Cholestérol, statines et l’inéluctable déchéance de la revue médicale « Prescrire »

 

La revue Prescrire fut utile dans les temps archéologiques où les médecins (masculin et féminin) étaient subjugués par les minijupes des visiteuses médicales et les cravates de leurs supérieurs, royaux distributeurs de chèques cadeaux en tout genre.

Prescrire était utile parce que ses rédacteurs prenaient le temps de lire « à la source » les informations médicales « délivrées » par les grandes revues anglo-saxonnes : le Lancet, le New England Journal of Medicine et d’autres. Bons élèves, ils recopiaient.

Les médecins ne lisaient pas ou parfois (les académiques) ne comprenaient pas le peu qu’ils lisaient ; Prescrire lisait pour eux, expliquait et souvent corrigeait la propagande que l’industrie diffusait. Il suffit d’évoquer le Médiator ou le Lipanthyl pour comprendre ce que je veux dire. Bref, les rédacteurs de Prescrire tiraient leur gloire (éphémère) de lire les rapports des études et de les transcrire en langage compréhensible pour un médecin généraliste de base, très occupé par ailleurs. Prescrire vivait de ses abonnés malgré leur faible nombre (médecins en général) relativement à la totalité des possibles bénéficiaires d’une information proclamée indépendante des industriels. Sauf que

Sauf que les prestigieuses revues ont fait faillite, elles sont sous perfusion du sérum pharmaco-industriel. BigPharma réalise là un coup (au sens d’une partie d’échec) magistral : il fait désormais passer son marketing promotionnel à peu de frais par les grandes revues anglo-saxonnes (supposées indépendantes). Ainsi il a pu licencier un fort pourcentage de son « petit » personnel en minijupe ou cravaté. Disons-le sans sourciller, les rapports d’études sur les produits de santé publiés dans les grandes revues anglo-saxonnes sont devenus aussi crédibles que l’information autrefois diffusée par les minijupes et les cravatés.

Sauf que la revue Prescrire n’a pas vu venir le coup et son utilité s’est réduite à néant puisque traduire et résumer les articles (sur les produits de santé, je précise) publiés dans les revues anglo-saxonnes ne fait plus rire personne sauf les pingouins sur la banquise, comme chantait Tino Rossi…

Voyons, par exemple, le dernier rapport de Prescrire sur les statines. Ce rapport explique que les bénéfices des statines en prévention primaire sont limités. Ils avaient aussi dit que les statines en prévention secondaire, ça ne se discute pas tellement c’est bien, comme disent les ministres.

Prescrire Avril 2018

 

 

 

 

 

 

 

Chacun peut admirer le « sans publicité, ni sponsor, ni actionnaire ». C’est sympa, on aime bien en principe.

Que veut dire prévention « primaire » par rapport à « secondaire » ?

On parle de la même maladie sauf que dans le « primaire », le patient risque son premier épisode tandis qu’en « secondaire », il risque un second voire un troisième.

Dit autrement, si un médicament peut empêcher (ou diminuer la probabilité de souffrir) d’un second, il est aussi capable d’empêcher un premier. Évidemment.

La distinction entre premier (ou primaire) et second (ou secondaire) n’est intéressante que pour l’investigateur (et l’industriel qui le rémunère) : pour démontrer l’efficacité d’un médicament vraiment utile pour empêcher un second, il lui faut recruter entre 500 et 1000 patients tandis que pour empêcher un premier (dans une population jusque là indemne), il lui faut recruter entre 5000 et 10,000 patients. On imagine le coût de la manœuvre…

Pour un médecin de terrain et ses patients « à risque », la différence entre le primaire et le secondaire est qu’il doit être beaucoup plus actif (et persuasif) avec ceux qui attendent leur second qu’avec ceux qui, toujours « innocents », n’ont pas encore expérimenté leur premier. Arrêter de fumer est efficace dans les deux cas mais il est encore plus essentiel d’aider à arrêter de fumer celui qui attend son second. Parce que son risque est plus élevé ! Il risque la même maladie mais la probabilité est plus forte s’il a déjà eu une alerte.

C’est facile à comprendre quand on a étudié comment le tabac provoque l’infarctus : il procède de la même manière pour un premier ou un second infarctus !

Je reviens aux statines : si elles sont efficaces en secondaire (comme l’arrêt du tabac), elles le sont aussi en primaire. Si elles ne sont pas efficaces en primaire, elles ne le sont pas non plus en secondaire.

C’est facile à comprendre quand on a étudié comment le cholestérol supposément provoque l’infarctus et comment les statines sont supposées en protéger : ça procède de la même physiopathologie éventuelle pour un premier ou un second infarctus ! Évidemment si le cholestérol est innocent, cette discussion est inutile et les articles de Prescrire aussi.

Ici survient inopinément la méthode scientifique chère à Karl Popper et à moi-même :

1) si des études bien conduites, indépendamment ou pas de l’industriel, n’ont pas pu montrer que diminuer le cholestérol avec une statine diminuait le risque de premier ou second infarctus, et si aucune explication technique ne permet de rejeter ces études, la théorie du cholestérol et les statines doivent être mises à la poubelle ;

2) si de études ont montré que les statines pouvaient diminuer le risque de premier ou second infarctus, mais que nous pouvons identifier des défauts majeurs dans la conduite de ces études (et qu’en plus sous prétexte de secret industriel, il nous est interdit de vérifier les incongruités qui crèvent les yeux dans ces études), nous devons sans état d’âme mettre ces études à la poubelle.

Je ne vais pas commenter les commentaires alambiqués des commentateurs de Prescrire. Pourquoi ? Pour deux raisons principales :

1) soit ils se réfèrent aux études et synthèses publiées dans les grande revues anglo-saxonnes (Lancet et autres), sans en faire la critique. Ils ne les critiquent pas parce qu’ils ne comprennent pas vraiment le processus de production mais surtout, ces études étant leur seule source d’information, ils scieraient la branche sur laquelle ils sont assis puisque c’est de leur lecture qu’ils tirent leur utilité de rédacteur, et leurs abonnés ;

2) soit ils ne se réfèrent pas aux études et dogmes officiels, mais n’étant pas eux-mêmes des investigateurs et des scientifiques (épidémiologistes, physiologistes, pharmacologistes…) compétents, leurs commentaires sont d’une exécrable naïveté. Le meilleur exemple de cette incapacité à dominer leur sujet (à propos des statines) est dans leur façon de rapporter les effets adverses des statines : on touche là au ridicule ! Ils auraient pu, au minimum, lire mon splendide ouvrage L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol. Ils auraient eu les explications et la bibliographie ; c’était trop demander…

Quel est l’avenir de Prescrire ?

Il ne reste plus à ses rédacteurs qu’à faire semblant de ne pas avoir compris que les articles qu’ils lisent dans les revues anglo-saxonnes sont de la vulgaire propagande quand il s’agit de produits de santé (80% au moins du contenu des revues). Mais peut-être n’ont-ils vraiment pas compris ?

Peu importe ! Faire semblant c’est faire du spectacle ! C’est très vilain !

Ils peuvent aussi faire les perroquets ! Mais un perroquet ne chantera jamais mieux qu’une cantatrice, qu’elle chante faux ou qu’elle soit chauve !

Dernière et terrible question : Prescrire est vraiment libre de tout lien d’intérêt ?

Quoique je n’ai pas une confiance totale dans le site ministériel de « transparence » [je crains plus les manques que les "abus"...], on m’a fait passer le document ci-dessous.

Ce serait bien que Prescrire s’explique ; ou au moins nous explique où est l’erreur. Faute de quoi, nous comprendrions pourquoi Prescrire est si indulgent avec les statines et autres médicaments anticholestérol. Il s’agit sans doute d’une erreur.

Si tel n’était pas le cas, Prescrire aurait bénéficié de subventions de Sanofi-Pasteur ; renvoyant toutes les futures analyses de Prescrire sur les vaccins au rang de « suspectes »…

Vaudrait mieux que Prescrire ne dise rien sur les vaccins !

Prescrire

 

 

 

 

 

73 réflexions au sujet de « Cholestérol, statines et l’inéluctable déchéance de la revue médicale « Prescrire » »

  1. President de la ligue antivaccinale

    Je me suis désabonné de Prescrire pour plusieurs raisons:
    -leur non contestation de l’efficacité des statines
    -l’absence de critique de la vaccination
    -leur consensus sur les traitements du SIDA, SIDA supposé être du au virus HIV

    -le manque d’interets pour la plupart des médicaments analysés : des centaines de biothérapies
    ….mumab,….zumab,….numab pour traiter les cancers et d’autres maladies

    L’interet reste l ‘exposé des effets secondaires des médicaments
    -

    Répondre
    1. aminevite

      Idem pour moi.Ils ne tiennent pas compte des remarques que j’ai pu leur faire sur leurs incohérences vis-a-vis des statines: ils notent que la majorité des études sont négatives et ils ne veulent retenir que celles qui sont positives!
      Impartiale la Revue Prescrire?
      MdL nous donne dans ce billet la réponse!

      Répondre
  2. Dupré Patrick

    Ce mec casse du sucre sur l’huile d’olive et le régime Méditerranée

    Salut et Bonne Pâques, un peu tardivement .
    Je vous post cette vidéo que je viens de visionner. Je ne parle pas l’Anglais, mais j’ai traduit quelques mots des réponses sous la vidéo. J’ai regardé d’autres vidéos sur les « médicaments plantes  » Incroyable, il y a une grande campagne anti plantes de réalisée avec des vidéos Youtube. J’ai mème un contact d’un de mes groupe Facebook qui m’explique que les plantes sont poison comme les médicaments chimiques.
    Bon enfin, cela ne m’empêche pas de boire un bon verre de vin rouge pour faire baisser ma tension.
    A vot bon cœur ! ! !
    Vraiment naze ces Américains.

    Répondre
    1. LE DIVENACH
      En réponse à : Dupré Patrick

      Sauriez-vous être plus précis dans votre critique ?
      J’ai retenu de l’exposé que l’huile d’Olive reste un gras avec tous les inconvénients que présente le gras et en conséquence ce médecin conseille une diète limitée en SOS c’est à dire de contrôler les apports en Sugar (sucre), Oil (huile) et Salt (sel). À ce stade, je ne suis pas choqué par ses propos.

      Répondre
      1. Géd
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Il me semble que Charles fait référence au commentaire du président de la ligue etc. et à la possibilité que votre blog subisse une perte de clientèle suite à l’allusion concernant le Sida qui ne serait pas dû au VIH (il serait quand même intéressant d’avoir votre avis personnel sur la question, non ?)

        Au passage je vous signale que la fin de votre billet est plutôt…sibylline… On a hâte de savoir de quelle sorte il s’agit !

        Répondre
          1. Géd
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            « rien à vendre ici ! »

            Si, vos livres, ce que je ne vous reproche d’ailleurs nullement étant donné que j’en ai acheté (et lu) deux en plus de celui d’Even et que j’attends la sortie de votre prochain sur les vaccins.

            Evidemment loin de moi l’idée que vous ne tenez ce blog que pour vendre vos livres, mais vous ne pouvez pas nier que vous faites régulièrement leur promotion (je vous cite : « lisez cholestérol etc. ça peut vous sauver la vie ») donc que vos lecteurs sont aussi vos clients puisque la majorité (la totalité ?) d’entre eux les achètent et les lisent.

            Je remarque enfin que vous avez complété votre billet, mais j’imagine que mon commentaire précédent n’y est pour rien ; par contre vous ne répondez pas sur la question du sida qui ne serait pas causé par le virus HIV selon le premier commentateur… Désolé de paraître pinailleur mais je considère cette question comme importante.

          2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Géd

            Ce blog a été initialement créé pour « compléter » les livres ; certains lecteurs ayant des questions après lecture…
            Donc, on parle des livres, mais surtout de leur contenu, sur ce blog !
            On ne vend rien : on fait cadeau de données et commentaires additionnels ; c’est gratis !

            Quand au HIV, j’ai dit que je ne dirai plus rien (et ne laisserai plus rien dire) sur ce sujet…

  3. reliquet

    C’est amusant ce que vous nous dites sur prévention primaire et secondaire, à quel point ces bobards hallucinants restent encore prégnants dans nombres d’intellects de médecins et de patients?

    Si demain je sais que mon adversaire va me décocher un énorme bourre-pif, que je décide d’élaborer une stratégie pour éviter celui-ci et qu’au final je me prend quand même une énorme baffe plein cadre au point que je vois passer Michel de Lorgeril à cheval sur Inoxydable avec Ricomart qui me récite un poème de Ibn Hazm accompagné de Minoque à la cithare, je vais bien me douter que ma prévention primaire n’a pas énormément fonctionné pour annihiler mon adversaire.

    Du coup quand je vais le voir revenir, avant d’assister au passage de MT assise sur la porte de garage de Phil qui m’expliquera que les tensions inconscientes peuvent détruire les moquettes de salon, moi j’aurais urgemment envie de changer type de prévention…

    Mais pas Martine Gilard. Pas Philippe Toussaint. Pas plus 99% de nos Confrères soyons clairs, puisqu’on m’y a obligé j’ai dû me défendre auprès de mon Conseil Départemental le 22 Avril 2018 (pour les historiens) autour de ce sujet. Et d’un autre aussi, ma fierté est aussi entière pour ces deux griefs.

    Vous savez pour l’appel des 123 « Lumières Médicales » du Figaro? L’idée que la médecine ne peut être bêlée que d’une seule voix d’autorité, cardiologique en plus? (*) Chaque jour qui passe nous fait comprendre à quel point ces gens sont très, mais très sûrs d’eux, donc abyssalement dangereux.

    Il est parfaitement autorisé d’avoir prescrit des statines et de s’en être ravisé un jour. C’est bien le contraire, horrifié d’avoir compris qu’on s’est trompé sur les statines mais néanmoins poursuivre ses prescriptions pour ne surtout pas avoir d’ennui, c’est bien cette attitude sans courage qui sera poursuivie demain. Plus qu’à s’assoir et attendre…

    (*) https://aimsib.org/2018/04/07/medecines-complementaires-une-declaration-de-guerre/

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : reliquet

      Bravo cowboy !
      Bravo l’AIMSIB !
      Quand l’Histoire de cette période calamiteuse s’écrira, vous serez là, parmi ceux qui auront sauvé l’Honneur de l’Humanité pensante…
      Merci !

      Répondre
      1. Inoxydable
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        @ Reliquet : Euh… le 22 avril 2018 ? Vous voyagez dans le temps ou alors ils s’agit du 22 mars 2018. Bon pour le début de votre commentaire, je pense que c’est votre « cousin » qui l’a écrit dans une envolée lirycocomique de sont habitude. je me représentais ça comme un dessin à la « Dubout »…

        Répondre
  4. yeam

    A propos des effets adverses des statines: dans votre livre, je n’ai pas trouvé notion de pathologie pulmonaire notamment de syndrôme interstitiel diffus bilatéral (scanner) avec toux chronique et dyspnée.

    Est-ce que depuis la parution de votre livre ,il y aurait de nouvelles données sur les effets adverses des statines?

    Merci une fois de plus pour votre aide.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : yeam

      La tendance est plutôt inverse pour le moment : effet bénéfique des statines. Ça ne veut pas dire que c’est vrai mais l’impression actuelle c’est que personne ne dispose de données solides pour accuser les statines. Peut-être avez-vous repéré autre chose ?

      Répondre
  5. Huguette Viala

    Bonjour
    Refusant les statines le cardiologue m’a recommandé l »Ezetrol..
    Comme cela fait dix ans que je suis supposée prendre des statines régulièrement (en secondaire!!) et que je n’ai jamais entendu parler de ce médicament..je me demande qu’est ce médicament …une crypto statine ?
    Merci!

    Répondre
      1. souris7
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        J’ai rencontré un ancien élève de mon père quand il faisait du modélisme. Je lui ai raconté ses misères et ce que je pensais des statines. Il m’a confié alors qu’il prenait de l’Inégy. Il n’a pas de cholestérol, mais des problèmes cardiaques. Son cardiologue pense qu’il prend trop de médicaments, mais ne veut pas s’opposer à son médecin traitant.
        Je connais bien l’Inégy que ma mère a pris durant plusieurs années car elle ne voulait pas prendre sa pravastatine.
        C’est une combinaison de 2 poisons: ézétimibe + simvastatine à 50 euros la boîte de 30 comprimés .
        J’ai conseillé à ce monsieur d’écouter son cardiologue bien sûr. Il a beaucoup de douleurs musculaires. J’ai réalisé ensuite, que ce médicament n’avait même pas l’AMM pour ce type de pathologie.
        Je m’en veux de ne pas avoir percuté tout de suite.
        Avec un peu de chance, il viendra sur votre blog …

        Répondre
  6. Charles

    La science est ce qui nous permet de nous extraire de notre crédulité naturelle.

    En croyant à l’hystérie cholesterique, nous sommes victimes de notre crédibilité, de notre trop grande confiance… Une fois la démonstration, faite brillamment, de ce que c’est de la mauvaise science, on peut s’interroger si d’autres ‘sciences’ ne sont pas elles aussi ‘trompeuses’.

    Dans la foulée du CHO, pour lequel MdL est un expert reconnu, le même auteur, mais pas le même expert, explore le sujets des vaccins. On jugera à la lecture du livre tant attendu.

    Le souhait d’une science plus indépendante, plus bienveillante et plus ‘scientifique’ est légitime: j’y souscrit.

    Le risque est de voir s’y agréger des négationnistes de tout poil. Si l’on veut pouvoir discuter du bon fondement de telle ou telle science, il faut disposer d’un espace protégé (safe space)

    On ne peut se protéger de l’entrisme stipendié des Labos, sans, en même temps se protéger de l’entrisme des négationnistes professionnels. Au risque de se discréditer complétement.

    On voit apparaitre, au fil de la discussion (voir plus haut), une petite musiquette qui voudrait accréditer que le VIH n’est pas cause du SIDA (voire même que celui-ci n’existe pas) : on se demande ce que cela fait ici.

    Ces gens (ou cette hystérie à contrario) sont discrédités. Toute la science n’est pas mauvaise science (même s’il y a des gens pour entrer dans ce délire)

    Et le discrédit s’étend à tout ‘safe space’ qui ne saurait s’en prémunir

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Charles

      La notion de « négationniste » est perverse ; un peu comme celle de « complotiste » et d’ »humoriste »…
      Personnellement, j’aime bien les ceux qui sortent des « sentiers battus et rebattus » ; même si ça me déchire parfois un peu.
      Le Président a une idée fixe sur le virus HIV ; c’est son droit ; vive la Liberté !
      Le Président a souvent un sens critique très pointu que j’apprécie beaucoup et que j’approuve. Et si il avait aussi raison avec le HIV ?
      Qui eût pensé que Prescrire avait des liens d’intérêt dissimulés ?
      Qui eût pensé que le Formindep, champion du juridique pur, l’ignorait ?

      Répondre
      1. Charles
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Voilà ce à quoi la science devrait nous éclairer: éviter d’accorder notre confiance tous azimuts, à tel ou tel expert (ou esprit futé), au titre de ce qu’il aura pu, par endroit, être pertinent.

        C’est l’erreur qu’on commet en gobant des inepties défendues, y compris par des Prix Nobel, au titre de ce qu’ils ont eu une expertise, reconnu, dans un domaine autre.

        La liberté d’expression doit être défendue. Là ou elle devient abusive, en véhiculant des idées fausses, des mythes, des traditions indéfendables, il convient d’en faire usage pour contrer l’abus.

        On peut tout dire… Dois-t-on, pour autant accepter toutes les menteries ???

        Au café du commerce, toutes les opinions ce valent… Alors allons au café du coin… La science c’est aussi cela: trier le bon grain de l’ivraie, et accepter de mettre l’ivraie à la poubelle. Dès lors qu’on a le souhait de remettre la science au centre du jeu, toutes les idées ne se valent plus.

        Il y en a des fausses, il y en a des vraies.

        Et s’il avait raison à propos du VIH ?

        Bonne question… Et s’il avait tord ?

        On s’alarme ici de quelques mois d’espérance de vie aux USA… Vous avez vu la courbe de l’espérance de vie en Afrique (sud)?
        on la trouve ici:
        https://en.wikipedia.org/wiki/File:Life_expectancy_in_select_Southern_African_countries_1960-2012.svg

        Et s’il avait tord ? Combien de morts ?

        Tout ne se vaut pas… Et vous en aviez, d’ailleurs, fait la brillante démonstration

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : Charles

          Il y a la science et ses théories ; et puis il y a la médecine pratique de tous les jours…
          Quand vous avez compris ça, vous avez compris pourquoi il y a l’AIMSIB…
          Les scientifiques de l’AIMSIB discutent et délirent si ça leur fait plaisir ; moi j’aime…
          Les médecins ont autre chose à faire que de délirer, ici et en Afrique du Sud : il faut les faire se rencontrer…
          Solution ?
          L’AIMSIB. Adhérez plutôt que de juger !

          Répondre
          1. Charles
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Je suis membre depuis sa création… merci pour lui…

            Justement, je pense qu.il convient de permettre a la Science de revenir au centre du jeu

            Quitte a definir ce qui est science et ce qui est (triste) spectacle…

            Vous aviez été le porte lance du combat contre la pseudo science…

            Quand j’ai utilisé le terme de negationisme, c’était bien approprié. 40 million de morts ne le justifient ils pas?

            Il n’y pas la KGB de la pensée, mais le soucis sanitaire de ne pas laisser son chemin se poluer de crottes de chien

          2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Charles

            Stop : « pseudo science » est un slogan d’ailleurs, un terme que je n’utiliserais pas, sous aucun prétexte ; il traduit une arrogance scientiste qui donne la nausée ; l’AIMSIB c’est autre chose : bienveillance et humilité ! Faute d’humilité, il n’y a pas de science !

        2. F.Rocher
          En réponse à : Charles

          Le président a forcement tort , parce qu’ il doute jamais de ses propos , et nous les assènent comme si c’ étaient des verités absolues ; même si ce qu’ il dit était juste par hasard , sa demarche est pas du tout digne de confiance .

          Répondre
          1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : F.Rocher

            Merci de laisser le Président face à ses doutes…
            Chacun a sa façon de s’exprimer, plus ou moins éloquentes et/ou affirmative : moi j’aime bien le Président !

      2. President de la ligue antivaccinale
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Merci ,cher ami,
        Il semble que certains ,ici ,soient adeptes de le « police de la pensée »

        Je le répète; un virus qui n’a jamais été isolé en 45 ans ,peut il exister?
        Merci de me donner une réponse scientifique!

        Répondre
          1. Diététicienne

            A propos de virus dont on se demande s’il existe réellement, n’y a-t-il pas eu le cas également de celui de la rougeole ?
            https://reseauinternational.net/la-cour-supreme-federale-allemande-le-virus-de-la-rougeole-nexiste-pas/
            (ce n’est pas l’existence de la maladie rougeole qui est mise en doute, mais le fait qu’elle soit due à un virus)

            Quelqu’un a-t-il plus de précision sur la démonstration de l’existence du virus de la rougeole ?

          2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
            En réponse à : Diététicienne

            Je pense que ce genre de débat doit être réservé aux vrais experts. Pas sûr que ce soit un concours de « vanités » comme disait Bonaparte…
            Celui de la rougeole a été photographié apparemment ; au moins, on a photographié un truc qui ressemble à un virus ; mais est-on sûr que le truc photographié soit la cause de la maladie ?

        1. Inoxydable

          à Ptrésident de la ligue antivaccinale : J’ai déjà placé ce post :
          « @ Président etc… .Un article récent de très haut niveau et hors de ma compréhension totale, sur de l’imagerie par cryo-microscopie électronique du virus (ok pas isolé de patient évidemment).:
          STRUCTURAL BIOLOGY The structure and flexibilityof conical HIV-1 capsids determined within intact virions
          http://science.sciencemag.org/content/354/6318/1434
          Essayez de la trouver sur » RESEARCH REPORTS Structural biologie » . Ya de belle photos, c’est en PDF, article DE 2016; »
          Vous dites que le VIH n’existe pas et qu’il n’a jamais été isolé ni qu’il n’y a pas de photo ?
          Vérifiez donc l’ »article et les photos qui m’ont été fourni de source scientifique sûre et voyez qui sont ses auteurs, c’est facile sur Linkedlin ou autre…
          Vous m’aviez filé un doute, mais je me suis fait moucher…

          Répondre
          1. President de la ligue antivaccinale
            En réponse à : Inoxydable

            En science, une découverte ,pour être validée, doit être reproductible et réfutable

            La réfutabilité (également désignée à ses débuts par le recours à l’anglicisme falsifiabilité) est un concept important de l’épistémologie. Une affirmation est dite réfutable s’il est possible de consigner une observation ou de mener une expérience qui, si elle était positive, entrerait en contradiction avec cette affirmation. Karl Popper a popularisé le concept.

            Tirez en les conclusions!

        2. David

          Bonjour,
          Je tombe par hasard sur ce fil de discussion et, bien qu’il y ait toujours un danger à « mélanger » les sujets (certaines réactions épidermiques semblent malheureusement le démontrer ;o), je tenais à vous témoigner mon soutien, si ce n’est sur le fond (je n’ai, à ce stade de mes recherches, pas encore de certitude sur le sujet), du moins sur la forme (ne pas hésiter à remettre en cause « certaines » théories établies, ce qui est d’ailleurs à l’origine de notre présence à tous sur ce blog, non ?).
          Tout d’abord, merci à MDL pour sa position mesurée et respectueuse, qui témoigne une fois de plus des qualités qui font que nous lui faisons confiance.
          Et pour ceux avec ouverture d’esprit grand angle (c.a.d. 99,9 % des personnes qui naviguent sur ce blog ;o), cette vidéo – parmi d’autres – du Professeur De Harven, qui m’a éveillé sur cette question :
          https://www.youtube.com/watch?v=_2YmlcWiL28

          Faut-il être un cerveau malade pour identifier de possibles parallèles entre les histoires de « infarctus/cholestérol/statine » et de « sida/vih/azt ». Pourquoi, sur le principe (avant que d’avoir analysé les données scientifiques provenant des 2 camps), être disposé à accepter l’une et être vent debout contre l’autre ?
          Et, de grâce, que « certains » m’épargnent d’éventuelle remarque désobligeante ou insulte (négationniste en fait partie) sur l’origine de la vidéo, qui existe sur d’autres médias.
          Sincères respects.
          David

          Répondre
          1. President de la ligue antivaccinale
            En réponse à : David

            Vous pouvez lire ceci ,aussi :
            Le Top 100 des incohérences scientifiques sur le SIDA

            par John Kirkham
            16 Janvier 2003.

            Toutes les incohérences ci-dessous peuvent être vérifiées par une recherche indépendante.
            La persistence du dogme VIH=SIDA=Mort est vraiment incroyable
            face à tant de faits scientifiques.

            file:///J:/SIDA/Le%20top%20100%20des%20incohérences%20scientifiques%20sur%20le%20SIDA.html

          2. Akira
            En réponse à : David

            Un cerveau malade. Tiens, tiens …
            On commence à reconnaitre la provenance de certains participants !

  7. Minoque

    Y’a plus qu’a s’asseoir et attendre l’échéance de la déchéance !
    Bravo Amiral pour Prescrire, Vincent pour ses choix assumés et bienveillants, l’Aimsib qui fourmille d’articles si prégnants, Séverine que j’ai lu avec délectation aussi sur Médisite …
    Merci de nous apporter vos lumières qui font que celles et ceux qui vous lisent demeurent en éveil et ce n’est pas si facile de nos jours !
    Belle soirée à tous

    Répondre
  8. Jean-Marc REHBY

    Salut tertousse
    D’abord l’amiral merci pour Prescrire je me sentais un peu seul et très fiérot car j’avais arrêté mon abonnement il y a 10 ans environ. Et pourtant en tant que secrétaire de la FMC régionale 59/62 j’avais été relecteur des premiers numéros 00, 0 puis 1 qui sont surement des collectors comme on dit maintenant . C’était déjà pour leur position sur le vaccin anti-grippe  » la seule prévention!! » d’après eux. et aussi sur les fibrates et le vaccin contre l’hépatite B bref je n’encaissais plus; ajoutez à ça la désactivation annuelle du CD payé fort cher donc la perte des données inadmissible.
    Les débuts étaient loin et la conviction des pionniers encore plus loin loin.
    Pierre Ageorges le concepteur si on peut dire dire de prescrire, disait que nous médecins développions des trésors d’imagination et d’intelligence pour faire un diagnostic mais que la rédaction de l’ordonnance était de l’ordre de l’automatisme médullaire, vous savez la grenouille décérébrée qui bouge encore la patte quand on la chatouille.

    Alors maintenant sur le VIH et le SIDA je me retiens depuis quelque temps mais c’est triste de lire de pareilles inepties!
    Le virus du SIDA a bien été isolé photographié analysé et ses mutations suivies à la trace parce qu’il mute ce sagoin! Cela a valu un prix Nobel à Françoise Barre-Senoussi, la découvreuse et à Montagnier et Gallo pour ne pas faire de peine aux amerlos.
    C’est un rétro virus comme il en existe tant partout y compris dans notre intestin, il y a en a des gentils non pathogènes et quelques méchants..Quant au SIDA « môsieur » le président, évidement qu »il n’existe pas il n’existe tellement pas que les malades meurent le plus souvent d’infection opportunistes avec des germes qui n’avaient jamais créé la moindre pathologie et des abcès cérébraux à toxoplasme, des tuberculoses foudroyantes et autres joyeusetés dont le Kaposi.
    Et par le plus grand des hasards ces patients atteints d’une maladie qui n’existe pas ont un système immunitaire effondré des lymphocytes aux ras des pâquerettes et tutti quanti. Mais ça n’existe pas.
    Enfin Big pharma s’est précipité sur ce virus inexistant et a pu en un temps record mettre au point des anti rétro viraux qui ont changé le cours de cette maladie ( facile me direz vous puisqu’elle n’existe pas.).
    Tous les laboratoires d’analyse font un sero diagnostic donc séro-positif ou pas et dosent par PCR la charge virale et une fois le traitement en cours après quelques mois la charge virale est indétectable donc nulle et les patients sont en rémission et leur espérance de vie rejoint celle d’un sujet indemne de SIDA.
    Etant un des membres fondateurs de l’AIMSIB je me dois de rester bienveillant et je ne dirais aucun qualificatif spécial.
    Mais cher président occupez vous des vaccins il y a assez à faire avec ça et ne parlez plus du SIDA ou renseignez vous d’abord car ce que vous dites est du même tonneau que ceux qui disent que les américains ne sont pas allés sur la lune!!
    ET puis la bienveillance pourrait n’avoir qu’un tempos.
    Bon vent matelot!!

    Répondre
    1. President de la ligue antivaccinale
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      J’ai ecrit un article détaillé cohérent sur le SIDA ,son histoire et ses implications thérapeutiques ,provenant de données scientifiques
      Vos allégations ,vagues et imprécises ne sont en rien scientifiques
      On voit que vous n’avez jamais étudié la question ,contrairement à moi

      Répondre
      1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

        Attention aux Egos ; dire qu’on a travaillé une question n’induit pas automatiquement qu’on ait raison à 100 %
        Les scientifiques préfèrent les questions que les affirmations.
        Je propose de stopper toute discussion sur le HIV ; on a tout dit ou à peu près ; ça risque de tourner en rond …

        Répondre
      2. Jean-Marc REHBY

        Un dernier mot je n’y connais rien et je n’ai fait aucune recherche évidemment mais je soigne des malades du SIDA MOI!!
        Pardon Amiral je ne dirais plus un mot sur le sujet je risque d’être très désagréable
        Tonton Georges avait fait une chanson là dessus !

        Répondre
    2. Inoxydable
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      @ Jean-Marc Rehby : Merci docteur. Ce commentaire est en adéquation avec ce que m’a dit mon fils chercheur qui m’a fourni le commentaire et le lien plus haut. Ca fait deux fois que je met le lien en commentaire…et toujours pas de réaction à croire que lorsqu’on ne veut pas voir, on ne voit rien.
      Alors bon, me fais une raison.

      Répondre
Commentaires : page 1 sur 3123»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.