Dernières nouvelles des « fondus » anticholestérol et des médicaments qui vont avec…

 

Ça s’agite beaucoup ces temps-ci autour du cholestérol ; et pas seulement chez SANOFI à propos des anticorps monoclonaux anticholestérol [juste avant un prochain vaccin anticholestérol... à moins que la Direction (dans tous les sens du terme !) change assez rapidement...] .

Un exemple ci-dessous au mois d’Août 2017.

Ce serait drôle si ça n’était tragique. Pour cet auteur de renom (pour lequel je n’ai pas beaucoup d’estime… je retiens mes mots !) le cholestérol doit être traité !

Un peu comme la diphtérie ou la polio.

En d’autres termes, le cholestérol est une maladie !

Heureusement que cet animal ne couve pas dans le nid des vaccinalistes maximalistes, il voudrait sans doute lui-aussi  « éradiquer »… le cholestérol…

Mais mon message d’aujourd’hui est ailleurs ; il s’agit de la confiance/défiance des médecins américains vis-à-vis de ce qu’on leur raconte à propos de l’utilité/toxicité des statines.

Voyez ci-dessous ce curieux sondage sur un des sites les plus fréquentés par les médecins US.

Traduction du titre : « Y a-t-il une troisième voie ? »

Dit autrement : y a-t-il un terrain d’entente possible entre les « statines à tout prix » et les « pas de statine du tout » ?

C’est intéressant dans le contexte d’un marketing effréné (médias professionnels impliqués à 100% sans nuance) des premiers alors que les seconds peinent à se faire entendre…

Heureusement, Madame la Ministre, que des réseaux sociaux obscurantistes (évidemment) font le boulot que les médias conventionnels n’osent faire ; un peu (beaucoup) comme avec la question vaccinale…

Traduction de la question  du sondage : « Est-ce que le débat sur le ratio bénéfice/risque des statines a dégénéré ? »

Ce n’est pas comme ça qu’il fallait poser la question évidemment ; il eût fallu demander : « êtes-vous clair à propos de l’usage des statines ? » ou quelque chose comme ça.

La réponse (sous-jacente) des médecins US est assez évidente : ils ne comprennent plus rien !

Certes, maintenant que le nouveau marché des anticorps monoclonaux est ouvert, on peut abandonner le défense des statines à de plus lugubres idiots « utiles »…

Medpage (le propriétaire du site) c’est un peu ça : tout en prudence pour ne pas fâcher les sponsors…

Ils ont tort de négliger la question des statines, à mon avis, car ce faisant c’est toute la théorie du cholestérol-maladie qui s’effondre. Bon ! Laissons faire la Nature !

Je suis désolé pour ceux qui n’auront pas bien entendu le message que j’assène depuis plus de 12 ans : ils continuent à s’empoisonner en pure perte.

Que nous dit vraiment ce sondage ?

1) que les médecins américains sont perplexes et que, malgré la disproportion des moyens mis en œuvre pour les faire taire, le travail des petites souris résistantes aux statines fait son chemin…

2) qu’il semble difficile d’arriver à un consensus ;

3) que plus de la moitié des médecins américains estiment que la plus grande confusion règne à propos de statines sans espoir de clarification ; quand le doute s’installe, le business est mal…

Vous avez des doutes quant à ma 1ère interprétation ?

Voyez une autre étude (publiée dans le journal officielle de la Société Américaine de Cardiologie) évaluant les prescriptions de statines après un AVC aux USA : ci-dessous.

Je rappelle que les sociétés savantes (oups !) et les autorités (oups !) sanitaires préconisent les statines après un AVC sans restriction aux USA comme en France.

Que dit cette étude ?

Que moins d’un patient américain sur deux se voient prescrire une statine après un AVC.

Interprétation : fiasco quasi total des recommandations officielles. Bien peu écoutent ce que les officiels racontent. On peut penser que beaucoup de ceux qui prescrivent quand même le font par crainte de n’être pas « conformes » [il y a "con" dans "conforme"] ou simplement par habitude…

Les réseaux sociaux obscurantistes sont en train d’avoir raison des conformismes [il y a "con" dans "conformisme"]… Aura fallu près de 15 ans, mais quand même !

Je suis désolé pour ceux qui n’auront pas bien entendu le message que j’assène depuis plus de 12 ans : ils continuent à s’empoisonner en pure perte.

Vraiment désolé ! Ce n’est pas faute d’avoir fait mon maximum ; mais je me sens moins seul : 50% des médecins américains [probablement les médecins-techniciens les mieux formés au monde] se morfondent dans le doute désormais ; et ça s’aggrave de jour en jour.

 

 

 

 

 

159 réflexions au sujet de « Dernières nouvelles des « fondus » anticholestérol et des médicaments qui vont avec… »

  1. j rioux

    Que pensez vous de cette étude? Il semble que vos mises en gardes et recommandations sont de plus en plus contestées
    Nouvelle étude
    Un anti-cholestérol a réduit la mortalité de 28% chez les hommes
    Agence France-Presse | Publié le 6 septembre 2017 à 21:36 – Mis à jour le 6 septembre 2017 à 21:39
    FOTOLIA
    Un anti-cholestérol a permis de réduire de 28% le risque de mortalité chez des hommes sans maladie cardio-vasculaire apparente, mais avec un taux élevé de ce «mauvais» lipide, selon les résultats publiés mercredi de la plus longue étude de ce type jamais effectuée.

    L’étude est basée sur des données recueillies pendant vingt ans, provenant d’un essai clinique effectué sur 5529 hommes. Il avait pour but de mesurer les effets des statines, des anti-cholestérol, comparativement à un placebo. Quelque 2560 d’entre eux avaient au début de l’étude un taux de cholestérol LDL supérieur à 190 milligrammes/décilitre de sang, mais sans signe apparent de pathologie coronarienne. Un taux normal de LDL doit être inférieur à 100 mg/dl.

    Les chercheurs ont déterminé que les hommes ayant pris une statine –40 mg par jour de pravastatine (Pravachol)– ont abaissé de 27% le risque de maladie cardio-vasculaire et de 28% celui de décéder de cette pathologie comparativement à ceux traités avec un placebo. Le risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral a également été réduit de 25%.

    Enfin, le risque de décéder de toutes causes pendant cette période de vingt ans était 18% moins élevé chez les sujets qui ont pris une statine.

    «Pour la première fois, nous avons montré que les statines réduisent le risque de mortalité dans ce groupe de la population qui paraissait généralement en bonne santé à l’exception de taux très élevés de LDL», a souligné le professeur Kausik Ray de l’Imperial College School of Public Health à Londres, l’un des principaux auteurs de cette étude parue dans la revue américaine Circulation.

    «Ces résultats justifient les recommandations actuelles de traiter ce groupe avec des statines», a-t-il ajouté.

    Selon le professeur Ray, «il s’agit des indications les plus solides à ce jour que les statines réduisent l’incidence des maladies cardio-vasculaires et la mortalité en résultant chez les hommes avec un taux élevé de mauvais cholestérol».

    Les participants à l’étude étaient âgés de 45 à 64 ans. Pendant les cinq années initiales de l’essai clinique, ils ont pris de la pravastatine ou un placebo.

    Les quinze années restantes, ils ont été suivis par leurs médecins traitants.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : j rioux

      J’ai déjà commenté ces idioties mais vu que vous êtes québecois… je recommence

      Cette étude publiée dans le revue officielle de la Société Américaine de Cardiologie (AHA), cosignée par de « prestigieux » auteurs et que personne dans la Nomenklatura Universitaire ici et ailleurs ne conteste est un magnifique témoignage… de ce que nous savions déjà : ils ne comprennent rien aux sciences médicales, en particulier à l’essai clinique, pierre angulaire des science médicales car seul moyen de démontrer des causalités.

      Ci-dessous la réponse que j’ai faite récemment, désolé une partie est en anglais ; mais si vous voulez un peu plus et en français procurez-vous mes livres…

      « Such a study is just stupid and non scientific.
      As you know, when you decide to test a medical drug, you must organise a randomised trial (RCT).
      Any RCT is based on a primary hypothesis. What is it?
      It is the calculation of the sample size and duration of follow-up needed to test a given reduction of the risk of a well defined endpoint.
      The primary hypothesis is like a horse race protocole. Before starting, the jockeys must know the starting and the finish lines in the hippodrome and the number of laps to go.
      Once the finish line has been crossed by the winner, the race is over, the horses should go and rest… And the public go to the the counter to get the winnings of their bet…
      Imagine that some jockeys decide to keep on running… until the next day or week.
      Why not ? Would you take them seriously?
      The only diffrence between the horse race and a RCT is that in principle there are several horses whereas in a RCT there are two groups only, one being the placebo.
      Please put Woscop in the trash…
      Except if you need some (non scientific) data for your students’ thesis… oops!
      This is the today medical science!
      Best Michel
      «

      Répondre
  2. Francoise D.

    … Je suis régulièrement désabonnée de cet article et des commentaires bien utiles qui y sont attachés… et impossible de me ré-abonner sans commenter… (du coup, .. désolée commentaire vide)…. c’est à cause des robots russes invisibles, j’imagine ?…

    Répondre
  3. Hassan benzzine

    Bonjour,
    Je me permets en toute prudence apporter mon témoignage et mon constat sur les statines.
    J’ai 50 ans et j’ai eu un infarctus du myocarde à 37 ans. Depuis je consomme des médicaments anti-cholestérol d’une manière permanente alors que je n’ai jamais eu de problème lié à un taux de cholestérol haut ou bas ? Mon infarctus m’a été expliqué à l’époque par la présence d’autres facteurs de risque comme le tabagisme, sédentarité et stress, ce qui était bien vrai !
    Depuis mon infarctus, j’ai une bonne hygiène de vie, sans tabac avec un régime méditerranéen.
    Je constate aujourd’hui les effets secondaires suivant :
    - j’ai des troubles de vue alors qu’il y a quelques années m’a vision était de 10/10,
    - j’ai des troubles de mémoire et de concentration,
    - J’ai des douleurs musculaires, d’articulation et de tendinite que les radios n’ont pas pu identifier ? Mes muscles et articulations sont devenus sensibles à l’effort,
    - …
    Je commence très sérieusement à me poser des questions sur ses constats qui deviennent handicapants dans l’exercice de ma fonction et mes responsabilités dans mon travail ( cadre en assurances depuis plus de 20 ans entre Toulouse et Strasbourg). Mon cardiologue, certainement de bonne foi, persiste à ce que je continue l’Ator 10 mg/j malgré mes alertes.
    Je suis perdu entre vos publications qui semblent sérieuses et les prescriptions de mon cardiologue…
    Je vous remercie de votre éclairage et de votre retour.
    Très cordialement,

    Répondre
  4. SAINT-AMAND

    Bonjour Michel
    Convaincu de l’absence de bénéfice des statines, je ne cesse d’expliquer à mes patients la nécessité d’observer les 4 points essentiels d’une bonne santé que vous décrivez dans votre dernier ouvrage :
    -Manger de type méditerranéen
    -Se détoxiquer
    -Avoir une activité physique régulière
    -Apprendre à moduler ses émotions
    Ce matin en parcourant mes mails je reçois un article sur cette étude singapourienne qui révélerait je cite que  » l’interruption des statines entre trois et six mois après un accident vasculaire cérébral ischémique de référence a été associée à un risque accru d’accident vasculaire cérébral récurrent (42 %) et de mortalité toutes causes confondues (37 %) dans la période comprise entre 6 et 18 mois après la sortie de l’hôpital. Aucun risque supplémentaire d’accident vasculaire cérébral ou de mortalité toutes causes confondues n’a été constaté pour les patients ayant continué à prendre des statines à dose réduite.
    Lee, M.; Saver, J.L; Wu, Y. et al. Utilization of Statins Beyond the Initial Period After Stroke and 1-Year Risk of Recurrent Stroke. J Am Heart Assoc. 2017;6:e005658. DOI: 10.1161/ JAHA.117.005658.
    Que pensez de ce papier, j’avoue ne pas être assez capé pour y voir un loup.
    Merci infiniment pour votre réponse
    Michel S

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : SAINT-AMAND

      Je me procure l’article et je vous en dis quelques mots…
      Cela dit, la technique utilisée [rétrospectif, données de compagnies d'assurance...] ne permet certainement pas de formuler leur conclusion ; à moins de bien analyser les mots : « … a été associée à… »
      Comme vous le savez, n’importe quelle « association statistique » peut être trouvée à propos de n’importe quoi ; mais ici il y a peut-être quelque chose à creuser…

      Répondre
      1. Michel S
        En réponse à : akira

        Se détoxiquer ça veut simplement dire d’éviter les substances toxiques : le tabac d’abord puis la pollution atmosphérique avec les cheminées industrielles, le diesel, le monoxyde de carbone commun à la cigarette d’ailleurs. Enfin, les autres nanoparticules retrouvées dans l’alimentation et certains médicaments. Pour certains polluants, c’est assez facile, pour d’autres, ça nécessite de changer de vie!

        Répondre
        1. Inoxydable
          En réponse à : Michel S

          On oublie de respirer alors ! J’ai essayé … J’ai failli en mourir.
          Pour solutionner, on nous fera bien une petite taxe sur le diesel, commençant pas les Pois-Lourd ? Ca allègera l’air et remplira les caisses de l’ état. Haro sur le baudet…

          Répondre
        2. aubepine
          En réponse à : Michel S

          Pardon Michel S.
          Vous indiquez comment faire (ou tenter!) pour ne pas s’intoxiquer … programme parfait!
          Mais ne serait-il pas utile, au préalable, de passer par la chélation pour justement se désintoxiquer ?

          Répondre
  5. David

    Bonjour Dr Lorgeril,

    Je lis actuellement le livre du Dr Perlmutter « Ces glucides qui menacent votre cerveau ». Je suis complètement convaincu par ses explications sur le fait que le cholestérol est bon pour la santé, alors qu’il y a trois jours de cela j’étais convaincu du contraire. J’ai découvert ce livre par hasard et en faisant des recherches sur internet, je suis tombé sur votre blog. Je viens de commander votre livre « L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol ».
    Je suis très en colère et je vous explique pourquoi en essayant de faire court. En 2005 (j’avais 30 ans), j’ai fait un infarctus avec pose de 3 stents dans les 3 coronaires principales. En 2006, j’ai fait une thrombose de stent avec pose d’un 4ème stent. 9 ans plus tard en 2015, la plus petite des coronaires (je ne me rappelle plus son nom) se bouche et est désoccluse via un ballon actif.
    Je prends des anticholestérol depuis 2001 à la suite de la découverte d’un taux de cholestérol élevé (plus de 5g/l). Mon médecin de l’époque m’avait prescrit du tahor 40, sans aller plus loin. Ce n’est qu’en 2005, à la suite de mon infarctus, on m’a diagnostiqué une hypercholestérolémie familiale de type hétérozygote.
    Là je suis en train de découvrir que, non seulement on détruit mon cholestérol, faisant encourir des risques pour mon cerveau, mais qu’en plus les statines sont des poisons à cause desquels j’ai deux fois plus de risque d’avoir un cancer de la prostate. (par ailleurs je prends kardégic 75 mg et acébutolol 2×200 mg)
    J’en ai touché deux mots à la volée à mon cardiologue qui est passé à la librairie (je suis libraire) pour un livre pour son fils. Il m’a dit qu’il était au courant de toutes ces discussions, que ça le mettait mal à l’aise, mais qu’il suivait néanmoins les recommandations habituelles des hautes autorités en la matière. Nous discuterons de cela lors de ma prochaine consultation avec lui dans pas longtemps. J’en parlerai également à mon généraliste.
    Tout ce que je peux dire, c’est que je veux arrêter les statines, d’autant plus que je ne fume pas, je pratique une activité physique régulière et que je fais attention à ce que je mange. Tout ce que je voudrais savoir, c’est si dans mon cas, j’ai raison de vouloir arrêter mon traitement anticholestérol.

    Merci par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à ce message.

    Répondre
    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : David

      Je ne donne pas de consultation par INTERNET.
      Évidemment !

      Cela dit, vous avez une longue histoire clinique avec répétition des accidents malgré le traitement anticholestérol.

      Deux conclusions évidentes :
      1) les médicaments anticholestérol ne vous protègent pas !
      2) vous ne faites pas ce qu’il faut pour vous protéger… « faire attention à ce que je mange » est évidemment insuffisant ; si vous aviez lu « Prévenir l’infarctus et l’AVC« , vous le sauriez déjà.

      Vous avez besoin d’autre chose que le « mal-être » de votre gentil docteur…
      Vite, ça pourrait vous sauver la vie !

      Ceci n’était pas une consultation.

      Répondre
      1. David
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        Merci!

        Je vais donc également commander votre livre « Prévenir l’infarctus et l’AVC » (c’est moins cher que les statines et en plus c’est bon pour le cerveau et aussi pour les comptes de la sécu!). Et je vais arrêter ces poisons (dire également à ma mère de les arrêter, d’autant plus qu’à 64 ans, elle n’a aucun problème cardiovasculaire), et suivre les conseils dispensés dans votre livre.

        Du coup ai-je besoin d’en parler à mon « gentil médecin » avant de les arrêter?

        Encore merci!

        Répondre
          1. David
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            C’est surtout que pour trouver quelqu’un comme vous dans une petite ville, ce n’est pas évident. Et il faut bien que j’aie un suivi malgré tout… J’ai hâte d’avoir votre livre entre les mains!

          2. aminevite
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            J’ajouterai pour poursuivre dans le même sens que le « gentil » médecin ne doit jamais se disputer avec les autorités de santé.
            C’est l’expérience de Milgram que l’on vérifie tous les jours !..

      2. AMINEVITE
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        La société du spectacle:
        dans la famille des clowns vous avez demandé…Le Quotidien du médecin où l’on voit illustrant un article sur l’étude FOURIER (evolocumab) la photo d’un mort ,dessiné à la craie à même le sol,écrasé …par un œuf!

        Vous n’aviez pas osé l’imaginer,Le Quotidien du médecin l’a fait!

        Répondre
        1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
          En réponse à : AMINEVITE

          Ceux-là, « grassement » subventionnés (vous notez le « gras » de grassement), font leur boulot de propagandistes ; ce n’est même plus de la publicité…
          Et la police ? Où est-elle quand on en a besoin ?

          Répondre
          1. David
            En réponse à : Michel de Lorgeril

            Bon en tout cas je suis en train de lire votre livre L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol. C’est très intéressant et cela me met encore plus en colère. Imaginez-vous, cela fait 16 ans! que je prends ces poisons. J’ai arrêté depuis 5 jours maintenant et je n’ai pas attendu ma consultation.

            Merci pour vos éclairages. J’ai aussi en ma possession votre livre Comment prévenir l’infarctus et l’AVC que je vais commencer ce week end.

Commentaires : page 4 sur 4«1234

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous pouvez également vous abonner sans commenter.