IMPUISSANCE SEXUELLE (MASCULINE) ET STATINES

Dans un article récent (le 13 septembre 2011) signé d’un certain John Gever (Senior Editor) dans Medpage Today, le site web médical américain le plus diffusé (tous les médecins américains, et moi aussi, ont les messages scientifiques des experts journalistes de ce site professionnel tous les jours dans leur boîte aux lettres électroniques), il est proclamé : “Statins aid male sexual function” …
… qu’on peut traduire par : “les statines améliorent les fonctions sexuelles des hommes“.
Cette affirmation allant totalement à l’encontre des données connues sur le cholestérol et l’activité sexuelle (masculine et féminine) que j’ai résumées dans mes récents livres électroniques [la version française est titrée : un crime sexuel presque parfait : statines contre cholestérol], j’ai pris la peine d’aller voir comment ce prodige avait pu arriver…

Cet auteur résume deux articles récents.
Tous les deux d’une si excessive médiocrité que j’ai honte d’en parler; et si je le fais, c’est pour montrer comment cet auteur “détourne” des données cliniques sans rapport avec les statines pour vanter, de façon incongrue, l’avantage de prendre des statines.
C’est ridicule, certes, mais pour mon propos c’est une magnifique illustration de la façon dont procèdent l’industrie et ses alliés pour tromper les médecins et les patients.
C’est bien visible aujourd’hui en période de crise alors qu’il faut booster les ventes, ça l’était moins avant mais ils faisaient sans doute la même chose …
Dans le premier article, les auteurs montrent qu’il existe une association statistique entre l’impuissance sexuelle des hommes et le risque de complications cardiovasculaires. Aucune analyse sérieuse ne concerne les statines.
Notre brillant éditorialiste semble en conclure qu’en diminuant le risque cardiovasculaire, on améliore les fonctions sexuelles. C’est ridicule évidemment !

Dans le deuxième article
, les auteurs notent que des modifications du mode de vie avaient eu des effets bénéfiques sur la fonction érectile d’hommes ; ils cumulent les résultats de 6 études, parmi lesquelles deux consistaient à donner une statine … C’est ce qu’ils appellent une modification du mode de vie … Quand les auteurs excluent les deux études avec les statines (comportant un total de 143 patients, l’abondance fait rêver …), la modification du mode de vie (essentiellement des conseils diététiques variés mais mal décrits et l’encouragement à pratiquer un peu d’exercice physique), l’amélioration de la fonction érectile persiste.
Parmi les deux études avec une statine (toutes deux sponsorisées, donc typiquement commerciales), l’une est positive et l’autre non …
Que des auteurs, ayant apparemment toutes leurs facultés intellectuelles, puissent sur une base aussi fragile tirer des conclusions, et titrer leur article ainsi qu’ils l’ont fait, donne une idée de l’état de déréliction (et sans doute de vénalité) des médias dits professionnels de notre époque …
Pas de cocorico s’il-vous-plaît, les articles de ce type se retrouvent bien vite sur les sites francophones traduits presque au mot à mot !
Puis-je me permettre, sans vanité aucune, de dire à nouveau aux visiteurs de ce site que s’ils souhaitent une information indépendante et solide sur les effets des statines sur leur vie sexuelle, ils la trouveront dans mon récent livre électronique (NDE : en version française ou anglaise que vous pouvez obtenir tout de suite par téléchargement après achat* en ligne).
(*cliquez pour feuilleter ce livre gratuitement en ligne en Français ou aussi en anglais)

12 Replies to “IMPUISSANCE SEXUELLE (MASCULINE) ET STATINES”

  1. @CLOCLO :

    La levure de riz rouge est une statine naturelle de mauvaise qualité ! Sans intérêt, désolé ! Poubelle !

  2. Bonjour, je souhaiterai savoir ce que vous penser de la levure de riz rouge. Merci

  3. Quels sont les dangers d’un haut niveau de cholestérol dans le sang ?
    Merci
    J’ai un de vos livres et j’attends le 2e demain

  4. Oui
    Comme vient encore de le montrer cette étude norvégienne portant sur 52000 personnes suivies 10 ans:"Pour les femmes il existe une relation inverse entre le taux de cholestérol et la mortalité toute cause ". Autrement dit plus le cholestérol est bas moins c’est bon. Pour les hommes , courbe en U…
    Journal of evaluation in clinical practice. 2011 Sep 25;
    Is the use of cholesterol in mortality risk algorithms in clinical guidelines valid? Ten years prospective data from the Norwegian HUNT 2 study.

  5. @Philbri :

    Je n’ai pas l’honneur de connaître mon confrère et je n’ai pas le temps de lire autre chose que des articles scientifiques …

    Votre question maintenant.

    Qu’il y ait une relation statistique entre la ménopause (définie comme l’effondrement des hormones sexuelles féminines, ou bien l’arrêt de la fonction endocrine de l’ovaire) et le cholestérol n’est pas surprenant puisque le cholestérol est le substrat à partir duquel l’ovaire synthétise les oestrogènes.

    Quand les oestrogènes diminuent, le cholestérol augmente dans le sang [c’est ce qu’on observe chez la majorité des femmes au moment de la ménopause] : c’est une réaction normale ; les tissus qui manquent d’oestrogènes envoient au cerveau le message qu’ils en veulent plus, et le foie, grand ordonnateur du métabolisme du cholestérol envoie du cholestérol aux ovaires [d’où l’augmentation du cholestérol dans le sang] afin qu’ils fassent plus d’oestrogènes …
    Physiologie basique !

    Que l’on prétende que c’est l’augmentation du cholestérol qui provoque la ménopause est ce qu’on appelle en sciences un "biais de relation inverse" : on confond l’effet et la cause !
    Typique des approches idéologiques …
    Ne pas en vouloir à votre écrivain, il ne raisonne pas, il répète, comme un perroquet !

    Le but du raisonnement est d’expliquer que l’augmentation du cholestérol à la ménopause est la cause de l’augmentation du risque d’infarctus !
    Est-ce tenable ?
    Non, évidemment: si vous donnez des hormones à ces femmes ménopausées ou pré-ménopausées, que se passe t-il ?
    Devinez !
    Leur cholestérol diminue [bien sûr, puisque le message au cerveau puis au foie n’a plus de raison] et le risque d’infarctus augmente !

    D’où la querelle à propos du traitement hormonal de la ménopause …

  6. Bonjour

    Je viens de lire "la vie et le temps" de votre confrère cardiologue le DR Frédéric Saldmann qui semble ne pas avoir lu les vôtres car il écrit que l’excès de cholestérol au-dessus de 2g/l est néfaste pour la santé notamment au niveau cardio-vasculaire, surtout quand le LDL est supérieur à 1.60.
    Néanmoins il ne fait pas l’apologie des statines.

    Il semble baser ses affirmations sur l’étude de Framingham commencée en 1948 et écrit entre autre qu’un taux de cholestérol élevé chez la femme aurait pour effet d’avancer l’arrivée de la ménopause.
    Il écrit notamment (page 270): "….  Pour chaque augmentation de 0.20mg/dl de cholestérol pendant les 10 ans qui précèdent la ménopause, le résultat sera une ménopause avancée de 2,6 ans en moyenne.
    A l’inverse, pendant cette même période, la chute du cholestérol a un impact important.
    Une baise de 0,20 mg/dl du cholestérol retarde de 4,16 ans la date d’apparition de la ménopause."

    Qu’en pensez vous

    Merci pour votre réponse

  7. @maessage :

    C’est de la pub, mais ça peut donner des idées, c’est pourquoi pour une fois je laisse passer.
    MERCI

  8. Bonjour,

    L’article est très intéressant. Il montre en effet, une fois de plus, la collusion mafieuse existant entre le pouvoir médical, industriel, financier, politique et médiatique.

    Cela dit, pour lutter contre les troubles affectant les relations avec autrui, en particulier pour ce qui concerne la difficulté érectile dès lors qu’elle est psychologique, de même que pour favoriser sa santé générale, son bien-être et son développement personnel, il y a certes le bon sens, l’appui de l’entourage et les démarches habituelles auprès du corps médical qu’il ne faut pas négliger. Mais il existe aussi d’autres voies, originales et efficaces, comme le massage.

    C’est pourquoi, dans cette lutte délicate, un vrai massage de relaxation vous prouvera son utilité. Un massage évolué de + 2 heures qui sort de l’ordinaire.

    Oui, + 2 heures effectives !

    En visitant le site ci-dessous vous découvrirez la manière particulière dont votre corps et votre personne peuvent être envisagés.

    Car le corps a des ressources insoupçonnées, il dispose de sa propre intelligence, de son propre langage, de sa propre mémoire. Il n’oublie rien. Il est intéressant de noter à cet égard que la peau est issue du même tissu cellulaire que le… cerveau !

    Et le corps, si souvent brimé, bridé, voire bafoué, ne demande qu’à s’exprimer. Il a tant à raconter. Tant besoin d’être compris, entouré, accepté tel qu’il est.

    Il suffit donc de s’accorder enfin du temps. Du temps pour soi, égoïstement. Pour son bien-être et son harmonie personnelle. Être attentif à soi, se faire confiance, développer sa capacité de perception grâce à la richesse, à la finesse de ses sensations. Et recourir à la médiation du masseur qui saura écouter votre corps, interpréter ses signaux et lui transmettre, entre autres bonnes choses, des énergies positives que seul un toucher de qualité et expérimenté peut faire naître.

    Le massage est puissant contre les problèmes liés aux dysfonctionnements sexuels, et d’ailleurs contre bien d’autres troubles et affections. En dehors du plaisir à le recevoir – qui suffit à motiver une séance – on peut en attendre beaucoup.

    Mais il faut en parler !

    Et puis le vivre.

    Vous n’imaginez pas tout ce qu’un massage bien conduit peut vous apporter de positif…

    Yves

    Site comprenant de nombreux liens et illustrations :
    http://maessage.wordpress.com

  9. Ce genre d’articles ridicules est courant.
    Dans un de ses livres, Uffe Ravnskov montrent que les "review" faites par des "experts" citent souvent des articles qui n’ont rien à voir avec leur propos ou qui sont contradictoires, ou alors d’autres "revues" faites par des "experts" et aussi peu argumentée.

    On a affaire à un véritable jeu de poupées russes, où chacun cite l’article faux de l’autre pour étayer son article (faux aussi).

    Chaque thèse de médecine (ou de pharmacie) qui parle du cholestérol va célébrer la grandeur d’Ancel KEYS et son arnaque appelée " Etude des 7 Pays".
    Puis, l’étudiant va citer des études majeures (en réalité, mal faites, biaisées et non significatives en termes de mortalité toutes causes) avant de s’incliner devant le miracle des hypocholestérolémiants.

    C’est un mouvement sectaire et dogmatique, déconnecté de la nécessité de faire de la science.
    Cette secte adore une seule trinité : le dogme, la renommée et l’argent.

  10. @Sol :

    Vous avez raison !
    L’étude dont vous parlez a été publiée dans un grand journal médical anglo-saxon, et lés médias, fidèles au poste, en ont beaucoup parlé; généralement sans aucun esprit critique …
    Désastreux ! Restons calmes !
    D’autres voulaient mettre une statine dans l’eau du robinet ou encore dans le sel, un peu comme l’iode … No comment !

  11. C’est scandaleux mais très courant semble-t-il !

    L’imagination des labos n’a pas de limite pour inventer de nouveaux usages de leurs petites pilules !
    Savez-vous que certains réfléchissent sérieusement à la possibilité de distribuer des statines avec les repas fast-food ?
    Incroyable mais vrai !
    Voici l’article qui en parle : http://pharmacritique.20minutes-blo

Comments are closed.