Vive agitation dans le monde des statines … qu’ils doivent désormais défendre…

 

C’est le monde à l’envers en ce mois de Septembre 2016 !

Les défenseurs (parfois fanatisés) des statines doivent maintenant défendre ces médicaments plutôt que de simplement et sereinement décrire leurs effets : avons-nous besoin de grands discours pour justifier la pénicilline ?

Pas moins de 30 pages dans la dernière livraison de la revue médicale anglaise le Lancet pour affirmer encore que les statines sauvent des vies et que leur toxicité est très faible.

Serait-ce que certains douteraient ; et qu’il faille un tel armada pour convaincre les sceptiques ?

Certes le Lancet est une sorte d’organe « officieux » de l’industrie pharmaceutique, comme on disait du temps de la « guerre froide » ; et il faut prendre ce qu’on y lit avec beaucoup de prudence…

Et ne pas avoir l’illusion que le le Lancet pourrait proposer 30 pages à quiconque présenterait un argumentaire plus équilibré ou contradictoire ; dans le petit monde des statines, on ne parle que d’une voix… L’exact opposé de la démarche scientifique !

Et cette voix est celle de notre ami Sir Rory Collins dont nous avions un peu parlé en Mars 2015 [relisez le billet publié sur ce blog à cette époque, s'il-vous-plait ; c'est facile à retrouver] lorsqu’il confessa ses odieux mensonges à propos des statines. Le revoilà, notre Rory, frais et dispos comme si de rien n’était ; nous savons que c’est la spécialité des faux « spécialistes » de notre triste époque et dans toutes les disciplines : avoir généralement tort mais toujours renaître nouveau « expert et spécialiste »…

Pour plus d’information sur notre ami Sir Rory Collins, je renvoie les visiteurs de ce blog au 1er chapitre de mon livre L’horrible vérité sur les médicaments anticholestérol.

Impossible d’enterrer Sir Rory qui nous revient donc en Septembre 2016 pour ressasser ce qu’il a déjà écrit tant de fois ; seuls les naïfs et les incultes pourront découvrir quelque chose d’original dans ces 30 pages péremptoires ; sauf un rapide détour vers la dernière étude publiée sur les statines et appelée HOPE 3.

Je la cite car en Avril 2016, j’avais écrit un billet pour expliquer pourquoi l’étude HOPE 3 (testant la rosuvastatine contre un placebo) est  risible. Le titre du billet : Rosuvastatine (Crestor*) dans HOPE 3. Je vous laisse le relire tranquillement.

Que Sir Rory puisse s’inspirer de cette étude pour vanter les statines laisse penser que : soit il n’a pas vu les biais majeurs dont elle est coupable ; soit (plus probable) il est commissionné pour en dire du bien… Pas de commentaire supplémentaire !

Les auteurs (pas seulement Sir Rory, leur leader) de ce dithyrambique article de 30 pages [visant à nous expliquer - c'est un comble quand même - comment nous devrions (ou aurions dû) interpréter les données dites scientifiques qu'ils ont eux-mêmes produites au cours des 20 dernières années] ont TOUS un autre problème de crédibilité : ils sont liés de façon étroite, voire intime, avec l’industrie des statines.

Dit autrement, pour nous scientifiques, médecins et patients, ces auteurs sont les dernières personnes que nous devons écouter pour essayer d’éclairer la question des statines.

Seuls des vrais experts vraiment indépendants sont habilités à aider d’autres à « interpréter », c’est-à-dire à comprendre au-delà de ce que les faits disent par eux-mêmes, ce qui en principe devrait suffire.

Dit encore autrement, « interpréter », nous savons faire, merci, et peut-être mieux que ces experts rémunérés.

Comme les billets d’un blog doivent être brefs, je vais m’interrompre ici ; en finissant par une dernière petite remarque : Sir Rory et ses amis se moquent de ceux qui soupçonnent (très fortement) les statines de provoquer ou favoriser les cancers. Son argumentaire est simple : dans les essais cliniques qu’ils ont conduit, et dont la durée variait en moyenne de 3 à 5 ans, ils n’ont pas mis en évidence de franches augmentations des cancers dans les groupes sous statine…

J’encourage les visiteurs de ce blog à lire en urgence le chapitre que j’ai consacré aux cancers dans mon livre sur les médicaments anticholestérol [L'horrible vérité sur...] ; ils pourront mesurer l’inénarrable naïveté (ou bêtise) de Sir Rory et ses collègues.

Vite, les cancers sont des maladies pénibles ; et les éviter pourrait vous sauver la vie !

 

 

 

 

 

54 réflexions au sujet de « Vive agitation dans le monde des statines … qu’ils doivent désormais défendre… »

  1. Jean-Marc REHBY

    Encore une petite histoire:
     » Je suis médecin coordonnateur d’une structure d’accueil ACT pour patient avec pathologie grave ou poly-pathologie. Ces patient sont dans la rue ou en prison où les soins ne sont pas possibles.
    Arrive un brave pépère avec un cancer coronarien diabétique et je ne sais plus quoi et tous les médocs qui vont avec.
    Avec sont dossier une lettre de trois pages de la neurologie au CHRU après une hospitalisation de 10 jours pour exploration de « douleurs musculaires diffuses évoquant une poly-neuropathie ». Magnifique bilan super exhaustjf avec des examens que je ne sais même pas quoi c’est !!Bilan totalement négatif.
    Je dis en rigolant à l’infirmière qui me connait bien il ne prendrait pas du CRESTOR par hasard ??
    BINGO CRESTOR 20 + EZETROL.
    Et bien vous me croirez si vous voulez mais pas un mot sur la possible responsabilité de ce traitement .
    Je fait donc une lettre de trois pages à son médecin traitant : petit a petit b et bla et bla tout bien pour lui dire d’arrêter d’empoisonner ce brave homme avec référence et tout et tout.
    Que croyez vous qu’il arriva ??? hein dites un peu pour voir???
    ELLE L’A ENVOYE CHEZ LE CARDIOLOGUE POUR AVOIR SON AVIS
    ELLE EST PAS BELLE LA VIE !!!!!

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      Ça énerve, ça énerve, c’est sûr !
      Mais ça avance puisqu’on ne rejette pas d’emblée la possibilité que…
      Sauf que le cardiologue, du haut de son savoir omniscience, et qui est peut-être le prescripteur…
      Vingt Dieux !

    2. phil
      En réponse à : Jean-Marc REHBY

      je l’avais pas vu celle-là

      la priorité du médecin ici n’est pas de soigner le patient mais de se couvrir, des fois qu’on irait – simultanément – à l’encontre de la HAS et du cardio. Soit un truc comme de la non-assistance à personne en danger (la personne en danger c’est ici le médecin, rire jaune)

      Et oui on n’est pas sorti de l’auberge, en arrivant à l’hosto il faut être armé jusqu’aux dents. Et c’est rarement le cas on le sait bien

  2. Jabeau

    Les croyances sont partout. Les croyances colorent en bien ou mal tout ce qu’elles touchent, et notre cerveau réagit déjà (rhinencéphale) avant même que la moindre analyse rationnelle n’ait encore pu commencer (cortex). Et quand l’analyse ‘scientifique’ débute, on sait déjà le résultat, car la coloration bon ou mauvais était déjà présente dans notre cervelle dès le départ. Nos cerveaux étant pipés d’avance, il me paraît inutile de chercher un ‘vrai’ expert tel Diogène allumant sa lanterne…
    Un exemple concret : un ami m’affirme avoir enfin trouvé un moyen de gagner à la loterie : selon sa méthode, les chances de gagner sont augmentées de 100% absolument. Démontré scientifiquement, dans 100% des cas. Qui pense que c’est possible ? Croyez-vous que mon ami dise la vérité vraie?

    1. Diététicienne
      En réponse à : Jabeau

      Si la chance de gagner à la loterie est de 1/36.000 par exemple, augmenter la chance de gagner de 100% revient à la doubler non ?
      Soit une chance sur 18.000… ce qui est toujours très faible lol

      1. Jabeau
        En réponse à : Diététicienne

        @Dieteticienne : …et pour cela il suffit d’acheter un deuxième billet ! Il est donc très facile de faire faire +100% à une probabilité de gagner. L’arnaque est dans l’écriture « % » qui évoque intuitivement une proportion alors qu’un rapport de risque doit s’écrire « x 2″ dans le cas d’un 2ème billet. Exigeons que les risques relatifs soient tous exprimés sous forme d’un rapport (0,8 par exemple) et plus jamais sous la forme de pourcentage (-20% dans le cas de 0,8) qui fait rêver les prescripteurs, persuadés qu’en diminuant la probabilité de mourir de 20 %, cela fait 20 morts en moins sur 100 de prévus ce qui est complètement faux. Le risque absolu possède un dénominateur (Ah quelle chose précieuse et rare qu’un bon dénominateur !) le risque relatif n’en possède plus ! Larguez les amarres, tous les rêves sont permis sans dénominateur…c’est pour cela qu’il reste encore des prescripteurs de statines. Laissons-les à quai, que les lamaneurs apportent les dénominateurs, vite !

  3. aubepine

    L’homme n’était pas destiné à faire partie d’un troupeau comme un animal domestique,
    mais d’une ruche comme une abeille !

    Emmanuel Kant

      1. papynou34
        En réponse à : Michel de Lorgeril

        J’avais lu avec attention votre billet sur ce personnage. Ce qui m’a surpris dans le lien que j’ai mis c’est la somme de 268 million de £.
        Poue le personnage, je crois que nous sommes tousd’accord à son sujet.

  4. aubepine

    Ces hommes obnubilés par le gain, leur personne, le prestige étaient qualifiés d’INFERIEURS par ce sage que fut CONFUCIUS, , En opposition à l’homme de bien (au sens noble), de morale etc …qu’il disait SUPERIEUR.

  5. Tricnaux André

    A propos des eaux thermales. Je crois que début 19è s, voire même après, on a fait de la pub pour des cures thermales en Foret Noire pour lutter contre l’arthrose et surtout arrêter de souffrir. L’eau était bourrée d’uranium. Résultats : 100 % des traités ne souffraient plus. Bon, ils étaient simplement morts.

  6. Tricnaux André

    J’ai oublié de dire , je viens de lire « l horrible vérité …  » , c’est stupéfiant !
    J’avais déjà arreté le crestor début d’année, je me sens super bien depuis. J’ai un doute sur la corrélation crestor et arythmie (fibrilation auriculaire) que j’ai attrapé après un an de statines à faible dose car je prenais 10 mg 1 jour sur 2 (cause musculaire). J’espère ne pas être trop intoxiqué. Je suis presque certain (mais tout peut arriver autrement) que ma fibrilation est venue de la prise de statines.
    Je suis un patient comme beaucoup d’autres qui fait ce que son médecin , son cardiologue lui dit de faire.
    Heureusement qu’internet m’a fait ouvrir les yeux et que je suis tombé sur quelques uns de vos commentaires en début d’année.

  7. RV

    Juste une remarque, c’est difficile en France de trouver un cardio qui n’est pas shooté aux statines! Le mien, consulté récemment, après changement de domicile (retraite), veut me faire descendre mon LDL à 0,7 mg! Alors que je me porte comme un charme, avec une activité physique régulière et assez intense (vélo), sans le moindre symptôme CV. Plus du jardinage intense.
    Après un an de Tahor puis de Crestor après un SCA il y a 8 ans, douleurs musculaires ++ après chaque effort physique, vélo etc.., donc statines stop et plus jamais, surtout après les excellents livres du Pr Even et du Dr De Lorgeril. Je prévois des consultations un peu…tendues…avec mon cardio. Un comble!
    Mais après tout chacun a le choix de ses décisions en matière de traitement.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : RV

      C’est votre médecin référent qui décide, pas le cardio qui n’est qu’un consultant.
      C’est donc avec votre médecin référent qu’il faut discuter ; et certainement pas vous disputer ! Respectons le corps médical ! Ah !

      Cela dit, l’exercice physique ne suffit pas pour se protéger !
      Lisez vite « Prévenir l’infarctus et l’AVC » ; ça pourrait vous sauver la vie !

  8. Ping : L’escroquerie sur le cholestérol ! | frontieresblog

  9. Mailly

    Bonjour !
    A la recherche d’articles sur statines et cancer du pancréas , je tombe sur des études et articles (notamment sur le site de l’Arc), vantant le fait que la prise de statines diminue le risque et également améliore le traitement du cancer du pancréas !
    En fait je cherchais des études sur : la prise de statines peut elle entraîner un cancer du pancréas ?
    Qu’en pensez vous ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : Mailly

      Concernant les effets bénéfiques d’un quelconque traitement, seuls les essais cliniques randomisés ont de la valeur.
      Aucune institution, JAMAIS, ne se basera sur des études d’observation (on dit aussi « études épidémiologiques ») pour valider l’utilité d’un traitement.
      Pourquoi ?
      Parce que le type d’études que vous citez est soumis à un biais majeur, appelé (pour rire) « biais du patient en bonne santé » ; ce qui veut simplement dire qu’un patient qui s’est vu prescrire une statine a beaucoup plus de chance d’échapper à un cancer ou de répondre positivement à la chimiothérapie qu’un patient « négligé » ou abandonné dans notre société, notamment aux USA…

      Se voir prescrire une statine signifie (en générale et en moyenne) qu’on a un cholestérol élevé et un risque abaissé de cancers par rapport à un autre qui a un cholestérol bas et un risque plus élevé de cancers.
      Pour plus d’explication, voir mon livre « L’Horrible vérité sur… »
      Cette relative protection s’efface (assez) rapidement et après environ 8-10 ans, les statines sont associées à une augmentation des cancers !
      Bon courage !

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.