LE CERVEAU ADORE LE CHOLESTEROL. NE L’EN PRIVEZ PAS AVEC DES MEDICAMENTS INUTILES !

Le cholestérol est une molécule fondamentale du cerveau ! Faut pas qu’il en manque !

Comment puis-je en être aussi sûr ? C’est simple. Nous connaissons un certain nombre de maladies où la synthèse du cholestérol est déficiente, en particulier dans le cerveau.

Les sujets atteints présentent à des degrés divers, proportionnels au déficit en cholestérol, des troubles cognitifs ou des troubles de l’intelligence pour parler simplement.
Dans la forme homozygote du SLO syndrome (sans doute une des formes les plus sévères des déficits en cholestérol), les enfants naissent très handicapés, avec en plus des dysmorphies majeures et des troubles de l’immunité, pour faire simple.

Il faut savoir que le cerveau est un organe autonome pour ce qui est de son cholestérol, lui-même indispensable au bon fonctionnement de nos neurones. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Simplement que pour les autres organes demandeurs de cholestérol (ovaires, surrénales, etc…), le foie (principal producteur de cholestérol dans notre organisme) transfert le cholestérol grâce aux lipoprotéines. Celles-ci sont des très grosses molécules qui ne franchissent pas la barrière hémato-méningée, et qui donc n’atteignent pas le cerveau.

Le cerveau fabrique lui-même le cholestérol dont il a besoin grâce à des cellules très spécialisées appelées astrocytes.
Si on est atteint d’une maladie qui empêche la synthèse du cholestérol, le cerveau ne peut pas être servi de l’extérieur …
Facile à comprendre tout ça !
En fait, on ne connaît pas très bien les facteurs régulateurs de la synthèse du cholestérol dans le cerveau. Certains ont pensé que si on avait un cholestérol élevé dans le sang, ce n’était pas bon pour le cerveau, et qu’il était judicieux de baisser le cholestérol du sang pour protéger le cerveau. Que des scientifiques, des médecins, des comités d’éthique, des autorités sanitaires de tout poil aient laissé faire de telles expériences laissent pantois. Ils ne savaient donc même pas le minimum de ce qui est dit plus haut dans ce billet !

Malheureusement, les statines, elles, franchissent la barrière hémato-méningée et donc sont capables de diminuer la synthèse du cholestérol dans le cerveau !  C’est un  peu théorique tout ça parce que, à ma connaissance, à part que les statines atteignent le cerveau, nous n’avons pas de données solides montrant une diminution du cholestérol dans le cerveau sous l’effet des statines. Même chez l’animal !  Si un lecteur de ce billet avait une référence sérieuse à ce sujet, merci de me la communiquer.

Question subsidiaire cruciale : avons-nous des données scientifiques (ou autres) suggérant que les statines diminuent nos capacités cognitives, notre intelligence ?
La réponse est positive.
Au moins deux essais cliniques conduits en double aveugle ont montré une diminution des capacités cognitives sous statine par rapport à un placebo. Et cela pour des faibles doses (sans rapport avec ce qui est administré actuellement) et de courtes périodes (quelques semaines).
Nous avons aussi une myriade de témoignages (y compris sur ce blog) où des gens viennent témoigner du handicap mental induit par les statines. Il suffit de se promener sur Internet un petit moment pour constater les dégâts. Le plus célèbre de ces témoignages est venu d’un ex-astronaute américain de la NASA (Stuart Graveline) qui en a d’ailleurs fait un livre.

Les témoignages sont tellement récurrents, et convaincants, que la plus célèbre revue scientifique pour grand public, le fameux « Scientific American » en a fait un article spécialement dédié à cette complication des statines dans son numéro d’Octobre 2010.

Il suffit en général d’arrêter le médicament pour aller mieux. On ne compte pas les témoignages de gens (y compris sur ce blog) qui ont vu des parents ou des proches « guérir » de leur maladie d’Alzheimer dès lors qu’ils avaient arrêté leur statine … On reste rêveur !

Dernier point, et pas le moindre : parmi les grandes indications des médicaments anti-cholestérol, comme les statines, figure le risque d’avoir (ou de récidiver) un accident vasculaire cérébral, qu’il soit transitoire ou définitif avec plus ou moins de séquelle(s) et handicap(s).

Il a été pourtant clairement démontré qu’avoir un cholestérol élevé n’augmentait pas le risque d’accident vasculaire cérébral et qu’au contraire, quand on avait un cholestérol bas, le pronostic (y compris vital) de l’accident vasculaire cérébral était plus mauvais que si on avait un cholestérol élevé.
Les lecteurs attentifs de ce blog ont tout compris : le cerveau adore le cholestérol et, en cas de pépin, il guérit mieux si il a du cholestérol à sa disposition !

Dernier (vraiment le dernier) point : est-ce que diminuer le cholestérol avec un médicament diminue le risque d’avoir un accident vasculaire cérébral ?
J’ai déjà répondu à cette question dans mes livres. Donc, mes lecteurs connaissent déjà la réponse.

Pour les paresseux qui ne lisent pas les livres en papier, les vilains, et les radins, je le répète ici : NON, les statines ne protègent pas de l’accident vasculaire cérébral !

Ou plutôt, soyons précis : les études publiées ne montrent pas d’effet significatif, contrairement à ce que disent leurs auteurs, notamment les auteurs de l’essai SPARCL, pour les spécialistes. Il suffit de lire la méthodologie de l’essai puis les statistiques publiées par les auteurs eux-mêmes (ou plus vraisemblablement les statisticiens du sponsor de l’essai) pour le constater.
Tout le monde peut vérifier !

Mais, au fait, pourquoi personne ne vérifie cette évidence et continue-t-on  de prescrire une statine pour la prévention de l’accident vasculaire cérébral ?

Réponse : c’est ce que l’on  peut appeler le syndrome du Mediator, tout le monde devrait voir, ça crève les yeux et pourtant rien ne bouge !

Et dire qu’on dit qu’il faut diminuer le déficit de la sécu …

54 réflexions au sujet de « LE CERVEAU ADORE LE CHOLESTEROL. NE L’EN PRIVEZ PAS AVEC DES MEDICAMENTS INUTILES ! »

  1. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @webcrawler :Cher Alain, Vous avez raison ! Et vous ne voyez que l’endroit du décors ! Moi, je vois aussi l’envers !  Ceci dit, faut pas se décourager : David a vaincu Goliath. Mon problème c’est le temps perdu (gâché) pour tant de pauvres gens innocents. Amicalement

  2. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @jacques84 :Jacques, vous avez tout compris. Bon, des trous y en a partout même dans l’ozone, et on a presque gagné pour celui-là … Alors perdons pas espoir ! On les aura ! Amicalement

  3. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @fox :Cher petit renard un peu paresseux, Si vous voulez fouiller un peu plus, vous vous prenez par la main et vous allez vérifier vous-mêmes ce que je raconte. Ne faites confiance à personne ! Vérifiez tout vous-mêmes, seule façon de ne pas être dupe ; et en plus moi-aussi je peux me tromper et ça me rendrait service que vous me le disiez. « On a toujours besoin d’un petit pois chez soi ! » Si vous reconnaissez cette pub, on est de la même génération et on peut se tutoyer. A bientôt !

    NB Vous allez sur Google, vous tapez « SPARCL AND cholesterol » (sans accent en anglais le « cholestérol ») et vous n’avez plus qu’à lire, c’est gratuit !

  4. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @fox :Je suis sûr que ces données existent dans les ordinateurs des prolétaires de BigPharma. On les aura bientôt via un Wikileaks quelconque. Suffit d’attendre qu’un courageux retraité de l’industrie pharmaceutique gagne le gros lot à la Loterie et s’en foute de la misérable retraite que lui verse son ex-Société. A bientôt

  5. MB

    Bonjour DOC
    Il semble que la barriere encephalique ne soit pas si impermeable que cela si l’on en croit 2 etudes de 2009 citees sur le blog « Daily lipid » de C Masterjohn (27 /01/2010)
    « In one study, researchers inactivated the gene for squalene synthase, the first enzyme committed to cholesterol synthesis, from the cells in the ventricular zone of the brains of mice. Progenitor cells in this region began producing new blood vessels that allowed them to acquire cholesterol from the bloodstream or from the neural tube.

    In the other study, researchers inactivated a cholesterol transporter in glial cells. Glial cells support neurons in a variety of ways — one of them is to produce secretions rich in the cholesterol necessary for synapse formation. The brains of these mice partly made up for the resulting cholesterol deficiency by taking up more cholesterol esters from HDL particles in the bloodstream. »
    Sans doute pourrez vous avoir une vue directe de ces etudes sur « Pub med »
    Merci pour votre Blog un des rares interessant (le seul?) en langue francaise.

  6. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @MB :Cher MB,  Merci pour l’info, le site est intéressant effectivement, surtout par rapport à la moyenne des sites dédiés à la santé. 
    Ceci dit, soyez prudent, je ne suis pas sûr que les deux références commentées, mais non citées, aient une signification clinique.  Excusez-moi, mais la transgénèse chez l’animal ne peut certainement pas servir de référence pour un médecin, au moins jusqu’à récemment.
    Mais le pire peut venir : j’espère que jamais personne n’ira s’amuser à modifier des gènes dans le cerveau des humains. 
    Quand à des nouveaux vaisseaux qui « laisserait passer » le cholestérol, ça n’est pas impossible (car les néo-vaisseaux ne sont en général pas « normaux » avec un risque hémorragique important) mais, de toute façon, ça ressemble trop à la néo-vascularisation tumorale pour me rassurer …  

    Concernant le SLO et l’amélioration par des suppléments (pharma) de cholestérol, je suis un peu emprunté pour répondre ou commenter, car j’en ai jamais traité. 
    Mais, ça sent l’arnaque (commercial) car la meilleure façon de manger du cholestérol c’est de manger un oeuf, pas besoin de pharma.
    Et notre jeune ami Chris Masterjohn me paraît là un peu naïf, avec aucune référence vraiment sérieuse (j’ai cherché) : le consensus est qu’on peut améliorer les problèmes immunitaires mais pas les cognitifs …
    Mais on peut rêver !

    Finalement, je me permets de vous rappeler que ce site s’adresse au grand public et que je ne peux entreprendre une discussion très « argumentée » sur ce type de sujets très spécialisés, quoique le SLO soit sans doute beaucoup moins rare qu’on le croît surtout dans les formes hétérozygotes mineures.

    Amicalement

  7. arnaud

    Cher Monsieur,
    Patient (pas encore complètement maboul) d’un célèbre psychiatre parisien, je lui ai parlé de vos ouvrages. De dernier a semblé très intéressé car, m’a-t-il dit, « on commence à soupçonner un manque de cholestérol au niveau du cerveau, dans certaines formes de dépression voire d’états suicidaires. Il m’a dit être très intéresser par vos théories et prêt à dialoguer avec vous. Vous pouvez me contacter sur ma boite mail afin que je puisse vous communiquer ses coordonnées.
    Cordialement

  8. Michel de LorgerilMichel de Lorgeril Auteur de l’article

    @arnaud :Cher ami,
    Ce célèbre psychiatre parisien « qui commence à soupçonner que … » a un ou deux trains de retard, excusez-moi, car ce sont des idées (je parle ici de dépression, pas de troubles cognitifs) qui ont déjà plus de 40 ans.
    Mais aucun « fada » (comme on dit à Marseille) n’a encore été pratiquer des biopsies du cerveau des dépressifs, pour mesurer leur cholestérol ; et le cholestérol du sang (aisément mesurable) ne reflète peut-être pas le cholestérol du cerveau, donc tout ça reste du ressort du « feeling » du bon docteur ; si cette espèce en voie d’extinction existe encore, sais pas ; j’ai peur d’être malade … 
    Je plaisante !  Faut bien rire un peu ; ça n’est pas réservé aux électeurs ivoiriens …

    Amicalement

  9. Kenobi460

    Bonjour,

    Après un infarctus il y a deux mois avec pose de 2 stents, une prescription de tahor80 (entre autre ), J’ai revu le cardiologue hier pour le renouvellement de mon ordonnance… Je lui ai parlé de vos ouvrages et des effets des statines que je ne prends d’ailleurs pas … Elle a quand même confirmé que des études avaient prouvé que les statines empêchent la plaque d’athérome de se briser et donc a quand même re-prescrit du crestor 5 mg (alors que mon taux de cholesterol est normal) …. Je suis effaré que des gens qui ont BAC + 10 puissent être aussi obtus !… Que pensez vous de son affirmation ? Et quels arguments employer pour faire avancer les choses ?…. Merci pour vos précieux conseils

  10. Vincent Laarman

    Bonsoir Docteur,
    Comme vous le dites, le lien entre dépression et taux faible de cholestérol est très documenté. Voir "Higher Prevalence of Depressive Symptoms in Middle-Aged Men With Low Serum Cholesterol Levels" à l’adresse suivante, notamment : http://www.psychosomaticmedicine.or…
    Mais aussi, les personnes qui ont le moins de cholestérol (premier quartile), ont six fois plus de chances de se suicider :Epidemiology 2001 Mar;12:168-72.
    Enfin, plus de tendances à la violence et à l’aggressivité :
    Annals of Internal Medicine (1998;128(6):478-487) ; et aussi : The Journal of the American Medical Association (1997;278:313-321).
    Je crois que vous aviez cité ces études dans votre livre.

Commentaires : page 2 sur 6«12345»...Plus récents »

Les commentaires sont fermés.