ablateurs fort sceptiques y vont du même refrain !
            C’est quoi l’effet magique des technologies ? Un magicien ferait donc la même chose sans brûler (ou sidérer) des oreillettes ou des veines pulmonaires ?
            Je me gratte !

  3. Emilio

    @Inoxydable : Je ne comprends pas du tout votre allusion aux « illuminati ». Ai-je parlé d’illuminati un jour ? Vous voulez m’accuser d’être victime d’une théorie du complot, ce qui correpond à la méthode favorite des provaccins pour discréditer toutes personnes qui veut discuter cette question ?

    Je me contrefout de la secu de même que les assurances privées… parce qu’avant de se poser la question de la « solidarité » du système de la sécurité sociale, il faut se poser la question de l’utilité de ce qu’elle rembourse. Elle ne rembourse notamment pas les lunettes, ni les prothèses audio, ni le dentaire… par contre, elle rembourse à fond les statines et les vaccins. Les statines sont même un des postes de remboursement les plus importants de la secu (ça a peut être changé vu que les statines sauf Crestor sont génériques).

    Ces chers experts que vous critiquez sont les premiers à être consultés lors de l’évaluation des SMR (Service Medical Rendu) des nouveaux médicaments. Vous savez ou pas que ces gens sont les représentants de l’industrie pharmaceutique ?! ?

    Quand je critique la secu, je ne la critique pas de manière séparée de la ROSP (que la cour des comptes souhaitait rendre obligatoire), du système de médecin traitant, du tiers payant généralisé (qui tue toute velléités d’independance des médecins), ou du refus d’augmenter les medecins indépendamment des « primes à la performance »

    Ce système est le bras armé de la politique de santé publique. Et cette politique de santé publique dit qu’il faut traiter les gens avec des statines …

    Je demande la liberté thérapeutique. Je demande (et je parle de quelquechose qui a touché un de mes proches) qu’une personne qui est en phase terminale de cancer ait la possibilité de bénéficier des antidouleurs tout en pouvant refuser la chimiothérapie.

    Les cotisations à la secu sont obligatoires… et ces fonds sont versés en particulier pour permettre le remboursement des statines, mais peut être demain de Praluent/Repatha ?!? Ces cotisations representent un pourcentage de plus en plus élevé à mesure que le « trou de la secu » se creuse.

    Si vous tenez à la secu, alors militez plutôt pour que ses remboursements concernent avant tout les médicaments réellement utiles pour traiter efficacement les pathologies qui affligent réellement l’humanité, comme les problèmes de vue ou dentaires. Militez pour que l’evaluation des SMR soit effectuée de manière reellement indépendante. Militez pour que les médecins aient la possibilité de déroger au respect des « recommandations de bonnes pratiques ». Militez pour que l’information reçue par les médecins soient indépendante. Tout le monde y gagnerait… à la fois financièrement et médicalement.

    En attendant que cette utopie soit réalisée, je ne vois pourquoi on empêcherait une personne de souscrire à une assurance privée dont le rapport cotisation / intérêt des médicaments ou dispositifs médicaux remboursé / taux de remboursement serait plus adaptée à sa volonté thérapeutique.

    Le DMP, le système de médecin traitant, les taux de remboursements décidé par les « experts », la ROSP, la vaccination obligatoire (et demain les traitements medicaux obligatoires) sont OPPOSES à la liberté thérapeutique. C’est le système global ai service de Big Pharma que je critique, pas la « solidarité » nationale en tant que telle.

    Voilà ma position complète. Pas besoin de faire des polémiques stériles ou des « effets de manche ». On est pas dans un tribunal ni chez Michel Cymes.

    @Marcel : Je ne suis pas d’accord avec vous. Si vous n’êtes pas d’accord ou pas intéressé par un sujet, ou si vous trouvez que quelqu’un dit des trucs « débiles » personne n’est obligé de lire ou de commenter le sujet. Personne (à part MDL) n’a à se poser en chef qui devrait décider des sujets à évoquer ou pas. Si quelqu’un a envie de venir parler de la couleur de son slip il est libre de le faire, on ne va pas commencer à censurer les sujets comme sur BFM TV ou dans la presse à la botte des « experts », sinon on ne vaut pas mieux qu’eux …

    1. MARCEL
      En réponse à : Emilio

      Cher Monsieur
      Loin de moi l’idée de vouloir me substituer au Docteur de Lorgeril, car c’est ce que vous dites. Je pensais benoitement que ce blog traitait plus particulièrement des problèmes de cardiologie et de nutrition. Effectivement chacun est libre de dire ce que bon lui semble. Mais permettez moi de trouver que LE TON de certaines interventions risque de desservir nos intérêts. J’ai toujours gardé un ton courtois et continuerai de le faire.

      Je vous fais remarquer. Cher Monsieur, que j’apprécie vos interventions et que j’en partage la plupart des opinions. C’est vous dire si je suis libre de parler, Tout comme je trouve toujours un grand plaisir à lire les interventions de Monsieur Inoxydable, toujours pleines de bon sens et bien documentées.

      Enfin, si j’ai pu me montrer désagréable, c’est bien involontairement et sans méchanceté aucune et je vous prie de m’en excuser.
      Recevez mes sincères salutations

      1. Emilio
        En réponse à : MARCEL

        Le problème est que vous mettez sur la table une idée couramment admise que pour débattre d’un sujet, il faut poser des limites à ce sujet.

        Je suis d’accord avec l’idée qu’il faut parfois recadrer un sujet. Par contre, je pense qu’il n’y a aucune limite concernant l’ANGLE D’ATTAQUE du sujet.

        Si par exemple, vous voulez essayer de comprendre pourquoi des médicaments comme les statines sont aussi largement prescrits alors que les preuves de leur bénéfices sont inexistantes, vous pouvez analyser le sujet seulement en constatant que les études sont biaisés et que les données cliniques appartiennent aux industriels etc … et donc vouloir diffuser le plus largement possible l’information comme quoi les statines ne servent a rien et sont toxiques …

        Vous pouvez aussi vous poser 2 autres types de questions qui sont totalement hors du cadre « nutrition et cardiologie » mais qui sont pourtant fondamentales pour comprendre la problématique :

        - Les question qui concerne ce système qui ACCULE les médecins à prescrire des statines (et le reste des médicaments inutiles je ne reviens pas dessus)

        - Les questions qui concernent la COMMUNICATION au travers des médias,

        - La question des conflits d’intérêts (j’inclus dans cette notion le conflit d’intérêt qu’un médecin peut avoir avec l’historique de ses prescriptions = difficile pour lui de reconnaître qu’il s’est fait berner pendant des années).

        Vous comprenez mieux pourquoi on ne peut pas accepter de limiter les « sujets fréquentables » ?

        Limiter les sujets, c’est très exactement ce qu’a fait Cymes lors du dernier passage de MdL au journal de la santé (Cymes dit « si un interviewer pose des questions et que l’interviewé n’y répond pas il faut arrêter l’interview »). Un entretien destiné à manipuler un interlocuteur doit impérativement être CADRÉ. Supprimez le cadre et, non seulement vous favorisez la liberté d’expression mais en plus vous augmentez fortement la possibilité d’attaquer un sujet sous des angles différents jusqu’à identifier celui qui est le plus pertinent.

        Voilà pourquoi je suis opposé à ce qu’un « cadre spécifique » existe …

        Les sujets sont tous liés.

        Je ne voulais pas vous choquer, désolé si mon ton vous a déplu, mais je ne veux pas que les aimsibiens tombent dans les mêmes erreurs que les autres associations qui ont dénoncés des scandales sanitaires.

        - L

        1. MARCEL
          En réponse à : Emilio

          Je ne sais pas où vous avez lu que j’ai parlé de trucs débiles. C’est ce que vous me dites dans votre intervention du 27 JUIN À 11H 50. Je n’ai parlé que de querelles stériles entre certains intervenants dont il me semble qu’elles sont inutiles et contre productives .Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord mais, sil vous plait soyez gentil de ne pas déformer mes propos.

          En ce qui concerne votre commentaire du 28 Juin à17h25 vous m’accusez de vouloir mettre des limites aux sujets qui ne me conviendraient pas. Je vous ai déjà expliqué que j’ai simplement voulu dire que ce blog est principalement axé sur la cardiologie et la nutrition Et je m étonne que vous dissociez ces domaines des question qui ont trait à la prescription des statines, à leur évaluation à leur commercialisation, aux conflits d’intérêts,etc qui ne se situent nullement HORS DU CADRE de la cardiologie et de la nutrition,ni d’ailleurs d’aucun autre domaine de la Médecine.
          Parmi les sujets abordé sur ce blog il existe une rubrique DIVERS qui sert précisément à y classer des articles et commentaires concernant des thèmes généraux.

          Je n’ai pas non plus parlé de sujets fréquentables et d’autres qui ne le seraient pas.

          Pour terminer, sachez que je n’ai pas la moindre intention de dévoiler ici la couleur de mes sous vêtements.

          Bien à vous

          1. Emilio
            En réponse à : MARCEL

            Marcel …

            Lorsque je parlais de « trucs débiles » c’était plus une allusion à Oursdesneiges qui est venu nous expliquer qu’il en avait marre de lire des « émiliottes » et qu’il nous quittait pour cette raison.

            En aucune manière vos propos était en cause dans cette expression.

            C’est quand même vachement fatiguant la communication sur internet…

    2. Inoxydable
      En réponse à : Emilio

      @ Emilio : Quand je parle des « illuminatis » et de la théorie du complot ( je m’exprime mieux ainsi ?), je veux dire par là que pas mal de « Blogueurs » ou de commentateurs semblent prendre leur inspiration dans cette théorie; J’ai assez lu sur le sujet pour me rendre compte quand on y prend ses sources. Ce n’est peut-être pas votre cas mais votre insistance est assez … subjective. En ce qui me concerne je ne suis pas un pro-vaccin ni un anti vaccins, je suis comme certains, je doute surtout de l’obligation de certains. La discussion reste ouverte.
      Pour ce qui est de la Sécurité Sociale » et des mains liés des médecins, c’est à leur courage de résistance qu’il faut s’adresser.
      Vous dites : » Si vous tenez à la secu, alors militez plutôt pour que ses remboursements concernent avant tout les médicaments réellement utiles pour traiter efficacement les pathologies qui affligent réellement l’humanité, comme les problèmes de vue ou dentaires. Militez pour que l’évaluation des SMR soit effectuée de manière réellement indépendante. Militez pour que les médecins aient la possibilité de déroger au respect des « recommandations de bonnes pratiques ». Militez pour que l’information reçue par les médecins soient indépendante. Tout le monde y gagnerait… à la fois financièrement et médicalement. ».
      Tout d’abord je suis à la Sécurité Sociale et j’en ai eu au moins une fois besoin dans ma vie, adolescent et heureusement que mon père, VRAI travailleur payé « au lance pierre », qui n’avait même pas de Mutuelle faute d’argent, y était assuré d’office ! Et il y a encore plein de gens comme ça même s’il s’y dissimule des profiteurs ;
      Le non remboursement des lunettes, des soins ou prothèses dentaires etc. Vous croyez que j’ignore çà ? J’en ai déjà parlé aussi.
      Quand à votre couplet sur le remboursement des statines et autre médicaments inutiles et toxiques  existant et à venir: Qu’est ce que vous croyez qu’on fait ici ? L’AIMSIB a été crée pour ça principalement ( sur une idée que j’avais le premier lancé me semble-t-il…).
      A propos du paragraphe de « l’utopie dans lequel vous justifiez une fois de plus la possibilité et l’intérêt de cotiser dans le privé … bla bla bla … volonté thérapeutique » . Ça ne veut rien dire, car laisser le système au libre choix du « cotisateur », tous d’abord on n’anticipe pas vraiment la ou les maladies dont on peut être victime et encore moins le choix « thérapeutique » lorsqu’on est par exemple atteint d’Alzeimer ou d’autres maladies dégénératives qui ne laissent plus aucune volonté . C’est comme la prévention des obsèques ( qu’on vous matraque éternellement en publicité …), vous ( nous) même le plus indigent décente aurons toujours une sépulture à la charge de la collectivité. Le reste ou le surplus est question de moyens et de prévoyance privée. Enfin, si je ne me trompe pas, le « privé » comme vous dîtes, fera comme autrefois et viendra se greffer sur « public » lorsque son système s’écroulera !
      Par ailleurs et pour mémoire, personne apparemment n’a mis en cause la liberté du choix « thérapeutique » pour quelqu’un en phase terminale de cancer, vous n’êtes pas le seul à avoir été ou être confronté à cet horrible problème : Ma famille côté paternel a été décimée par cette maladie et je connais bien, merci..
      Pour finir, je me crois pas dans un tribunal et ne fais pas d’effets de manche, «  j’officie «  si on peut dire, les avant bras nus et sans polémiques stériles, car si je m’en réfère aux nombreux « posts » dont vous nous abreuvez ( à juste titre parfois et on y apprend des choses – à vérifier- très intéressantes ) vous vous faites vous même juge de l’opinion de contradicteurs en leur conseillant de ne pas les lire ou de ne pas les commenter !
      Ce la dit, je serai heureux de pouvoir discuter avec vous un jour de vive voix pour approfondir cette « disputatio » … stérile.

    3. Jean-Marc REHBY
      En réponse à : Emilio

      Emilio je ne vous connais pas et je ne sais pas qui vous êtes et ce que vous faites mais je pense que vos propos sur la sécu et système de santé et les médecins sont dus à une méconnaissance des problèmes pus qu’à je ne sais quel complot ou autre .
      Pour la sécu créée en 1946 c’est le principe de solidarité qui prévaut tout le monde cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins c’est tout le contraire d’une assurance individuelle que vous proposez et qui laisse sur le carreau les plus démunis. Ce principe fait que tout le monde peut être soigné le SDF qui a le SIDA reçoit sa trithérapie et ça ne lui coûte rien et ça fait l’admiration des étrangers ( américains et autres j’en ai vu!).
      Il y a chaque année en moyenne 40% des assurés qui ne consomme pas de soins et c’est tant mieux .
      15% qui consomment pres de 70% des dépenses les malades à 100% le maladies graves etc, les 45% restant consomment le reste.
      S’assurer individuellement comme vous le suggérez ne peut qu’entrainer des catastrophes.
      Maintenant pour ce qui est des médecins qui doivent prendre leur indépendance de Madame Lacaisse là vous avez encore plus tout faux.
      Un médecin non conventionné voit ses patients remboursés sur la base du tarif d’autorité qui correspond à 50% de la consultation de base non revalorisée depuis ………………..1961 oui oui 1961 et donc CINQUANTE SIX CENTIMES D’EURO sur 23€ donc un médecin ne peut être que conventionné ou changer de métier et vendre des frites par exemple.
      Après chaque médecin choisit la longueur de la laisse avec forfait ROSP et compagnie j’ai refusé tout cela et à ma grande surprise nous ne fumes que 3% à le faire voilà.
      Je n’ai pas de laisse et je m’en trouve très bien je suis au service de mes patients et pa s la sécu
      Quant au trou de la sécu c’est un trou fictif purement fabriqué puis que si le déficit des trois régimes est 10, 12 ou même 15 milliards d’euro l’exonération des charges pour les entreprises soit disant pour créer des emplois est de plus de CINQUANTE milliards par an cherchez l’erreur!
      Bon vent matelot comme dit le maître

      1. Emilio
        En réponse à : Jean-Marc REHBY

        Je vais vous laisser un peu tranquille pour que les esprits s’apaisent d’autant plus qu’il fait beau, que c’est bientôt les vacances … etc

        Juste 2 remarques : Je ne critique pas les fondements historiques de la sécurité sociale, ni le fait qu’à l’origine elle a été créé sur un principe « solidaire ». Je critique le fait qu’elle est devenu le bras armé d’une politique de santé devenue complètement folle, au service de Big Pharma avant tout. Je ne pensais pas effectivement qu’il soit nécessaire d’insister pour faire comprendre une telle évidence.

        Tant pis si je prêche dans le vide.

        Je n’insite pas plus et vous laisse tranquille parce qu’effectivement je publie beaucoup trop et ça ne m’apporte aucun plaisir.

        J’essaierai d’intervenir de manière plus calme la prochaine fois même si c’est plutôt pénible de se faire accuser d’être un cheval de Troie de Big Pharma et que personne ne soit ému par une accusation aussi honteuse.

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Emilio

          Vous ne prêchez pas « dans le vide », Emilio ; je vous lis attentivement et j’apprécie.
          Continuez, merci !
          Quant aux accusations, laissez faire ; vous n’en n’aurez jamais autant que moi !

          1. Minoque35
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            J’avais compris l’évidence Emilio…

            Un débat est toujours instructif d’un côté comme de l’autre et il me semble qu’il a toute sa place ici puisque la bienveillance est obligatoirement sous-jacente par les aimsibiens qui s’y collent alors no problem.
            Bonnes vacances !

          2. phil
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            ça manque d’humour ces temps-ci, j’en vois qui s’étripent pour des choses dont personne (quasiment) n’a rien à foutre, ce qui m’inspire une remarque qui plaira aux psys : pourquoi est-ce que, à 1 moment, on s’acharne jusqu’à en perdre la santé, sur des sujets dont on a totalement perdu le degré d’insignifiance ?

            Intéressannt s’il en est ! Ben voyons, pour des questions d’égo, à un moment, 2 ou 3 personne sont piquées au vif et alors ça n’en finit plus

            Rassurez-vous les politiques les + chevronnés font dans le même enfantillage : loi sur la déchéance de la nationalite (des mois de débats sur le sexe des anges), loi El Kohmry : le pays à feu et à sang pour une réformette à conséquence zéro, alors pourquoi ce délire ?

            ben moi je vais vous le dire : pdt ce temps-là on ne parle plus des choses sérieuses et c’est toujours ça de gagné

          1. nicole
            En réponse à : nicole

            Les vidéos fonctionnent correctement. Il y a de la pub avant, il faut attendre un peu. Mais il n’y a aucun risque de blocage d’ordinateur, à moins que vos ordinateurs ne soient pas à jour ou incorrectement paramétrés.

        1. Inoxydable
          En réponse à : nicole

          Quel magnifique article et explications limpides. Je l’avais déjà mis dans mes favoris.
          Il n’y manque qu’un « petit » paragraphe ou chapitre sur le ‘trou » creusé par l’apport massif de personnes n’ayant jamais cotisé , mais çà c’est trop politique, ça risque de déraper….
          Mais bon, cette partie du « Trou » de la sécu est rarement évoquée et vite enterrée; (au fait, un trou peut-il avoir une partie de trou ?)

  4. nicole

    En réponse à Michel de Lorgeril pour les deux liens vers C dans l’Air.

    J’ai vu que les vidéos sont déformées, mais ce n’est qu’une question de format d’enregistrement. Sinon, les vidéos fonctionnent bien, sauf que Dailymotion ne marche pas toujours du premier coup…
    Je ne pense pas qu’il y ait risque de blocage d’ordinateur.

    Les liens vers ces vidéos part du site sérieux de Marc Girard :
    http://www.rolandsimion.fr/spip.php?article223&lang=fr

  5. Inoxydable

    @ Phil :  » … loi El Kohmry : le pays à feu et à sang pour une réformette à conséquence zéro, alors pourquoi ce délire ?  » Non, mais, avez vous déjà bossé pour un employeur dans votre vie?Je dis bien pour un employeur car pour lui vous ne bossez jamais pour vous !
    Savez vous avec quelle facilité se débarrasse d’un employé en CDD par ex; pour le remplacer par un autre au mêmes fonctions au bout de quelques contrats en changeant juste un peu l’intitulé du poste ?
    Savez vous combien d’employés en CDI son sur la sellette parce qu’ils ne marchent pas dans les combines d’un patronat malhonnête ( tous ne le sont pas) et qui ne doivent leur sauvegarde que grâce à certains syndicats ( qu’on veut museler définitivement) et qui n’ont parfois pas d’autres ressources que de s’en référer aux « accords de branche », les accords d’entreprise constituant un magnifique jeu de dupes ? Les syndicats sont ce qu’ils sont, ils sont eux mêmes parfois manipulés et j’ai assez pris de « pavés sur gueule » dans mon ancien métier pour leur en vouloir, mais en réalité sur la défense du travail et de l’employé ils ont raison de se bouger ( j’ai même retourné ma veste en manifestant parfois aussi..;)
    Avez vous déjà eu quelqu’un parmi vos proches dont la future embauche ne sera réalisée qu’à la condition de renoncer aux accords de branche, transformant ainsi le postulant en véritable esclave ?
    L’ancien Code Travail est touffu et complexe mais la vie n’est elle pas de même nature ? Alors il ne faut pas le « dénaturer » par une nouvelle « Khonery » !
    Si vous voulez des exemples je peux vous en fournir !!! Alors, surtout ne renchérissez pas sur ce sujet dont vous dîtes  » dont on a totalement perdu le degré d’insignifiance ? »
    Et ce n’est pas une question d’ego.

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Inoxydable

          Ça fait du bien de se laisser « porter par les vagues » ; mais à nos âges mieux vaut éviter d’enfourcher une planche de surf sur une plage hawaïenne…
          Votre avis et enquêtes personnelles [je m'adresse à tout le monde ici] sur l’état réel de l‘Agence du médicament [sur Google, mon article sort en deuxième après celui du Figaro...] m’intéresseraient beaucoup !
          Le symptôme fait mal, très mal : quel syndrome encore caché derrière ça ?

  6. MARCEL

    Bonjour à tous. Je voudrais revenir sur l’histoire de cette amie, âgée de 80 ans, qui en Novembre 2015, horrifiée par la lecture de l’Horrible Vérité dont je lui avais fait cadeau, avait stoppé net la prise de l’atorvastatine qu’elle prenait depuis plusieurs années. Au bout de 3 à quatre mois elle n’avait plus que quelques séquelles supportables, avait retrouvé le tonus, la joie de vivre, la diminution conséquente des douleurs musculaires et tendineuses,etc…

    En Avril 2016 elle a ressenti des douleurs inhabituelles à la poitrine qui l’ont conduite à consulter au CHR de son domicile. Après examens appropriés on lui a posé 2 stents. Les douleurs n’ont pourtant pas cédé et le CHR ayant vu un autre problème qu’ils ne pouvaient pas traiter eux mêmes l’ont envoyer au CHU régional.
    On lui a effectué le remplacement de la valve aortique. A la fin de l’intervention son coeur ne démarrait pas.
    Pose en catastrophe d’un stimulateur cardiaque. Transfert en soins intensifs. Là les médecins ont constaté que le taux d’oxygène ne se stabilisait pas ou quelque chose comme cela. On la mit sous oxygène en permanence. Quelques jours passèrent.Son état empirait à tel point que l’équipe pluridisciplinaire était à deux doigts de jeter l`éponge et de la laisser partir. La famille s’attendait au pire.Néanmoins le chirurgien cardiaque qui l’avait opéré décida de réintervenir. Les soupçons qu’il avait furent confirmés. Une autre anomalie n’avait pas été détectée lors de la première intervention. Je ne sais pas laquelle. Je suppose que les specialistes de ce blog sauront de quoi il s’agit. Le délai entre les deux interventions, toutes deux à coeur ouvert, fut d’une grosse semaine.

    Après quatre semaines au CHU elle fut ramenée au CHR de son domicile. Et deux semaines après, soit ily a deux semaines, conduite en maison de repos où elle se remet doucement et va le mieux possible. Entre temps et entre les deux intervention elle avait fêté ses 81 ans. Comme cadeau d’anniversaire on fait mieux. Encore que tout dépend de la façon dont on voit les choses.

    Voilà donc quelqu’un de 80 ans passés qui 6 mois après l’arrêt des statines s’est retrouvée confrontées aux ennuis que je vous ai décrits. J’aimerais poser une question. Est t’il probable que l’arrêt de la statine a joué un rôle déterminant sur ses capacités à surmonter toutes ces épreuves ?

    Je suis en contact permanent avec cette personne et surtout avec sa famille. A aucun moment on ne m’a signalé un problème quelconque avec le cholestérol et l’arrêt des statines. Je suppose que si il y avait un rapport si minime qu’il soit on me l’aurait fait savoir plutôt vertement et j’aurais perdus des amis de très longue date Rien. Pas le moindre commentaire.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : MARCEL

      Ce cas clinique est intéressant mais, faute de document solide, difficile à interpréter.

      Il y a plusieurs questions :
      1) l’arrêt de la statine a t-il joué un rôle dans l’épisode d’avril 2016 qui a conduit aux deux stents ? Apparemment, les douleurs ayant persisté malgré les stents, les stents n’ont servi à rien et les douleurs n’avaient pas une origine coronarienne…
      2) quelle était l’origine des douleurs thoraciques ? Un chirurgien ayant proposé de remplacer la valve aortique, on peut en conclure que le problème était là ; et pas au niveau des coronaires…
      3) pourtant une nouvelle intervention, outre la mise en place d’un pace-maker, s’est avérée indispensable ; mais on ne sait pas ce que le chirurgien a fait à ce moment-là… Sans doute corriger quelque chose ; j’espère qu’il n’avait pas oublier une compresse ; j’ai vu deux cas comme ça quand j’assurais un poste en réanimation cardiorespiratoire dans un grand Hôpital Universitaire Européen… oups !

      Premières conclusions probables : il y a eu plusieurs « erreurs » diagnostiques et thérapeutiques successives ; mais personne ne va l’avouer évidemment… Une expertise s’imposerait ; ce genre d’histoire explique que les erreurs médicales soient devenues la troisième cause de mortalité aux USA… oups !

      Dernière question : est-ce que l’arrêt de la statine a été profitable ? Très probablement oui : le coeur était plus résistant (sans statine) et le reste de l’organisme plus à même de surmonter cette « apparente » succession de …
      Bon, elle est vivante… Réjouissons-nous, mes frères !

      Et puis tout ça c’est de la médecine-fiction puisque je ne dispose d’aucun document ; j’ai fait « comme si »… ça peut aider à comprendre mais à ne pas prendre « au mot »…

      1. MARCEL
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Merci Docteur de votre réponse. Je vais essayer de me procurer des documents, Cette affaire est toute récente. La famille a été très secouée. Il est évident que je n’allais pas,de but en blanc, leur demander de me donner des précisions techniques. J’espère arriver à en obtenir. Mais cela prendra du temps.
        Nos remerciements pour tout ce que vous faites.

        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : MARCEL

          Je n’ai rien fait ; j’ai « élucubré » à partir de votre témoignage sans document solide…
          J’espère que vous comprenez ce que je dis ; les chiens de garde veillent…

  7. marie

    bonjour,
    je me permets de vous écrire car j’ai besoin de conseil pour ma mère.
    Elle a une hypercholestérolémie (comme son père) traitée depuis 25 ANS (!!!) avec des statines (comprimé de 50mg en ce moment). elle prend aussi un traitement pour hypertension depuis encore plus longtemps. Son régime alimentaire est plus que correct, tous les nutritionnistes consultés disent qu’ils ne peuvent rien lui apporter. Elle a 65 ans, des douleurs dans tout le corps, et viens de faire une déchirure à un tendon. Elle me dit sentir que son corps est empoisonné. Elle a consulté son médecin pour arrêter les statines et il a conseillé la levure de riz rouge, qu’elle a essayé mais elle ne supporte pas. Qui pourrait-elle aller voir pour être rassurer, Je la pousse à arrêter ce traitement mais j’ai peur aussi. Je lui parle du jeûne…
    Mon mari prend aussi des statines suite à infarctus en mars 2014. Libido dans les chaussettes, douleur… mais lui peut encore agir sur le régime alimentaire !
    Que puis je faire pour ces 2 personnes que j’aime ? faut il tenter des choses seul (jeûne par exemple) et soutirer à son médecin des analyses périodiques ? Peut on trouver en Bretagne, ou ailleurs, un médecin qui nous aide (car je pense que vous êtes « un peu » débordé).
    je vous remercie

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : marie

      Je vous fais signe par ailleurs via votre mail.
      Cela dit, votre famille n’est pas un cas particulier, des millions de gens en France s’empoisonnent consciencieusement avec ces médicaments inutiles.
      Procurez-vous vite mon livre « L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol« , ce sera un grand pas de fait vers la Libération !

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.