STATINES ET DECES PAR CANCER(S) : nouvelle poussée délirante !

 

Malgré de nombreuses tentatives de faire croire que les statines étaient des agents anticancéreux, l’échec est patent ; même les experts travaillant pour l’industrie admettent qu’au mieux, les statines ont un effet neutre sur le risque de cancers.

C’est faux, évidemment, avoir un cholestérol bas ou l’avoir abaissé avec un médicament ou un régime augmente le risque d’avoir un cancer ; j’y reviendrai prochainement dans le livre que nous préparons.

Mais, bon, certains s’acharnent à vouloir faire de ces médicaments des traitements utiles dans les cancers. Je ne ferai pas de commentaires déplaisants sur ces personnes mais je confesse qu’ils me font beaucoup rire, quoiqu’un peu jaune quand je constate que leurs arguments sont repris par quelques médias analphabètes.

Faute de pouvoir montrer un effet sur l’incidence, nos « experts » (généralement non médecins) en épidémiologie et cancérologie essaient de se rattraper avec le concept de « décès par cancers ».

L’idée est que les patients cancéreux traités par statine verraient leur risque d’en décéder réduit par rapport aux cancéreux sans statine. Sous-jacent l’espoir qu’un industriel de la statine financerait un essai clinique dans ce contexte et dont nos experts seraient les vedettes : 10 ans de gloriole et de financement assuré pour un labo d’épidémiologie, ce n’est pas rien…

Comment font-ils ?

Il y a plusieurs circonstances possibles ; je donne un exemple simple.

Ils consultent d’énormes banques de données [c'est le concept de "Bigdata"...] où ils repèrent des patients décédés de cancer (1ère base de données) ; puis ils consultent d’énormes banques de données où ils repèrent les patients traités par statines (2ème base de données) ; et enfin ils croisent ces bases de données en constituant un groupe traité par statine jusqu’au décès et un autre sans statine et ils comparent le temps passé entre la date du diagnostic de cancer et la date du décès par cancer. Voilà le travail !

S’il y a une différence dans les délais entre les deux groupes, ils concluent qu’avoir été traités par statine avait protégé et que les statines sont de agents anticancers.

Évidemment, ils proposent une multitude d’ajustements statistiques pour contrôler tous les facteurs qui peuvent avoir biaisé les analyses.

Tous les lecteurs de ce bref message ont compris qu’il était impossible avec cette technique à la fois frustre [c'est très compliqué un patient traité pour cancer ; et il est impossible de prévoir a posteriori (ou d'imaginer sans le dossier clinique journalier) toutes les circonstances individuelles qui font qu'un patient va continuer son traitement par statine ou pas] mais formidable [Bigdata]…

Il tombe sous le sens toutefois que ce sont les patients avec le plus mauvais pronostic (je ne rentre pas dans les détails) et qui subiront le plus de traitements toxiques (et pas forcément salvateurs), qui vont arrêter le traitement par statine. Leurs médecins ne vont pas s’acharner à prévenir un très hypothétique infarctus avec une statine au moment où ils essaient désespérément de repousser l’issue fatale due au cancer…

Inversement, ceux pour lesquels le cancer diagnostiqué ne va être qu’une péripétie [petit nodule, petite chirurgie, un peu de radiothérapie... je simplifie...] vite oubliée, la prévention de l’infarctus avec une statine va rapidement redevenir la priorité : bon pronostic du cancer, bon état général et peu de thérapie anticancéreuse et nous voilà à nouveau avec la statine…

Le biais d’analyse est évident dans cet exemple : attribuer le meilleur pronostic à la statine est ridicule. C’est un classique en épidémiologie ; on appelle ça « un biais de causalité inverse » ; c’est parce qu’on a un bon pronostic qu’on a la statine et pas l’inverse…

Il va être très difficile, et dans la majorité des cas, pour un épidémiologiste travaillant (d’arrache-pied) sur des bases de données abstraites, de contrôler tous les facteurs spécifiquement cliniques susceptibles d’introduire ce type de biais.

C’est pourquoi, seul l’essai clinique avec tirage au sort et placebo permet de démontrer un effet protecteur d’un médicament ! L’épidémiologie ne le peut et dans la majorité des articles rapportant une relation inverse entre statine et mortalité par cancer, les auteurs concluent de cette manière : il nous faut un essai clinique pour confirmer notre hypothèse…

Le média analphabète qui rapporte l’étude et qui veut faire du spectaculaire-marchand [son éditeur-en-chef ne prendra pas son article si sa conclusion est qu'on ne peut rien conclure...] oublie de conclure honnêtement qu’on ne peut rien conclure et que cette étude épidémiologique est littéralement… sans intérêt !

Rappel : seul l’essai clinique permet de montrer un bénéfice !

Inversement si cette étude avait montré que les statines augmentent le risque de décéder rapidement du cancer diagnostiqué auparavant, aurait-il fallu prendre les choses au sérieux ?

Bien sûr !

Pourquoi ?

Parce que si [je reste dans le cas très simple décrit ci-dessus] l’illusoire facteur protecteur induit par le bais de causalité inverse a été effacé et même « retourné », c’est que la probabilité d’une forte toxicité est très élevée…

Bon entendeur…

 

 

 

 

 

 

 

 

57 réflexions au sujet de « STATINES ET DECES PAR CANCER(S) : nouvelle poussée délirante ! »

  1. londoner

    Hors sujet:

    Avez vous lu le dernier numero du magazine ca minteresse (412) sur les huiles par votre confrere Duval?
    Une double page illustree bien pratique et edifiante, j’y ai appris que l’augmentation du cholesterol est due a de l’inflammation chronique elle meme provoquee par un desequilibre omegas 6 et 3.

    J’adore cette revue.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : londoner

      Désolé, je ne peux cautionner cette sorte d’affirmation (que l’inflammation donne du cholestérol…) ; je suis presque sûr que vous avez mal lu… Je l’espère !

  2. Rangiroa

    Bonjour à tous, juste une nouveauté chez un cardiologue descendu dans le midi dans un ch, tout près de la Méditerranée !!! Il prêche pour que les hommes de 50 ans fassent une coronarographie en prévention!!!! Car entre 50 et 55 ans c’est l’âge critique des infarctus, dixite le cardiologue, mais aucune éducation alimentaire,( ce n’est pas rentable….pour lui). Je vous tiens au courant de ce monsieur de 86 ans, diabétique, cancer prostate (sc de firmagon) et sous statines, il a arrêté les statines il y a plus de 3 mois, et son moral est beaucoup mieux, plus gai, plus détendu, et de sa propre initiative à décider d’arrêter le firmagon qui le fatiguait pendant une dizaine de jour chaque mois,.il s’occupe de ses abeilles, vraiment on note une différence de comportement, dire a quoi c’est du? Je ne sais pas mais je sais que au moins il fait plus de bien à son corps en évitant de s’empoisonner!! Il me tarde vraiment de lire votre nouveau livre!

  3. londoner

    J’ai surement fait un contre sens, mais je voudrais vous citer les passages (resumes) qui m’ont fait mal comprendre :

    Jean-Michel Chardigny:

    « Le gras abdominal est capable de produire de nombreuses substances: les adipokines.
    Celles ci contribuent a l’installation d’un etat inflammatoire chronique propice a de nombreuses maladies. »

    Gerard Ailhaud:

    « Ce desequilibre (omegas 6 et 3) favorise l’obesite de generation en generation.Les omegas 6 participent a la synthese de certaines prostaglandines, substances qui favorisent l’inflammation et le developpement du tissu adipeux »

    Magazine:

    Les experts sont aujourd’hui unanimes: le cholesterol contenu dans les aliments n’augmente pas son taux sanguin sauf en cas d’hypercholesterolemie familiale.Un organisme en bonne sante regule naturellement sa production en fonction des apports.
    En revanche, l’inflammation favorisee par les graisses abdominales affecte cette capacite de regulation.

    Ce serait bien d’avoir votre avis/critique sur cet article dense que j’ai eu du mal a assimiler. J’ai ete etonnee de ne pas voir votre nom parmi les contributions, mais peut etre etes vous cite dans un autre numero.

    liste des specialistes interroges:

    Pierre Weill
    J-M Chardigny
    Philippe Legrand
    Gerard Ailhaud
    Francis Delpeuch (IRD-nutrition publique)
    Aurelie Trouve (ingenieur agronome)
    Claude Fischler (sociologue)
    Bernard Begaud (pharmacologie)

    cette revue est populaire et tres lue.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : londoner

      Soyons sérieux, restons à distance…
      Il y a plus urgent que ce genre de charabia, veuillez m’excuser.
      Cholestérol et inflammation ? Aucun rapport ! Que le cholestérol soit d’origine alimentaire ou endogène…

  4. Theodore

    C’est encore moi, cette fois-ci dans le sujet du jour : un ami de la Réunion m’a fait découvrir le blog de son cardiologue (www.cardioblog.fr) le docteur Yvon GOUEL, que vous connaissez sans doute. D’abord pour information et discussions à l’usage de ses pairs, mais aussi pour les béotiens.
    Il a les mêmes idées, les compétences scientifiques et médicales, et la même détermination que vous sur beaucoup de points et n’a pas peur de s’insurger haut et fort contre tous les tricheurs, un courageux aussi, vu qu’il est toujours en exercice …
    Y a-t-il quelqu’un de sa trempe dans les Côtes d’Armor, ou faut-il s’exiler sous les Tropiques pour échapper à des stents devenus entre autres la règle par ici ?

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : JM51

      Épargnez vous ce genre d’idioties, vous gagnerez du temps : « La découverte, il y a quelques années, que l’inflammation de la paroi artérielle est la cause réelle de la maladie… » Oups !
      Donc, prenez des anti-inflammatoires…
      Ce qui, consensus total, multiplie par 4 le risque d’infarctus ou d’AVC…
      Le fait d’avoir fait 5000 opérations n’est pas une garantie de quoi que ce soit, à mon avis… Certains ont un Ego époustouflant, probablement « de renommée mondiale » : « j’avions opéré 5000 patients et nous soyons autorisé à dire enfin la vérité… »
      Ça y est je m’énerve, il a attaqué mon mien d’EGO, j’pouvions plus…

  5. Inoxydable

    Surtout ne vous énervez pas Docteur. faites un footing au bord de l’Isère, à l fraîcheur, ça permet d’oublier son EGO, comme moi, je vais faire une heure et demi de « muscu » en écoutant de la musique classique,, mon dernier post sur la Grèce m’ayant perturbé un peu, pas bon pour le cœur tout ça.

  6. Rangiroa

    Bonjour, encore un exemple, monsieur de 82 ans , crestor 10 matin et soir, oui, oui, matin et soir!!!il me dit qu’il n’a jamais eu de cholestérol!! Prescription a la sortie d’un CH! Donner en prévention, j’en rigole! Comment les prescripteurs sont ils briefing! Quand on sait qu’il faut au maximum alléger les prescriptions pour les personnes âgées ( et les autres aussi).explication pour expliquer l’arret des statines et ce monsieur est tout à fait d’accord… Je pense que je vais réserver le 3 et’4 octobre 2015 pour venir vous voir à Paris (la capitale) cela va être très très instructif!!!!

  7. yeam

    Bonjour,
    On dirait que j’ai raté un épisode: une conférence du Dr De Lorgeril le 03 et 04 octobre à Paris?
    Ou se trouve cette info?
    Merci.

    1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article
      En réponse à : yeam

      Ce sera au Parc Floral ; je ne me souviens pas des circonstances exactes ; je ferai un petit mot bientôt sur ce blog.
      Lundi prochain je serai au Centre Paul Langevin du CNRS à Aussois (Savoie) ; entrée libre et gratuite 20:30 ; cravate et smoking non exigés ; « simple appareil » non plus malgré la chaleur !

  8. Emilio

    Cerenis Therapeutics annoncent les prodigieux résultats de son essai clinique …

    « Cette dernière a permis d’évaluer la sélectivité de CER-001, un mimétique de HDL composé d’apolipoprotéine A-I humaine recombinante (apoA-I) et de phospholipides, pour les plaques dans la paroi des carotides chez des patients atteints d’athérosclérose avancée. »

    http://www.abcbourse.com/marches/cerenis-therapeutics-annonce-les-resultats-de-letude-clinique-location_332025_CERENp.aspx

    Du coup, l’action s’envole.

    1. Inoxydable
      En réponse à : Emilio

      Et ils en sont toujours à vouloir réduire la plaque d’ athérosclérose en diminuant le Cholestérol ou en le bricolant.. Je lis actuellement « Mensonge et propagande etc… du Dr De Lorgeril : C’est atterrant. Dire que je me suis laissé empoisonner durant des années par une confiance aveugle dans les Médecins. Alors Cerenis dont je viens de lire l’article, ils ne démontrent RIEN sinon l’inanité et la mauvaise foi leurs procédés.

      1. Emilio
        En réponse à : Inoxydable

        C’est avec ce livre qu’a débuté mon scepticisme vis à vis des créatures de l’industrie pharmaceutique.

        Puis ce scepticisme s’est étendu, y compris à d’autres thème non médical.

        1. Inoxydable
          En réponse à : Emilio

          Ce qui me navre le plus est que les démonstrations du Dr De Lorgeril sont faciles à comprendre, même pour un « béotien » comme moi. Certains refusent de voir se dessiller leurs yeux. pour ma part, ayant fini la lecture de « Cholestérol , mensonges etc… » je viens de le prêter à mon médecin de famille. J’espère qu’il aura le « courage » de le lire? Qu’il en tire des conséquences ne sera pas de mon ressort mais qu’au moins il le lise et ne pourra plus dire « je ne savais pas… » et en tous cas, il comprendra mieux mon attitude et peut-être certains autres patients bénéficieront ils de sa compréhension…

  9. Emilio

    Ces dernières heures, on nous parle d’un essai clinique montrant que le vaccin contre Ebola VZV-ZEBOV serait efficace …

    J’adore complètement la puissance absolue des éléments qui permettent à ces experts de proclamer ça massivement sur internet :

    http://www.lequotidien.lu/international/31760/

    « l a concerné plus de 7 000 personnes ayant eu des contacts avec des patients infectés : 4.123 personnes tirées au sort ont reçu le vaccin immédiatement tandis que 3.528 autres ont reçu le vaccin 21 jours plus tard. Dans le premier groupe, aucun cas d’Ebola n’a été détecté au cours des 10 jours ayant suivi l’inoculation, alors que dans le second groupe 16 ont présenté des symptômes.
    Devant ces résultats, les promoteurs de l’essai ont autorisé toutes les personnes à risque à recevoir le vaccin immédiatement, a précisé l’OMS. »

    Ce n’est même pas « dans le second groupe, 16 patients ont attrapés Ebola », c’est « 16 ont présentés des symptômes ». Et puis pourquoi on compare des gens qui ont reçus le vaccin immédiatement et d’autres 21 jours plus tard ?!?

    Ah oui, ce sont de sacrés résultats prometteurs …

Commentaires : page 2 sur 2«12

Les commentaires sont fermés.