LA MALADIE INFANTILE DE LA REVUE PRESCRIRE

Les statines, c’est la maladie infantile de la Revue Prescrire !
Mais on peut en guérir !
Certains lecteurs recherchant désespérément une source d’information libre et indépendante se tournent parfois vers la Revue PRESCRIRE.
Ce n’est pas un mauvais réflexe, à mon avis, mais il faudrait que sa rédaction fasse d’urgence quelques mea culpa !
Fondée pour se faire glorieusement le « défenseur » de la médecine par la preuve, cette revue (dont le comité de rédaction ne comporte pas de scientifiques expérimentés ayant eux-mêmes conduits des essais cliniques; disons qu’ en ces temps de pâques, c’est un péché véniel) n’a pas compris le virage des années 2004-2005 et l’implication de la Nouvelle règlementation des Essais Cliniques, tels que décrit dans nos livres, notamment la dernière version de “Cholestérol, mensonges et propagande” (publiée en Mars 2013).
De ce fait, ils ne veulent pas [probablement, ne peuvent pas, autre péché véniel] voir qu’il n’y a pas de différence entre les statines, contrairement à l’évidence et en contradiction (péché mortel !) avec les proclamations de la Haute Autorité (HAS), c’est pas peu dire.
Si les statines les plus efficaces pour baisser le cholestérol sont inefficaces pour sauver des vies, les moins efficaces n’ont aucune chance de sauver la moindre vie. Quelque en soit l’indication et les circonstances !
Pour s’extraire avantageusement de leur contradiction, les rédacteurs de PRESCRIRE écrivaient encore en Février 2013 : « Tous les médicaments hypocholestérolémiants ne se valent pas, toutes les statines ne se valent pas. Quand un médicament est justifié, le mieux est de choisir la pravastatine (Elisor ou autre) ou la simvastatine (Zocor ou autre), les hypocholestérolémiants les mieux évalués en termes de morts et d’accidents cardiovasculaires. »
On n’ose pas imaginer qu’il y ait là quelque publicité dissimulée pour ces deux statines-là …
Mais ayant en leur temps glorifié ces deux statines [sur la base d’une lecture très naïve des articles publiés à l’époque], et se refusant à admettre qu’ils ont été trompés [ce que j’ai reconnu dès 2006 sans en avoir honte …], ils inventent donc des différences entre les statines … sans aucune base scientifique solide !
Les seules différences probantes entre les statines efficaces et les inefficaces, c’est que les premières ont été investiguées AVANT la Nouvelle Règlementation et les deuxièmes APRÈS la Nouvelle Règlementation !
Les investigateurs des premières ont bénéficié d’un laxisme total des autorités, et les investigateurs des secondes se savaient « sous surveillance » !
C’est une très grosse différence quand on se remémore la tragédie du Vioxx ou quand on observe le déroulement de l’affaire SERVIER-Médiator !
Tant que la rédaction de PRESCRIRE n’aura pas fait son « aggiornamento », elle sera empêtrée dans ses malheureuses contradictions …
C’est dur d’admettre qu’on a été trompé quand, depuis des années, on fait la leçon aux autres …
C’est ce que je crains le plus pour moi-même !
Courage, camarades, il faut le faire ; mais plus vous attendez et moins vous serez pardonnables !
On vous aime bien quand même,  vous n’êtes pas les pires !

47 Replies to “LA MALADIE INFANTILE DE LA REVUE PRESCRIRE”

  1. bon jour,
    aucune traduction dans d’autres langues (anglais, portugais, espagnol ou italien) de vos livres?
    Sincèrement.

  2. Oméga-3 : inefficaces en prévention cardiovasculaire
    La supplémentation en oméga-3 n’a pas d’efficacité démontrée pour réduire le risque de nouvel accident cardiovasculaire.
    Chez les patients ayant déjà eu un accident cardiovasculaire, un régime de type “méditerranéen” semble bénéfique, selon des données de niveau de preuve modeste, mais convergentes.
    Un tel effet n’est pas prouvé pour une supplémentation spécifique en acides gras polyinsaturés oméga-3, comme le confirme la publication en 2012 d’une synthèse de 14 essais totalisant plus de 20 000 patients.
    Les oméga-3 ont généralement été apportés sous forme de capsule contenant de l’huile de chair de poissons gras. Les patients étaient âgés en moyenne de 63 ans et ont reçu le supplément pendant au moins un an.
    Après un suivi de 2 ans en moyenne, la supplémentation en oméga-3 n’a pas réduit la mortalité totale, ni la fréquence des infarctus du myocarde, ni des autres pathologies cardiaques ou vasculaires cérébrales.
    Mais les oméga-3 augmentent les risques de saignements.
    En prévention après des antécédents cardiovasculaires, la supplémentation en oméga-3 n’a pas d’efficacité démontrée, mais expose à des effets indésirables. Mieux vaut un régime alimentaire plus diversifié, de type “méditerranéen”.
    ©Prescrire 1er mai 2013

    1. J’ai déjà commenté cet article dans une réponse précédente. je vous la remets …
      Faudrait que j’en fasse un billet …
      Voilà :
      “Une fois de plus, la revue Prescrire montre l’étendue de son incompétence, même s’il me fait plaisir de lire qu’il faut adopter un régime méditerranéen …
      N’est pas scientifique qui veut !
      Mais beaucoup font semblant ! Ça peut rapporter … mais pas gros …
      Pour une mise au point sérieuse de la question des oméga-3, je vous recommande la lecture de deux articles (en anglais, désolé) dans une des meilleures revues (gratuites sur Internet via PubMed en tapant « de lorgeril m ») de médecine actuellement :
      1) « Recent findings on the health effects of omega-3 fatty acids and statins, and their interactions: do statins inhibit omega-3? » by de Lorgeril M, Salen P, Defaye P, Rabaeus M. In BMC Med. 2013 Jan 4;11:5.
      2) « New insights into the health effects of dietary saturated and omega-6 and omega-3 polyunsaturated fatty acids. » by de Lorgeril M, Salen P. in BMC Med. 2012 May 21;10:50.”
      Bonne lecture !

      1. @ JM : Voici la traduction automatique Google du premier article cité par le Dr De Lorgeril : Si vous voulez je vous mets en ligne le suivant.
        Les découvertes récentes sur les effets sur la santé des acides gras oméga-3 les acides gras et les statines, et leurs interactions: les statines inhibent oméga-3?
        Mots-clés: données récentes sur les effets des acides gras oméga de la santé et les statines et les interactions statines inhibent omega
        Auteurs: de Lorgeril M, Salen P, Defaye P, M, Rabaeus
        Adresse: Laboratoire Coeur et la nutrition, TIMC-IMAG CNRS 5525, Université Joseph Fourier, Faculté de Médecine de Grenoble, 38054 La Tronche, France. michel.delorgeril @ UJF-grenoble.fr
        Revue: BMC Med.
        Publication: 2013 Jan 4; 11:05. doi: 10.1186/1741-7015-11-5.
        Résumé
        Les premiers essais contrôlés randomisés (ECR) ont démontré les bienfaits des oméga-3, des acides gras (n-3), tandis que les essais cliniques randomisés récents ont été négatifs. Nous abordons maintenant la question, en se concentrant sur les changements temporels ayant eu lieu: la plupart des patients dans les essais cliniques randomisés récents ne sont plus n-3 déficiente et la grande majorité sont désormais traités avec des statines. ECR récents essais n-3 contre les arythmies suggèrent que n-3 réduisent le risque que chez les patients ne prenant pas de statine. D’autres essais cliniques randomisés récents dans la prévention secondaire ont été négatifs bien que, dans une analyse post-hoc séparant les utilisateurs de statines et les non-utilisateurs, la protection non significatif de n-3 a été observée chez les non-utilisateurs de statines alors que les utilisateurs de statines n’ont eu aucun effet. ECR récents essais statines – après la mise en œuvre du nouveau règlement sur les essais cliniques en 2007 – sont négatifs (ou défectueux), suggérant que l’absence d’effet de n-3 ne peut pas être attribué à une protection parallèle par les statines. Enfin, les statines favorisent le métabolisme des oméga-6 acides gras (n-6), qui à son tour inhibe n-3 et, contrairement à n-3, ils augmentent la résistance à l’insuline et le risque de diabète. Ainsi, les statines n-3 et sont réactives à différents niveaux et les statines semblent inhiber n-3.

        1. Merci de votre initiative.
          J’avoue ne pas apprécier les traductions “informatisées” souvent truffées d’erreurs …
          Peu d’auteurs aiment voir leur prose ainsi déformée …
          D’autant que toutes ces informations majeures (ici validées par la Communauté scientifique en langue anglaise) ont été servies en “prime time” en français aux lecteurs de nos livres … qui donc savent déjà tout ça, en principe, …
          Arrêtons les frais, s’il-vous-plaît.

          1. Cher Docteur, je pensais bien faire. Je sais, pour l’avoir déjà signalé une fois, que les traductions automatiques Google sont parfoir rédigées en “petit français”. Mais en laissant le texte original et celui traduit côte à côte, on parvient, avec un peu de reflexion, à comprendre le texte original qui devrait, lorsqu’on cherche un article écrit en Français, être d’origine automatiquement traduit!!! Je sais que dans la recherche ça se passe comme ça, mon fils fait pareil “les abstrats” etc. C’est d’ailleurs lui qui m’a montré commen faire. Nous avons une belle langue, utilisons là, ne laissons pas le soin à des “journaleux” et à des “experts” nous polluer l’intellect avec leurs interwiews (entrevues…) orientées. Voici ma seulle excuse. Je ne le ferai plus…J’arrête les frais comme vous dites.

          2. Encore moi. Juste pour vous dire qu’il est parfois impossible d’avoir un texte en Français,, comme par ex. Celui de votre entretien avec un journaliste Bréislien sur la Diète Méditerranéenne : l’entretienen Français ne sort pas en Français mais en Portugais comme celui original. J’ai ainsi fait un copier-cloller sur Gougle traduction ce qui m’a donné une traduction presuqe parfaite, nos deux langues ayant une syntaxe très proche, ce qui n’est pas le cas avec l’Anglais,l’Allemand ou autres Danoiseries…
            Encore un mot : Parfois les erreurs ou fautes d’ortographe de nos commentaires ne sont réellement visibles que lorsq’uon envoi celui-ci et qu’il s’affiche dans le panneau complet. On ne peut plus corriger contrairement à l’ancien système avant la validation.

          3. Oups! Je viens de retourner sur votre entretien avec le journaliste Brésilien, cette fois ci le texte était en français§ Incompréhensilbe!!!§(Pas le Français ,mais que cela n’ait pas fonctionné les fois précédentes?!).

  3. @ Dr De Lorgeril, curieux, pourtant on n’a jamais discuté de vie voix! J’aimerai bien continuer sur la derniere expression, mais on serait complètement hors-sujet… Amicalement et respectueusement( Ca peut aller de pair…)

  4. Petite anecdote depuis le début de l’année 2012 on m’a gentiment interdit de dicter les courriers des patients que je vois en consultation de cardio au CHRU de Lille pour cause de risque de “contradiction” avec les courriers du PH ou du PU PH. Mais “et les patients qui viennent de l’extérieur et ne sont pas suivis au CHR, pareil… ”
    Mes propres patients auxquels je fais une épreuve d’effort s’étonnent de recevoir un courrier d’un médecin qu’ils ne connaissent pas et qui ne les a jamais vus!!! surtout quand ce médecin préconise un tas d’examens complémentaires y compris coronarographie alors que je les avais rassurés devant une très bonne épreuve maximale négative!!!
    J’ai démissionné mon préavis se termine le 15 juin avec mes vacances j’arrêterai début mai.
    Mon cher MDL y’a du boulot!!
    Au fait, avez vous reçu chers confrères, cette merveilleuse plaquette d’Astra Zeneca sur la fabuleuse histoire de JUPITER avec photo en couleur de la planète et tout et tout un monde de bisounours!!

    1. Qu’il y ait du boulot, je le sais, très en particulier à Lille, où sévissent des cardiologues et des épidémiologistes des bas-fonds (je ne parle pas de finances quand je dis “fonds”) et où ont sévit des “lipidologistes” particulièrement pernicieux et finalement bien “en fonds” (et là quand je dis “fonds” …)
      Mais, bon ! Même Cahuzac, un brave type aux “fonds” pas malheureux (et là quand je parle de “fonds” …) et Armstrong sont tombés !
      Tous les fruits pourris finissent par tomber !
      Ce qui aide beaucoup ce sont les témoignages comme les vôtres (on a osé “signer” vos rapports à votre place …, même dans les pires années où sévissaient des “maharadjas” dans nos hôpitaux universitaires, je n’ai pas entendu parler de telles avanies !) ; bref je me sens moins seul !
      Si d’autres voulaient “témoigner”, nous nous sentirions moins seuls !

      1. Un grand et bien connu de ces lipidologistes me disait qu’il était tout à fait normal que Merck lui payât le voyage pour New York en Concorde !!
        Il le valait bien !
        Il ne voyait pas quel problème cela pouvait poser.Les statines rendent-elles aveugles en plus ?

        1. Bonjour,
          “Parce que je le vaux bien”. Slogan bien connu. Sa valeur n’est pas dans sa science et son utilité pour les patients, mais dans sa capacité à générer un retour sur investissement. Il est lucide le bougre.
          Faire son beurre avec le cholestérol, c’est normal.
          Amicalement

          1. Putain, que c’est bien dit ! (A prononcer avec l’accent de Marseille)
            Mais on peut remplacer par : (n’oubliez pas l’accent) : “Pute borgne …

          2. Ben oui, le patient fait son cholestérol avec le beurre, le médecin fait son beurre avec le cholestérol. Faut pas confondre.

  5. Je n’ai pas relu et je ne suis pas un as de la frappe clavier j’ai laissé passer qlq “bug” orthographique.
    Désolé…

  6. Ah PRESCRIRE….
    J’étais il y a dort longtemps à l’AG de l’UNAFORMEC quand Pierre AGEORGES a proposé l’idée de la revue PRESCRIRE indépendante de l’industrie pharmaceutique avec au début un financement de l’éta Madame WEIL ministre de la santé. Il avait dit:” les médecins développe des trésors d’intelligence et d’imagination pour faire un diagnostic et trouver l’étiologie d’une maladie mais au moment de rédiger l’ordonnance c’est de l’automatisme médullaire, à croire que c’est le VM qui tient le stylo” !!! il avait tout dit.
    J’ai donc été avec PRESCRIRE dès le début avec le n° 00 etc j’ai totalement changé ma façon de precrire justement j’ai oublié tous les bourrages de crâne et j’ai regardé avec acharnement et suspicion tous les essais et tout les nouveaux médicaments.
    MG et attachjé en cardio je me suis fait avoir sauf sur trois points que MDL détaille dans ses bouquins: 1/ la prévention primaire où jamais une étude n’a démontré quoique ce soit il suffisait de lire et de comprendre qu’on ne pouvait pas extrapoler les études faites au USA ou en Scandinavie aux Français. J’ai participé à la mise en route de MONICA sur la métropole lilloise et très vite les chiffres ont été édifiants. à Lille prévalence de l’infarctus 110/100 000 Toulouse 92 je crois ,Alsace j’ai oublié, moyenne France 99. A Glasgow Ecosse (WOSCOPS) 3 fois plus d’infarctus avec un cholestérol moyen un peu inférieur 2,32 contre 2,48 à Lille.
    2/ Ensuite chez les femmes statines pitoyables!! aucun résultat chez la femme britannique dont la prévalence est 142/100 000 donc, mais n’extrapolons pas!!!, probablemeznt rien chez les hommes français. ( avec les experts c’est comique on peut extrapoler dans un sens mais pas dans l’autre.
    3/ après 70 ans et je vois des papys et des mamies de 90 ans et plus se voir prescrire du CRESTOR par des cardiologues!!!
    Mais j’avoue à ma grande honte que je pensais qu’en prévention secondaire, chez les diabétiques et les patients à haut risque CV il fallait donner une statine simva ou prava les mieux étudiées croyais-je.
    Je me suis couvert la tête de cendres et ai déchiré mes vêtements quand j’ai lu et relu et rerelu les bouquins de MDL. c’est promis je ne le ferai plus!!!
    J’ai été abonné à PRESCRIRE pendant tant d’années mais ne le suis plus pour plein de raisons même si comme dit MDL c’est ce qu’il y a de mieux mais peut mieux faire.
    Les vaso-constricteurs, le vaccin contre la grippe et l’hépatite B, les statines et alors que j’étais relecteur je n’ai plus reçu de textes à relire il y a longtemps mais bon je devais être mauvais et pas assez rapide sûrement.
    Désolé d’avoir été long.
    Salut la compagnie et bon vent comme dit l’autre.

    1. L’autre vous dit un grand merci de votre témoignage et surtout de donner l’exemple : on a le droit de se tromper on a le droit de s’être laissé tromper … Faut juste pas trop attendre avant de le reconnaître, pour aider nos patients et pas pour autre chose !

      1. Cher Docteur ,
        Dans la catégorie “on a le droit de se tromper et on ne s’en prive pas” , j’ai entendu dans l’émission du 11/04/2013 “les experts” sur Europe 1 :
        -le médecin explique que le cholestérol est la CAUSE des maladies cardiovasculaires, qu’il est plus qu’un facteur aggravant mais qu’il n’est pas tout seul! Sans dire les autres causes, tout cela est très embrouillé.
        Les mots thrombose ou caillots ne sont pas cités comme causes des maladies cardiovasculaires!
        -Ou on “apprend” aussi que les plaques d’athérosclerose sont très RICHES en cholestérol (sans donner de pourcentage).
        – ou on apprend qu’il y a 60% de risque de récidive d’une maladie cardiovasculaire à court terme pour un patient qui a arrêté de prendre sa statine. D’où vient ce chiffre?
        Là je trouverait particulièrement indécent et malhonnête de donner l’ évaluation d’un tel risque
        s’il s’avère que ce pourcentage n’est pas établi de façon certaine.
        -votre nom a été cité par rapport au French Paradoxe
        -Par rapport au livre du Pr EVEN: on nous dit que le débat porte sur la prévention primaire, que tout le monde est d’accord et de toute façon que ce n’est pas nouveau . Emballé, c’est pesé, circuler y a rien à voir.
        J’ai l’impression que les médias et les labos essaient de faire croire à un consensus ou tout le monde aurait raison et donc plus de polémique sur le cholestérol.

        1. Je ne sais pas qui on a fait parlé en la circonstance en qualité d’expert !
          Mais il est clair que les médias sont partie prenante de façon générale en faveur du statut quo tout en se donnant des airs de libérateurs …
          Nous vivons dans une société où les médias sont détenus par les classes dominantes (qui “font leur beurre” comme dit un visiteur de ce blog), et donc sont conniventes. surtout ne pas prononcer le mot “complices”, ça rappelle “complot” et c’est très “mal élevé” !
          Tout ça, c’est affreusement banal, mais toujours bon à montrer pour les jeunes générations qui tardent à comprendre !

          1. Bonjour Docteur,
            C’est ici : http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Les-experts-Europe-1/Sons/Les-experts-Europe-1-Comment-controler-son-cholesterol-1479281/
            Désolé mais je n’ai pas 90 mn à perdre pour écouter ces sottises. Doux euphémisme.
            Rien que le titre : comment contrôler son cholestérol, en dit long sur le contenu.
            ————–
            Les experts Europe 1 – Comment contrôler son cholestérol ?
            Loisirs, santé, consommation, emploi, maison, enfants, sexualité… 90 minutes de pure interactivité au service des auditeurs.
            En partenariat avec Santé Magazine
            Son invitée :
            Aline PERRAUDIN, Rédactrice en chef de Santé Magazine
            —————
            Bien amicalement

          2. @ccmiens
            Vous dîtes que vous n’avez pas le temps d’écouter l’émission des experts sur europe1 parce que quelqu’un vous a demandé de le faire?

  7. Le 05 avril 2013 Jean-Yves Nau écrivait sur son blog : ” Pour notre part nous nous souvenons de l’énergie considérable qu’il avait déployée contre le Zocor (simvastatine), un « anti-cholestérol » de la puissante firme Merck, médicament alors très coûteux (336 francs la boîte de 28 comprimés, pris en charge par la Sécurité sociale). Un médicament dont les ventes (3,5 millions de boîtes en 1990) ne respectaient pas un bien étrange accord « volume-prix » signé au moment de la fixation des prix. Accord étrange en ce qu’il laissait entendre que le fabricant était capable de maîtriser les prescriptions de ces médicaments.
    Révélé par Le Monde cet accord prévoyait ainsi que ces ventes ne devraient pas dépasser 2,75 millions de boîtes lors de la deuxième année de commercialisation. Et ce alors même que la revue spécialisée Prescrire soulignait, en janvier 1990, que rien ne permettait de préciser le rapport bénéfices-risques de cette fructueuse spécialité. Pour sa part Jérôme Cahuzac voyait dans cette situation la conséquence d’une politique intensive et inacceptable de promotion du médicament. Percevait-il autre chose ? A-t-il usé des relations nouées à cette époque avec le monde de l’industrie pour, peu après le départ de Michel Rocard de Matignon (et celui de Claude Evin du gouvernement), négocier de nouveaux contrats ? Si oui des contrats de quelle nature ? Essais cliniques pour tester de nouveaux produits capillaires ou dermatologiques ? Conseils pour faire « avancer » l’instruction de dossiers en attente d’autorisation de mise sur le marché ? Pour élargir les indications thérapeutiques de certaines spécialités pharmaceutiques ? Pour aider à fixer leur prix ? La gamme est large des possibilités d’interactions dans les longs processus d’enregistrement des médicaments. Les enquêtes en cours préciseront peut-être ce qu’il a pu en être.”
    ????

  8. En ce qui concerne la revue Prescrire j’ai alerté la rédaction sur l’absence de preuve scientifique sur les statines en argumentant depuis qq années.Donc ils sont au courant et ils ont choisi de ne pas réagir!
    Je crois qu’ils ont peur d’avouer avoir été berné.
    Le problème c’est que s’ils disent ne pas avoir vu le piège que M De Lorgeril a parfaitement présenté ils démontrent par là même qu’ils risquent de tomber dans un autre piège et perdent alors leur crédibilité future. Un peu de courage supplémentaire ne fera pas de mal à la revue.

  9. Je réagis à la lecture de l’ensemble des commentaires que je viens de lire à propos de ce billet.
    L’équipe Prescire plaide pour un accès public aux données…. ce qui bien entendu est une grande partie de la solution dans le contexte de la recherche actuelle. Cf au bout du lien ci-dessous la thématique de la dernière Pilule d’Or 2013:
    http://www.prescrire.org/Fr/109/440/ReportList.aspx
    L’intervention de Peter Gøtzsche est très intéressante et commence par sa déclaration personnelle de conflits d’intérêts.
    Lors de la Pilule d’Or, M. Florent Saint Martin s’étonnait que personne ne réagisse lorsque quelqu’un dans la salle faisait remarquer que corruption et inceste commencent très tôt dans la formation des médecins (les étudiant en médecine sont approchés dès leur formation initiale à l’hôpital par l’industrie pharmaceutique). Les termes étaient provoquant mais tellement vrais…
    Qu’on le veuille ou non les médecins baignent obligatoirement dans cette culture de proximité avec l’industrie et ils comprennent plus ou moins vites que rien ne se fait sans l’industrie… au cours de leur formation. Alors il vaut mieux imaginer et penser que c’est très bien comme ça ou bien tout de suite faire autre chose…. car il n’y a pas le choix.
    La technique de corruption commence très tôt par les petits cadeaux: déjà un simple bonjour, une discussion sympathique, un stylo offert, une “Formation initiale” financée par l’industrie (les hôtels pour les cours de Diplôme d’Etudes Spécialisées étaient payés par l’industrie…), une “FMC” autours d’un bon repas (payé par l’industrie…), beaucoup de documents gratuits élaborés et distribués par l’industrie, plus tard ce sont des congrès qui sont offerts etc….
    Croyez vous que cette fantastique générosité pour “l’amélioration continue” des connaissances des prescripteurs puisse être gratuite de la part d’entreprises cotées en bourse?
    L’industrie se trouve partout où des décisions qui la concernent se prennent… tant qu’on ne le lui interdit pas. Et ça commence bien entendu par les médecins qu’il faut absolument courtiser très tôt car ce sont des distributeurs de parts de marché… et c’est donc d’eux dont dépendent les revenus des industriels qui seront prélevées dans les caisses de la Solidarité Nationale
    L’affaire malheureuse de notre ministre aurait-elle pu se produire si l’industrie avait été obligée de déclarer au 1er centime d’euro sur un site internet accessible au public les fonds versés à tout médecin ?
    Compter sur des chartes de bonne conduite n’est manifestement pas suffisant… La Charte de la Visite Médicale selon moi c’est juste pour faire joli.
    Si vous voulez rire:
    http://lecrip.org/a/2013/03/le-codeem-adopte-trois-recommandations-pour-2013/
    L’industrie ne veut surtout pas perdre la main alors que, s’agissant d’ordre public, c’est à l’Etat d’organiser les choses.
    J’espère que notre gouvernement comprendra qu’ un site internet unique où toute somme versée par l’industrie aux médecins dès le premier centime d’euros est indispensable.

    1. A mourir de rire: charte bonnes pratiques déontologie!!! mais lobbying hein on ne rit plus!!

  10. En prenant connaissance de l’affaire Cahuzac, je me suis prise à espérer que l’on relève la provenance de tout cet argent. Il me semble que cela pourrait être aussi le procés de big pharma.
    Quand à prescrire je leur souhaite le courage voulu, ce n’est pas facile mais pour nous patients cela n’a pas été non plus facile de franchir la ligne rouge en osant s’affranchir des statines. C’est aussi une complications dans nos vies, (je me permet de dire nous) quand on voit tout ce qu’on lit sur ce blog sur nos difficultés avec nos cardiologues. Nous les voyons quand même mais ce serait plus confortable de faire confiance et ne pas avoir à louvoyer. Même si nos gènes de Gaulois nous inclinent du côté de la résistance.
    En revenant à Cahuzac 600 000 euros mis en finale dans cette épouvantable dictature de Singapour, c’est vrai, ça paye bien la complicité avec les labos,
    Si j’avais su que ça paye autant au lieu de cultiver mon jardin j’aurai mieux fait de chercher un labo pour me sponsoriser……mais il est sans doute plus facile de trouver des labos pourris que de bons légumes alors tout compte fait je ne regrette rien…

    1. bravo val Sherlock holmes, je ne pensais pas que l’escroc cahuzac était aussi proche de notre sujet !
      on parle de millions d’euros, les millions des labos…

  11. Bonjour à tous les fidèles de ce blog,
    Michel De Lorgeril choisit de s’attaquer à la revue PRESCRIRE.
    Je vois très bien pourquoi il le fait.
    Car PRESCRIRE est une revue sérieuse et honnête, indépendante de l’argent sale de l’industrie Pharma.
    Elle est devenue, en quelques années, une valeur sûre, un point de référence.
    Avec les positions que cette revue prend, on la traite déjà d’intégriste.
    Comme dit le LEEM (le lobby de l’industrie PHARMA) : “Si on écoutait PRESCRIRE, nos pharmacies seraient vides.”
    Et là, je voudrais m’adresser aux fans inconditionnels de Michel De Lorgeril : la revue PRESCRIRE filtre depuis des années, et chaque mois, des centaines, des milliers de médicaments.
    Et elle est régulièrement attaquée, trainée dans la boue pour cela.
    Cette revue n’a donc pas que les statines à surveiller.
    Peut-être pourrait-elle être plus “dure” avec les statines ?
    Mais est-ce son rôle de militer pour un ou deux médicaments, alors qu’elle en surveille autant ?
    Est-ce son rôle d’être encore plus exigeante avec les statines, alors que les médecins ne lisent déjà pas les analyses mensuelles de la revue PRESCRIRE ?
    Si les médecins lisaient PRESCRIRE, ils ne seraient pas autant dans l’erreur en prescrivant TAHOR°, CRESTOR°, ou INEGY° ou EZETROL°.
    Les statines “recommandées” par Prescrire sont prescrites à quelques % seulement.
    Les statines les moins fiables et les plus dangereuses sont Tahor° et Crestor°, le choix principal des cardiologues (qui se foutent bien de la revue Prescrire…).
    Les gynécologues n’auraient pas prescrit MASSIVEMENT les pilules plus plus chères et les plus dangereuses, en première intention.
    MEDIATOR n’aurait pas été prescrit comme un “coupe-faim”, par des médecins voulant satisfaire leurs patients voulant maigrir à tous prix.
    Alors je veux bien que Michel De Lorgeril attire l’attention de la revue PRESCRIRE sur les médicaments les plus dangereux et les plus inutiles. C’est son rôle.
    Mais je ne suis pas certain que jeter la pierre à PRESCRIRE, la seule revue qui analyse les médicaments sans être sous influence de l’industrie Pharma, soit la bonne solution.
    Et avant que les lecteurs de ce blog ne se mettent eux-mêmes à en rajouter, je les invite à lire tous les articles que la revue PRESCRIRE a écrit sur les biais des études, sur les liens d’intérêt, sur la façon de lire un article, sur le manuel de pharmacovigilance gratuit, bref… sur tout ce que PRESCRIRE fait pour informer le grand public et les médecins, en toute indépendance.
    Merci de votre compréhension
    Sylvain D
    PS : moi-même, j’appelle de mes vœux ce que MDL propose : que la revue Prescrire revoie sa position et évalue avec un regard neuf les études les plus solides et sérieuses, comme 4S, CARE et LIPID.

    1. Je n’attaque pas !
      J’essaie de donner jour [c’est mon métier] à la vérité (terme non scientifique), mais au moins à la vraisemblance, et au rationnel !
      Certes, PRESCRIRE est ce qu’on a fait de mieux jusqu’ici en France ; raison de plus pour qu’ils s’améliorent, au lieu de camper sur des positions qui les disqualifient.
      En admettant eux qu’ils ont été trompés (comme je l’ai été jusqu’à l’affaire du Vioxx), ils aideront beaucoup d’autres à admettre eux-aussi (ça leur sera permis à eux-aussi enfin, les autres, qui s’acharnent dans le déni) à admettre qu’ils n’ y pouvaient rien ; il faut donc qu’ils le fassent … c’est pas facile !
      Ils ont beaucoup d’excuse d’ailleurs, le scénario et la réalisation de cette “story” étaient quasi parfaits !
      Courage, les amis !

      1. Je sais que c’est votre métier, votre combat.
        Vous êtes un expert en terme d’analyse des protocoles méthodologiques.
        Cela serait “super” si on pouvait avoir des PREUVES des manipulations sur les essais 4S, CARE et LIPID.
        Mais on ne peut avoir que des doutes, que l’on peut étayer le mieux possible, mais sans jamais prouver qu’il y a eu fraude.
        NUL N’A ACCÈS AUX DONNÉES, obtenues avec la santé des patients mais gardées jalousement par des industries malhonnêtes et refusant la transparence la plus basique.
        Votre combat à propos du CRESTOR° est noble et logique. Je ne comprends pas pourquoi ce médicament a obtenu une AMM avec un dossier aussi fragile.
        La revue PRESCRIRE a parfaitement réagi face à Crestor°, expliquant qu’elle n’apporte aucune nouveauté par rapport aux statines existantes.
        Pour le moment, je ne vois pas comment la revue PRESCRIRE pourrait revoir sa copie et évaluer les statines avec un regard neuf.
        Avec quelles données nouvelles ?
        Comment initier un dialogue constructif avec les rédacteurs de PRESCRIRE, sans les stigmatiser ou les montrer du doigt ?

        1. Vous n’avez pas compris ! Ce n’est pourtant pas faute de …
          Bon !
          1) quand vous écrivez que “PRESCRIRE a parfaitement réagit face au Crestor, expliquant qu’elle n’apporte aucune nouveauté par rapport aux statines existantes”, vous êtes hors sujet !
          La question n’est pas là ! Le problème est que le Crestor est INEFFICACE dans 4 essais sur 4 et donc, ne devrait pas être commercialisé, ou au minimum ne pas être prescrit par des médecins …
          2) quand vous écrivez à propos de 4S, CARE et LIPID que “on ne peut avoir que des doutes, que l’on peut étayer le mieux possible, mais sans jamais prouver qu’il y a eu fraude”, vous êtes hors sujet !
          La question n’est pas là ! Nous ne sommes pas des policiers, mais des scientifiques.
          Nous raisonnons sur des théories scientifiques, pas sur des indices récoltés par des enquêteurs aussi brillants (ou brillantes !) soient-ils ou elles (y en a qui sont sexy, c’est sûr, et alors ?) mais on n’est pas à la télé !
          Qu’est-ce ça veut dire ?
          Une théorie scientifique est résistante ou pas à la critique ! C’est l’étape numéro 1 du raisonnement scientifique (Karl Popper pour ceux qui ont le temps …). Pour les autres, j’explique tout ça calmement (et avec des mots simples) dans le livre Dites à votre médecin que ….
          Bref, on s’en fout (carrément) que 4S ou LIPID soit “fraudé” ou pas.
          Effectivement, n’étant pas policier, nous ne pouvons pas avoir la preuve, seulement des arguments indirects, ce qui fait déjà beaucoup !
          Ce qui nous importe c’est de vérifier si la théorie du cholestérol (et des statines) est résistante ou pas à la critique sur la totalité des données existantes. La réponse est non !
          Ça ne colle pas ! Conséquence : la théorie n’est pas résistante et doit donc être rejetée !
          Les contradictions entre l’AVANT et l’APRES des Nouvelles Règlementations doivent nous conduire à rejeter tout ce qui a été produit AVANT pour des raisons élémentaires que PRESCRIRE ne comprend visiblement pas !

          1. La démarche scientifique selon Popper:
            – le savant élabore une théorie, une loi, a priori.
            – il l’expérimente.
            – si la théorie est réfutée, car il existe une expérience qui ne la vérifie pas, elle est fausse et abandonnée.
            – si elle n’est pas réfutée, on la garde; on peut l’appeler vraie, c’est une vérité provisoire.

          2. Voilà, en simplifiant … beaucoup !
            Et la théorie que le cholestérol est causal dans l’infarctus et l’AVC a été “réfutée” [mais je préfère le terme “falsifiée” du langage popperien] maintes fois sans avoir besoin de prouver que telle ou telle étude a été “fraudée” ; mais là on sort du popperisme car, à ma connaissance, la possibilité que des scientifiques “fraudent” n’a pas été discutée par Popper et ses descendants, vingt Dieux ; comme si c’était impossible à imaginer …
            C’est beau la “modernité” de notre époque !

          3. Et toujours chez Carlos Popper, si une théorie n’est pas “falsifiable” (réfutable) c-à-d si il n’y a pas de moyen d’ entreprendre de tenter de la réfuter, alors elle est fausse il me semble, non ?

          4. Quand nous n’avons pas les moyens techniques de “falsifier” la théorie, on n’est pas dans la catégorie des fausses théories mais dans celle des théories “non-scientifiques” ; donc un autre champ de pensée, la religion, la métaphysique [très respectables par ailleurs] et peut-être [mais il faudrait interroger un épistémologiste ; les scientifiques qui pensent les sciences, on les appellent comme ça !] la fraude …
            Fraude et métaphysique : même combat ?
            Faut voir !

          5. En effet.
            Mais on est dans l’ordre de la religion quand par exemple on condamne sans les lire ou en les lisant de travers les livres qualifiés d’ impostures qui réfutent l’hypothèse du cholestérol.
            POur rire:
            http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/les-statines-des-medicaments-incontestables-selon-pierre-sabouret_45525/
            qui tire avec les boulets rouges de la foi sur de Lorgeril et consorts
            A noter : ce qui est incontestable c’est bien ce qui est irréfutable ?
            SUr la réfutabilité:
            http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9futabilit%C3%A9
            http://en.wikipedia.org/wiki/Falsifiability

    2. moi aussi j’aime bien Prescrire, aussi les révélations de MDL sont-elles un choc pour moi d’autant plus pénible. Votre “défense” ne tient pas : “Prescrire a trop de molécules à analyser pour s’attarder sur les statines”.
      Qui espérez-vous convaincre avec ça?

      1. bon à savoir pour ceux qui ne veulent pas savoir : j’ai commencé mon traitement en 2006 avec la Simvastatine, ce fut – de toutes et de loin – la molécule la + dévastatrice sur le plan des effets secondaires…

    3. Prescrire n’est pas atroce mais ils sont agaçants.
      Ils semblent ne pas comprendre que le risque absolu et sa variation, c’est ça qui est important, plus que le rapport de vraisemblance. Trop souvent quand ils condamnent un médicament, ils n’indiquent pas le risque absolu ni son augmentation par ledit médicament. Un exemple : le cas des vasoconstricteurs nasaux, le risque est au pire microscopique et la causalité n’est pas prouvée. Idem pour l’azithromycine aucune critique des données publiées , bon c’est pas grave vu que cet a,tibiotique est en general prescrit pour des viroses ((grrrr) Idem pour les pilules, ils ont l’air de croire qu’il n’y a pas d’AVC des femmes jeunes sans pilules et ne donnent pas les risques absolus qu’on peut trouver dans les cohortes scandinaves.
      Mais alors qu’ils font un fromage des vasoconstricteurs, ils laissent passer les arnaques des études fondatrices sur les statines en prévention secondaire.
      Ils ne lisent pas assez dans les détails des matériels et méthodes et dans les résultats. Pourtant le travail leur est mâché par le doc de Grenoble, y’a k’à lire ! Mais non. Un livre aussi important que “Le cholestérol est innocent etc.” n’est pas analysé discuté critiqué dans Prescrire (ou j’ai loupé un épisode ? ) .
      Ils font du bon boulot mais “Peut mieux faire”., avec un brin de modestie en plus.
      Et leur style est un rien arrogant. Je suis abonné fidèle mais lucide.

  12. Bonjour,
    Je viens de réaliser en lisant votre billet que si la revue Prescrire , que je lis depuis au moins 10 ans et en qui j’avais toute confiance, avait bien fait son boulot, ma mère n’aurait peut-être pas été victime des graves conséquences de la prise des statines.
    Ce qui est sûr ,c’est que je me réabonnerai pas!
    C’est peut-être dur pour Prescrire d’admettre s’être trompé, mais prendre le risque de tromper les lecteurs et les malades!!!
    Pourtant la revue dit que vos analyses rejoignent celles de Prescrire sur certains points , quand je lis leurs recommandations de février 2013, je ne comprends plus rien.

  13. c’est vrai qu’ils font référence à Prescrire, p.r. aux autres revues dont l’objectivité et le professionnalisme (les deux) font de toute évidence défaut. Si leur attitude consiste à “exonérer” certaines statines afin de se dédouaner ( sous-entendu : on a eu tort mais pas sur l’essentiel ), alors oui c’est tout simplement HONTEUX, et c’est ( et sera sans doute ) la base de replis de la plupart de nos cardiologues.
    Ou : comment ne pas perdre la face en trichant de plus belle, alors que le courage moral exigerait de reconnaitre la faute au + vite
    aujourd’hui affaire Cahuzac doublement exemplaire :
    1) à continuer à nier l’évidence on s’enfonce encore + profond, et enfin
    2) maffia des labos et leurs valets surpayés : affaire à suivre, et de près !

Comments are closed.

Merci d'avance, pour le 47 +1 eme commentaire.