Cholestérol, Statines, anti-PCSK9 : “Waterloo, Waterloo, morne plaine…”

Après le Congrès annuel de la Société Européenne de Cardiologie (début Septembre 2018) où le “sujet lipidique” fut totalement oublié par les experts rémunérés [certains de ceux travaillant en France avec la Haute Autorité de Santé (HAS) semblent avoir quelques ennuis juridiques à propos de leurs rémunérations justement], nous observons (avec notre délicatesse coutumière) que les préparatifs du Congrès annuel de l’American Heart Association (l’équivalent de l’Européen sus-cité mais où plus personne ne va…) ne se concentrent pas beaucoup sur le cholestérol ; sauf un vendeur de produits injectables anti-PCSK9 qui désespérément cherchent des médecins prescripteurs.
A ce propos (les anti-PCSK9), le fiasco commercial est tel que l’industriel de la version US vient de réduire son tarif de 60%. Une telle remise laisse rêveur. Veut-on vider les stocks d’inutilisés avant de les jeter à la poubelle ?

On se rallie désormais (à nouveau) aux nouvelles “anciennes” théories qui refont surface (régulièrement) avec de nouveaux produits supposés anti-inflammatoires et aux commandes du porte-avion le célèbre expert Paul Ridker qui fit beaucoup rire autrefois avec la fameuse étude JUPITER.

Les industriels semblent ainsi vouloir, surtout en Europe, se désintéresser d’un sujet qui pourrait leur apporter plus d’ennuis que de bénéfices. A cet égard, une étude récente cosignée par une palanquée de scientifiques et médecins indépendants leur donne raison.
Quelle étude ? Ci-dessous ; c’est en anglais mais je vais traduire et simplifier.

Ça dit (le titre de l’article dit) que le Cholestérol, notamment celui que quelques simplets continuent de dire “mauvais”, n’est pas en cause dans les complications cardiovasculaires et l’athérosclérose.

En fait, cette étude démontre un haut degré de tromperie et falsification dans les articles de synthèse publiés par les sommités académiques. Je copie un résumé en anglais (ci-dessous) et je traduis en simplifiant.

Ce qui est dit : “Pendant un demi-siècle, on a fait croire que le cholestérol était coupable et qu’il fallait le diminuer le plus possible avec des médicaments type statines (et d’autres, type anti-PCSK9). Les auteurs de l’article (dont je suis coauteur) analysent trois des dernières synthèses académiques et identifient ce que nous appelons des “erreurs sérieuses” [sympathique euphémisme]. La correction de ces “erreurs”, notamment l’inclusion dans l’analyse d’études que les académiciens avaient “oubliées”, et des “idioties” statistiques amène à l’inéluctable conclusion que le cholestérol ne peut être qu’innocent et que les traitements par statines et autres sont inutiles.”

A titre d’illustration, je copie ci-dessous un des graphiques représentant ces “erreurs” statistiques. J’explique ensuite.

En ordonnées (axe vertical) l’effet des traitements anticholestérol sur le risque de décès. On utilise le paramètre ARR (pour “Absolute Risk Reduction” car c’est la seule façon honnête et intelligente de présenter des données cliniques. Si quelqu’un veut une explication, qu’il demande…
En abscisses (axe horizontal) l’effet du traitement sur le cholestérol, la différence entre le groupe traité par statine et le groupe contrôle. Chaque point représente un essai clinique : les carrés noirs sont les essais retenus par les académiciens et les triangles blancs sont les essais malencontreusement “oubliés” par les mêmes académiciens. La ligne horizontale au niveau du zéro indique l’absence d’effet clinique (en termes de mortalité). On voit immédiatement une légère tendance des carrés noirs à se trouver en-dessous de la ligne du zéro, et un peu plus pour les différences de LDL-C plus importantes (vers la gauche). Avec les triangles blancs, cette tendance disparait et l’analyse statistique montre même une tendance inverse : moins on diminue le cholestérol (vers la droite) et mieux c’est en termes de mortalité. On comprend pourquoi les triangles blancs ont été “oubliés”. Si on cumule les carrés noirs et les triangles blancs, il n’y a aucun effet de la diminution du cholestérol LDL-C sur la mortalité.

Il s’agit sur ce graphique de la mortalité totale ; les données sont comparables (et présentées dans l’article) pour la mortalité cardiovasculaire.

La théorie du cholestérol coupable doit donc être rejetée !

D’autant plus que tous les essais inclus dans cette analyse multiple ont été conduits par des industriels qui avaient tendance à voir (et faire voir) les choses de façon très favorable à leur business. Dit autrement, les choses sont peut-être beaucoup plus négatives que ce qui nous est présenté. Nous ne le saurons jamais car nous n’aurons jamais accès aux données brute de ces essais “industriels”.

Ainsi donc, nous vivons la fin d’une histoire, ou d’un paradigme comme disent les philosophes.

Ne nous méprenons pas toutefois : les prescriptions ne vont pas cesser du jour au lendemain.
Pour beaucoup de médecins et leurs patients, il est impossible d’admettre ces évidences : “j’ai pris des médicaments inutiles si longtemps et c’est probablement eux qui m’ont provoqué un certain nombre de troubles d’origine inconnue ou improbable”. Trop dur à admettre !
Et les administrations, comme les industriels, ne diront rien : “c’est pas nous, nous n’y sommes pour rien”. Comme d’habitude : ni coupables, ni responsables !

Ainsi va la vie de nos sociétés.
Il ne faut pas s’étonner qu’à ces violences faites aux corps et aux esprits, certains répondent violemment, comme on peut le voir dans les actualités quotidiennes.

48 Replies to “Cholestérol, Statines, anti-PCSK9 : “Waterloo, Waterloo, morne plaine…””

  1. bonjour et merci pour ce post passionnant,
    j’ai parcouru avec grand intérêt l’article dont vous faite une synthèse, mais j’ai un problème car je ne retrouve pas les chiffres donnés au paragraphe 7.1 (concernant les FH) dans la référence citée (94).
    L’article (le votre et des coauteurs) mentionne:

    “The mortality benefit cannot have been due to lipid-lowering treatment because there was no significant difference between the number on such treatment among those who died and those above the age of 18 years who survived (88.2% vs. 89.1%)”

    Ces deux derniers chiffres ne m’apparaissent pas clairement dans l’article norvégien que j’ai lu aussi, mais ça peut être moi qui n’ait pas bien lu (les auteurs font parfois des calculs peu explicites sans une lecture très attentive) ou un retraitement des données non précisé par les auteurs dans leur article.
    Pourriez vous éclairez ma lanterne, d’avance merci.

    1. Cette séquence n’est pas très claire, je le reconnais, et l’évaluation de l’effet du traitement (par rapport à un nombre de décès “attendus”, c’est-à-dire “calculés”) est une extrapolation “tirée par les cheveux”…
      Laissez tomber car je n’ai pas le temps de procéder aux vérifications : nos raisonnements et l’écriture de l’article ont déjà 2 ans…
      Les chiffres importants sont ceux de la mortalité totale qui tend à être plus basse chez les sujets avec FH par rapport aux chiffres attendus : 113 versus 130.
      Que les statines aient pu être responsables de ce bénéfice supposé nécessite que les statines aient montré une efficacité réelle dans d’autres contextes ; ce qui n’est pas le cas.
      Y compris chez les sujets avec FH.
      Notre réflexion sur les FH (et l’effet des statines) est reprise dans un article (sous presse) que je commenterai dès sa parution.
      Si vous le souhaitez, je peux vous envoyer les “proofs”. Dites moi.

      1. Bonjour et merci pour votre réponse rapide,
        si vous pouvez me partager l’article je suis preneur mais je peux attendre aussi si vous préférez.
        Pour mémoire on a déjà échangé sur les FH cet été, je ne lâche pas le morceau étant intéressé au premier chef par le sujet. De toute façon j’attendrais vos commentaires pour voir si ma compréhension non commentée de l’article n’est pas trop approximative (je ne suis pas médecin).

  2. Bonjour
    En toile de fond des bidonnages recents:

    ” Recherche publique française : trop d’opacité
    L’Inserm et le CNRS ont des politiques de transparence sur leur recherche clinique qui ne sont pas à la hauteur des exigences internationales.
    Les registres d’essais cliniques et la mise à disposition des résultats des essais menés sont des éléments essentiels de la transparence de la recherche clinique, transparence nécessaire pour que les connaissances scientifiques ne soient pas faussées par la rétention de données. Plusieurs initiatives internationales recommandent depuis le début des années 2000 l’enregistrement des essais cliniques avant leur démarrage, avec la description du protocole qui sera utilisé, puis la publication de leurs résultats, et l’accès aux données de base.

    Une étude a montré que sur les 18 premiers organismes publics ou fondations privées du monde finançant des essais cliniques, seuls 9 exigeaient en 2017 que tous les essais cliniques soient enregistrés, 8 qu’au moins un résumé des résultats soit publié, dont 4 dans le délai imparti de 12 mois, et seuls 2 exigeaient un accès aux données individuelles. Les organismes les plus transparents étaient étatsuniens, britanniques, canadien, allemands, ainsi que la Commission européenne. L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) finissent au dernier rang, avec le Ministère de la santé chinois.

    Les insuffisances des organismes français ne s’arrêtent pas là. Le CNRS a ainsi publié en avril 2018 un communiqué de presse triomphant pour saluer les résultats d’un essai clinique du forigérimod (Lupuzor°) dans le lupus. Paradoxalement, le même jour, l’action de la firme qui exploite les droits de ce médicament développé par le CNRS, a chuté de 77 %. En effet, les analystes boursiers ne s’y sont pas trompés, les résultats n’étaient pas statistiquement significatifs, “détail” ayant apparemment échappé au CNRS.

    Ces faits montrent que l’Inserm et le CNRS ne sont pas à la hauteur en termes de transparence sur la recherche clinique, alors qu’ils devraient être exemplaires en tant qu’organismes financés sur fonds publics.

    ©Prescrire 1er novembre 2018

    “Recherche publique française : trop d’opacité !” Rev Prescrire 2018 ; 38 (421) : 855. (pdf, accès libre)”

    1. Et vous voulez dire quoi à la fin ?
      Que l’INSERM et le CNRS sont des Instituts au-dessus de tout soupçon ?
      Qui le croirait ?
      Les reproches faits au CNRS sont justifiés, vous avez raison, mais la recherche clinique n’est pas la “cup of tea” du CNRS ; à moins que quelques dividendes soient en perspective…
      La direction générale semble s’être rapidement désolidarisée. Bon !
      Plus graves sont les menées de l’INSERM avec les vaccins, le chef de cabine étant le PDG de l’INSERM lui-même, aussi époux de la Ministre de la Santé : le conflit d’intérêt est tellement énorme que les rédacteurs du canard déchaîné et de l’Express en sont toujours éblouis

  3. Boudïe … si avec cet article les prescripteurs ne se mettent pas à a minima à douter en masse et à paniquer, c’est à désespérer.

    Est il possible, pour les rédacteurs de l’article, d’avoir une idée, via les responsables de la revue, du nombre de lecteurs? En général ? Par pays ?
    Est ce que, parmi les médecins ici présents, il y a déjà des échos parmi vos confrères ?
    J’ai vu que c’est déjà diffusé sur des blogs (par exemple par “Orbes” sur le blog du dr Laurent Vercoustre), je diffuse aussi de mon côté, mais combien de ces gouttes d’eau faudra t’il pour que les médecins aient en masse connaissance de cet article qui paraît pourtant imparable ?

    1. ” mais combien de ces gouttes d’eau faudra t’il pour que les médecins aient en masse connaissance de cet article qui paraît pourtant imparable ?”.
      Apparemment c’est un océan qu’il faudrait et encore faudrait-il que ces médecins se donnent la peine de lire ce genre d’article ce qui me semble illusoire ! ici, dans cette belle occitanie et plus précisément en ariège et dans l’aude, les MT et autres cardiologues semblent bien loin de “l’instruction continue” qui devrait dans cette discipline, être une obligation. Ils semblent tomber des nues, lorsqu’on leur parle de ce “cholestérol innocent”. Ils montent sur leurs “grands chevaux” et vous traitent comme un demeuré, surtout si vous avez dépassé la soixantaine, ils vous soupçonnent de je ne sais quelle maladie dégénérative ! alors comment voulez-vous que l’on s’en sorte ! je me le demande et j’ai bien peur que dans 10 ans le MT lambda colle encore des statines à son pauvre patient ignorant. Les médecins sont de plus en plus formatés, ils ne savent même plus réfléchir par eux-mêmes, ils te collent le médicament qui va avec la maladie sans se poser de question et surtout sans TE poser de question. Je suis estomaquée de voir qu’un médecin qui te voit pour la première fois, ne te demande rien, ne s’intéresse absolument pas à ta personne, ne sais pas qui tu es, d’où tu viens, si tu as des enfants ou pas, si tu es allergique, quels sont tes antécédents médicaux. C’est effarent ! c’est affligeant !
      Alors : ” si avec cet article les prescripteurs ne se mettent pas à a minima à douter en masse et à paniquer…” on est loin, très loin d’une panique générale !!!

  4. Je reçois des ” phishing” qui bloquent mon ordi avec pour expéditeur ” delorg ” ; n’ouvrez pas c’est du racket !!

    Y -a -t’il un lien rapport avec le logeur du nouveau site ?

    1. Moi pas savoir !
      Faut demander à France Inter ; y savent tout à France Inter, notamment sur les vaccins ; vous pouvez leur faire confiance !

  5. Un HS pour prendre date
    ======================================
    Me permettez-vous , Captain , de porter un coup de griffes à votre ami Marc Girard ?

    Apprécié ici pour ses dénonciations de l’obligation vaccinale , entre autres , il écrit aussi des horreurs et je voudrais en souligner une . Je précise que je ne consulte plus son blog-fermé depuis presque un an .
    Donc M le Maudit écrivait un papier rageur sur le Baclofène , médicament dont j’ai causé sur ce blog il y a quelques jours ; j’espère que Philiochard a pris Rv chez Affle -2000 .
    Il commençait son papier-haine ( j’ai pas osé le mot cul ) en dézinguant honteusement et fallacieusement un mort , Olivier Ameisen , chirurgien cardiaque aux USA , alcoolique notoire , qui essaya le Baclofène ( un myo relaxant destiné aux malades SEP ) , y trouva à doses assez fortes une rémission extra-ordinaire ; il écrivit un bouquin ” le dernier verre ” et à ce jour des milliers de médecins prescrivent le Baclofène à des alcoolos qui s’en trouvent biens ( 50 % de plus d’ indépendance à l’alcool par rapport aux médocs classiques ou cures psychiatro-psychanalytiques ) .
    Olivier Ameisen , très affaibli par ses années de picole est décédé en 2013 . Le Baclofène vient d’obtebir une AMM ( avec des restrictions de doses assez incompréhensibles ) ; l’ ANSES a des raisons que la raison des non-corrompus ne peut connaitre ) .

    Bref , M la Haine s’évertua à dézinguer ce médicament , que c’était une escroquerie ….. 3 pages de contre-vérités , c’est le tarif ; a-t-il , depuis , modifié son jugement ? On peut en douter, car capacité de repentance et d’empathie est inversement proportionnelle à sa dépendance intellectuelle aux théories freudienne . C’est liè : l’alcoolisme dans les centres de désintox est le fait de psychiatres freudiens , qui comme pour l’autisme en HP ( souvenez-vous que M le Chaffoin soutenait y a peu : ” l’autisme quoi qu’on en dise c’est la mère ! ” ) ont zappé le rôle du microbiote , des découvertes neuro-scientifiques récentes ( nous avons la chance d’avoir Stanislas Dehaene ) , et tout ce qui dérangerait leurs confort intellectuel.

    Voilà , ça vous parait pas trop dur à l’encontre de M le Mépris ?

    1. Si ce médicament est d’une efficacité si foudroyante, on attend encore des essais cliniques de bonnes qualité qui le prouvent (depuis presque 10 ans…)

      Quant à l’article de Girard sus mentionné, c’est celui de septembre 2016 ? Je n’y ai rien lu de scandaleux, la mention sur Ameisen a appelé une note de bas de page.

      1. Fait rarissime : l’ANSES en a conduit deux !
        – La première à des doses faibles , les résus sont aussi bons qu’avec les médocs prescrits depuis lurette ( faible effets ).
        -La seconde à doses plus fortes ( c’est à chaque patients d’augmenter les doses jusqu’à trouver le bon dosage , en gros ) à été très concluante .
        Depuis plusieurs années le Baclofène bénéficie d’une AUT renouvelée , puis d’une AMM depuis peu .
        Crois-tu que l ‘ ANSES l’aurait approuvée pour une molécule ancienne que les ” pontes ” déteste ( rien à gagner pour BigPharma , donc pas de retombées pour les leaders d’opinion ) mais que les praticiens de terrain et les assos de malades plébiscitent ?
        Tu me cherches sur un sujet que tu ignores , hein ,because j’ai eu l’outrecuidance de critiquer Marco ?
        ( relis le début de l’article – à moins qu’il ne l’ait modifié – il en est capable ce diable – ou il insinue honteusement que ce produit ne vaut rien , pour preuve , Olivier Ameisen est mort X… mois après sa découverte……drôle de preuve négative pour un expert auto- proclamé ) .
        Inutile de me répondre , tu aggraverais ton cas . Salut .

        1. Je vais te répondre quand même par ce que j’ai demandé des essais de “bonne qualité”.

          L’essai ALPADIR est minable, effectif faible et + de 40% de taux de sortie prématuré ? what the fuck ?

          Ensuite BACLOVILLE : protocole initial non respecté. taux de sortie anticipée de + de 50% dans le bras traité au baclofène pour cause d’effets indésirables sévères. Efficacité un peu au delà du placebo mais loin d’être foudroyante.

          C’est ça le prétendu “médicament miracle” ? C’est ça (pour te citer) une expérience “très concluante” ?

          1. T’es plus dur que l’ANSES ( et les spécialistes qui ont commenté BACLOVILLE ) qui elle n’a fait aucun cadeau à ce médoc , hi hi hi….. va au diable , il te reconnaitra .

            NB 1 : d’où tu sort ta science , pour critiquer BACLOVILLE et ALPADIR ?
            NB 2 : De 40 à 50 % de sorties , chez des alcoolos bien touchés , c’est assez normal , quand on sait le nombre alcoolos moyens qui s’ignorent .

          2. J’espère que tu écoutes France Inter ( il est 19H48 le 29 /10 ) , sinon le podcast .

            Descends de ton Olympe et écoute les patients et les professionnels de terrain .
            Evite le Marcotage , ça rend sot .

          3. Et oui , c’ est ça qui va pas : cette partialite indeniable . Aucune remise en question et on en est meme quitte a changer les arguments en plein cours d’ une discussion. Merci Ribouldingue d’ etre credible ici .

        2. @ Freamer

          Conclusion du rapport :

          ” En conclusion et en l’état des données évaluées par le CSST, l’efficacité du baclofène dans la réduction de la consommation d’alcool chez les patients adultes présentant une dépendance à l’alcool et une
          consommation d’alcool à risque élevé, telle que présentée dans le dossier de demande d’AMM, a été
          jugée cliniquement insuffisante. Ceci, ajouté à un risque potentiellement accru de développer des
          événements indésirables graves (y compris des décès
          ) en particulier à des doses élevées, conduit à
          considérer que le rapport bénéfice/risque
          de l’utilisation du baclofène dans le traitement de patients
          alcoolodépendants est négatif ” .

          OK ! ….mais l’ ANSES accorde l’ AMM 4 mois plus tard , contre l’avis de ce comité , vous avez dit bizarre ? …..
          Tous les acteurs de terrain , les patients en cours de traitement , les prescripteurs de Baclofène ont fait un foin du diable pour démentir par les preuves ce scandaleux rapport .
          Ce que Martin, directeur de ANSES , a reconnu hier soir sur F Inter, implicitement ;
          Ceux qui volontairement oublient que le principal effet bénéfique du Bacloféne, est d’annuler le craving , ceux-là sont de dangereux tricheurs .
          Fin du set pour moi et je fais le mort sur ce blog jusqu’en 2019 –
          certains pourront dire ” ouf ” , ” enfin ! “, ” pas trop tôt ” ; les méandres , circonvolutions , inamitiés de certains ( y compris du Boss ) auront eues raison de…….zzzzzzzzzzz ( ronfle ).

          1. Vous dites : “inamitiés de certains ( y compris du Boss)
            Hum !
            Moitrouvermoi très indulgent, tolérant et même bienveillant…
            Hum !

          2. Euh.. Le baclofène serait il un médicament homéopathique ? effet placébo ? “Effet propre du baclofène, quand il a pu être significativement mis en évidence par rapport au placebo, était incontestablement très faible”.
            “Risque potentiellement accru de développer des événements indésirables graves (y compris des décès)” ? Sont pointilleux à l’ ANSES et accordent quand même l’AMM , ça me rappelle les STATINES …
            Mais bon, suis pas alcolo ni dépressif, alors m’en fiche du baclofène, me concentre actuellement sur l’impact des pesticides sur la santé, voir ceci :
            http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/%c2%abb%c3%a9b%c3%a9s-sans-bras%c2%bb-onze-nouveaux-cas-dans-lain/ar-BBP7wTR?li=BBoJIji

          3. Pour faire suite à mon commentaire précédent contenant le lien vers le l’article sur les bébés nés sans bras, l’actualité en rajoute une couche aujourd’hui, de nombreux autres pauvres gosses sont nés dans l’Ain et dans d’autres régions agricoles à proximité notamment des champs de culture de maïs ( riche en Oméga 6 mais surtout en pesticides) que les “autorités” de santé ont bien caché jusqu’à présent… et on a essayé de faire taire la lanceuse d’alerte.Cela révélera la duplicité et les conflits d’intérêts des dites « Autorité » car ce sont en enfants qui sont touchés !Pas des “vieux” comme nous, c’est un sujet qui touche le cœur des parents et maintenant que le lièvre est levé ça suivra peut-être pour la vaccination obligatoire, voire pour les Statines et le mensonge sur le cholestérol ( objet principal de ce blog info) … On ne peut pas toujours tout cacher et ce n’est parce que quelques “médecins” médiatiques font encore plus le clown qu’avant que cela enraillera la marche de la vérité. C’est tout cas ce que j’espère et crois. Amen.

      1. Marc Girard n’est certainement pas méprisant, je ne comprends pas comment on peut le cataloguer de cette manière.

        Il est clairement “bienveillant”.

        A l’heure où les informations concernant l’imminence d’une vaccination obligatoire contre les papillomavirus n’a jamais été aussi alarmante, ce n’est vraiment pas le moment de le critiquer.

        Marc est bienveillant, c’est le gars qui ne s’est pas couché lorsque sa sécurité personnelle a été menacé. Il a défendu comme il a pu les citoyens qui lui ont fait confiance, ses articles de la série “quand les victimes témoignent de leur expertise” montre ce qu’il a dû affronter.

        Il y a des moments où le malheureux a besoin d’avoir un défenseur à la hauteur du job…

        Marc était le gars qui était capable de faire le job.

        1. Quand un produit ( le Baclofène dans le traitement de l’alcoolisme ) une découverte en neurosciences ( EMDR , conscient-inconscient…..etc ) des découvertes médicales majeures ( influence considérable du microbiote intestinal – et notamment dans dans l’autisme ) remettent en question et invalident les théories et pratiques psychiatro- freudienne , alors M le MAUDIT réfute , dézingue et nie sans preuves .

          Pour les vaccins t’as peut-être raison , je ne le lis plus depuis lurette ; la confiance est rompue depuis son papier sur le Baclofène
          Si tu arrivais à sortir de ton ” tropisme vaccins ” , alors tu constaterais qu’il se passe plein de belles choses en sciences et médecine .

          1. je ne vois pas le rapport avec ce que vous appelez la théorie psychiatro freudienne surtout que Freud était avant tout neurologue et convaincu qu’il y avait une origine anatomique à ce qu’il décrivait.
            Je ne vais pas ou très rarement chez MG trop long trop tarabiscoté et surtout trop narcissique (Freud???
            Mais je suis allé lire son truc sur le BACLOFENE et là c’est vraiment pitoyable il ne connait visiblement pas la question .
            je suis prescripteur depuis 6 ans et demi et je lui expliquerai peut-être un jour !!
            Enfin Emilio dire que MG est bienveillant foufoufou il faut que tu m”expliques ta définition du mot bienveillant parce que le Girard il d&zingue plutôt !!

          2. Oui tonton Marco nous fait le grand Méchant Loup ; il en veut à “Freluquet” [vraiment trop facile…] et aussi à moi ; moi pas comprendre ; mais, pour dire vrai, et quel que soit la déception que cela provoquera chez Emilio, je suis trop occupé par ailleurs pour me fâcher et m’apprête à recevoir une avalanche de conneries, mensonges et avanies pour la sortie (imminente) de mon dernier opus sur les vaccins.
            Faut dire que je ne me suis pas privé de quelques provocations (dès la page de couverture) qui vont faire hurler des Loups enragés bien pires que tonton Marco…

          3. Je ne pourrai être plus d’accord avec tes commentaires sur les attaques contre le baclofène. Un certain nombre d’experts auto proclamés profitent probablement de leur absence totale d’expérience en la matière pour descendre ce traitement et la nouvelle donne qui va avec (RDR en alcoologie, gestion de conso, paradigme modifié avec patient décideur…) sans que je ne comprenne d’ailleurs les tenants et les aboutissants de cette fronde ! On pourrait s’attendre au contraire au vu des positions sur nos autres sujets habituels…

        2. Je me range derrière le commentaire d’Emilio : j’y ajouterais ma consternation – et ma désolation – au constat que certains s’évertuent à ne pas comprendre son message, allant jusqu’à déformer ses propos.

          C’est vraisemblablement son intransigeance et son refus de la compromission qui dérangent à ce point ses “détracteurs” zélés…

          1. @JMREHBY

            Vous êtes prescripteur, et ?
            Que dire des “prescripteurs” de vaccins, ou des “prescripteurs” de statines, pour ne citer qu’eux ? Eux, Ils savent, et mieux que les autres ?… on peut donc leur faire confiance puisqu’ils sont “prescripteurs”.
            Dormez tranquilles braves gens…

            Quant à la bienveillance, faudrait un jour que certains nous en donnent leur définition.
            Inutile que je renvois vers le dernier article de Marc Girard, ça piquerait trop les yeux…

      2. Ribouldingue & Philochard sont en bateau .
        La théorie freudienne tombe à l’eau .
        Qui n’a pas le slip mouillé sur le bateau , hein ?

          1. ” J’ai pas lu , j’ai pas vu , mais j’en ai entendu causé “

          2. @Barjo’Boule

            Comme je suppose ton usage de l’arabe peu fréquent, permets-moi de te rappeler que Layla signifie « les nuits » , objet de tous les fantasmes et de biens des aspirations. Ton inconscient se jouerait-il de toi ? Même en musique il est manifeste ou peut-être devrais-je dire surtout en musique comme dans les rêves.
            Comme le chantait si bien mon frère Khalil :
            « Le silence règne dans la nuit, et sous la parure du silence
            se cachent les rêves.
            La pleine lune parcourt le ciel, et il est des yeux dans la lune qui scrutent les jours.
            Ô fille des champs, allons donc visiter
            la vigne des amoureux ;
            peut-être ce verjus là-bas saura-t-il étancher
            l’ardeur de nos désirs… »

            Santé et chants méditerranéens

  6. Les patients “entêtés” (j’en connais, j’ai même failli m’en rendre une à cause de ça) arrêteront d’autant moins leurs traitements que leurs cardios entêtés continueront de leur prescrire…

    C’est comme une religion ou le communisme, mieux vaut crever que changer d’avis.

    1. Ou comme un pédiatre face au problème des vaccins ; ou comme un virologue face à des données épidémiologiques ; ou comme un bactériologue face au système immunitaire ; ou comme un crapaud posé sur une selle de moto…

    2. Sauf erreur de ma part, il n’y a dans votre article aucun lien vers l’article cité.
      Peut-on l’avoir?
      D’avance je vous remercie

      1. Regardez mieux ; c’est même souligné en jaune…
        C’est vrai qu’il est parfois difficile de “reproduire” des documents…
        Je vous envoie un pdf ; ne le répétez pas, je risquerais d’y passer mes journées !

    1. Z’avons pas essayé ; même pas la peine… Z’avons assez pour mettre les derniers clous au couvercle du cercueil…

  7. ouais ben c’est pas gagné de changer les mentalités surtout chez les cardiologues….
    tu pourrais mettre l’étude en lien? c’est en open access ? ou au moins l’abstract?

Merci d'avance, pour le 48 +1 eme commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *